Auschwitz

images

Rédacteur : Samuel Kuhn

A propos de Tal Bruttmann, Auschwitz, Paris, La Découverte, Repères, 2015, 128 p., 10€.

 « Moi, je n’ai jamais vu Auschwitz (…).

Mon père était à Auschwitz et moi, je suis à Birkenau.

Mais je ne comprendrai la structure de ce lieu qu’en 1991,

quand j’y suis retourné pour la première fois ».

Marceline Loridan-Ivens, rescapée,

La Grande Librairie, France 5, 5 février 2015

 Avril 2014. Les élèves de Pondichéry planchent sur l’épreuve d’histoire-géographie du Brevet. Le sujet a ensuite rapidement circulé. On a alors découvert, non sans étonnement voire consternation, le document proposé dans la partie histoire[1]. Il s’agissait d’un plan, daté de 1990, d’Auschwitz-Birkenau. Incomplet, mais surtout obsolète. Les questions étaient à l’avenant de la légende où les confusions le disputaient aux amalgames[2].

Au-delà d’une méconnaissance des avancées historiographiques dans les domaines de l’histoire du nazisme et de la Shoah, ce sujet de Brevet semble surtout illustrer à quel point la compréhension historique d’Auschwitz, contrairement à ce que l’on pourrait penser, est en fait brouillée et altérée. Pourtant… « Auschwitz »… Tout le monde, à plus forte raison les enseignants d’histoire, en connaît le nom et pense en maîtriser les tenants et aboutissants. Certains se demanderont d’ailleurs, à tort, ce que l’ouvrage de Tal Bruttmann peut bien apporter de « neuf » sur le sujet ; ils ne verront peut-être aussi, dans ce format de poche, celui de la collection « Repères » des éditions La Découverte, qu’un manuel, une synthèse de plus.

Alors disons-le d’emblée. Ce petit livre est un grand ouvrage. Rarement essai aura à ce point comblé un manque et contribué à renouveler nos connaissances. Le propos est fluide et méthodique, aussi dense qu’accessible. Le texte, serré, est accompagné de 4 tableaux, 5 cartes et 22 encadrés. La cartographie est, à elle seule, une histoire d’Auschwitz qui permet de saisir aussi bien l’évolution des espaces des multiples camps qui composent l’ensemble, que de mesurer la complexité des politiques qui y furent à l’œuvre. Les tableaux donnent à voir en un coup d’œil les bilans chiffrés issus de décennies de travail par les historiens. Les encadrés, enfin, sont à la fois constitués d’extraits de témoignages et de développements qui permettent d’éclairer le contexte et les multiples dimensions du système concentrationnaire et génocidaire. La bibliographie, riche, actualisée et polyglotte (avec des titres en français, anglais, allemand, hébreu) laisse entrevoir l’importance du travail réalisé par Tal Bruttmann pour nourrir ce livre[3]. Parmi les 121 titres qui composent ces « repères bibliographiques », l’auteur a sélectionné une trentaine de témoignages et les ouvrages les plus directement en prise avec le sujet. Deux index (noms de personnes et lieux) viennent compléter le tout.

Auschwitz, métonymie de la Shoah

Voici donc un livre qui réussit à rendre lisible un lieu devenu invisible[4]. Que l’on se souvienne, par exemple, de l’émotion internationale déclenchée par le vol de l’inscription Arbeit macht frei en 2009 à l’entrée du camp principal d’Auschwitz. Et la presse de parler alors du « symbole du siècle passé » et de « destruction de l’histoire »[5]. Si l’émotion est on ne peut plus compréhensible, et réitérée récemment avec le même type de vol perpétré à Dachau, il faut toutefois préciser que cette devise se rattache à la politique concentrationnaire et qu’elle n’est pas un symbole de la Shoah : l’immense majorité des Juifs déportés à Auschwitz, assassinés à leur arrivée, n’a jamais franchi cette grille et n’a donc jamais vu cette inscription[6]. Cet épisode est ainsi emblématique des idées reçues et erronées qui entourent l’histoire et la mémoire d’Auschwitz et plus largement de la difficulté encore à démêler ce qui relève au sein des politiques nazies des aspects concentrationnaires et de la Shoah.

Les confusions sont d’autant plus fortes qu’Auschwitz est aujourd’hui l’épicentre de la mémoire de la Shoah. « Rarement un nom a incarné l’histoire d’une manière aussi forte. La simple évocation de ce lieu renvoie immédiatement à un ensemble de représentations recouvrant à la fois l’univers concentrationnaire et la Shoah » écrit Tal Bruttmann en ouverture (p.3)[7]. Espace de la démesure par sa taille et son effroyable bilan humain, Auschwitz, incarnation de la mort à l’échelle industrielle, de la rationalisation du crime, s’est imposé comme l’emblème de la barbarie nazie ; « Auschwitz est à présent le soleil noir de notre méditation sur l’homme » écrivent Annie Epelboin et Assia Kovriguina[8]. Auschwitz est ainsi devenu, selon l’expression d’Annette Wieviorka, la métonymie de la Shoah[9].

 Les raisons de cette centralité sont nombreuses, à commencer par le bilan meurtrier : 990.000 Juifs, 75.000 polonais, 21.000 Tziganes, 14.900 prisonniers de guerre soviétiques, 15.000 autres détenus ont trouvé la mort ici. Auschwitz mêle aussi, juxtapose, deux politiques radicalement différentes : la logique concentrationnaire et la mise à mort systématique des Juifs. En cela ce lieu est exceptionnel, à commencer par la « sélection », à l’arrivée des trains de déportés juifs, qui n’a existé qu’ici. Et c’est cette exception qui explique que la mémoire du lieu ait pu se développer, se transmettre. Une centaine de milliers de personnes ont en effet survécu à l’enfer du camp, et, parmi elles, plusieurs dizaines de milliers de Juifs passés par la sélection. Par définition, le parcours de ces rescapés du génocide est exceptionnel. « De Treblinka ou Sobibor, qui engloutirent plus d’un million de vies, il n’y eut que quelques dizaines de rescapés, évadés à la suite de révoltes » (p.104). Deux personnes seulement survécurent à Chelmno, tout comme à Belzec. Comme l’a si joliment dit un élève à Henri Borlant, seul survivant des 6000 enfants juifs de France déportés à Auschwitz en 1942 : « merci d’avoir survécu »[10].

 Le paradoxe des témoignages, s’ils sont pris comme paradigme de la Shoah, est qu’ils entretiennent ces confusions. Les rescapés sont d’ailleurs les mieux placés pour le savoir, eux qui sont passés par la sélection et ont, au quotidien, échappé à la mort. Bien sûr il y a l’émotion, le vertige de ces paroles qui disent la violence et la perte, la douleur et la survie, la force de cette mémoire vivante qui surgit des profondeurs de l’histoire, ces cris jetés à la face du monde pour lutter contre l’oubli dans lequel les bourreaux nazis voulurent faire sombrer la mémoire et l’histoire juive. Mais ces récits, irremplaçables, ceux de témoins oculaires, de la vie quotidienne au camp et de son processus de déshumanisation, sont avant tout ceux de l’univers concentrationnaire. Hormis le petit nombre de récits et d’images issus des Sonderkommandos, les témoignages des survivants ne peuvent dire l’indicible, ne peuvent raconter, si ce n’est indirectement, par ce qu’ils en ont entrevu, par le fait d’y avoir échappé, le massacre des 6 millions de Juifs. Illustrer la Shoah par l’univers concentrationnaire, faire témoigner devant une classe un ancien déporté sans préciser le cadre dans lequel il fut déporté et visé par les politiques nazies, c’est prendre le risque de sombrer dans les malentendus, c’est méconnaître l’événement. Le discours du survivant juif d’Auschwitz est un discours spécifique et cette spécificité doit être mise en avant avec nos élèves. « Ils étaient condamnés à mourir et ils ont survécu »[11].

Enseigner Auschwitz : programmes et tour d’horizon bibliographique

De cette histoire du nazisme, des déportations de la Seconde Guerre mondiale, des politiques antisémites, de la Shoah, les enseignants se font les passeurs sans, toutefois, toujours échapper eux-mêmes aux écueils et incompréhensions. Les méconnaissances sont parfois flagrantes[12]. Constat d’autant plus surprenant qu’un large sentiment de connaissance, une impression de savoir sont au contraire largement partagés, sans doute en lien avec le flot de documentaires ou de fictions diffusés à la télévision sur ces thèmes.

Mais si l’histoire du nazisme et de la Shoah sont présents dans les programmes du primaire au lycée, leur place s’est considérablement réduite. Au collège, par exemple, la Seconde Guerre mondiale, abordée par l’angle réducteur d’une « guerre d’anéantissement », doit être en théorie enseignée en 4 à 5 heures ; ce qui ne laisse tout au plus qu’une heure, grand maximum deux, pour enseigner la Shoah. L’amplitude chronologique, spatiale, thématique des programmes d’histoire-géographie dans le secondaire rend par ailleurs difficile pour les enseignants de bien maîtriser les ressources scientifiques de chaque période ou domaine, de mobiliser correctement des ressources à la fois épistémologiques et didactiques. La difficulté est d’autant plus grande dans le cas de l’histoire du nazisme et de la Shoah que ces sujets ne sont quasiment pas enseignés à l’université. Autre frein, comme le dit Johann Chapoutot : le sujet « semble trop bien connu pour l’être vraiment (…) il s’est banalisé et perd parfois, chez les professeurs, l’attrait de la nouveauté »[13].

Cette fausse impression de savoir renforce deux écueils. L’enseignement de cette question est encore trop abordée sous un angle émotionnel et donc essentialisant, là où il est au contraire nécessaire de contextualiser. Et cet enseignement est aussi trop souvent en décalage par rapport à l’historiographie récente.

La bibliographie est en effet immense, inépuisable, tant la recherche en histoire du nazisme ou dans le champ des Holocaust studies est en renouvellement constant[14]. A tel point qu’il est devenu impossible, même pour les historiens spécialistes, d’en avoir une connaissance exhaustive. Barrière supplémentaire, l’essentiel de ce qui est publié se fait aujourd’hui en anglais ou allemand. Si l’on dresse un rapide panorama, très sélectif, de ce que peuvent lire et consulter les enseignants sur Auschwitz, on pourrait distinguer plusieurs cercles d’ouvrages et outils de connaissances.

Le premier cercle, serait évidemment celui de la vulgarisation. Les documentaires. Les fictions. Les revues. Les manuels du secondaire ou manuels généraux universitaires. Les ouvrages grands publics et/ou à large diffusion. Et bien entendu les récits et témoignages. La lecture, à titre d’exemples, de Samuel Adoner, Robert Antelme, Henri Borlant, Charlotte Delbo, Anne Frank, Primo Levi, Elie Wiesel, et dans une moindre mesure des anciens Sonderkommandos ou des anciens bourreaux, est sans doute l’un des premiers et plus fréquents contacts des enseignants avec le sujet. C’est souvent par l’histoire de la mémoire que semble se faire la rencontre avec Auschwitz. Parmi les documentaires, et malgré son caractère éminemment daté, révélateur des balbutiements d’une histoire qui commençait seulement à s’écrire, Nuit et brouillard d’Alain Resnais est encore fréquemment diffusé dans les salles de classe[15]. Souvent lue par les enseignants, la revue L’Histoire a consacré de nombreux dossiers au sujet. Deux numéros spécifiquement consacrés à Auschwitz, l’un en 1998, l’autre en 2005, permettent de mesurer le chemin parcouru par l’historiographie[16]. Au palmarès des historien(ne)s, Annette Wieviorka est certainement la plus fréquemment citée et son petit Auschwitz expliqué à ma fille une introduction au sujet devenu un best-seller[17].

Plusieurs outils permettent aisément de se familiariser avec les recherches les plus récentes. Côté lectures, l’incontournable numéro de la Documentation photographique, « Le nazisme une idéologie en actes », rédigé par Johann Chapoutot, est une entrée en matière de choix dans ce renouvellement de la connaissance historique[18] Bien que beaucoup plus vaste par le sujet couvert, l’ambitieuse synthèse de Timothy Snyder consacrée aux Terres de sang a bénéficié d’une large couverture médiatique et contribué à faire connaître l’historiographie actuelle[19]. Côté documentaires, la série de Blanche Finger et William Karel, « Jusqu’au dernier. La destruction des Juifs d’Europe », récemment diffusée sur France Télévision, se distingue par sa qualité et la place importante accordée aux historien(ne)s. Et parmi les documentaires consacrés spécifiquement à Auschwitz, il faut mentionner l’impressionnante trilogie d’Emil Weiss, rediffusée sur Arte[20].

Un deuxième cercle pourrait être constitué des ouvrages spécialisés sur l’histoire du système concentrationnaire et l’histoire de la Shoah en lien avec Auschwitz. Mais leurs auteurs semblent plus souvent connus que réellement lus, à commencer par le pionnier de l’histoire du génocide, Raul Hilberg[21], ou l’auteur de l’ouvrage désormais de référence, Saul Friedländer[22]. En ce qui concerne l’ingénierie du génocide et l’histoire de ses acteurs on dispose des ouvrages d’Eugen Kogon ou Jean-Claude Pressac et plus récemment ceux de Götz Aly et Suzanne Heim, Peter Longerich ou Florent Brayard[23].

Afin d’amorcer ces lectures plus spécialisées, on peut se tourner du côté des deux ouvrages publiés par Annette Wieviorka à l’occasion du 60e puis du 70e anniversaire de la « libération » d’Auschwitz[24]. A la fois carnet d’enquête et étude historique, l’ouvrage d’Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, couronné de plusieurs prix, peut également se lire comme une passionnante introduction au sujet en parallèle d’une réflexion sur l’écriture de l’histoire naviguant entre l’intime et le général, la trace et la disparition[25].

 Enfin, le dernier cercle serait celui des ouvrages spécialisés, directement consacrés à Auschwitz mais peu accessibles. D’abord l’ouvrage de référence sur Auschwitz, en cinq volumes, coordonné par les historiens polonais Waclaw Dlugoborski et Franciszek Piper : Auschwitz, 1940-1945. Il en existe une traduction française, ainsi qu’une version abrégée en un seul volume, mais qu’il est difficile de se procurer en dehors du musée d’Auschwitz[26]. Ensuite, l’une des principales études sur le sujet, celle Deborah Dwork et Robert Jan van Pelt, qui replace dans le temps long d’une histoire allemande et polonaise le développement d’Oświęcim/Auschwitz[27]. Enfin, sur la complexité d’un lieu à la fois camp de concentration, camp de travail, espace de colonisation, il existe divers travaux non traduits[28].

Le livre de Tal Bruttmann n’a, on le voit, pas d’équivalent en langue française. Son approche synthétique permet de démêler l’enchevêtrement des politiques à l’œuvre dans ce lieu multiple et d’en dégager les spécificités. Nombre d’idées reçues et d’erreurs sont ainsi battues en brèche.

Auschwitz, une « anomalie »

Les confusions sont nombreuses, tant l’histoire d’Auschwitz est en effet complexe par ses temporalités et particularités et relevait à la fois de l’histoire des camps de concentration et de la Shoah. Il est d’autant plus difficile de distinguer ici ces deux aspects, de différencier les lieux de la répression et du crime nazi. De comprendre qu’il s’agit pourtant de deux logiques différentes des politiques nazies : l’histoire de l’expérience concentrationnaire et l’histoire de la destruction des Juifs d’Europe. Comme l’écrit Timothy Snyder, « Auschwitz relève donc de deux histoires, liées mais distinctes »[29].

 Tout d’abord, Auschwitz fut avant tout, et en premier lieu, un camp de concentration (KZ ou KL) et appartient donc du système concentrationnaire nazi (p.16-17). Conçu comme outil de rééducation par le travail de tous les « déviants » (en premier lieu les opposants politiques) qui mettaient en péril la Volksgemeinschaft, il ne pouvait concerner les Juifs, « racialement » exclus de la communauté allemande. Instruments de la « régénération du corps allemand » (J.Chapoutot) où la vie humaine à peu de valeur, les camps de concentration participent de la propagande nazie et font l’objet d’une publicité dans la presse[30]. Si des Juifs ont parfois intégré les KZ ce fut d’abord marginalement et épisodiquement (par exemple pendant quelques semaines après le pogrom de la nuit de Cristal ajoutant à la fonction « rééducative » des KZ une autre purement répressive) et surtout en lien avec les évacuations à partir de l’été 1944 lorsque des dizaines de milliers de détenus Juifs encore vivants se sont retrouvés disséminés dans les camps[31].

D’autre part, si Auschwitz (Birkenau) est également devenu un centre de mise à mort, c’est assez tardivement, à partir du printemps 1942 alors que la « solution finale », la décision d’assassiner systématiquement les Juifs, intervient à la fin de l’année 1941 et que les tueries sont déjà en cours à l’Est (p.42-43)[32]. Le génocide fut ainsi un phénomène européen fonctionnant selon des modalités et des rythmes différents en fonction des aires géographiques. La mondialisation du conflit et la radicalisation de la politique nazie de mise à mort des Juifs, qui inclue désormais les Juifs d’Europe de l’Ouest, accélèrent le processus. Au gré des circonstances et par effet d’opportunités, Auschwitz, qui n’était pas au départ conçu comme tel, devient ainsi en 1943 l’épicentre de la Shoah et le principal centre de mise à mort, le plus perfectionné et le dernier à fonctionner[33]. D’abord un centre à vocation régionale, puis, nouvelle particularité, un centre à dimension internationale « dédié à l’assassinat des communautés juives « périphériques » [c’est-à-dire d’Europe occidentale], numériquement moins importantes que celles du Yiddishland » (p.51-52). C’est enfin à partir du printemps 1944 avec la déportation des Juifs de Hongrie que le centre prend une « dimension industrielle totalement inédite en matière d’assassinat » (p.75) et « atteint la dimension qu’on lui connaît aujourd’hui » (p.67).

Difficile à ce propos d’employer l’expression « camp d’extermination », utilisée pour la première fois en 1945 à Nuremberg, comme on le fait souvent. Si elle permet de distinguer la politique concentrationnaire d’un côté et les lieux du génocide de l’autre, elle présente toutefois l’ambiguïté de conserver le terme de camp. Or, Chelmno, Belzec, Treblinka, Sobibor, Majdanek (pour partie) utilisés dans le cadre de « l’Aktion Reinhard » ne sont pas des lieux de détention et ne sont donc pas des camps car l’assassinat des victimes intervient au plus tard quelques heures après leur arrivée. Comme le dit de manière ramassée T.Snyder : « Belzec ne devait pas être un camp : on passe la nuit dans un camp. Belzec serait une usine de la mort, et les Juifs seraient tués dès leur arrivée »[34]. Ces « centres de mise à mort » (l’expression est de R.Hilberg) ou « centres d’assassinat », conçus sur le modèle de ceux utilisés dans le cadre de l’opération T4 où les victimes (« handicapés ») furent tués par gaz[35], se situent pour l’essentiel en Pologne (Gouvernement général), mais on en trouve aussi, plus frustres, sur le front de l’Est en parallèle des exactions commises par les Einsatzgruppen.

A la différence des camps, ces centres doivent rester secrets et être détruits après utilisation. Toute trace des victimes doit également disparaître. Les charniers dégorgent de cadavres ; dans le cadre de « l’Aktion 1005 » menée par Paul Blobel les fosses doivent être vidées et les corps brûlés à ciel ouvert. « Auschwitz est le premier centre d’assassinat après Kulmhof où la 1005 est initiée (…) A la fin du mois de novembre 1942, les dizaines de fosses de Birkenau ont été intégralement vidées et 107.000 corps brûlés » (p.52-53). Comme les autres centres, arasés entre fin 1942 et fin 1943, celui de Birkenau fut aussi détruit. Fin janvier 1945 les structures homicides sont dynamitées, les baraques dites « Canada » où sont entreposés les biens des déportés, incendiées (p.98).

Auschwitz est donc un lieu atypique, le seul de tous les centres de mise à mort, où fut opérée la « sélection » (p.48-49). Quand les premiers convois arrivent d’Europe de l’Ouest, en premier lieu de France (convoi du 27 mars 1942) et de Slovaquie, ils arrivent au titre de main d’œuvre en fonction d’une décision prise par Himmler[36]. Le 4 juillet 1942, un convoi qui arrive de Slovaquie subit sur la Judenrampe (voie ferrée à 500 m de Birkenau) la toute première sélection (p.44-46). A partir de l’été 1942 et les grandes rafles liées à la « solution finale », la sélection devient la norme à l’arrivée des convois et les Juifs représentent à partir de là la majorité des détenus. Si les uns sont sélectionnés et sont donc enregistrés dans le camp (ce qui représente 205.000 personnes dont 100.000 n’en sortiront pas vivantes), les autres sont immédiatement dirigés vers des espaces contigus où ils sont assassinés. Ceux-là, il est essentiel de le noter, sont la majorité. L’immense majorité. Ce sont en effet plus de 80% des déportés juifs (890.000 personnes) qui n’ont jamais franchi les portes du camp, qui n’ont été inscrits dans aucun registre et qui ont été gazés dans les heures qui ont suivi leur arrivée.

 Reste que même minoritaires, c’est à Auschwitz, soit à la descente des trains de déportation, soit dans le cadre spécifique des ZAL[37], que des Juifs entrent en contact avec le monde concentrationnaire. Cela « eu pour effet d’ancrer, a posteriori, l’idée que les KL avaient joué un rôle central dans la destruction des Juifs d’Europe. Pourtant, rapporté au nombre de victimes de la Shoah, ce sont moins de 5% de celles-ci qui ont été plongées dans l’univers concentrationnaire » (p104). Comme le dit avec force l’auteur, Auschwitz est une « anomalie », une « exception » dans la politique génocidaire menée par les nazis (p.104)[38]. Cette anomalie ne doit pas nous faire oublier ce que fut la Shoah pour la majorité des Juifs, ceux du Yiddishland : les ghettos, les camps de travaux forcés, les centres de mise à mort régionaux, les chasses à l’homme, les fusillades perpétrées par les unités d’Einsatzgruppen avec le soutien actif et logistique de la Wehrmacht ou des bataillons de police ordinaire et la complicité de populations locales accueillant les Allemands comme des libérateurs et se livrant à d’effrayants pogroms. Si près d’un million de Juifs ont trouvé la mort à Auschwitz, « le cœur du judaïsme européen a été détruit ailleurs » (p.106).

Auschwitz : multiplicité des espaces et entrecroisement des politiques nazies

Organisé en trois parties (I-Un camp de concentration en Allemagne II-Un centre de mise à mort III-Un complexe économico-industriel), le livre de Tal Bruttmann nous permet de saisir comment dans une multitude d’espaces, articulés autour de la ville d’Auschwitz, s’entrecroisent et interagissent l’ensemble des politiques nazies de répression, d’assassinat, de colonisation et de développement industriel. Des politiques diverses, parfois contradictoires et conflictuelles, tiraillées entre les administrations du RSHA d’Henrich Himmler et du WVHA d’Oswald Pohl[39].

Cette complexité n’est pas toujours perçue, battue en brèche par la force des représentations. « Les particularismes propre à ce site, à nul autre pareil, se sont imposés comme des généralités » (p.103). Et l’auteur de développer à titre d’exemple le cas des crématoires[40]. Pour beaucoup, avec leur cheminée visible, ils sont le symbole du génocide. Pourtant, seul Auschwitz (Birkenau), parmi les centres de mise à mort, en était doté. Ailleurs, à Treblinka, Belzec ou Sobibor, les corps, dans un premier temps enfouis, étaient brûlés sur des bûchers[41]. Qui plus est, les crématoires ne sont pas des « bâtiments homicides » (p.58) : ils ne servent pas à tuer, mais à brûler les cadavres. A ce titre, l’ensemble des camps de concentration en sont dotés dans les années 1930. Le KZ d’Auschwitz (le Stammlager Auschwitz-I) ne fait pas exception et un crématoire installé dans un dépôt de munition entre en fonction dès l’automne 1940 (p.19). S’il est planifié à partir de l’été 1942 la construction de nouveaux crématoires, cette fois-ci à Birkenau (Auschwitz-II), c’est d’abord en raison de la nature initiale du site, à l’intérieur de ses barbelés : celle d’un camp de concentration. Mais dès lors, le fonctionnement du centre de mise à mort intègre la crémation des corps et avec l’accélération de la « solution finale », fin 1942, le projet prend une nouvelle dimension et les quatre nouveaux crématoires créés sont couplés à des chambre à gaz intégrées dans un même bâtiment ; l’ensemble est dévolu à la politique d’assassinat des Juifs et entre en fonctionnement entre mars et juin 1943 (p.52-60) et détruit début 1945 à l’approche de l’Armée rouge[42].

 Auschwitz est donc un lieu multiple et complexe. A la fois camp de concentration et centre de mise à mort. Mais aussi un vaste complexe économico-industriel en lien avec le camp et la ville. Le seul endroit de toute l’Europe sous la botte nazie, où fut mis en œuvre simultanément une telle multitude de politiques. A l’été 1944, le camp est à son extension maximale et le sort des Juifs déportés à l’acmé du processus de rationalisation de la mise à mort (p.95 ; 103). Mais de 1940 à 1945, les temporalités furent multiples, enchevêtrées.

Le camp de concentration est créé à partir d’avril 1940 sur ordre d’Himmler et implanté dans une ancienne cité de travailleurs migrants, devenue caserne, du quartier de Zasole. Le but est de renforcer le contrôle de la SS sur le territoire et d’asservir, par la terreur, la population polonaise. Les premiers convois arrivent à partir du mois de juin. Les populations ciblées évoluent ensuite avec les politiques répressives et le contexte de guerre. D’abord des détenus allemands, puis en majorité des prisonniers polonais. Mais aussi des Tchèques. Avec l’invasion de l’URSS, des prisonniers soviétiques. Enfin les résistants de toute l’Europe. Ou encore le sort particulier réservé aux Tziganes. Avec l’élargissement de ses missions et l’évolution constante du camp, qui ne cesse de s’agrandir par la construction de nouvelles tranches de blocks et l’agrandissement d’un no man’s land qui devient la zone d’intérêts réservée aux SS, Auschwitz acquiert dès la fin 1941 plusieurs spécificités. Avec l’arrivée de convois de femmes à partir du début 1942, le camp est pour la première fois utilisé dans le cadre des politiques antijuives et devient un camp mixte avec la création du FKL, le camp des femmes (p.29)[43].

La visite d’Himmler en mars 1941 est un tournant majeur. Outre l’agrandissement du camp, il prend deux décisions qui changent la physionomie d’Auschwitz : construire un nouveau camp, un camp satellite, à Birkenau (sur le village, rasé, de Brzezinka) qui est d’abord destiné aux prisonniers soviétiques et fournir l’entreprise IG Farben en détenus (p.22). Du camp de travail, on connait surtout les témoignages, en particulier de Primo Levi qui intègre l’usine de fabrication de buna (un caoutchouc synthétique) ou de Vladek Spiegelman (le père d’Art Spiegelman) dans Maus. On mesure sans doute bien moins à quel point les programmes agricoles et industriels s’insèrent dans une vaste politique de colonisation dont la ville d’Auschwitz devait être un véritable modèle (p.78).

La mise en contexte et perspective, bien que rapide car contrainte par le format de l’ouvrage, vient éclairer cet enchevêtrement de politiques et de temporalités[44]. Ces projets de colonisation, dans le cadre du grand plan général de colonisation de l’Est, puisent notamment leur origine dans l’occupation de la Pologne et son annexion au Reich par décret du 8 octobre 1939. Un bref rappel de l’histoire d’Auschwitz (Oświęcim en polonais) dans la longue durée éclaire ce rattachement du territoire de Haute-Silésie au Reich, « considéré comme étant allemand et lui revenant de droit » (p.7). Mais bien que désormais situé en Allemagne, ce nœud ferroviaire devient également terre de colonisation où se mêlent projets d’aménagements urbains, agricoles et industriels. Industriels, dans le cadre du vaste complexe à la fois minier et industriel d’IG Farben, qui en font l’un des plus importants projets du IIIe Reich (p.81-84). Agricoles, avec l’application des théories nazies telles que celle du Blut und Boden (« la terre et le sang ») et ses « soldats-fermiers » au service de la colonisation agraire et de la recherche agricole dans leur « zone d’intérêt » (p.78). Urbains enfin par les aménagements urbanistiques (réorganisation de la ville en trois secteurs, aménagement de la place centrale, le Rynec, rebaptisée Adolf Hitler Platz), l’installation d’Allemands, l’expulsion des Juifs dès 1941 dans le cadre d’un « assainissement racial d’une ville judéo-polonaise » (p.79)[45].

L’ensemble de ces politiques nazies de répression, de mise à mort des Juifs et de colonisation sont articulées à la ville et « s’auto-alimentent » (p.77), en interaction les unes avec les autres. Les détenus du KZ servent de main d’œuvre pour les projets urbains, agricoles et industriels. La politique spécifique de « sélection », pratiquée à Birkenau, épargne temporairement des déportés juifs qui sont intégrés dans l’univers concentrationnaire et utilisés à leur tour comme main d’œuvre. Les biens pillés sont distribués localement au profit du ministère de la colonisation et des entreprises implantées à Auschwitz. Birkenau devient comme le dit Tal Bruttmann dans une formule saisissante « un marché aux esclaves » (p.76).

A ces trois logiques (camp, extermination, travail) est fréquemment associée la division d’Auschwitz en trois espaces distincts : Auschwitz-I (camp de concentration), Auschwitz-II Birkenau (« camp d’extermination ») et Auschwitz-III Monowitz (camp de travail)[46]. Une vision erronée, démentie par cette interconnexion entre les trois sites et la ville. « Le camp et le centre de mise à mort sont étroitement liés à la ville, formant un ensemble indissociable. D’un point de vue spatial tout d’abord, l’ensemble est imbriqué, sur un périmètre restreint. Le Stammlager est à moins de 2 kilomètres à vol d’oiseau de l’Adolf Hitler Platz, Birkenau à 3 kilomètres à peine » (p.76).

Les trois camps participent du même ensemble concentrationnaire. Les prisonniers peuvent être détenus dans l’un ou dans l’autre selon les besoins. Nombre de détenus sont également affectés à des dizaines de sous-camps (Harmense, Budy, Babitz, Rajsko…) qui essaiment dans la région, auxquels il faut aussi rajouter les ZAL progressivement rattachés à Auschwitz. Les détenus affectés aux Kommandos employés hors du périmètre du camp côtoient des travailleurs aux nationalités et statuts divers : travailleurs libres Allemands, aussi bien que contingents de travailleurs forcés de l’Est, prisonniers de guerre britanniques ou STO français (p.83). Créé suite à une épidémie de typhus à Birkenau, le sous-camp de Monowitz devient, avec ses 10.000 détenus en juillet 1944, le plus important et accède au rang de camp à part entière à la fin de l’année.

Visiter aujourd’hui Auschwitz, c’est se heurter aux paradoxes[47]. Voir sans rien percevoir. Et voir quoi ? Du camp de travail de Monowitz et des sous-camps, on ne voit plus rien. Quelques rares vestiges, noyés dans la ville. Dans l’ancien Stammlager d’Auschwitz-I, on se trouve au contraire plongé au milieu des blocks installés dans les bâtiments en brique de l’ancienne caserne. Le musée, son exposition générale et ses pavillons nationaux, est installé ici. Dans le camp, on longe les allées et barbelés, on traverse la place d’appel et sa potence. Sidérés, saisis d’émotion, on découvre la prison. On entre dans la chambre à gaz. On se trouve face au crématoire.

Une fois à Birkenau et passé sa célèbre porte, longé la voie ferrée et les barbelés, le regard se perd dans l’immensité. Des baraquements à perte de vue[48]. Mais c’est l’univers concentrationnaire qui se déploie sous nos yeux. Et de se rappeler que Birkenau était ce lieu hybride. Un camp de concentration sur lequel s’est greffé, par effet de circonstance et d’opportunité, un centre de mise à mort. De cela, il ne reste rien, ou presque. Par contraste avec les baraquements, pour qui cherche ici les traces de la Shoah, le regard se heurte au vide, aux ruines. Il faut commencer en dehors du camp, à 500 m de là. Face aux deux wagons installés depuis 2005 sur la Judenrampe[49]. C’est ici qu’entre le printemps 1942 et le printemps 1944 arrivent les convois de déportés juifs. La voie ferrée à l’intérieur de Birkenau, la Bahnrampe et ses trois quais, ne la remplace qu’avec la déportation des Juifs de Hongrie. C’est cette image, figée, de ce camp gigantesque, symbole de l’achèvement du processus de rationalisation du génocide, qui est aujourd’hui au cœur des représentations et de la mémoire d’Auschwitz. Or, de cette image, les Juifs eux-mêmes n’ont rien vu. D’abord parce que tous ceux qui sont déportés en 1942 ne peuvent voir un camp qui n’existe pas encore. Birkenau se limite alors à la seule tranche BI (carte p.46 et carte p.68). Birkenau, comme le reste du complexe d’Auschwitz, est un chantier permanent. Ensuite, et c’est là l’essentiel, parce que l’immense majorité n’est jamais entrée dans le camp, n’a jamais été photographiée, ni tatouée et n’a jamais passé la moindre nuit dans un baraquement.

A l’intérieur de Birkenau, la suppression de barbelés destinée à faciliter la circulation des visiteurs ne permet guère aujourd’hui cette appréhension de l’espace. Il faut continuer à marcher et sortir hors du périmètre du camp pour arriver, sous les bouleaux, dans les espaces qui étaient destinés à la mise à mort[50]. Des espaces accolés au camp mais distincts, alors séparés par des barbelés et des arbres, camouflés par des branchages. Des installations homicides (les crématoires KII, KIII, KIV, KV mis en service en 1943 et dynamités début 1945), on ne voit aujourd’hui que des ruines. Pour voir les lieux d’assassinats plus anciens, les anciens Bunker 1 et 2, il faut s’enfoncer encore plus loin dans la forêt et longer les étendues marécageuses. De ces fermes (la « maison rouge » et la « maison blanche ») transformées en chambre à gaz, il ne reste presque rien. Quelques traces de ruines au sol du Bunker 2[51]. Le vide. C’est ici, pourtant, que la majorité des Juifs déportés de France ont été assassinés. Un peu plus loin encore, après avoir emprunté un petit sentier, une clairière naturelle se dessine. Il n’y a rien à voir. Si ce n’est le sol qui dégorge parfois des résidus d’ossements. Reste des cendres de corps brûlés, répandues ici.

Les victimes du nazisme, déportées ici entre 1940 et 1944, ne virent pas les mêmes choses. Le site n’a cessé d’évoluer en lien avec les multiples politiques mises à l’œuvre. En 1940, le camp d’Auschwitz n’était encore qu’un KZ relativement modeste. De 1941 à 1943, non pas un mais des camps développés autour d’une ville au cœur d’un vaste projet économique et industriel. En 1944, un vaste complexe, démesuré, démultiplié. Au mois d’octobre, l’ultime tournant se prépare. Les travaux sont arrêtés, des baraquements démontés et on commence à détruire les traces, les documents. Et si pour beaucoup le 27 janvier 1945 signifie la « libération », la « découverte » d’Auschwitz, ce n’est pas pour autant la fin du site (p.99). La guerre n’est pas terminée. Des prisonniers de guerre allemands sont ainsi détenus à Birkenau. Les populations locales, dans une Pologne dévastée, viennent se servir en bois et démontent nombre de baraquements. D’autres pillards, non sans arrière pensée antisémite, viennent également se servir, fouiller la terre à la recherche d’improbable trésor[52]… Commence alors une autre histoire. Celle d’une ville qui reprend son nom polonais d’Oświęcim et d’un site, lieu de mémoire mondialement connu, qui conserve celui d’Auschwitz.

Gageons que chacun trouvera sans doute dans ce petit ouvrage non seulement une précieuse mise à jour des connaissances mais plus encore des pistes fécondes de réflexion. Rendre à Auschwitz, comme le fait ici Tal Bruttmann, sa complexité, c’est lui rendre toute sa véritable, et tragique, dimension.

[1] Le sujet en ligne : http://www.lfpondichery.net/espaceprofs/Brevet/Brevet2014/histoire.pdf. Ce sujet de Brevet, dans son ensemble, présentait par ailleurs nombre de dysfonctionnement pourtant déjà dénoncés lors de la session précédente. Pour mémoire, on pourra relire les tribunes publiées par Aggiornamento. http://aggiornamento.hypotheses.org/1508 pour la session 2013 et http://aggiornamento.hypotheses.org/2067 pour la session 2014.

[2] La légende de ce plan d’Auschwitz-Birkenau en 1944 laisse déjà songeur par ses maladresses sémantiques. Sont ainsi évoqués (à chaque fois c’est moi qui souligne) des « baraquements d’habitation… » (sic), plus précisément des « baraquements d’habitation des déportées juives » (camp des femmes) et des « baraquements d’habitation des déportés juifs » en lieu et place du camp des familles de Theresienstadt. Ce secteur de Birkenau était l’objet d’une sinistre mise en scène (sur le même mode propagandiste que le ghetto de Theresienstadt/Terezin) destinée à camoufler la réalité dans l’éventualité d’une inspection de la Croix-Rouge. La fiction pris fin le 10 juillet 1944 : les 17.500 Juifs acheminés ici depuis le ghetto de Theresienstadt furent gazés en trois jours, hormis 3000 personnes « sélectionnées » pour le travail (p.65-66). Quant aux questions elles mêlaient dans un seul ensemble les déportations, la logique concentrationnaire et génocidaire ou encore les activités économiques tout en amalgamant Juifs et Tziganes. Le sort de ces derniers reflète la complexité, et les contradictions, des politiques nazies (G.Lewy, La persécution des Tziganes par les nazis, Paris, Les Belles Lettres, 2003). Hommes, femmes, enfants tziganes ne sont pas soumis à la « sélection » et détenus dans un secteur particulier de Birkenau sous régime particulier. Les conditions sont effroyables, beaucoup subissent les « expérimentations » des médecins SS. Dans la nuit du 2 au 3 août 1944, les rares survivants sont tous gazés. En additionnant les décès en raison des conditions de détention (14.000 personnes) et ceux directement assassinés (5632), les morts représentent donc plus de 85% des Tziganes détenus à Auschwitz (p.33-38 ; 71).

[3] J’en profite pour le remercier chaleureusement pour les différents échanges que l’on a pu avoir à ce sujet. Merci également à Antoine Germa pour la relecture.

[4] « Mais l’immensité de ce camp, de ces camps, est aujourd’hui en grande partie invisible, de même que cet immense cimetière est un cimetière invisible », T.Bruttmann, « Avant-propos », G.Ribot et T.Bruttmann, Chaque printemps les arbres fleurissent à Auschwitz, Ville de Grenoble, 2005, p.7.

[5] Le Monde, 18/12/2009 : http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/12/18/l-inscription-arbeit-macht-frei-volee-a-auschwitz_1282441_3214.html ; Le Figaro, 19/12/2009 : http://www.lefigaro.fr/international/2009/12/18/01003-20091218ARTFIG00521-l-inscription-arbeit-macht-frei-derobee-a-auschwitz-.php ; Libération, 21/12/2009 : http://www.liberation.fr/monde/2009/12/21/vol-a-auschwitz-l-inscription-arbeit-macht-frei-retrouvee_600487

[6] A.Perrin, « Les voyages d’étude à Auschwitz. Enseigner l’histoire de la Shoah sur les lieux du crime », Revue d’histoire de la Shoah, n°193, juillet-décembre 2010, p.423-440.

En ligne : http://www.enseigner-histoire-shoah.org/formation/publications-en-ligne.html

[7] A ce sujet, on peut partir de deux articles qui permettent avec beaucoup d’a propos de mieux comprendre cette centralité d’Auschwitz et d’en démêler les dimensions : I.Roder, « Le prisme d’Auschwitz », Revue d’histoire de la Shoah, n°193, juillet-décembre 2010, p.317-331 (en ligne, même lien que l’article d’A.Perrin, op-cit) et de T.Bruttmann, « La centralité d’Auschwitz dans les représentations de la Shoah », Les cahiers IRICE, 1/2011 (n°7), Actes de la journée d’étude sur « Le futur d’Auschwitz », Paris, 11 mai 2010, Université Paris I-Panthéon Sorbonne, UMR IRICE, sous la direction d’A.Wieviorka et P.Cywinski p.95-100. En ligne : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2011-1-page-95.htm

[8] A.Epelboin, A.Kovriguina, La littérature des ravins. Ecrire sur la Shoah en URSS, Paris, Robert Laffont, 2013. La « barbarie », à l’instar du « Mal » ou de la « folie », fait partie des explications les plus fréquemment mobilisées pour expliquer le nazisme. L’idée de barbarie met en lumière une « exceptionnalité » allemande en lien avec la « voie particulière » (Sonderweg) qu’aurait suivi l’Allemagne. Séduisantes et commodes, mais anhistoriques, ces pseudo-explications permettent de circonscrire ainsi les nazis en dehors de notre humanité commune. Il est pourtant indispensable, explique J.Chapoutot, de contextualiser les discours, les pratiques, la vie des acteurs du nazisme. « Outre qu’ils furent des Européens du XXe siècle, ils nous faut affronter le fait que les nazis furent des hommes, tout simplement », J.Chapoutot, La loi du sang. Penser et agir en nazi, Paris, Gallimard, 2014, p.15. Lire aussi le point de vue de R.-.J.Evans, « Why are we obsessed with the nazis ? », The Guardian, Friday 6 February 2015 : http://www.theguardian.com/books/2015/feb/06/why-obsessed-nazis-third-reich

[9] A.Wieviorka, Auschwitz, 60 ans après, Paris, Robert Laffont, 2005 (expression déjà utilisée dans L’Ere du témoin, Paris, Plon, 1998).

[10] H.Borlant, « Merci d’avoir survécu », Paris, Seuil, 2011.

[11] Comme l’écrit très justement I.Roder : « Ce témoignage reste néanmoins spécifique car peu nombreux sont les juifs à avoir connu l’univers concentrationnaire et le traitement qu’ils subissaient avaient une dimension paroxystique. Il l’est également car ces survivants sont des témoins de la Shoah dont ils auraient dû, au regard de la politique nazie, être des victimes assassinées. De fait, quand les témoins, avant de narrer leur survie au camp, ont décrit les politiques discriminatoires, leurs arrestations, l’internement, la déportation et l’arrivée, ils nous plongent au cœur des étapes qui menèrent, en France et ailleurs en Europe, du fichier à la cendre. De plus, ils virent les convois arriver sur les rampes, défiler les victimes sur les chemins menant aux chambre à gaz, ils ont senti l’odeur de la crémation, ils se sont vu mourir. Cette parole là est essentielle pour entrevoir l’histoire de la Shoah. Ils étaient condamnés à mourir et ont survécu. C’est donc au professeur de faire distinguer, à ses élèves, les spécificités du discours du survivant d’Auschwitz », op-cit, p.330-331 (la version publiée en ligne est très légèrement différente de celle citée ici). Les témoignages de survivants de la Shoah sont bien plus rares : rescapés des Sonderkommandos comme ceux de Filip Müller (Trois ans dans une chambre à gaz, Pygmalion, 1980) ou Shlomo Venezia (Sonderkommando. Dans l’enfer des chambres à gaz, Albin Michel, 2007) ou rescapés des centres de mise à mort tel que Treblinka comme Chil Rajchman (Je suis le dernier Juif. Treblinka, 1942-1943, Le livre de poche, 2009) ou Abraham Bomba dans Shoah de Lanzmann.

[12] En l’absence d’une enquête approfondie, il est certes difficile d’étayer cette affirmation. Je suis ici le constat fait par Iannis Roder, enseignant et formateur au Mémorial de la Shoah, lors de son travail avec des enseignants stagiaires (ibid). Constat, pour ce que j’ai pu en voir à mon niveau (par les collègues rencontrés et côtoyés, ou comme formateur pour l’oral de l’agrégation interne d’histoire-géographie), que je partage.

[13] J.Chapoutot, Le nazisme, une idéologie en actes, La Documentation photographique, n°8085, janvier-février 2012, p.2.

[14] Pour une approche de l’historiographie de la Shoah, on peut lire le bilan d’étape dressé en 2003 par C.Ingrao « Conquérir, aménager, exterminer. Recherches récentes sur la Shoah », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2003/2, p.417-438 et, dix ans plus tard, l’ouvrage co-dirigé par I.Jablonka et A.Wieviorka, Nouvelles perspectives sur la Shoah, Paris, PUF, 2013 en lien avec le site la vie des idées.fr : http://www.laviedesidees.fr/Nouvelles-perspectives-sur-la-2208.html. Exemple de ce renouvellement de la recherche : T.Bruttmann, I.Ermakoff, N.Mariot, C.Zalc (dir.), Pour une microhistoire de la Shoah, Paris, Seuil, revue Le genre humain, 2012.

[15] S.Lindeperg, « Nuit et brouillard ». Un film dans l’histoire, Paris, Odile Jacob, 2008. Les niveaux de lecture de ce film, comme œuvre d’art et comme jalon historiographique, sont bien entendu multiples. Mais, à moins de se livrer à un long et minutieux décryptage des images et du texte dans la perspective d’une histoire de la mémoire, il semble difficile de l’utiliser aujourd’hui comme support pédagogique et entrée dans des programmes consacrés à l’histoire du génocide. Autre documentaire fréquemment utilisé en classe (plus peut-être que Shoah de Lanzmann): « Les survivants » de P.Rotman, 120’, 2005. Voir également les témoignages vidéos en ligne proposés par le mémorial de la Shoah : http://www.enseigner-histoire-shoah.org/outils-et-ressources/temoignages.html

[16] Auschwitz. La Solution finale, Les Collections de l’Histoire, n°3, octobre 1998 (daté et illustration de la métonymie Auschwitz/Shoah) ; Auschwitz, 1945-2005, dossier, L’Histoire, n°294, janvier 2005 (avec notamment en ouverture un long article d’Annette Wieviorka sur « Le plus grand centre de mise à mort »).

[17] A.Wieviorka, Auschwitz expliqué à ma fille, Paris, Seuil, 1999. Sur les déportations politiques à Auschwitz : C.Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz : le convoi politique du 6 juillet 1942, Paris, Autrement, 2005.

[18] J.Chapoutot, Le nazisme, une idéologie en actes, op-cit.

[19] T.Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012 (2010), p.17. Ouvrage magistral consacré à une « géographie humaine des victimes », subsumant les frontières entre l’URSS et l’Allemagne nazie, qui a suscité enthousiasme et controverses. En ce qui concerne Auschwitz, au-delà de quelques erreurs factuelles, l’auteur peine à vraiment définir l’espace géographique concerné, en l’intégrant dans les bloodlands alors que la Haute-Silésie, espace germano-polonais annexé au Reich le 8 octobre 1939, est située à l’intérieur du territoire allemand et donc en dehors de cet espace étudié par Snyder.

[20] « Jusqu’au dernier. La destruction des Juifs d’Europe », série documentaire de B.Finger et W.Karel, 8×52’, janvier 2015. « Hourbn-Destruction », cycle documentaire en trois volets de E.Weiss (1-Sonderkommando, 52’, 2007 ; 2-Auschwitz, premiers témoignages, 77’, 2010 ; 3-Criminals doctors, 54’, 2013).

[21] R.Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, 3 volumes, Paris, Gallimard, Folio, 2006 (1961). Autre travail pionnier, celui de L.Poliakov. Citons par exemple Le Bréviaire de la haine. Le IIIe Reich et les Juifs (1951), son Histoire de l’antisémitisme (4 tomes, 1955, 1961, 1968, 1977), son Auschwitz (collection Archives, Julliard, 1964) ou encore une Brève histoire du génocide nazi (1980). Précisons que le bon usage sémantique désigne les victimes d’un génocide (donc « génocide des Juifs » et non « génocide nazi », « génocide des Arméniens », « génocide des Tutsi »…). Le terme génocide est un néologisme et peut s’employer également comme adjectif (« la violence génocide ») selon l’usage initié par Christian Ingrao dans Croire et détruire : les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard, 2010. A ce propos, voir aussi S.Audoin-Rouzeau et H.Dumas, « Le génocide des Tutsi rwandais vingt ans après. Réflexion introductives », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°122, avril-juin 2014, p.3-16.

[22] S.Friedländer, L’Allemagne nazie et les Juifs. Les années de persécution 1933-1939, tome 1, Les années d’extermination 1939-1945, tome 2, Paris, Seuil, Points, 2008 (1997, 2007 ; œuvre monumentale, plus généraliste, moins centrale sur Auschwitz, et première véritable synthèse consacrée à la fois aux modalités de la Solution finale et aux victimes).

[23] E.Kogon, H.Langbein, A.Rückerl, Les chambres à gaz, secret d’Etat, Paris, Seuil, Points 2000 (1984) ; E.Kogon, L’Etat SS. Le système des camps de concentration allemands, Paris, Seuil, Points, 1993 (1970) ; J.-C.Pressac, Les crématoires d’Auschwitz. La machinerie du meurtre de masse, Paris, CNRS éditions, 1993 (ce livre a grandement contribué aux progrès de la connaissance. Mais c’est en même temps un livre glacial exclusivement focalisé sur les questions techniques) ; G.Aly et S.Heim, Les architectes de l’extermination. Auschwitz et la logique de l’anéantissement, Paris, Calmann-Lévy, 2006 ; P.Longerich, Himmler. L’éclosion quotidienne d’un monstre ordinaire, Paris, Heloïse D’Ormesson, 2010 ; F.Brayard, La « solution finale de la question juive ». La technique, le temps et les catégories de la décision, Paris, Fayard, 2004. Je laisse volontairement de côté les ouvrages consacrés aux multiples modalités et aires géographiques de la Shoah en dehors de ce qui a trait à Auschwitz. Pour une première approche de l’histoire des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah, on peut partir de T.Bruttmann, « Dans l’ombre de la mort. Les Juifs durant la Seconde Guerre mondiale », in A.Germa, B.Lellouch, E.Patlagean (dir.), Les Juifs dans l’histoire, Paris, Champ Vallon, 2011. En anglais, voir P.Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford/New York, Oxford University Press, 2010. Du côté de la France, outre ceux de S.Klarsfeld (La Shoah en France, 4 volumes, Paris, Fayard, 2001), de nombreux travaux sont venus enrichir et renouveler l’étude de M.-R.Marrus et R.-O.Paxton (Vichy et les Juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1981). Notamment : L.Joly, Vichy dans la « Solution finale ». Histoire du commissariat général aux questions juives, Paris, Grasset, 2006, M.Lafitte, Juif dans la France allemande, Paris, Tallandier, 2006 ou encore les enquêtes de T.Bruttmann sur les politiques antisémites, en particulier les spoliations, et la mise en œuvre des déportations de Juifs : La logique des bourreaux, 1943-1944, Paris, Hachette, 2003 et Au bureau des Affaires juives. L’administration française et l’application de la législation antisémite, 1940-1944, Paris, La Découverte, 2006, « Aryanisation » économique et spoliations en Isère (1940-1944), Grenoble, PUG, 2010.

[24] A.Wieviorka, Auschwitz, 60 ans…, op-cit et 1945. La découverte, Paris, Seuil, 2015.

[25] I.Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Paris, Seuil, 2012.

[26] W.Dlugoborski, F.Piper (dir.), Auschwitz, 1940-1945. Central Issues in the History of the Camp, Oświęcim Auschwitz-Birkenau State Museum, 2000 (les cinq volumes : vol.1 : The Establishment and Organization of Camp ; vol.2 : The Prisoners, their Life and Work ; vol.3 : Mass Murder ; vol.4 : The Resistance Movement ; vol.5 : Epilogue). Traduction française de 2011. Version abrégée : Auschwitz, camp de concentration et d’extermination, Oswiecim, Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau, 1998. A propos de traductions on préférera la version anglaise de L’Album d’Auschwitz (exceptionnelle source de 200 photographies qui suit pas à pas l’arrivée d’un convoi de Juifs de Hongrie de la sélection à l’attente de l’assassinat -non montré- et pour les autres l’entrée dans le camp) qui présente l’immense avantage d’être légendé : The Auschwitz Album. The Story of a Transport, Jerusalem, Yad Vashem, Oświęcim, Auschwitz-Birkenau State Museum, 2002 (le réseau Canopé présente un intéressant webdocumentaire à ce sujet et présente les planches de cet album en version française non légendée : http://www.reseau-canope.fr/les-2-albums-auschwitz/ ).

[27] D.Dwork, R.-J.Van Pelt, Auschwitz, 1270 to the Present, New York-London, W.W.Norton & Co., 2000 (1996).

[28] Parmi les publications importantes : F.Piper, Auschwitz Prisoner Labor. The Organization and Exploitation of Auschwitz Concentration Camp Prisoners as Laborers, Oświęcim, Auschwitz-Birkenau State Museum, 2002 ; P.Setkiewicz, The Histories of Auschwitz IG Farben Werk Camps, 1941-1945, Oświęcim, Auschwitz-Birkenau State Museum, 2008 ; M.Berenbaum and Y.Gutman (dir.), Anatomy of the Auschwitz Camp, Bloomington, Indiana University Press, 1994 ; S.Steinbacher, Auschwitz. A History, London, Penguin Books, 2005 et de la même auteure, en allemand : « Musterstadt » Auschwitz. Germanisierungspolitik und Judenmord in Ostoberschlesien, München, K.G.Saur, 2000. Les enseignants d’histoire-géographie peuvent également se tourner vers les excellentes formations proposées par le Mémorial de la Shoah sur l’histoire et l’enseignement de la Shoah et l’histoire comparative des génocides.

[29] T.Snyder, op-cit, p.17. Voir J.Chapoutot, Le nazisme, une idéologie en actes, op-cit et pour aller plus loin T.Bruttmann, L.Joly, A.Wieviorka, Qu’est-ce qu’un déporté ? Histoire et mémoires des déportations de la Seconde Guerre mondiale, Paris, CNRS éditions, 2009.

[30] J.Chapoutot, Le nazisme…, op-cit. A titre d’exemple le magasine Illustrierter Beobachter, n°49, 3 décembre 1936, qui consacre un dossier à Dachau avec une photographie des détenus en couverture ou les photographies prises à Sachsenhausen et reproduites dans le numéro du 11 janvier 1940 de Match, en France.

[31] T.Bruttmann, « Qu’est-ce qu’un déporté », T.Bruttmann, L.Joly, A.Wieviorka, op-cit, p.31-36.

[32] F.Brayard, op-cit, C.Gerlach, Sur la conférence de Wansee. De la décision d’exterminer les Juifs d’Europe, Paris, Liana Levi, 1999. Si Auschwitz est utilisé assez tardivement dans le cadre de la « solution finale », des Juifs sont toutefois assassinés ici dès l’automne 1941 dans le cadre de la politique spécifique de l’organisation Schmelt, sans lien avec le camp de concentration (ils s’agit de Juifs utilisés dans des ZAL, des camps de travaux forcés -cf.infra-, qui ne sont plus en état de travailler) (p.39).

[33] Début 1943, les deux tiers des victimes de la Shoah sont déjà mortes et la plupart des centres de mise à mort sont démantelés ou le sont à la fin de l’année.

[34] T.Snyder, op-cit, p.397.

[35] Cette opération est à replacer dans une tendance eugéniste assez partagée en Occident (Suède, Etats-Unis…). Mais ce mélange d’eugénisme et de darwinisme social prend avec le régime nazi la dimension spécifique de lutte pour « l’hygiène raciale » et vise les handicapés et malades mentaux, mais aussi les schizophrènes, les épileptiques et tout porteur d’une maladie supposée génétique qui sont stérilisés. Déclenchée en 1939, l’opération T4 procède à leur assassinat en masse. 70.000 personnes sont assassinées en deux ans dans des cliniques transformées en centre de mise à mort. Pour la première fois l’asphyxie par gaz est utilisée. Voir G.Aly, Les anormaux. Les meurtres par euthanasie en Allemagne, 1939-1945, Paris, Flammarion, 2014.

[36] F.Brayard, op-cit, p.32

[37] Zwangsarbeitlager für Juden : camps de travaux forcés pour juifs. Ces multiples « sous-camps » sont progressivement rattachés à Auschwitz ou au camp de Gross Rosen à partir de 1943 (p.84-87).

[38] T.Bruttmann, « La centralité… », op-cit, p.99.

[39] Dans le cadre de la « solution finale », le RSHA s’occupait des convois de Juifs et du processus de destruction (notamment le bureau IV B 4 d’Eichmann) tandis que la WVHA gérait plutôt la main d’œuvre et l’effort de guerre.

[40] Bien d’autres symboles associés au génocide, comme les tatouages (mis en place par les SS pour ne pas réitérer le problème posé par les nombreux cadavres de prisonniers soviétiques dépouillés des tenues sur lesquelles figuraient leur numéro de matricule) ou l’utilisation du gaz (expérimenté pour la première fois dans le cadre de l’Aktion T4 et utilisé pour la première fois à Auschwitz contre les prisonniers soviétiques dans le cadre de l’opération 14f14) sont décryptés par Tal Bruttmann avec une attention toute particulière (qui anime l’ensemble du livre) portée aux temporalités et à la sémantique (voir à ce propos l’encadré p.62 sur l’argot spécifique au camp). Il explique ainsi avec finesse combien la focalisation sur certaines particularités du site ou sur les caractéristiques techniques de l’assassinat (gazage, incinération) peut biaiser la compréhension. C’est la nature même d’un centre de mise à mort, sa finalité, plus que les aspects techniques, qui permettent de le définir. Un centre de mise à mort est « un lieu vers lequel sont acheminées des populations afin de procéder à leur assassinat » (encadré p.58-59 « Les centres de mise à mort : par-delà la technique »)

[41] L’ampleur de la déportation des Juifs de Hongrie (printemps 1944) à Auschwitz-Birkenau nécessite divers travaux dont la remise en fonctionnement d’une ancienne chambre à gaz (le Bunker 2 abandonné depuis l’été 1943, qui devient le Bunker 5 -cf. infra) et le creusement de cinq fosses. A l’été 1944, la crémation des corps se fait donc à la fois dans les crématoires et à ciel ouvert dans des fosses.

[42] Les quatre crématoires-chambre à gaz sont les structures dites KII, KIII, KIV, KV. Il n’en reste donc aujourd’hui que des ruines.

[43] A chaque fois, pour les hommes en mai 1940, pour les femmes en mars 1942, sont d’abord transférés à Auschwitz des détenus d’autres camps de concentration selon la méthode d’« essaimage » (sorte de transfert de compétences de détenus déjà rompus aux règles pour rendre le camp immédiatement fonctionnel : p.19 et 31). Environ 131.000 femmes ont été détenues dans le FKL (Frauenkonzentrationslager). « Début août 1942, le camp des femmes à Auschwitz est liquidé et les détenues encore en vie, environ 13.000, sont transférées à Birkenau dans le secteur BIa, qui vient d’être achevé » (p.31).

[44] De la même façon, on pourra toujours regretter que tel ou tel point, que telle ou telle catégorie de détenus (les Tchèques, les prisonniers allemands) n’aient pas été plus développés.

[45] Tiraillée depuis le Moyen Age entre Pologne et Allemagne, la ville (nommée Oshpitsin en yiddish) abrite aussi une importante communauté juive depuis le XVe siècle.

[46] Il s’agit en fait de la division administrative (réorganisée en novembre 1944) du complexe concentrationnaire.

[47] Et aux risques de confusions, renforcés par les choix muséographiques et la localisation du musée. Le musée est en effet situé dans plusieurs blocks d’Auschwitz-I et traite aussi bien de l’histoire concentrationnaire que du génocide. Le visiteur passe sous la célèbre inscription Arbeit Macht Frei et se retrouve confronté au sein du musée aussi bien à des documents en lien avec le camp de concentration ou le camp de travail qu’à des vestiges des victimes juives de la Shoah (salles des valises, lunettes, cheveux…). A Birkenau, le visiteur croise le monument « international » érigé en 1967. Un tertre (4 blocs de marbre) orné de sculptures et d’un triangle qui empiète sur les anciens crématoires (KII et KIII) et ne fait aucune référence au sort des Juifs. Si la muséographie est en profond renouvellement aussi bien dans le musée que sur le site de Birkenau, elle est aussi révélatrice des usages politiques passés du lieu, notamment la conjonction en Pologne des mémoires communistes et catholiques avant la chute du bloc soviétique.

[48] Au passage, la célèbre photo de l’entrée est en réalité prise de l’intérieur ; il faut donc passer la porte et se retourner ensuite pour avoir cette vision.

[49] De la même façon que les Bunker ne sont sortis de l’oubli qu’au début des années 2000, ce n’est qu’en 2005, à l’initiative de Serge Klarsfeld, que la Judenrampe (« quai des Juifs ») a été intégrée au site (p.99-102). Deux wagons furent installés sur les rails dégagés des broussailles, à proximité d’une habitation. Le Musée d’Auschwitz a récemment mis en ligne une visite virtuelle des sites : http://panorama.auschwitz.org/tour1,3636,en.html

[50] Le nom de Birkenau vient du nom du village polonais rasé à cet endroit, Brzezinka, qui signifie « petite prairie aux bouleaux ».

[51] Dans le cadre de la « solution finale », Birkenau se dote à partir du printemps 1942 de ces deux structures homicides (p.47-50). Leur utilisation est abandonnée à partir de l’été 1943, puis le Bunker 2 réutilisé sous le nom de Bunker 5 lors de la déportation des Juifs de Hongrie au printemps 1944 (supra). Si des autres centres de mise à mort il ne subsiste plus rien, on soulignera le travail d’importance menée à l’heure actuelle par des archéologues qui viennent récemment de mettre à jour les vestiges des chambre à gaz de Sobibor. Article du Jerusalem Post, 17 septembre 2014 : http://www.jpost.com/Diaspora/Gas-chambers-at-Sobibor-death-camp-uncovered-in-archaeological-dig-375605

[52] A.Strzelecki, The Evacuation. Dismantling and Liberation of KL Auschwitz, Oświęcim, Auschwitz-Birkenau State Museum, 2001.


6 réflexions au sujet de « Auschwitz »

  1. gaelle allaert-grall

    Bonjour monsieur Kuhn,
    Je viens seulement de lire votre excellent article sur l’ouvrage de Tal Bruttmann. Je voulais juste vous signaler que l’essentiel de la présentation que fait ce livre sur Auschwitz avait été mis en avant par deux enseignants du Finistère dont je suis dans un DVD-Rom élaboré en particulier pour les enseignants et les élèves de collège et lycées, intitulé Auschwitz-Birkenau dans le processus génocidaire, paru aux éditions scérèn en 2011. Pour davantage d’informations, je vous invite à consulter la page web suivante :

    http://canope.ac-rennes.fr/Auschwitz_Birkenau_dans_le_processus_genocidaire_memoires_histoire_seconde_guerre_mondiale

    ainsi que le livret de présentation du DVD-rom à l’adresse ci-dessous :
    http://canope.ac-rennes.fr/sites/default/files/ckfinder/files/AUB_livret.pdf

    Merci

    Répondre
    1. Samuel Kuhn

      Merci pour votre commentaire. Je n’avais en effet pas signalé votre intéressant DVD qui porte plus (en vous appuyant à juste titre sur les travaux de Tal Bruttmann et l’excellent article de Iannis Roder) sur Auschwitz dans la Shoah que sur Auschwitz en soi qui est l’objet du livre en question (dont vous n’avez peut-être pas totalement mesuré la nouveauté du propos). Bien à vous.

      Répondre
      1. gaelle allaert-grall

        Merci pour votre réponse. En revanche, si je connais bien évidemment les travaux de l’excellent Tal Bruttman et les différents articles de Iannis Roder sur l’enseignement de la Shoah, ce dvd-rom, plus ancien, ne s’appuie en rien sur ceux-ci et met en perspective l’histoire du camp d’un point de vue chronologique et thématique. Je vous invite à le consulter et à profiter de toutes ses interactions (chronologie et plan interactifs notamment). Bien cordialement.

        Répondre
  2. Dujar

    Je comprends grâce à vous mon malaise sur la présentation habituelle d’Auschwitz
    Il est un fait peu dit, entendu sur RFI, cette année, par une habitant d’Oswiecim, quand vous vous promenez dans les forêts, la terre change de couleur et d’aspect en fonction de la proportion de cendres humaines.

    Quand à la formation des enseignants , la France a fait le choix, pour des raisons d’argent sans doute, depuis des années d’empêcher tout recul en combinant de nombreuses heures en pleine responsabilité de classes entières avec la formation pédagogique parfois même avec l’obtention d’un diplome (encore un autre travail) !!! de ceux qui réussissent le concours.
    Enseignant français meilleurs sur le contenu disciplinaire, mauvais sur le pédagogique (mais ce n’est pas de leur faute).
    Land de Berlin : plus d’enseignants fonctionnaires mais employés depuis des années (c’est moins cher, Berlin ist sexy aber arm en inversant la formule célèbre de Wowi en 2003) mais ils devaient avoir le Staatsexamen. Désormais ce n’est plus exigé car nombreux sont ceux qui vont dans là où ils peuvent mieux gagner leur vie.

    Répondre
  3. Tantin

    recension fort précise, et qui incite à découvrir l’ouvrage, mais un ton par trop condescendant a l’égard des collègues du secondaire dont certains, peut-être plus nombreux qu’on ne le croit, s’investissent dans l’auto formation et les voyages d’étude. L’université et les concours de recrutement devraient les préparer bcp mieux à l’enseignement de la Shoah et les programmes réviser pour ne pas les mettre face à des choix difficiles.

    Répondre
    1. Samuel Kuhn

      Enseignant moi-même dans le secondaire, la condescendance que vous me prêtez relève d’une éventuelle maladresse de ton que je ne perçois pas.
      Je suis bien entendu d’accord avec l’importance de la formation. Je ne crois pas avoir écrit le contraire.
      Maintenant, force est de constater que sur ce sujet, comme sans doute beaucoup d’autres, nous ne sommes pas toujours au point scientifiquement et que nombre d’erreurs ou raccourcis émaillent nos cours. C’est tout l’intérêt de cet ouvrage, riche et accessible, que de nous permettre d’y remédier.
      S.Kuhn

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *