Dossier Figaro Histoire : Respecter les règles du débat ?

Vous trouverez ci-dessous  :

1) Le communiqué de l’APHG à la suite de notre dossier sur le Figaro Histoire

2) Les liens vers l’interview de Mr Tison et la lettre ouverte de Laurence De Cock (qui s’intègre dans l’ensemble du dossier sur le Figaro-histoire)

3) La réponse de Suzanne Citron au premier communiqué de l’APHG

4) L’édito de l’APHG de novembre -décembre 2012 dans Historiens et géographes

5) La réponse collective des auteurs du dossier Aggiornamento.

1) Le communiqué :

L’Association des Professeurs d’Histoire et Géographie est une association qui regroupe un très grand nombre de professeurs d’Histoire et Géographie, que ce soit dans le secondaire ou dans le supérieur. À ce titre elle est naturellement diverse et pluraliste.

L’APHG s’est battue depuis 2009 pour obtenir le rétablissement de l’enseignement obligatoire de l’Histoire-Géographie en classes de Terminales Scientifiques. Elle a tenu en janvier dernier des États Généraux pour refonder l’école et la citoyenneté républicaines qui ont eu un grand retentissement. Le manifeste issu de ces États Généraux a eu un écho important. Elle a dans le même temps alerté tous les parlementaires et les candidats à l’élection présidentielle sur la dégradation des conditions de l’enseignement de nos disciplines fondamentales pour l’exercice de la citoyenneté. Ce combat a été couronné de succès. Le Président François Hollande et le Ministre de l’Éducation Nationale ont acté le rétablissement de l’enseignement obligatoire en classes de Terminales S.Néanmoins subsiste le problème des horaires et des programmes. Pour les horaires, ceux que propose actuellement le Ministère sont indécents et l’APHG continue et continuera de se battre. Pour les programmes, l’APHG a fait des propositions. Ce combat ferme et constant de l’APHG mené dans le cadre de son indépendance à l’égard de tout pouvoir et groupe de pression lui attire régulièrement des attaques, parfois nominales contre ses dirigeants comme celle, calomnieuse, dont Hubert Tison a été victime de la part de Laurence de Cock. De telles attitudes sont loin de servir la cause de l’Histoire-Géographie et de permettre un débat autour de ses contenus. L’APHG, quant à elle, continuera ses tâches dans les principes qu’ elle s’est fixés, loin des invectives et des mises en accusation.

Si l’on veut le débat, il faut respecter un minimum de règles. Tel n’est pas le cas pour l’instant.
Le Président et le Secrétariat Général de l’APHG

2) Pour mieux comprendre l’affaire : 
NB : ci-dessous L’interview d’Hubert Tison au Figaro Histoire  :
Bilan temporaire : 
Nous constatons  que le communiqué ne donne aucune réponse à la seule question qui nous ‘intéresse : les propos de Mr Tison ont-ils été tronqués par le Figaro ? Ou devons-nous considérer qu’ils répondent à des positions clairement assumées du secrétaire général de l’APHG ?

Pour le reste, à propos de débat :  depuis un an que nous existons,  l’APHG refuse de dialoguer avec nous en tant que collectif. Nous avions rencontré Eric Till, chargé de mission pour la préparation des Etats Généraux à Blois l’an dernier. Vous trouverez ici le compte-rendu de l’Entrevue:  Nous n’avons plus eu aucune nouvelle depuis.

Apparemment, le refus du dialogue a été acté en réunion de Bureau National nous ont soufflé ceux qui ont compris qu’entre un collectif n’ayant aucune vocation représentative et une association séculaire de plusieurs milliers d’adhérents il y avait quelques différences de finalités et surtout de force de frappe.

De notre point de vue, ce sont  les propos tenus par le Figaro Magazine et le Figaro Histoire qui méritaient que l’on ferme la porte des débats. De même, la lettre à Hubert Tison (en réponse à l’interview) visait à interpeller l’APHG dans le cadre d’un dossier collectif portant sur le Figaro Histoire.

L’argument visant à nous accuser de « diviser la profession » est intenable. Si certains enseignants d’histoire-géographie se reconnaissent derrière les propos tenus dans le Figaro-Histoire, alors la profession est, de fait, divisée. De notre point de vue, l’acceptation de la conflictualité politique est une donnée fondatrice de la démocratie. Encore faut-il savoir s’écouter à défaut de s’entendre.

Le prochain communiqué de l’APHG précisant s’il y a eu oui ou non une manipulation des propos du Secrétaire Général (possibilité que je laisse ouverte dans ma lettre) sera bien-sûr également publié.

3) La réponse de Suzanne Citron : 

Monsieur le Président de l’APHG

En tant que membre du collectif aggiornamento je viens vous exprimer mon étonnement à la lecture de votre dernier communiqué dans lequel vous rappelez vos récentes démarches et Etats Généraux pour  l’enseignement de nos disciplines  et la cause de l’Histoire-Géographie.
Soyez d’abord assuré que nul n’a, jusqu’à ce jour, mis en doute le caractère corporatiste de votre association. Par contre il est plus que troublant qu’en réponse à un dossier de plusieurs articles, édité par un collectif, vous veniez accuser, dans  l’imprécision la plus totale, la seule personne de Laurence De Cock d’’attaques  calomnieuses dont (aurait) été victime HubertTison.
Je veux bien croire que vous n’ayez pas eu le temps d’étudier ni le numéro du Figaro Histoire dans lequel figure l’interview de M. Tison, ni la lettre à lui adressée dans le dossier d’aggiornamento. Commentaire de l’interview, cette lettre exprime d’abord le regret de voir l’APHG associée à une entreprise médiatique  dont nous dénonçons l’idéologie ambiguë.
Si  une interpellation argumentée, y compris sur des controverses historiographiques, est  ressentie par vous comme invective et mise en accusation, pour nous le débat, même vif,  reste jusqu’à nouvel ordre le fondement des avancées tant de la connaissance intellectuelle que de la démocratie.

En toute franchise

Suzanne Citron

Auteur de        Aux origines de la Société des professeurs d’histoire: la Réforme de 1902 et le développement du corporatisme dans l’enseignement secondaire(1902-1914). Doctorat de 3ème cycle, université de Nanterre 1974.

 

 

4) Novembre 2012 : Edito de l’APHG du numéro de novembre-décembre où, au milieu d’autres, les « responsables » (sic) d’Aggiornamento sont attaqués :
http://aphg.fr/revue-historiens-et-geographes/editos/edito420APHGv2.pdf

5) La  réponse également des auteurs du dossier :

« Nous sommes tous Laurence De Cock »

En septembre dernier, le Figaro Histoire publiait un numéro intitulé « La vérité sur l’histoire à l’école » destiné à assurer le service après vente de 3 ouvrages de médiocre facture et porteurs d’une vision passéiste et réactionnaire de l’histoire enseignée. Ce dossier a interpellé de nombreux membres du collectif Aggiornamento Histoire Géographie car, penchant très à droite dans les discours et dans les signatures, il laissait se déverser librement au fil des pages un discours nationaliste et islamophobe, dissimulant de façon fort peu subtile de multiples clins d’œil à l’extrême droite. 8 rédacteurs, pas moins, se sont attelés à l’analyse critique de ce numéro qui prolongeait les attaques portées fin août par le Figaro Magazine via la plume de Jean Sevillia. 8 rédacteurs, donc, pour un épais dossier constitué de 6 articles argumentés portant aussi bien sur l’histoire scolaire, que sur l’idéologie qui sous tendait tout le numéro du Fig-Histoire. Suzette Bloch, petite fille de Marc Bloch, dans une tribune publiée d’abord dans Libération, est venue appuyer le dossier en acceptant de nous laisser publier son texte sur le blog de recherche. Au terme de ces mises en ligne, beaucoup de membres du collectif ont apporté de diverses manières leur soutien au travail effectué, en s’y associant a posteriori.

Ce travail collaboratif mené par le collectif Aggiornamento a donc suscité des réactions et provoqué des rebonds dans la presse . Toutes les réactions publiées, le plus souvent sous la forme de tribunes, ont réagi sur le fond politique et sur la conception de l’histoire défendus par le Figaro. Toutes, sauf celles émanant de l’APHG. Celles-ci sont d’abord apparues sous la forme d’un communiqué du bureau de l’APHG daté du 18 octobre. Ce communiqué est aujourd’hui assorti d’une motion de soutien à Hubert Tison signée de la régionale d’Aix Marseille et d’un éditorial de Bruno Benoit pour le dernier numéro de la revue Historiens & Géographes.
Dans ces trois « réponses », un nom est ciblé, celui d’une femme, Laurence de Cock, qui signe deux des articles du dossier dont une lettre ouverte à Hubert Tison. Nous tenons d’abord à rappeler aux auteurs de ces réponses :
– qu’Aggiornamento Histoire-Géographie est un collectif.
– qu’à ce titre, il est inutile de s’adresser à des « responsables », nous le sommes tous.
– qu’à ce titre également, il est déplacé de s’adresser nommément à une personne puisque tous les rédacteurs du dossier se nomment Laurence de Cock, et que nous signons tous la lettre ouverte au bas de laquelle elle a indiqué son nom.
L’ensemble des rédacteurs du dossier et de nombreux membres de notre collectif sont tout à fait surpris de la rapidité des réactions pointant notre collègue, mais, a contrario, tout autant estomaqués de la lenteur et de la tiédeur des réactions au dossier du Figaro-Histoire.
Serait-ce parce qu’il est plus simple, mais évidemment moins courageux, de porter le coup de façon isolée, singularisant la cible qui, de surcroit, est une femme ?
Nous attendons toujours avec impatience la 12° lettre ouverte qui osera dire au Figaro-Histoire que l’APHG se dissocie totalement du contenu politique et idéologique qui caractérise cette publication.
Les rédacteurs du dossier : Suzanne Citron, Charles Heimberg, Eric Fournier, Guillaume Mazeau, Mickaël Bertrand, Laurent Gayme, William Blanc et Véronique Servat.

 

A suivre : nous sommes toujours en attente du démenti de l’APHG sur les propos tenus dans le Figaro-Histoire. Il sera naturellement publié dans cette rubrique « débat ». 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *