3) Dossier Figaro Histoire, Lettre ouverte à Hubert Tison, Secrétaire Général de l’APHG

Rédactrice : Laurence De Cock

A propos de l’entretien accordé par Hubert Tison, Secrétaire général de l’APHG, à Michel De Jaeghere et Vincent Tremolet de Villers[1]   intitulé « Défendre l’histoire est un combat ».

Cher Hubert Tison,

Il y a des chemins sur lesquels on aurait préféré ne pas avoir à vous croiser ; des terrains poussiéreux – et souvent glissants – réservés généralement à quelques aigris ânonnant rituellement leurs lamentos sur la liquidation de nos bonnes vieilles Humanités.

Il y a des paroles qui, lorsqu’elles ne sont pas démenties, laissent comme une macule dans l’histoire d’une mobilisation disciplinaire qui, jeu politique oblige, appelle sans doute quelques compromis, mais aurait sans doute pu s’éviter de basculer dans la compromission.

Au moins ne peut-on pas vous reprocher une quelconque langue de bois : les propos tenus sont d’une clarté limpide. De la part du Secrétaire général d’une association amenée à négocier avec les représentants ministériels et la société civile, ces prises de position dans le Figaro Histoire appellent au minimum une réaction de quelqu’un qui ne se sent vraiment pas représentée.

« Défendre l’histoire est un combat » que vous avez donc choisi de mener auprès d’alliés dont l’amour de l’histoire semble relever davantage du courrier du cœur et du mythe du soldat de plomb que de véritables considérations civiques et éducatives. L’ « histoire bataille a mauvaise presse » semblez-vous déplorer. Vous ne verrez donc aucune objection, même si le rapport de force m’est particulièrement défavorable, à ce que nous croisions le fer autour de vos récentes prises de position sur l’avenir d’un enseignement que nous interrogeons tous deux ; vous pour le défendre, moi pour contribuer, avec d’autres, à le renouveler.

Il y a au moins un point sur lequel nous ne pouvons qu’être d’accord. « [L’histoire] enseigne la complexité des choix, la vérification des informations, la distance par rapport à la lettre d’un document ». Reprenant à mon compte ces quelques « compétences » que vous pointez judicieusement, j’aimerais chipoter quelque peu sur vos propos, à commencer par vos affirmations sur les programmes.

Vous affirmez par exemple que la bataille de la Marne « a disparu des programmes scolaires », emmenant dans sa tombe Joffre et Foch. Friands de nouvelles aussi catastrophistes qu’inintéressantes, certains médias ont d’ailleurs relayé récemment cette information exclusive. De même prétendez-vous qu’on ne dit rien des mutineries de 1917. Monsieur Tison, je ne vous ferai pas l’offense de vous rappeler les différences entre programmes, manuels scolaires et pratiques de classe. Vous avez su, à d’autres endroits, les évoquer à des interlocuteurs peu au fait de cet aspect basique de notre profession. Je m’étonne donc que vous puissiez faire croire que la bataille de la Marne, Joffre et Foch aient pu figurer dans les anciens programmes officiels. Certains manuels les évoquaient naturellement au temps de la narration linéaire et purement évènementielle de la guerre ; mais les avancées historiographiques ainsi que les mutations de l’histoire scolaire depuis près de vingt ans expliquent que leur présence ne soit plus systématique dans les nouveaux manuels scolaires. En revanche, un rapide regard sur ces manuels aurait pu vous montrer que les mutineries de 1917 y sont désormais très largement traitées. Ces imprécisions qui nourrissent la paranoïa du Figaro Histoire sont d’autant plus regrettables que nous aurions presque pu nous entendre sur la prédominance accordée, dans les programmes, à l’historiographie dominante de la Grande guerre à travers le concept de « brutalisation » donné comme un allant-de-soi aux élèves alors qu’il est très largement débattu dans le champ académique.

Mais il est vrai que les controverses scientifiques n’intéressent guère ce journal qui préfère ironiser sur toute forme d’histoire autre que l’apologie des « Grands » hommes/repères/évènements ; tout comme vous, Monsieur Tison, qui parlez d’un « braudélisme mal digéré qui fait que l’histoire des populations (sic) tend à remplacer celle des grands hommes ». Gageons que l’inanité de ces propos n’est que main tendue aux auteurs de ces dossiers, desquels vous semblez attendre un soutien dans « votre combat », de même que, lorsque, au détour d’une phrase, vous fustigez à votre tour le « politiquement correct » des programmes en un clin d’œil complice à Jean Sevillia[2].

Ce dernier pourra vous savoir gré de ce soutien de poids qui ne faillit à aucun moment de votre interview. Emboitant le pas de tous les auteurs de ce dossier qui jettent systématiquement l’anathème sur tout ce qui relève de la pédagogie, vous y libérez à votre tour la rancœur que vous semblez avoir accumulée sur la question. Ainsi, nous apprendrons qu’ « Il est certain qu’il existe des écoles pédagogiques qui lui sont farouchement hostiles [à la chronologie] », et que la place du document dans l’enseignement « est un effet de la persistance de l’influence de l’INRP, un institut qui se trouvait rue d’Ulm et qui n’existe plus aujourd’hui ».

Monsieur Tison, j’ai quelques mauvaises nouvelles. Il n’existe aucune école pédagogique réfutant la place de la chronologie en histoire. Il y a un débat très ancien (que l’on peut faire remonter aux années 1930, sur l’« échantillonnage ») sur l’enseignement thématique vs l’enseignement chronologique. Un enseignement thématique en histoire n’a jamais effacé ni l’historicité des faits, ni la chronologie. Par ailleurs, j’ai le regret de vous informer que l’INRP n’a pas disparu mais a changé de nom il y a deux ans en devenant IFE (Institut Français de l’Education). J’imagine enfin que cette charge ne prend pas en compte différents travaux de coopération dans le passé entre l’APHG et l’INRP, comme en 2007 pour une enquête sur la place de l’immigration. Enfin, la place importante du document dans les pratiques n’est pas apparue avec l’INRP mais dans les instructions officielles de 1925[3]

J’adresse toutes mes plus plates excuses aux lecteurs éventuels non enseignants et/ou non français qui ne comprendraient pas comment il est possible que nous débattions de l’utilité de la pédagogie entre enseignants, et de l’opportunité de l’usage des documents dans l’enseignement de l’histoire. Je ne peux leur apporter aucune explication pertinente. Le constat me laisse également fort perplexe, sauf à considérer que la diatribe pro-chronologie et anti-pédagogie plaide pour l’apprentissage d’une vulgate historique au service d’une adhésion à une frise dictée par le pouvoir. Monsieur Tison, est-ce votre position ? Est-ce celle de l’APHG ?

L’entretien que vous avez accordé dérive en effet assez rapidement sur des positions politiques qui me semblent plus que contestables. Je passerai rapidement sur votre volonté d’ouverture au monde des programmes. Vous ironisez vous-même sur le « poétique Monomotapa » en évoquant l’étude des royaumes africains qui indispose tant les auteurs de ce dossier, et j’ai rapidement compris que nous n’avions pas la même vision d’une éventuelle ouverture lorsque, comme seule illustration, vous évoquez ce « jour où je parlais des troupes coloniales en 1914, une élève d’origine marocaine m’a dit avec fierté : mon arrière grand-père conduisait des canons de 75 à Verdun ». Devons nous encore y lire un autre signe amical à tous ceux qui s’insurgent contre la vision « repentante » de la colonisation ? Monsieur Tison, la thématique coloniale, telle que vous la suggérez ici, n’a rien à voir avec un changement d’échelle des programmes. En d’autres temps pourtant, vous aviez su, au côté de l’Inspection Générale, reconnaître l’opportunité de l’étude de l’Afrique précoloniale qui ne vous semblait pas simplement « poétique ».

Pourquoi autant de gages donnés aux pourfendeurs de l’enseignement de l’histoire, Monsieur Tison ? Les enseignants d’histoire-géographie n’ont-ils pas d’autres choix que de se tordre le cou en contemplant les « jadis », « naguère » et « d’antans » fantasmés ? Faut-il donc, pour être entendu,  faire alliance avec n’importe quel discours alarmiste relayé par le spectacle médiatique ? Fallait-il enfin pousser le zèle jusqu’à cautionner les pires dérives idéologiques de vos alliés de circonstance ?

Car il y a plus grave à mon sens. Il était impossible d’ignorer les positions politiques de ces journalistes qui vous ont sollicité. Le 27 août 2012,  le Figaro Magazine avait déjà  témoigné – et de façon fort décomplexée – de sa xénophobie et islamophobie[4]. Nous leur avions répondu en condamnant cette «vague brune sur l’histoire de France ». Mais nous n’avons pas été les seuls. L’APHG Aix-Marseille a également publié un communiqué forcément remonté au bureau national, évoquant à juste titre des « propos au contenu idéologique nauséabond qui rappelle des torchons racistes et xénophobes des années trente ».

Pourtant, dans cet entretien, vous insistez très lourdement sur les difficultés que poserait la présence des élèves musulmans dans certaines classes en vous appuyant sur les conclusions d’une enquête lancée par l’APHG en 2003 à la demande de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Il s’agissait de mesurer les éventuels incidents dans les classes lors de l’enseignement de questions sensibles. Outre le fait que cette enquête fête bientôt ses dix ans d’ancienneté, j’aimerais revenir sur certaines incohérences entre les usages que vous faisiez de cette enquête en 2003 et les leçons que vous en tirez aujourd’hui. Je m’appuie pour cela sur vos propres analyses des 641 réponses reçues sur les 5344 questionnaires envoyés. Un long rapport a été publié dans Historiens et géographes n°384, octobre 2003.

La proportion des établissements dans lesquels des incidents ont émaillé certains cours est de 15,59% , soit près de 90 questionnaires sur 5000 envoyés. Les principaux incidents relèvent du domaine religieux. Vous précisez alors que « faire un cours sur le christianisme au Moyen-Age vaut à un collègue de se faire accuser par des parents de « faire du catéchisme ». Un autre se fait traiter de « cureton » pour étudier un extrait de la Bible. « Vous parlez trop d’Islam » disent certains parents, alors que d’autres considèrent que l’on « parle trop du christianisme » ». Vous évoquez des « parents d’élèves de 5ème [qui] déplorent que le professeur « consacre trop de temps à ces gens-là », formule englobant le Maghreb, le monde musulman et le cours sur le racisme en éducation civique. Pour ne rien dire de difficultés créées à une collègue par une famille de « créationnistes américains » ». Vous poursuivez par « des incidents qui reflètent le mal-être d’élèves qui ne supportent plus d’être présentés comme « issus de l’immigration » [en gras dans le texte] (…) Ces élèves d’origine étrangère, ou dont les parents l’étaient ou le sont, se sentent d’autant plus agressés par le mot « immigration » ou le qualificatif « issu de l’immigration » que certains de leurs condisciples, « issus de Gaulois », tiennent des propos ouvertement racistes lorsque le cours porte sur l’immigration, la solidarité, la coopération (…) Pendant un cours sur l’Islam, le professeur évoque le partage des musulmans entre Sunnites et Chiites. Un élève se penche vers son voisin d’origine marocaine et lui demande auquel des deux groupes il appartient. Le malheureux est obligé de demander au professeur : « Madame, au Maroc, qu’est ce que c’est ? ». Il n’y a donc pas que les élèves « issus de Gaulois » qui ont perdu leurs racines religieuses et tout maghrébin n’est donc pas un islamiste ! ».

On peut certes discuter ces citations, leurs interprétations, leurs éventuelles instrumentalisations. Ce n’est pas le lieu ici. Une rapide lecture montre que les exemples cités ne relèvent pas du seul enseignement de l’islam, loin de là. Pourquoi donc transformer ces conclusions comme vous le faites dans cette interview où vous prétendez qu’« une enquête réalisée en 2002-2003 sur les incidents dans les classes (refus d’autorité, refus d’entendre le cours sur les religions, refus de pénétrer dans une église…) témoignait de la difficulté qu’ont certains professeurs à aborder sereinement la question de l’islam » ?  Pourquoi insister plus loin sur « le seul enseignement de l’islam qui donne lieu à de préoccupantes crispations », Monsieur Tison ? Pourquoi nourrir la jubilation islamophobe de vos interlocuteurs alors que cette ancienne enquête aurait permis de la désamorcer ?

Je me plais à espérer que l’entretien publié n’est qu’un montage opéré par des journalistes soucieux d’obtenir la caution intellectuelle de l’association représentative des enseignants d’histoire-géographie. Je me plais à croire que votre « combat » ne peut se plier à de tels accommodements et alliances fétides. Je n’ai pas vu passer de démenti ou de communiqué du Bureau national réaffirmant les finalités minimales de l’histoire scolaire : l’acquisition d’outils critiques et l’apprentissage d’une citoyenneté ouverte à l’altérité et vigilante sur les dérives et instrumentalisations ultra-droitières de notre discipline dont la « défense », me semble-t-il, ne se réduit pas à une gestion comptable du temps imparti.


[1] Pour la présentation des enquêteurs, voir Laurent Gayme, Véronique Servat, « Le Figaro-Histoire, manifeste pour un catéchisme scolaire »

[2] Jean Sevillia, historiquement correct, pour en finir avec le passé unique, Perrin, 2003. 

De manière générale, cet argument du « politiquement correct » fonctionne comme un mot repoussoir permettant de disqualifier toute forme de pensée autre réactionnaire

[3] Patrick Garcia, Jean Leduc, L’enseignement de l’histoire en France de l’ancien régime à nos jours, Armand Colin, 2003. P. 135

[4] « Qui veut casser l’histoire de France ? » Figaro Magazine, 24 août 2012

[5] feed://www.aphgaixmarseille.com/spip.php?page=backend

 


4 réflexions au sujet de « 3) Dossier Figaro Histoire, Lettre ouverte à Hubert Tison, Secrétaire Général de l’APHG »

  1. Deveau Jean-Michel

    Madame,
    je viens de lire votre article sur lequel je suis tombé par hasard. Etant en retraite depuis quelques années, j’ai un peu perdu le fil de ce que peut être l’enseignement de l’histoire aujourd’hui. Mais de ce que vous écrivez sur l’enseignement de l’histoire des continents extra européens me semble parfaitement pertinent. La Franc, non seulement, mais le monde entier vivant des mouvements migratoires sans précédents, il est urgent de connaître ces civilisations qui vont se métisser en même temps que les populations, si nous ne voulons pas entrer dans une ère de confrontation.
    Je suis d’autan plus sensible à cet aspect des choses que, professeur honoraire d’histoire moderne à l’Université de Nice et vice président honoraire du comité scientifique « la route de l’esclave à l’UNESCO, j’ai consacré mes recherches à l’Afrique et aux Antilles dans une solitude à peu près complète au sein de l’Université française alors que les universités anglo-saxones font un travail considérable.
    Si nous voulons former les citoyens d’un univers démocratique, rejetant le racisme et acceptant l’altérité, la connaissance de l’Afrique, de l’Asie ou de l’Islam est aussi indispensable que la connaissance de nos racines judéo-chrétiennes, de Louis XIV ou de Napoléon.
    Evidemment une mise en forme chronologique rigoureuse reste indispensable à mes yeux si l’on ne veut pas malaxer une bouillie intellectuelle complète dans l’esprit des jeunes qui, rappelons le, ne sont pas nécessairement des spécialistes de nos disciplines.
    Voilà quelques propos pour vous dire que votre combat concerne aussi les vieux débris relégués hors du champ actif.
    Bien cordialement
    JM Deveau

    Répondre
  2. thierry Thomas

    L Histoire, l Histoire toujours l Histoire, moi qui ne suis qu’un modeste (vulgaire ?) géographe , j avoue être un peu affligé par cet oubli méprisant dans ce débat important.

    Répondre
  3. chadia saoudi

    Bravo pour votre verve euphorisante! les analyses de votre collectif d’une acuité remarquable restent malheureusement trop méconnues dans le profession.
    J’ai jeté un oeil sur le site de l’ APHG: aucune trace de ce communiqué. Faudrait pas trop ébruiter l’affaire et vous faire de la pub !!

    Répondre
  4. royer

    je n’ai pas tout lu de a à Z, faute de temps, mais ce que j’ai lu m’a semblé particulièrement pertinent et savoureux…Tout mon soutien pour un enseignement à visée réellement et profondément démocratique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *