Pour Thierry Aprile, sur les traces d’un ami

Rédactrice : Laurence De Cock

« VIVE LES FEMMES, VIVE LEUR ENERGIE, VIVE LA REVOLUTION » (Thierry Aprile, 2013)

 

portrait Thierry

Il va de soi que ce billet n’a rien de conventionnel. Ni hommage « de la profession », ni bio-bibliographie insensible et distanciée, il n’est qu’une modeste évocation du travail d’un compagnon de route d’Aggiornamento, d’un collègue, d’un ami, d’un garçon dont j’ai croisé la route il y a une petite décennie et qui a bifurqué beaucoup trop tôt vers une destination inconnue le matin du 25 mars 2013. L’histoire est un travail par traces, j’aimerais simplement en distiller quelques unes ici.

Thierry Aprile n’avait que 52 ans mais le crabe ne fait guère cas de l’âge de ses victimes. Cela fait tout de même une trentaine d’années de réflexions sur la discipline qu’il a enseignée, interpellée, questionnée, tordue parfois dans des directions pas toujours reconnues par les gardiens de l’académisme. Mais celui qui a connu Thierry ou simplement eu le loisir de respirer les effluves de son cigare entre deux bons mots, sait que les perspectives de carrière n’entraient pas forcément dans les priorités de ce drôle d’animal.
Il n’ignore pas non plus que sous le vernis de son irrésistible goguenardise se nichaient les quelques tonnes de lectures et de pages noircies pour comprendre le monde et rêver de le changer. Il savoure encore les interminables controverses politiques, épistémologiques, musicales et culinaires qui ont irrigué jusqu’à ses dernières in/re/spirations.

Alors, puisque rien ne m’empêche ici d’ « oser le désordre », comme le disait Debord, expression qui sied assez bien à Thierry, j’évoquerai donc en vrac les quelques questions sur l’histoire à propos desquelles nous n’avons cessé de palabrer en se jurant d’y revenir à chaque minestrone.

Il ya d’abord ce mal de notre temps qui fait dire à chaque nouvelle parution scientifique à quel point elle « renouvelle » un champ. Thierry grommelait régulièrement contre cette propension à passer sous silence l’héritage dans lequel s’inscrit tout travail scientifique, à camoufler qu’une bonne recherche excave des questions souvent déjà là et lui apporte une réponse trouvant naturellement sa place dans le puzzle d’interprétations. Il ne supportait pas cette habitus médiatique et souvent mondain de pointer du doigt le caractère novateur d’une œuvre comme si elle devait forcément supplanter les précédentes. Il était de ceux qui appelaient à revisiter les écrits d’historiens aujourd’hui relégués par les effets de mode, comme jean Bouvier, son maître disait-il, et plus globalement ceux qui avaient nourri l’histoire économique et sociale dont il faut bien attendre le réveil puisqu’il paraît qu’elle s’est endormie. D’ailleurs il fustigeait volontiers toute cette rhétorique des retours : « retour de l’histoire politique », « retour de l’évènement », « retour de la biographie », « retour des relations internationales » dont quelques manuels emplissent la tête de nos étudiants occultant le fait que les faisceaux de recherches sont toujours plus simultanés qu’enfermés dans une chaine d’apparitions et de disparitions. Il voulait écrire là-dessus ; et à moins que ne dorment quelques manuscrits dans ses tiroirs, n’en a pas eu le temps.

Une autre de ses marottes était son appétence pour le récit et sa conviction que la mise en forme de l’histoire et l’efficacité de sa transmission passaient par une trame narrative, pourquoi pas dramaturgique, rythmée par des personnages qu’il pouvait qualifier de « grands » et campée dans un décor volontiers – quoi que non exclusivement – national.
Ceux qui étaient à Blois avec nous l’année dernière se souviendront d’une controverse historique sur l’opportunité ou non de la place du point d’interrogation dans le sujet tombé au concours de professeur des écoles parisien : « Jeanne d’Arc, un grand personnage » ; lui, soutenant qu’il n’était nul besoin de poser la question, et moi, m’indignant de l’absence de ponctuation interrogative.
Cette controverse que nous qualifiâmes de « controverse du point d’interrogation » nous tint en haleine jusqu’au lendemain, mêlant divers témoins à charge et à décharge qui se reconnaîtront.

Et puis, comme dans n’importe quel moment de camaraderie, les arguments qui se gorgent progressivement de mauvaise foi, de susceptibilité, du rouge et du blanc du vin et de la fatigue ne donnent souvent que des joutes dont il ne reste que deux camps escomptant chacun remporter la mise autour d’une question simpliste « Pour ou contre le roman national ? » où la nuance n’a pas droit de cité, parce que c’est moins drôle d’abord, parce que c’est une bonne bouffe tout de même, parce que ça échauffe les sangs et les esprits de crier un bon coup, parce qu’on sait bien que le lendemain on passera à autre chose « de la plus haute importance ma bonne dame » et surtout parce qu’on oublie que le temps peut jouer de sales tours à ceux qui le défient un peu trop. Nous n’aurons pas pu reformuler sereinement la question.

Enfin, il y avait chez Thierry quelque chose d’un enfant qui aime les histoires. Préférant pendant un temps les récits des littératures enfantines, il était ainsi parti « sur les traces » des pirates, des esclaves, de Louis XIV, des enfants de poilus, ou d’Aladdin. Ses mots, adossés parfois aux dessins de son ami François Place, sont de ceux qui donnent chair et âme à la connaissance historique parce qu’ils assument le détour par la fiction, quitte à contrevenir aux règles les plus élémentaires du récit historique. Mais on sait bien que ces ouvrages de vulgarisation scientifique appellent en amont un travail précis de documentation historique, et que c’est un art acrobatique de produire du réel avec de l’imaginaire, comme c’est un privilège de faire rêver des enfants.

Dédicace à un enfant :
« Emmenons O. en des temps et des lieux où il fallait tracer sa route sans crainte du lendemain, bon vent » (Thierry Aprile, 2010)

De tout cela nous avons des traces, comme quelques boutures que ce court billet propose de recueillir pour mieux les conserver et que d’autres pourront cultiver.

sur-les-traces-des-pirates-thierry-aprile-francois-place-9782070626519guerrethierryesclavesRIlouis-xiv-thierry-aprile-antoine-ronzon-9782070630493

 

 

 

 

 

 

 


9 réflexions au sujet de « Pour Thierry Aprile, sur les traces d’un ami »

  1. Aïda KSIKES

    M. Aprile a été mon professeur d’économie en 1994, en classe Prépa HEC au Lycée Descartes de Rabat. Son regard critique, sa verve, son humour, ses railleries, mais aussi sa gentillesse, sa bienveillance, et l’odeur caractéristique du cigare qui l’accompagnait à tout moment, faisaient de lui la mascotte de cette classe prépa, un professeur emblématique qui nous a tous portés et supportés jusqu’aux portes des Ecoles que nous ambitionnions de franchir. Mais au-delà de la réussite aux concours, c’est au développement de nos jeunes personnalités que M. Aprile a je pense beaucoup contribué. Paix à son âme, et mes pensées amicales à son épouse et à ses fils.

    Répondre
  2. Julie

    Je ne savais pas quoi dire en apprenant son départ. Je ne sais toujours pas trouver les mots aujourd’hui.

    L’art de prendre le monde à contrepied, de crucifier les idées préconçues. Le bon mot qui donne le sourire. Cette phrase, inoubliable: « L’enseignement, c’est le métier de la répétition ». Un scooter, un cigare. Une passion très discutable pour le Paris Saint-Germain. Un grand historien.

    Répondre
    1. Magalie

      1 an déjà. Le temps passe mais les souvenirs restent intacts. Comme autant de dates clé de l’histoire de France. La vie est-elle injuste ? Peut-être. Certainement. Je le saurai à cause du combat que je dois affronter à mon tour. Vous me manquez Monsieur. Votre force semble dépasser les frontières.
      A 1 d’ces 4.
      Mag, ancienne étudiante

      Répondre
    2. Paul

      « Une passion très discutable pour le Paris Saint-Germain ». S’il s’agit là du seul bémol, autant réaccorder les violons : il ne s’agissait que d’une concession sportivement désintéressée à son fils.
      Andrérieusement vôtre.

      Répondre
  3. pascal hurard

    Quelle tristesse !
    Je garderai le souvenir de notre camaraderie -certes ephémère- au lycée marcellin Berthelot de Saint Maur en hypokhâgne.Ce devait être en 1977-78.Le souvenir de la plaisanterie caustique et le goût de l’histoire de la politique, les bons moments d’une année d’étudiants
    Pascal hurard (pro d’histoire-geo) au lycée victor Hugo à Carpentras)

    Répondre
  4. Mohamed

    Thierry Aprile, mon professeur, mon formateur, mon ami! Quelle tristesse en apprenant son départ le 25 mars!
    Thierry Aprile, je l’ai connu en 2005 à l’université Paris 8. Tout d’abord, un enseignant qui marque par son érudition. Ensuite, un humour nous entrainant dans des rires interminables. Depuis cette première rencontre, à chaque fois que je le croisais dans les couloirs de l’université, il y avait toujours un sourire, une petite blague car Thierry et moi avions des goûts opposés en terme de sport, de cuisine et également concernant les beautés du Maroc.
    Thierry Aprile, je l’ai retrouvé en 2008-2009 pour la préparation de l’épreuve d’ESD au capes d’histoire-géographie. Trois heures de cours par semaine, quelques oraux et un 18 le jour j, admis au capes! Merci!
    Thierry Aprile, mon formateur durant l’année de PLC 2. Une visite dans ma classe de 4e au collège Anatole France des Pavillons sous bois, une reprise d’une heure trente et ce jour là, j’ai compris mon métier et ce que qu’on me demandait. Je n’oublierai jamais…
    Cette même année, un voyage à Auschwitz et un voyage d’études à Liverpool, grâce à Thierry, encore une fois.
    Depuis juin 2010, je m’arrangeais pour avoir connaissance des jours où il était présent à Paris 8 et j’allais lui rendre visite, c’était toujours un bon moment de le revoir. Je mesurais à quel point il était présent dans mon parcours et je ne le remerciais sûrement pas assez.
    Alors, pour tout, merci Thierry! Je ne vous oublierais jamais.

    Répondre
  5. Magalie

    J’étais bien triste de ne plus vous avoir en cours. Je le suis encore plus depuis hier. Depuis que j’ai appris votre départ. Qui égaiera désormais mes journées de railleries renversantes ? Je me réjouis d’avoir croisé votre route. Y a des rencontres qu’on n’oublie pas. Bon vent Monsieur et hasta luego.
    Mag, une élève.

    Répondre
  6. Florian

    Thierry Aprile m’a accompagné durant quasiment toutes mes années d’études d’histoire…
    Son érudition me fascinait d’autant plus qu’il ne la mettait pas en avant pour impressionner. Je me souviens d’ailleurs de ces nombreux moments où il prenait une voix faussement candide pour nous forcer à remettre en cause des pensées toutes faites. Il adorait battre en brèche les idées reçues. Aujourd’hui, devenu prof,il m’arrive souvent de penser à lui en cours lorsque je prends un malin plaisir à faire de même avec mes élèves.
    C’est certain qu’il va beaucoup nous manquer et qu’il ne va pas quitter mes pensées : il m’a marqué, moi, en tant que personne, par le soutien qu’il a apporté à l’étudiant puis le tout nouveau prof angoissé que j’étais, et il continue indéniablement de marquer le prof que je suis, chaque jour, lorsque je prends ce plaisir monstre à apprendre à mes élèves à ne pas recracher des idées préconçues…
    Merci M Aprile…

    Répondre
  7. Stéphane

    Quel regret d’apprendre cette triste nouvelle. Thierry avait été mon professeur à l’IUFM. Il nous avait appris à réfléchir, à surprendre nos élèves et passer au delà des idées reçues. C’est une grande perte pour la profession et pour l’humanité.
    Il restera cependant toujours dans mon cœur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *