Tour du monde des curricula : enseigner l’histoire-géographie en Nouvelle-Zélande

Rédactrice : Isabelle Debilly

Dans les curricula de NZ, à la fois en histoire et en géographie pour les « senior secondary », géographie et histoire font partie des sciences sociales.

En géographie, l’accent est d’abord mis sur la raison pour laquelle l’enseignement existe, l’élève doit donner du sens à cet enseignement à l’intérieur et à l’extérieur de l’école ; il doit faire le lien avec d’autres disciplines, c’est la clef de sa motivation.

Il y a aussi une discipline pour l’enseignement au développement durable « Education for sustainibility » Le cours de géographie peut être pris pour, 1, 2 ou 3 ans.  La pratique des « field trips », si prisée des Britanniques, est encouragée.

Le lien est fait avec les professions qui ont un rapport avec la discipline et qui peuvent être un débouché pour les élèves :

  • urban and regional planning
  • industrial location and marketing
  • environmental monitoring and resource management
  • community development at home and abroad

Ce qui montre que les différents aspects de la géographie sont étudiés, comme la géographie physique qui est en cours de disparition dans le secondaire en France.

Le curriculum est construit autour de « key words » ou « big ideas » qui dérivent de concepts. Il s’appuie sur un certain nombre de compétences, déclinées à 2 niveaux, basique et complexe, le 2e niveau étant davantage requis pour les élèves en 2e ou 3e année.

Des concepts supplémentaires peuvent être ajoutés par l’enseignant en raison d’une situation locale particulière mais ils doivent obligatoirement avoir une dimension spatiale pour la géographie ; cela concerne notamment  des concepts spécifiquement maoris comme par exemple Kaitiakitanga

qui signifie prendre en compte l’environnement, l’utiliser de manière durable, contrôler l’usage des ressources naturelles tout en se préoccupant de ce qu’elles apportent à la population.

Les différentes situations d’apprentissage possibles sont précisées et l’enseignant est encouragé à évaluer le résultat des choix faits.

Level 6

 

Level 7 Level 8
6.1: Understand that natural and cultural environments have particular characteristics and how environments are shaped by processes that create spatial patterns.

 

7.1: Understand how the processes that shape natural and cultural environments change over time, vary in scale and from place to place, and create spatial patterns. 8.1: Understand how interacting processes shape natural and cultural environments, occur at different rates and on different scales, and create spatial variations.
6.2: Understand how people interact with natural and cultural environments and that this interaction has consequences. 7.2: Understand how people’s perceptions of and interactions

with natural and cultural environments differ and have changed over time.

8.2: Understand how people’s diverse values and perceptions influence the environmental, social, and economic decisions and responses that they make.

Les connaissances et compétences des élèves sont complexifiées au fur et à mesure que leur niveau s’élève (cf. tableau ci-dessus).

La planification du cours est de la responsabilité de l’enseignant (de l’école ?) ; elle doit tenir avant tout compte des différentes échelles –régionale, nationale et mondiale- auxquelles le phénomène doit être étudié. 4 éléments doivent être pris en compte :

-« connection » le lien entre l’élève et son environnement, valoriser sa propre expérience, lutter contre les clichés, montrer la diversité.

-« alignment » lier les activités et le/les concepts(s) étudié(s) ; rendre le processus transparent pour l’élève et éviter la programmation initiale qui empêche l’adaptation à des évolutions ou des réactions des élèves.

-« community » les situations d’apprentissage choisies doivent mettre en avant l’interaction des élèves entre eux, y compris les changements de positionnement et les prise de décisions par les élèves

-« interest » c’est un élément important pour que l’enseignement soit digne d’être mémorisé par l’élève, c’est un élément majeur, l’élève doit se sentir impliqué dans l’enjeu du cours

Organiser la planification d’un programme demande de réfléchir à l’état des lieux et au niveau et aux centres d’intérêt des élèves ; la litéracie numérique est également un objectif à atteindre ; cette dernière relève de la capacité de reconnaître la nécessité de l’usage du numérique, d’y accéder et d’être capable d’évaluer l’information, cela implique également la capacité d’utiliser, gérer, créer, citer et partager cette information de manière efficace.

Ce type de curriculum met entre les mains des enseignants ce qu’ils veulent enseigner en fonction des besoins locaux et pour faire progresser leurs élèves selon les objectifs du curriculum ; ce dernier est ici un cadre qui laisse beaucoup de liberté et de responsabilité à l’enseignant. Des exemples sont proposés, mais ils ne sont que des exemples, les enseignants sont encouragés à être flexibles et à travailler quand cela est possible dans un « cross curricula courses » avec d’autres enseignants de matières différentes.

Les compétences à développer sont celles qui sont propres à la géographie, elles sont listées, mais elles sont part de compétences plus générales : « interpretation skills », « construction skills »,  « communication skills », « social skills » et « fieldwork skills ».  Par exemple, les compétences géographiques propres au dernier domaine sont les suivantes :” being able to gather information from the field using a variety of techniques such as surveying, questionnaires, field sketching, measuring, photographing, interviewing and observing”. Si la liberté semble importante, les compétences basiques à atteindre par tous sont bien précisées.

La manière de concevoir les sujets d’examen est précisée, selon le niveau d’étude de l’élève, la complexité de la question et l’aide donnée sera plus ou moins grande, mais  le recours au concept doit être clair pour l’élève.

La New Zealand Qualification Authority (NZQA) propose aux enseignants un guide général par niveau, mais il est bien précisé qu’il ne doit pas être utilisé tel quel mais modifié par l’enseignant pour être « authentic » comme par exemple « Tourism in fiordland » avec une analyse du thème pour l’enseignant, les tâches à accomplir par les élèves et les ressources en ligne qu’ils peuvent utiliser.

Enfin, tout un ensemble de ressources est proposé aux enseignants, avec notamment des exemples d’expériences pédagogiques réussies, ces pages sont particulièrement destinées aux enseignant en charge du « middle management ».

En histoire, qu’en est-il ? C’est tout d’abord le lien qui est mis en avant entre l’histoire et le curriculum général, la discipline n’existe pas en tant que telle mais en tant que partie d’un tout… Premier élément surprenant pour nous, il n’y a pas de sujet imposé, « no prescribed topics » mais il faut faire le lien avec les objectifs généraux du curriculum.  Comme en géographie, les élèves doivent comprendre avant tout pourquoi  cet enseignement existe, il doit avoir un sens pour un habitant de NZ mais avant tout pour les élèves dans la classe. Les sujets étudiés doivent de préférence avoir des liens avec une vision plus mondiale que nationale et mettre en évidence les différences et les similarités. Là aussi, l’esprit critique est encouragé y compris à l’égard des recherches historiques actuelles. Une réflexion holistique sur le concept d’identité est demandée.

La logique derrière le curriculum est dynamique, elle doit entraîner l’élève à questionner le passé et le présent mais aussi à s’interroger sur l’avenir. Il doit réfléchir à sa propre place dans sa communauté, en NZ et dans le monde. Un questionnement sur la construction de la NZ doit être mené, centrée sur l’étude du Traité de Waitangi. L’histoire doit être un élément de la construction de l’individualité de chaque élève. Les élèves doivent être entraînés à questionner le passé, à critiquer les interprétations et à argumenter, le débat est à privilégier. Les compétences à l’écrit et à l’oral sont à développer. Les compétences travaillées sont un atout tout au long de leur vie.

Les « key concepts » en histoire sont : « significance », « continuity and change », « cause and effect » et « perspective ».

L’enseignant doit varier les situations d’apprentissages et les évaluer. Les élèves doivent s’impliquer et développer la compréhension des concepts. Mettre en place un environnement favorable à l’enseignement est fondamental et la qualité des relations entre élèves, avec leur enseignant est à privilégier. Chacun est considéré comme apprenant, les élèves bien sûr, mais aussi l’enseignant lui-même et les membres de la communauté extérieure, famille et autres (http://nzcurriculum.tki.org.nz/Curriculum-documents/The-New-Zealand-Curriculum/Effective-pedagogy )

L’auto-évaluation de l’enseignant et des méthodes d’apprentissage utilisées est constante ,  « teaching as inquiry ».

NZ

Le recours aux TICE est important et il faut être attentif aux évolutions de l’enseignement résultant de l’usage de ces moyens de communications.

Les concepts pour les sciences sociales sont les suivants :

–    Identity, culture, and organisation

–    Place and environment

–    Continuity and change

–    The economic world

 Ce qui est attendu d’un élève du 1er niveau est :

   6.1: Understand how the causes and consequences of past events that are of significance to New Zealanders shape the lives of people and society

    6.2: Understand how people’s perspectives on past events that are of significance to New Zealanders differ.

Aux niveaux suivants, la complexité est davantage développée.

Ici aussi l’encouragement est donné au transdisciplinaire, avec toutes sortes de disciplines. L’utilité de l’enseignement de l’histoire doit être transparente pour les élèves. L’enseignement de l’histoire est encouragé pour 3 ans, mais les élèves peuvent suivre cet enseignement que pour un an ou deux, c’est à l’enseignant de s’adapter, sachant qu’il doit compter sur 115 à 120 heures d’enseignement dans l’année et que le travail personnel doit être partagé entre les différentes disciplines.

Un canevas est proposé aux enseignants pour bien mesurer l’adéquation du programme choisi (il est d’ailleurs adapté de Qualifications and Curriculum Development Agency, United kingdom).

Comme en géographie, une liste de ressources est fournie, qui permet à l’enseignant de disposer de documentation et d’exemples d’enseignements déjà mis en place dans certaines écoles. Une ressource intéressante : tout bibliothécaire en NZ est disponible chaque après-midi entre 13h. et 18h. pour répondre aux questions de tout élève d’une école de NZ !

Au final, une vision rafraîchissante de l’enseignement, où l’élève est placé au centre et où l’enseignant est vraiment en charge, et est responsable de ses choix. Un enseignement clairement construit sur des compétences, est-cela qui explique les bons résultats de la NZ aux enquêtes PISA ?


Une réflexion au sujet de « Tour du monde des curricula : enseigner l’histoire-géographie en Nouvelle-Zélande »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *