Occupons la géographie scolaire ! Pour un enseignement géographique de l’actualité (l’exemple des manifestations en Turquie)

Rédactrice : Cécile Gintrac

Le drame de l’usine Dhaka, la guerre civile syrienne, les mouvements urbains stambouliotes…. Autant d’événements que la géographie scolaire éclaire et permet de faire appréhender à nos élèves. Puisqu’il s’agit de former des citoyens, pourquoi se priver de cette possibilité ? Or, on doit le constater, les programmes (leur lourdeur surtout) laissent de moins en moins le temps et la liberté aux enseignants de s’emparer de cette géographie de l’actualité. Dans certaines classes, comme les STG, le choix de l’illustration d’un chapitre se limite à deux études de cas. Pourtant, tout le nouveau programme de Terminale focalisé sur les enjeux et débats autour de la mondialisation permet la mise en abyme d’évènements brûlants de l’actualité, comme les actuelles révoltes (révolutions ?) en Turquie.

Le diaporama qui suit est un exemple d’une étude de cas réalisée « à chaud » sur les manifestations de Taksim. Il s’agit d’ailleurs davantage d’une ressource documentaire que d’une étude de cas. Géographie des projets urbains, géographie et généalogie de la contestation urbaine, géographie politique d’un autoritarisme, géographie de la police…..autant de pistes abordées et  à approfondir. Dans tous les cas, l’approche est celle d’une géographie critique, qui s’engage  –modestement – dans la lutte qu’elle décrit, notamment en relayant les informations des militants. Car le parc Gezi est devenu le symbole d’une double contestation : celle de l’urbanisme néolibéral et celle (surtout) d’un pouvoir sécuritaire et autoritaire. L’un n’empêche pas l’autre comme Mike Davis l’a si bien montré dans le Stade Dubaï du capitalisme (2007, les Prairies Ordinaires). Des chercheurs turcs, comme Pelin Tan (cf supra), se revendiquent des études urbaines critiques…Pourquoi ne pas les relayer, pourquoi ne pas occuper le terrain de la géographie scolaire ?

Voici les principales sources qui ont servi à réaliser ce diaporama :

Des ressources pour suivre et/ou soutenir le mouvement de contestation :

Gintrac_Occupy Gezi

(Pour accéder au diaporama, cliquez sur l’image)

NDLR : Et un clin d’oeil au passage au journal critique CQFD qui avait déjà consacré un article/entretien à cette question en janvier 2011


Une réflexion au sujet de « Occupons la géographie scolaire ! Pour un enseignement géographique de l’actualité (l’exemple des manifestations en Turquie) »

  1. franck gombaud

    Bonjour,
    Très bonne démarche. Sur la forme cependant, serait-il possible de proposer aussi une version Open office ou Libre office, ou même à défaut un simple pdf, pour ceux qui n’utilisent et ne possèdent pas la suite bureautique de Microsoft?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *