Programme d’histoire de Terminale L, ES : une filmographie

NDLR : Maintenant que nous disposons de  temps supplémentaire, peut-être pouvons nous recommencer à parler variation des pratiques et pédagogie. La liste ci-dessous ne préjuge aucunement de la qualité des films recensés. Tout l’appareillage critique reste à faire par les enseignants.

Rédacteur/rédactrice : Thomas Rigaud (lycée Jacques Monod, Clamart) et Solange Rameix (lycée Joliot-Curie, Nanterre)

Partie I : Le rapport des sociétés à leur passé

• Chap.1 : Les mémoires d’une guerre en France – lecture historique

→ Sur la Seconde Guerre mondiale

–       Le père tranquille, de René Clément, 1946.

–       La bataille du rail, de René Clément, 1946.

–       Nuit et brouillard, d’Alain Resnais, 1955.

–       Le Chagrin et la Pitié, documentaire de Marcel Ophüls, 1971*.

–       Shoah, documentaire de Claude Lanzmann, 1985.

–       Monsieur Klein, de Joseph Losey, 1976.

–       Lacombe Lucien, de Louis Malle, 1974.

–       Mon meilleur ennemi, documentaire de Kevin MacDonald, 2007 (sur Klaus Barbie, chef de la Gestapo à Lyon)*.

–       Papy fait de la résistance, de Jean-Marie Poiré, 1983*.

–       Indigènes, de Rachid Bouchareb, 2006.

→ Sur la guerre d’Algérie

–       La bataille d’Alger, de Gillo Pontecorvo, 1966 (sur la lutte des paras français contre le FLN à Alger en 1957).

–       Elise ou la vraie vie, de Michel Drach (sur les immigrés algériens en France).

–       R.A.S., d’Yves Boisset, 1973.

–       Avoir vingt ans dans les Aurès, de René Vautier, 1972* (sur les appelés du contingent).

–       La question, de Laurent Heynemann, 1976* (sur la torture en Algérie).

–       Le coup de sirocco, d’Alexandre Arcady, 1979 (sur les « pieds-noirs »).

–       Le Petit soldat, de Jean-Luc Godard, 1963 (sur des partisans de l’Algérie française).

–       L’honneur d’un capitaine, de Pierre Schoendorffer, 1982.

–       Une guerre sans nom, documentaire de Bertrand Tavernier et Patrick Rotman, 1992*.

–       La Trahison, de Philippe Faucon, 2005.

–       Mon colonel, de Laurent Herbiet, 2006 (sur la torture).

–       Les roseaux sauvages, d’André Téchiné, 1994.

–       Vivre au paradis, de Bourlem Guerdjou, 1999 (sur les immigrés algériens en France).

–       L’ennemi intime, documentaire de Patrick Rotman, 2002* (sur les appelés et la torture).

–       L’ennemi intime, fiction de Florent-Emilio Siri, 2007*.

–       Cartouches gauloises, de Mehdi Charef, 2007 (l’histoire de deux enfants, l’un pied-noir, l’autre algérien en 1962).

–       Le vent des Aurès, de Mohammed Lakhdar-Hamina, 1966.

–       Chronique des années de braise, du même réalisateur, 1975.

–       Nuit noire, d’Alain Tasma, 2005 (sur la répression de la manifestation algérienne du 17 octobre 1961 à Paris).

–       Ici on noie les Algériens, 17 octobre 1961, documentaire de Yasmina Adi, 2011 (idem).

–       Harkis, téléfilm d’Alain Tasma, 2009.

–       Hors-la-loi, de Rachid Bouchareb, 2010 (sur l’action du FLN à Paris pendant la guerre).

–       Un balcon sur la mer, de Nicole Garcia, 2010.

–       La déchirure, documentaire de Gabriel Le Bomin et Benjamin Stora, 2012.

Partie II : Idéologies, opinions et croyances en Europe et aux Etats-Unis, de la fin du XIXe siècle à nos jours

• Chap.2 : Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875

–       Rosa Luxembourg, de Margarethe von Trotta, 1985 (sur la célèbre révolutionnaire du début du XXe siècle).

–       L’opéra de quat’sous, de Georg Wilhelm Pabst, 1931 (d’après la pièce de Berthold Brecht et Kurt Weil).

–       La vie des autres, de Florian Henckel von Donnersmarck, 2006 (sur la vie en RDA et l’omniprésence de la police politique)*.

–       Good Bye Lénine, de Wolfgang Becker, 2003 (sur la réunification allemande)*.

–       La bande à Baader, d’Uli Edel, 2008 (l’histoire du fameux groupe révolutionnaire d’extrême gauche).

–       Barbara, de Christian Petzold, 2012.

• Chap.3 : Médias et opinion publique en France depuis l’affaire Dreyfus

–       L’affaire Dreyfus, téléfilm d’Yves Boisset, 1995*.

–       Dreyfus. L’intolérable vérité, documentaire de Jean Chérasse, 1975.

–       La Cagoule, documentaire de William Karel, 1996 (sur une conspiration d’extrême droite dans les années 1930, avec un passage sur le 6 février 1934).

–       L’œil de Vichy, documentaire de Claude Chabrol, 1993.

–       Le fond de l’air est rouge, documentaire de Chris Marker, 1977* (sur la crise de mai 1968).

–       Les nouveaux chiens de garde, documentaire de Yannick Kergoat, Gilles Balbastre (d’après un ouvrage de Serge Halimi), 2012 (film très critique et engagé) *.

–       Masques, de Claude Chabrol, 1987 (fiction dans laquelle un journaliste enquête sur les dessous d’un jeu télévisé).

–       Mille milliards de dollars, d’Henri Verneuil, 1981 (film dans lequel un journaliste enquête sur une affaire de corruption).

–       Extraits des Actualités sur le site de l’INA (sur la crise du 13 mai 1958, sur la crise de mai-juin 1968) ou sur le site de Gaumont-Pathé.

Partie III : Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours

• Chap.4 : Les Etats-Unis et le monde depuis 1918

Le cinéma est un des fondements de la puissance économique et culturelle des Etats-Unis.

–       Les raisins de la colère, de John Ford (d’après un roman de John Steinbeck), 1940 (sur la crise de 1929).

–       L’Amérique en guerre, documentaires de propagande montés en 1941-45.

–       Casablanca, de Michael Curtiz, 1942 (une histoire d’amour durant la Seconde Guerre mondiale, au Maroc).

–       Pearl Harbor, de Michael Bay, 2001 (sur l’entrée des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale).

–       Blitzwolf, court-métrage d’animation de Tex Avery, 1942 (l’un des plus célèbres dessins animés anti-nazis)*.

–       Le jour le plus long, de Darryl F. Zanuck, 1961 (sur le débarquement en Normandie en 1944).

–       Il faut sauver le soldat Ryan, de Steven Spielberg, 1998 (sur le même sujet).

–       Mémoires de nos pères, de Clint Eastwood, 2006

–       J’ai vécu l’enfer de Corée, de Samuel Fuller, 1952 (sur la guerre de Corée).

–       Au-delà de la gloire, de Samuel Fuller, 1980 (sur la Seconde Guerre mondiale).

–       Treize jours, de Roger Donaldson, 2001 (sur la crise de Cuba).

–       L’étau, d’Alfred Hitchcock, 1970 (sur la guerre froide).

–       Le rideau déchiré, d’Alfred Hitchcock, 1966 (sur la guerre froide).

–       Docteur Folamour, de Stanley Kubrick, 1964 (sur la guerre froide)*.

–       Les Trois Jours du Condor, de Sidney Pollack, 1975 (film d’espionnage durant la Guerre froide).

–       Les bérets verts, de Ray Kellogg et John Wayne, 1968 (sur la guerre du Vietnam).

–       Voyage au bout de l’enfer, Michael Cimino, 1978 (sur la guerre du Vietnam).

–       Platoon, d’Oliver Stone, 1986 (idem).

–       Full Metal Jacket, de Stanley Kubrick, 1987 (idem).

–       Good Morning Vietnam, de Barry Levinson, 1988 (idem).

–       Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola, 1976 (idem).

–       Forrest Gump, de Robert Zeneckis, 1994.

–       Le fond de l’air est rouge, documentaire de Chris Marker, 1977 (sur la chute de Pinochet au Chili).

–       Démineurs, de Kathryn Bigelow, 2008 (sur la guerre en Irak).

–       Green Zone, de Paul Greengrass, 2010 (sur la guerre en Irak)*.

–       World Trade Center, d’Oliver Stone, 2006 (sur les attentats du 11 septembre 2001).

• Chap.5 : La Chine et le monde depuis 1949

–       Les démons à ma porte, de Jiang Wen, 2001 (sur la Chine dans la Seconde Guerre mondiale).

–       La cité des douleurs, de Hou Hsiao-Hsien, 1990 (sur Taiwan).

–       Le fossé, de Wang Bing, 2010 (sorti en 2012 en France) (sur les camps de travail sous Mao).

–       Fengming, chronique d’une femme chinoise, de Wang Bing, 2007, (sorti en 2012 en France) (sur les camps de travail sous Mao).

–       Mao, une histoire chinoise, documentaire d’Adrian Maben et Pierre-André Boutang, 2003 (sur le fondateur du régime communiste en Chine en 1949).

–       Chung Kuo, documentaire de Michelangelo Antonioni, 1972 (la Chine de Mao vue par un des plus grands réalisateurs du XXe siècle).

–       24 City, de Zhang Ke Jia, 2008 (sur les évolutions économiques récentes de la Chine).

• Chap.6 : Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis 1918

–       Lawrence d’Arabie, de David Lean, 1962 (sur les aspirations arabes au début du XXe siècle et sur l’ingérence britannique).

–       Le serment, série TV britannique de Peter Kosminsky, 2011 (sur les débuts du conflit israélo-palestinien)*.

–       Les rois du désert, de David O. Russell, 1999 (sur la 1ère guerre du Golfe).

–       Generation Kill, série de David Simon et Ed Burns, 2008 (sur la 2e guerre en Irak).

–       Paradise Now, de Hany Abu-Assad, 2005 (sur le terrorisme)*.

–       Valse avec Bachir, film d’animation, 2008 (sur la guerre du Liban de 1982)*.

–       Persépolis, film d’animation de Marjane Satrapi, 2007 (sur l’Iran dans les années 1980 et 1990).

–       Le temps qu’il reste, d’Elia Suleiman, 2009 (l’histoire d’Israël de 1948 à nos jours vue par un réalisateur palestinien).

–       Kippour, d’Amos Gitaï, 2000 (la guerre d’octobre 1973 vue par un Israélien).

–       La Fiancée syrienne, d’Eran Riklis, 2004 (sur une jeune femme du plateau du Golan).

–       Incendies, de Denis Villeneuve (adapté d’une pièce de théâtre), 2010 (sur la guerre civile au Liban).

–       Israël et les Arabes. La guerre de cinquante ans, documentaire de Norma Percy et Brian Lapping, 2005 (sur l’histoire des conflits israélo-arabes).

Partie IV : Les échelles du gouvernement dans le monde de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours

• Chap.7 : Gouverner la France depuis 1946

–       Le Président, d’Henri Verneuil et Michel Audiard, 1961 (un président fait face à un scandale financier).

–       Le promeneur du Champ de Mars, de Robert Guediguian, 2005 (sur la fin du mandat de François Mitterrand).

–       La Conquête, de Xavier Durringer, 2010 (sur la conquête du pouvoir par Nicolas Sarkozy en 2007).

–       L’exercice de l’Etat, de Pierre Schoeller, 2011 (sur les coulisses du pouvoir politique en France)*.

–       Pater, d’Alain Cavalier, 2011 (sur les relations fictives entre un Président de la République et son Premier ministre).

–       L’Ecole du pouvoir, de Raoul Peck, 2010 (sur l’ENA, la prestigieuse Ecole nationale d’administration, d’où sort la majorité des hommes politique français)*.

–       Une histoire de l’Outre-mer, documentaire de Christiane Succab-Goldman, 2005.

• Chap.8 : Le projet d’une Europe politique depuis 1948

Peu de films abordent directement la question au programme, mais plusieurs abordent des questions périphériques :

–       Le Président, d’Henri Verneuil et Michel Audiard, 1961 (un film abordant les débats sur les débuts de la construction européenne)*.

–       L’auberge espagnole, de Cédric Klapisch, 2001 (sur les étudiants européens et le système Erasmus).

–       Exils, de Tony Gatlif, 2005 (sur les migrations entre l’Europe et l’Afrique du Nord).

–       Welcome, de Philippe Lioret, 2009 (sur l’immigration clandestine en Europe).

• Chap.9 : La gouvernance économique mondiale depuis 1944

–       Wall Street, d’Oliver Stone, 1987*.

–       Margin Call, de J.-C. Chandor, 2012 (sur un trader américain au moment du krach boursier de 2008).

–       Cosmopolis, de David Cronenberg, 2012 (sur le capitalisme contemporain).

–       Bamako, d’Abderrahmane Sissako, 2006.

–       Inside Job, documentaire de Charles Ferguson, 2010 (sur la crise financière actuelle).

–       To Big to Fail, documentaire de la chaîne de TV américaine HBO, 2011 (sur la crise financière actuelle).


2 réflexions sur « Programme d’histoire de Terminale L, ES : une filmographie »

  1. housset

    Merci pour votre filmographie . J’aborde cette année le programme de term L , cela va m’aider pour mon travail en attendant l’officialisation des allègements de programme le 19 sept prochain.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.