L’Apocalypse vue par Saint Costelle-Clarke

Rédacteur : Claude Robinot

Le texte suivant a été publié une première fois sur Le Plus du Nouvel Observateur (21 mars 2014).

Avec résignation, par sens du devoir, je suis monté à mon poste d’observation pour surveiller l’invasion apocalyptique des archives colorisées mobilisées par Costelle et Clarke pour raconter 14-18. Avant que n’éclate la première image, j’étais déjà étourdi par l’artillerie communicante de la chaine. Des salves répétées de “vous allez-voir” entrecoupées de “comme vous ne l’avez jamais vue” dressaient un écran de fumée si dense qu’il était impossible d’avancer le moindre doute critique. Avec ce tir de barrage, l’affaire était entendue. L’Apocalypse allait balayer les récits antérieurs montés en moins de cinquante nuances de gris. La couleur réveillerait la pédagogie et les élèves englués dans la poussière crayeuse des cours d’histoire. Aux six coins de l’hexagone, les anges allaient terrasser l’armée des pédants académiques, des fonctionnaires routiniers, qui protègent la pureté des sources au nom d’un corporatisme désuet. Les trompettes de la propagande m’avaient promis des archives inédites, des films d’amateurs, des archives personnelles retrouvées. On allait voir ce qu’on allait voir.

J’ai vu. Et, malgré les indéniables nouveautés, j’ai eu un sentiment de déjà vu.

Non, parce que je connaissais une bonne partie des images montées et remontées dans une bonne dizaine de documentaires. Non, parce que je savais qu’après le 28 juin 1914 à Sarajevo, succèderait inévitablement le 31 juillet au café du Croissant et le début août à la gare de l’Est. L’impression de déjà vu venait de la ressemblance avec un autre documentaire de 1965, qui m’avait laissé un agréable souvenir : le “14-18” du réalisateur Jean Aurel sur un texte de Jacques Laurent, écrivain connu sous le nom de Cecil de Saint Laurent. Je n’irais pas jusqu’à parler de plagiat mais les similitudes sont troublantes. Le premier épisode de “la furie et la peur” et les quinze premières minutes du film d’Aurel-Laurent ont la même structure narrative et certains partis-pris historiques. On trouve dans les deux œuvres la même machine infernale qui égrène son tic-tac téléologique, du 28 juin au 2 août 1914. La guerre finit toujours par vous « péter à la gueule » au moment où les peuples insouciants profitent des douceurs du “bel été 14”. Chez Aurel, ce motif est repris pour souligner le tragique de l’engrenage guerrier. Pour Costelle, ce n’est qu’une astuce scénaristique qui permet de placer plusieurs séries d’images colorisées sur la France et l’Europe d’antan. On a de la matière et des trouvailles, il faut les montrer, ça fait riche, c’est un argument de vente. Tant pis si le récit historique s’allonge et en souffre. Pour retrouver le fil du temps et du raisonnement, on a recours à l’image récurrente d’une mort qui s’apprête à faucher et foudroyer les futures victimes (ironiquement ce plan de coupe lourdement symbolique est monochrome). Dans les deux films, le récit est influencé par les nombreuses archives filmées des fastes officiels, qui illustrent les portraits psychologiques de Nicolas II et de Guillaume. On se plaît à souligner la consanguinité de tous ces rejetons victoriens au milieu desquels Poincaré fait figure d’intrus. Le film d’Aurel et le commentaire de Jacques Laurent reprennent à leur compte la thèse classique : la mécanique des alliances dont le contrôle échappe à ses promoteurs, est la cause principale de la guerre. Ils accréditent aussi le rôle de Guillaume II et de Nicolas II, le premier parce qu’il se trompe sur les risques, le second parce qu’il est poussé à la mobilisation par l’opinion. Leur propos est mis en scène sous la forme d’un récit enlevé, où se mêlent les lettres impériales et les notes diplomatiques. Dans Apocalypse, l’issue est connue dès le départ, les causes sont alignées les unes à côté des autres, avec parfois des incohérences et des erreurs comme cet extrait où le commentaire affirme : “sans réponse de Nicolas II à son ultimatum, Guillaume II hésite, parle de sauver la paix, mais autour de lui militaires et industriels le poussent vers la guerre. Le 1er août 1914, l’Allemagne mobilise et déclare la guerre à la Russie”. Récit inexact, le Tsar a bien répondu à son cousin le Kaiser, l’échange de télégrammes a été intense au fur et à mesure que l’on passait de la mobilisation partielle contre l’Autriche à une mobilisation générale impliquant les alliances. Quant aux rôles des industriels qui poussent au conflit, c’est un reste de la thèse de Krupp et Schneider, fauteurs de guerre.

Le film de Costelle qui prétend avoir des vertus pédagogiques et de faire le travail des enseignants apporte surtout une masse documentaire confuse. Il me fait penser à ces élèves maladroits qui, voulant faire un bon exposé, assomment leur auditoire sous une avalanche de dates et de documents non triés et mis sur le même plan. Tout cela manque de sens et de simplicité.

Le choix des images colorisées n’apporte rien de plus et c’est faire injure aux spectateurs de les croire incapables de supporter les sources originales. Toute l’expérience de l’usage des archives filmiques en classe montre le contraire. Quand les images sont mises au service d’un propos clair et délimité, les élèves les apprécient. D’autant plus qu’aujourd’hui, leur expérience des écrans et des images leur donne les moyens d’en faire eux-mêmes la critique [1]. Je ne proteste pas contre la colorisation au nom d’une pureté originelle. Une œuvre originale, surtout si elle comporte une part de fiction importante, a parfaitement le droit de coloriser comme elle veut les images [2]. Il ne faut pas alors prétendre faire la leçon d’histoire et se présenter comme le champion du document historique. Un exemple : sur l’assassinat de Jaurès, aucune image du café du Croissant. A la place, on montre quelques plans colorisés sur le petit peuple des Halles de Paris tournés on ne sait pas quand, mais datés du premier août et habillés du commentaire, les Halles sont en deuil, hier un nationaliste a tué Jaurès ! Le procédé est un peu grossier et ne s’explique que par la volonté de caser les vues de forts des Halles et de vendeuses de quatre saisons. Les films familiaux sont une vraie pépite mais ils n’apportent pas grand chose au propos historique. Ils font respirer le film et montrent qu’à l’époque on habillait les jeunes garçons en filles. Encore la confusion des genres.

Pour terminer sur une note moins négative, le site du film est très bien réalisé. La lecture, accompagnée d’un bandeau thématique et chronologique, est intelligente et permet une navigation par choix personnels. On peut aussi se contenter de consulter des extraits ou d’aller voir les compléments. Un paradoxe de plus : l’outil est plus performant que le contenu pour lequel il est conçu.


[1] Le film de Laurent Veray « l’héroique cinéma » représente à ce titre un outil indispensable pour utiliser et comprendre les images de la grande guerre. Les professeurs du secondaire l’utilisent fréquemment.

[2] L’argument de la colorisation indispensable au grand public peut être battu en brèche. Un élève de collège qui venait de voir le film à la télévision a dit à son prof que la colorisation en rouge des explosions d’obus lui faisait penser à super Mario, un autre avec plus de pertinence a parlé de Méliès !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *