Rétablissement de l’Histoire-géographie en terminale scientifique : chronique d’un gâchis annoncé

 imagesRédacteur : Mickaël Bertrand

Supprimé sous la présidence de Nicolas Sarkozy, l’enseignement de l’histoire-géographie fera son grand retour en Terminale S à partir de la rentrée 2014. Mais dans quelles conditions ?

A la suite d’une forte mobilisation des enseignants, de leurs élèves, des historiens, des hommes politiques de tous bords et de personnalités de la société civile, le candidat François Hollande en avait fait une promesse lors de la campagne électorale : « Je rétablirai l’enseignement de l’histoire en terminale scientifique » avait-il solennellement déclaré lors de son discours sur l’Ecole et la Nation à Orléans le 9 février 2012.

A l’époque déjà, quelques enseignants s’étaient montrés circonspects à l’égard d’une annonce qui ne mentionnait ni le sort de la géographie, ni l’absence de l’histoire-géographie dans d’autres classes que la terminale scientifique. François Hollande se contentait alors de répondre à la demande la plus médiatique sans trop se mouiller dans le débat.

Quelques mois à peine après son arrivée à l’Elysée, le ministre de l’Education Nationale chargée de mettre en œuvre cette promesse de campagne exprimait déjà ses réserves personnelles à Mediapart quant à ce rétablissement :

« C’est un engagement de campagne, je n’en suis pas particulièrement contentIl fallait le faire, mais comme par hasard, c’est en terminale S, la filière noble. »

La prudence du ministre peut se justifier sur certains points : il est clair que le rétablissement de l’histoire-géographie en terminale S ne résout en rien les difficultés auxquelles la réforme Châtel tentait de répondre par la suppression de cette discipline : élitisme de la filière scientifique et surcharge des emplois du temps en terminale. Néanmoins, elle laissait alors songeur sur les moyens et l’enthousiasme limités qui ont accompagné cette promesse.

Hélas, l’annonce progressive des modalités de la réintroduction de l’histoire-géographie en terminale S a transformé la circonspection en désillusion.

Les heures perdues dans la bataille

Tout d’abord, le rétablissement ne s’est pas opéré à moyens constants comme il est possible de la constater dans le tableau ci-dessous :

Avant la réforme Châtel

Pendant la réforme Châtel

Après la réforme Peillon

1ère S

Tle S

1ère S

Tle S

1ère S

Tle S

2h30

2h30

4h

(2h optionnelles)

2h30

2h

Malgré l’opposition unanime des syndicats d’enseignement à cette nouvelle répartition des horaires lors du Conseil supérieur de l’éducation du 22 novembre 2012, Vincent Peillon a finalement décidé de passer en force et d’imposer une perte d’heures encore plus importante que son prédécesseur puisque les élèves n’ont désormais plus la possibilité de choisir une option et doivent se contenter de 4h30 maximum d’histoire sur les deux années.

Un programme au rabais

Dès lors que la question des horaires (et surtout des moyens budgétaires) était actée, il fallait désormais se pencher sur la question des programmes.

Comme en classe de première, il a été fait le choix de construire le programme de terminale S comme un allègement des programmes de terminale L et ES… qui ont eux-mêmes été allégés depuis la rentrée 2013 par rapport à la version initiale proposée à la rentrée 2014 !

L’évolution des programmes en classe de terminale

Exemple du thème 3 d’histoire : puissances et tensions dans le monde de la fin de la

Première Guerre mondiale à nos jours

1. Terminale L/ES : version 2012

Questions Mise en œuvre
Les chemins de la puissance – Les Etats-Unis et le monde depuis les « 14 points » du Président Wilson (1918)

– La Chine et le monde depuis le « mouvement du 4 mai 1919 »

Un foyer de conflits Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale.

 

2. Terminale L/ES : version 2013

 

Questions Mise en œuvre
Les chemins de la puissance – Les Etats-Unis et le monde depuis les « 14 points » du Président Wilson (1918)

– La Chine et le monde depuis 1949

Un foyer de conflits Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale.

 

3. Terminale S : version 2014

 

Questions Mise en œuvre
Les chemins de la puissance Les États-Unis et le monde depuis 1945

La Chine et le monde depuis 1949

Un foyer de conflits Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale

Si cette solution a été présentée comme une mesure visant à ménager les enseignants qui n’auraient pas à préparer de nouveaux cours, elle se justifie difficilement d’un point de vue intellectuel et pédagogique : comment expliquer par exemple la cohérence du thème 1 en histoire (Le rapport des sociétés à leur passé) qui n’est désormais composé que d’un seul chapitre ? Comment également justifier la cohérence de certains chapitres dont les bornes chronologiques ont été arbitrairement tronquées ?

Alors que nous déployons toute notre énergie à montrer à nos élèves que les bornes chronologiques d’un sujet ont une importance primordiale au moment d’élaborer une problématique, les instructions que nous recevons font fi des méthodes élémentaires de la discipline que nous essayons d’enseigner. Il suffirait ainsi de changer une date pour gagner quelques heures de cours, alors que c’est en fait toute la cohérence de notre programmation qui est désormais à revoir.

Vers un nouveau scénario catastrophe

Malgré les multiples alertes adressées par les enseignants à leur hiérarchie dès la parution des nouveaux programmes, seules les demandes insistantes des élèves et les contestations de leurs parents-électeurs inquiets dans la perspective des classes à examen a réussi à convaincre le gouvernement d’alléger les programmes de première en 2012, puis les programmes de troisième et de terminale L et ES en 2013. Durant la première année d’application, de nombreux collègues ont non seulement souffert des conditions d’une mise en œuvre douloureuse de ces nouveaux programmes, mais aussi parfois de l’absence de soutien et de confiance en leur expertise professionnelle de la part de leur hiérarchie.

Après une telle expérience sur trois programmes différents, on pourrait croire qu’une telle erreur ne puisse pas se reproduire. Et pourtant, c’est l’inverse qui semble se profiler pour l’année prochaine avec le nouveau programme de terminale S. Les allègements ne sont en effet pas à la hauteur des deux heures d’histoire-géographie par semaine concédées à cette classe dont la discipline ne représente pas un coefficient majeur pour l’examen (et donc pour laquelle il n’est pas possible d’exiger un investissement personnel trop important).

Pour reprendre l’exemple développé ci-dessus, une programmation d’environ 14-15h est conseillée par les instructions officielles pour traiter le thème 3 d’histoire. Si l’enseignant souhaite dégager régulièrement du temps pour préparer ses élèves à l’examen, il devra donc traiter la question du Proche et du Moyen-Orient en seulement 4 heures !… Et encore, cette programmation théorique ne prend pas en compte l’éventualité d’une sortie scolaire, de l’organisation d’examens blancs dans l’établissement, des jours fériés aléatoires, des formations de l’enseignant, etc.

Bref, l’année de terminale S risque de ressembler encore une fois à un long sprint stressant où le professeur devra concentrer son activité sur de la pure transmission de connaissances alors que les élèves de cet âge montrent souvent un réel intérêt pour l’histoire-géographie et sont en demande d’échanges enrichissants.

Un retour en force du bachotage

Le coup de grâce a été porté par la publication des ressources pour la classe visant à aiguiller les enseignants dans la mise en œuvre du programme et la préparation à l’examen. Alors que de nombreux collègues ont régulièrement affirmé leur insatisfaction quant à l’épreuve de cartographie qui se résume aujourd’hui à une reproduction d’un croquis appris par cœur parmi une liste officielle, la tendance semble se généraliser avec l’apparition de sujets de compositions « envisageables ». En comparant les ressources et les sujets d’essai publiés sur Eduscol, on s’aperçoit en fait assez rapidement que le terme « envisageable » doit être compris comme « officiel ». Aucun des sujets d’essai proposés ne s’éloigne en effet d’une virgule des sujets envisageables mentionnés dans les fiches ressources.

Or, cette évolution ne sera pas sans conséquence sur notre enseignement.

Tout d’abord, il convient de signaler que cette mutation de l’examen est en totale contradiction avec les prescriptions qui montrent par ailleurs une inflation des finalités dites « critiques » des savoirs scolaires. Dans un article à paraître, Laurence De Cock montre en effet une véritable omniprésence dans les instructions officielles d’un vocable flou appelant au développement de l’esprit critique chez les élèves[1]. Pour l’histoire-géographie, la contradiction est d’autant plus flagrante que la capacité « Développer son expression personnelle et son sens critique » apparaît explicitement dans les « capacités et méthodes » mentionnées en introduction du nouveau programme de terminale S. Or, comment initier les élèves à l’analyse critique quand l’examen final consiste à reproduire docilement le plan de l’enseignant ?

Ensuite, il ne faudra pas longtemps à nos élèves pour comprendre que les sujets d’examens consistent systématiquement en une question de cours à laquelle ils devront répondre en déployant le plan mis en œuvre par leur professeur en classe. Pire encore, il est fort probable que de nombreux collègues, piégés par la lourdeur du programme, finissent par organiser leurs cours sous la forme de plans de compositions successifs permettant de traiter en 2/3 heures chaque question. Auront-ils d’ailleurs d’autres choix ? Auront-ils encore une marge de liberté pédagogique ?

Ainsi, l’examen du baccalauréat en histoire-géographie deviendra progressivement un exercice de dressage de perroquet où l’élève ne sera plus évalué sur sa capacité à réfléchir mais sur sa capacité à répéter par cœur le plan de son professeur, voire le plan proposé par des manuels qui feront la richesse des éditeurs. Il ne faudra en effet pas longtemps non plus à ces derniers pour comprendre qu’ils peuvent gagner beaucoup d’argent en proposant directement les corrigés du bac puisque la liste officielle des sujets est relativement limitée (10 sujets de composition en histoire / 10 sujets en géographie). Dès la deuxième année de mise en œuvre du nouveau programme, il deviendra d’ailleurs très compliqué de convaincre les élèves de prendre des notes, d’être attentif, voire d’assister au cours, puisqu’il suffira en fait d’apprendre par cœur les corrigés qui seront rapidement mis en ligne sur les forums et autres sites d’enseignement à distance.

Liste des sujets pouvant faire l’objet d’un sujet d’examen

Les compositions d’histoire

– En fonction de l’étude menée dans l’année, vous traiterez l’un des deux sujets suivants : l’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France ou l’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie.

– Les États-Unis et le monde depuis 1945

– La puissance américaine dans le monde depuis 1945

– La Chine et le monde depuis 1949

– L’émergence de la puissance chinoise depuis 1949

– Le Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale

– Gouverner la France depuis 1946 : État, gouvernement, administration, opinion publique.

– La gouvernance européenne depuis le Traité de Maastricht.

– La gouvernance économique mondiale depuis 1975

Les compositions de géographie

‐ La mondialisation : acteurs, flux et débats.

‐ En vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié en classe, présentez les acteurs et les flux de la mondialisation.

‐ Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation (espaces maritimes compris).

– Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales.

– États-Unis – Brésil : rôle mondial.

– États-Unis – Brésil : les dynamiques territoriales

– Le Sahara : ressources, conflits.

– Le continent africain face au développement et à la mondialisation.

– L’Asie du Sud et de l’Est : les défis de la population et de la croissance.

– Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales.

Les croquis en géographie

‐ Pôles et flux de la mondialisation.

‐ Une inégale intégration des territoires dans la mondialisation

– Les dynamiques territoriales aux États-Unis

– Les dynamiques territoriales du Brésil

– Le continent africain : contrastes de développement et inégale intégration dans la mondialisation

Désormais, seule l’étude critique de documents fera l’objet de sujets inconnus des élèves et nécessitant une réflexion personnelle. 

Pour conclure, non seulement ces perspectives ne sont guère réjouissantes pour les enseignants, mais elles peuvent aussi être considérées comme insultantes pour nos élèves qui sont cantonnés à un rôle de répétiteur à l’âge où la curiosité et l’enthousiasme ne font pas défaut. Les sites académiques et les forums professionnels foisonnent de témoignages et d’expériences où les élèves, placés dans des situations d’enseignement ambitieuses, donnent le meilleur d’eux-mêmes.

Si la volonté derrière ce nouveau programme consiste à atteindre un taux de 90%, voire de 100% de réussite au baccalauréat, la désillusion risque d’être rapidement au rendez-vous : sans ambition, on ne récolte souvent que la déception.

Mais il est encore temps de rectifier le tir et de faire confiance en l’expertise professionnelle des enseignants de terrain sans attendre de sacrifier une année. De nombreuses réflexions et propositions pour un renouvellement de l’enseignement et de l’évaluation de l’histoire-géographie au lycée existent sur le site d’Aggiornamento, mais aussi sur d’autres forums et groupes de réflexions professionnels. Il reste quatre mois avant la prochaine rentrée et nous ne manquons ni d’idées, ni de volonté !


[1] Laurence De Cock, « Qui suis-je pour critiquer ? », réflexions sur les finalités critiques de l’enseignement de l’histoire, Communication au colloque de l’AREF, Montpellier, août 2013, à paraître.


2 réflexions au sujet de « Rétablissement de l’Histoire-géographie en terminale scientifique : chronique d’un gâchis annoncé »

  1. François-René

    Je n’ai pas l’habitude d’intervenir sur les forums sociaux, bien que je les consulte régulièrement. J’appartiens à cette catégorie de professeurs recrutés en petit nombre dans la seconde moitié des années 1970, à une époque où les postes au CAPES et à l’agrégation ne dépassaient pas quelques dizaines. Ancien élève des IPES, je peux dire que j’ai choisi mon métier de professeur d’histoire et de géographie, et que je l’ai longtemps exercé avec un immense plaisir. Il me reste 4 ou 5 ans de « carrière », et mon amertume est grande face à l’évolution de nos enseignements et à l’attitude de ceux qui les dispensent.
    Notre collègue se plaint de la diminution des horaires d’histoire et de géographie dans les séries scientifiques. Mais faut-il rappeler l’époque où en première C et D, nous disposions de 4h hebdomadaires et de 3h en terminale ? Faut-il rappeler que les programmes tenaient sur une page, qu’ils énonçaient uniquement les titres de chapitres, et que le professeur n’avait d’autre obligation que boucler le programme dans le temps qui lui était imparti. Aujourd’hui, plus on parle de liberté pédagogique, moins elle est respectée. A quand les cours clés en main ? Avec les fiches EDUSCOL et la multiplication des cours en ligne, servons-nous encore à quelque chose si on nous enlève ce qui est l’âme de nos disciplines : le temps nécessaire à une analyse distanciée des grands problèmes du monde ?
    C’est ce que semblent souhaiter nombre de nos jeunes collègues, dont la culture générale est plus que défaillante. Je ne suis pas certain que s’ils avaient à préparer un cours dans les conditions qui furent les nôtres il y a 30 ou 40 ans, ils soient en mesure de le faire. Je parle bien entendu du contenu, et non pas de la mise en forme « pédagogique » qui masque de plus en plus cruellement le vide du fond. Nous allons finir en simples commentateurs de l’actualité, zappant d’un thème à l’autre, d’un support à l’autre, en donnant à penser à nos élèves que le professeur et le journaliste font le même métier. Ce n’est pas seulement une question de programme.
    Le rétablissement de l’histoire et de la géographie en terminale S est un trompe-l’œil. Réduits à la portion congrue, nos enseignements n’ont d’autre vocation que de constituer un vague accompagnement humaniste à la pensée mercantile dominante. Nous serons la seule discipline où la liste des sujets potentiels est connue à l’avance : la composition n’est plus qu’une restitution organisée de connaissances et le croquis un exercice de coloriage amélioré. Seule l’analyse de documents présente un intérêt, mais compte-tenu de sa forme actuelle, elle est difficilement évaluable, car dans 80% des copies elle se borne à de la paraphrase.
    J’admire le travail de réflexion entrepris par nombre des intervenants de ce site. Mais ils ne représentent pas le « professeur moyen ». Que l’on ne se trompe pas. Il n’y a dans mon propos aucun mépris à l’égard de qui que ce soit, et lorsque mardi prochain je me retrouverai devant mes classes, ce sera avec l’inquiétude du professeur auquel il ne reste que 3 semaines pour dispenser un peu de ce savoir que mes maîtres m’ont transmis. Je le ferai avec détermination, malgré l’air du temps qui n’incite guère à l’optimisme.
    Amitiés confraternelles.

    François-René

    Répondre
  2. Florent

    A propos des heures et du programme infaisable : pourquoi maintenir les deux heures hebdomadaires de l’option et alourdir le programme en multipliant les thèmes et points à traiter par 3 ou 5 ? L’argument de l’épreuve écrite et non plus orale ne tient pas. Avec deux heures hebdos, un programme en 4 thèmes divisés en deux points à traiter restait idéal pour, justement, éveiller l’esprit critique des élèves, nourrir leur réflexion et les intéresser. Là, nous allons survoler chacun des chapitres, alignant poncifs et à-peu-près, sans pouvoir prendre le temps de répondre aux questions que ne manquera pas de susciter note enseignement ou l’actualité.
    A partir du moment où l’option était en place, fallait-il continuer de réclamer le retour de l’histoire en TS ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *