Le « Petit Casali-Lavisse » : les liaisons dangereuses d’Armand Colin.

Rédacteur : Eric Fournier

casali

Chaque nouveau livre de Dimitri Casali est quelque chose de tellement attendu, mais certainement pas au sens espéré par l’éditeur. Ce tonitruant polygraphe de l’histoire, spécialiste autoproclamé de Napoléon et de la pédagogie, a en effet une fâcheuse tendance à recopier inlassablement ses publications précédentes. Et sa continuation de l’Histoire de France de la Gaule à nos jours d’Ernest Lavisse (édition de 1940) n’y échappe  pas. Embauché par les éditions Armand Colin pour « prolonger » et « augmenter » le récit lavissien, Casali, sur le fond, prolonge surtout ses propres écrits : même confusion entre l’histoire et l’émerveillement nationaliste ; même récit finaliste et viriliste ; même culte des grands hommes qui seuls font l’histoire.

On pourrait alors se demander à quoi bon faire une nouvelle recension du cas Casali ?

Tout simplement parce qu’un éditeur reconnu lui a offert une légitimée inespérée et que cette édition « augmentée » – « enflée » ou « outrée » eut été du reste plus appropriée – du « Petit Lavisse » met brutalement à nu les toxiques connexions entre écriture pseudo-pédagogique mais ultra-droitière de l’histoire de France[1] et lucratives logiques éditoriales.

Histoire de France à vendre

Comme à l’accoutumée, la prose de Casali comporte son lot de contre-vérités grossières. On apprend ainsi dès l’introduction qu’il « faut rendre hommage à cet historien […] injustement oublié ». Cela pourrait sembler amusant quand on sait que Lavisse a l’honneur de deux notices dans les Lieux de mémoire, eux-mêmes considérés aujourd’hui comme un monument historiographique néo-lavissien.

 Il n’y a pourtant pas que de quoi rire.

 Casali reprend un procédé discursif bien connu, celui des éditocrates tendance Zemmour comme celui des « historiens de garde »[2], qui consiste à se poser en briseur de tabou alors qu’ils bénéficient de larges tribunes médiatiques. C’est ainsi aussi que l’on peut faire passer un ressassement ad nauseam pour une rafraîchissante découverte et attirer les lecteurs.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

 S’il était réellement oublié, les éditions Armand Colin ne se seraient pas risquées à une réédition pour le centenaire de l’ouvrage.

Il s’agit donc de vendre, et Casali est vendeur à défaut d’être historien. Mais malgré ses aptitudes de camelot médiatique, à condition d’être porté par les effets de connivence, il est vite en difficulté face aux professionnels de l’histoire et de l’histoire scolaire.

Pour y remédier, Casali opère ici un repli stratégique dans la profondeur, ou, si l’on préfère, bat platement en retraite avec armes et bagages dans le champ de bataille de l’histoire scolaire. Son Altermanuel (2011) visait des collégiens qu’il souhaitait « émerveiller » et son Histoire de France interdite (2012) s’adressait confusément à des adolescents et à des adultes[3]. Face à ses contradicteurs, Casali, portant son expérience de prof en ZEP en bandoulière, se définissait comme un « pédagogue » s’adressant à des collégiens et concédait du bout des lèvres que le rapport critique au passé pouvait clore éventuellement l’apprentissage au lycée. Ici, il abandonne sans gloire le collège et s’adresse maintenant à des enfants de « 7 à 8 ans » comme son auguste prédécesseur ; allant même jusqu’à admettre incidemment chez Franck Ferrand, où il a son rond de serviette, que l’esprit critique peut être enseigné en histoire au collège[4] !

Pourquoi Dimitri Casali se réfugie-t-il ainsi à l’école primaire ? Espère-t-il fuir la contradiction ? Peut-être…

Mais ce qui est certain c’est que la littérature jeunesse est un secteur fort rentable.

S’adresser à de très jeunes enfants lui permet également de pousser à leur paroxysme ses procédés d’écriture habituels : sa prose est encore plus naïve, son récit définitivement simplifié. Peut-être espère-t-il ainsi parer aux critiques en ânonnant avec son sourire auto satisfait : « Mais j’écris pour des enfants, moi ! »

Or, le fait qu’il prétende instruire des enfants, loin d’atténuer la violence de son instrumentalisation nationaliste du passé, la rend encore plus glaçante. Il est donc préférable de réserver cette descente dans l’histoire du temps présent selon Ernest Casali à des adultes avertis.

Comment outrer l’histoire du temps présent

Le ton est donné dès l’introduction où il s’efforce de justifier cette réédition. « Même si certains des écrits de l’historien peuvent choquer aujourd’hui, il est absolument nécessaire de replacer ce livre dans [son] contexte […] La France est alors animée par un patriotisme ardent et est fière de sa puissance coloniale. Ce récit empreint de merveilleux est ancré dans un monde qui nous semble à jamais révolu ». En jouant les prolongations, Casali ambitionne de ressusciter ce merveilleux patriotisme d’antan. En d’autres termes, ce n’est pas le  Petit Casalavisse qui serait anachronique. C’est nous, habitants de la France en 2013.

L’introduction comporte également des accents des plus barrésiens. Le culte de la terre et surtout des morts qui irrigue la présentation (pour des enfants, n’est-ce pas)  n’était certes pas l’apanage de Barrès et n’aurait pas nécessairement déplu à Lavisse. Mais la redondance d’un  lexique strictement barrésien lorsqu’il évoque un pays « enraciné » dans une histoire qui serait « institutrice de la vie et professeur d’énergie » laisse supposer que le véritable maître à penser de Casali serait plus l’auteur des « déracinés » que « l’instituteur national ». Cet hommage (crypto) barrésien à Lavisse est des plus piquants lorsqu’on sait que les relations entre les deux n’étaient pas amicales[5].

Concrètement, que donne dans le détail cette poursuite du récit national à la manière de ? (De qui d’ailleurs, on ne sait plus trop.  De Lavisse ? de Barrès ? de Casali himself ?)

Apprenez que pendant la Seconde guerre mondiale il y eut certes quelques collaborateurs dont on ne parlera pas vraiment. Si le verbe « collaborer » apparait deux fois en quatorze pages, les mots « collaborateurs » et « collaboration » sont absents du récit. C’est la Gestapo seule qui déporte les juifs en France. Concernant Pétain, le récit insiste lourdement sur son âge, semblant excuser ses fautes par sa sénilité. De la résistance on en parlera bien plus, à la condition expresse qu’elle soit gaulliste et militaire. Les autres seront expédiés en une ligne : « de toutes tendances et de toutes origines politiques ». De toute façon cela n’a guère d’importance, puisque  de Gaulle unifie le plus naturellement du monde la résistance. Notons également que la résistance ne mène que des actions militaires, « attaquant des convois allemands et faisant sauter des ponts ». Manifestement, Dimitri Lavisse ne sait pas écrire un récit exemplaire et héroïque où des hommes et des femmes risquent leur vie pour un simple tract.

Apprenez que si les indigènes indochinois se révoltent c’est essentiellement parce que la France avait perdu « son prestige et sa légitimité après l’humiliation de 1940 » et que dès 1945 les vietnamiens sont « aidés par la Russie et la Chine ». De l’oppression coloniale, il ne sera pas question. Sachez également que l’armée fut héroïque à Dien Bien Phu, sous la houlette « du brave colonel Bigeard ». Cette défaite occupe plus de la moitié du récit consacré à l’Indochine mais vous n’apprendrez presque rien sur le Viet Minh réduit à « 100 000 combattants vietnamiens » qui, après leur victoire, déciment les prisonniers dans des « camps ». Lorsque Lavisse racontait la bataille de Mazagran (Algérie, 1840), il commençait au moins par affirmer que « les arabes sont des soldats très braves ». Ici c’est l’image d’une cruelle horde asiatique qui s’impose. Vous ne saurez pas non plus pourquoi l’armée a été « facilement encerclée » à cause des choix désastreux du commandement français. Dans ce récit, aucune macule ne doit atteindre l’honneur de l’armée, ce qui pour la guerre d’Algérie pourrait se révéler plus compliqué.

 Un enfant de « 7 à 8 ans », comme un adulte du reste, risque d’avoir du mal à comprendre pourquoi les Algériens se révoltent, tant Casali confond complexité des situations historiques et contradictions du récit. Comprenne qui pourra : « L’Algérie était traversée par de profondes inégalités. La plupart des musulmans algériens n’avaient pas accès à la citoyenneté et était de plus en plus nombreux à souhaiter l’indépendance. […] les effets positifs de la présence française étaient nombreux : l’amélioration du niveau de vie, le développement de la santé publique, l’éducation des populations, la construction des infrastructures, des routes, des ports et des universités ». Dans ces conditions, en 1954, la « population algérienne restait encore assez favorable à la France ».

« Mais le terrorisme sanglant du FLN, la répression aveugle et inefficace de l’armée française allaient peu à peu faire basculer l’opinion ». Notez que si le FLN est « terroriste » l’armée ne commet qu’une « répression aveugle ». La suite – en un usage hasardeux des connecteurs logiques qui est un peu sa signature stylistique – est incohérente : « alors que l’armée française était victorieuse sur le terrain militaire et avait repris le contrôle de la situation, la IVème République fut le 13 mai 1958 gravement ébranlée par la crise algérienne ». Arrive ensuite le général de Gaulle, qui évite une guerre civile. Et voilà l’armée épargnée : de la torture, du Putsch des Généraux, de l’OAS, il ne sera pas question ici. Il préfère insister sur l’exil d’un million de français d’Algérie pour en faire les principales victimes de ce conflit. La souffrance des algériens est réduite à un sec bilan comptable : 250 000 morts.

Sachez que si de Gaulle accorde l’indépendance c’est parce qu’il lui semble impossible « d’intégrer les huit millions de musulmans algériens ». Telle est la clé de compréhension casaliste de la guerre d’indépendance algérienne, réduite à une incompatibilité essentialisée entre les « musulmans » et la « communauté nationale » malgré tous ses efforts pour les intégrer. Lorsqu’on sait l’usage récurrent fait par l’ultra-droite d’aujourd’hui de la phrase attribuée à de Gaulle sur « Colombey-les-deux-mosquées » cela a le mérite de clairement situer politiquement Casali[6].

Apprenez que rien de grand en France ne s’est fait sans de Gaulle, véritable démiurge de l’histoire du temps présent. Apprenez que la France n’est forte et heureuse que lorsqu’elle a un tel chef. Apprenez enfin que son départ sonne l’heure du déclin.

Apprenez également que les maux du pays sont dûs au « parlement tout puissant » d’une IVème  république réduite à un échec politique et à un déshonneur : « pour les pays étrangers, la France était devenue un sujet de moquerie, car parfois les gouvernements duraient à peine six mois ».

La grande nouveauté pour Casali est d’accorder une place conséquente à une histoire économique et sociale : la reconstruction, les « Trente glorieuses », l’évolution de la place des femmes. Admettons que ces pages ne sont pas les plus glaçantes et accordons à Casali de ne pas être un néo-libéral dérégulateur. Sachez néanmoins que la prospérité économique  « fut l’affaire de tous les français qui se mirent au travail » sous la conduite d’un Etat fort.

Le paragraphe consacré à l’émancipation des femmes ne semble pas poser de problèmes majeurs. Las, les nombreuses images où apparaissent des femmes contredisent le texte et se révèlent d’un lourd sexisme. A l’exception de Simone Veil – figurée sous d’austères traits masculinisée – défendant l’IVG, le rôle assignée à la femme dans les vignettes iconographiques est celui d’une ménagère et/ou d’une courtisane : mère pied-noir éplorée ; séduisante ménagère fifties heureuse de passer l’aspirateur en talon-aiguille ; sexy conductrice de 2 CV sixties en bottes et mini-robe noires ; souriante maman indochinoise enfin casa1

(Auteur : Marc-Olivier Nadel )

Or les images, loin d’être un détail, sont centrales dans le dispositif pédagogique du livre : « dans l’édition de 1913, la place de l’image […] était importante. Aujourd’hui, dans un monde où l’image vaut mille mots, elle est devenue fondamentale ».

De la pédagogie selon Casalavisse[7]

Que Dimitri Casali connaît-il des capacités d’apprentissage d’un élève de l’école primaire ? A qui parle-t-il ? Régulièrement, le vocabulaire et les concepts mobilisés laissent pour le moins dubitatifs.

Exemple de ce qu’un enfant de huit ans est censé comprendre, tiré du dernier chapitre : « La France aujourd’hui : entre crise et modernité ? ». Que voilà une problématique adaptée au public supposé ! Le reste est à l’avenant : la construction européenne est une « belle utopie […] concrétisée […] par la création d’une structure garantissant la paix en Europe », la C.E.E. qui « prévoyait la disparition des barrières douanières, un renforcement de la coopération économique entre les six Etats ».

Dans la conclusion, l’enfant de huit ans est invité à s’imprégner de ce passage des plus accessibles : « Nos hommes politiques désemparés devant les enjeux du présent et les perspectives de l’avenir sont incapables de réconcilier les Français entre eux. Dans ce nouveau monde globalisé, plus notre identité se dissout, plus notre mémoire devient courte et plus la profondeur historique devient une nécessité ».

Armand Colin aurait dû insérer l’avertissement suivant : « il est fortement recommandé aux parents souhaitant offrir ce beau livre à leurs enfants de leur faire lire avant les œuvres complètes de François Hartog ».

Bas les masques ! Casali ne peut s’empêcher de s’adresser à des adultes. Les enfants ne sont pour lui qu’un prétexte ; sa posture de pédagogue, une démission intellectuelle. Un indice l’atteste au hasard du récit sur la reconstruction : « la génération de nos grands-pères a redoublé d’efforts pour reconstruire ». Passons sur l’oubli des grands-mères et concentrons-nous sur la confusion chronologique : Si Casali s’adressait à des enfants de huit ans, il évoquerait « vos arrières grands-pères ». Le pédagogue Casali, comme dans l’Histoire de France interdite, s’adresse confusément et simultanément aux parents et aux enfants. Les adultes seront ravis d’apprendre qu’ils sont considérés comme des gamins.

Armand colin aurait dû insérer cet autre avertissement : « les parents désireux de lire ce livre sont invités à relire l’intégrale des aventures de Oui-oui pour être au niveau ».

L’imitation du manuel lavissien s’exprime également par un résumé de chaque chapitre. Apprenez qu’un résumé peut contenir des informations qui ne sont pas présentes dans le développement. Ces bricolages discursifs se révèlent cependant édifiants. Sachez que « sagement, nous accordons leur indépendance, aux Tunisiens, aux marocains et aux Africains ». L’Afrique est élevée au rang de pays, et la France reste une sage nation paternaliste face à des indigènes que l’on devine, certes quelque peu turbulents, mais surtout passifs.

Arrêtons-nous un instant sur ces fameuses images qui valent « mille mots ». Elles sont en effet riches d’enseignements. Celles en tête de chaque chapitre proposent une vue d’ensemble de la période décrite. Les gravures au fil du texte représentent des éléments plus précis.

L’en-tête consacré à la « fin de l’empire colonial »  invite à se demander non seulement pourquoi les indochinois se sont insurgés mais aussi pourquoi la France a abandonné la colonie. Une jeune mère indigène bénéficiant des bienfaits des « Trente Glorieuses » grâce à son VéloSolex côtoie un paysage de rizière aussi exotique que paisible. Un soldat français domine un drapeau et un casque Viet Minh posés au sol comme un trophée. L’image donne à voir une colonisation positive, harmonieuse.

casa2

(Auteur : Marc-Olivier Nadel)

L’en-tête consacré à la Vème République oppose un vociférant Cohn-Bendit à un impassible Charles de Gaulle, certes un peu figé. Un détail donne tout son sens à cet en-tête. Le trublion foule aux pieds le drapeau français, ce qui dans l’imaginaire casaliste est un crime. Au-delà du texte  sur Mai 68 empreint d’une plate prudence, l’image signale comment juger réellement l’événement.

casa3

(Auteur : Marc-Olivier Nadel)

 Les gravures au fil du récit posent deux autres problèmes. Premièrement, elles ont une fâcheuse tendance à montrer une France martyre et invitent le lecteur à compatir : « départ des familles juives pour les camps d’extermination », « résistant souriant face au peloton d’exécution », « Caen bombardée »,  « les 11 000 prisonniers français de Dien Bien Phu partent pour les camps vietnamiens », « un million de français d’Algérie partent pour le chemin de l’exode »

casa4

 (Auteur : Marc-Olivier Nadel)

 Compatir ?

Vous avez bien lu ! L’inlassable pourfendeur d’une soi-disante histoire victimaire et compassionnelle imposée par les « lobbys mémoriels » ne dédaigne pas l’histoire compassionnelle, loin de là, à condition qu’elle soit portée par des entrepreneurs de mémoires dont il se sent politiquement proche : les anciens de l’Indochine ou les réseaux des Français d’Algérie par exemple.

Deuxièmement, ces gravures se caractérisent par leur platitude, leur faible densité informative et leur maigre profondeur narrative, inaptes donc  à tout travail pédagogique à la différence de celles figurant dans les pages de Lavisse, d’une richesse et d’une facture remarquables.

Il y a un siècle, en effet, Armand Colin savait éditer un livre.

 La faute d’Armand Colin.

Editeur des manuels de Lavisse depuis 1876, Armand Colin est de ce fait le dépositaire d’un monument de l’histoire scolaire. C’est également un éditeur reconnu en sciences humaines, contribuant à faire connaître les renouvellements historiographiques. Il lui était donc aisé de publier une édition critique du Petit Lavisse, de demander aux historiens d’aujourd’hui de rendre intelligible un pan majeur du patrimoine de l’histoire scolaire. Une telle approche peut aisément aboutir à un véritable succès éditorial dépassant l’entre soi historien. Les bonnes ventes de 1515 et les grandes dates de l’histoire de France d’Alain Corbin (Seuil, 2005) l’attestent. Une édition critique nécessite, il est vrai, un sérieux travail.

En confiant imprudemment un de ses fleurons d’antan à Dimitri Casali (éditorialiste notamment du site d’ultra droite Boulevard Voltaire), Armand Colin a préféré s’engager sur d’autres voies : celle sans panache du profit maximum pour un travail minimum ; celle périlleuse d’une liaison politiquement dangereuse.

En laissant croire que le texte de Lavisse constitue encore une bonne initiation  à l’histoire de France à destination de la jeunesse, en considérant qu’un Casali est le plus qualifié pour écrire la suite, Armand Colin balaye d’un revers de main un siècle de travail historien auquel, en tant qu’éditeur, il a lui-même contribué.

Ce faisant, les éditions Armand Colin se délégitiment elles-mêmes.

Les fautes d’éditions, entendu ici au sens de l’établissement matériel du texte, illustrent crûment ces renoncements. Nous avons déjà pointé plusieurs scories attestant d’un travail d’édition bâclé sur un texte inédit ne comportant qu’une cinquantaine de pages : faiblesse des images, répétitions, passages confus, apparition ex abrupto d’informations nouvelles dans les résumés, questions vagues (et ne se référant pas parfois à la bonne image (p. 224 par exemple)).

Que de contrastes avec le travail exemplaire de l’éditeur Armand Colin à la fin du XIXe siècle. La présentation matérielle du Petit Lavisse était impeccable et novatrice pour un manuel scolaire, jouant sur la hiérarchisation des informations, l’usage mesuré des italiques et des caractères gras. Cela aboutissait à une réussite technique incomparable[8].

Voilà où en sont les éditions Armand Colin au XXIe siècle. On leur souhaite bien du plaisir ensuite pour placer leur important fond en sciences humaines et en littérature scolaire si d’aventure l’histoire et l’histoire scolaire selon Casali et consorts s’imposaient.

Mais, puisque Armand Colin a décidé de mettre à distance sa réputation scientifique au profit de livres faciles et vendeurs, nous leur suggérons un peu de hardiesse, d’assumer jusqu’au bout et de se lancer résolument dans la littérature de quai de gare.

Quel que soit le résultat, ce sera moins vulgaire, moins douteux, que ce Petit Casali Lavisse.

Addendum : 19 septembre 2013 

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui Aggiornamento relaie le Figaro littéraire :

« Le Figaro Littéraire, jeudi 19 septembre 2013, p. 6

Un nouvel « historien du dimanche »
ESSAI Dimitri Casali associe son nom à celui du grand historien Ernest Lavisse. Une démarche grotesque.

jacques de saint victor

IL FUT un temps où ceux qui s’appelaient des « historiens du dimanche » , parce qu’ils n’enseignaient pas à l’université, rendaient de précieux services à la compréhension de l’histoire. Certains, comme Philippe Ariès, avaient même une oeuvre à faire rougir bien des universitaires. Mais, aujourd’hui, l’ « historien du dimanche » n’a généralement plus ce mérite. Il se contente de coiffer une synthèse historique souvent banale, quand elle n’est pas contestable, d’un titre accrocheur. On a pu lire, dans le genre, des histoires pour les nuls, des histoires enchantées, ou encore une histoire de France interdite. Jouant généralement sur l’idée facile – pas toujours fausse mais qu’il faudrait, justement, replacer dans une perspective historique – qu’on-n’apprend-plus-l’histoire-à-nos-enfants, les « nouveaux historiens du dimanche » deviennent les hôtes des médias car les ventes y valent mérite scientifique. Et le tour est joué.Aussi déconcertant que navrant. M. Casali, qui a à son palmarès une série de synthèses historiques de cet acabit (dont un Altermanuel d’histoire de France, qu’il sous-titra Ce que nos enfants n’apprennent plus au collège, histoire d’être sûr de ratisser large), va encore plus loin. Le voilà qui pense désormais pouvoir associer son nom à celui d’Ernest Lavisse qui, lui, ne s’était pas contenté de simples synthèses mais avait une oeuvre universitaire importante et reconnue.En mettant de côté l’immodestie d’une telle démarche, ce projet est à la fois aussi déconcertant que navrant. Lavisse était un très grand historien avant de devenir sous la IIIe République le chantre du « roman national » . Mais son célèbre petit manuel est aujourd’hui très daté. L’idée de poursuivre un tel travail jusqu’à nos jours, sans prendre le moindre recul, est tout simplement une démarche grotesque. Pour ne pas dire plus. »


[1] Le collectif Aggiornamento a consacré d’importants développements à ce problème, voir notamment « Vague brune sur l’histoire de France » http://aggiornamento.hypotheses.org/898 et le dossier sur l’histoire scolaire vue par Le Figaro Histoire http://aggiornamento.hypotheses.org/1039

[2] William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin, Les Historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, Paris, Incultes essai, 2013.

[3] Au sujet de l’Histoire de France interdite, voir «  l’Histoire selon Dimitri Casali : entre le vide et le trop plein » http://aggiornamento.hypotheses.org/994

[4] « Au cœur de l’histoire », émission du 2 septembre 2013.

[5] Nora Pierre, « Lavisse, instituteur national », dans Les Lieux de mémoire, Pierre Nora dir., Gallimard, 1984, vol. 1, p.258, 264.

 

[6] Selon Alain Peyrefitte, De Gaulle lui aurait dit en 1959 : « Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! ». Cette phrase circule en boucle sur la fachosphère.

[7] Nous ne faisons qu’esquisser ici cette intéressante question. Nous renvoyons à l’article de Laurence De Cock, qui développe ce thème, notamment en se penchant sur les ahurissants questionnaires qui accompagnent chaque chapitre.

[8] Nora Pierre, « Lavisse, instituteur national », dans Les Lieux de mémoire, op. cit., p. 279.


3 réflexions au sujet de « Le « Petit Casali-Lavisse » : les liaisons dangereuses d’Armand Colin. »

  1. B. Girard

    De la part de Casali, on n’est pas surpris, c’est sa façon d’exister.
    Mais de la part d’Armand Colin, ça ressemble à une mauvaise blague. Un peu comme si Deutsche Grammophon demandait à Patrick Bruel de terminer la Symphonie inachevée de Schubert.

    Répondre
  2. Suzanne Citron

    Merci Eric pour cette analyse minutieuse.

    Je ressens cette couverture comme une véritable IMPOSTURE de la part d’Armand Colin. Au fait matériellement ça se présente comment: une partie Lavisse? quelle édition antérieure? combien de pages? une suite Casali, à partir de quand, combien de pages? Et ces dessins veillée des chaumières combien?

    Répondre
    1. Eric Fournier

      Le copyright pour la partie Lavisse indique 1940. La partie Lavisse (plus le premier rajout sur 1920-1939 je crois) est un fac-similé de l’édition d’origine sur 184 pages (dont il faut déduire 3 pages d’intro signée Casali). La partie Casali fait 50 pages. Un oeil exercé peut déceler un léger changement de maquette mais ça n’est pas flagrant. Le seul moment où il est indiqué quand DC prend la plume est dans l’intro. Rien dans le corps du texte ou dans le sommaire. Les dessins « veillée des chaumières » dans la partie Casali sont 7 en-tête (qui valent leur poids en bêtise) et 18 dans le corps du texte. Le livre coute 9,95 euros.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *