À propos du projet de programme de terminale (voie générale) : 2 réactions (Nanterre, Le Mans)

Rédacteurs : Laurence De Cock (lycée Joliot-Curie, Nanterre) et Michael Guihard (lycée M. Yourcenar, Le Mans, pour l’équipe d’histoire-géographie)

1ère contribution : Laurence De Cock (message direct à la DGESCO)

En dépit du caractère sans doute répétitif et redondant de cette première remarque, ce programme est très ambitieux :

– Pour les élèves d’abord

* Dans certains lycées notamment, ils arrivent en terminale avec un niveau très faible, ne sachant parfois pas prendre des notes. Un phénomène qui va s’accentuer avec la diminution drastique des redoublements en fin de seconde ; le passage de 1ère à la terminale étant déjà automatique. Ce programme risque fort d’accentuer les fractures entre les élèves des quartiers populaires et ceux des quartiers favorisés.

* La rupture épistémologique de ce programme n’est pas inintéressante : opérer ce « carottage thématique » et donner à chacun des thèmes l’épaisseur historique du temps long est intellectuellement stimulant. Mais cette rupture intervient après deux années reposant sur deux logiques cognitives totalement différentes : celle de seconde basée sur des « moments historiques » dont la cohérence repose sur la chrono-thématique avec un découpage de période très traditionnel : antiquité/Moyen-âge/renaissance et le choix d’un ou plusieurs thèmes par période. La fin du programme en revenant à une lecture continue du passé révolution-XIXe siècle. Le programme de première, lui, opère une condensation XIXe-XXe siècle qui n’est rendue possible que par la double contrainte de la conceptualisation et des entrées. Là encore, l’opération cognitive est différente : il faut jouer de l’articulation entre étude d’un cas/généralisation ; le tout dans un cadre évènementiel extrêmement dense obligeant à une cadence du galop et à des simplifications obligées.

Le programme de terminale propose alors une toute autre lecture… C’est préjuger d’une adaptabilité naturelle des élèves à ces nouvelles approches ; là encore, je crains que certains lycées soient contraints de réviser à la baisse leurs ambitions.

– Pour les enseignants :

* Je passe sur les stagiaires qui arriveront dans deux ans avec les trois nouveaux programmes à préparer

* La formation universitaire n’est pas du tout adaptée à ces approches thématiques sur le temps long

* Elle pourrait certes être compensée par la formation continue… mais… ai-je besoin de préciser la suite ?

* Les enseignants, certes dignes de confiance comme on nous le répète, sont fatigués ; c’est un élément important. Ils sont fatigués de la multiplication des tâches et des coups portés à leur statut via les restrictions budgétaires. Ce n’est pas un épiphénomène, c’est une donné conjoncturelle lourde. Dans certaines classes, l’augmentation du nombre d’élèves due à la suppression des postes rend difficile les évaluations formatives pour le Bac. C’est un aspect capital du possible découragement.

Sur le fond maintenant :

On comprend bien qu’il serait ridicule de verser dans l’énumération des « manques » face à un programme qui opte pour le thématique.

Chacun y trouvera de quoi contenter ses affinités thématiques et périodiques.

Quelques remarques néanmoins :

Thème 1 :

Pourquoi ne pas donner le choix entre les deux thèmes (patrimoine/histoire) et traiter des deux mémoires (guerre/Algérie) sans avoir à choisir. La comparaison entre les deux serait plus pertinente.

J’irais même jusqu’à suggérer la suppression du thème patrimonial, cette dimension apparaissant tellement en filigrane du collège et de la seconde ; est-il vraiment utile de la formaliser en cycle terminal ?

Thème 2 :

Je suggèrerais « le monde ouvrier » pour ne pas oblitérer la dimension sociale de la question que peut parfois recouvrir (en masquant) le terme de « culture ». Par ailleurs, une comparaison avec la France ne serait-elle pas intéressante là encore ?

Thème 3 :

La question sur l’Etat et l’Etat-nation depuis le XIIIe siècle est trop complexe et controversée historiographiquement. C’est l’un des points d’achoppement entre médiévistes.

Le temps y est ici tellement long que nous courrons aux simplifications et à une vision excessivement téléologique potentiellement proche du roman national avec des dates repères et la montée progressive du sentiment national. Cela me semble désuet sur le plan historiographique, infaisable en si peu de temps et encore moins évaluable dans le cadre d’une composition !

S’il fallait garder cette question, pourquoi ne pas la recentrer sur la construction de l’Etat et de l’administration en France ?

L’administration est la grande oubliée de l’histoire politique scolaire ; elle est pourtant un facteur-clé pour comprendre les rouages politiques encore à l’oeuvre aujourd’hui puis les enjeux ultérieurs de la décentralisation.

Deux mots sur la géographie :

Le choix du football se justifie certes par les récents ouvrages historiques, géographiques et sociologiques (Stéphane Beaud). Mais il me semble trop directif et peu donner une impression un peu « racoleuse ».

Je suggèrerais de préférer « le sport » (au choix). par ailleurs, l’articulation avec la généralisation sur la mondialisation en débat ne me paraît pas du tout évidente à opérer.

Laurence De Cock

2ème contribution :  Lycée Marguerite Yourcenar, Le Mans

Synthèse des observations des professeurs du Lycée (cette synthèse reprend, dans sa première partie,  la forme du questionnaire adressé aux établissements par l’inspection dans l’académie de Nantes)

QUELQUES QUESTIONS POUVANT GUIDER LA CONSULTATION DES PROGRAMMES DE LA CLASSE DE TERMINALE

Nous souhaiterions dans la mesure du possible des réponses développées.

I. Présentation des programmes, architecture et cohérence d’ensemble :

–        Sont-ils facilement lisibles ? Les titres des parties et des thèmes sont-ils bien significatifs ?

OUI

Séries L ES :

–        En histoire, les thèmes retenus vous semblent-ils laisser place aux différents champs historiques (économique et social, politique et culturel) et permettent-ils de répondre au thème annuel : « Regards historiques sur le monde actuel » ?

OUI

–        En géographie, le choix des thèmes permet-il de répondre au thème annuel : « Mondialisation et dynamiques géographiques des territoires » ?

OUI

Série S : Les questions du programme permettent-elles de répondre au thème annuel : « Des clés historiques et géographiques pour lire le monde ».

OUI

II. Pertinence des indications de mise en œuvre (série L ES)  et des choix des questions :

–        L’articulation entre les thèmes retenus et la mise en œuvre apparaît-elle clairement ?

NON pour les thèmes, car les études de cas proposées donnent l’impression d’un éparpillement sans cohésion. OUI pour la mise en œuvre, nonobstant la question des TICE dans une logique de suppression globale des heures, donc des dédoublements.

–        Les indications de mise en œuvre sont-elles suffisamment, insuffisamment ou trop précises ?

Convenables sauf les études de cas « obligatoires ». Quid de la liberté pédagogique des professeurs ?

–        Les indications de « mise en œuvre » rendent-elles les programmes plus facilement réalisables et l’enseignement plus incarné ?

OUI, si elles sont significatives (problème par exemple avec le football).

–        Notez- vous des manques importants ? lesquels ?

NON, mais le thème 2 devrait avoir une correspondance avec les cas français.

–        Les indications horaires affectées à la mise en œuvre de chacune des grandes parties sont-elles en cohérence avec les contenus correspondants ?

L’ensemble nous paraît très ambitieux.

Vos autres remarques sur les programmes : (partie non directive)

Remarque préliminaire :

Le manque de prise en compte des observations formulées l’an dernier par l’ensemble des acteurs de terrain à propos des programmes de 1ère nous rend dubitatifs sur l’efficience de cette consultation. La consultation sur les programmes de 2nde l’année précédente avait bénéficié d’une meilleure écoute, même si ce programme n’est pas satisfaisant à bien des égards dans son état actuel.   Beaucoup de nos collègues, découragés par cette attitude, ne se sont donc pas exprimés cette fois-ci.

Cela dénote également une conception de plus en plus hiérarchique de l’Education Nationale, dans laquelle tout est imposé d’en haut, sans tenir compte de l’avis des professionnels dans les établissements, ni des corps intermédiaires (chefs d’établissement, inspecteurs,…). Bon nombre de collègues se sentent du coup tenus pour quantité négligeable, voire méprisés par l’institution. Et cela, dans un contexte de réduction des horaires pour les classes, d’augmentation de leurs effectifs, de réduction de postes des personnels, d’alourdissement de leur charge de travail, de non-revalorisation des salaires.

Généralités :

Avec ces nouveaux programmes de Terminale s’opère une rupture cognitive, méthodologique et épistémologique par une approche thématique sur des temps longs. Ce peut être intéressant mais la conception des programmes de 2nde et 1ère n’allant pas dans le même sens, l’apprentissage risque d’être difficile pour les élèves. En effet, cela les contraint à une réflexion différente dont on peut se demander l’intérêt une année d’examen. Il est également délicat d’avoir à se prononcer sur des programmes et leur mise en œuvre, notamment méthodologiques, sans connaître au préalable les modalités définitives des épreuves de baccalauréat. Cette forme de précipitation, déjà perceptible depuis le début de la « réforme du lycée » accroît les difficultés. En conséquence, nos élèves de seconde n’ont pas eu de manuels avant le mois de novembre. Ceux qui passeront en 1ère S (probablement près de la moitié des effectifs) n’ont pas pu être préparés aux types d’épreuves de baccalauréat pendant la première moitié de l’année, puisque les professeurs en ignoraient les modalités. Il en sera de même pour nos futurs élèves de 1ère ES et L qui n’auront que deux ans au lieu de trois pour se préparer aux nouvelles épreuves.

Nous avons donc l’impression (surtout si on y intègre les programmes de collège) d’un mille-feuilles dans lequel on superpose les couches sans guère se préoccuper de ce qui précède et de ce qui suit.

La suppression inadmissible de l’Histoire-Géographie comme enseignement obligatoire en Terminale S (près de la moitié des baccalauréats généraux) comme la baisse des exigences méthodologiques de leur épreuve anticipée de fin de première, sont très loin de préparer ces élèves au mieux à leurs études universitaires ultérieures et à leur rôle futur de citoyens.

Des consignes générales comme l’autonomie dans le travail ou l’utilisation recommandée des TICE sont évidemment profitables aux élèves mais nous nous interrogeons sur les possibilités de mise en œuvre dans un contexte de réduction des postes, des horaires pour les enseignements et donc des dédoublements potentiels.

Histoire

Thème 1 :

Pourquoi ne pas traiter les deux questions sur la mémoire ? Elles pourraient être enrichies de regards croisés et/ou être comparées. En revanche la question sur le patrimoine semble peu pertinente et totalement déconnectée du reste du programme. Elle semble de toutes les façons impossible à traiter correctement en si peu d’heures. A supprimer ?

Thème 2 :

La culture et l’action ouvrières ne sont pas monolithiques. A modifier donc. La question sur la religion et la société nous semblent décalées, voire inappropriées dans un enseignement laïque. Quel intérêt pour la construction personnelle de nos élèves ? A supprimer ? Ces deux questions semblent aussi difficiles à étudier indépendamment du contexte général. La question sur les médias est problématique également quant au singulier d’ «opinion». Celle-ci est forcément plurielle.

Thème 3 :

Le thème en général est cohérent et offre des possibilités de passerelles avec le programme de Géographie. Mais faire remonter l’étude de l’Etat-Nation au XIIIème siècle est une aberration, tant pédagogique qu’historiographique. Par ailleurs, l’Europe politique et la gouvernance mondiale sont essentiellement virtuelles. Comment les étudier ?

Thème 4 :

La cohérence d’ensemble est peu perceptible. La question sur le Proche et Moyen-Orient devrait être étudiée jusqu’à nos jours.

Géographie

Où est passé le développement durable dans ce programme ?

Thème 1 :

La question sur les cartes est obscure et ambitieuse. Elle ne peut prendre de sens qu’en fin de programme, après avoir utilisé nombre de cartes dans les autres parties du programme ! La question sur le Proche et Moyen-Orient ne peut pas se traiter en thème introductif, alors qu’en Histoire il sera vu plus tard dans l’année !

Thème 2 :

Bonne idée que de réintroduire des études de cas, pour prolonger ce qui est fait en 2nde et 1ère. En revanche, leur sujet doit-il être imposé ? Il serait plus judicieux d’en laisser le choix aux professeurs. Londres, pourquoi pas, mais ce pourrait être une autre ville mondiale. Le football paraît racoleur et discriminant. Pourquoi pas le sport ou la musique ou le cinéma ?

Thème 3 :

La démarche globale est intéressante. La problématique axée sur la population en Asie ne correspond cependant plus aux recherches actuelles.

Pour l’équipe d’Histoire-Géographie,

le professeur coordinateur,

Michaël Guihard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *