4) Dossier Figaro Histoire : Vie et mort du roman national, lettre ouverte à François-Xavier Bellamy

Rédactrice : Suzanne Citron

 Vous présentez, sous cet intitulé  l’axe central du dossier réuni dans le n°4 du Figaro Histoire qui prétend dévoiler  La vérité sur l’histoire à l’école. Le caractère manipulatoire de l’ensemble repose sur la confusion implicite entre “roman national“ et “histoire“. Votre article est en quelque sorte la pièce maîtresse du dossier par la prétention affichée de dérouler une histoire de l’enseignement de l’histoire, le roman national ayant seul caution de légitimité. Bien que philosophe  vous ignorez toute démarche herméneutique : nulle part ni dans votre texte ni dans le reste du dossier le mot histoire n’est interrogé.

A la question « Qu’est-ce que l’histoire ? », mon maître Henri Marrou (un inconnu de vous) proposait en 1954 de répondre : « L’histoire est la connaissance du passé humain »,  ouvrant ainsi à la prospection un champ jamais clôturé. Votre propos est au contraire claquemuré dans un axiome réducteur. Vous postulez comme un article de foi la  légitimité exclusive et définitive du texte que vous baptisez roman national.

Vous nous présentez un récit forgé quasi miraculeusement dans les années 1880 par Lavisse, nouveau Moïse recueillant dans le désert des incertitudes post-révolutionnaires la Sainte parole de la Patrie française. A vous lire le temps se serait arrêté et condensé en un moment parfait qui a vu le surgissement d’un dieu histoire en un tout cohérent, qui intègre chaque étape du passé de la France  comme un moment nécessaire de son édification. Ce dieu histoire fusionne en un tout en quelque sorte mystique l’entité France préexistante, la continuité substantielle du récit et ce que vous appelez chronologie. Ce récit, affirmez-vous, est continu : il se construit sur une chronologie ininterrompue depuis les Gaulois jusqu’à l’époque contemporaine.

Emporté par votre démarche apologétique vous faites de  Lavisse le démiurge qui réunit les opposants. Vous lui vouez un véritable culte. Le génie singulier du Petit Lavisse consiste à écrire une histoire de France dont chacun peut se sentir l’héritier : sans jamais la travestir (mais par rapport a quoi?) Lavisse fait de cette histoire le récit d’une construction progressive(…)Le petit Lavisse est l’incarnation de cette  histoire capable de rassembler la France dans une même filiation, adoptée sans difficulté par l’école libre autant que le camp laïque.

Mais les juifs dont Lavisse ne dit rien (en ces temps de l’Affaire Dreyfus), les Antillais qu’il ignore se retrouvent-ils dans cette chronologie ininterrompue depuis les Gaulois? Quant  aux Arabes, votre dossier consacre une colonne et une vignette à Charles Martel dans son chapitre des “déclassés de l’histoire de France“. Je dirai simplement  que la poignée de petits Arabes qui a eu à connaître Le Petit Lavisse ne devait pas lire avec beaucoup d’exaltation les exploits de ce prince guerrier (1).

Dans le passage qui décrit les paradoxes quasi divins de l’histoire de Lavisse vous  éludez toute réflexion historiographique :

« Son ambition est scientifique et nul ne songe à remettre en cause son objectivité, ou ce qu’on appelle alors son « impartialité ». Bien au contraire, elle apparaît comme une histoire rationnelle parce que raisonnable et équilibrée. Elle ne craint pas cependant de faire appel au sentiment, comme le recommande Lavisse (…) »

Suivent une vingtaine de lignes mêlant de façon confuse Lavisse et « Malet et Isaac » en une évocation nostalgique d’un enseignement qui  touche l’émotion autant que la réflexion parce qu’il vise l’action autant que la connaissance. Vous ignorez totalement la contradiction épistémologique entre prescription patriotique et ambition scientifique et (hormis une mention sibylline sous la photo de Marc Bloch) vous restez muet sur le positivisme scientiste de l’époque : l’évocation de Jeanne d’Arc par Lavisse est pour vous un modèle incontournable. Pourtant quand vous abordez le  dépérissement du roman national, vous mentionnez l’émergence d’une interrogation épistémologique sur le rôle de l’histoire : une science peut-elle accepter d’être instrumentalisée au service d’un projet patriotique ?  Mais loin de vous y arrêter vous l’évacuez aussitôt, puisque la question ne se posait même pas pour un Lavisse. Elle ne sera donc pas posée. Et vous êtes trop heureux de vous reporter aux instructions de 1923, pour lesquelles le patriotisme français n’a rien à craindre de la vérité.

Vous ne vous interrogerez donc pas sur la notion de vérité en histoire. On en restera au dogme de la vérité révélée du récit lavissien, national, continu et unifié, sa chronologie centrée sur l’action des élites(…) son récit constitué comme une pédagogie de l’unité de la France.

 Captif de cette nostalgie, vous entassez pêle-mêle dans votre descriptif de la mort annoncée du roman national des raisons tour à tour historiographiques, didactiques, idéologiques de cette désintégration. J’en énumère quelques-unes pour souligner le peu de cohérence de votre démonstration. Lucien Febvre, Marc Bloch et les Annales sont diabolisés comme ennemi principal. Il s’agit de fonder une “histoire problème“ qui se présente désormais comme une recherche  plutôt que comme un récit. L’Ecole des Annales récuse la priorité donnée à l’histoire politique et militaire, aux grands événements, aux personnages célèbres .

Vous incriminez également le pacifisme internationaliste, que vous faites remonter à Emile Zola.  Le pacifisme aurait suscité la critique de l’histoire bataille et inspiré les revendications de mai 68. Le matérialisme historique aurait provoqué la rupture de la continuité chronologique et, du coup, la chronologie cède la place à l’étude ponctuelle d’une période ou d’une société.  Le récit que constituait le cours est remplacé par une multiplicité d’études de documents qui  correspond à l’esprit de recherche promu par les Annales.  Et comble de l’horreur : d’un récit national continu et unifié on passe, en moins de dix ans, à des regards multiples sur la diversité des civilisations.

Sont également incriminés  Giscard d’Estaing pour sa volonté européenne, les activités d’éveil prétendument imputées au collège, la massification de l’enseignement, et bien évidemment l’inflexion mémorielle qui importe dans les salles de classe le poids des conflits du passé.

Enfin, last but non least , le communautarisme que Lavisse avait combattu sous la forme des divisions partisanes (…) ressurgit sous un autre visage. La pression qu’il fait subir à l’unité de la cité est plus forte qu’elle ne l’a jamais été (…) Une histoire qui se voulait plus savante a causé la ruine de la connaissance historique la plus élémentaire.

Tout est dit dans cette déploration finale. On comprend que vous et vos amis consacriez désormais votre temps à batailler pour le retour du Petit Lavisse.

(1) Voir Suzanne Citron Le Mythe national. L’histoire de France revisitée. Editions de l’Atelier 2008,  p. 50, 54-57, 96, 109, 125,129,143, 148


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *