La réforme de la réforme, un résultat informe et sans ambition

Rédacteurs : Servane Marzin, Laurence Khichane, Laurent Gayme, Mathieu Ferradou, Laurence De Cock, Christophe Bosquillon, Vincent Capdepuy

C’est avec un certain soulagement que les professeurs d’histoire-géographie de première et tout particulièrement de première S accueillent les propositions d’allègement de programme annoncées d’abord par les syndicats et qui viennent enfin d’être confirmées  par le ministère. A plusieurs reprises, le collectif Aggiornamento histoire-géographie a souligné les impasses et les injustices de ce programme. Il l’avait à juste titre qualifié d’« impossible » : le ministère le confirme par sa décision.

Toutefois, les formes et le contenu de ces allègements, présentés comme temporaire en attendant une refonte des programmes de Première et de Terminale, posent plus de questions qu’ils n’apportent de réponses.

Tout d’abord, cette annonce bien tardive a piégé ceux des enseignants qui avaient recomposé l’ordre des chapitres – avec l’approbation explicite de l’Inspection générale – et qui ont donc traité des chapitres désormais « inutiles » : pour eux, il n’y pas donc pas d’allègement.

De plus, ces allègements sont beaucoup trop limités, et très en deçà de ce qui avait été demandé par les enseignants. Les programmes restent donc beaucoup trop lourds, ce qui incite au bachotage, d’autant plus que l’épreuve anticipée de première S pour le baccalauréat n’a pas été modifiée.

Avec une composition et deux exercices imposés en 4 heures, la portée de ces allègements est toute relative. L’empilement d’exercices en temps limité et sans aucun choix pour les épreuves mineures va à l’encontre de l’ambition affichée par la réforme du lycée : permettre la formation d’un véritable esprit critique. L’histoire géographie au lycée se limiterait-t-elle donc désormais à  une restitution par cœur, et sous la pression ? De fait, cette année encore, les enseignants traiteront coûte que coûte un programme aux allègements relatifs, probablement au prix de contorsions pédagogiques regrettables, pour permettre à leurs élèves de traiter l’ensemble des exercices le jour de l’examen. Et les correcteurs seront probablement désarçonnés par des copies souvent maladroites, reflétant mal l’investissement fourni. Lorsqu’en métropole les élèves ont traité en juin 2012 « la guerre d’Algérie » en deux heures, ils ont – au mieux – restitué le contenu d’un cours lui-même limité par le programme à deux heures d’enseignement : leur réflexion est forcément restreinte, et leur compréhension des enjeux plus difficile.  Le collectif a déjà fait savoir son désarroi et son incompréhension après la session de juin 2012. Trop d’élèves ont obtenu des notes indignes de leur travail dans cette discipline : attend-on la même chose en 2013 ? Et quel sera le traitement réservé in fine aux élèves pénalisés par cette épreuve en 2012 ? Peut- on craindre que cela se reproduise en 2013 ? Nous espérons des réponses.

Au-delà de la question des aménagements de cette dernière année de première S, les informations qui nous parviennent sur la réorganisation de l’enseignement de l’histoire-géographie en série scientifique – 2h en première et 2,5h en terminale – nous laissent dubitatifs. Derrière la victoire apparente que constituerait le rétablissement en terminale S, on peut s’interroger sur les tenants et aboutissants d’une telle décision. La suppression de l’histoire-géographie en terminale S a été un choc, mais proposer 2h en première / 2,5 en terminale, soit 4,5 en tout au lieu de 4h en première actuellement, avec 2h pour ceux qui ont pris l’option en TS, ne constitue certainement pas une avancée. C’est au contraire revenir à la situation antérieure à la réforme, avec une demi-heure en moins, et reléguer l’histoire-géographie à un enseignement marginal. Des moindres mesures, c’est sans doute la pire qui a été prise, et on aurait préféré que le ministère s’attaque aux vrais problèmes, à savoir les programmes et les modalités d’évaluation.

Enfin, ce rétablissement ne serait-il pas qu’un un simple moyen de rassurer  les enseignants d’histoire-géographie,  sans leur donner voix au chapitre ? Le calendrier communiqué par le ministère le laisse craindre : le groupe de travail pour les nouveaux programmes est déjà constitué et devra soumettre son projet fin décembre ( !), tandis que l’inspection générale a annoncé le maintien du programme actuel dans ses grandes lignes. Il y a ici une contradiction avec la volonté affichée du nouveau gouvernement dans sa « refondation » de l’Ecole : M. Peillon n’a-t-il pas lui-même annoncé que les programmes devraient être élaborés dans des conditions plus démocratiques, en restaurant une commission transparente ? Doit-on d’ores et déjà s’attendre à ce que ce futur programme ne soit qu’un programme temporaire en attendant une réforme de plus grande ampleur annoncée pour le lycée ?

Comment, dès lors, ne pas considérer qu’on tente de nous tromper, et que les finalités réelles de la réforme du lycée –économiser des postes et encadrer strictement les contenus enseignés – demeurent ?

Le collectif Aggiornamento histoire-géographie demande instamment à l’inspection générale d’entendre le malaise qui sourd des classes d’histoire géographie. Des collègues désabusés cherchent désespérément le sens de leurs disciplines dans des programmes dont l’ambition exige une réflexion largement  incompatible avec leurs conditions d’exercice. La précipitation que l’on voit se dessiner aurait des résultats catastrophiques, tant pour les élèves que pour les collègues. La « réforme du lycée », initiée sous le ministère Chatel, semble devoir perdurer à coups de pansements (les allégements et refontes de programme dans l’urgence) sur la jambe de bois qu’est devenu le lycée. Or quel est le bilan de cette réforme en histoire-géographie ? Un malaise de la part des enseignants qui font face à des programmes leur empêchant toute « liberté pédagogique » (d’autant moins présente qu’elle est sans cesse rappelée). Un bachotage pour les élèves de première S en vue des sessions du bac 2012 et 2013. Et, de fait, l’oubli que ces disciplines devraient pouvoir donner du plaisir à être enseignées pour les professeurs et du plaisir d’apprendre pour les élèves.

Au-delà des mesures d’urgence, nous demandons qu’une réelle concertation permette une remise en cohérence globale de l’enseignement de l’histoire-géographie de la sixième à la terminale, afin de corriger les dégâts considérables provoqués par la réforme précédente, imposée contre la volonté des collègues et au mépris de leurs observations. Cela suppose de revoir la progression et la hiérarchie des questions enseignées, ainsi que les formes d’évaluation au baccalauréat. Il est temps de cesser cette course à la réforme pour construire collectivement un enseignement de géohistoire ouvert, digne d’une démocratie.

 


Une réflexion au sujet de « La réforme de la réforme, un résultat informe et sans ambition »

  1. aggiornamento Auteur de l’article

    Pas avant le 15 décembre…
    Normalement des informations sont transmises pour le moment via les différentes inspections

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *