Rentrée 2013 : Soula-llè-gement ?

Rédactrice : Laurence De Cock

La dépêche informelle est tombée le 29 août via les canaux des syndicats : à la suite de la très forte mobilisation contre la lourdeur des programmes des classes à examen, le ministère a finalement décidé de soula-llé-ger  les enseignants en accordant les délestages bruyamment réclamés.

Les syndicats ont donc été reçus par la DGESCO et l’Inspection Générale. Il leur aurait été demandé une certaine discrétion à la suite de cette entrevue afin d’éviter effets d’annonce, fausses joies, désillusions, ou colère. Il est vrai que la lourdeur bureaucratique exige que ces modifications soient validées par le CSE, elles le seront le 19 septembre. En outre, il eût été difficile sans doute d’annoncer dès juin un aménagement des programmes alors qu’apparemment – et malgré les nombreuses prises de paroles publiques ci et là-, tout semblait avoir plutôt bien fonctionné lors des examens nationaux si l’on en juge par le silence de l’Institution.

La discrétion n’étant pas le fort de tous les syndicats semble-t-il, la nouvelle est diffusée immédiatement sur le site Néo prof par un ano-pseudo-nyme qui n’avouera que son appartenance au SNALC. Contraints dès lors d’emboîter le pas, d’autres syndicats ont, depuis, confirmé l’information,  dont le SNES que je me permets de citer ici afin de restituer la parenté de la mobilisation intersyndicale contre ces programmes à laquelle le collectif Aggiornamento avait participé.

Outre ces questions de grenouillage fort peu intéressantes, nous pourrons donc retenir au moins deux choses :

– Il fallait alléger ces programmes. Certes, cela va de soi.

– Il n’est pas besoin de prévenir les enseignants avant la mi-septembre. Là, cela va nettement moins de soi. Parmi les chapitres supprimés en Terminale par exemple, il semblerait que le Patrimoine passe à la trappe. Première entrée en la matière de l’année, on peut raisonnablement supposer que ce thème aura été travaillé par les enseignants durant leur période estivale, et pas seulement par un reportage photo de leurs vacances. On sait également que, rentrés depuis mi-août, certains (je veux dire quelques milliers) élèves non scolarisés dans l’hexagone avaient donc déjà traité cette partie du programme. On peut enfin, soyons un peu folles et fous, imaginer que les professeurs ont tous (il est 17h00, nous sommes le 1er septembre) déjà quelque peu anticipé leur progression.

A l’heure où j’écris ce petit billet d’humeur cependant, ma messagerie académique est désespérément vide. La nouvelle des allègements n’est donc toujours pas officialisée.

Saoulé-e-s ? Allégé-e-s ? Soulagé-e-s ?

Allez savoir…

Bonne rentrée à tous.

Pour plus de détails sur les allègements prévus :

http://www.snes.edu/Reamenagements-des-programmes-de.html

Addendum de dernière minute : Reçu sur une boîte à lettre académique toulousaine aujourd’hui à 17h11 :

 » Chères collègues, chers collègues,

 L’Inspection pédagogique régionale vous souhaite une très bonne rentrée et vous annonce :
 – qu’il y aura des allègements substantiels en T L et T ES et en 3e
 –  que la DEGESCO adressera lundi un message à tous les établissements et à tous les professeurs pour annoncer leur mise en ligne sur Eduscol
–  que ces textes seront définitifs après leur passage devant le CSE  le 19 septembre. »
Ouf…
Addendum d’ultra dernière minute : 3 septembre, 19h58 : Rien sur éduscol.  Les cours commencent demain…

 


6 réflexions au sujet de « Rentrée 2013 : Soula-llè-gement ? »

  1. Lucius

    Entièrement d’accord avec cet article, mais j’aimerais quand même insister ici sur le côté vraiment scandaleux du procédé. Après avoir travaillé tout le mois d’août un programme indigeste (3e) et préparé tout ce qui va avec (programmation, fiches d’histoire des arts, etc.), voilà que l’on nous annonce (qui plus est officieusement puisque ce sont les syndicats qui ont prévenu) que nous sommes priés d’envisager d’éventuels changements et d’attendre fin septembre pour en être bien sûrs !! Mais de qui se moque-t-on ? J’en ai vraiment marre que notre hiérarchie, ici IG et IPR, soit en permanence dans l’improvisation voire l’incompétence, et considère les professeurs comme de simples exécutants qui pourront toujours s’adapter à la dernière minute. Mais savent-ils le temps que cela représente de préparer sérieusement un programme ? Savent-ils que beaucoup de professeurs y sacrifient une importante partie de leurs vacances estivales ? Se rendent-ils compte que ces façons de procéder sont profondément décourageantes ? Je suis vraiment écoeurée.

    Répondre
  2. Esteban

    Dans leur lettre de rentrée, envoyée le 1er septembre, les IPR montpelliérains donnent des « invitations à ne pas traiter » tel ou tel chapitre, ou signalent des parcours qui confirment les allègements annoncés par les syndicats.

    Répondre
  3. bettydenise

    Reçu le 30 :
    « Chères et chers collègues,

    Des allègements de programme substantiels – applicables dès cette année – sont en cours de validation pour les classes de Troisième et de Terminales ES et L.
    Nous vous informerons de leur contenu exact dès qu’ils auront été validés par le Conseil supérieur de l’éducation, mais ils devraient vous permettre d’aborder plus sereinement cette rentrée. »

    Répondre
  4. Caillé

    Le sujet du patrimoine devant être obligatoirement vu en début de programme d’histoire, beaucoup de profs vont démarrer par ça (moi le 1°).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *