Programme d’histoire de Terminale L, ES : une filmographie

NDLR : Maintenant que nous disposons de  temps supplémentaire, peut-être pouvons nous recommencer à parler variation des pratiques et pédagogie. La liste ci-dessous ne préjuge aucunement de la qualité des films recensés. Tout l’appareillage critique reste à faire par les enseignants.

Rédacteur/rédactrice : Thomas Rigaud (lycée Jacques Monod, Clamart) et Solange Rameix (lycée Joliot-Curie, Nanterre)

Partie I : Le rapport des sociétés à leur passé

• Chap.1 : Les mémoires d’une guerre en France – lecture historique

→ Sur la Seconde Guerre mondiale

–       Le père tranquille, de René Clément, 1946.

–       La bataille du rail, de René Clément, 1946.

–       Nuit et brouillard, d’Alain Resnais, 1955.

–       Le Chagrin et la Pitié, documentaire de Marcel Ophüls, 1971*.

–       Shoah, documentaire de Claude Lanzmann, 1985.

–       Monsieur Klein, de Joseph Losey, 1976.

–       Lacombe Lucien, de Louis Malle, 1974.

–       Mon meilleur ennemi, documentaire de Kevin MacDonald, 2007 (sur Klaus Barbie, chef de la Gestapo à Lyon)*.

–       Papy fait de la résistance, de Jean-Marie Poiré, 1983*.

–       Indigènes, de Rachid Bouchareb, 2006.

→ Sur la guerre d’Algérie

–       La bataille d’Alger, de Gillo Pontecorvo, 1966 (sur la lutte des paras français contre le FLN à Alger en 1957).

–       Elise ou la vraie vie, de Michel Drach (sur les immigrés algériens en France).

–       R.A.S., d’Yves Boisset, 1973.

–       Avoir vingt ans dans les Aurès, de René Vautier, 1972* (sur les appelés du contingent).

–       La question, de Laurent Heynemann, 1976* (sur la torture en Algérie).

–       Le coup de sirocco, d’Alexandre Arcady, 1979 (sur les « pieds-noirs »).

–       Le Petit soldat, de Jean-Luc Godard, 1963 (sur des partisans de l’Algérie française).

–       L’honneur d’un capitaine, de Pierre Schoendorffer, 1982.

–       Une guerre sans nom, documentaire de Bertrand Tavernier et Patrick Rotman, 1992*.

–       La Trahison, de Philippe Faucon, 2005.

–       Mon colonel, de Laurent Herbiet, 2006 (sur la torture).

–       Les roseaux sauvages, d’André Téchiné, 1994.

–       Vivre au paradis, de Bourlem Guerdjou, 1999 (sur les immigrés algériens en France).

–       L’ennemi intime, documentaire de Patrick Rotman, 2002* (sur les appelés et la torture).

–       L’ennemi intime, fiction de Florent-Emilio Siri, 2007*.

–       Cartouches gauloises, de Mehdi Charef, 2007 (l’histoire de deux enfants, l’un pied-noir, l’autre algérien en 1962).

–       Le vent des Aurès, de Mohammed Lakhdar-Hamina, 1966.

–       Chronique des années de braise, du même réalisateur, 1975.

–       Nuit noire, d’Alain Tasma, 2005 (sur la répression de la manifestation algérienne du 17 octobre 1961 à Paris).

–       Ici on noie les Algériens, 17 octobre 1961, documentaire de Yasmina Adi, 2011 (idem).

–       Harkis, téléfilm d’Alain Tasma, 2009.

–       Hors-la-loi, de Rachid Bouchareb, 2010 (sur l’action du FLN à Paris pendant la guerre).

–       Un balcon sur la mer, de Nicole Garcia, 2010.

–       La déchirure, documentaire de Gabriel Le Bomin et Benjamin Stora, 2012.

Partie II : Idéologies, opinions et croyances en Europe et aux Etats-Unis, de la fin du XIXe siècle à nos jours

• Chap.2 : Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875

–       Rosa Luxembourg, de Margarethe von Trotta, 1985 (sur la célèbre révolutionnaire du début du XXe siècle).

–       L’opéra de quat’sous, de Georg Wilhelm Pabst, 1931 (d’après la pièce de Berthold Brecht et Kurt Weil).

–       La vie des autres, de Florian Henckel von Donnersmarck, 2006 (sur la vie en RDA et l’omniprésence de la police politique)*.

–       Good Bye Lénine, de Wolfgang Becker, 2003 (sur la réunification allemande)*.

–       La bande à Baader, d’Uli Edel, 2008 (l’histoire du fameux groupe révolutionnaire d’extrême gauche).

–       Barbara, de Christian Petzold, 2012.

• Chap.3 : Médias et opinion publique en France depuis l’affaire Dreyfus

–       L’affaire Dreyfus, téléfilm d’Yves Boisset, 1995*.

–       Dreyfus. L’intolérable vérité, documentaire de Jean Chérasse, 1975.

–       La Cagoule, documentaire de William Karel, 1996 (sur une conspiration d’extrême droite dans les années 1930, avec un passage sur le 6 février 1934).

–       L’œil de Vichy, documentaire de Claude Chabrol, 1993.

–       Le fond de l’air est rouge, documentaire de Chris Marker, 1977* (sur la crise de mai 1968).

–       Les nouveaux chiens de garde, documentaire de Yannick Kergoat, Gilles Balbastre (d’après un ouvrage de Serge Halimi), 2012 (film très critique et engagé) *.

–       Masques, de Claude Chabrol, 1987 (fiction dans laquelle un journaliste enquête sur les dessous d’un jeu télévisé).

–       Mille milliards de dollars, d’Henri Verneuil, 1981 (film dans lequel un journaliste enquête sur une affaire de corruption).

–       Extraits des Actualités sur le site de l’INA (sur la crise du 13 mai 1958, sur la crise de mai-juin 1968) ou sur le site de Gaumont-Pathé.

Partie III : Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours

• Chap.4 : Les Etats-Unis et le monde depuis 1918

Le cinéma est un des fondements de la puissance économique et culturelle des Etats-Unis.

–       Les raisins de la colère, de John Ford (d’après un roman de John Steinbeck), 1940 (sur la crise de 1929).

–       L’Amérique en guerre, documentaires de propagande montés en 1941-45.

–       Casablanca, de Michael Curtiz, 1942 (une histoire d’amour durant la Seconde Guerre mondiale, au Maroc).

–       Pearl Harbor, de Michael Bay, 2001 (sur l’entrée des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale).

–       Blitzwolf, court-métrage d’animation de Tex Avery, 1942 (l’un des plus célèbres dessins animés anti-nazis)*.

–       Le jour le plus long, de Darryl F. Zanuck, 1961 (sur le débarquement en Normandie en 1944).

–       Il faut sauver le soldat Ryan, de Steven Spielberg, 1998 (sur le même sujet).

–       Mémoires de nos pères, de Clint Eastwood, 2006

–       J’ai vécu l’enfer de Corée, de Samuel Fuller, 1952 (sur la guerre de Corée).

–       Au-delà de la gloire, de Samuel Fuller, 1980 (sur la Seconde Guerre mondiale).

–       Treize jours, de Roger Donaldson, 2001 (sur la crise de Cuba).

–       L’étau, d’Alfred Hitchcock, 1970 (sur la guerre froide).

–       Le rideau déchiré, d’Alfred Hitchcock, 1966 (sur la guerre froide).

–       Docteur Folamour, de Stanley Kubrick, 1964 (sur la guerre froide)*.

–       Les Trois Jours du Condor, de Sidney Pollack, 1975 (film d’espionnage durant la Guerre froide).

–       Les bérets verts, de Ray Kellogg et John Wayne, 1968 (sur la guerre du Vietnam).

–       Voyage au bout de l’enfer, Michael Cimino, 1978 (sur la guerre du Vietnam).

–       Platoon, d’Oliver Stone, 1986 (idem).

–       Full Metal Jacket, de Stanley Kubrick, 1987 (idem).

–       Good Morning Vietnam, de Barry Levinson, 1988 (idem).

–       Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola, 1976 (idem).

–       Forrest Gump, de Robert Zeneckis, 1994.

–       Le fond de l’air est rouge, documentaire de Chris Marker, 1977 (sur la chute de Pinochet au Chili).

–       Démineurs, de Kathryn Bigelow, 2008 (sur la guerre en Irak).

–       Green Zone, de Paul Greengrass, 2010 (sur la guerre en Irak)*.

–       World Trade Center, d’Oliver Stone, 2006 (sur les attentats du 11 septembre 2001).

• Chap.5 : La Chine et le monde depuis 1949

–       Les démons à ma porte, de Jiang Wen, 2001 (sur la Chine dans la Seconde Guerre mondiale).

–       La cité des douleurs, de Hou Hsiao-Hsien, 1990 (sur Taiwan).

–       Le fossé, de Wang Bing, 2010 (sorti en 2012 en France) (sur les camps de travail sous Mao).

–       Fengming, chronique d’une femme chinoise, de Wang Bing, 2007, (sorti en 2012 en France) (sur les camps de travail sous Mao).

–       Mao, une histoire chinoise, documentaire d’Adrian Maben et Pierre-André Boutang, 2003 (sur le fondateur du régime communiste en Chine en 1949).

–       Chung Kuo, documentaire de Michelangelo Antonioni, 1972 (la Chine de Mao vue par un des plus grands réalisateurs du XXe siècle).

–       24 City, de Zhang Ke Jia, 2008 (sur les évolutions économiques récentes de la Chine).

• Chap.6 : Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis 1918

–       Lawrence d’Arabie, de David Lean, 1962 (sur les aspirations arabes au début du XXe siècle et sur l’ingérence britannique).

–       Le serment, série TV britannique de Peter Kosminsky, 2011 (sur les débuts du conflit israélo-palestinien)*.

–       Les rois du désert, de David O. Russell, 1999 (sur la 1ère guerre du Golfe).

–       Generation Kill, série de David Simon et Ed Burns, 2008 (sur la 2e guerre en Irak).

–       Paradise Now, de Hany Abu-Assad, 2005 (sur le terrorisme)*.

–       Valse avec Bachir, film d’animation, 2008 (sur la guerre du Liban de 1982)*.

–       Persépolis, film d’animation de Marjane Satrapi, 2007 (sur l’Iran dans les années 1980 et 1990).

–       Le temps qu’il reste, d’Elia Suleiman, 2009 (l’histoire d’Israël de 1948 à nos jours vue par un réalisateur palestinien).

–       Kippour, d’Amos Gitaï, 2000 (la guerre d’octobre 1973 vue par un Israélien).

–       La Fiancée syrienne, d’Eran Riklis, 2004 (sur une jeune femme du plateau du Golan).

–       Incendies, de Denis Villeneuve (adapté d’une pièce de théâtre), 2010 (sur la guerre civile au Liban).

–       Israël et les Arabes. La guerre de cinquante ans, documentaire de Norma Percy et Brian Lapping, 2005 (sur l’histoire des conflits israélo-arabes).

Partie IV : Les échelles du gouvernement dans le monde de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours

• Chap.7 : Gouverner la France depuis 1946

–       Le Président, d’Henri Verneuil et Michel Audiard, 1961 (un président fait face à un scandale financier).

–       Le promeneur du Champ de Mars, de Robert Guediguian, 2005 (sur la fin du mandat de François Mitterrand).

–       La Conquête, de Xavier Durringer, 2010 (sur la conquête du pouvoir par Nicolas Sarkozy en 2007).

–       L’exercice de l’Etat, de Pierre Schoeller, 2011 (sur les coulisses du pouvoir politique en France)*.

–       Pater, d’Alain Cavalier, 2011 (sur les relations fictives entre un Président de la République et son Premier ministre).

–       L’Ecole du pouvoir, de Raoul Peck, 2010 (sur l’ENA, la prestigieuse Ecole nationale d’administration, d’où sort la majorité des hommes politique français)*.

–       Une histoire de l’Outre-mer, documentaire de Christiane Succab-Goldman, 2005.

• Chap.8 : Le projet d’une Europe politique depuis 1948

Peu de films abordent directement la question au programme, mais plusieurs abordent des questions périphériques :

–       Le Président, d’Henri Verneuil et Michel Audiard, 1961 (un film abordant les débats sur les débuts de la construction européenne)*.

–       L’auberge espagnole, de Cédric Klapisch, 2001 (sur les étudiants européens et le système Erasmus).

–       Exils, de Tony Gatlif, 2005 (sur les migrations entre l’Europe et l’Afrique du Nord).

–       Welcome, de Philippe Lioret, 2009 (sur l’immigration clandestine en Europe).

• Chap.9 : La gouvernance économique mondiale depuis 1944

–       Wall Street, d’Oliver Stone, 1987*.

–       Margin Call, de J.-C. Chandor, 2012 (sur un trader américain au moment du krach boursier de 2008).

–       Cosmopolis, de David Cronenberg, 2012 (sur le capitalisme contemporain).

–       Bamako, d’Abderrahmane Sissako, 2006.

–       Inside Job, documentaire de Charles Ferguson, 2010 (sur la crise financière actuelle).

–       To Big to Fail, documentaire de la chaîne de TV américaine HBO, 2011 (sur la crise financière actuelle).


Une réflexion au sujet de « Programme d’histoire de Terminale L, ES : une filmographie »

  1. housset

    Merci pour votre filmographie . J’aborde cette année le programme de term L , cela va m’aider pour mon travail en attendant l’officialisation des allègements de programme le 19 sept prochain.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *