Un lieu en guerre : Sarajevo (1992-1995)

Rédactrice : Bénédicte Tratnjek

Dans le cadre de l’Action Ecoles du Festival international de géographie 2012, Philippe Soudière, enseignant en histoire-géographie au Lycée Baumont de Saint-Dié-des-Vosges m’avait proposé d’intervenir devant les classes de Première S de son lycée, sur une question du programme d’histoire : « De nouvelles conflictualités depuis la fin de la guerre froide », dans la partie « Un lieu : Sarajevo (1992-1995) ». Avant cette intervention, il avait été prévu que les lycéens auraient un cours introductif (la temporalité du FIG ne correspondant pas à celle des programmes scolaires, cette intervention arrivait bien en amont du traitement de cette question dans le programme).

 Pour cela, les enseignants disposaient du manuel Hachette. Mais n’étant pas entièrement satisfaite du contenu de la double page, et pour préparer au mieux cette intervention (qui s’inscrivait dans le thème du FIG 2012 : « Paysages » et me permettait d’appréhender aussi le siège de Sarajevo par les « paysages en guerre »), j’ai proposé un autre document-support afin  de « coller » cette séance au contenu de l’intervention qui suivrait la séance préparatoire des enseignants avec leurs classes, et pour rendre le tout cohérent pour les élèves (ce qui n’est pas le rôle d’un manuel scolaire).

sarajevo hachette

La double page « Un lieu : Sarajevo (1992-1995) » du manuel Hachette Première S

 Parmi les facteurs de non-satisfaction :

Les chiffres des nationalités donnés par cette double page pour 1992 – 44 % de Musulmans, 31 % de Serbes et 17 % de Croates (légende du document n°1 qui ne précisent pas « qui » sont les pourcentages restants) – ne correspondent pas aux chiffres du recensement de 1991 : 49,2 % de Bosniaques (soit plus de 5 % de plus que le chiffre énoncé), 29,8 % de Serbes (soit une différence de plus de 1 %), 6,6 % de Croates (soit plus 10 % de moins que le chiffre avancé), 10,7 % de Yougoslaves (une catégorie qu’il est difficile d’expliquer en classe de Première au vu du temps disponible, mais qui semble ici avoir été assimilée, de manière très arbitraire et incohérente, à la catégorie « Croates », là où il aurait pu être possible de la proposer en duo avec la catégorie « Autres ») et 3,6 % d’habitants classés dans la catégorie « Autres » (petites minorités). Si, depuis le recensement de 1991, on ne dispose d’aucun chiffre autre que des estimations (puisqu’il s’agit du dernier recensement ayant eu lieu en Bosnie-Herzégovine, l’organisation d’un nouveau recensement en 2013[1] étant un enjeu géopolitique très tendu[2]), il est possible de s’appuyer sur le recensement de 1991 pour obtenir des chiffres de la composition de la population sarajévienne dans l’immédiat avant-guerre.

 Le nom des nationalités est variable de ce document : indifféremment « Musulmans » (légende du document n°1, titre du document n°3) et « Bosniaques Musulmans » (document n°4), « Bosniaques » (partie « Vocabulaire »). Si la traduction des termes utilisés en serbo-croate (ou désormais dans les langues serbe, croate et bosniaque issues de la décomposition de la Yougoslavie, de la fragmentation politique et de la création de nouveaux Etats) a fait émergé plusieurs manières de nommer en français la nationalité et la citoyenneté (deux usages à titre d’exemples : lorsque « Bosniaque » désigne la citoyenneté, « Bochniaque » désigne la nationalité ; lorsque « Bosniaque » désigne la nationalité, on utilise « Bosnien » pour la citoyenneté), ce qui peut totalement perdre les élèves. Il me paraît judicieux d’utiliser dans tous les documents le même choix de traduction. De manière arbitraire, on utilisera ici Bosniaque pour désigner la nationalité (appartenance à un peuple) et Bosnien pour désigner la citoyenneté (appartenance à un territoire politique). Ce choix a pour objectif d’éviter, dans l’esprit des élèves d’une part la confusion entre musulman (sans majuscule pour désigner une appartenance religieuse) et Musulman (avec majuscule pour désigner une appartenance ethnique) qui ne s’entend pas à l’oral ; et d’autre part la confusion entre Bochniaque et Bosniaque dont la prononciation peut, elle aussi, ne pas être perçue par les élèves. Cette traduction Bosniaque (qui désigne l’appartenance à un peuple, pas nécessairement en Bosnie-Herzégovine) / Bosnien (qui désigne tous les habitants de Bosnie-Herzégovine, quelque soit leur appartenance à un peuple) servira donc tout le long de l’exploitation des documents, de l’intervention et de la restitution. L’idée est de ne pas produire des amalgames dans l’esprit des élèves pour une situation déjà complexe (d’autant plus pour des élèves en France où nationalité et citoyenneté sont confondues, à qui il va falloir introduire cette distinction qui peut paraître complexe – c’es pourquoi j’ai ajouté quelques lignes pour placer ce vocabulaire dans un document).

 Le choix des couleurs sur les deux cartes proposées (document n°4 : « Les nationalités en Bosnie-Herzégovine » ; document n°5 : « Les accords de Dayton ») peut introduire des confusions dans ce que retiendront les élèves de l’étude des documents, puisque les mêmes couleurs sont utilisées sur les deux cartes pour signifier des choses différentes, mais pouvant être confondues : le vert représente les territoires où les Bosniaques de Bosnie-Herzégovine sont majoritaires dans le document n°4 et la Fédération croato-bosniaque dans le document n°5 ; la couleur orange représente les territoires majoritairement peuplés de Croates de Bosnie-Herzégovine dans le document n°4 et la Republika Srpska dans le document n°5 ; le jaune représente les territoires majoritairement peuplés de Serbes de Bosnie-Herzégovine dans le document n°4 et n’est pas utilisé dans le document n°5. La confusion possible pour les élèves (dont on sait qu’une partie non négligeable de ce qui est transmis est perdu avant même la phase d’apprentissage, ce dont il faut tenir compte pour éviter que, dans ce temps de l’apprentissage, ne se glissent des amalgames) vient de l’utilisation des mêmes couleurs pour représenter dans la première carte l’espace identitaire, et dans la deuxième carte l’espace politique tel que produit par la fragmentation politique décidée par les accords de paix de Dayton. Ici, les élèves pourraient amalgamer d’une carte à l’autre (d’autant qu’elles sont situées l’une sous l’autre, et qu’elles représentent deux temporalités différentes, l’immédiat avant-guerre pour la première, l’immédiat après-guerre pour la seconde) espace identitaire et espace politique (et donc retenir que la Fédération croato-bosniaque est le territoire des Bosniaques de Bosnie-Herzégovine par exemple, par la continuité du vert d’une carte à l’autre). On propose plutôt d’exploiter deux séries de deux cartes chacune représentant les deux bornes chronologiques de cette guerre (avant-guerre/après-guerre) pour un même critère (la répartition des populations en Bosnie-Herzégovine selon leur nationalité, tels qu’ils se déclarent au moment du recensement de 1991 et selon des estimations pour 2006) à deux échelles différentes (Bosnie-Herzégovine ; Sarajevo), ce qui nous paraît plus cohérent pour permettre aux élèves de comprendre l’« efficacité géographique de la guerre sur la ville » pour reprendre les termes de la géographe Elisabeth Dorier-Apprill[3].

 D’autres changements :

Le choix des témoignages est intéressant et ne tombe pas dans le piège des extraits d’articles de journaux parfois écrits dans l’immédiateté et sans recul, qui peuvent présenter deux défauts majeurs : parler des acteurs en armes en les amalgamant à tout un peuple (ce ne sont pas « les » Serbes qui attaquent Sarajevo, mais « des » Serbes, nuance bien plus importante qu’il n’y paraît) et faire une lecture manichéenne de cette guerre, en proposant une lecture simpliste opposant « gentils vs. méchants » selon des critères ethniques (par exemple, tous les habitants « ordinaires » de Sarajevo, quelque soit leur appartenance identitaire, ont été victimes d’exactions, y compris les Sarajéviens serbes). Par exemple, le témoignage de l’ingénieur bosniaque Turbo Senad ne présente pas seulement le quotidien de sa communauté, mais aussi celui des Sarajéviens serbes (« Immédiatement, [les forces serbes] ont séparé les Serbes des Musulmans[4] et des Croates. Les vieillards et les femmes serbes ont été relâchés tandis que les jeunes Serbes étaient recrutés de force, sous menace d’exécution »). Le texte pose la différence entre civils et acteurs en armes. Néanmoins, on a choisi d’exploiter d’autres textes, notamment un extrait d’un témoignage de l’ouvrage Des gens de bien au temps du mal. Témoignages sur le conflit bosniaque (1992-1995) (recueil de témoignages, par Svetlana Broz – l’une des petites-filles de Tito, de son vrai nom Josip Broz –, Lavauzelle, 2005), dans le but de proposer aux enseignants des témoignages complémentaires. Autre ouvrage mobilisé : le témoignage de Jovan Divjak, militaire serbe de Serbie, en poste depuis des années à Sarajevo, qui a choisi de déserter les forces militaires serbes pour rester aux côtés des Sarajéviens assiégés. Ici, l’objectif est de proposer un regard moins simpliste, n’opposant pas systématiquement un peuple à un autre, et d’appréhender ce conflit davantage comme un conflit entre idéologies spatiales (l’une reposant sur la volonté de défendre dans les espaces ruraux et d’imposer dans les espaces urbains un habiter monoethnique – terreau dans lequel se sont forgés les différents nationalismes qui reposent sur un « vivre sans l’Autre » ; l’autre reposant sur un habiter multiculturel), comme l’a expliqué Xavier Bougarel dans son ouvrage Bosnie. Anatomie d’un conflit (La Découverte, 1996)[5].

 Concernant les représentations cartographiques et graphiques, j’ai choisi de garder la « carte dessinée » de Sarajevo en guerre que l’on retrouve affichée sur un panneau à l’entrée de la ville de Sarajevo et en vente dans les librairies. Surnommée « Survival map », elle a été publiée en 1996, soit immédiatement après la levée du siège militaire (qui ne prend fin de manière effective que le 26 février 1996, faisant du siège de Sarajevo le plus long du XXe siècle – la guerre de Bosnie-Herzégovine est déclenchée le 6 avril 1992, et la ville de Sarajevo sera assiégée à partir du 2 mai 1992). Si l’échelle n’est pas respectée (on ne peut donc pas parler de carte) comme en témoigne la disproportion des chars par exemple, cette représentation a plusieurs avantages : tout d’abord, la topographie de Sarajevo (ville entourée de collines avec une ouverture à l’Ouest) est mise en avant et permet d’expliquer comment le site de Sarajevo fait de la ville un espace-cible « idéal » pour le siège militaire. De plus, on voit apparaît la partie de l’agglomération sarajévienne qui n’est pas assiégée, ce qui permet de discuter, pour la période de l’immédiat après-guerre, des conséquences sur les mobilités et sur l’habiter de la fragmentation politique par la ligne-frontière inter-entités (IEBL) qui traverse l’agglomération sarajévienne (parce qu’elle reprend en grande partie la ligne de front au moment de la signature des accords de paix de Dayton) et la sépare entre les deux entités que sont la Fédération croato-bosniaque pour la majeure partie de l’agglomération et la Republika Srpska pour certains faubourgs. Ce n’est pas le cas dans de nombreux schémas proposés pour cette partie du programme où il arrive que l’ensemble de l’espace bâti apparaisse dans la zone assiégée[6]. Enfin, l’utilisation de ce dessin proposée par Gilles Boué pour le site de l’académie de Paris (d’une grande efficacité et d’une importante recherche documentaire en amont de la proposition) permet d’exploiter « Survival map » dans une séance.

 Sarajevo survival map

 Une chronologie sommaire n’est pas superflue pour permettre aux élèves d’appréhender l’ensemble du corpus documentaire. Choisir des dates-clefs relève en partie de l’arbitraire : pour ne pas multiplier les repères chronologiques (et « submerger » les élèves dans un flux d’informations trop dense). On a choisi donc d’insister sur les temporalités, avec un jeu de couleurs repris sur la seconde planche et dans les tableaux de restitution : vert pour le temps de paix jusqu’à l’immédiat avant-guerre ; rouge pour le temps de la guerre ; violet pour le temps de l’immédiat après-guerre (que l’on a choisi de ne pas mettre en vert, c’est-à-dire de ne pas le figurer comme le temps de l’immédiat avant-guerre, pour symboliser l’ancrage de la guerre par-delà le temps des combats dans les spatialités quotidiennes et dans la fragmentation politique). A cette chronologie, s’ajoutent des photographies présentées par ordre chronologique : plutôt que de donner des dates précises à retenir, il me semblait plus intéressant de recourir à la photographie pour discuter de la symbolique des lieux[7] dans la destruction comme dans la commémoration[8].

 La proposition de documents :

 Sarajevo (1992-1995), ville en guerre 1Sarajevo (1992-1995), ville en guerre 2

Les deux pages que j’ai produites ont l’inconvénient d’être très denses (ne serait-ce que par une mise en page qui pourrait être améliorée, mais surtout par le nombre de documents qui impose une séance longue). De plus, elles ne peuvent être appréhendées sans rendre chacun des documents accessibles à l’enseignant, en lui donnant le « dessous » des documents (c’est-à-dire le contexte de production du document, une explication de son contenu et des lectures complémentaires). C’est dans cette perspective qu’a été produite la « fiche enseignant » pour permettre d’utiliser les 10 documents ici proposés. Cette fiche n’a pas été reprise depuis sa conception, des références bibliographiques récentes mériteraient d’être ajoutées, et le tout d’être amélioré, mais je vous la propose telle quelle.

 Sarajevo (Fiche Professeur)

 La proposition de restitution :

Voici deux tableaux de synthèse proposés comme supports possibles pour une restitution :

Tableaux synthèse 1

Tableaux synthèse 2–       Un premier tableau de synthèse sur « Les transformations de la ville de Sarajevo » sur le site Géographie de la ville en guerre, en 2008.

–       Un second tableau de synthèse constitué pour l’intervention dans le cadre du programme Action Ecoles du FIG 2012.

Les deux tableaux reprennent la même logique : distinguer trois temporalités (immédiat avant-guerre, guerre, immédiat après-guerre) :

–       Le premier tableau, conçu et publié en 2008 (soit avant la publication des programmes intégrant Sarajevo comme étude de cas dans le programme de première), met en avant le bilan de la guerre.

–       Le second tableau, plus jargonneux, est davantage destiné aux enseignants, pour qu’ils s’en emparent dans leur propre séance, et met l’accent sur les différentes manières d’appréhender l’espace de la ville en guerre : par l’espace social et culturel, par l’espace politique et économique, par la géographie des représentations, par le paysage (qui était le thème du FIG 2012 dans lequel a été organisé cette intervention) et par la symbolique des lieux.

Les couleurs reprennent celles utilisées dans le corpus documentaire proposé (vert pour l’immédiat avant-guerre, rouge pour la guerre, violet pour l’immédiat après-guerre). Les deux tableaux de synthèse proposés ici s’attachent à discuter l’ancrage de la guerre dans la ville par-delà le temps de combat et de montrer les défis de la pacification et de la réconciliation (pour ne pas limiter la reconstruction à la seule question du bâti et des infrastructures[9] – qu’il ne s’agit pas pour autant de minimiser).

 Ces deux propositions s’éloignent quelque peu des objectifs du programme d’histoire en classe de Première, qui se propose de questionner les « nouvelles » conflictualités post-guerre froide. On pourra, ici, se reporter aux propositions d’Antoine Coutelle pour un tableau de synthèse (pp. 13-14) pour le site de l’académie de Poitiers et de Julien Ebersold pour des schémas de synthèse pour le site de l’académie de Strasbourg, pour une approche synthétique de l’ensemble de la question « De nouvelles conflictualités depuis la fin de la guerre froide ».

 Les ressources incontournables :

–       A lire : Xavier Bougarel, 1996, Bosnie. Anatomie d’un conflit, La Découverte.

–       A consulter : Le Courrier des Balkans.

 Des propositions pédagogiques en ligne (liste non exhaustive) :

–       Gilles Boué, « Sarajevo 1992-1995 : un lieu. Histoire 1ère », site de l’Académie de Paris, 6 juillet 2011.

–       Antoine Coutelle, « De nouvelles conflictualités depuis la fin de la guerre froide », étude centrée sur le siège de Sarajevo, site de l’Académie de Poitiers, 16 juillet 2011.

–       Jean-François Fluquet, « De nouvelles conflictualités depuis la fin de la Guerre froide. Un lieu : Sarajevo (1992-95) », site de l’Académie de Bordeaux, 13 septembre 2011.

–       Julien Ebersold, « De nouvelles conflictualités en première ES-L sous la forme de consignes », site de l’Académie de Strasbourg, 9 février 2014.

 Des ressources en ligne :

–       Michel Roux, 1992, « A propos de la “purification ethnique” en Bosnie-Herzégovine », Hérodote, n°67, pp. 49-60.

–       Amaël Cattaruzza, 2001, « Sarajevo, capitale incertaine », Balkanologie, vol. V, n°1-2/2001.

–       Laurence Robin-Hunter, 2005, « Le nettoyage ethnique en Bosnie-Herzégovine : buts atteints ? », Revue Géographique de l’Est, vol. 45, n°1/2005, pp. 35-43.

–       Paul-David Régnier, 2007, « Les géographies d’un siège. Fonctionnement, valeur symbolique et recomposition des espaces urbains en temps de guerre », Cités, n°32, pp. 83-92.

–       Bénédicte Tratnjek, 2009, « Vivre dans “la ville sous le feu” », blog Alliance géostratégique, 30 avril 2009.

–       Bénédicte Tratnjek, 2011, « Bosnie-Herzégovine : d’une indépendance à l’autre ? », blog Alliance géostratégique, 30 avril 2011.

–        Dossier : « 1992-1995 : il y a vingt ans, la guerre de Bosnie-Herzégovine », Le Courrier des Balkans, dossier ouvert le 2 avril 2012 (archives et nouveaux articles). Voir notamment :

A propos des commémorations du 20e anniversaire du début du siège :

–       Bénédicte Tratnjek, 2012, « La destruction du « vivre ensemble » à Sarajevo : penser la guerre par le prisme de l’urbicide », Lettre de l’IRSEM, n°5/2012, dossier « Les 20 ans du siège de Sarajevo : les Balkans, un laboratoire pour la pensée stratégique », 5 juin 2012.

–       Bénédicte Tratnjek, 2012, « Carte postale d’une ligne rouge (Sarajevo) », Les Cafés géographiques, rubrique Cartes postales du monde, 11 mai 2012.

–       Bénédicte Tratnjek, 2012, « Les espaces et les spatialités de la mémoire (2) : Le stade olympique de Sarajevo, cospatialité de deux mémoires », blog Géographie de la ville en guerre, 7 août 2012.

–       Colonel Goya, 2012, « L’Armée française face au siège de Sarajevo, le combat urbain dans la pensée tactique et opérationnelle », Lettre de l’IRSEM, n°5/2012, 5 juin 2012.

–       Colonel Goya, 2012, Comment j’ai appris à lancer des fusées. Une expérience de lutte contre les snipers, 13 p. (le récit de l’expérience de Michel Goya à Sarajevo, alors lieutenant de l’armée de terre).

–       Jean-Arnault Dérens, 2013, « Guerre des Balkans, bilans en pointillés », Le Monde diplomatique, septembre 2013.

 Des ressources audio en ligne :

–       « Retour à Sarajevo, vingt ans après le début du siège », Cinq jours à la une, France info, reportage de Sébastien Baer, 2 avril 2012.

–       « La Bosnie toujours divisée… jusque dans les écoles », Cinq jours à la une, France info, reportage de Sébastien Baer, 3 avril 2012.

–       « On recherche toujours des disparus en Bosnie », Cinq jours à la une, France info, reportage de Sébastien Baer, 5 avril 2012.

–       « Sarajevo, 20 ans après la guerre », Le Mouv’, émission animée par Amaëlle Guiton, avec Jean-Arnault Dérens, 6 avril 2012.

–       « Bosnie : la réconciliation par la musique », Cinq jours à la une, France info, reportage de Sébastien Baer, 6 avril 2012.

–       « Le débat : Sarajevo, 20 ans après le siège », Carrefour de l’Europe, RFI, émission animée par Daniel Desesquelle, avec Milomir Kovacevic, Srdjan Dizdarevic et Jean-Arnault Dérens, 29 avril 2012.

–       « Histoire des sièges militaires (1/4) : le siège de Sarajevo », La Fabrique de l’Histoire, France Culture, émission animée par Emmanuel Laurentin, avec Boris Cindric, 3 septembre 2012.

 Des webdocumentaires / des vidéos :

–       « Le tunnel – le secret du siège de Sarajevo », Le Docu, Public/Sénat, 23 novembre 2009.

–       « Sarajevo, vingt ans après », France info, 2 avril 2012.

–       « Les forces françaises dans la guerre de Bosnie avril 1992-décembre 1995 », ECPAD, 3 avril 2012.

 Documents complémentaires :

Une sélection de billets sur Sarajevo.

 Documents complémentaires : © Tratnjek

Sources :

–       Bénédicte Tratnjek, 2012, « La destruction du « vivre ensemble » à Sarajevo : penser la guerre par le prisme de l’urbicide », Lettre de l’IRSEM, n°5/2012, 5 juin 2012.

–       Bénédicte Tratnjek, 2005, Les militaires face au milieu urbain : étude comparative de Mitrovica et Sarajevo, mémoire de DEA en géographie, Université Paris-Sorbonne, 634 p.

–       Bénédicte Tratnjek, « Sarajevo : de la ville multiculturelle à la ville divisée », site Géographie de la ville en guerre.

 Sarajevo (documents complémentaires)


[1] Voir le site officiel du recensement de 2013 en Bosnie-Herzégovine.

[2] A ce propos, voir le dossier : « Recensements dans les Balkans : comptes, décomptes et polémiques » du Courrier des Balkans.

Concernant plus précisément la Bosnie-Herzégovine, voir notamment :

–        Mirka Velinovska, 2011, « Dans les Balkans, un recensement c’est la guerre ! », Nova Make Donija, 19 février 2011, traduit par Slavica Rizovska pour Le Courrier des Balkans, 11 mars 2011.

–        Le Courrier de la Bosnie-Herzégovine, 2013, « Bosnie-Herzégovine : qui a peur du recensement ? », Le Courrier des Balkans, 30 janvier 2013.

–        Jean-Arnault Dérens, 2013, « Recensement hautement périlleux dans les Balkans », Le Monde diplomatique, août 2013.

–        Jean-Arnault Dérens, 2013, « Recensement sous influence des nationalismes en Bosnie-Herzégovine », Le Temps, 2 octobre 2013.

–        Audio : « Balkans. Recensement en Bosnie-Herzégovine, l’évolution des relations intercommunautaires », Les Enjeux internationaux, France Culture, 8 octobre 2013, 11 minutes.

–        Alain Salles, 2013, « En Bosnie-Herzégovine, le recensement de toutes les peurs », Le Monde, 22 octobre 2013.

[3] Elisabeth Dorier-Apprill, 2007, « Guerre et fragmentation urbaine », dans Elisabeth Dorier-Apprill et Philippe Gervais-lambony (dir.), 2007, Vies citadines, Belin, collection Mappemonde, Paris, p. 19.

[4] On corrige ici l’erreur dans le document qui écrit « musulmans » sans majuscule, pour désigner l’appartenance à un peuple au lieu de l’appartenance à une religion. Erreur qui ajoute à la confusion possible dans l’esprit des élèves signalée plus haut.

[5] L’ouvrage Bosnie. Anatomie d’un conflit (malheureusement épuisé depuis des années mais disponible dans de nombreuses bibliothèques) de Xavier Bougarel (La Découverte, Paris, 1996) est un incontournable, et LA lecture recommandée, pour son efficacité tant dans sa brièveté que sa précision, pour appréhender l’étude de cas « Un lieu : Sarajevo (1992-1995) ».

[6] Par exemple sur le schéma proposé par le site HistGéographie.

[7] A ce propos, voir : Jérôme Monnet, 1998, « La symbolique des lieux : pour une géographie des relations entre espace, pouvoir et identité », Cybergeo, rubrique Politique, Culture, Représentations, article 56, 7 avril 1998.

[8] A titre d’exemple, voir : Bénédicte Tratnjek, 2012, « Carte postale d’une ligne rouge (Sarajevo) », Les Cafés géographiques, rubrique Cartes postales du monde, 11 mai 2012.

[9] A ce propos, voir notamment : Bénédicte Tratnjek, 2013, « La guerre, la ville et l’économie », dans Olivier Kempf (dir.), 2013, Guerre et économie. De l’économie de guerre à la guerre de l’économie, L’Harmattan, collection Défense, Paris, pp. 93-121.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *