L’histoire-géographie en S : de la refondation de l’école au bonneteau.


Allons-nous devoir regretter l’ère de Luc Chatel ? La question de l’histoire géographie en S a en effet été traitée par le nouveau gouvernement en une remarquable continuité de méthodes et d’attendus pour aboutir finalement à une détérioration de la situation sur le terrain. Alors même que les nouveaux horaires proposés par le ministère ont été massivement rejetés par un vote du CSE, ceux-ci ont finalement été validés (B.O.E N. du 3 janvier 2013), ce qui est en contradiction avec la promesse de Vincent Peillon de suivre les avis de ce conseil.

Par un grossier tour de passe-passe, le rétablissement obligatoire de l’histoire-géographie en terminale S aboutit à une diminution des horaires sur le cycle terminal, puissant levier de réduction des effectifs. Le seul horizon du ministère est donc encore celui d’une approche comptable des problématiques scolaires qu’il impose sous couvert d’une apparente concertation. La question de la refonte des programmes applicables en septembre 2013, élaborés une fois de plus dans l’urgence – un autre dispositif de passage en force qui nous rappelle Luc Chatel – s’inscrit dans cette même logique. En l’état actuel, le projet de programme, tout autant refusé par le vote du CSE le 13 décembre 2012, se caractérise également  par un bricolage hâtif des anciens thèmes ne tenant pas compte de l’expertise des enseignants, effectuée par une pluralité d’acteurs, dont le collectif Aggiornamento.

Dès les programmes Chatel, c’était moins la question de l’épreuve anticipée en S que nous réfutions que sa mise en œuvre, sous-tendue par une logique de dégraissage globale des postes et des contenus. Nous le répétons ici : nous ne sommes pas contre une réflexion concertée sur la place de l’histoire-géographie en section scientifique qui casserait la représentation d’une filière d’excellence polyvalente tout en revalorisant les filières L et ES (pourquoi pas en proposant un enseignement de spécialité en histoire-géographie ?). Mais le contexte et les modalités qui présidaient à la réforme 2010 ne nous laissaient pas d’autre choix que de nous y opposer, et le déroulement de l’épreuve anticipée en 2012 a hélas confirmé nos craintes.

Aujourd’hui, la « nouvelle » organisation de l’enseignement d’histoire géographie en série S  (2,5h en 1ère et 2H en terminale) souligne crûment la continuité des pratiques hiérarchiques, au-delà des changements politiques.

L’air du temps n’a pas changé. Dont acte. Nous non plus. Nous continuerons à faire entendre nos critiques et nos propositions pour un aggiornamento de l’histoire-géographie, une véritable refondation qui ne saurait être réduite à quelques escamotages.


4 réflexions au sujet de « L’histoire-géographie en S : de la refondation de l’école au bonneteau. »

  1. François Bocholier

    @M. Da Rocha, prenez garde à ne pas caricaturer la position des différents acteurs que vous fustigez.

    Pour le Sgen en particulier, il s’agissait justement de poser la question de l’HG dans son contexte global, en particulier celui de la volonté de revaloriser les sections ES et L… Ainsi initialement le Sgen n’aurait pas souhaité un rétablissement de l’HG en TS qui débouche (comme craint) sur un saupoudrage pire encore que les deux organigrammes précédents (le traditionnel et l’actuel).

    Car tout cela aurait dû être articulé avec un réflexion ample sur le contenu des programmes et sur la pédagogie comme le soulignait Aggiornamento mais les bureaucrates s’en fichent.

    Comme déjà dit ici précédemment, ces gens méritent un large boycott de leurs énormes et indigestes programmes, de leurs instructions Eduscol tueuses d’autonomie, de souplesse et de créativité pédagogique.

    Quant à introduire une spécialisation HG en ES ou L, on en est loin quand on voit ce que le ministère entend par exemple par « Droit et enjeux internationaux » (nouvelle spécialité optionnelle en Terminale L), spécialité qui, malgré l’intitulé, exclut les historiens et les spécialistes de géopolitique au profit d’ennuyeuses dissertations juridico-juridiques.

    Répondre
  2. isabelle

    Je ne savais pas que la FCPE et le SGEN s’opposaient au rétablissement de l’HG en TS…..C’est désolant.
    En effet, nous nous retrouvons avec moins d’heures et des programmes mal fichus

    Je retiens l’idée de l’enseignement de spécialité en ES et L qui serait en effet fort utile pour revaloriser notamment la filière ES qui se dégrade nettement dans mon lycée (ce ne doit pas être le seul..)

    Isabelle

    Répondre
  3. Da Rocha Carneiro

    Le pouvoir en place entérine le paysage éducatif qui lui est offert. Des associations de parents d’élèves (FCPE en particulier) et des syndicats (SGEN et UNSA), opposés initialement au rétablissement défendent dans cette discussion la fourchette horaire la plus basse (4h). Dans la réunion décisive, en septembre, les représentants du SNES choisissent de ne pas se prononcer sur la question horaire, car ils n’avaient pas été mandatés pour cela.
    Seuls l’APHG, qui contrairement au MEDEF ne siège pas au CSE, le SNALC, SUD, la CGT s’opposent immédiatement à ce qui n’était alors que des propositions. Il est intéressant de relire à ce propos le début de l’éditorial de Bruno Benoît dans le n°420 d’Historiens et Géographes.
    L’honneur des suppressions prévisibles de postes en lycée revient donc aux syndicats ci-dessus nommés et aux associations de parents.
    François da Rocha Carneiro
    Président de la Régionale Nord-Pas-de-Calais de l’A.P.H.G.

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      Cher collègue,
      Merci de ce message.
      Nous avions en effet bien lu l’édito de Bruno Benoît.
      Cordialement
      Laurence De Cock

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *