Pas d’aggiornamento sans les TICE

rédacteur : Laurent Gayme

Ce billet se veut une introduction rapide et certainement partielle à ce qui est en train de changer dans l’enseignement avec l’utilisation des TICE, d’où l’abondance de liens. Il appelle bien sûr d’autres billets et n’exprime que le point de vue de son auteur.

 Situation 1… 23h : vous êtes tranquillement installée[1] dans votre canapé, devant un programme TV peu passionnant. Vous venez de terminer la correction des compositions d’Histoire de votre classe de Terminale littéraire sur votre tablette numérique et de rentrer les notes sur l’ENT, accessible en ligne, de votre établissement. Vous n’avez plus qu’à leur envoyer la correction que vous avez déjà tapée, ou plutôt à poster un court message sur la liste de diffusion de la classe, pour leur indiquer que cette correction est disponible sur le cloud.

Sur la TL (timeline) de votre classe de 1e DNL allemand, vous décidez maintenant de retweeter un lien et des photos qu’un collègue du lycée français de Berlin, dont vous suivez le compte, a tweetés à propos de la commémoration de la construction du mur. Il vous reste encore à signaler sur la page Facebook de votre Seconde des extraits vidéo qu’ils pourront  éventuellement utiliser pour le travail que vous leur avez donné : concevoir et réaliser collectivement un blog sur l’urbanisation dans le monde, à partir des conseils donnés dans le manuel numérique de la classe. D’ailleurs un rapide passage sur GoogleDocs vous a  permis de constater le bon état d’avancement du projet, écrit par une partie des élèves, certains sont d’ailleurs en train de compléter simultanément en ligne le document-projet.

 Situation 2… Aujourd’hui c’est classe nomade : après avoir réparti les tablettes numériques entre chaque élève, la séance sur la mégalopole japonaise commence. Mais cette fois-ci pas d’utilisation du manuel « numérique », en fait une adaptation un peu interactive du manuel papier dont les données et les documents ne sont plus à jour. On commence par un examen d’ensemble au TNI sur GoogleEarth, puis par l’analyse collective, à l’aide d’une fiche de critères élaborée depuis le début de l’année, des sites web que les élèves, répartis en 6 groupes, avaient à chercher et proposer pour cette étude (et qu’ils vous ont envoyés par mail une semaine avant). L’idée générale est, tout au long de cette étude où vous intervenez parfois de façon plus magistrale, d’élaborer une mise au point finale à partir d’une prise de notes collective, en ligne et en direct. Tout en gardant un temps pour une visioconférence avec un géographe universitaire qui fait partie de vos contacts Google+…

 Science-fiction ? Non… Anticipation alors ? Pas plus… Tout cela est actuellement possible, si l’on dispose de la motivation et de la volonté nécessaires, de l’équipement adéquat et d’un minimum de pratique… Ce qui est décrit ci-dessus est déjà le présent. On peut déjà corriger des copies en ligne[2] ou envoyées par mail[3]. La tablette numérique est une technologie en plein essor, qui entre massivement dans l’éducation par exemple aux États-Unis[4], en Corée du Sud[5] ou dans l’académie de Bordeaux[6]. L’écriture collaborative en direct et en ligne peut déjà se pratiquer quotidiennement en classe, tout comme la communication par les réseaux sociaux comme Twitter[7] ou Facebook[8], entre autres, sans parler de la multiplication des blogs d’enseignants. Les manuels numériques se développent rapidement[9], et le web peut être utilisé comme une gigantesque base de données. Les TNI ou TBI se généralisent dans les établissements scolaires, où se mettent en place les ENT[10]. Organiser une vidéoconférence est de plus en plus simple, il existe de nombreux logiciels en ligne gratuits qui le permettent. Même chose pour la prise de notes ou le traitement de texte et de donnés, pour lesquels des solutions libres ont été développées. Les solutions techniques du web 2.0 arrive rapidement dans l’éducation[11].  La réflexion sur l’utilisation des jeux sérieux en classe[12]  et sur les mondes virtuels[13] progresse aussi.

 Pour le dire autrement, un aggiornamento de l’enseignement de l’Histoire et de la Géographie, quel que soit le niveau d’enseignement, ne peut pas, aujourd’hui, faire l’économie des TICE.

 Bien sûr on peut appeler à la prudence et à l’observation des premières experiences, pour en dégager les bienfaits et les limites, par exemple sur les tablettes numériques[14], et l’apport de la recherche est indispensable. Les changements se feront lentement[15].

Au-delà des injonctions politiques (rapport Fourgous[16]) et ministérielles[17], don’t les modalités doivent être interrogées[18], surtout quand se profilent derrière elles d’autres calculs[19], dans un contexte de suppression massive de postes et de restrictions budgétaires[20] qui contredit les ambitions affichées.

 On peut relever quelques uns de ces obstacles et évoquer ce qui vient immédiatement à l’esprit : des obstacles techniques. Se pose par exemple la question de la disparité du niveau d’équipement des établissement, qui supposerait un effort coordonné qui ne repose pas seulement sur les collectivités locales et la creation de postes de personnes resources à demeure dans chaque établissement, au lieu de compter sur le dévouement souvent bénévole de certains collègues. Autre disparité, celle des niveaux de maîtrise des TICE par les enseignants, ce qui supposerait un effort de formation  à l’encontre duquel vont les politiques actuelles de formation de ces derniers. Évoquons encore la volonté de contrôler ou restreindre l’accès au/l’utilisation du web dans les établissements scolaires[21], qui découle d’un discours assez général de méfiance vis-à-vis du web, considéré comme l’espace de tous les piratages (cf. HADOPI) et de tous les dangers. De ce point de vue, la généralisation des Espaces Numériques de Travail (ENT) peut dériver vers une solution de pseudo-ouverture et de vraie fermeture des établissements sur eux-mêmes[22]. En matière de réseaux sociaux, la sanctuarisation des établissements est à mon sens une erreur et un combat du passé, techniquement perdu d’avance : mieux vaut les investir plutôt que les rejeter. Il faut, sans peur, ouvrir les établissements scolaires sur le monde[23]. Les mondialiser en quelque sorte, dans un contexte de mondialisation des savoirs.

 En réalité l’approche par les obstacles techniques n’est qu’une approche partielle, qui masque les implications pédagogiques des TICE. Il faut aussi réfléchir pédagogiquement aux choix techniques faits, par exemple la généralisation actuelle des tableaux numériques ou blancs interactifs (TNI ou TBI) qui peuvent en fait s’avérer de merveilleux outils de cours magistral et être interactifs surtout techniquement[24], mais moins chers à financer que des classes informatiques ou des classes nomades, et moins révolutionnaires qu’on pourrait le penser en termess de pratiques pédagogiques. Les TICE sont des outils qui induisent, selon leur nature, des pratiques pédagogiques différentes, comme le montre très bien D. Regnard[25] à travers son experience quotidienne. Un aggiornamento avec les TICE sera aussi un aggiornamento des pratiques pédagogiques, vers des pratiques plus collaboratives et une remise en question de la place de l’enseignant par rapport aux élèves[26]. Là est sans doute l’obstacle le plus fort. Cela suppose expérimentation des outils TICE, tatonnements, réflexion sur les pratiques  conduits, bilan des resultants obtenus et des limites rencontrées. Tout cela bien sûr sans devenir un intégriste des TICE, qui voudrait à tout prix les imposer à celles et ceux qui hésitent[27] ou ne sont pas convaincus.

 Les TICE soulèvent d’autres questions. Par exemple celle du devenir des manuels scolaires, alors que des contenus extrêmement riches sont  accessibles en ligne : a-t-on encore besoin par exemple de manuels de Géographie, quand le web offre des informations et des cartes souvent plus récentes (cf. la situation 2 au début de ce billet) ? On opposera le problème de la fiabilité des contenus sur le web. Les TICE posent ce défi: chercher, recenser, indexer des contenus fiables, les traduire souvent, les créer même, ce que font de nombreuses associations, de nombreux blogs d’enseignants ou de chercheurs, ce que proposent de nombreux sites[28]. IL y a là un grand chantier, accéder gratuitement, dans un esprit de mutualisation, à des contenus solidement établis. Cette question me semble essentielle, car les TICE, en tant qu’outils qui permettent d’accéder au savoir, de le créér, de le diffuser, de l’échanger, de se l’approprier, doivent toujours être liés, à mon sens à des contenus, des objectifs et des projets cognitifs.

Mais les TICE remettent aussi en question le métier d’enseignant; comme j’ai voulu le montrer dans la première situation proposée, celle d’une enseignante qui travaille presque sans arrêt, au risqué de devenir une télétravailleuse[29]. Les TICE posent en fait la question de l’organisation même du temps et de l’espace scolaires, et meme de la structuration en disciplines, à laquelle je reste cependant fortement attaché. Doit-on garder la structure en cours d’une durée définie[30], doit-on garder des établissements scolairement et architecturalement organisés en classes[31] ?

 Autant d’exemples de questions complexes, déjà largement abordées sur le web où les réflexions fourmillent de tous les côtés (moins du côté des politiques, semble-t-il) et dans de nombreux pays. Les TICE sont de fomidables outils pour ouvrir encore plus l’enseignement, ses contenus et ses pratiques, au monde en réseaux d’aujourd’hui, tel qu’il change en permanence. Il faut rapidement s’en saisir.

 Laurent Gayme

Lycée St Exupéry, Mantes la Jolie


[1]            Pour rompre avec le sexisme de la dernière campagne de recrutement de l’Éducation Nationale http://www.reforme.net/une/societe/recrutement-profs-stereotypes-sexistes

 

[2]            Par exemple la correction dématérialisée du baccalauréat http://www.aefe.fr/examens/dematerialisation-des-corrections-des-epreuves-ecrites-du-baccalaureat-un-projet-d-envergure

 

[3]            Les tutorials abondent sur le web, par exemple http://profgeek.fr/corriger-des-copies-numeriques-de-trois-facons/

 

[7]            Cf. la longue expérience de Laurence Juin http://maonziemeannee.wordpress.com/ et d’autres pratiques de Twitter en classe http://www.cndp.fr/ecolenumerique/toutes-les-actualites/actualite/article/une-semaine-avec-les-twittclasses.html

 

[8]            Quelques pistes pour l’utilisation de Facebook en classe http://www.vousnousils.fr/2011/05/04/comment-utiliser-facebook-en-classe-505395

 

[9]            chez les grands éditeurs ou avec des solutions nouvelles comme par exemple LeLivreScolaire.fr http://www.netpublic.fr/2011/02/lelivrescolaire-fr-manuels-scolaires-gratuits-collaboratifs-en-creative-commons/

 

[10]            L’exemple de la région Aquitaine http://www.educavox.fr/L-ENT-un-outil-supplementaire-pour

 

[11]            Pour une première approche des solutions web 2.0 https://www.scribd.com/doc/58594601/Web-2-0-Tools-in-Education-A-Quick-Guide-by-Mohamed-Amin-Embi

 

[12]            Michèle Dreschler, “Les jeux video, des objets d’apprentissage dans les bases de connaissance de l’école”, 16/11/2009, http://www.ludovia.com/recherche_labos/2009/402/les-jeux-video-des-objets-d-apprentissage-dans-les-bases-de-connaissan.html

 

[13]            Claude Tran, “Pourquoi enseigner dans les mondes virtuels ?” 4/07/2011, http://www.educavox.fr/Pourquoi-enseigner-dans-les-mondes

 

[15]            SUr LE Café pédagogique, entretiens avec Michel Hagnerelle (IG, comité de pilotage de l’expérimentation sur les manuels numériques), 30/06/2011 http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/06/30_MHagnerelle.aspx et avec François Villemonteix, 15/08/2011 http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/08/150811-atice.aspx

 

[16]            http://www.educnet.education.fr/actualites/archives/mars-2010/remise-du-rapport-fourgous J._M. Fourgous vient de se voir confier une mission sur l’évolution de la pédagogie par le numérique http://ow.ly/6ioe9

 

[18]            Michel Duvauchelle, “Peut-on être technophile et pédagogue ?”, Le Café pédagogique, 07/07/2011 http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/07/0707Devauchelle.aspx

 

[19]            Cf. certaines solutions testées (d’abord ?) dans l’enseignement privé : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/08/26/01016-20110826ARTFIG00537-quand-les-ordinateurs-remplacent-les-profs.php

 

[20]            Cf. le sort du plan écoles numériques rurales… http://www.numerama.com/magazine/19562-il-n-y-aura-pas-de-nouveau-plan-ecoles-numeriques-rurales.html

 

[21]            On ne vise pas ici l’apprentissage nécessaire d’un internet responsable : http://www.esen.education.fr/fr/ressources-par-type/outils-pour-agir/l-internet-responsable/

On pense par exemple à l’interdiction des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook dans les établissements scolaires ou à ce type de tentation, qui en dit long sur l’esprit du temps : http://www.numerama.com/magazine/19512-un-prof-dedie-aux-dangers-d-internet-au-college.html

 

[22] Cf. les débats sur ce sujet à Ludovia 2011 https://fromplane.wordpress.com/2011/09/01/56/

 

[23]            Nicholas Bramble (Yale), “Éducation : Facebook doit rentrer à l’école”, Slate.fr, 03/01/2010 http://www.slate.fr/story/15159/facebook-ecole-education-outil-pedagogique-enseignement-reseaux-sociaux

 

[24]            “Non ! Un TBI n’est pas interactif”, 31/07/2011, blog de ACIDE FLE http://acidefle.over-blog.com/article-non-un-tbi-n-est-pas-interactif-80573771.html

 

[25]            Delphine Regnard, “Théorie des écrans”, 21 juillet 2011, http://enseignant.hypotheses.org/65

 

[26]            Ellie Allouche (directeur du Cddp92, CRDP Versailles), “Le numérique bouleverse en profondeur l’accès aux savoirs”, EducaVox, 09/08/2011  http://www.educavox.fr/Le-numerique-bouleverse-en

 

[27]            Un des arguments souvent avancés est la supposée maîtrise qu’auraient les élèves “digital natives” des TIC. Ils en maîtrisent certains aspects, mais souvent pas ceux qui pourraient être mobilisés dans l’enseignement, par exemple la capacité à mener des recherches croisées. Sur la question des supposes “digital natives”, cf. http://www.agent4change.net/resources/research/1088

 

[28]            par exemple l’association des Clionautes : http://www.clionautes.org/ ou le travail collectif fait sur la musique et l’Histoire-Géographie sur le blog l’histgeobox http://lhistgeobox.blogspot.com/ ou les carnets hypotheses.org http://hypotheses.org/ ou encore le catalogue Cliotexte de textes pour l’enseignement de l’Histoire http://icp.ge.ch/po/cliotexte

 

[29]            Bruno Duvauchelle, “Les enseignants, des télétravailleurs ?”, 6 juin 2010, http://www.brunodevauchelle.com/blog/archives/670

 

[30]            Entrevue filmée de Jean-François Cerisier (Université de Poitiers), “École : bouleverser les employs du temps pour y introduire la culture numérique, enfin”, Thot Cursus, 22/06/2011 http://cursus.edu/dossiers-articles/dossiers/26/une-question-rythme/articles/5580/ecole-bouleverser-les-emplois-temps-pour/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *