Histoire et éducation populaire sur Internet, enjeux et difficultés : réflexions à partir du site « Histoire pour tous »

 Rédacteur : Christophe Naudin

Internet est devenu un lieu incontournable de l’éducation populaire, et l’histoire ne déroge pas à la règle. Le site Wikipedia en est l’exemple le plus célèbre, même si son utilisation autant que son fonctionnement provoquent de nombreux débats. Le web a également vu l’explosion d’innombrables sites, blogs et forums consacrés à l’histoire parmi lesquels il est bien difficile de se retrouver et de faire un véritable tri. Car c’est avant tout le référencement, et particulièrement celui de google, qui prime, causant bien des difficultés à ceux qui veulent faire de l’éducation populaire en histoire crédible, sans rester confidentiels.

 Exister sans avoir la caution des historiens

 Rédacteur pour l’un de ces sites[1], histoire pour tous, nous avons choisi de partir d’une critique bien précise pour expliquer les enjeux et les multiples chausse-trappes  rencontrés dans la construction d’un site d’histoire, et dans les angles choisis pour ses contenus.

Dans leur ouvrage Maison de l’histoire de France. Enquête critique[2], les historiens Isabelle Backouche et Vincent Duclert s’étonnent que la Maison de l’histoire de France (MHF) ait fait appel à histoire-pour-tous.fr (HPT) pour créer l’éphéméride (elle-même sujette à caution) de son site. En effet, HPT n’aurait pas bénéficié de « la caution des historiens ». S’appuyant sur la présentation officielle du site, les auteurs pointent le « passé professionnel » des créateurs d’HPT, qui ne seraient que des « spécialistes des jeux vidéo ».

Pourtant, c’est un peu plus complexe que cela, et ce raccourci montre parfaitement les problèmes auxquels on doit faire face quand on se lance dans ce genre de site.

Tout d’abord, même en étant rédacteur d’HPT, nous partageons l’étonnement et le scepticisme de Vincent Duclert et Isabelle Backouche face au choix de la MHF de demander à ce qui est bien un site d’amateurs d’histoire de construire son éphéméride, surtout quand on sait que la MHF se présentait comme irréprochable en termes de légitimité historienne. Toutefois, les deux historiens auraient peut-être dû contacter les responsables d’HPT pour se renseigner sur les conditions de ce curieux partenariat (cela aurait en plus confirmé leurs craintes sur le manque de sérieux de la MHF), et sur la composition du comité de rédaction du site. Bien loin de se résumer à des spécialistes du jeu vidéo, il est constitué tout autant de passionnés, d’étudiants ou d’anciens étudiants en histoire, et même de jeunes professeurs du secondaire. Leurs centres d’intérêts en histoire, tout comme leur approche de la discipline ou leurs orientations idéologiques sont très variés. Bien entendu, ils n’ont pas la légitimité d’enseignants chercheurs, mais ils ne la revendiquent pas non plus ! Une visite un peu poussée du site aurait également permis de relever nombre d’articles contestables, mais aussi plusieurs consacrés à la MHF, très critiques, ainsi qu’un forum avec un topic très animé sur la MHF. D’autres articles essayent d’ailleurs de sortir de cette histoire « roman national » que les deux auteurs critiquent, à juste titre. Une visite de la section « L’histoire fait débat » en donne une idée. Evidemment, l’objet d’étude des deux historiens n’était pas HPT, mais la MHF. Mais la vision un peu rapide qu’ils semblent avoir eue du site résume parfaitement les malentendus que l’on doit affronter quand on souhaite construire un site internet d’histoire, sans être un historien professionnel. Un site internet voulant faire de l’éducation populaire en histoire doit-il être réservé à des historiens professionnels, sous peine de ne pas avoir la « caution » nécessaire pour être légitime ?

Un tel site doit de plus « fonctionner », c’est-à-dire être visité le plus possible. C’est là  qu’apparaissent des nouvelles difficultés et contradictions.

 Un double-piège : référencement et requêtes des internautes

 En premier lieu, ce choix de partenariat avec la MHF sur l’éphéméride[3]. Que la démarche de cette dernière soit contestable, évidemment. Comment ne pas s’étonner qu’une institution de cette importance choisisse un site amateur pour faire son éphéméride ? Mais du point de vue d’HPT, le fait d’avoir un lien vers un site institutionnel est un luxe difficile à refuser, dans un contexte de concurrence acharnée où le moindre « clic » est vital puisqu’il conditionne le financement du site, et donc sa survie. Car HPT est certes un site dont le contenu est effectué essentiellement par des bénévoles, mais son fonctionnement n’est pas gratuit alors que son accès l’est, ce qui est loin d’être le cas de tous les sites d’histoire…

Le choix de l’éphéméride ensuite. Sans entrer dans les débats sur la chronologie, une enquête rapide sur les demandes des internautes montre que la chronologie est toujours très demandée, et notamment celle sur l’histoire de France. De plus, les éléments recherchés dans cette chronologie sont toujours les mêmes. Un site proposant une éphéméride ou des chronologies doit en tenir compte. Cela ne l’empêche pas d’ajouter d’autres dates, ou de tenter de déconstruire un peu certaines chronologies traditionnelles. Ainsi, HPT a publié un article sur « l’autre 8 mai 1945, les massacres de Sétif et Guelma »[4], mis en page d’accueil chaque 8 mai, au même titre que l’article basique sur l’armistice. Pour la chronologie, il y a eu la tentative, par exemple, de ne pas se cantonner à l’historiographie classique pour faire une chronologie des croisades[5].

Un site d’histoire qui veut fonctionner doit donc savoir ce que recherchent les amateurs d’histoire. Libre à lui, ensuite, de vouloir dépasser ce stade et de tenter un travail d’éducation populaire. Mais si l’on se contente du second point uniquement, le site restera confidentiel, et sera à terme menacé de disparition, de mort lente. On peut le regretter, mais un coup d’œil sur le référencement google le confirme. Que recherchent donc les amateurs d’histoire sur le net, outre des chronologies ? Evidemment, et même en premier lieu, des biographies. Il y a donc nécessité impérative pour un site d’histoire de proposer le plus possible de biographies « classiques », notamment dans un format court (nous y reviendrons). On peut ensuite ajouter des personnages moins connus, en espérant qu’ils seront ainsi découverts. Mais ce ne sont pas eux qui amèneront des « clics »…

Ensuite, les internautes sont souvent friands de l’histoire-bataille (encore si décriée, malgré un profond renouvellement historiographique), et un site généraliste se doit d’avoir sa section « Batailles », voire « Guerres »[6]. Des guerres (particulièrement les deux guerres mondiales) qui figurent parmi les sujets les plus populaires de l’histoire sur le net, avec Napoléon, Jeanne d’Arc, les croisades, la Révolution, Marie-Antoinette ou l’Inquisition.

Le visiteur d’un site d’histoire va également réclamer des repères clairs. On doit donc rester dans les clous de la périodisation classique, de l’histoire antique à l’histoire contemporaine, même si cela conduit parfois à des confusions et à des difficultés avec des sujets transversaux ou à cheval sur deux périodes. C’est un véritable carcan dont il faut s’accommoder.

 Se faire une place : originalité et accessibilité

 Ce n’est qu’après avoir rempli (une épreuve de Sisyphe bien sûr) ces parties qu’un site comme HPT peut songer à se trouver une originalité, et à tenter de sortir voire de critiquer ces carcans qu’il a dû s’imposer. C’est d’abord la proposition d’approches ludiques et divertissantes de l’histoire, par le biais du tourisme, des films, des séries ou des jeux vidéo (beaucoup de passionnés d’histoire sont aussi des passionnés de jeux vidéo, notamment de wargames). Ou encore la création d’une section « Livres » pour des comptes rendus faciles d’accès et la promotion d’ouvrages coups de cœur, ainsi que des entretiens avec des historiens professionnels et reconnus. Ensuite, des articles différents, inspirés pour certains de l’historiographie récente (comme l’histoire connectée), et une place pour les débats autour de l’histoire. Enfin, un forum, pour discuter des sujets publiés, et de bien d’autres. Le forum pose en lui-même quantité de problèmes, notamment de modération, et il faut savoir doser les sanctions et éventuels bannissements quand certains sujets dérapent. Ainsi, HPT a dû exclure certains membres et fermer momentanément des sujets de discussion, par exemple autour de la guerre d’Algérie. C’est le lot de tous les forums, encore faut-il avoir des modérateurs disponibles…

Les articles en tant que tels sont bien entendu l’enjeu principal d’un site comme HPT. Là encore, les obstacles sont nombreux. Les créateurs d’HPT ont souhaité des articles accessibles « à tous », mais le plus rigoureux possible. Ils ne doivent donc pas être trop longs (en particulier les biographies), car les habitudes des internautes sont au zapping dès qu’il faut faire un peu trop glisser la souris vers le bas…Les textes doivent également être clairs, particulièrement sur le vocabulaire et les notions utilisés. Et une bibliographie est proposée en fin d’article. Mais le référencement impose d’autres obligations. Il fonctionne avec un système de mots-clés (ou tags) que l’on doit utiliser un certain nombre de fois, dans le titre principal, ceux des parties et le texte lui-même, pour que le tout soit le mieux référencé possible. Cela conduit parfois à un style d’écriture un peu lourd et répétitif, surtout quand on n’est peu habitué. Une contrainte de plus, donc. En revanche, l’un des avantages du net est que l’on peut facilement corriger un article, que ce soit sur l’orthographe ou le fond, suite à des remarques, sur le forum par exemple. Tout article n’est donc jamais définitif, et contrairement à une version papier, il n’est guère besoin d’attendre l’édition suivante, seuls quelques jours suffisent quand un problème est signalé. Le dernier mot va tout de même à l’auteur et aux créateurs du site.

 Une histoire « pour tous » et « par tous » ?

 Qui écrit alors sur HPT ? Faire de l’éducation populaire, c’est selon nous s’adresser à tous, mais également offrir la parole à tous, avec bien entendu certaines exigences. Parmi les rédacteurs du site,  on trouve de jeunes et d’anciens étudiants en histoire, des professeurs du secondaire, tout comme des passionnés qui n’ont aucun cursus universitaire. Les articles ne sont pas jugés par rapport au parcours de leurs auteurs. Cela ne signifie pas que tout est accepté. Les débats sont permanents au sein de la rédaction, et certains ont été plus animés que d’autres. Une biographie de Robespierre, jugée trop empathique, n’a pas été retenue et l’auteur a refusé de la réécrire. Elle paraîtra malgré tout, revue par un autre rédacteur…avec l’accord de l’auteur original et évidemment du rédacteur en chef. Il y a également eu débat sur une « biographie » de Jésus, ou encore sur le Métronome de Lorànt Deutsch, certains membres d’HPT appréciant le travail du comédien et ne se retrouvant pas dans les articles critiques parus sur le site. La discussion a continué sur le forum. Cette diversité d’auteurs, dans leur parcours comme dans leurs idées (sur l’histoire, et disons-le, leurs idées politiques), donne peut-être une certaine irrégularité à la qualité des articles, mais également une richesse et une vraie ouverture « populaire ». En tout cas, jamais le site n’a revendiqué une légitimité professionnelle, une exhaustivité encore moins, ni cherché une caution des historiens. Le travail est permanent et probablement sans fin, et la qualité du site ne tient qu’au dévouement (le terme est adapté) des rédacteurs, bénévoles rappelons-le.

 Des contradictions mais un rôle à jouer

 Malgré les défauts qu’on peut à juste titre lui reprocher, HPT a tout de même publié des articles de qualité, et s’échine à défendre certaines idées sur l’histoire, ou des ouvrages appréciés par les rédacteurs et qui ne jouissent pas forcément d’un grand relais médiatique. Le choix de donner la parole à des historiens, des vrais, va dans le même sens. Et puis, HPT, avec le site ami (également d’éducation populaire) les Goliard[s][7], a été de ceux qui ont permis à beaucoup de monde d’ouvrir les yeux sur le phénomène Métronome qui, malgré son orientation douteuse et son approche de l’histoire bien plus problématique que nombre de sites d’histoire, avait bénéficié de l’indifférence et parfois de la mansuétude des médias, des politiques…et des historiens.

L’éducation populaire en histoire sur le net est donc une gageure. Elle est tiraillée entre la nécessité de toucher et de donner la parole au plus grand nombre, tout en essayant de garder un maximum de rigueur et d’indépendance sur le fond. Mais elle a sa place dans l’écriture de l’histoire, et par son accessibilité peut même permettre à tous de faire connaissance avec des enjeux historiens et historiographiques trop souvent réservés aux universitaires. Ces derniers sont parfois trop éloignés du grand public, pour différentes raisons qui ne tiennent pas qu’à eux, et des sites comme HPT peuvent servir de relais à leur travail. Dommage que ces tentatives d’éducation populaire en histoire soient si souvent méprisées, plutôt que conseillées, voire soutenues.



[1] Histoire-pour-tous.fr, créé en 2009. Le site se veut ouvert « à tous », même s’il ne revendique pas en tant que tel de faire de « l’éducation populaire ». Certains de ses rédacteurs s’y essayent.

[2] Editions J. Jaurès Fondation, 2012.

[3] Pour précision : HPT ne participe qu’à l’éphéméride, pas aux « dossiers documentaires »…

[6] Les sites d’histoire militaire fonctionnent très bien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *