« Sur cette photo, on peut voir mon père bébé » : Regards de lycéens sur la guerre d’Algérie

bébé

« Sur cette photo, on peut voir  mon père bébé » (fils de Mohamed Benyahia, militant nationaliste algérien, secrétaire général du GPRA, mort en 2006).

Quand des lycéens partent sur les traces d’un passé où s’entremêlent mémoire familiale, histoire enseignée, récits médiatiques ou militants,  littérature, poésie etc. et que tous ces cloisonnements n’ont aucune importance pour des adolescents en quête de restitution de parcours qui, pour des raisons plus ou moins obscures, les ont touchés. Les récits qui en découlent ne s’encombrent d’aucun tabous ou codes académiques. Ils sont des mises à nu d’affects, de questions, de révoltes et d’analyses, comme savent encore le faire les profanes, mais non profanateurs, qui s’emparent du passé. (Laurence De Cock)

Responsables du projet : Giry Florence, professeure d’histoire-géographie et Le Floch Soazig, professeure de lettres, enseignantes au lycée duhamel du monceau, à Pithiviers

2012, 28 élèves d’une quinzaine d’années.

2012, année des commémorations des 50 ans de la fin de la guerre d’Algérie.

Compte tenu de nos objectifs pédagogiques et de l’intérêt médiatique suscité par ces commémorations, ce sujet nous est apparu comme une évidence. Comment les élèves accèdent-ils à la connaissance de la guerre en dehors des cours ? Quel est le poids des mémoires familiales ? Et celui d’une certaine guerre des mémoires sur Internet, leur média favori et très souvent le point de départ de toutes leurs recherches ? Comment leur permettre de prendre du recul par rapport à ces différentes mémoires et de les historiciser ?

Nous ignorions encore que nos projets initiaux allaient être bouleversés par l’implication et l’enthousiasme des élèves, nous amenant à revoir nos plans en façonnant notre séquence à l’aune de la qualité de leurs travaux.

Nous avions en effet prévu de partir de recherches personnelles des élèves, les invitant à préparer un exposé oral à partir d’un objet, d’un témoignage, d’une photo, d’un article, de ce qu’ils voulaient à même de les intéresser, traitant de près ou de loin, du passé, de l’avant ou de l’après, de la petite ou de la grande histoire de cette guerre. Ces exposés devaient nous servir de point de départ pour l’étude d’une œuvre qui prenait cet épisode pour contexte.

Mais les deux séances d’exposés ont été pour nous une révélation et un moment important pédagogiquement certes, mais aussi humainement. Nous avons été sonnées par la qualité des travaux des élèves, reflétant leur intérêt pour le sujet et permettant souvent d’aborder une histoire qui les touchait à travers l’histoire d’un aïeul ou bien la perception d’une thématique historique encore douloureuse ou controversée. Ils abordaient ce sujet sans se poser de questions et ce regard nouveau et libéré sur un passé qui ne passe pas, souvent source d’occultation médiatique ou personnelle, parfois même inconsciente, était enthousiasmant.

Il s’est agi, après, de faire reprendre les exposés, de guider les recherches avec rigueur, de dépassionner parfois les regards familiaux en confrontant le témoignage individuel aux faits historiques avérés, de mettre en opposition différents points de vue, et de retravailler la forme de restitution. Le centre de documentation de l’établissement, qui s’est doté d’un fonds de ressources de qualité considérable sur le sujet a permis de travailler ces éléments avec précision.

Nous remercions sincèrement les élèves qui se sont impliqués dans ce travail, souvent avec un timing assez resserré, et Monsieur le Proviseur qui nous a soutenues dans nos démarches.

sommaire
Les récits des élèves sont à télécharger ici :

regards_sur_l_histoire

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *