18 juin 2013 : jour de colère

rédacteurs : Éric Fournier, Olivier Le Trocquer, Philippe Olivera, Laurence De Cock, Laurent Gayme, Vanessa Mercier, Édouard Colin, Maryse Broustail, Alexandra Rayzal, Vincent Capdepuy, Servane Marzin, Matthieu Clément, Mathieu Ferradou, Florence Braud

La forme de l’épreuve anticipée d’histoire-géographie 2013 appuie vivement notre interpellation, « des programmes insensés, une évaluation assassine ». Nous nous serions bien évidemment volontiers passés de ce soutien redouté.

Au-delà de l’architecture globale du programme, des iniquités observées lors de la session 2012, des faux-semblants des allégements en 2013, et de l’impréparation de la session présente – autant d’éléments sur lesquels nous avions alerté et proposé – l’épreuve elle-même de la session 2013 pose problème, scandaleusement.

Les deux compositions en géographie portent sur des sujets difficiles correspondant à peine à trois heures de cours. La première  –  « en vous appuyant sur l’étude de cas traitée dans l’année, présentez la gestion durable d’un milieu : enjeux, acteurs, réalisations, effets » –  pose trois  problèmes précis. Premièrement, une étude de cas est une activité scolaire qui n’a aucunement vocation à être restituée sous la forme d’une composition. Cette étude devait originellement déboucher sur un schéma, qui a disparu de la liste transmise de façon chaotique par les IPR. Certains élèves l’auront fait, d’autres non. Ensuite, la diversité possible des études de cas traitées souligne presque absurdement la nécessité d’une entente préalable à la correction, à moins qu’avec un tel sujet toute volonté d’harmonisation ne devienne presque illusoire. Enfin, l’intitulé de la composition est saturé de notions complexes, pouvant facilement prêter à confusion pour les élèves. La référence conjointe à une étude de cas et à la durabilité, thématique transversale du programme, ont produit de la confusion, de nombreux élèves choisissant un autre cas que celui qui était attendu. Nombre d’entre eux semblent ainsi avoir confondu les différentes études de cas abordées au cours de l’année. Dans l’absolu, ce type de formulation ouverte à la liberté de mise en œuvre des programmes est parfaitement acceptable, voire souhaitable ; là, dans la confusion et la contradiction des indications distillées parfois à mots couverts par l’Inspection générale, c’est un échec assuré des plus regrettables.

La deuxième composition, intitulée « la localisation des activités sur le territoire français et la mondialisation » révèle l’imposture des allégements du programme. Elle participe de la question «  la dynamique des espaces productifs dans la mondialisation », question allégée de sa dimension agricole, sans que la mise en œuvre suivante (« dynamique de localisation des activités et mondialisation ») ne soit reformulée. Il en est de même du tourisme, question également supprimée en 2013. La faille est évidente. Quid des copies traitant de l’agriculture et du tourisme, possiblement intégrables dans la mise en œuvre globale sur les activités économiques ? Quid de celles qui n’en parleraient pas ? Le sujet est source d’une distorsion majeure entre les élèves qui s’en seront tenu au point du programme dans sa version tronquée, et ceux qui finalement auront bien saisi la logique du programme et qui auront intégré leur composition les leçons sur Paris, sur les transports, sur le tourisme, sur la Northern Range, etc. Autrement dit, il y aura probablement d’excellentes copies, mais le risque est fort de pénaliser les copies moins structurées, moins complètes. Une mise au point sur les attentes est donc plus impérative que jamais.

Le jeu de massacre continue dans la deuxième partie, entièrement consacrée à l’étude de documents.

L’étude de document en histoire sur l’économie-monde britannique achoppe sur trois écueils. Premièrement, elle correspond à moins d’une heure de cours ! Deuxièmement, le texte d’Elisée Reclus est fort intéressant, mais les notes explicatives ne sont pas assez nombreuses pour un public scolaire dorénavant peu familier du XIXe siècle, et Elisée Reclus est sommairement dépolitisé, réduit à un « géographe français » sans qu’il ne soit fait mention de son anarchisme naissant, ce qui aurait aidé à comprendre le texte. En comparaison, les deux documents proposés en terminales L/ES ( nous reviendrons dans un autre texte sur les Terminales) sont mieux situés et comprennent plus de notes explicatives, ce qui accrédite le fait que l’épreuve anticipée est plus dure que celle de Terminale. Troisièmement, la consigne accompagnant le document est fort peu claire, favorisant la confusion entre économie-monde et économie mondiale, confusion dont nous devions prémunir nos élèves car elle se trouvait déjà dans la fiche Eduscol d’aide à la mise en œuvre du programme, et qui se retrouve dans l’énoncé lui-même : «  montrez que ce document témoigne des différentes formes de la domination britannique sur l’économie-monde au milieu du XIXe siècle ».

L’épreuve s’achève par une carte et un court texte sur « l’Union européenne dans la mondialisation » qui ne permettent guère d’évaluer grand-chose en termes de compétences. Derrière une carte faussement simple se cache un commentaire critique qui sera probablement passé inaperçu des élèves. Quant au texte, pris dans un manuel de géographie, il appelle à la paraphrase, à la récitation stérile et laborieuse du cours relatif à la question. À supposer évidemment que les candidats aient encore eu le temps d’écrire quoi que ce soit à ce stade de l’épreuve.

Deux compositions ardues, trois documents : le message est clair. Tout doit être traité, et densément traité, sous la forme d’une course contre la montre, celle du professeur face au programme durant l’année, puis celle du candidat pendant l’épreuve. Tel est le testament de cette éphémère épreuve anticipée de première S qui s’achève en passant le flambeau du bachotage le plus grossier aux premières épreuves du nouveau programme de terminale.

Ainsi, nous avions raison, nous avions envisagé le pire. Et le pire est advenu. Bien mal avisés cependant seraient ceux qui se rassureraient en nous imaginant commodément installés dans le rôle de Cassandre. Aggiornamento est une force d’interpellation, de proposition, et surtout d’action – irrémédiablement.

NB : 24 juin : lettre adressée à L’inspection par  les correcteurs de l’Académie de Nantes : lettreIPR2013


18 réflexions au sujet de « 18 juin 2013 : jour de colère »

  1. Bounne Sylvie

    Ma fille est « trop deg »! pour elle, l’ épreuve anticipée d’HG en 1ère S est une catastrophe, bonne élève, sérieuse, consciencieuse, elle ingurgite ses chapitres tant bien que mal. Elle reçoit par mail de son professeur des chapitres essentiellement en géographie, le programme trop dense ne permet pas de tout traiter en cours.
    Résultat, pas de sujet d’histoire, quelle déception, après tant de travail fournit! Bourrage de crâne, overdose de chapitres , comment peut-on faire accrocher et aimer cette matière à des adolescents parfois revêches ?

    Répondre
  2. pascal hurard

    Entièrement d’accord avec ce texte. Pour les compos, il aurait été facile de guider un peu les élèves en introduisant pour le sujet 1 les mots valoriser /ménager et pour le 2 e en excluant de manière explicite l’agriculture et le tourisme.
    Beaucoup de géo….sans le moindre croquis ou schéma , travail qui nous a pourtant bien occupé et qui est également favorable aux élèves, souvent ils parviennent bien à le maîtriser en fin d’année. Un sujet d’histoire plus que ténu par rapport à l’ensemble des questions du programme.Les conditions sont réunies pour de mauvaises notes et des disparités importantes .Dans quel but ? Veut-on faire la preuve par l’absurde qu’il faudrait un CCF ?Quand on voit les réactions pusillanimes de la majorité des IPR sur ces sujets, on est en droit de se demander, si en haut lieu, on ne joue pas la politique du pire : vous connaissez l’histoire du chien malade….

    Répondre
    1. Béatrice Baumier

      Entièrement d’accord avec ce commentaire. Je m’interroge également sur le but recherché.
      Je remarque que notre amertume n’est pas partagée par tous les collègues qui ont enseigné en 1S cette année. Pour certains, les sujets étaient faisables et convenables pour leurs élèves. A lire certains commentaires sur d’autres sites, cette impression se confirme: certains élèves ont témoigné qu’ils n’ont pas eu trop de problème. Il semble donc que la difficulté se soit posée pour des élèves fragiles, sans trop de prérequis ou/et qui ont du mal à gérer leur stress :ceux des établissements ZEP par exemple.
      La démonstration est donc faite que le fossé se creuse entre les établissements sans que quiconque ne songe à réagir. C’est bien triste !

      Répondre
      1. julia

        Je travaille dans un lycée de niveau moyen et même mes bons éléments n’ont pas été emballés par le sujet. Le problème est l’écart entre ce que les élèves pensent de leur copie et la note qu’ils vont avoir: l’an dernier, les notes du bac étaient bien inférieures à celles que les élèves ont eu pendant l’année, avec d’immenses déceptions… Tout dépend des correcteurs: pour une copie sélectionnée par les inspecteurs qui nous a été montré lors de la réunion d’harmonisation, les collègues mettaient entre 5 et 15!! Les sujets posent indéniablement problème: comment noter un élève qui n’a pas traité la bonne étude de cas? Un qui a pris le même sujet en s’appuyant sur un cours et sans se baser sur l’EDC? Là où vous avez raison sur le fossé qui se creuse, c’est que, à idées égales, les élèves qui ont une bonne expression écrite s’en sortiront forcément mieux que ceux qui font beaucoup de fautes de langue… mais ça n’est pas nouveau!

        Répondre
  3. Francis Lachenal

    Une analyse très pertinente et qui reflète bien notre amertume…Il faudrait aussi se poser la question sur le processus de validation des sujets de baccalauréat qui semble bien avoir ici atteint ses limites….

    Répondre
  4. Nicole

    Il me parait également utile de préciser que la carte présentée dans la seconde étude de document porte à la plus grande confusion. En effet dans la légende, on observe deux encadrés noirs (couleurs probablement mal passées en noir et blanc !) pour distinguer importations et exportations. Pour permettre de déterminer la différence les importations et exportations étaient modélisées par des flèches orientées. Cependant on constate dans la légende une flèche gris clair pour représenter le commerce mondial. Outre la confusion entre commerce et importations et exportations, les élèves n’ayant pas forcément saisi la nuance, il y a trois types de flèche : une gris clair qui figure dans la légende et deux noires orientés non-distinguées dans la légende. On a donc des termes proches avec une nuance non-explicite et une légende fausse qui expose à une mauvaise compréhension de la carte.

    Répondre
  5. Béatrice Baumier

    Une fois passé le temps de la stupeur et la colère suscitées par l’épreuve d’HG de 1ère S, je m’interroge sur tant d’inepties.
    Quel est le sens à donner à ces sujets aussi ineptes que décourageants ? S’agissait-il de noter les professeurs (qui a pu traiter sérieusement la question de la 1ère compo au-delà de 20 minutes ? des prof « bien informés » ?) ? S’agit-il de favoriser un tout petit groupe d’élèves au détriment de la majorité (j’avoue avoir du mal à m’imaginer discuter avec mes élèves après cette folle journée) ? S’agit-il de dégoûter la masse des élèves – et des parents – de la matière (en ce cas, c’est fort bien réussi)?
    A quand une vraie réflexion de fond sur les programmes, les exercices et le sens à donner à notre matière au sein de notre République ?

    Répondre
  6. Biyard nathalie

    Enseignante en 1ès , quel choc le 18 juin!Effectivement la formulation des compositions prêtaient à confusion ( sans parler des études critiques dont le choix à lui seul était très critique!) et pour avoir vu mes élèves , je confirme. Après avoir “ramé” toute une année pour boucler le programme et former les élèves à l’épreuve anticipée, quelle déception , voire quelle colère. Il serait temps que la base se réveille et refuse systématiquement toute réforme assassine , pour nos élèves, mais aussi pour nous. Il en est de même pour le ^programme de terminale qui nous a été imposé cette année: qui n’a pas couru pour “rattraper ” les bases du programme de 1ère ( disparues ou non au cours de l’été), indispensables à la bonne compréhension de celui de terminale? qui n’a pas jonglé entre les divers thèmes vastes et ambitieux( certes intéressants mais compliqués à transmettre dans le temps imparti)? entre le XIXè siècle et le XXé? etc etc La liste est longue.

    Répondre
  7. Biyard nathalie

    Enseignante en 1ès au lycée du Vigan, quel choc le 18 juin!Effectivement la formulation des compositions prêtaient à confusion ( sans parler dse études critiques dont le choix à lui seul était très critique!) et pour avoir vu mes élèves , je confirme. Après avoir « ramé » toute une année pour boucler le programme et former les élèves à l’épreuve anticipée, quelle déception , voire quelle colère. Il serait temps que la base se réveille et refuse systématiquement toute réforme assassine , pour nos élèves, mais aussi pour nous. Il en est de même pour le ^programme de terminale qui nous a été imposé cette année: qui n’a pas couru pour « rattraper  » les bases du programme de 1ère ( disparues ou non au cours de l’été), indispensables à la bonne compréhension de celui de terminale? qui n’a pas jonglé entre les divers thèmes vastes et ambitieux( certes intéressants mais compliqués à transmettre dans le temps imparti)? entre le XIXè siècle et le XXé? etc etc La liste est longue. Pour nos élèves, pour notre matière et nos conditions de travail , disons STOP à la supercherie!

    Répondre
  8. Perou Marc-Olivier

    Bravo aux rédacteurs ! Vous synthétisez parfaitement mes impressions lors de la découverte du sujet hier. Un grand gâchis, et une année longue et intense qui laissera un mauvais souvenir à la plupart de mes élèves. Notre discipline mérite mieux. À suivre.

    Répondre
  9. julia

    Même écoeurement de ma part. Ayant fait l’étude de cas sur le golfe du Morbihan avec mes élèves, j’ai laissé tombé le schéma que j’avais tenté l’an dernier, impossible à retenir avec toutes les îles. certains de mes élèves ont eux aussi fait la confusion avec l’aménagement local: une déchèterie… La plupart se sont jetés sur la difficile composition sur la localisation des activités et la mondialisation, réinvestissant la légende d’un croquis fait en cours. Certains même, déboussolés par l’absence de croquis (je les avait pourtant prévenus de l’éventualité),ont cru qu’il y avait un choix d’étude de doc et n’ont donc fait que 2 exercices… L’an dernier, seulement 7 élèves sur 28 avaient eu la moyenne, avec des notes inférieures d’au moins 4 points à leur moyenne annuelle; j’espère mieux cette année d’un effectif à 37 comprenant davantage de bons élèves…
    D’autre part, je corrige mais je n’ai été convoquée à aucune réunion académique! Ma convocation ne mentionne pas de réunion d’harmonisation, mais ce n’est pas forcément notifié… J’attends donc avec impatience le retour des collègues qui auront assisté à cette réunion pour m’aiguiller dans la tâche complexe que sera la correction… D’avance merci!
    Julia Chabanel

    Répondre
  10. Marie Ciselain

    Egalement scandalisée par l’épreuve d’histoire-géographie de cette année.

    Après avoir fini l’année en trombe du au caractère massif du programme et des diverses suppressions apparues pendant l’année, voilà que nos élèves se jettent sur une épreuve tout aussi lourde, ne traitant que très peu d’histoire, c’est lamentable.

    Répondre
  11. HUGO PATRICIA

    Patricia Hugo
    Mercredi 19 juin

    Scandalisée, comme tant de mes collègues par cette « arnaque » de l’épreuve d’Histoire-Géographie en 1ère S.

    Répondre
  12. Cécile Colin

    Une journée après l’épreuve de 1 été S , nos élèves ne décolèrent pas . Beaucoup ont effectivement mal analysé dans le stress de l’examen le sujet 1 et se sont jetés dans l’étude de cas de début de programme , celle qui précisément tentait de présenter un aménagement local assez vaste avec un volet reduit mais présent consacré au développement durable . La fin de la formulation du sujet de composition a terminé de les embrouiller :  » acteurs »  » enjeu »… Ils ont par conséquent appuyé sur  » le mauvais bouton » . Passons sur les autres sujets , vous avez clairement posé le problème.

    Les réunions d’entente au niveau académique se font demain matin . Il faudra que les professeurs « président de commission  » remontent les problèmes qu’ont eu leurs élèves . Il n’est pas supportable que toute l’énergie mise à réaliser ce programme et à l’ingurgiter pour les élèves ne rapporte que peu de point ou pire en fasse perdre alors que le travail des candidats a été sérieux !

    Répondre
  13. aggiornamento Auteur de l’article

    A l’attention de tous les élèves de 1ère et terminales : nous avons bien reçu vos messages en commentaire à ce texte, mais ils sont trop nombreux pour que nous les publiions ici car le site n’est pas destiné à devenir un forum. Nous tenons cependant à vous assurer que nous vous avons lus et que vos remarques font écho à nos propres élèves.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *