Pédagogie ou usurpation ? A propos du Petit Lavisse confisqué par Dimitri Casali

 Rédactrice : Laurence De Cock

imagesJe ne reviendrai ici pas sur le projet Armand Colin de rééditer le Petit Lavisse (et pourquoi pas ?) et d’en confier l’augmentation à Dimitri Casali, auteur médiatique réputé pour ses prises de position très violentes contre les programmes de collège accusés de sacrifier l’histoire nationale sur l’autel de la repentance. Le collectif Aggiornamento a suffisamment décrypté et dénoncé ces sulfureux discours et Eric Fournier a fourni une exhaustive analyse de cette curieuse et regrettable décision éditoriale.  J’aimerais juste me concentrer  sur un aspect saillant de la justification de l’auteur face aux critiques qui lui sont régulièrement faites lorsque l’occasion est donnée à quelques historiens ou représentants de l’éducation nationale de lui apporter la contradiction. La réponse de Dimitri Casali, invariable, consiste, en une posture typiquement anti-intellectualiste, à prétendre ne s’adresser qu’aux enfants, « en pédagogue », qui n’entendent rien à ces débats de spécialistes. La pédagogie, affirme-il, se réduit à simplifier et enchanter à l’extrême le passé par des procédés-chocs d’inculcation spectaculaire de grandes figures et dates-repères au service de la gloire nationale. Féru recycleur de formules préfabriquées resservies sur chacun des plateaux de télévision[1], Dimitri Casali a finalisé  sa réflexion  pédagogique  dans un procédé novateur qualifié d’«historock » aujourd’hui d’ailleurs pédagogiquement validé par le site d’extrême-droite Boulevard Voltaire créé par Robert Ménard qui présente Dimitri Casali ainsi: « Il est aussi le créateur d’un concept pédagogique novateur, Historock, pour sensibiliser les plus jeunes à l’Histoire par la musique rock (Napoléon l’Opéra Rock) ».

Personnellement, je soutiens cette volonté de faire appel à des méthodes alternatives plébiscitées par l’Education nouvelle et permettant de varier les situations de classe, les ressources, et les activités des élèves. Toute méthode, à partir du moment où elle sollicite la participation et l’esprit critique est sans nul doute à défendre. Je reste néanmoins sceptique (allez, je confesse ma ringardise) sur les vertus éducatives ou intellectuelles d’une participation consistant à s’égosiller en clamant « Mais qui a gagné éééé à Waterloooo (…) contre l’Europe des rois oi oi coalisé ééé-e », ne comprenant pas réellement quel autre but est recherché que la communion autour des faits et gestes de l’Empereur. Dans ce cas, on conviendra qu’il ne s’agit pas stricto sensu de pédagogie de l’histoire, mais d’un véritable catéchisme du national. Mais que ne faisons nous encore du mauvais esprit ; le projet de poursuivre le Petit Lavisse ne révèle-t-il pas un sincère dévouement à l’enseignement de l’histoire ?

On peut en effet admettre qu’Ernest Lavisse était vraiment attaché à une pédagogie de l’histoire, dans le contexte qui était le sien, à savoir l’accompagnement d’une conscience républicaine et nationale dans une France en construction. Ce souci didactique  se lit à travers le style délibérément empathique, et surtout systématiquement dialogique : « Vous voyez que Saint-Louis est bien fatigué » écrit-il par exemple en commentant l’une des nombreuses illustrations du Petit manuel. L’ensemble du livre, peu soucieux des frontières entre l’histoire et la fiction, raconte une épopée héroïque et assume une forme de pédagogie des affects aujourd’hui certes caricaturale et surannée mais pensée à l’époque comme une nécessaire adaptation au public visé. D’où l’usage immodéré d’adjectifs qualificatifs : « plus juste des rois », « les méchants seigneurs », « un roi très brave » etc. D’où également la fameuse phrase lavissienne confisquée à son tour par le répertoire casalien : « L’histoire ne s’apprend pas par cœur, elle s’apprend par le cœur ». Le petit Lavisse se présente donc comme une alternance de vignettes et de récits. Les images sont à la fois illustrations et prétextes à poursuivre le récit par une interpellation assumée de l’enfant. Elles ne sont pas des sources comme dans les manuels d’aujourd’hui puisqu’elles sont produites pour le livre d’histoire, mais elles ne sont pas non plus de simples décorations ; elles jalonnent ce qui ressemblerait peu ou prou à un souci de démonstration et surtout d’interactivité. Les pages se terminent également par un bilan où les mots-clés sont en italique et petit questionnaire récapitulatif qui évalue la compréhension de lecture et de description des images ainsi que la capacité de restitution des connaissances.

Illustration 1 : l’image comme source d’interpellation des élèves au sein de la narration

 image1 casali

Illustration 2 : Un exemple de questionnaire-bilan (restitution de connaissances, élaboration d’hypothèses, description des images)

 casali image 2

 Dans le cadre d’une histoire de l’enseignement de l’histoire, le petit Lavisse ne peut donc pas être réduit, comme le font ses contempteurs, en vecteur caricatural d’une vaste entreprise de propagande patriotique et républicaine. Produit de son temps, il témoigne également d’une réflexion en cours sur une didactique de l’histoire.

Il fallait donc un certain panache pour prétendre poursuivre cette œuvre datant de plus d’un siècle. La gageure imposait de se mouler dans l’historicité propre de cette genèse de l’enseignement républicain de l’histoire ; d’en adopter/adapter le registre de langue et le procédé pédagogique. Or, disons le, le résultat est grossier.  Peu scrupuleux des réflexions sur l’enseignement de l’histoire,  le texte repris par Dimitri casali (40 pages à partir de la Seconde Guerre mondiale) ne s’encombre d’aucun souci de fidélité ni au style, ni à l’entreprise lavissiens ici caricaturalement instrumentalisé comme tremplin du fidéisme nationaliste du nouvel auteur. Ainsi voit-on disparaître la perspective interactive dans le récit[2]. A aucun moment Dimitri Casali ne s’adresse aux enfants prétendus-lecteurs. Outre quelques emphases attendues à la gloire de héros nationaux, le registre de langue n’a rien de comparable avec Lavisse. L’écriture est desséchée, descriptive, sans aucun usage didactique, au sein du récit, de l’iconographie  réduite à la plus élémentaire illustration.

Le questionnaire final s’avère parfois très problématique, notamment lorsque, p191, est demandé « Le maréchal Pétain s’engage-t-il dans une politique de collaboration ? », rendant implicitement recevable une réponse négative.

Problématique également lors du passage sur la guerre d’Algérie où s’enchainent à la fin trois questions à partir de l’illustration suivante : (P215) :

casa4

(illustration : Marc-Olivier Nadel)

–       Observer (sic) l’image page 214 Pourquoi cette femme quitte-t-elle l’Algérie avec cette lourde valise ?

–       Comment le général de Gaulle a-t-il mis fin à la guerre d’Algérie ?

–       Quel fut le bilan humain de la guerre d’Algérie ?

Il va de soi que l’élève étant préalablement appelé à s’inspirer de l’iconographie, la dernière réponse sera uniquement conditionnée par la lecture de l’image, appelant une réponse uniquement focalisée sur la souffrance des Français(e)s d’Algérie.

Le questionnaire peut aussi confiner volontiers à l’absurde : « A ton avis, la reconstruction de la ville de Caen sera-t-elle courte ou longue ? » (p203) et à l’incompréhensible : « Comment la IVème république se distingue-t-elle ? » (p203).

 Le sommet de la malhonnêteté réside enfin dans la conclusion où Dimitri Casali vend la mèche de toute l’entreprise : « Il existe non seulement une fracture sociale, mais aussi une profonde fracture nationale au sein même de la population française. Nos hommes politiques désemparés devant les enjeux du présent et les perspectives de l’avenir sont incapables de réconcilier les Français entre eux. Dans ce nouveau monde globalisé, plus notre identité se dissout, plus notre mémoire devient courte et plus la profondeur historique apparaît comme une nécessité ».

 On admettra que le discours ne s’adresse guère aux enfants de 7-8 ans comme le prétend Dimitri Casali en introduction. Le petit Lavisse devient ici simple réceptacle de la vulgate médiatique des « historiens de garde ». Dès lors, comme souvent, il vaut mieux préférer l’original à la copie, car la question mérite  d’être soulevée quant à la véritable nature de cette entreprise éditoriale : pédagogie ou usurpation ?

Addendum : 19 septembre 2013 

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui Aggiornamento relaie le Figaro littéraire :

« Le Figaro Littéraire, jeudi 19 septembre 2013, p. 6

Un nouvel « historien du dimanche »
ESSAI Dimitri Casali associe son nom à celui du grand historien Ernest Lavisse. Une démarche grotesque.

jacques de saint victor

IL FUT un temps où ceux qui s’appelaient des « historiens du dimanche » , parce qu’ils n’enseignaient pas à l’université, rendaient de précieux services à la compréhension de l’histoire. Certains, comme Philippe Ariès, avaient même une oeuvre à faire rougir bien des universitaires. Mais, aujourd’hui, l’ « historien du dimanche » n’a généralement plus ce mérite. Il se contente de coiffer une synthèse historique souvent banale, quand elle n’est pas contestable, d’un titre accrocheur. On a pu lire, dans le genre, des histoires pour les nuls, des histoires enchantées, ou encore une histoire de France interdite. Jouant généralement sur l’idée facile – pas toujours fausse mais qu’il faudrait, justement, replacer dans une perspective historique – qu’on-n’apprend-plus-l’histoire-à-nos-enfants, les « nouveaux historiens du dimanche » deviennent les hôtes des médias car les ventes y valent mérite scientifique. Et le tour est joué.Aussi déconcertant que navrant. M. Casali, qui a à son palmarès une série de synthèses historiques de cet acabit (dont un Altermanuel d’histoire de France, qu’il sous-titra Ce que nos enfants n’apprennent plus au collège, histoire d’être sûr de ratisser large), va encore plus loin. Le voilà qui pense désormais pouvoir associer son nom à celui d’Ernest Lavisse qui, lui, ne s’était pas contenté de simples synthèses mais avait une oeuvre universitaire importante et reconnue.En mettant de côté l’immodestie d’une telle démarche, ce projet est à la fois aussi déconcertant que navrant. Lavisse était un très grand historien avant de devenir sous la IIIe République le chantre du « roman national » . Mais son célèbre petit manuel est aujourd’hui très daté. L’idée de poursuivre un tel travail jusqu’à nos jours, sans prendre le moindre recul, est tout simplement une démarche grotesque. Pour ne pas dire plus. »

 


[1] « La vérité n’est ni toute noire ni toute blanche, elle est toujours grise » ou encore « La France est malade de son histoire »

[2] Dimitri Casali n’interpelle les enfants que dans le questionnement de fin de chapitre


8 réflexions au sujet de « Pédagogie ou usurpation ? A propos du Petit Lavisse confisqué par Dimitri Casali »

  1. Jérôme

    Avez-vous connaissance des manuels scolaires de Philippe Nemo publiés aux éditions La librairie des Écoles ? Destinés au primaire, très classiques dans leur approche « roman national », ils me semblent un autre exemple dans le prolongement de Lavisse.

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Il ne faut pas voir dans mon texte un quelconque éloge des manuels de Lavisse ; je tente simplement de les replacer dans leur historicité propre pour démonter le projet de com de Casali.
      Tout ce qui ressemblerait aujourd’hui au petit lavisse me semble totalement inadapté au enjeux contemporains de l’Ecole, et de la société.
      Autant vous dire que le discours de Philippe Nemo sur l’école me file de l’urticaire géant. Quant à ouvrir ses livres, je frôlerais donc le choc analphylactique.
      Bien cordialement
      Laurence De Cock

      Répondre
  2. POTHIER Francis

    La vraie question , au delà des outrances ou des maladresses de Casali reste celle de l’histoire nationale , actuellement massacrée par les programmes, et de l’histoire politique en particulier. et ce quelques soient les perspectives intellectuelles et politiques de Casali. Oui les responsables politiques sont désemparés devant les enjeux du présent ( c’est une évidence !); la France est en train de se noyer dans « l’eurolibéralisme »et il est déplorable que le S N E S et » aggiornamento » cautionnent cette dérive.
    J’ai rçu votre texte accompagné d’un commentaire hostile à la charte de la laîcité… Si ce n’est pas vendre la mèche ?? F P

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      Je ne comprends pas le sens de votre dernière phrase Monsieur.
      Quant à la disparition de l’histoire nationale, je crois que la question est surtout mal posée. La question n’est pas de savoir si l’on doit enseigner l’histoire nationale (ce serait évidemment idiot de se prononcer contre) mais quelle histoire nationale enseigner. Celle de la litanie des héros et de leurs hauts faits et gestes ? Celle, plurielle, des hommes et des femmes ordinaires, d’ici et d’ailleurs ? subissant ou agissant sur des évènements dont on n’a pas à classer l’importance sur léchelle de Richter du pathos ou de la gloriole.
      Quant à se noyer dans l’eurolibéralisme… je ne sais pas ce que cela signifie. Laissons donc sa juste place à l’enseignement de l’historie avant de le parer de toutes les vertus thaumaturgiques.

      Répondre
  3. Pierre Jacolino

    Disons que du moment où l’on dit que
    « dans le cadre d’une histoire de l’enseignement de l’histoire, le petit Lavisse ne peut donc pas être réduit, comme le font ses contempteurs, en vecteur caricatural d’une vaste entreprise de propagande patriotique et républicaine, »
    il me semblait qu’il y avait tout de même une prise de distance avec une lecture purement critique de la pédagogie lavissienne, et donc une certaine « positivité » de l’analyse.

    Plus important, vous semblez dire que cette pédagogie de l’histoire a été dépassée par la réflexion didactique, puisqu’elle « ne pourrait suffire aujourd’hui pour l’enseignement de l’histoire. » Est-ce à dire que la réflexion didactique actuelle aurait intégré les apports pédagogiques de Lavisse et de ses successeurs (une pédagogie de l’histoire « par l’aspect »)?

    Il me semble quant à moi que certains points extrêmement importants de ce paradigme pédagogique n’ont pas été repris par les pédagogies actuelles. Je pense à l’importance de l’illustration, notamment pour l’enseignement dans les petites classes. L’observation d’illustration a été en effet abandonnée au cours des années 60 et l’on n’en trouve plus trace dans les manuels actuels, qui privilégient, très tôt, la reproduction de documents authentiques.

    Il est alors contestable de faire du petit Lavisse une « étape » dans l’évolution de la réflexion didactique. Il s’agit bien plus d’un continent perdu, submergé par les principes et pratiques pédagogiques issus de l’Education nouvelle, englouti par les pratiques dogmatiques et purement magistrales qui préexistaient et ont perduré malgré l’esprit nouveau impulsé par Lavisse. On n’en voit plus que la pointe émergée, c’est-à-dire la partialité politique et les objectifs catéchétiques.
    Cela dit sans prétendre que rien n’était améliorable dans cette méthode d’enseignement. De fait, des améliorations y ont été apportées jusque dans les années 60 (il suffit de voir les manuels d’histoire plus récents).

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      je ne qualifierais pas la pédagogie de Lavisse de « positive » ; je me contente de l’historiciser en montrant qu’elle constitue une étape importante dans la réflexion sur la didactique de l’histoire. Au delà de ça, et dans une perspective plus actuelle, il va de soi qu’elle ne pourrait, à mes yeux, suffire aujourd’hui pour l’enseignement de l’histoire.
      Laurence DC

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *