Pour un nouveau programme de géographie à l’école primaire

Rédacteurs : Pascal Clerc et Micheline Roumégous

Dans l’actuel chantier de reconstruction de l’École, de réflexion sur les modes d’apprentissage et sur les savoirs à faire construire, nous ne pouvons qu’espérer de la volonté politique, qu’elle s’accompagne, dans la redéfinition d’une géographie pour l’école primaire, d’une exigence intellectuelle, sociale, civique et scientifique. Pour cela, une réflexion, à nouveaux frais, sur les programmes de géographie (et d’histoire) nous semble indispensable. Ce serait aussi l’occasion de se ressaisir du travail fait en didactique, en géographie comme dans les autres disciplines, depuis les années 1985 et le prolonger par une réflexion sur le mode de pensée, sur le renouvellement des interrogations disciplinaires, sur les savoirs « utiles » à la compréhension du monde contemporain et aux modalités de son apprentissage. Au passage, il ne faudra pas oublier que sans formation des enseignants à cette réflexion, il ne peut y avoir d’enseignement satisfaisant.

Nous avons en son temps analysé, et dénoncé, le programme de géographie de 2008[1]. Il constitue à nos yeux un élément important de la mise à mal radicale d’une géographie scolaire progressivement élaborée entre 1985 et 1995, après le premier sursaut de l’éveil dans les années 1970, qui avait trouvé un aboutissement dans le programme de 2002. Était visée et atteinte une géographie ouverte sur l’Europe et le Monde, véhiculant une conception renouvelée des savoirs et permettant à chaque élève de situer, de se situer et de mieux comprendre où et comment il habitait. Le programme de 2008 était aussi conçu en réaction à la réflexion pédagogique et didactique. Nous rappellerons que ce texte a été produit, et le Ministre de l’Éducation Nationale comme le Président de la République s’en glorifiaient, contre les « experts » en didactique, ces « spécialistes » auxquels on avait abandonné la barque, affichant haut et fort son inscription dans le sens commun.

Rappelons quelques traits de ce texte que nous souhaitons aujourd’hui voir remis en cause :

-Une conception de l’apprentissage (par mémorisation de la parole du maître mais sans construction du savoir) récusée depuis Ferry, Pestalozzi avant lui, Piaget depuis ; conception fondée sur d’apparentes évidences (en réalité, rien de sérieux, de construit, de réfléchi). On pense par exemple à l’idée selon laquelle l’étude des « petits » espaces proches devrait être réservée aux « petits » enfants. Ainsi, dans le texte présentant des « progressions » et des « définitions d’objectifs » pour ce programme, publié en 2012 (il était temps !, comme si définir des objectifs pouvaient se faire après la présentation du contenu), on retrouve cette obsession : on préconise pour les élèves de CE2, rien de moins que de connaître « les compétences de chaque échelon [commune, département, région] et la manière dont les décisions sont prises » sans oublier de « savoir » ce qu’est l’intercommunalité.

-Une conception de la discipline fondée sur la description de « réalités géographiques », très éloignée des paradigmes de la géographie contemporaine. Pour le dire vite, à l’heure où la revendication de la géographie comme une science sociale (prenant en compte des éléments biophysiques) est unanime, le programme fait mollement appel à une forme de synthèse vidalienne, entre géographie physique et humaine, mais sans en avoir la cohérence, ressuscitant au passage le modèle du plan à tiroirs.

-Un repli obsessionnel sur le « national », quel que soit le thème abordé et malgré  l’annonce fallacieuse de niveaux qui iraient du local au monde. La géographie de l’Europe et la mondialisation mérite autre chose, et nos élèves aussi, devant qui l’on se défausse de l’obligation en prétendant leur apprentissage « trop compliqué » pour eux.

Ce programme a fait des dégâts collatéraux, en histoire aussi d’ailleurs. Étant aussi programme de concours pour les professeurs d’école, il a affecté la formation scientifique de base des jeunes enseignants : il est urgent, là aussi, de passer à autre chose.

Que vouloir aujourd’hui pour l’école élémentaire en géographie ?

Il faut sans doute reprendre le fil d’une géographie scolaire visant à mieux comprendre son contemporain, avec une définition claire de ses finalités, de son apprentissage (comme de sa fabrique) constructiviste, de la formation des enseignants à un savoir non pas à déverser mais à faire découvrir et interroger.

Il faut faire retour sur le travail didactique, à tout ce qu’il a ouvert sur l’analyse des représentations, les démarches méthodologiques, la rigueur nécessaire du vocabulaire, l’apprentissage des outils d’intelligence et de représentation des espaces…

Il faut apprendre aux élèves, et aux futurs enseignants, à interroger les découpages, l’organisation spatiale par les sociétés, les logiques de localisation, les différenciations et leurs raisons… Cela ne relève pas d’une ambition démesurée ; des exercices simples et accessibles aux élèves peuvent être mis en œuvre.

Il faut, plutôt que de dévider à l’antique un catalogue de « choses » à connaître pour une illusoire perspective d’exhaustivité, sélectionner des questions, des enjeux, à partir desquels faire réfléchir les élèves. L’Europe et sa construction, l’exploitation des ressources de la planète, les inégalités socio-spatiales, l’aménagement des territoires… sont parmi ces questions fondamentales qui font que la réflexion sur la citoyenneté ne tourne pas à vide.

Nous plaidons ici pour reprendre le travail de réflexion, penser collectivement de nouveaux programmes, en les associant à des objectifs, des propositions de mise en œuvre et une formation des enseignants.

Pascal Clerc et Micheline Roumégous

Équipe EHGO, UMR 8504 Géographie-cités

 

 



[1] « Le bon sens tout près de chez soi : les projets de programme de géographie pour l’enseignement primaire », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les nouveaux programmes dans le primaire, mis en ligne le 03 octobre 2008. URL : http://cybergeo.revues.org/20383 ; DOI : 10.4000/cybergeo.20383

« Le président, les « spécialistes » et la géographie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les nouveaux programmes dans le primaire, mis en ligne le 03 octobre 2008. URL : http://cybergeo.revues.org/20403 ; DOI : 10.4000/cybergeo.20403.

 


Une réflexion au sujet de « Pour un nouveau programme de géographie à l’école primaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *