En finir avec l’opacité de la construction des programmes d’histoire-géographie

Rédactrice : Laurence De Cock

Le dernier numéro de FDM (former des maîtres, revue du SNESUP, téléchargeable en ligne) consacre un dossier très précis à la fabrication des programmes scolaires.
Vous trouverez ci-dessous la contribution concernant l’histoire-géographie

2008 : des nouveaux programmes sont publiés à l’école primaire. Nicolas Sarkozy avait prévenu lors de sa campagne électorale : il fallait en revenir à une véritable école républicaine, une école qui ne sacrifierait pas l’autorité du maître sur l’autel de la pensée soixante-huitarde et qui revitaliserait l’identité nationale. Le ton était donné. Les nouveaux programmes dont personne ne sait encore vraiment qui en fut à l’origine revisitent intégralement les contenus et les méthodes d’enseignement. En histoire, tradition oblige, on en revient aux modes d’écriture les plus éculés du roman national avec ses grandes dates, ses grands hommes et la mémorisation mécanique de ce qui est censé fournir une identité commune. Aucune évaluation préalable des programmes 2002, aucune enquête de terrain, aucun semblant de transparence sur les auteurs et le cahier de charge de la réécriture. Quasiment unanimement rejetés par le Conseil Supérieur de l’Education (CSE), ils entrent pourtant en vigueur dès la rentrée suivante.
2010 : le ministère s’attaque à la réforme du lycée. Sous couvert d’une réflexion sur les filières et les enjeux d’orientation, il fallait répondre à la gestion comptable rationnalisée de la LOLF et à l’objectif de suppression de postes d’enseignants. Les programmes sont réécrits dans plusieurs matières pour répondre à ce redéploiement des filières. L’enseignement de l’histoire-géographie est rendu optionnel en Terminale Scientifique, ce qui conditionne la condensation de deux années en une en classe de Première. A nouveau, une nouvelle mouture de programmes est écrite en un temps record. Qui ? Comment ? Sur quelles bases ? Nous n’en savons rien. Très largement dénoncés dès leur mise en consultation pour leur incohérence, leur caractère encyclopédique, leur propension à balayer toute prise en compte du terrain et à accentuer les inégalités scolaire, ces programmes, à leur tour largement rejetés par le CSE sont promulgués dès la rentrée suivante.
2013 : le nouveau gouvernement socialiste s’étant engagé à rétablir l’enseignement de l’histoire-géographie en Terminale S et à être davantage à l’écoute des enseignants, des allègements du programme de Première et un nouveau programme de Terminale S sont décidés. A leur tour, ils sont rejetés par le CSE : trop expéditifs, trop proches des précédents. Les syndicats dénoncent en outre le tour de passe passe des horaires qui baissent considérablement en 1ère S. La promesse de Vincent Peillon de tenir compte des avis du CSE n’est pas tenue.
Ces trois exemples sous deux gouvernement différents témoignent de la culture de l’opacité qui règne encore sur la rédaction des programmes scolaires. Les nombreux travaux en sociologie du curriculum montrent en effet que la rédaction des curricula recouvre des enjeux politiques et sociaux très forts. Les acteurs du circuit d’écriture, le temps consacré à l’écriture, les rapports de force entre l’Inspection Générale et la Direction Générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) et les différents arbitrages sur les contenus d’enseignement sont autant de facteurs politisant la question des programmes scolaires appréhendés comme projet de société, c’est à dire comme un pari sur les connaissances et compétences à maîtriser dans le monde de demain.
De ce point de vue, l’histoire scolaire peut être envisagée comme un montage mémoriel avec sa scénarisation des éléments du passé considérés comme dignes d’être retenus par les générations suivantes et socialement utiles. On comprendra aisément, dans ce contexte, que ces questions concernent la société toute entière et qu’une véritable démocratisation de l’écriture des programmes s’impose. En tant qu’acceptation de la conflictualité, la démocratisation implique d’accepter que les curricula convoquent la société toute entière et qu’il n’est pas pensable que leur écriture soit confisquée par des commissions dont nous ne savons rien ni de la composition ni des débats internes. Toute composition de commission doit faire l’objet d’une publication au Bulletin officiel. Les différentes étapes (auditions, débats) doivent également être publicisées et ouverts à la réactivité des enseignants bien avant les rituelles consultations. Un programme ne peut pas être écrit en moins de deux ans et le cahier des charges doit être connu par tous. Enfin, il n’est plus possible aujourd’hui d’écrire un programme sans travailler les affiliations interdisciplinaires et les relations inter-cycles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *