Commémorer la Grande Guerre. Oui, mais comment ?

Rédacteur : Vincent Mespoulet

Le foisonnement des projets et des initiatives pour célébrer le centenaire de la Première Guerre Mondiale touche directement les enseignants d’histoire-géographie du secondaire. Nul doute que beaucoup d’entre nous sommes désireux d’offrir à cette occasion l’opportunité d’apprendre et de réfléchir sur un thème majeur des programmes de 3ème et de Première. Nous développons ci-dessous le descriptif et la problématique d’une histoire croisée réunissant un établissement scolaire français et un établissement scolaire néo-zélandais.

Faire la guerre / Refuser la guerre. Histoire croisée des formes de désobéissance à la guerre en France et en Nouvelle-Zélande autour des figures de Jean Giono et d’Archibald Baxter.

1939. A quelques semaines d’intervalles, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, deux acteurs de la Grande Guerre expriment leur pacifisme et leur antimilitarisme. L’un est français, l’autre est néo-zélandais. L’un a fait la guerre, l’autre a refusé de la faire. Jean Giono écrit l’un de ses plus beaux textes pacifistes Recherche de la pureté, préface à la réédition des Carnets de Moleskine de son ami Lucien Jacques dans la collection Blanche de Gallimard. Avec We will not cease, Archibald Baxter livre de son côté le récit autobiographique de son « combat poussé au paroxysme contre la machine militaire pendant la Première Guerre Mondiale ». Ce qui relie fortement les deux hommes, c’est la puissance de leur conviction pacifiste forgée dans les épisodes traumatiques qu’ils vécurent pendant la guerre et dont ils souffrirent dans leur chair. Une conviction qui alimentera directement leur engagement intégral pour la cause de la paix pendant les années 30.

We will not cease

We will not cease, édition de 1968, en pleine guerre du Vietnam

Car évoquer Giono et Baxter en 1939,  c’est entrer dans les différentes temporalités de la Première Guerre Mondiale que les élèves français et néo-zélandais seront invités à explorer.

La première temporalité, c’est l’expérience de guerre elle-même, 1914-1918. Mobilisé en décembre 1914, Jean Giono monte au front à partir du printemps 1916. Certes Giono fait la guerre mais il est un soldat de mauvaise volonté. Il est fier d’être resté soldat de deuxième classe, de ne jamais avoir été décoré, de n’avoir tué personne en rendant son fusil inutilisable, comme il l’a écrit dans Refus d’obéissance en 1934. Cette mauvaise volonté a été commune parmi les combattants. Elle fait partie des stratégies de contournement et de résistance passive, dans une zone grise à la lisière entre obéissance et désobéissance.  Il s’agira alors d’étudier toutes les formes de refus individuels ou collectifs qui ont culminé pendant les mutineries de 1917 au plus fort de la fatigue de guerre. Du côté néo-zélandais, le refus de guerre s’exprime d’une autre manière. Il est en grande partie lié au Military Service Act qui instaure la conscription en 1916. Cette loi prévoyait  dans des conditions très restrictives la possibilité d’une objection de conscience, élément qui n’apparaîtra dans la législation française qu’en 1963 juste après la guerre d’Algérie. Archibald Baxter refuse de faire la guerre mais ne peut pas invoquer l’objection de conscience réservée aux membres de certaines églises chrétiennes (Quakers, Christadelphes, Adventistes du septième jour) qui avaient affirmé avant le déclenchement du conflit que la guerre est « contraire à la révélation divine ». Avec plus d’une centaine d’objecteurs, il se retrouve enfermé dans le camp militaire de Trentham près de Wellington, avant d’être envoyé en juillet 1917 avec les détenus les plus récalcitrants en Grande-Bretagne. Persistant dans leur refus de participer ne serait-ce qu’à travers des tâches civiles. Baxter et 9 autres compagnons sont envoyés en octobre 1917 dans le secteur d’Etaples où ils continuent  à subir de nombreuses vexations et tortures, au premier chef le Field Punishment n° 1. C’est l’histoire de ces objecteurs que nous demanderons à nos partenaires néo-zélandais de suivre, en s’intéressant aux différentes catégories d’objecteurs, chrétiens, socialistes, anarchistes mais aussi les populations autochtones maories réfractaires à la guerre.

Field_punishment_no1

Field Punishment n°1 : dessin d’époque, d’origine inconnue, montrant comment attacher un soldat pour l’administration du Field Punishment n°1, qui pouvait être infligé pour une durée maximale de 28 jours

La deuxième temporalité de la Première Guerre Mondiale, c’est celle qui nous mène d’une guerre à l’autre, 1914-1944. Une « guerre de Trente Ans du XXème siècle », comme l’écrivait Arno Mayer. Là aussi les figures de Giono et de Baxter, militants acharnés de la paix dans les années 30, nous serviront de fil conducteur et aideront à suivre les formes que prit le pacifisme de l’entre-deux-guerres. En 1931, Archibald Baxter crée par exemple à Dunedin une branche locale du No More War Movement qui essaima dans tout l’Empire britannique à partir de 1921. Avec son épouse, il organise des pétitions pour mettre fin à la conscription militaire et pour promouvoir le désarmement international. Installé en Angleterre à partir de 1937 il participe à la conférence de Copenhague du WRI (War Resisters International). Giono quant à lui rejoint l’AEAR (Association des Ecrivains et Artistes Révolutionnaires), il participe au journal Rassemblement, une feuille élaborée par les comités bas-alpins de vigilance contre le fascisme et la guerre. Surtout, il organise les Rencontres du Contadour entre 1935 et 1939.

Enfin la troisième temporalité, celle du centenaire 1914-2014, nous inscrit dans la mémoire du refus de la guerre aujourd’hui, à un moment où tous les acteurs de la Première Guerre Mondiale ont disparu. Il sera alors possible d’examiner comment la mémoire de ceux qui ont refusé la guerre s’est transmise et comment elle est véhiculée. On pense à la filmographie de la Première Guerre Mondiale où l’empreinte pacifiste est dominante. Mais cette mémoire s’inscrit aussi dans le paysage local, elle laisse quelques traces. Le monument aux morts pacifiste de Château-Arnoux où se rejoignent tous les ans les membres de la Libre Pensée pour demander la réhabilitation des trois fusillés pour l’exemple bas-alpins. La présence de la Coopérative européenne de Longo Maï, à tonalité libertaire, internationaliste et pacifiste, fondée en 1973 par Roland Perrot, ancien déserteur de la Guerre d’Algérie, qui a bien connu Giono, et qui s’inspira de l’expérience du Contadour pour organiser sa communauté sur la colline de Limans près de Forcalquier. Il sera aussi très intéressant de faire rencontrer aux élèves la fille de Jean Giono, Sylvie, qui perpétue la mémoire et la pensée de son père à travers l’Association des Amis de Jean Giono, installée dans la célèbre maison Lou Paraïs sur la colline du Mont d’Or. En Nouvelle-Zélande, le souvenir des objecteurs et de l’œuvre d’Archibald Baxter reste vivant. Un Archibald Baxter Memorial Trust se met en place à l’occasion du centenaire de la guerre. De nombreuses associations pacifistes  perpétuent le souvenir de Baxter  et font référence à lui à travers un activisme anti-guerre concentré sur les conflits contemporains dans lesquels la Nouvelle-Zélande a été engagée (Afghanistan, Irak).

Château-Arnoux

Détail du monument aux morts d’inspiration pacifiste de Château-Arnoux (Alpes de Haute-Provence) réalisé par Alfred Salvignol et édifié en 1928 (Photo Vincent Mespoulet)

Faire travailler des adolescents de la génération actuelle autour de cette thématique Faire la guerre/ refuser la guerre est surtout l’occasion de construire un discours sur le passé et le présent, le hier et l’aujourd’hui. Certains historiens des deux pays mesurent le risque de voir la commémoration du centenaire se transformer en « une rhétorique très convenue et un peu régressive, mêlant le grand récit national au patriotisme triomphant  » et créant «  une mémoire conservatrice et molle, autour du triptyque classique : déploration de la dureté de la guerre, exaltation du patriotisme, et nécessité de la paix et de l’Europe » (Nicolas Offenstadt, entretien dans Libération du 25/26 janvier 2014). De son côté, le professeur Kevin Clements note: « l’histoire (des objecteurs et des pacifistes) s’oppose au mythe d’une identité nationale forgée dans le combat de l’autre côté du monde. En s’effaçant de la mémoire, la guerre risque d’être idéalisée en une histoire de l’identité nationale dans une perspective militaire qui viendrait submerger d’autres approches   » (Otago Daily Times, 30 décembre 2013).

Notre projet d’histoire croisée franco-néo-zélandaise s’inscrit donc résolument dans ces trois temporalités et cherche à s’ancrer dans la pluralité des récits possibles de la Grande Guerre.

Jean GionoLucien Jacques

Jean Giono en 1915 (collection de la famille Giono) / Bois gravé de Lucien Jacques, non daté

La patrie humaine

Une de La patrie humaine, 28 juillet 19398, journal hebdomadaire fondé en 1931 par Victor Méric et dont le dernier numéro paraîtra le 25 août 1939

Quelques liens pour prolonger cet article :

– le texte de Baxter ;

– la citation de Kevin Clements dans l’Odago Daily Times ;

– la citation de Nicolas Offenstadt dans Libération ;

– la réédition ultra récente des Carnets de moleskine de Lucien Jacques.

 


Une réflexion au sujet de « Commémorer la Grande Guerre. Oui, mais comment ? »

  1. B. Girard

    Bonjour,

    si les questions posées par l’auteur de l’article sont pertinentes, on ne comprend pas pourquoi il faudrait les poser spécialement en 2014 – ni avant ni après – dans un cadre étroitement délimité par les injonctions de l’EN où le bourrage de crâne l’emporte sur les préoccupations historiennes.

    http://blogs.rue89.nouvelobs.com/journal.histoire/2013/11/06/centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale-lecole-entre-commemoration-et-manipulation-231590

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *