L’histoire-géographie au lycée, l’urgence du changement !

L’histoire-géographie au lycée, l’urgence du changement !

Rédacteurs : Laurence De Cock, Eric Fournier, Philippe Olivera, Christophe Bocquillon, Vincent Capdepuy, Cédric Perrin, Laurence Khichane, , Laurent Gayme, Servane Marzin, pour le collectif Aggiornamento histoire-géographie

NB : 12 juin dernière minute : nous apprenons que dans les lycées français d’Espagne et du Maroc, les élèves de 1ère S viennent d’être interrogés sur un croquis qui ne figurait pas sur la liste des fiches dites « ressources » concédées par l’Inspection (la Méditerranée, interface) . Le texte ci-dessous prend encore plus de sens[1]

A l’heure où l’année s’achève et alors que nous venons de prendre connaissance des premiers sujets de Bac S à l’étranger (Amérique du Nord, Pondichéry, Liban), le moment est venu de tirer un bilan provisoire de l’expérience chaotique de la première mise en œuvre du programme de 1ère.

Le retour au réel est saisissant, après les propos lénifiants dont nous avons été abreuvés toute l’année par notre hiérarchie. On nous avait affirmé qu’il était inutile de montrer notre sempiternel scepticisme face aux exigences d’un programme proclamé vertement comme novateur et ambitieux, pour lequel nous serions « accompagnés » dans nos premiers pas. On avait assuré que les sujets seraient d’une extrême simplicité et n’auraient de « composition » ou de « commentaire critique de documents » que les noms. Les sujets qui ont été en réalité proposés aux candidats valident en fait malheureusement nos diagnostics et nos craintes tant sur les nouveaux programmes que sur la définition des épreuves[2].

Entre autres exemples, la composition portant sur le totalitarisme nazi (genèse, spécificités, dénazification) exige en deux pages « sans problématique mais avec une conclusion dégageant les enjeux du sujet » (sic) de croiser plusieurs chapitres au sein d’un même thème (pour celui qui aura gardé l’entrée par thème) ou plusieurs thèmes (pour celui qui aura choisi une architecture chronologique). Concernant l’analyse documentaire, la « très riche » caricature portant sur la fin de l’URSS demande aux candidats de maîtriser les insurrections de Prague et Budapest, l’héritage léniniste – on nous dira qu’ils les ont vus en 3ème – mais aussi la répression des marins de Cronstadt (vue lors d’un séjour linguistique en Russie  peut-être, ou à la télé ?)… Autant d’évènements hors-programme. En géographie, l’absence de croquis a eu comme conséquence de donner trois documents à commenter en deux heures, ce qui a accentué la difficulté de l’épreuve dite « facile » et laissé un goût amer à tous les enseignants auxquels on a conseillé de donner clé en main des croquis lisibles et synthétiques.

Tout cela confirme l’impossibilité de faire face aux injonctions contradictoires du programme, et montre à quel point l’Institution est restée sourde aux multiples  interpellations des enseignants, des syndicats et des associations1. La gageure consistant à poser des sujet complexes sur des questions qu’il n’a été possible que survoler, bien souvent par le biais de recours à des polycopiés, pose désormais question sur la façon dont il va être possible dévaluer des copies qui seront immanquablement très en deçà des exigences affichées. Va-t-on nous demander de surnoter les copies, afin de masquer la réalité et ainsi attester du bien fondé de la politique ministérielle ? Il nous reste à espérer, qu’en cette ère de « changement », un communiqué triomphant sur la « réussite sans faille » de cette toute nouvelle épreuve ne soit pas déjà rédigé, sous presse, et prêt à être massivement diffusé.

En conséquence, déni, inconscience et posture structurellement défiante vis à vis des enseignants de la part de l’Institution ont entaché ce programme et hypothéqué les chances de réussite des élèves et de leur attrait pour la discipline l’an prochain. Et maintenant ? Face à ce bilan de catastrophe (annoncée et désormais confirmée) pour les élèves profondément déstabilisés et les collègues désorientés, il nous semble indispensable de décider au plus tôt les mesures suivantes et d’ouvrir très vite les chantiers qui s’imposent :

1) Dès la rentrée 2012, il faut alléger ce programme infaisable d’un tiers de son volume (soit environ huit « études » d’histoire et huit « études » de géographie : le strict minimum, au vu des retours des uns et autres). C’est à cette condition là seulement qu’il redeviendra possible d’enseigner l’histoire et la géographie en première l’an prochain dans des conditions, sinon satisfaisantes, du moins supportables. De même faut-il alléger l’épreuve de première S pour ne garder que deux exercices (comme en terminales) pour lesquels les candidats auront le choix dans la partie mineure comme dans la partie majeure. Mais il ne s’agirait là que d’arrêter le massacre sans régler aucun problème de fond.

2) Dès l’an prochain, il faudra mener une évaluation globale (transparente et impliquant les enseignants) et une refonte en profondeur de l’ensemble des nouveaux programmes de lycée (seconde, premières technologiques) qui se sont succédé dans la plus grande précipitation depuis quelques années. En effet, outre la question de l’histoire-géographie en série S qu’il faut trancher vite en préalable, comment l’indispensable et urgente révision du programme de première générale pourrait-elle être menée sans tenir compte de l’amont (la seconde), des autres voies (STI et STG), et de l’aval (terminale) ? Plutôt que l’improvisation désordonnée et la course aux obstacles auxquelles nous venons d’assister, c’est d’une véritable vision d’ensemble de l’histoire-géographie au lycée que nous avons besoin pour reconstruire des programmes pérennes et permettant l’adhésion de ceux qui sont censés les appliquer.

3) Enfin, parce qu’une vision claire au lycée ne peut se dégager sans une réflexion approfondie de l’ensemble des enseignements au collège et en primaire (où les nouveaux programmes élaborés dans les mêmes conditions aboutissent à des problèmes comparables), il nous semble urgent de lancer en parallèle une réflexion nationale sur les objectifs et les grandes lignes de l’enseignement de l’histoire-géographie. Ce qui ne peut sans doute aller sans un retour sur les graves régressions ayant frappé les procédures institutionnelles d’élaboration des programmes ces dernières années.


[1] Dans une interview accordée au Café pédagogique en février 2012 , Laurent Wirth assurait que « pour l’épreuve de croquis on [avait] vu circuler des listes de croquis invraisemblables » et qu’il fallait « voir la vraie liste que l’on trouve sur les sites académiques et qui comporte 7 ou 8 croquis et 5 à 6 schémas ». Cette « vraie liste » n’existe pas et même ceux qui auraient été tentés de s’en tenir aux fiches d’accompagnement mises en ligne sur le site Eduscol auraient eu bien tort au regard du sujet de croquis qui vient d’être demandé en Espagne et au Maroc : « La Méditerranée: une interface entre l’Union européenne et les pays du Sud et de l’Est méditerranéen ». Nulle part il n’a jamais été mentionné qu’un tel croquis devait être vu en classe. La liste qui circulait était donc invraisemblable non parce qu’elle était trop longue, mais parce qu’elle était trop courte. On savait déjà ce programme trop long, trop ambitieux, contradictoire. Il se révèle au fil des épreuves anticipées de bac encore plus lourd et désigne une Inspection générale outrageusement irresponsable dans son action et dans ses déclarations.

 

[2] Voir notre rubrique « 1ère, programme impossible ? » qui comporte  13 interventions sur cette question depuis que les programmes de 1ère ont été mis en consultation en avril 2011 : http://aggiornamento.hypotheses.org/category/programme-de-1ere


8 réflexions au sujet de « L’histoire-géographie au lycée, l’urgence du changement ! »

  1. Prenant

    Bonjour,

    Pourriez-vous me dire où trouver le sujet sur la fin de l’URSS, avec la « très riche » caricature que vous évoquez dans votre article?

    Dans quel centre? Quels documents surtout?

    Merci. Un prof d’Histoire-Géo.

    Répondre
  2. P. Jacolino

    Quelle incroyable mépris pour les professeurs d’histoire!

    Mais il me semble qu’il s’agit d’abord, comme vous le dites dans votre troisième proposition, de revoir la cohérence de l’enseignement en amont du lycée. Ces repères (si tant est que ce concept ait un sens s’il est séparé d’éléments d’explication minimaux)doivent être copieusement mis en place dès le primaire.

    En ce sens, parler des « objectifs et des grandes lignes » de l’enseignement de l’HG n’irait pas assez loin. Il faut tout simplement refaire les programmes (surtout ceux du primaire), qui impliquent naturellement une réflexion sur les objectifs de cette matière.

    Bravo pour le boulot abattu sur ce site !

    Répondre
  3. Eleve Espagne

    Le sujet était infaisable, même les compositions d’histoire étaient trop précises et ne correspondaient pas au titre des cours comme « promis ». L’étude de doc croisait 3 chapitres… Et ne parlons même pas du croquis que personne n’avait fait en classe. (Apprendre à faire des schémas sur des petits aménagements dans des petites communes de France pour finir par avoir un croquis sur la Méditerranée? Une grosse blague ce bac.)
    Totalement injuste, l’histoire-géo ayant été une matière où j’ai excellé toute ma scolarité.
    Peillon souhaite rendre l’histoire-géo obligatoire, je ne suis pas contre… Mais nous? La génération cobaye on fait quoi? On a une mauvaise note, on se tait et on subit l’option l’an prochain?
    En +, le programme c’est n’importe quoi. Encore, je trouve une certaine logique dans celui d’histoire malgré la quantité énorme d’infos à assimiler. Mais la géo… Des études de cas sans aucun sens (surtout pour les lycées à l’étranger), tout est centré sur la France… etcc
    L’organisation de l’épreuve est aussi bizarre. On a le même temps que les terminales, alors qu’ils ont le choix entre compo et étude de doc et entre deux croquis!!!
    Enfin je m’égare… Je vous soutiens, et j’espère que l’on trouvera un compromis rapidement.

    Répondre
  4. Felix Poirier

    Il est vrai que le programme d’histoire géo est assez lourd pour nous 1ères S cette année. Cependant vous semblez avoir oublié un point important : nos heures de maths, de physique et d’SVT (à ce que je sache) ont été diminuées ! Ca nous laisse largement plus de temps au niveau du travail personnel pour taffer l’histoire-géo. Je pense que le programme d’histoire est super intéressant et qu’on n’a pas assez de temps en cours pour le traiter comme il se doit. Mais faut-il vraiment l’alléger pour pouvoir aborder plus de détails ? Il faudrait donc supprimer (à titre d’exemple) le thème sur les mutations des sociétés et la croissance au profit d’un chapitre sur les guerres plus détaillé ? En première S, je pense qu’on a besoin du nécessaire pour avoir une vision d’ensemble de l’histoire du 20ème siècle, et le programme d’histoire actuel tend plutôt vers cela.

    Je suis assez d’accord avec vous sur le reste, j’ajouterai même (à titre personnel d’élève) que le programme de géographie est complètement imbuvable. On se perd dans toutes ces notions de déplacements, réseaux, mondialisation… Et puis merde, c’est pas intéressant !

    J’angoisse un peu pour demain, j’ai peur de ce qu’ils vont nous pondre comme sujets (pitié pas une compo de géo). Je me permets un petit pronostic :

    COMPO histoire

    Veme république
    Croissances et crises depuis 1950

    Etude de docs sur le génocide juif
    Schéma : Paris, ville mondiale.

    Répondre
  5. Emmanuel

    En tout cas le collectif franc-comtois a continué son action et écrit au ministre : http://www.collectif-defense-hg.org/spip/spip.php
    Il faut des changements d’ampleur en histoire-géographie, y compris sur la forme du travail, assez de l’accumulation de connaissances ! L’expérience des TPE pourrait être stimulante, avec des aménagements…

    Répondre
  6. F. Bocholier

    La question qui se pose désormais est:
    quelles actions ont été entreprises pour prendre contact avec l’équipe de Vincent Peillon (voire avec le ministre lui-même) ? Et si non, comment procède-t-on ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *