La guerre des forêts…

 Rédacteur : Eric Fournier 

À propos d’Edward P. Thompson, La Guerre des Forêts, Luttes sociales dans l’Angleterre du XIXe siècle, La Découverte, 2014, 196 p., 15 €.

La_guerre_des_for_ts_de_Edward_Palmer_THOMPSON

 « L’homme y passe à travers des forêts de symboles qui l’observent avec un regard familier ».

« Correspondances » de Baudelaire semble des plus appropriés pour introduire La Guerre des Forêts de Thompson, l’auteur de La Formation de la classe ouvrière anglaise[1], non seulement pour sa métaphore évoquant taillis et futaies disant plus qu’elles-mêmes, mais essentiellement parce qu’il sera bien question ici de fructueuses correspondances entre histoire savante et histoire scolaire.

Histoire érudite, La Guerre des forêts l’est assurément. Thompson revient sur le terrible mais méconnu  Black act  de 1723 qui promet à la pendaison ceux qui pénètrent dans les forêts pour braconner le cerf, le visage souvent enduit de suie pour être méconnaissable (d’où le nom « Black act »). La peine de mort est ensuite étendue au seul fait de ramasser des brindilles ou de la tourbe. Thompson expose alors ce qui se joue dans les bois : les luttes sociales rurales, l’affirmation d’un État moderne, la question de la propriété et du droit. Histoire si érudite manifestement que les éditions La Découverte – élaguons d’emblée ce qui chagrine – ont jugé bon d’en offrir une traduction abrégée ; puis longuement commentée par Philippe Minard, dont le texte, au demeurant fort clair et utile sur le contexte épistémologique, est hélas parfois redondant avec Thompson. Voici donc une belle pépite historiographique exhumée. Et ensuite ? So What ? Comme aurait rétorqué un Black au garde forestier prétendant l’arrêter…

Et bien la guerre des forêts entre en résonance avec les questionnements d’Aggiornamento, offrant un exemple haut en couleur d’une démarche qui souligne tant l’étrangeté du passé que ses possibles et son actualité[2] ; qui éclaire les vertus des jeux d’échelles, d’une histoire « par en bas » attentive à la complexité de rapports sociaux en constante reconfiguration ; une pratique historienne enfin qui démontre qu’il n’est nul besoin de repères exhaustifs ou de chronologies minutieusement égrenées pour faire une histoire aussi dense et  exigeante qu’émancipatrice.

 L’Histoire vue des lisières

Thompson restitue avec minutie les luttes sociales menées autour de la forêt royale de Windsor et celle seigneuriale du Hampshire. Les pratiques de résistance des habitants des bois, ou plus souvent des lisières de ceux-ci, sont au cœur d’un livre qui constitue donc une remarquable étude de cas d’une « histoire par en bas » – d’une manière de faire qui ne se limite pas aux dominés mais restitue leur capacité d’action (agency) face aux dominants. « L’histoire par en bas » est bien une histoire de rapports conflictuels, comme le souligne le titre initial : Whigs and hunters. Suivre les Blacks dans leur lutte pour l’usage de ce qu’ils considèrent comme un bien commun ou dans leur rébellion face à une loi inique est en soi passionnant. Pourtant, note Thompson, à quoi bon interroger un Black Act qui pourrait sembler anecdotique comparé à des phénomènes plus massifs et tout aussi signifiants, comme les enclosures, l’industrialisation ou l’impérialisme britannique ? Thompson voit dans cet objet un observatoire privilégié de la fabrique du droit moderne dans la controverse qui l’oppose alors aux althussériens qu’il considère comme des marxistes orthodoxes bridés par le structuralisme. Epistémologiquement ce passage[3] est intéressant, mais il faut bien reconnaître qu’en termes d’usages relevant d’histoire scolaire sa maniabilité se révèle quelque peu limité. En classe, sa capacité heuristique est ailleurs.

À l’heure des « études de cas » et des jeux d’échelles, cette guerre des forêts montre comment on peut, à partir d’une histoire « par en bas » – précise, limité dans le temps et l’espace – élargir à des objets plus amples. Lorsque des paysans risquent la peine de mort pour ramasser de la tourbe, ou contestent devant les tribunaux l’interdiction de ramasser l’écorce d’un arbre tombé, cela illustre ce que c’est que l’économie paysanne de survie. Lorsque des bandes organisées de braconniers déciment les cerfs royaux de Windsor – des cerfs qui ont le droit de saccager les champs semés ; dont la population est mieux recensée que celles des hommes des bois – cela brise l’image de masses rurales docilement soumises à la figure royale. Ces faits soulignent aussi avec force l’étrangeté du passé.

La guerre des forêts peut également illustrer l’actualité du passé tant il se penche sur la transformation de ce qui relève d’un bien commun – moins les arbres eux-mêmes que l’espace qui les porte et les produits de  cet écosystème – en un bien strictement privé  servant les intérêts de dominants qui s’approprient l’espace et son usage. Cette question de la limite sans cesse reculée de la propriété, de l’appropriation totale de la nature par le droit moderne, fait écho au champ en plein essor d’une histoire environnementale critique autrement plus stimulante et émancipatrice que les pâles injonctions relatives au développement durable. Et, incidemment, l’histoire et la géographie peuvent aller braconner de concert.

Certes, pour mener une telle approche, d’autres exemples existent. Ainsi, au même moment, sur les littoraux français, des paysans affirment leur droit à ramasser les produits de la mer (coquillages, varechs, débris divers)[4]. Mais – sauf à supposer que s’appuyer sur les représentations des élèves c’est déchoir – convenons que des Robins des bois modernes peuvent se révéler plus intriguant que des ramasseurs de palourdes.

 Le maquis social contre le sens commun

 Par le « constructivisme social » et l’Agency, Thompson rappelle que rien n’est joué d’avance, que l’histoire est un processus tout sauf linéaire, mais une trame complexe, enchevêtrée – en constante recomposition sous l’effet des luttes. Qui sont ces hommes – ni « bandits sociaux » ni « Jacques » mais entre les deux – qui s’opposent à un  Black act  inique auquel ils opposent l’ancien droit coutumier ?

Cassant le sens commun, Thompson révèle que les bandes de braconniers, telle celle du « roi Jean » dans le Hampshire, forte d’une centaine d’hommes « capables de disparaître aussi facilement dans les replis de la dissimulation populaire que le Viêt-Cong dans la Jungle »[5], sont composées évidemment de paysans mais aussi de nobles en voie de déclassement. Les blacks ne sont pas des marginaux ou des « misérables » : « Le capitaine [des blacks] retira […] son gant noir et montra sa fine main blanche […] demandant [à la femme d’un délateur] si elle appartenait à un misérable »[6]. S’opposant aux gardes forestiers, les attaquant parfois pour libérer des prisonniers, ravageant les propriétés de la haute aristocratie et de l’église anglicane, la bande du « roi Jean » rend aussi la justice, pour (ré)affirmer les droits d’usages. Ainsi se dessine une autonomie locale temporaire – mais qui ne se concevait pas comme telle – contre un État modernisant son administration en renforçant son dispositif répressif au gré des circonstances.

Cette brève mais intense plongée au cœur de forêts anglaises, où l’étranger pourrait facilement s’égarer, est pourtant tout à fait accessible. Et cela doit nous encourager, dans nos réflexions sur les programmes et les pratiques, à l’art de l’ellipse.

 Défricher des clairières dans la forêt des temps

 Je dois ici faire un aveu – glaçant.

 Je n’ai qu’une connaissance fantomatique des rivalités entre les Stuarts et les Jacobites, que de maigres réminiscences du phénomène des enclosures ; je ne sais strictement rien de la vie politique anglaise vers 1720, j’ignore tout du ministère Walpole (shame on me !), du roi Georges II, de l’administration du royaume ; la complexité des structures foncières et de la société rurale anglaise me sont étrangères ; le droit coutumier britannique m’est finalement aussi familier que la mécanique quantique.

Bref, je n’étais guère armé pour me confronter à ce livre qui s’adresse ici clairement à un public universitaire appréhendant le contexte général de l’Angleterre du début du XVIIIe s. Et donc – n’étant pas spécialiste de la période – je n’ai sans doute pas saisi toute la richesse de ce livre foisonnant, malgré sa grande clarté d’écriture, renforcée par d’utiles notes de l’éditeur.

Mais ce n’est pas le plus important.

Ce qui essentiel est que cette immersion dans le phénomène complexe des interactions à l’œuvre dans les forêts anglaises des temps modernes m’est malgré tout intelligible. J’ai fait l’expérience de celui qui, loin de maîtriser de façon exhaustive le contexte, a saisi ce qui jouait et s’enchevêtrait autour du Black Act.

Vous voyez où je veux en venir.

Considérant qu’il s’agit d’un livre savant des plus pointus, cette expérience d’apprentissage ne pourrait-elle pas, toutes proportions gardées,  être comparée à celle d’élèves se confrontant à une situation historique précise, sans pour autant maîtriser préalablement d’encyclopédiques connaissances mais en ayant à leur disposition des outils de compréhension.

Les jeux d’échelles – sociaux et spatiaux – de La Guerre des forêts éprouvent avec succès la possibilité d’une histoire exigeante rompant avec le lieu commun de la nécessité d’un abrégé enclyclopédico-chronologique comme fondement à tout approfondissement. Pour y parvenir, les qualités d’expositions, la clarté du propos, la capacité à faire comprendre sont évidemment essentielles. Thompson, dont l’activité d’enseignement se déroula fort peu à l’université mais surtout à prodiguer une histoire populaire, principalement dans le cadre de cours du soir pour adultes, excelle à cet exercice.

Face à la dense forêt des temps, ce maître ouvrage invite – non à opérer de vastes trouées chronologiques, aussi majestueuses et rassurantes que vaines et commodes – mais à faire un autre usage de ces taillis où s’entrelacent les rythmes et les situations : glaner, cheminer, s’arrêter, défricher une clairière, puis cheminer à nouveau.


[1] Le maître ouvrage de Thompson, The Making of the English Working Class (1963) a été traduit en 2012 chez Points Histoire.  L’éclairante préface de François Jarriges à l’édition française rappelle les apports de Thompson : le « constructivisme social » (La classe ouvrière n’est pas une chose immanente relevant de structures, mais le résultat d’un processus, de rapports sociaux) et « l’histoire par en bas ».

[2] Laurence De Cock, « bousculer l’enseignement de l’histoire, quels enjeux, quels possibles ? » http://aggiornamento.hypotheses.org/901

[3] Qui correspond au chapitre conclusif de l’édition française, « le droit mis à l’épreuve ».

[4] Alain Corbin, Le Territoire du Vide. L’occident et le désir du rivage (1750-1840), Champs Histoire, 2010 (édition originale 1992) ; pour des pratiques de rébellions littorales, voir Alain Cabantous, Les Côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France, 1680-1830, Fayard, 1993.

[5] Edward P. Thompson, La Guerre des Forêts, p. 71.

[6] Ibid., p. 69.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *