Le manuel franco-allemand d’histoire – Histoire/Geschichte. Expérience de l’histoire au-delà du national.

10 février 2012
Par

Rédactrice : Philippine  Lefevre :

Le manuel commun franco-allemand d’histoire est un projet de collection scolaire en trois tomes, publiés à partir de 2006. Le troisième Histoire/Geschichte, publié le premier et destiné à la classe de Terminale, traite de l’histoire de l’Europe et du monde de 1945 à nos jours. Il a ainsi précédé le second, adressé à la classe de Première et consacré à l’histoire de l’Europe et du monde de 1814 à 1945, paru en 2008. Le premier tome, traitant de la période de l’Antiquité à 1815 et destiné aux élèves de Seconde, a été présenté en décembre 2010 à Berlin.

 Un nouveau projet pour l’histoire

 La déclaration commune franco-allemande à l’occasion du Quarantième anniversaire du Traité de l’Elysée, prononcée par Jacques Chirac, Président de la République Française et Gerhard Schröder, Chancelier de la République fédérale d’Allemagne, à Paris le 22 Janvier 2003 prévoit que :

« Pour jouer pleinement leur rôle de force d’impulsion et d’entraînement au sein de l’Union européenne, nos deux pays doivent développer leur coopération de manière exemplaire au sein de l’Union européenne. Notre objectif est que nos projets puissent servir de base aux politiques européennes. Nous prendrons donc des initiatives bilatérales permettant d’expérimenter, dans des domaines d’action prioritaires, une union plus étroite entre nos citoyens, nos sociétés et nos institutions. »

Elle poursuit en déclarant le 22 Janvier « Journée franco-allemande » :

« Nous déclarons le 22 janvier "journée franco-allemande". Nous souhaitons qu’à l’avenir, cette journée soit consacrée, dans toutes les institutions de nos systèmes éducatifs, à une présentation de nos relations bilatérales, à la promotion de la langue du pays partenaire, et à une action d’information sur les programmes d’échanges et de rencontres ainsi que les possibilités d’études et d’emplois dans le pays partenaire. »

Cette proclamation constitue un des nombreux exemples de la coopération franco-allemande, sans cesse réaffirmée. Le tandem franco-allemand se veut en effet exemplaire pour les politiques européennes et précurseur dans le domaine éducatif. Le manuel franco-allemand s’inscrit dans la poursuite des objectifs de ce programme.

 Il est intéressant, pour l’étude du manuel commun d’histoire franco-allemand, de revenir d’abord au cadre national et de rappeler les travaux d’Ernest Gellner ou d’Eric Hobsbawm qui ont montré comment l’Etat avait cherché à mobiliser le système éducatif dans le processus de construction de la Nation. Le projet de l’Etat comprenait alors l’utilisation de l’histoire, en vue de la formation d’une conscience nationale puisant dans l’homogénéisation de la culture et de la mémoire. Le rôle des systèmes éducatifs est donc fondamental et les manuels scolaires constituent ainsi un objet d’études parmi les plus intéressants. Les analyses conservent cependant la plupart du temps un caractère national, même si la dimension européenne tend à apparaître. Les travaux notamment de la Commission franco-allemande des manuels d’histoire et de géographie, mise en place par le Georg-Eckert-Institut et l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie[1] en sont un excellent exemple. Cette commission a voulu étudier le thème de la construction européenne dans les manuels d’histoire et de géographie français et allemands. Il ne s’agissait donc pas ici alors de transposer au cadre binational les analyses nationales, le contexte de la construction communautaire étant en effet bien différent de celui des constructions de la majorité des nations aujourd’hui dans l’Union. Néanmoins, nous pouvons citer sur cette question Dominique Borne qui rappelle que « la perspective européenne transforme les histoires nationales d’abord parce qu’elle met en évidence des temps communs » et que « les histoires nationales bien comprises deviennent des nuances, des inflexions d’une histoire européenne de l’Europe »[2]. Rappelons également que l’Europe n’est pas un Etat et que son domaine de compétences ne s’étend pas à l’Éducation – comme en témoigne l’exemple français qui dispose d’un ministère de l’Éducation nationale, commandant et validant les programmes scolaires.

 L’histoire de l’Europe – l’histoire en Europe

 Depuis le début de la construction communautaire, l’Europe apparaît dans les programmes français, d’abord étudiée comme un ensemble d’Etats distincts en 1963, puis progressivement jusqu’aux années 1990, l’accent est mis sur l’héritage politique et culturel européen. En 1992, l’article 126 du Traité de Maastricht montre la volonté généralisée d’européaniser les systèmes éducatifs[3] :

  1. : La Communauté contribue au développement d’une éducation de qualité en encourageant la coopération entre Etats membres (…) tout en respectant pleinement la responsabilité des Etats membres pour le contenu de l’enseignement et l’organisation du système éducatif ainsi que leur diversité culturelle et linguistique.
  2. : L’action de la Communauté vise à développer la dimension européenne dans l’éducation.

 L’exemple du manuel franco-allemand veut interroger l’enseignement de l’Europe dans les cadres nationaux et la capacité des Etats à abandonner leur prérogative en matière éducative et proposer un projet de socialisation au supranational et à l’Union européenne. Histoire/Geschichte est en effet le produit de deux volontés nationales, et même s’il veut s’inscrire dans le processus de construction européenne, son cadre d’analyse doit rester binational.

 Il s’agit d’un manuel conçu et écrit par une équipe franco-allemande, qui a voulu « contribuer à créer les bases d’une conscience historique commune chez les jeunes Allemands et Français dans le processus d’unification européenne »[4]. Le manuel avait pour but de « traiter prioritairement l’histoire européenne, mais en intégrant également les thèmes les plus importants de l’histoire mondiale (…) du point de vue de l’Allemagne et de la France »[5]. La préface du premier tome reprend par ailleurs la devise de l’Union Européenne « Unie dans la diversité », espérant que l’ouvrage Histoire/Geschichte s’en fasse l’illustration[6]. Le manuel franco-allemand d’histoire est particulièrement intéressant du point de vue des décisions qui ont conduit à sa création, montrant l’implication des sujets européens dans le cadre national et les différents aspects d’une réalisation binationale.

 Cet ouvrage se veut donc manuel scolaire franco-allemand d’histoire de l’Europe et plus généralement du monde, et son caractère inhabituel nécessite de s’attacher à son étude et son analyse, ou plus précisément à l’analyse de son parcours, des différentes étapes de sa réalisation. Nous avons mené un travail de recherche sur diverses questions : quel est l’origine d’un tel projet ? Quels sont les objectifs de l’ouvrage ? Quelle était la demande politique ? Comment les institutions publiques s’y sont-elles impliquées ? Quel a été le rôle des éditeurs, des auteurs ? Quelles sont les résistances singulières auxquelles les responsables du manuel ont été confrontés ? Comment s’est déroulé le travail binational ? Quelles ont été les difficultés rencontrées au cours de la réalisation du manuel ? Quelle a été enfin la réception générale du manuel franco-allemand ? Quelles ont été les réactions de la presse, des historiens, des professeurs à qui il était destiné, des associations touchées par le manuel ? Comment juger de la réussite ou de l’échec du projet ? Nous avons tâché de comprendre comment se sont impliqués les multiples acteurs et leurs intérêts dans cette publication.

 Le produit d’une coopération centenaire

 Nous avons insisté sur le caractère extrêmement nouveau d’Histoire/Geschichte. Cependant, s’il s’agit d’une réalisation inédite et unique, l’idée est plus ancienne. Des contacts entre historiens, Français et Allemands, s’étaient en effet déjà établis dans les années 1930, et nous pourrions citer l’exemple très significatif du projet de Fritz Kern et Jean de Pange, qui conçurent dès 1932 le projet d’un manuel commun des relations franco-allemandes, Handbuch der deutch-französischen Beziehungen. Chaque chapitre devait être préparé en commun par deux collègues historiens français et allemand et les divergences d’interprétation clairement énoncées[7]. Dès ce projet, l’une des caractéristiques principales du manuel Histoire/Geschichte apparaît : la volonté du regard croisé grâce au binational.

 Si les historiens d’Allemagne et de France purent se réunir encore en 1935 à Paris pour élaborer des « recommandations » sur l’enseignement de l’histoire, le climat politique conduisit néanmoins à l’échec de l’entreprise. La reprise des discussions entre historiens des deux pays après la guerre se cristallisa à Spire, en 1948 et 1949, où fut également dégagée la volonté de poursuivre les études des manuels scolaires. L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie et le Georg-Eckert-Institut ont repris dès 1951 une collaboration franco-allemande sur le sujet des manuels scolaires, voulant les détacher des préjugés et du nationalisme[8]. Les professeurs d’histoire français et allemands n’avaient donc pas attendu l’accord culturel de 1954 ou la signature du Traité de l’Elysée et, après les réformes des programmes dans deux pays au cours de années 1970, les rencontres bilatérales invitèrent d’autres disciplines et décidèrent d’un objectif : identifier les divergences des enseignements[9]. Cela devait conduire à l’approche par « multiperspective » que nous retrouvons dans le manuel qui nous intéresse. Les innovations de pratiques pour l’élaboration de ce manuel sont en réalité les conséquences, voire les prolongements, des idées émises depuis les années 1930. La nouveauté réside dans le fait que cet ouvrage traite de l’histoire de l’Europe et du monde, et non plus seulement du franco-allemand, et qu’il s’agisse d’un manuel scolaire à destination des élèves et non plus seulement des spécialistes.

 Le manuel franco-allemand est souvent comparé au manuel Histoire de l’Europe[10], paru en 1992 et écrit par douze historiens européens. Ce prototype de manuel scolaire européen prévoyait de retracer l’histoire européenne de la période protohistorique à nos jours. Il a été salué et reçu le prix de l’Académie des sciences morales et politiques en France et la médaille de la Fondation Theodor-Heuss en Allemagne. L’ouvrage a ainsi été édité en 1992 puis en 1997, mais n’a jamais eu le même objectif que Histoire/Geschichte. C’est probablement au vu de cette expérience que certains des choix et principes constitutifs du projet ont été décidés.

 La genèse du projet

 L’idée semble émaner du Parlement des Jeunes réunis à Berlin en Janvier 2003 à l’occasion du Quarantième anniversaire de la signature du Traité de l’Elysée et a été formulée par ces jeunes lycéens français et allemands le 23 Janvier. Le site officiel du ministère de l’Education nationale rappelle ainsi :

« À l'occasion de la tenue du Parlement des jeunes, les 500 lycéens français et allemands réunis par l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse à Berlin le 21 janvier 2003 dans le cadre de la commémoration du quarantième anniversaire du Traité de l'Elysée avaient souhaité la création d'un "manuel d'histoire ayant les mêmes contenus pour les deux pays afin de réduire les préjugés causés par la méconnaissance mutuelle" ».

 La suggestion a été accueillie avec enthousiasme par le président Jacques Chirac et le chancelier Gerhard Schröder, conscients de sa portée politique et surtout symbolique puisque l’histoire, autrefois instrumentalisée par les nations, allait devenir l’ultime symbole de la réconciliation. Il est important de souligner que les responsables politiques du projet ont toujours voulu mettre en avant le fait que l’idée d’un manuel franco-allemand vienne de la société civile et non des instances gouvernementales. Cependant, comme l’ont dit certains des enquêtés, il semble que les jeunes du Parlement aient été « ferngesteuert », que l’idée leur ait été « soufflée ». L’idée dominante semble être ainsi que l’essentiel est que le projet ait été repris par les décideurs politiques et que si le Parlement des Jeunes n’est pas effectivement à l’origine de cette volonté, il l’a institutionnalisée. Histoire/Geschichte est en effet apparu dans un contexte général favorable au renouvellement des relations franco-allemandes puisqu’en 2003, Français et Allemands étaient d’accord sur des sujets internationaux brûlants, comme par exemple sur le fait de ne pas participer à la guerre en Irak.

 Au plus haut niveau de l’Etat, Jacques Chirac et Gerhard Schröder ont ensuite confié le projet au plénipotentiaire chargé des relations culturelles et scientifiques dans le cadre du traité de l’Elysée pour l’Allemagne et au ministère de l’Éducation nationale pour la France. La responsabilité politique du projet reposait ainsi sur un Inspecteur général en France, Dominique Borne puis Jean-Louis Nembrini, et sur le plénipotentiaire, qui était au début du projet Peter Müller, le Ministerpräsident de la Sarre (CDU), puis Klaus Wowereit, maire de Berlin (SPD). Son prédécesseur l’a ensuite remplacé, avant de laisser la place en août 2011 à Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU). Si la couleur politique des acteurs qui ont porté le projet n’a pas influencé la tenue du projet, la décision de la mise à l’agenda politique d’un tel manuel ne peut pas être envisagée hors de son contexte, et de la continuité des projets de coopération franco-allemande.

 Un instrument de la politique de coopération franco-allemande

 Le manuel franco-allemand apparait donc comme extrêmement symbolique, se voulant acmé du modèle de réconciliation binationale que constituent les relations franco-allemandes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, il s’insère dans une politique plus générale de coopération franco-allemande dans les domaines les plus divers, de la finance à la science, de la Défense ou la politique étrangère au sport. En cela, il prend part à la politique publique franco-allemande. Il est en effet exceptionnel qu’une politique, et même qu’un programme d’action au sein d’une politique, soit mono-instrumentale[11]. Histoire/Geschichte se comprend alors parmi d’autres échanges dans le cadre de la jeunesse et de l’enseignement, et nous pourrions citer les programmes Voltaire, Brigitte Sauzay ou Erasmus auxquels prennent part la France et l’Allemagne. Les deux pays procèdent en effet à de nombreux échanges d’élèves et d’étudiants, mais pas seulement : des échanges d’enseignants et d’assistants de langue, des actions communes de soutien à la langue du partenaire, de formation continue sont également prévus. Ils ont par ailleurs soutenu les créations des trois lycées franco-allemands (de Buc, de Fribourg et de Sarrebrück), ainsi que des sections à profil franco-allemand, comme les sections européennes ou les classes délivrant simultanément le baccalauréat et l’Abitur, l’Abibac.

 De plus, comme les ministres français et allemands pour accorder leurs politiques, les recteurs d’Académie français et les ministres de l’Éducation des Länder allemands se réunissent régulièrement. Le principe de ces rencontres entre les autorités éducatives des deux pays fait partie des mesures adoptées par le conseil des ministres franco-allemand du 26 octobre 2004. Trois rencontres ont déjà eu lieu, en 2004, 2006, et 2007 sous la présidence du ministre français de l’Education nationale et du ministre allemand en charge des relations culturelles franco-allemandes. La quatrième de ces rencontres est particulièrement intéressante. Réunie en Sorbonne en novembre 2009, en présence notamment de Klaus Wowereit, la table ronde s’est ouverte sur le thème « La coopération franco-allemande en matière d’Éducation : quelles stratégies pour les cinq années à venir ? », et les problématiques suivantes ont été abordées : quels horizons pour la langue du partenaire, quels prolongements pour le manuel franco-allemand d’histoire et quelle plus-value pour la mobilité franco-allemande ?[12] Nous avons déjà cité les collaborations scientifiques, et notamment historiques ; à ce titre, le manuel franco-allemand d’histoire pourrait être analysé un instrument parmi d’autres de l’action publique française et allemande. Il est porteur de valeurs, et pourrait signifier des transformations profondes de cette action publique, un renouvellement orienté vers la culture et la société civile. Histoire/Geschichte veut permettre la compréhension de l’Autre par l’Éducation. L’intérêt de l’ouvrage n’est donc pas seulement de symboliser la réconciliation entre les deux pays, mais de montrer qu’approfondir la construction européenne est également possible dans le domaine de l’enseignement. Pour évoquer le manuel franco-allemand comme instrument d’action publique allemande, nous devons rappeler qu’il a été habilité simultanément par les ministères de l’Éducation des seize Länder, une première pour un manuel scolaire, et les Länder ont une recommandation fédérale quant à son utilisation.

 Les acteurs du manuel[13]

 Les équipes chargées du manuel franco-allemand d’histoire correspondent à trois aspects distincts du travail. Néanmoins, des liens étroits se sont créés entre ces différentes fonctions, et ce n’est donc que pour des raisons didactiques que j’ai choisi d’aborder les trois équipes séparément : les membres du comité scientifique, les éditeurs, les auteurs.

 Une fois le projet de manuel franco-allemand confié, au sein du ministère de l’Education nationale, à l’Inspection générale, il incombait à Dominique Borne de réunir les membres de la partie française d’un comité scientifique. Ne disposant d’aucun moyen particulier, il a fait d’abord appel à ses connaissances susceptibles d’être intéressées par le projet. Pierre Monnet, président de l’Université franco-allemande, a par exemple été son élève – comme par ailleurs Guillaume Le Quintrec et Daniel Henri (auteurs et directeurs de collection). D’une façon générale, le comité scientifique était composé d’universitaires, de spécialistes des relations franco-allemandes et d’Inspecteurs généraux. Les membres du comité scientifique disposaient d’une légitimité particulièrement forte sur les questions du franco-allemand. Etienne François par exemple, est un spécialiste d’histoire allemande et d’histoire européenne comparée, professeur émérite à la Freie Universität de Berlin, y dirigeant le Frankreich Zentrum, tout en étant également professeur émérite de l’Université Paris I. Pour le côté allemand, Rudolf von Thadden a réuni des membres allemands du conseil aux fonctions plus diverses (politiques, administratives, scientifiques). La constitution du comité scientifique a donc eu cours pendant l’été 2003, quelques mois après la déclaration du président Chirac et du chancelier Schröder. Le comité s’est réuni régulièrement, trois à quatre fois par an et jusqu’à trois fois par semestre avant chaque sortie d’ouvrage. Les échanges entre les membres sont également passés par internet et le téléphone pour garantir des contacts très réguliers. Le comité devait rapprocher les logiques françaises et allemandes différentes : le dialogue entre historiens français et allemands, le dialogue pédagogique entre les communautés scolaires françaises et allemandes et le dialogue éditorial entre les spécialistes des manuels scolaires en France et en Allemagne.

 L’ouvrage ne devant en aucun cas être perçu comme officiel, le comité scientifique a lancé un appel à candidatures et a reçu les éditeurs intéressés à Berlin. La principale condition était pour les éditeurs de se présenter en binôme franco-allemand. Trois tandems ainsi constitués ont été reçus à Berlin, et Nathan et Klett (deux spécialistes des manuels scolaires, qui avaient déjà participé à des projets communs) ont finalement remporté le projet. Les deux éditeurs ont par ailleurs réuni les équipes d’auteurs. Histoire/Geschichte se voulant manuel parfaitement franco-allemand, les auteurs chargés de la rédaction de chaque chapitre travaillaient en binôme – un Français et un Allemand. Les membres du conseil scientifique se sont constitués eux-mêmes en tandem pour une relecture par des référents français et allemand.

Guillaume Le Quintrec pour Nathan et Peter Geiss pour Klett ont coordonné le lancement de la rédaction du manuel. Avant d’être visé par deux membres du comité scientifique pour observations, chaque chapitre était rédigé par un auteur, assisté d’un conseiller (Berater) de l’autre nationalité, chargé de l’aider et le critiquer tout comme de lui fournir des documents. Les deux directeurs de collection, Guillaume Le Quintrec et Peter Geiss, se sont donc partagé de nombreuses relectures, et l’ouvrage final présente donc la particularité d’avoir été soumis pendant l’écriture et avant la parution à des regards différents. Fonction de production des chapitres et fonction de conseil devaient être bien distinctes. Par ailleurs, n’étant en règle générale pas issu de l’enseignement secondaire, le comité scientifique ne devait pas intervenir dans le travail des auteurs et laisser la main aux enseignants et aux équipes éditoriales, peut-être plus aguerries aux problématiques des manuels scolaires. Les auteurs ont été réunis en fonction de leur intérêt pour le projet et leur implication dans le franco-allemand. Sans exhaustivité, Bénédicte Toucheboeuf avait travaillé au lycée français de Berlin, Mathieu Lepetit et Gabriele Grosse enseignant au lycée franco-allemand de Buc. Daniel Henri, devenu à partir du tome de Première co-directeur de collection, avait quant à lui une solide expérience des manuels scolaires. D’un manuel à l’autre, les équipes ont été en partie révisées, certains auteurs choisissant de rejoindre ou au contraire de quitter le projet.

 En règle générale, les acteurs impliqués dans le manuel sont entrés dans le projet en étant appelés par leurs pairs. Les différents acteurs réunis pour l’élaboration du manuel franco-allemand réunissaient donc des légitimités différentes. Ils sont en effet experts dans un domaine nécessaire à la conception d’un manuel scolaire à destination des élèves des lycées, mais également d’un manuel binational avec leur connaissance de l’autre pays. Des contraintes de temps ont empêché les auteurs et membres du comité scientifique de réunir toutes leurs compétences en atelier d’écriture avant l’envoi aux éditeurs. Pour la même raison, il n’a été possible de créer des réunions au cours desquelles les chapitres auraient été relus dans les deux langues. Au sein du comité scientifique, les rôles étaient partagés entre responsabilité scientifique, sur laquelle reposait la validation et le contrôle linguistique et scientifique, et responsabilité plus politique, consistant à l’interface entre les auteurs et les mandants ministériels et jouant parfois un rôle d’intermédiaire avec les équipes de l’autre nationalité. Les auteurs et les éditeurs ont pu, de leur côté, apprendre aux membres du comité scientifique qui ne les connaissaient pas, les modèles de réalisation de manuels devant être adaptés aux attentes des enseignants et au niveau des élèves, dans un nombre de pages limité.

 « Regards croisés » franco-allemands

 La conception du manuel franco-allemand a demandé un arbitrage en termes de forme de l’ouvrage, qui demandait de s’interroger sur les véritables objectifs du projet. La diffusion d’un manuel binational, qui soit compatible avec la plus grande part des programmes français et allemands, a été au cœur des débats. Les responsables du manuel, réunis en comité scientifique, ont eu pour première tâche de définir la forme que l’ouvrage devait prendre. La consigne de départ portait sur un livre d’histoire commun, sans déterminer s’il devait être un manuel de référence pour les enseignants ou un vrai manuel à destination des élèves. Dès lors que les responsables ont décidé de réaliser un ouvrage pour les lycéens, s’est posée la question de la diffusion d’un manuel qui soit tout à fait binational – entre manuel usuel à l’usage de tous les élèves et manuel d’appoint ou d’appui (majoritairement destiné donc aux classes européennes ou Abibac, classes d’allemand comme soutien aux cours de civilisation). Cette approche demandait d’élaborer un manuel bilingue, ou dans lequel, au moins, les documents auraient été dans leur langue originale. Ce manuel de civilisation revendiquait de ne vouloir toucher qu’un public restreint, et dont la forme aurait été plus « universitaire ». Le débat entre ces deux formes d’un ouvrage commun a opposé Français et Allemands – dont il semble qu’ils aient majoritairement voulu un manuel scolaire consacré à tous les élèves. Le symbole devait être extrêmement fort, et le comité scientifique a donc décidé de créer un manuel usuel, à destination de l’ensemble des lycéens des deux pays. La décision définitive a été prise au début de l’année 2004, après que le conseil des ministres franco-allemand qui s’est tenu à Paris le 13 mai de la même année avait réaffirmé la volonté commune de voir aboutir le projet.

 Une fois les cibles du manuel arrêtées, le comité scientifique a réfléchi à la réalisation de ce manuel, qui devait être utilisable autant par les lycéens français que par les lycéens allemands. Le second travail des équipes franco-allemandes a porté sur l’harmonisation des programmes – une difficulté renforcée par le fait qu’il s’agit, non pas de deux programmes nationaux, mais de dix-sept programmes puisque les manuels et l’enseignement scolaires sont de la compétence des Länder en Allemagne. Le symbole du manuel franco-allemand est également passé par l’homologation du manuel par tous les Länder, démonstration du consensus qui entoure le projet. Le cahier des charges avance que « La KMK (Conférence permanente des ministres de l’Éducation et des Affaires culturelles des Länder) s’est félicitée du projet à l’occasion de sa réunion du 6 novembre 2003 et a décidé de tenir compte de la dimension politique du manuel en faisant preuve d’ouverture d’esprit pour son homologation »[14].

Ne pouvant se reposer sur un programme commun, le comité scientifique a créé un cahier des charges qui soit à l’intersection des programmes français et allemands. Ce cahier des charges expose par ailleurs le projet global : « Le manuel comprendra trois volumes. Il est prévu de réaliser une version allemande et une version française identiques qui seront proposées à partir de 2006 comme manuel classique ‘usuel’ (regulär) en Allemagne et en France, comme le sont tous les manuels scolaires (manuel d’histoire classique destiné aux élèves et non un livre sur l’histoire franco-allemande) ». Le cahier des charges prévoit par ailleurs différents aspects du manuel, comme le pourcentage de textes d’auteurs « qui ne devront pas représenter plus de 20 à 25% du volume global du livre » et jusqu’au prix de vente, dont il dit qu’il « devra être du même ordre que celui des autres manuels d’histoire des classes de lycée »[15].

Histoire/Geschichte suit une maquette renvoyant plutôt aux codes français, notamment dans la présentation des documents, avec des problématiques pédagogiques centrées sur l’approche documentaire. Les Français, habitués à un très grand nombre de documents, notamment iconographiques, ont mis en avant leur importance, tandis que les Allemands ont convaincu leurs collègues de prévoir des exercices dont la forme permette l’interaction avec et entre les élèves (ainsi que leur activité personnelle), les mettant plus à contribution. Ces apports mutuels sont la marque d’un dialogue entre deux traditions de l’enseignement de l’histoire, qui ont appris l’une de l’autre. La méthode française de l’enseignement de l’histoire mise surtout sur la synthèse et le regroupement thématique des grands sujets, tandis que la méthode allemande et plutôt basée sur la chronologie et l’assimilation personnelle. Des encarts de vocabulaire prévoyaient par ailleurs des explications des termes qui n’ont pas de pendants exacts dans la langue du partenaire, afin de montrer aux élèves que l’histoire de l’Autre était parfois appréhendée de façon très différente suivant les termes employés. La structure du manuel adoptée procédait en doubles pages, « dossiers » ou « leçons », sur le modèle d’une approche thématique.

 Le projet pédagogique, cette volonté de croiser les documents, d’élargir la documentation et de faire dialoguer des points de vue différents constitue la véritable plus-value, et l’apport franco-allemand se comprend alors plus particulièrement dans les parties comparatives, dans les « regards croisés » selon l’expression consacrée dès le Parlement des Jeunes de janvier 2003.

 Richesse des débats

 La conception binationale du manuel a suscité des débats historiographiques et les débats scientifiques et pédagogiques qui ont accompagné l’écriture de chacun des tomes du manuel franco-allemand ont permis à des approches différentes de se compléter.

Le tome destiné aux classes de Terminale avait l’avantage d’être soumis à des programmes relativement communs pour les lycéens français et allemands (quel que soit le Land) – l’histoire de l’Europe et du monde de 1945 à nos jours. Les chapitres abordés sur cette période sont par ailleurs fondateurs pour l’Europe et la relation franco-allemande et, dès lors, cet ouvrage était certainement le plus facile à réaliser. Néanmoins, certaines divergences de points de vue ont nécessité des ajustements entre les auteurs. Le regard français était par exemple extrêmement distant, voire critique vis-à-vis de la relation Europe/Etats-Unis, tandis que l’approche allemande de la relation ouest-germano-américaine était plus positive. Cette divergence d’appréciation s’explique en partie par le mythe français de la reconstruction nationale (seul commun aux gaullistes et aux communistes) opposé au mythe allemand de l’aide américaine et du libérateur – deux idées qui ont été relativisées, non pas au niveau des faits mais des écarts entre les interprétations et les faits. La place accordée au traitement des régimes communistes d’après-guerre (habituellement plus approfondis en Allemagne qu’en France) ou à la guerre d’Algérie (au contraire, plus inconnue des lycéens allemands) est un bon exemple de l’enrichissement de la coopération franco-allemande.

La création d’un programme commun pour le tome de Première a été moins évidente. Le programme français commence au moment de la révolution de 1848, tandis que le dénominateur commun de beaucoup de programmes régionaux allemands est traditionnellement le XIXème siècle dans son ensemble. Les Allemands traitent ce tournant à la chute de Napoléon qui correspond à leur entrée dans le processus d’industrialisation – phénomène plus tardif en France, puisqu’il faut attendre presque le milieu du siècle. Le compromis à conclu à une période allant du Congrès de Vienne à 1945. D’une façon relativement étonnante, les pages sur lesquelles les historiens ont le plus débattu ont été celles du chapitre consacré à la Première guerre mondiale. En effet, les questions de l’implication des populations civiles dans la guerre comme celles de la brutalisation de la société et de souffrance des populations, françaises comme allemandes, sont des concepts très présents de la recherche historique française, sans avoir pénétré les écoles allemandes. Au-delà de cette approche, les débats sur la Première guerre mondiale ont été plus franco-français que franco-allemands, entre une école développant l’idée d’une culture de guerre et d’un consentement à la violence face à celle mettant en valeur les mutineries et les formes de résistance passive des soldats.

 Les deux premiers tomes ont concentré les débats historiographiques les plus marquants pour la relation franco-allemande, et le dernier volume de l’ouvrage a profité de l’expérience des équipes scientifiques. Histoire/Geschichte est le résultat d’une volonté politique évidente, venue du plus haut niveau de l’Etat – le président Chirac et le chancelier Schröder tenaient à montrer que la relation franco-allemande était capable de se réinventer. Or, accepter le regard de l’Autre sur sa propre histoire, le regard commun sur le monde et la construction européenne n’est pas anodin. Il a donc été nécessaire aux Français et aux Allemands de construire une relation très étroite avant de penser à produire un tel ouvrage et inverser la chronologie n’aurait pas été possible. Pour cela, le manuel franco-allemand a été présenté dès ses débuts comme un projet extrêmement symbolique (ce qui explique le choix des lieux de réunions plénières, en Sorbonne, au ministère de l’Education nationale, à la mairie de Berlin…). Ces réunions devaient harmoniser au-delà des visions historiques les différences de culture – entre Français et Allemands, mais également entre historiens de métier ou pédagogues et représentants des ministères.

 La richesse de cette relation franco-allemande s’est également traduite dans les échanges autour des termes utilisés. La traduction a été parfois un frein à la rédaction d’ouvrages exactement identiques, mais les apports ne sont pas négligeables. En effet, la traduction des chapitres écrits dans une langue ou une autre demandait un travail très important – et même un obstacle. Un chapitre écrit en français ne comprend pas le même nombre de signes lors qu’il est traduit en allemand, et inversement. Dès lors, puisque l’objectif était de réaliser des ouvrages absolument identiques et que les documents iconographiques devaient être exactement les mêmes (y compris en taille), éditeurs et auteurs ont dû réécrire certains chapitres, ou encore jouer sur la police des textes. Malgré ces difficultés, la richesse des échanges a permis de dégager des idées dont le sens n’est pas identique en français et en allemand et de montrer aux élèves le bénéfice et l’apport de l’histoire telle qu’elle était enseignée dans l’autre pays.

 Une des principales difficultés a été de composer avec des conceptions pédagogiques différentes. Histoire/Geschichte a donc été un lieu de compromis entre deux façons d’enseigner l’histoire. Les Français ont par exemple proposé des documents peu classiques (comme des caricatures ou des affiches de films), et les Allemands ont de leur côté insisté pour l’introduction de documents historiographiques consacrés à une évolution historique afin d’initier les élèves à des appréciations différentes et de soulever le débat. Les échanges pédagogiques ont permis de montrer aux élèves le processus d’écriture de l’histoire et d’expliquer que l’historien propose un discours sur une réalité.

 Les véritables différences entre Français et Allemands ne se sont finalement pas trouvées sur l’interprétation du passé, mais plutôt sur la manière d’enseigner et de concevoir la place de l’histoire dans la culture politique. Les enseignants allemands travaillent à partir de textes plus longs dans les manuels, le temps de classe devant servir à aider à une réflexion personnelle des élèves. Les enseignants français laissent une plus grande part aux documents, auxquels ils accèdent à partir de questions tournée vers le commentaire ou la dissertation, tandis que l’enseignement allemand privilégie des questions plus ouvertes, faisant plus directement appel au jugement critique de l’élève. Souvent citée parce que représentative de l’échange, la consigne du chapitre « Bilan et Conséquences de la Seconde guerre mondiale » : « La ville de Nuremberg souhaite faire poser une plaque sur son Palais de justice et vous charge de sa rédaction. Rédigez un texte qui informe les visiteurs de l’importance de ce lieu et de la portée historique du procès de Nuremberg »[16]. Le choix de cette consigne montre que Français et Allemands ont échangé, apprenant la culture pédagogique du voisin – et notamment pour les questions de fins de chapitres, qui proposent une pratique beaucoup plus interactive que dans les manuels français classiques. Ce choix s’apparente à celui du modèle de manuel scolaire ou de manuel universitaire ayant alimenté les débats au moment de l’élaboration de l’ouvrage.

 Hommages et résistances

 Le projet de manuel franco-allemand et son résultat ont beaucoup intéressé la société civile. Le premier tome d’Histoire/Geschichte a même été un (relatif) succès de librairie, puisque des particuliers l’ont acheté, curieux de ce travail binational pour l’enseignement de l’histoire. Le produit a en effet été très médiatisé – et l’ensemble de la presse grand public a salué l’initiative, l’engagement pour l’innovation et le dialogue interculturel – des éditeurs, des scientifiques comme des auteurs. Cette couverture presse se comprend par l’engagement politique, mais également par le souhait des éditeurs, scientifiques et auteurs de profiter de cette vague d’intérêts pour faire parler de leur projet. Les auteurs ont été très sollicités, pour des interviews en France et en Allemagne d’abord, mais pas seulement. En effet, de nombreux journalistes ont traité la sortie de l’ouvrage sous l’angle de réussite historique de réconciliation entre deux nations. Les journalistes étrangers à la France et à l’Allemagne, venus d’Etats dans lesquels des phénomènes de mémoire posent encore questions (Corée, Chine, Japon, ou encore dans les Balkans) ont suivi très attentivement le projet. L’absence de critiques aux prémices du projet correspond à la reconnaissance par la presse de la qualité du manuel, ainsi qu’à sa volonté de saluer la démarche et le concept d’Histoire/Geschichte. Face à cet engouement global pour un objet se voulant marque de la réconciliation franco-allemande, certains articles ont néanmoins été par la suite plus critiques quant aux finalités du projet. Craignant que cet ouvrage ne soit soumis à des impératifs institutionnels, ces derniers évoquent une approche téléologique – une histoire aboutissant à l’Union européenne, une Union fin de l’histoire. Ils s’appuient pour cela sur le contexte de sortie de l’ouvrage correspondant aux débats autour du projet de constitution européenne (ratifié en Allemagne le 12 mai, et rejeté par référendum en France le 29 du même mois) – un contexte qui aurait encouragé les responsables politiques à proposer une réponse à cet europessimisme. Unanimes, ces critiques ont placé leurs espoirs dans les professeurs français et allemands – dont le travail sur ce manuel pouvait entendre des utilisations différentes.

 Aux côtés de la presse, différentes associations se sont emparées du projet de manuel franco-allemand. Elles ont globalement salué la démarche, mais ont soumis leurs remarques dès la présentation de la version de présentation (Einreichfassung, qui devait être homologuée par les différents Länder). Les associations s’intéressent à tous les ouvrages scolaires et, en cela, le manuel franco-allemand, s’il a été particulièrement observé, ne constitue pas une exception de ce point de vue. La mémoire de la Seconde guerre mondiale et celle du génocide arménien ont concentré la plupart des réactions des associations. Les associations d’anciens combattants se sont exprimées par exemple sur la présentation de la Résistance, et les associations turques (principalement en Allemagne) se sont emparées de la représentation du génocide arménien. Pour cette dernière, la position française considérait le mot « génocide » à partir de la définition de l’ONU. Par ailleurs, la sortie du tome destiné à la classe de Première correspondait en France à la sortie des lois mémorielles – ce qui a pu influencer la relative fermeté des membres français du comité scientifique. Les auteurs ont dû faire preuve d’une grande prudence quant aux chiffres et références pour toute évocation de génocide et crime contre l’humanité. Les associations d’anciens combattants et de résistants ont critiqué l’insuffisance de la place consacrée à la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale, puisque celle-ci n’était pas envisagée indépendamment d’autres populations déportées ou immigrées. Ces associations, qui souffrent de ce que l’opinion publique associe la déportation uniquement à la Shoah, ont ainsi demandé quelques inflexions de formules, pour mentionner les résistants et déportés politiques par exemple. Par ailleurs, la représentation de certaines figures très symboliques, notamment du franco-allemand, a également pu être jugée insuffisante par les fondations travaillant en leur nom ou leur mémoire, comme les fondations Schuman ou de Gaulle. Les auteurs ont justifié la construction de leurs chapitres par des contraintes de temps, ainsi que des choix didactiques (comme celui de présenter par exemple en triptyque les photos d’Adenauer et de Gaulle, Schmidt et Giscard d’Estaing, et Mitterrand et Kohl). L’absence de représentants de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) pourrait se comprendre par le manque d’association comparable en Allemagne (au niveau fédéral, et non pas seize associations dans les Länder). Les interventions sur le manuel ont également parfois porté sur des questions de présentation, et pour exemple, des associations polonaises ont réagi sur la coloration d’une carte de l’Europe dans les années 1930, qui considéraient que la tonalité employée pour la Pologne était trop proche de celle employée pour l’Allemagne nazie.

Ces requêtes ne doivent néanmoins pas faire oublier le travail de soutien au projet d’un grand nombre de groupes franco-allemands ou pro-européens, notamment en termes de relais vers la presse ou pour l’organisation de cérémonies ou présentations des ouvrages, comme par exemple le Parlement européen des Jeunes.

 Les fins du manuel

 La difficulté de disposer de données à la fois quantitatives et qualitatives de l’utilisation du manuel commun franco-allemand dans les classes oblige à adopter une approche s’attachant en premier lieu aux innovations permises par un tel projet. Projet à la fois politique et pédagogique, le manuel franco-allemand a progressivement évolué. Les difficultés rencontrées par le manuel permettent de s’interroger sur l’avenir possible des trois ouvrages, prenant en compte les difficultés actuellement rencontrées, mais également les projets futurs, franco-allemands ou d’autres nationalités. Le cahier des charges tel qu’il a été écrit lors du lancement du projet assumait de ne pas être en adéquation totale avec les programmes français et allemands, mettant en valeur la plus-value de l’approche bilatérale dans l’enseignement de l’histoire. Les professeurs doivent ainsi, s’ils veulent utiliser le manuel franco-allemand de façon usuelle, composer avec un ouvrage qui, s’il apporte beaucoup (la section économique par exemple) et propose une approche enrichie par les regards croisés, ne permet pas de traiter l’ensemble du programme. De fait, le manuel franco-allemand oblige les professeurs à refaire entièrement leur cours, et à rechercher la matière qui manque dans le manuel pour travailler sur tous les thèmes du programme. Cela pourrait expliquer qu’il soit employé majoritairement par les classes pour lesquelles il parait le plus évident – classes binationales, Abibac, européennes, ou encore classes de langue pour lesquelles le manuel permet d’aborder la civilisation. Pour remédier aux manques quant à la préparation au baccalauréat, Nathan a fait le choix de vendre le manuel avec un CD associé. L’ouvrage est souvent utilisé comme complément, pour les cours d’histoire comme d’éducation civique. L’utilisation du manuel serait donc celle d’un ouvrage d’appoint, permettant d’ouvrir sur des questions ou une façon d’enseigner inhabituelles en France ou en Allemagne, mais sans prétendre remplacer tout à fait les manuels ordinaires. Le manuel franco-allemand d’histoire souffre de ne pas avoir été immédiatement évalué – par les institutions françaises ou allemandes ou l’Institut Georg-Eckert pour la recherche internationale sur les manuels scolaires par exemple. Une évaluation aurait peut-être permis d’éviter, ou au moins de minimiser, les faiblesses des ouvrages.

 Au-delà des défis posés par l’utilisation du manuel lui-même, les réformes des programmes scolaires en France ont transformé le projet. La période désormais abordée en Seconde envisage un spectre thématique allant de l’Antiquité grecque aux révolutions du XVIIIème siècle. L’intersection franco-allemande est donc, de fait, plus difficile à identifier. La réforme du lycée touche également les classes de Première et de Terminale et les bornes chronologiques des périodes qui y sont abordées sont aujourd’hui tout à fait différentes. Dès lors, et alors même que le dernier tome vient à peine d’être publié, les deux premiers tomes ne peuvent déjà plus être utilisés comme les manuels usuels qu’ils devaient être. Le cahier des charges n’est ainsi plus compatible avec les programmes français – un obstacle qui a soulevé des difficultés, notamment quant à la publication du tome de Seconde. L’utilisation possible de chacun des tomes du manuel ayant évolué, le projet éditorial ne pouvait plus être le même et les maisons d’édition n’ont pas voulu s’engager pour l’ouvrage destiné aux classes de Seconde de la même façon qu’en 2006, en produisant en très grand nombre des ouvrages destinés à tous les élèves. Les discussions entre tous les acteurs du manuel, qui voyaient le projet condamné à un tout autre avenir que celui avait été initialement pensé, ont été délicates, et longues. De fait, le tome destiné aux classes de Seconde a été publié en 2008 en Allemagne tandis que la version française ne date que de 2011.

La contraction des cibles du manuel au seul public franco-allemand, ou plus particulièrement aux classes européennes et Abibac, ne doit cependant pas nécessairement laisser penser à un échec. Les analyses du manuel franco-allemand sont de plus en plus critiques aujourd’hui. Effectivement, l’objectif de faire de ce manuel un ouvrage usuel, à destination de l’ensemble des élèves, pêchait peut-être par trop d’ambition, et cela pourrait également en partie expliquer les difficultés commerciales rencontrées par Nathan et Klett. Néanmoins, l’ambition de destiner ces ouvrages au plus grand nombre a permis aux responsables politiques et scientifiques de faire parler du manuel, et ce projet n’a donc pas connu le sort malheureux des bonnes idées trop vite oubliées. De fait, Français et Allemands sont conscients des apports de ces ouvrages, et cela, même s’ils ne sont pas préparés à utiliser au lycée un manuel qui ne corresponde pas parfaitement aux programmes.

 Des ambitions européennes

 La préface du manuel reprenait la devise de l’Union européenne « Unie dans la diversité », espérant que l’ouvrage Histoire/Geschichte s’en fasse l’illustration. L’échelle binationale est une étape condamnée à être dépassée par une uniformisation des programmes et des systèmes éducatifs en Europe, une étape vers un manuel d’enseignement de l’histoire à l’échelle de l’Europe et des regards nationaux croisés sur une histoire à l’échelle d’un continent. Le manuel franco-allemand pourrait en effet permettre d’envisager, ou au moins de poser la question d’une harmonisation des programmes sur le long terme. Les politiques spécifiques visant à maintenir l’enseignement du plus grand nombre de langues européennes ont permis d’enrayer le déclin de l’apprentissage de l’allemand, mais elles ne peuvent être une solution définitive. Les programmes pourraient être plus communs, et favoriser ainsi la fluidité des échanges entre enseignants ou élèves.

 L’ambition du manuel franco-allemand était d’être exemplaire, et d’autres coopérations suivront. De nouveaux projets ont d’ailleurs déjà vu le jour : en géographie pour la France et l’Allemagne, mais aussi en histoire pour l’Allemagne et la Pologne, la Russie et l’Ukraine ou encore la Corée du sud et le Japon. Même moins symboliques que l’histoire, toutes les matières enseignées à l’école attendent des projets d’une telle ambition, afin de faciliter les échanges entre les élèves européens.

 Le manuel commun franco-allemand d’histoire présente des caractéristiques exceptionnelles, dont la première est la politisation de toutes les étapes de sa réalisation. Dès lors, cette politisation pourrait permettre une impulsion inhabituelle, et ce manuel binational pourrait bien n’être qu’une étape avant un véritable manuel européen, traitant non pas de l’histoire européenne mais de l’histoire en général à partir de regards croisés à l’échelle d’un continent. Ainsi, sur la base d’un socle commun (écrit à plusieurs mains), chaque Etat aurait également à sa charge une partie traitant plus précisément de l’histoire nationale. Un tel manuel suppose néanmoins un important effort pour la création d’une pédagogie commune, ou au moins de programmes comparables. Ces programmes pourraient être mis en place à partir des connaissances et compétences que doivent acquérir tous les élèves d’une même classe d’âge.


[1] Commission franco-allemande des manuels d’histoire et de géographie, « Relations internationales : rencontres franco-allemandes à Braunschweig », Historiens & Géographes, n°388, La guerre d’Algérie 1954-1962, Octobre 2004, pages 23 à 31.

[2] Dominique Borne, communication « Enseigner l’histoire dans une perspective européenne » présentée lors du colloque international « Dialogue historique sur les manuels et sur l’enseignement de l’histoire », organisé par l’Institut hongrois de recherches pédagogiques à Budapest le 26 mars 2010.

[3] Patricia Legris, communication « L’inscription de l’Europe dans les programmes d’histoire en France » présentée lors du colloque « Cultures nationales et identité communautaire : un défi pour l’Union européenne », organisé par le réseau RICHIE à l’université de Cergy-Pontoise le 12 décembre 2008.

[4] Cahier des charges, Manuel d’histoire franco-allemand, Classes de Seconde, Première, Terminale, Deutsch-Französisches Geschichtsbuch für die Klassenstufen 10/11, 11/12 und 12/13, Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Auswärtiges Amt, Kultusministerkonferenz.

[5] Ibid.

[6] Geiss Peter, Le Quintrec Guillaume (dir.), Histoire-Geschichte : l’Europe et le monde depuis 1945, manuel d’histoire franco-allemand, Terminales L/ES/S, Paris, Nathan, 2006.

[7] Corinne Defrance, Ulrich Pfeil, Le manuel franco-allemand d’histoire : l’aboutissement d’un long travail de coopération entre historiens français et allemands, Paris, Comité d’Etude des Relations Franco-Allemandes (CERFA), Visions franco-allemandes n°11, Décembre 2006, 13 pages.

[8] Jean-Marie D’Hoop, « Un aspect des relations intellectuelles franco-allemandes contemporaines : la coopération dans la recherche et l’enseignement de l’histoire », Historiens & Géographes n°280, Octobre 1980, pages 107 à 113.

[9] Corinne Defrance, Ulrich Pfeil, Le manuel franco-allemand d’histoire : l’aboutissement d’un long travail de coopération entre historiens français et allemands, Paris, Comité d’Etude des Relations Franco-Allemandes (CERFA), Visions franco-allemandes n°11, Décembre 2006, 13 pages.

[10] Frédéric Delouche, Histoire de l’Europe, Paris, Hachette, 1992.

[11] Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Colin, 2007, 128 pages.

[12] Quatrième rencontre franco-allemande entre les recteurs d’Académie et les ministres de l’Education des Länder, Communication du ministère de l’Education nationale du 29.10.09, publiée le 11.11.09.

[13] Une fine analyse prosopographique des acteurs impliqués dans la réalisation du manuel franco-allemand pourrait permettre de montrer les liens parfois extrêmement étroits entre membres du comité scientifique et auteurs, ou entre décideurs politiques et responsables du manuel. Pour des questions de délais notamment, ce travail s’est avéré trop délicat. Le tableau trop rapidement brossé ci-après a donc pour seule ambition de présenter rapidement les acteurs et les liens immédiats entre eux, et plus précisément pour le premier tome du manuel, destiné aux classes de Terminale. Ces éléments montreront la dynamique mise en place, sans données exhaustives.

[14] Cahier des charges, Manuel d’histoire franco-allemand, Classes de Seconde, Première, Terminale, Deutsch-Französisches Geschichtsbuch, für die Klassenstufen 10/11, 11/12 und 12/13, Minstère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Auswärtiges Amt, Kultusministerkonferenz.

[15] Cahier des charges, Manuel d’histoire franco-allemand, Classes de Seconde, Première, Terminale, Deutsch-Französisches Geschichtsbuch, für die Klassenstufen 10/11, 11/12 und 12/13, Minstère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Auswärtiges Amt, Kultusministerkonferenz.

[16] Geiss Peter, Le Quintrec Guillaume (dir.), Histoire/Geschichte : l’Europe et le monde depuis 1945, manuel d’histoire franco-allemand, Terminales L/ES/S, Paris, Nathan, 2006 (avec un cd-rom comportant un chapitre supplémentaire pour les Terminales S : « La colonisation européenne et le système colonial » et trente-huit sujets de préparation au baccalauréat), 335 pages.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Non classé

Un commentaire pour “ Le manuel franco-allemand d’histoire – Histoire/Geschichte. Expérience de l’histoire au-delà du national. ”

  1. DL le 10 février 2012 à 19:49

    Sur le même sujet, Google a indexé notamment :

    - Emmanuel Droit , « Entre histoire croisée et histoire dénationalisée. Le manuel franco-allemand d’histoire », Histoire de l’éducation, 114 | 2007
    http://histoire-education.revues.org/index1251.html
    Geschichte über Kreuz und ohne nationale Bindung. Das deutsch-französische Geschichtsbuch
    Betwixt Hybrid and Non-National History. The Franco-German History Textbook
    Entre historia cruzada e historia desnacionalizada. El manual franco-alemán de historia

    - Andreas Körber Hamburg : Le manuel d’histoire franco-allemand dans une perspective didactique - 2009
    Daniela Kneissl : L'iconographie historique dans le manuel d'histoire franco-allemand
    Corine Defrance : Le manuel franco allemand d'histoire : le tome 2 et les leçons d'une experience
    http://www.edumeres.net/fr/publikationen/details/d/europa-und-die-welt/p/le-manuel-dhistoire-franco-allemand-dans-une-perspective-didactique.html
    http://www.edumeres.net/fr/publikationen/dossiers.html

    - Le manuel franco-allemand : une écriture commune de l'histoire
    Guillaume Le Quintrec - sept-oct 2007
    http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=02&rub=autres-articles&item=17

    - Étienne François « Le manuel franco-allemand d'histoire », Vingtième Siècle. Revue d'histoire 2/2007 (no 94), p. 73-86.
    http:// http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2007-2-page-73.htm

Laisser un commentaire

Présentation

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dans l'optique d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d'enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degré d'enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s'agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d'épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L'un des objectif principaux est de redonner la parole aux acteurs du terrain afin de constituer un lieu d'interpellation