Rimbaud, la Commune de Paris et l’invention de l’histoire spatiale

Rédactrice : Dominique Chevalier

Rimbaud, la Commune de Paris et l’invention de l’histoire spatiale, de Kristin Ross (traduit de l’anglais par Christine Vivier), Les Prairies ordinaires, 2013, 233 pages.

9782350960593FS

Autant l’avouer, c’est la présence du terme « spatial » associée au nom de Rimbaud et à un événement historique tel que la Commune de Paris, qui, à l’annonce de la publication de cet ouvrage, a aiguisé ma curiosité. Un quart de siècle après sa publication aux États-Unis, ce livre, original par la transdisciplinarité qu’il établit en permanence, se trouve (« enfin » diront certain.e.s) traduit en français. Géographie, littérature et histoire se croisent ici en permanence pour explorer « l’imaginaire social de l’espace et du temps » (p. 15).

L’orientation théorique de l’ouvrage s’ancre dans les travaux de Jacques Rancière et Henri Lefebvre (p10). Kristin Ross se livre, « littéralement et dans tous les sens », pour reprendre une expression rimbaldienne que l’auteure utilise à plusieurs reprises, à une interprétation originale des poèmes de Rimbaud, au sein de laquelle Paul Lafargue et Elisée Reclus sont régulièrement convoqués. Elle confie, dès les premières pages, sa fascination « pour l’expérience d’une génération d’écrivains, de penseurs politiques, de géographes et de poètes dont l’imaginaire a été façonné  par la Commune » (p. 21). Le dernier quart du 19ème siècle est éminemment géographique. L’auteure cite un géographe belge qui, en 1881, écrit ; « Aucune nation n’a plus fait pour relever et populariser l’étude de la géographie que la France depuis 1870 » (p. 140). L’institutionnalisation de l’École de géographie française s’effectue derrière son maître Paul Vidal de la Blache, qui, pris en étau entre les sociologues et les historiens, envisage la géographie d’abord comme une « science des lieux, et non des hommes ». Élisée Reclus ne partage pas cette acception vidalienne. Pour lui, au contraire, « la géographie n’est pas chose immuable, elle se fait, se refait tous les jours : à chaque instant, elle se modifie sous l’action de l’homme » (p. 137). Son approche restera fortement minoritaire jusque dans les années 1980.

Voici donc, dans cet ouvrage, la Commune envisagée et appréhendée avant tout comme un « événement spatial » (p17). « Les soixante-douze jours allant du 18 mars au 28 mai 1871, la durée pendant laquelle Paris était capable de résister au gouvernement national à Versailles et à son armée, bien que trop courts pour mettre en œuvre des mesures permanentes de réforme sociale, étaient suffisamment longs pour créer le mythe, la légende de la Commune comme la première grande révolte ouvrière » (p.72).

Pour articuler ensemble les dimensions du discours et de l’événement, l’auteure mobilise la notion d’ « espace social » (p.20). Ces deux mots assemblés ne sont pas sans évoquer la géographie pratiquée par Élisée Reclus, premier géographe à propos duquel on évoque le terme « géographie sociale[1] », et, à sa suite, la géographe lyonnaise Renée Rochefort qui appelait de ses vœux un  « renversement de l’ordre des facteurs ». Ce qui est premier en géographie sociale, disait-elle au premier colloque de géographie sociale organisé à Lyon en 1982, c’est la société et non l’espace. « Si l’on ne cherche pas la société au départ, on ne la trouve pas à l’arrivée »[2].

Comment l’espace urbain parisien, terrain de la pratique politique, rencontre-t-il cet espace-temps particulier qu’est la Commune ? Quels sont les différents lieux évoqués dans cet ouvrage ?

  • Les espaces publics : le quartier, la rue, les barricades et la révolte

La Commune, comme généralement les mouvements pour la justice, se singularisent par son inscription dans l’espace public. Les Communards se sont réapproprié les rues et la ville, celles-ci étant appréhendées à la fois comme expression des injustices, et comme lieu de l’agir et de la visibilisation de la contestation. Au cours de ce processus, de nouvelles sociabilités du quotidien ont trouvé leur place : « associations de voisinage, clubs de femmes, légions de la garde nationale, et, surtout, vie sociale de quartier. […] Le siège permit l’apparition de nouvelles ambiances, de nouvelles manières de se rencontrer ou de se réunir qui étaient à la fois les produits et les instruments d’une transformation des conduites » (p.68). La rue constitue le théâtre de la revanche sociale. Elle apparaît à la fois comme matrice et comme accoucheuse de la République, dans ce Paris de la fin du 19ème siècle marqué par la réorganisation sociale, urbanistique et architecturale mise en œuvre par l’haussmannisation de la ville, facteur d’embourgeoisement. La reconfiguration socio-spatiale qui s’en suit relègue progressivement les ouvriers du centre de la ville vers la périphérie du nord-est, Belleville et Ménilmontant. La Commune, par les nouvelles pratiques spatiales qu’elle génère, marque le retour des ouvriers dans le centre de Paris, qui découle « pour partie de l’importance politique du centre-ville dans la tradition de l’insurrection populaire, et pour partie de leur désir de reprendre possession d’un espace public dont ils avaient été exclus, de réoccuper les rues qui leur avaient auparavant appartenu » (p. 67). La Commune exprime donc à la fois la nostalgie d’un monde urbain détruit par Haussmann et le désir de revanche de celles et ceux qui se sont trouvé dépossédé.e.s de leur ville.

Ces nouveaux agencements propres à « changer la vie » s’organisent autour des barricades, marqueur spatial entre un espace extérieur et un espace intérieur, approprié. Pour évoquer leurs différents usages stratégiques l’auteure se réfère aux Instructions pour une prise d’armes d’Auguste Blanqui. Elles ont ainsi pour « fonction immédiate d’empêcher la libre circulation de l’ennemi à travers la ville, de l’arrêter ou de l’immobiliser afin qu’il puisse être pris pour cible » (p62). À une échelle plus fine, les diverses modifications occasionnées hâtivement sur les structures des maisons modifient les limites entre espaces publics et espaces privés. Sur le front défensif, lorsqu’une maison est menacée, l’escalier du rez-de-chaussée est démoli. Ce bouleversement facilite le déplacement des insurgés qui investissent les couloirs, créent des ouvertures dans les planchers et dans les murs du premier étage, et peuvent ainsi se déplacer librement dans toutes les directions, à travers de nouveaux réseaux de communication. « La guerre des rues ne se fait pas dans la rue, mais dans les maisons, non à découvert, mais à couvert » (p.63). Devenus espaces de mobilités, les intérieurs se transforment en espaces publics parcourus « littéralement et dans tous les sens ».

  • Détournement/évitement de certains lieux

Cette approche par les détournements ou évitements de certains lieux permet de situer les actions des collectifs de manière géographique, en terme de dynamiques urbaines, et éventuellement de sociabilités festives.

Les détournement des églises, utilisées pour les réunions de clubs des femmes ou d’autres organisations ouvrières, ou encore l’occupation de l’Hôtel de Ville ne sont pas sans rappeler le récent mouvement international Occupy, assimilé au mouvement des Indignés, qui dénonce les inégalités économiques et sociales dans de nombreuses métropoles mondialisées, notamment en Amérique du nord et en Europe[3]. Selon Kristin Ross, ces détournements « ont pour but, à la fois sérieux et ludique, de dépouiller l’original de sa fausse signification ou valeur ». Qu’il s’agisse de l’Hôtel de Ville ou de la colonne Vendôme, dans tous les cas, l’auteure note qu’il s’agit de territoires de l’ennemi. L’exemple de la colonne Vendôme est significatif : inspirée de la colonne Trajane à Rome, elle fut érigée pour commémorer la bataille d’Austerlitz Pour les Communard.e.s, elle constitue à ce titre une « agression perpétuelle » qui fige le temps (p. 19), un « monument de barbarie, un symbole de force brute et de fausse gloire, une affirmation du militarisme, une négation du droit international, une insulte permanente des vainqueurs aux vaincus, un attentat perpétuel à l’un des trois grands principes de la République française [Décret de démolition de la colonne]. Le 16 mai 1871, la colonne est abattue, et les plaques de bronze récupérées[4].

La Banque de France, en revanche, ne sera pas touchée. Selon Friedrich Engels, il s’agit là d’une lourde faute politique : « La Banque aux mains de la Commune, cela valait mieux que dix mille otages » (p.63). Mais pour l’auteure, en revanche, cet « échec » des Communards est « compensé par leurs réalisations dans le domaine de l’imaginaire ou du préconscient, qui se situent en dehors des fonctions de classes spécifiques et directement représentables, un espace dont on pourrait dire qu’il constitue le domaine du désir politique plutôt que du besoin » (p. 64). Le but de ces détournements/évitements est à chercher ailleurs que dans leurs seules caractéristiques spatiales ou fonctionnelles.

Rimbaud, la Commune et la géographie… Kristin Ross part à la recherche des multiples traces et présences de la Commune dans l’œuvre rimbaldienne. En effet, même s’il n’a pas participé directement à l’expérience de démocratie radicale mise en œuvre pendant les soixante-treize jours qui ont précédé la semaine sanglante, Rimbaud a manifesté dans ses textes, poèmes ou lettres, de profondes affinités avec la Commune, première grande révolte ouvrière.

Les contextes géopolitiques, politiques et économiques, en cette fin de dix-neuvième siècle sont marqués par de nombreuses migrations, massives, qui tissent de nouveaux réseaux et de multiples spatialités, autant que par l’établissement et l’exploitation d’un vaste espace colonial. Ces bouleversements incitent dans un premier temps l’auteure à établir une corrélation entre l’ouverture de l’espace géographique dans l’œuvre de Rimbaud et son passage de la poésie à la prose (p. 118). Mais elle nuance finalement son propos : « il semble que la poésie de Rimbaud –et la culture de la Commune en général- rend caduque ou artificielle pareille division entre la psychanalytique et le social » (p. 118).

À partir de l’exemple de la Commune, ce livre, par les liens subtils qu’il tisse entre différentes approches disciplinaires, invite à repenser les espaces où les liens et frontières de la politique et de la poésie s’entrecroisent. Un regard salutaire.


[1] Le terme de géographie sociale apparaît pour la première fois sous la plume d’un sociologue (P. de Rousier) pour désigner l’œuvre d’Élisée Reclus (L. Cailly in J. Lévy et M. Lussault Dictionnaiore de géographie et de l’espace des sociétés, Belin , 2003).

[2]Renée Rochefort: “Réflexions liminaires sur la géographie sociale”, Actes du Colloque de Lyon (1983), Géographie Sociale, 14-16 octobre 1982, éd. Daniel Noin, Paris, page 13.

[3] Sylvaine Bulle, « Pourquoi la rue inspire-t-elle la révolte ? Compétences émeutières et projet de transformation sociale dans le mouvement d’occupation mondial (Espagne, Israël, USA) » [translation : Sharon Moren], justice spatiale | spatial justice,n° 5, déc. 2012-déc. 2013 | dec. 2012-dec. 2013, http://www.jssj.org http://www.jssj.org/article/pourquoi-la-rue-inspire-t-elle-la-revolte-competences-emeutieres-et-projet-de-transformation-sociale-dans-le-mouvement-doccupation-mondial-espagne-israel-usa/

[4] Elle sera reconstruite à partir de mai 1873, en partie aux frais de Gustave Courbet qui avait adressé une pétition au gouvernement de Défense nationale le 14 septembre 1870 demandant que la colonne soit déboulonnée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *