Des héros et des cannibales/ suite du débat

Dezembro 15, 2011
By

rédacteurs/rices : Suzanne Citron, Eric Fournier, Charles Heimberg, Catherine Coquery-Vidrovitch, Philippe Olivera.

Nous publions ici une petite compilation des réactions au premier texte d'Eric Fournier sur les usages politiques de l'oeuvre d'Alain Corbin.  "Historien du sensible" comme le qualifie le livre d'entretien qui lui est consacré, Alain Corbin est aussi l'un des pionniers d'une histoire des représentations qui a constitué une étape importante de l'historiographie. Pourtant, deux de ces derniers livres semblent cautionner, ou du moins nourrir, une conception très réactionnaire de l'enseignement de l'histoire en validant une chronologie traditionnelle et une lecture héroïsante du récit national. C'est de cette contradiction apparente qu'est né le débat autour de son oeuvre sur le site Aggiornamento.

Un entretien avec Alain Corbin est actuellement en cours de transcription (par Eric Fournier et Laurence De Cock)

 Suzanne Citron :

 En réponse à ce qu’il considère comme une instrumentalisation du livre de son ancien professeur, Les Héros de l’histoire de France expliqués à mon fils, Éric Fournier nous propose le décryptage d’une historiographie des dominés et des marginaux irriguant l’œuvre d’Alain Corbin. Il récuse, par ailleurs, tout classement politique de la personne et de l’œuvre de l’historien.

J’apporterai quelques bémols à l’argumentaire. Tout d’abord, ce plaidoyer laisse de côté le contenu même du livre incriminé, écarté d’emblée comme une gageure après une brève présentation. « Pari difficile, sinon impossible : une collection pour enfant ne se prête guère à une déconstruction de l’objet étudié. » Mais la question  n’est pas posée : alors pourquoi l’avoir écrit ?

Le texte n’est visiblement pas rédigé pour un « enfant » et ce « fils » d’Alain Corbin apparaît comme une fiction. Opération de pur marketing de la part de l’éditeur ? Alors pourquoi s’y prêter au risque imparable, avec ce titre, d’être récupéré par les Dimitri Casali ou les Natacha Polony prêchant pour la clientèle du Figaro magazine  [1] ?

Une remarque à propos de Natacha Polony qu’Eric Fournier désigne comme une éditocrate en herbe. On constate une discordance entre le contenu et le titre de son article – « Ces pédagogues qui ont eu raison du roman national ». Les dits « pédagogues » n’y sont pas présents, et la seule allusion à des « pratiques pédagogiques » concerne non la pédagogie mais l’opinion si on lit la suite du texte. Bref l’article est une dissertation indigeste et confuse sur les contenus et les programmes depuis trente ans. Le parachutage d’un titre accrocheur qui ne rend pas compte d’un contenu est l’exemple flagrant de méthodes journalistiques sans rigueur mais qui finissent par donner corps à des réalités qu’elles inventent.

N’ayant pas une connaissance de l’œuvre d’Alain Corbin qui m’autoriserait à juger de ses usages politiques, je me contente de souligner que le débat autour de l’histoire scolaire ne saurait être simplifié en termes de gauche et de droite. En ce qui concerne « les héros » ici discutés, je réitère mon interrogation sur la pertinence d’un ouvrage qui ne peut convenir à de supposés lecteurs « enfants », mais dont l’écriture rapide de chapitres dispersés n’invite guère à une réflexion adulte approfondie. Le commentateur de l’article d’Éric Fournier qui signe JK (lire à la suite du texte déjà mentionné dont il est ici question : http://aggiornamento.hypotheses.org/631) défend pour sa part l’intérêt de s’interroger sur les processus d’héroïsation. Ce faisant il poursuit : « Pourquoi avons-nous besoin de mettre en récit notre propre histoire ? » Ainsi formulée la question me semble implicitement cautionner le maintien du récit traditionnel dont les figures mythiques seraient déconstruites. Est-ce aussi le point de vue d’Alain Corbin ? Nous n’en savons rien puisque le chercheur ne s’est jamais, jusqu’ici, vraiment investi dans les débats de terrain sur l’histoire à l’école.

Or ce débat me paraît d’une actualité renouvelée. L’interrogation, de mon point de vue, est à plusieurs tiroirs : l’école française doit-elle ou non transmettre un récit du passé ; si oui, s’agit-il ou non d’un récit unique ; quelles seraient les problématiques, les visées idéologiques et didactiques, l’architecture… ?

Une réflexion ministérielle serait en cours sur l’histoire à l’école élémentaire [2]. Aggiornamento ne peut, me semble-t-il, rester silencieux, ne serait-ce qu’en parlant à plusieurs voix.

 Philippe Olivera :

 Concernant le point que souligne Suzanne, je suis assez d’accord : toute la richesse d’une œuvre dont Éric Fournier nous rappelle la variété et l’inventivité permanente n’empêchera pas de se poser la question du pourquoi ce livre-là et de l’anticipation minimale de ses usages possibles. On a le droit de penser qu’il y a des candeurs (à condition qu’il s’agisse bien de cela) qui posent quand même un peu problème.

Un autre point pour ma part : si je suis assez convaincu par l’argumentation d’Éric Fournier lorsqu’il pointe les raccourcis rapides qui conduisent à opposer dos à dos les tenants de la « vraie » histoire sociale et la figure d’Alain Corbin, en revanche je me demande si, emporté par son plaidoyer, il n’a pas tendance à alimenter à son tour l’opposition... Les gens qui font le « Maîtron » (voir : http://biosoc.univ-paris1.fr/)  sont loin de ne pratiquer qu’une histoire des porte-paroles, sauf à considérer que faire un dictionnaire des demi-anonymes c’est encore renforcer l’oubli des « vrais » anonymes, ce que je trouve un peu rapide (entre autres parce que les travaux qui alimentent le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français ne se résument pas toujours, loin de là, à des prosopographies de militants).

Mais surtout, il me semble que la question centrale est de laisser de côté les anciennes querelles d’amphithéâtres (bien réelles mais guère passionnantes pour autant) pour se poser la question de l’enrichissement mutuel des approches à propos de l’objet « social » par ailleurs singulièrement malmené dans les programmes scolaires. Pour le dire vite, qu’est-ce qu’une « histoire par en bas » telle que la pratique Corbin peut-elle apporter aux enseignement d’une histoire sérielle et vice-versa, à quelqu’un qu’intéresse la compréhension du fonctionnement des sociétés et de l’ordre social ? Or, en la matière, j’ai quand même le sentiment qu’Alain Corbin n’est pas totalement exempt (même s’il est loin d’en être le seul) de responsabilités et qu’il parait plus attaché à faire une « autre histoire » qu’à penser la manière de l’articuler avec les autres manières de faire l’histoire des objets proches.

On pourra répondre qu’à chacun son boulot et que lui aura fait œuvre de défricheur. Certes. Mais c’est donc à d’autres de faire le travail aujourd’hui et j’ai le sentiment qu’il est déjà bien commencé du côté des tenants de l’histoire sociale plus « classique » du monde contemporain (je me contenterai de citer par exemple celui de Jean-Louis Robert sur les ouvriers parisiens de l’époque de la Grande Guerre [3], qui prend largement appui sur les apports de l’histoire sociale du culturel).

Et d’une manière plus générale, j’ai le sentiment qu’une bonne partie de ces querelles et de ces incompréhensions viennent d’une certaine tendance dommageable du milieu des historiens (et là je parle aussi bien des universitaires que des enseignants) à cultiver leur pré carré au lieu d’accepter de communier avec les autres sciences sociales. C’est dans la lecture et le partage avec les sociologues et autres politistes que ces questions (les groupes sociaux et les individus, les visibles et les invisibles, les trajectoires singulières et les séries) prennent un tour beaucoup plus constructif, à mon humble avis.

 Éric Fournier :  

 A Suzanne, oui, on peut s’interroger plus que je ne l’ai fait sur les conditions de production d’un tel ouvrage, qui est un livre hybride, ni pour enfants (même si Alain Corbin a bien un jeune fils qui n’est nullement imaginaire) ni vraiment pour adultes, encore moins pour des professionnels de l’histoire et de son enseignement. C’est un livre hâtif, qui, s’il était sorti dans un autre contexte, aurait sans doute été vite oublié. Or, ici, il fait irruption dans un débat majeur sur l’enseignement de l’histoire, sans en en avoir pris préalablement la mesure. Corbin, il est vrai, ne s’est jamais intéressé aux « débats sur l’école », sauf à l’occasion de 1515 et les grandes dates de l’histoire de France. Ce qui est peut-être dommage car les propositions chronologiques qu’il formule dans l’interview de Télérama citée dans mon papier me semblent une piste prometteuse.

La principale zone d’ombre relève en effet de la politique éditoriale, « pur marketing », précise Suzanne. Cette collection du Seuil ne se distingue pas a priori par une ligne politique claire : Jean Ziegler expliquant « la faim dans le monde » y côtoie Max Gallo expliquant « l’amour de la France » à son fils. Ce qui est certain, c’est que le discours de déploration sur la fin de l’enseignement du roman national est aujourd’hui très vendeur et qu’Alain Corbin fait vendre. C’est en ce sens qu’on peut s’interroger sur les limites de la candeur – soulignée aussi par Philippe – de ce livre. En faisant un livre pour enfants, un genre particulier étranger à ses pratiques d’historien, Corbin ne pouvait offrir une réflexion approfondie répondant à son objectif initial (démonter l’historicité des ressorts de l’admiration) et le titre – imposé – laisse penser qu’il plaide pour un retour aux figures héroïques dans l’enseignement. La réception sociale de ce livre est sans appel : il est, par exemple, associé au livre de Dimitri Casali sur les rayonnages de la FNAC ou sur le site Amazon. Un tel constat justifie plus encore à mon sens d’avoir rédigé « Des héros et des cannibales ». Ainsi, le vrai problème n’est pas l’objectif du livre – étudier les ressorts de l’admiration –, encore moins l’opinion de Corbin sur ce sujet – il est contre l’enseignement des modèles en histoire – mais de l’avoir fait sous la forme d’un ouvrage de vulgarisation l’empêchant de déployer sa réflexion, alors même que les débats sur l’enseignement de l’histoire sont vifs à ce sujet. On peut lui reprocher en effet de ne s’être pas interrogé sur les réceptions probables de son livre.

À Philippe, ma remarque sur le Maîtron portait sur le point suivant : ceux qui sont dans le Maîtron se sont investi dans l’espace public, laissant ainsi une trace aussi ténue soit-elle ; ils ont fait une irruption, parfois évanescente, dans l’espace public. Ils sont aussi – pour autant que je sache – essentiellement urbains. Ce sont pour la plupart des « demi-anonymes » comme il le rappelle. L’objectif du Pinagot était de tenter une histoire d’un anonyme rural total, ce qui ne disqualifie nullement à mes yeux l’intérêt du monumental Maîtron.

Il est vrai que les deux approches peuvent et doivent se combiner. Il est vrai également que Corbin a surtout essayé de faire une « autre histoire » sociale sans se soucier outre mesure de l’articuler avec une histoire sociale plus sérielle. Cela correspond à son positionnement initialement excentrique dans le monde universitaire et à un effet générationnel. Aujourd’hui un consensus se dégage autour de « la galaxie centrale de l’histoire socioculturelle » (in Les Courants historiques en France) mais c’est surtout l’œuvre de la génération suivante. On pourrait ainsi citer, outre Jean-Louis Robert, le Biribi de Dominique Kalifa, modèle à mon sens d’articulation entre histoire sociale « classique », histoire des représentations et des sensibilités, tout en traitant d’un sujet politiquement signifiant (l’armée, la colonisation, la justice).

 Catherine Coquery-Vidrovitch :

 Je suis vraiment d’accord avec ce qu’écrit Eric Fournier. Ce qui me gêne dans les derniers écrits de Corbin, c’est qu’il fait partie de ces historiens de bon aloi et de qualité (indiscutable) qui se croient indépendants du politique. Il a effectivement « inventé » quelque chose, l’histoire culturelle pure, si j’ose dire (qui, je l’avoue, n’a jamais été ma tasse de thé), qui est maintenant, et c’est normale, un peu dépassée, car les tendances, voire les « modes » historiques sont toujours datées : l’histoire est une science sociale, inscrite dans son temps et son espace. Donc il faut toujours réfléchir au moins un petit peu au contexte politique (au sens du politique, et non de la politique) dans lequel on écrit, surtout en histoire vulgarisatrice (sans mettre de péjoratisme dans ce mot) car celle-ci, parce que nécessairement simplificatrice, est aussi nécessairement engagée, qu’on le veuille ou non. Prétendre le contraire (comme un auteur aussi réputé que Corbin) relève ou de la naïveté (ce qui à son niveau est peu acceptable) ou d’un certain refus de prise de responsabilité. C’est à lui, en tant qu’auteur savant responsable, de s’interroger sur son acceptation ou non de la politique éditoriale sous-jacente.

 Charles Heimberg :

 J’ajouterai juste un élément.

J’apprécie énormément les travaux d’Alain Corbin, leur contribution au renouvellement de l’historiographie et leur accent sur un xixe siècle que les pratiques scolaires, en tout cas en Suisse, sont en train de marginaliser. J’ai en particulier beaucoup travaillé sur Le Village des cannibales, une monographie à partir de laquelle nous avons tenté, à Genève, de construire une séquence pédagogique avec l’idée qu’il fallait faire en sorte, quand c’était possible, de transférer dans les pratiques scolaires ce que les historiens produisaient de plus intéressant.

C’est donc avec consternation que j’avais lu en son temps la première postface d’Alain Corbin à son livre de 2005, 1515 et les grandes dates de l’Histoire de France (livre dont la démarche d’analyse a posteriori des dates organisatrices d’un manuel des années trente était par ailleurs intéressante). Fallait-il donc que les meilleurs des historiens (pas tous, heureusement), dès lors qu’ils se mettent à parler de l’histoire scolaire, se transforment en colporteurs de clichés sur le niveau qui baisse et de sens commun sur l’histoire à transmettre aux nouvelles générations ? Fallait-il donc qu’une césure soit ainsi si sciemment entretenue entre le monde des chercheurs et une histoire scolaire qui constitue le plus diffusé et le plus significatif des usages publics de l’histoire ? Fallait-il donc que de grands historiens participent de cette doxa tyrannique qui voudrait réduire l’histoire scolaire à du lisse, du surplombant et du réifié, laissant aux seuls chercheurs le goût de la complexité et de la quête de l’intelligibilité du passé ? La construction du temps et de la chronologie par les élèves du secondaire est bien sûr un objectif d’apprentissage central, mais il ne peut pas être atteint par des mémorisations abstraites. C’est l’entrée des élèves dans les modes de pensée et de questionnement de l’histoire qui, en lui donnant du sens, la rend possible.

Avec Les Héros de l’histoire de France expliqués à mon fils, je n’ai pas forcément ressenti la même consternation. Sauf que le contexte est différent, qu’il est encore plus marqué par de périlleux replis identitaires, et que le choix de la publication d’un livre sur ce thème, certes nuancé et bien écrit, ne saurait relever de la moindre neutralité.


[1]. Cet article clôture le dossier du FigMag du 27 août 2011 : « C’est l’histoire de France qu’on assassine » évoqué précédemment.

[2]. Des nouveaux documents d’accompagnement pour les programmes 2008 sont prévus pour la rentrée 2012 ; l’aggiornamento prépare un texte à paraître sur cette question.

[3]. Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la patrie et la révolution, Besançon, 1995.


Print This Post Print This Post

Tags: , , ,

Posted in: Opinion, prise de position

Leave a Reply

Présentation

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dans l'optique d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d'enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degré d'enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s'agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d'épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L'un des objectif principaux est de redonner la parole aux acteurs du terrain afin de constituer un lieu d'interpellation