Le temps, l’espace, le passé, le présent : quelle combinatoire pour quel enseignement ?

Auteur : Vincent Capdepuy

pdficon_large

Introduction

La réforme et la contreréforme de l’enseignement de l’histoire-géo en série scientifique au lycée ont suscité de nombreuses protestations, quoique pas toujours médiatisées ni très convergentes, et ont abouti à une mesure régressive autant sur le plan des horaires que sur celui des programmes. Dont acte. Il est cependant un point particulier éclipsé par le débat général : pendant deux années scolaires, de la rentrée 2012 au bac 2014, aura été brièvement expérimenté un enseignement optionnel à la teneur inédite fusionnant histoire et géographie. Plus de programmes disjoints, juxtaposés, comme à l’accoutumé, mais une seule et unique liste de questions où s’entremêlent à des degrés divers l’histoire et la géographie : deux questions obligatoires portant sur la période allant du début du XXe siècle à nos jours, l’une sur la mondialisation, l’autre sur les enjeux et les recompositions géopolitiques du monde, et deux questions au choix, « représenter le monde » ou « innovations et sociétés », sans période précisée[1].

Un an d’expérimentation et une mort annoncée ne suffisent évidemment pas pour dresser un quelconque bilan. Pourtant, parmi les rumeurs des couloirs, on entendrait presque un regret suscité par cette disparition. L’histoire-géo n’aurait-elle pas pu laisser la place à un enseignement de géohistoire ? Au-delà du tour de passe-passe linguistique, on peut effectivement s’interroger sur la possibilité réelle d’un enseignement renouvelé combinant intimement histoire et géographie, et sur sa pertinence. Mais faudrait-il encore s’accorder sur ce que pourrait être cette géohistoire, cette combinatoire du temps et de l’espace, qui n’a nulle chaire universitaire, nulle revue dédiée, nul manuel.

Les intrications de l’histoire et de la géographie mériteraient une histoire à elles-seules[2]. Tout juste, rappellerai-je qu’en 1566, Jean Bodin, dans son ouvrage Methodus ad facilem historiarum cognitionem, parlait déjà des geographistorici universales : Strabon, Pomponius Mela, Pausanias, Raphaël Volterra, Sébastien Münster, mais aussi Léon l’Africain, voire Solin et Pline. Ces « géographistoriens » avaient, selon Bodin, la particularité d’écrire l’histoire en suivant un ordre géographique, et non selon l’ordre chronologique. Depuis, géographie et histoire se sont progressivement distinguées l’une de l’autre comme deux disciplines spécifiques, sans pour autant cesser de s’entrecroiser.

C’est dans le fil de cette histoire de la « géographistoire » que trouve place l’invention du terme « géohistoire » par Fernand Braudel lors de sa captivité en Allemagne, à l’occasion des conférences qu’il donna à deux reprises, en 1941 à l’Oflag de Mayence, puis en 1943-1944 à l’Oflag de Lübeck (Braudel, 1997). Avant même d’aborder la question d’un éventuel enseignement géohistorique, il convient donc de s’attarder sur le positionnement de Fernand Braudel et sur les différentes géohistoires qui ont pu émerger au cours du demi-siècle qui a suivi.

1. La géohistoire braudélienne, le temps long des milieux

Alors que le mot de « géohistoire » évoque immanquablement celui de « géopolitique », qui semble avoir servi de modèle, le choix d’un néologisme révèle clairement une volonté de se démarquer d’une géopolitique que Braudel juge trop limitée à l’étude des faits politiques, mais aussi de la géographie historique pratiquée par Auguste Longnon (1869, 1922), trop souvent restreinte aux frontières politiques et aux divisions administratives. La géohistoire devait, au contraire, ouvrir à la prise en considération du milieu naturel, de l’« environnement » ‑ terme qu’il reprenait aux géographes américains ‑, dans la lignée des réflexions de Vidal de La Blache et de Lucien Febvre.

Le mot de « géohistoire » devint public en 1949 avec la parution de sa thèse La Méditerranée et le monde méditerranéen au temps de Philippe II, soutenue après-guerre. Le mot y apparaît en conclusion de la première partie, consacrée à la présentation de l’espace méditerranéen, « La part du milieu » ; pourtant, le texte semble déjà en sonner le glas :

« Géohistoire : notre essai mériterait-il de porter ce nom si nous réussissions jamais à acclimater, en français, ce vocable à consonances barbares ? » (Braudel 1949, p. 295)

Braudel y définissait la géohistoire comme la transposition de la géographie dans le passé :

« Poser les problèmes humains tels que les voit, étalés dans l’espace et si possible cartographiés, une géographie humaine intelligente : oui sans doute, mais les poser non point seulement pour le présent et dans le présent, les poser dans le passé, compte tenu du temps ; détacher la géographie de cette poursuite des réalités actuelles à quoi elle s’applique uniquement, ou presque, la contraindre à repenser, avec ses méthodes et son esprit, les réalités passées et, par là même, ce que l’on pourrait appeler les devenirs de l’histoire. » (Braudel 1949, p. 295)

On comprend ainsi, à rebours, que la géographie classique est la science à la fois de l’espace et du présent, tandis que l’histoire est la connaissance du temps et du passé. Il y aurait une sorte de parallélisme catégorique entre les deux disciplines ; et la géohistoire pourrait consister précisément à croiser ces approches :

« obliger ainsi les géographes (ce qui serait relativement facile) à prêter plus d’attention au temps et les historiens (ce qui serait plus malaisé) à s’inquiéter davantage de l’espace et de ce qu’il supporte, de ce qu’il engendre, de ce qu’il facilite et de ce qu’il contrarie – d’un mot, les amener à tenir un compte suffisant de sa formidable permanence : telle serait l’ambition de cette géohistoire dont nous osons à peine prononcer le nom » (Braudel 1949, p. 296).

Or le croisement de ces deux grilles de lecture pose questions :

Passé Présent
Temps HISTOIRE ?
Espace ? GÉOGRAPHIE

La première question qui émerge est celle du temps présent : est-il l’objet d’étude de l’histoire ? Braudel s’en méfie. L’avantage de l’historien est de pouvoir regarder les faits passés avec un recul suffisant pour en faire le tri, pour les ordonner et leur donner du sens :

« Privilège immense ! Qui saurait, dans les faits mêlés de la vie actuelle, distinguer aussi sûrement le durable et l’éphémère ? Pour les contemporains, les faits se présentent trop souvent, hélas, sur un même plan d’importance, et les très grands événements, constructeurs de l’avenir, font si peu de bruit – ils arrivent sur des pattes de tourterelles, disait Nietzsche – qu’on en devine rarement la présence. » (Braudel 1950, p. 38)

On est là en 1950, et l’histoire se pense encore au passé. Il faudra attendre encore un peu pour que les historiens s’intéressent à un temps plus strictement contemporain (Rémond 1957, Soulet et Guilaine-Lorinet 1989, Garcia 2010, Sirinelli 2011).

La deuxième question porte sur l’étude de l’espace des sociétés dans le passé : est-ce du domaine de l’histoire ? ou bien de la géographie ? On peut comprendre que se trouve ici la place de la géohistoire telle que la définit Braudel : prendre en compte l’espace dans l’explication des faits historiques.

Passé Présent
Temps HISTOIRE ?
Espace GÉOHISTOIRE GÉOGRAPHIE

C’est ce qu’il disait en captivité :

« Le géographe travaille donc sur l’actuel – c’est sa faiblesse et sa force ‑, sur le monde tel qu’il est, et s’il met le passé en cause, c’est, non pas pour lui-même, mais comme une explication du temps présent. Essayer de transposer ce travail dans le passé, nous demander, par exemple, quelle fut la géographie humaine sociale de la France au temps de Louis XIII, ou de telle ou telle partie de l’Amérique précolombienne, voilà le programme de la géohistoire. » (Braudel 1997, p. 87)

La géohistoire n’est donc pas la subsumption de l’histoire et de la géographie en une discipline synthétique :

« Le danger, car il y a encore un danger, ce serait à l’opposé de ceux qui ne le reconnaissent pas, de ne plus apercevoir qu’elle. La géohistoire n’est pas, alors disons-le avec force, ne peut pas être toute l’histoire. Une des faiblesses des admirables ouvrages d’Émile-Félix Gautier est justement de n’avoir vu l’histoire, très souvent, qu’avec les yeux perçants et neufs d’un géographe. En vérité, il nous faut d’autres yeux pour tout voir et comprendre. » (Braudel 1997, p. 114).

On peut penser qu’au contraire, Fernand Braudel en reste à une conception assez classique selon laquelle la géographie reste une discipline ancillaire par rapport à l’histoire. Il se distingue donc d’auteurs comme Conrad Malte-Brun et plus encore Élisée Reclus, qui considéraient l’histoire et la géographie dans la continuité l’une de l’autre :

« [La Géographie] ne diffère de l’Histoire que parce que l’une se règle sur le Temps, et l’autre sur l’Espace. La Géographie n’est au fond qu’une Histoire qui s’arrête pour considérer le présent. » (Malte-Brun 1807, p. 5)

« Vue de haut, dans ses rapports avec l’Homme, la Géographie n’est autre chose que l’Histoire dans l’espace, de même que l’Histoire est la Géographie dans le temps. » (Reclus 1905, p. 2)

Lorsque Braudel appelle à historiciser la géographie, et à géographiciser l’histoire, la symétrie s’avère finalement illusoire. Il s’était opposé à l’autonomisation de la géographie, notamment depuis la création d’une agrégation séparée de celle d’histoire, en 1943, à l’instigation d’Emmanuel de Martonne :

« Tout cloisonnement des sciences sociales est une régression. Il n’y a pas d’histoire une, de géographie une, d’économie politique une ; il y a un groupe de recherches liées et dont il ne faut pas desserrer le faisceau. » (Braudel 1951, p. 492)

« Pour nous, il n’y a pas de sciences humaines limitées. Chacune d’elles est une porte ouverte sur l’ensemble du social et qui conduit dans toutes les pièces et à tous les étages de la maison. » (Braudel 1951, p. 491)

Aux yeux de Braudel, il n’y a pas plus d’homo geographicus que d’homo economicus. La différence entre les sciences sociales n’est qu’une question de point de vue et de méthode. Ce qui aboutit à la « maison des sciences de l’homme », fondation créée en 1963 et dirigée par Fernand Braudel jusqu’à sa mort en 1985.

Il n’en demeure pas moins que parmi les sciences sociales, l’histoire reste la discipline maîtresse :

« Historiens, nous qui, avec les sociologues, sommes les seuls à avoir un droit de regard sur tout ce qui relève de l’homme, c’est notre métier, notre tourment aussi, de reconstituer, avec des temps différents et des ordres de faits différents, l’unité de la vie. “L’histoire, c’est l’homme”, selon la formule de Lucien Febvre. » (Braudel 1950, p. 44)

Braudel ne le dit pas explicitement, mais ce texte pourrait laisser penser que finalement, dans le partage du passé et du présent de l’homme, ce n’est pas à l’histoire et à la géographie qu’échoient respectivement l’un et l’autre, mais à l’histoire et à la sociologie. On en trouverait confirmation dans une phrase prononcée lors d’une conférence donnée au Collège philosophique en 1955 :

« L’histoire et la sociologie sont même les seules disciplines qui essaient de reconstituer l’ensemble du spectacle de l’homme, les seules qui soient vraiment totalitaires, l’histoire plutôt dirigée vers le pays des morts, et la sociologie vers le monde des vivants. » (Braudel 1997, p. 166)

Cependant il prend garde de mettre à distance cette distinction trop franche :

« Mais vous savez bien que la limite entre le monde des morts et le monde des vivants se déplace à chaque instant, qu’il n’y a pas de limite entre passé et présent, si bien que l’histoire et la sociologie devraient toujours collaborer, alors qu’elles se heurtent quelquefois comme des visions différentes du monde.

[…]

Il faut donner sa pleine signification à la très forte remarque de Lucien Febvre : l’histoire n’est pas seulement l’étude du passé, mais aussi l’étude du temps présent. » (Braudel 1997, p. 167)

On aboutit ainsi au tableau suivant :

Passé Présent
Temps HISTOIRE SOCIOLOGIE
Espace GÉOHISTOIRE GÉOGRAPHIE

 Pour Fernand Braudel, l’espace et le temps ne sont pas deux dimensions de l’existence pouvant être appréhendées de façon analogue. L’une englobe l’autre : l’espace est dans le temps ; et la géohistoire braudélienne ne peut se comprendre que comme une histoire géographique des milieux.

Toutefois, à relire aujourd’hui La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, notamment le deuxième livre consacré à l’économie, on pourra trouver des analyses qu’on jugera géohistoriques, avec, par exemple, l’introduction de la notion d’« économie-monde » (Weltwirtschaft), que Fernand Braudel est le premier à utiliser en France, avec une traduction devenue aussi canonique que problématique[3] ; ou bien encore avec la notion, méconnue mais ô combien pertinente, d’« espace-mouvement » (Capdepuy, 2010).

Au-delà, on pourrait également évoquer la question de la relation entre histoire et anthropologie et notamment le débat opposant Fernand Braudel et Claude Lévi-Strauss (Braudel, 1958) : si l’histoire est la science des hommes dans le temps, l’anthropologie peut-elle se définir comme la science des hommes dans un temps suspendu ? La critique très vive de Johannes Fabian sur l’allochronie de l’anthropologie au début des années 1980 a marqué un tournant dans la recherche anthropologique (Fabian, 2006) et il paraît assez évident que même dans une démarche structuraliste, il n’est plus possible de faire abstraction du temps. Inversement, les événements historiques ne peuvent être compris que si on les replace dans un ordre culturel (Sahlins, 1989). Ainsi, c’est la nature même du temps et de l’espace qui est devenue aujourd’hui un objet de réflexion critique à travers les notions de régimes d’historicité et de régimes de géographicité (Hartog, 2003 ; Djament, 2004 ; Delacroix et al., 2009) et à travers deux courants disciplinaires : la métahistoire et la métagéographie.


2. Des géohistoires : de l’histoire à la géographie

Après son invention, le mot de « géohistoire » a connu une notoriété variable. La nouveauté du vocable et l’importance majeure de la thèse de Braudel ont été les bases d’un effet de mode indéniable. Dès la fin des années 1940, plusieurs auteurs ont repris le mot, mais sans pour autant lui donner une définition très précise, et le mot-valise a été porté avec des contenus très divers, tant qu’il s’agissait d’un mélange d’histoire et géographie. Le premier à avoir repris le mot est Charles Morazé, dans un texte écrit dès la fin de l’année 1947, c’est-à-dire juste après la soutenance de la thèse de Braudel et avant même la publication de celle-ci. Dans ses Trois essais sur histoire et culture, Charles Morazé s’empare littéralement de la géohistoire pour en faire le mot d’ordre d’une réforme de la recherche en sciences humaines, où « l’histoire (et la géographie) » – comme il l’écrit – deviendrait la discipline maîtresse sous laquelle se rangeraient toutes les autres spécialités :

« Tout acte humain fabrique de l’histoire. En vain prétendons nous faire de l’histoire une discipline entre autres. Elle est, à la fois, une discipline entre autres, et l’indispensable base de la culture. Elle seule (appuyée sur l’indispensable géographie bien entendu) peut tout regrouper.

[…]

Ainsi, il faut en hâte, rendre à la Géohistoire sa prééminence, comme à l’arbitre de toute discipline. Non certes en montant les historiens sur des piédestaux ; tous les historiens d’aujourd’hui sont, depuis vingt ans, débordés de toute part par des mouvements qu’ils ne comprennent plus. Mais, en nous persuadant, quelle que soit notre spécialité, que chacun d’entre nous est en plus historien (et géographe, bien entendu). – Nous avons tous des devoirs envers l’Histoire et la Géographie. Remplissons-les exactement, alors l’Histoire sera capable d’être le guide indispensable de toutes nos recherches ! » (Morazé 1948, p. 57)

Mais Charles Morazé pousse encore plus loin, peut-être à l’excès, en voulant instaurer une véritable hiérarchie des savoirs et des chercheurs, placés sous la houlette d’« intelligences » qui ne seraient pas étriquées par une quelconque spécialité :

« Comment découvrir les digni sunt, capables de généraliser, de concourir à la solidité de notre synthèse originelle ? Ils se reconnaissent à la justesse universelle de leurs observations, à leur bon sens. Ce n’est, disions-nous à propos de la première synthèse, que question d’intelligence et de culture. » (Morazé 1948, p. 59).

Morazé appelle ainsi de ses vœux une véritable révolution du monde de la recherche qui mettrait la culture générale non pas à la base de celle-ci, mais bien au sommet, car elle seule est à même de guider le progrès de la connaissance, dont elle est le point d’aboutissement. Or, pour Morazé, la culture générale et la géohistoire ne sont qu’une seule et même chose.

Lucien Febvre, qui a dirigé la thèse de Braudel et qui a préfacé l’ouvrage de Morazé, ne cache pas son enthousiasme à voir le mot repris :

« Quant à la nécessaire solidarité de l’Histoire et de la Géographie, à réunir dans l’unité nouvelle de ce que Fernand Braudel a proposé d’appeler la Géohistoire : voilà quarante ans que je me bats pour en obtenir la reconnaissance. Et l’on devine ma joie à voir repris par Charles Morazé, avec la logique passionnée qu’il apporte dans ces débats, les thèmes fondamentaux que je n’ai cessé – dans La Terre et l’Évolution notamment – de formuler et d’orchestrer de mon mieux. » (Febvre 1948, p. vi).

Par la suite, Charles Morazé, dans Les bourgeois conquérants, publié en 1957, livra un vaste récit de l’expansion européenne au XIXe siècle, « d’un bout du monde à l’autre » pour reprendre le vers du Bateau ivre cité par Morazé. S’y mêlent réflexions historiques et remarques géographiques, mais le terme de « géohistoire » n’apparaît pas. La conclusion même du premier livre de la thèse de Braudel, où il définit ce qu’est la géohistoire, disparaît lors de la réédition de l’ouvrage en 1966 ‑ sans explication. Le mot était-il donc si affreux pour que Braudel lui-même cessât de l’employer ?

Tandis que le mot s’éclipse, une autre expression apparaît, celle d’« histoire géographique », utilisée pour la première fois semble-t-il en 1957, sous la plume de Fernand Braudel, dans une note de bas de page d’un article de Pierre Chaunu à propos de la parution de l’atlas qui clôture l’œuvre de Huguette et Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique : « Avec cette publication l’histoire “géographique” marque un point – et d’importance. »[4] Sans doute faut-il voir là l’influence de l’historien britannique Clifford Darby (1953).

À partir de là, l’expression d’« histoire géographique » connut un certain succès pour désigner non pas une école historique, mais une série de travaux de recherche menés par des historiens à la fin des années 1950 et au cours des années 1960, et caractérisés notamment par l’utilisation de la cartographie. Jacques Bertin y joue un rôle important ; il réalise ainsi les cartes pour la réédition de La Méditerranée et le monde méditerranéen au temps de Philippe II parue en 1966.

En 1959, Maurice Lombard, dans un article consacré au « bois dans la Méditerranée musulmane aux VIIe-XIe siècles », a magistralement développé ce qu’était la « géographie rétrospective » – expression utilisée au début de son introduction – ou l’« histoire géographique » – expression utilisée à la fin de celle-ci[5] :

« Pour un moment historique choisi en raison de son importance particulière (et aussi, il va de soi, en raison d’une masse suffisante de documents exploitables dans les cadres imposés par l’étape actuelle des techniques de l’histoire), une cartographie la plus poussée possible des produits clés (denrées alimentaires, matières textiles, bois, métaux, etc.), à condition de les envisager chacun comme un problème dont il faut dégager les aspects et les éléments, serait une contribution importante à la connaissance de la période étudiée. D’autant plus que la série de cartes ainsi dressées devient à son tour un ensemble de documents, de cadres originaux où se noue tout un réseau de relations alors – mais alors seulement – perceptibles, ouvre un champ neuf de réflexions propres et se révèle nouveau moyen de connaissance : magie de la carte, de l’image dans une société qui, s’y référant de plus en plus, prépare l’esprit à mieux y découvrir de nouvelles voies de raisonnement. » (Lombard 1959, p. 234)

Or cette utilisation de la carte comme instrument heuristique est soulignée par Charles Higounet en 1961 dans un chapitre qu’il rédige pour l’ouvrage collectif L’histoire et ses méthodes, publié sous la direction de Charles Samaran, et qu’il intitule précisément « La géohistoire » :

« La carte en répondant à la question où ? peut suggérer des éléments de réponse aux questions comment ? et pourquoi ? C’est en quelque sorte une “expérience” qui, comme telle, peut réussir, mais aussi échouer. » (Higounet 1961, p. 83-84)

Il est intéressant de voir combien, trente ans après, cette histoire géographique par la cartographie a marqué les esprits puisque c’est essentiellement cela qui est évoqué par Patrick Boucheron et Michel Vovelle dans le volume des Cahiers EspaceTemps consacré à l’histoire/géographie (Boucheron, 1998 ; Vovelle, 1998). Cependant, le terme même de « géohistoire » a fini par tomber en désuétude parmi les historiens, et il est étonnant de constater que, cinquante après son invention, la géohistoire a pour ainsi changé de « bord » et qu’elle est aujourd’hui passée à la géographie.

Tout d’abord, et c’est sans surprise au regard de ce que Fernand Braudel concédait lui-même à propos de la géopolitique, le terme de géohistoire a été repris par Yves Lacoste et Béatrice Gibelin :

« Que faut-il entendre par géo-histoire[6] ? Il ne faut pas confondre avec ce que l’on appelle la géographie historique. Cette dernière peut être considérée comme la description et l’explication de situations géographiques, notamment des formes de peuplement et de mise en valeur, à telle ou telle époque plus ou moins lointaine du passé. […]

La géo-histoire et les réflexions qui s’en réclament (et notamment celles de Fernand Braudel […]) portent sur des étendues de beaucoup plus grandes dimensions : il ne s’agit plus de dizaines de kilomètres, mais de centaines et même de milliers de kilomètres. La géo-histoire se soucie de vastes portions de continent, dans la mesure où de vastes mouvements de peuples, de civilisations, d’empires s’y déploient et s’y affrontent sur des temps plus ou moins longs, sur plusieurs siècles et parfois même des millénaires : ainsi parle-t-on de géo-histoire pour observer et expliquer, par exemple, la poussée du peuple chinois, plus exactement des Hans, depuis la Chine du Nord vers les terres tropicales, 2500 kilomètres plus au sud, ou l’expansion de l’Islam ou celle des Bantous sur toute une partie du continent africain, ou la diffusion des Polynésiens sur une grande partie du Pacifique, etc.

On tient alors compte des conditions naturelles, des grandes configurations du relief, des grandes formations végétales et des données climatiques, et tout autant des facteurs culturels, politiques et démographiques qui poussent et facilitent le déplacement des peuples et des idées sur de vastes territoires, et de tout ce qui y fait obstacle. Dans ces vastes mouvements séculaires, il y a aussi pour les empires de soudaines avancées et de brusques reculs, d’où une série de changements et de mutations brutales, marqués par de brusques exodes de populations, si ce n’est par des génocides. » (Lacoste 1998, p. 15)

Mais si cette définition est tout à fait recevable, il reste qu’elle ne donne en fait guère lieu à des applications par les auteurs en question. Le livre même dont elle est extraite, pourtant intitulé Géohistoire de l’Europe médiane, n’y répond pas. On y trouve de la géographie, des éclairages politiques ou historiques, mais pas de géohistoire telle que définie ci-dessus.

La géohistoire d’aujourd’hui a une autre généalogie. On peut en suivre la résurgence avec l’ouvrage d’Alain Reynaud consacré à l’histoire de la Chine. Son travail de recherche est publié pour la première fois en 1985 sous le titre Le polycentrisme dans la Chine des Printemps et des Automnes (721-472 av. J.-C.) : étude de géohistoire sérielle. La référence à la géohistoire paraît marginale. Moins de dix ans plus tard, en 1992, Alain Reynaud tire de son travail un épitomé, qu’il publie aux presses du GIP-Reclus, sous le titre Une géohistoire. La Chine des Printemps et des Automnes. Reims et Montpellier – on retrouve ici les deux pôles de la Nouvelle Géographie à la charnière des années 1980/1990. Pourtant, il est amusant de constater qu’en 1992, pour Alain Reynaud, la géohistoire appartient encore aux historiens :

« La géographie historique consiste alors à traiter des thèmes géographiques dans un compartiment du passé. Elle peut être pratiquée par des historiens, sous le nom de géohistoire ou d’histoire géographique, s’ils ont fait l’investissement nécessaire en géographie et s’ils estiment “l’espace, bon à penser”, selon l’heureuse formule de Jacques Le Goff. Elle peut l’être par des géographes, s’ils acceptent de se pencher sur les sources pour les interroger et non pour concurrencer les historiens dans les domaines qui sont habituellement les leurs. » (Reynaud 1992, p. 12)

De fait, c’est principalement Christian Grataloup qui va mettre en avant le terme de géohistoire à partir du milieu des années 1990, dans sa thèse, L’espace de la transition, Essai de géohistoire chorématique (1994), puis dans un livre, Lieux d’histoire, Essai de géohistoire systématique (1996). Paradoxalement, la notion même de géohistoire n’y apparaît pas clairement définie, hormis par le titre de l’introduction de ce dernier : « une géographie de l’Histoire ». Le jeu d’écriture est ici important car il s’agit bien pour Christian Grataloup d’entreprendre une étude géographique de l’histoire des sociétés, c’est-à-dire de mettre en lumière la dimension spatiale de processus temporels, et non une simple mise en cartes de l’histoire :

« Cet essai s’efforce d’être, modestement mais sans solution de continuité, dans l’héritage de la géohistoire de Bloch, Braudel, Chaunu et quelques autres. Mais c’est un texte de géographe. Son point de départ et son objectif ultime sont bien de contribuer, un petit peu espérons-le, à la pensée de l’espace des sociétés. Objet historique, bien sûr, mais aussi sujet de l’Histoire. L’intention est de ne point se satisfaire d’une sorte de projection de diapositives : l’Histoire produisant de nouvelles configurations géographiques que des images, des cartes, enregistrent et donnent à voir. Peut-être les configurations mêmes sont-elles des facteurs de ces changements comme elles peuvent l’être en permanence. Cette hypothèse de l’espace en tant qu’acteur, nous allons l’éprouver. » (Grataloup, 1996)

La nouveauté revendiquée par Christian Grataloup est son point d’entrée : l’analyse modélisante. L’idée principale était que le structuralisme spatial développé par la « Nouvelle Géographie » (Brunet 1980, 1986, 1990) pouvait être appliqué en histoire. Cependant, il ne s’agissait pas de faire seulement de la géographie historique, c’est-à-dire de transposer dans le passé des méthodes et des concepts initialement utilisés pour comprendre les espaces du présent, mais de véritablement comprendre l’histoire par l’espace. Ainsi, l’hypothèse majeure était qu’il existe des scénarios géohistoriques, autrement dit des enchaînements stéréotypés de configurations spatiales dont le caractère récurrent est lié aux structures mêmes de l’espace. La démonstration en a été faite par Christian Grataloup dans Lieux d’histoire, Essai de géohistoire systématique (1996) et a pu inspirer d’autres recherches, comme celles de Géraldine Djament sur Rome (2005).

L’autre particularité de ce qu’on pourrait appeler la « Nouvelle Géohistoire » était que pour valider l’hypothèse d’une universalité des structures chrono-spatiales, on pouvait prendre des exemples « n’importe où » dans le monde et « n’importe quand » dans l’histoire des hommes, ce qui revenait à promouvoir le comparatisme et au final une forme d’« histoire universelle ». Ceci explique que cette géohistoire soit devenue au fil du temps une manière de faire de l’histoire globale (Grataloup 2007) et que la mondialisation soit une problématique géohistorique porteuse (Lévy, 2008 ; Djament, 2009b ; Capdepuy, 2011). Mais à la différence d’une histoire universelle qui se voudrait une histoire totale en rendant « accessibles des zones du passé et du présent peu traités dans les Histoires générales et dans les manuels universitaires » (Léonard 1956, p. ix), la « Nouvelle Géohistoire » met en avant sa spécificité en proposant une véritable réflexion sur la dimension géographique, sur la géographicité du processus historique de mondialisation conçu comme la mise en relation des différentes parties du monde. L’ancienneté et le polycentrisme de ce processus ou des différents processus qui ont conduit à la mondialité contemporaine sont ainsi deux des traits majeurs auxquels s’attache la « Nouvelle Géohistoire ».

Cependant, la géohistoire pratiquée par Christian Grataloup ne s’arrête pas, comme l’atteste la définition qu’il a rédigée dans le dictionnaire élaboré sous la direction de Jacques Lévy et de Michel Lussault :

« Étude géographique des processus historiques, la géohistoire consiste à mobiliser les outils du géographe pour composer une explication des événements et des périodicités, partant de l’hypothèse que la localisation des phénomènes de société est une dimension fondamentale de leur logique même. La géohistoire se distingue de la géographie historique, ou du moins y occupe une place spécifique, par l’intégration réelle de la temporalité dans son objet. En effet, celle-ci est une approche plus traditionnelle qui vise d’abord à localiser les faits anciens ; elle étudie donc les résultats des processus. La géographie historique classique est synchrone, comme l’est le plus souvent la géographie, sauf que son objet est une société révolue. En revanche, l’approche géohistorique situe la dimension géographique dans les causalités multiples et non pas seulement dans les contingences. Comme pour toute approche géographique, un aspect essentiel de la géohistoire est l’analyse des découpages spatiaux et de leur articulation scalaire. Mais, dans la perspective diachronique de la géohistoire, cette échelle d’espaces est également une échelle du temps. Se demander quelle est l’extension d’un phénomène sociétal, c’est réfléchir à son étendue comme à sa durée. De ce fait, la géohistoire appartient au champ épistémologique des sciences sociales.

[…]

Au sein de la géographie, la géohistoire semble représenter un espace de liberté par son affranchissement des études historiques par périodes.

En effet, la géohistoire oblige à remettre en question, en les historicisant, les découpages du Monde et, réciproquement, interroge les périodisations en les localisant géographiquement. L’image des continents, des frontières, les identifications de mers ou de montagnes, les noms de Monde sont des objets historiques qui n’ont de sens que dans un rapport de force entre sociétés. Réciproquement, parler d’Antiquité ou de Moyen Âge n’a de sens que pour un certain nombre de sociétés localisées. Identifier, relativiser, conceptualiser les découpages socio-temporels des sociétés est l’objet essentiel de la démarche géohistorique. Pour comprendre l’articulation entre le mondial, le général et l’universel, son apport ne peut être négligé. » (Grataloup, 2003, p. 401-402)

La géohistoire défendue par Christian Grataloup apparaît en réalité multiple et par sa remise en question des découpages spatiaux, elle s’apparente à la métagéographie, qui est l’histoire des représentations géographiques, notamment par l’étude des cartes et des noms d’espaces (Lewis et Wigen, 1997 ; Grataloup, 2005, 2009 ; Lefort et Pelletier, 2006 ; Capdepuy, 2007, 2008 ; Pelletier, 2011). Ainsi, elle touche à une histoire de la géographie comme science, même si celle-ci tient plus à une historiographie ou de l’épistémologie (Deprest, 2002 ; Arrault 2005, 2006, 2008). Il y a une nébuleuse géohistorique plutôt qu’une géohistoire à proprement parler.

3. La géohistoire, une indiscipline scolaire ?

Quelle géohistoire pourrait-on enseigner dans le secondaire ? La géohistoire, aujourd’hui, n’est pas une discipline reconnue en soi et pour soi. Elle est un courant aux chenaux entrelacés dans l’entre-deux de l’histoire et de la géographie. Impulsée par des historiens, la géohistoire est désormais promue par des géographes. Il n’en demeure pas moins que la géohistoire se fond à la fois dans l’histoire et dans la géographie, au risque de s’y perdre. Car la géohistoire n’existe peut-être tout simplement pas. Ou – précisons ‑, elle ne peut être considérée comme une discipline spécifique ayant sa propre méthodologie, son propre corpus ; il n’y a pas d’« école géohistorique ». Et pourtant, il y a des géohistoriens. La géohistoire, s’il fallait la définir, devrait davantage être envisagée comme un mouvement entre le champ de l’histoire et celui de la géographie, entre les lieux et les époques, une manière de refuser la spécialisation et le cloisonnement disciplinaire, bref, une indiscipline.

Or c’est précisément cela dont a besoin l’enseignement. Trop longtemps nous nous sommes perdus dans les disciplines, dans la segmentation des savoirs ! Au risque que certains se perdent à toujours se demander « Qu’est-ce que la géographie ? » ‑ Nous ne sommes pas là pour enseigner de l’histoire et de la géographie, pour rabattre de futurs étudiants pour les universités d’histoire et de géographie, mais pour aider des enfants à devenir des adultes, à devenir autonomes dans la saisie du monde qui est le nôtre, et en l’occurrence dans la compréhension des hommes et des femmes.

Ce qui conduit à quelques remarques proposées ici comme autant d’appels à débats.

1) Il est peu pertinent de distinguer le temps et l’espace dans l’appréhension des faits humains, et malgré l’asymétrie de ces deux dimensions qui n’ont pas la même matière ni les mêmes propriétés, il faut les traiter simultanément et également. L’historicisation est un processus réflexif consistant à prendre les faits humains dans la double dimension du temps, c’est-à-dire la diachronie et dans la synchronie : comment tel fait se situe par rapport à ce qui est avant, ce qui est après, ce qui est en même temps ? De la même manière, la géographicisation est un processus réflexif consistant à prendre les faits humains dans la double dimension de l’espace, non pas par les coordonnées de l’étendue, mais dans l’horizontalité et dans la verticalité, au sens abstrait de ces termes : comment tel fait se situe par rapport à son milieu, à ce qui est proche et ce qui est distant ? Définir l’histoire par l’historicisation et la géographie par la géographicisation tranche la question initiale, l’histoire peut concerner l’espace et la géographie prendre en considération le temps.

2) On ne peut pas distinguer le passé et présent, le temps doit être considéré dans sa continuité, et dans sa relativité. La réflexion géohistorique passe ainsi par une remise en question du triptyque passé/présent/futur. Il apparaît impératif d’apprendre à penser le passé comme un présent pour retrouver le « futur passé » (Koselleck, 2000), autrement dit rétablir l’horizon des possibles. Ce qui rejoint la question du possibilisme en géographie, autre croisée entre les deux disciplines. Le possibilisme ne doit pas être considéré comme un laxisme scientifique, une forme d’indéterminisme, qui se réduirait à une géographie de Normands : « peut-être bien qu’une montagne est un espace répulsif, peut-être bien qu’elle est un espace attractif ». Au contraire, le possibilisme géographique et historique ne peut se comprendre que comme une sorte de mise en suspens méthodologique afin d’intégrer la complexité. Il implique d’adopter une démarche réellement explicative et non pas narrative (Ricœur, 1983) ou descriptive. Ainsi, la réflexion de Raymond Aron dans Introduction à la philosophie de l’histoire est-elle valable aussi bien en histoire qu’en géographie :

« La causalité effective ne se définit que par une confrontation avec les possibles. Tout historien, pour expliquer ce qui a été, se demande ce qui aurait pu être. » (Aron 1986 [1938], p. 202).

3) L’histoire et la géographie, comme l’anthropologie, l’économie ou la sociologie, sont confrontées à la même problématique du micro et du macro. À quelle échelle étudier les hommes ? La première réponse est évidemment « à l’échelle humaine », celle des corps, des visages et des paysages. Pourtant, certains faits ne peuvent être perçus, analysés et compris, qu’à d’autres niveaux, ce qui pose le problème du mode d’observation (quelles données ?) et celui aussi de la généralisation. La question du macroscopique croise ainsi celle du nomothétique. Double question donc ; ainsi : qu’est-ce qu’une ville ? Est-ce que la notion est valable en tous moments, en tous lieux du Monde ? La critique postmoderne, qu’on l’admette ou qu’on la récuse, fait vaciller les réponses.

4) L’historicisation, la mise dans le temps, et la géographicisation, la mise dans l’espace, ne sont que les deux dimensions fondamentales d’une compréhension qui touche par ailleurs tous les domaines de l’homme, aussi bien le social que le culturel, le politique que l’économique, le religieux que la technique. Parmi d’autres éléments, on pourrait ainsi mettre en avant le système des acteurs. En histoire comme en géographie, la question de « qui agit » est absolument primordiale. Or la réflexion sur les entités agissantes, en classe, est souvent esquivée, par manque de temps. L’intérêt d’un tel rapprochement pourrait donc être au contraire dans la possibilité d’une mise en évidence d’un outillage conceptuel commun aux sciences humaines. Peut-on différencier les raisonnements économiques opérés par les historiens et par les géographes ? les concepts sociologiques mobilisés par les uns et par les autres ? Non. Il y a un outillage commun aux sciences humaines. Peut-on appeler cet enseignement « géohistoire » ? On retrouverait ainsi le propos de Charles Morazé, une géohistoire par totalisation des disciplines. Mais parler de « sciences humaines » pourrait tout simplement suffire ; ce sont les « sciences de l’homme » de Fernand Braudel.

Le problème du nom pourrait sembler assez anecdotique. Pourtant, au milieu des années 1970, ce détail a bien été la pierre d’achoppement d’une tentative de réforme menée par René Haby (Legris, 2010). En 1975, l’idée d’un enseignement de « sciences économiques et humaines », en lieu et place de « l’histoire-géographie », a rencontré une opposition assez généralisée. La SPHG et l’APSES ont craint une « dilution » de l’histoire, de la géographie, de l’économie et de la sociologie. Jean Guehenno, Raymond Aron, Maurice Le Lannou ont pris la défense, qui de l’histoire, qui de la géographie. Les communistes ont vu dans un enseignement des « sciences humaines » un affaiblissement de l’esprit critique qui serait au cœur de l’enseignement de l’histoire. Bref, la réforme n’aboutit pas. Certes, les programmes de 1977 se présentent sous la forme d’un enseignement unique dans lequel l’histoire et la géographie ne sont plus clairement distinguées, particulièrement en classe de sixième. Mais cela reste très marginal par rapport aux objectifs initiaux de la réforme.

Le débat n’est pas nouveau et l’idée d’un décloisonnement de l’histoire et de la géographie a déjà été exprimée (Ozouf-Marignier, 1995). Mais l’échec d’hier ne doit grever un aggiornamento qui reste d’actualité.


Conclusion

Au terme de cette réflexion, on pourrait un temps prendre le contre-pied : pourquoi séparer les deux disciplines ? – La première objection à un décloisonnement est que la fusion de l’histoire et de la géographie, et non plus simple cohabitation, pourrait être source de confusion, celle-ci étant, il est vrai, déjà bien réelle chez les élèves. Ce projet, qui aurait donc pour objectif de renforcer l’enseignement des sciences humaines, pourrait ainsi paradoxalement aboutir à un affaiblissement des disciplines concernées par dilution de leurs spécificités. Aux États-Unis, où le débat a aussi eu lieu, c’est l’argument, par exemple, de Michael Burawoy (2012) contre Immanuel Wallerstein, partisan d’une unification des sciences sociales dans le rapport établi par la Commision Gulbenkian en 1996[7]. On pourrait ainsi penser que le décloisonnement conduirait en réalité à renforcer la domination de l’histoire, comme science du temps, sur la géographie, comme science de l’espace, cette prédominance existant déjà en raison de la dissymétrie dans la formation des enseignants.

La deuxième objection porterait sur l’horizon temporel d’un tel enseignement géographico-historique. La dissolution de la dichotomie passé/présent pose la question de l’intérêt de cet enseignement. Celui-ci aurait-il pour seule référence le monde présent ? La relation de domination s’en trouverait plutôt inversée, avec une géographie, science du présent, qui l’emporterait sur l’histoire, science du passé. Il reste que finalement, ces deux objections tendraient à s’annuler, ou du moins à s’équilibrer. On pourrait ajouter que ceci ne dispenserait pas d’un éventuel enseignement de spécialité, en histoire et/ou en géographie, pendant des enseignements de spécialité qui existent déjà, en S.E.S. ou bien en mathématiques par exemple.

Il reste la question de la méthode. La parcellisation des champs d’étude est considérée comme le garant de la scientificité et notamment de la maîtrise des faits étudiés. La défiance actuelle des historiens français à l’égard de l’histoire globale est assez symptomatique. Pourtant, l’analyse ne peut être disjointe de la synthèse, au risque d’un émiettement du savoir et d’une perte du sens. Ceci est vrai dans le domaine de la recherche, ça l’est davantage dans le cadre de l’enseignement. Or, ce qui compte avant tout, dans cette fusion géohistorique, c’est un renversement radical de l’écriture des programmes. Ce ne sont pas les disciplines qui doivent être l’horizon de sens de l’enseignement, mais bien ce qui est enseigné : la mondialisation, les communications, la Révolution française, l’urbanisation, la France, l’Europe, la République, la question sociale, les inégalités hommes/femmes, la voiture, manger, le Nord de la France, l’agriculture africaine, la brouette… Qu’importe ! Le point crucial est que tous ces objets sont en fait susceptibles d’un enseignement qui mobilise histoire et géographie, le temps et l’espace, le passé et le présent, l’ici et l’ailleurs. Soyons clair, il ne s’agit pas de gommer ce qui fait l’histoire et la géographie comme disciplines scientifiques distinctes, et toutes les spécialités que comportent ces champs disciplinaires, mais simplement de mettre en avant ce qui les rapproche en tant que sciences humaines. Il est temps de délaisser ces conceptions héritées qui font de l’histoire et de la géographie deux disciplines à repères au profit d’un enseignement du monde humain, un enseignement indiscipliné et critique.

Au final, reste la question délicate, à laquelle je ne pourrai prétendre répondre car une réponse ne pourrait être que collective, discutée, mûrie : quel programme pourrait-on envisager ?

Quelques pistes seulement :

‑ l’industrialisation du Monde

‑ l’Europe, espace et territoire

‑ le Sud global, de la colonisation à l’émergence

‑ la région de votre lycée, espace vécu, espace construit

‑ l’automobile

‑ le Moyen-Orient, un espace crucial ?

‑ la transition démographique dans le Monde

‑ l’espace français, construction, organisation, aménagement

‑ l’environnement local, l’environnement global

‑ Afrique et panafricanisme

‑ les États-Unis, une puissance globale ?

‑ la question sociale, une problématique glocale

‑ la Chine, vieille puissance du futur ?

‑ les risques naturels

‑ l’européanisation du Monde

‑ migrer

Difficile de clore la liste. Ce qui est sûr est que tout ne peut pas être enseigné et qu’il faudra un jour l’accepter. Les programmes ne sont qu’un choix. Ces sujets, sans être foncièrement nouveaux, n’en pourraient pas moins être la base d’un enseignement renouvelé de l’histoire et de la géographie.

Bibliographie

Aron R., 1986, Introduction à la philosophie de l’histoire, Paris, (1ère éd. 1938), p. 202

Arrault J.-B., 2005, « Du toponyme au concept. Usages et significations du terme archipel en géographie et dans les sciences sociales. », Espace géographique, Vol. 34, n° 4, p. 315-328.

‑‑‑, 2006, « L’émergence de la notion de ville mondiale dans la géographie française au début du XXe siècle. Contexte, enjeux et limites. », L’Information géographique, Vol. 70, n°4, p. 6-24.

‑‑‑, 2008, « Une géographie inattendue : le système mondial vu par Paul Vidal de La Blache », Espace géographique, Vol. 37, n° 1, p. 75-88.

Bloch M., 1931, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, …

Bertius P., 1618, Theatrum geographiae veteris, …

Boucheron P., 1998, « Représenter l’espace féodal : un défi à relever », EspaceTemps. Les Cahiers, Vol. 68/69/70, p. 59-66.

Braudel F., 1949, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris : Armand Colin.

‑‑‑, 1950, « Pour une économie historique », Revue économique, Vol. 1, n° 1, p. 37-44.

‑‑‑, 1951, «  a géographie face aux sciences humaines », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Vol. 6, n° 4, p. 485-492.

‑‑‑, 1958, « Histoire et Sciences sociales. La longue durée », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Vol. 13, n° 4, p. 725-753.

‑‑‑, 1963, « Une grammaire des civilisations », in Baille S., Braudel F. et Philippe R.., Le monde actuel. Histoire et civilisations, Paris : Belin, p. 143-475.

‑‑‑, 1966 (2e éd.), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris : Armand Colin.

‑‑‑, 1997, Les ambitions de l’Histoire, Paris : Éditions de Fallois.

Burawoy M., 2012, « Interdisciplinarity – The Promise and the Perils », papier adressé à la Philippine Sociological Society : …

Capdepuy V., 2007, « La limite Nord/Sud », M@ppemonde, n° 88 : http://mappemonde.mgm.fr/actualites/lim_ns.html

‑‑‑‑‑, 2008, « Proche ou Moyen-Orient ? Géohistoire de la notion de Middle East », Espace géographique, Vol. 37, n° 3, p. 225-238.

‑‑‑, 2010, Entre Méditerranée et Mésopotamie. Étude géohistorique d’un entre-deux plurimillénaire, thèse de doctorat, Paris Diderot.

‑‑‑‑‑, 2011, « Au prisme des mots. La mondialisation et l’argument philologique », Cybergeo, document N°576 : http://cybergeo.revues.org/24903

Chaunu P., 1957, « La navigation espagnole en Atlantique (1550-1650) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Vol. 12, n° 1, p. 71-72.

Darby, H.C., 1953, « On the relations of geography and history », The Institute of British Geographers, Transaction and Papers, n° 9, p. 1-11.

Delacroix C., Dosse F. et Garcia P., 2009, Historicités, Paris : La Découverte.

Deprest F., 2002, « L’invention géographique de la Méditerranée : éléments de réflexion », Espace géographique, n° 31/1, p. 73-92.

Djament G., 2004, « Régimes d’historicité et régimes de géographicité », EspacesTemps.net :

 http://www.espacestemps.net/articles/regimes-drsquohistoricite-et-regimes-de-geographicite/

‑‑‑, 2005, La reproduction de la centralité romaine, de la Ville Éternelle à la capitale de l’Italie. Essai de géohistoire urbaine, thèse, Paris VII.

‑‑‑, 2005, « Le débat sur Rome capitale », L’Espace Géographique, n° 3, p. 369-380.

‑‑‑, 2009, « Rome et le processus de mondialisation », Annales de géographie, n° 670, pp. 590-608.

Dufaÿ B., 2002, « De la topographie à l’histoire : comprendre l’évolution des villes anciennes », Mappemonde, n° 67, p. 32-37.

Fabian J., 2006, Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet, trad de l’anglais par E. Henry-Bossoney et B. Müller, Toulouse : Anarchasis (éd. or. 1983).

Febvre L., 1922, La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, Paris : La Renaissance du Livre.

‑‑‑‑, 1950, « III. Histoire et géographie. Sisyphe et les géographes », Annales, Vol. 50, n° 1, p. 87-90.

Grataloup C., 1994, L’espace de la transition. Essai de géohistoire chorématique, thèse de doctorat, Paris I.

‑‑‑, 1996, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Montpellier/Paris : GIP/Reclus.

‑‑‑, 2003, article « Géohistoire », in Lévy, J. et Lussault, M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin, pp. 401-402.

‑‑‑, 2005, « L’identité de la carte », Communications, N°77, pp. 235-251.

‑‑‑, 2007, Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du Monde, Paris : Armand Colin.

‑‑‑, 2008, « Des mondes au Monde : la géohistoire », in Testot L. (éd.), Histoire Globale. Un autre regard sur le monde, Paris : Sciences Humaines Éditions, pp. 197-204.

‑‑‑, 2009, L’invention des continents, Paris : Larousse.

Hartog F., 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris : Le Seuil.

Higounet C., 1961, « La géohistoire », in Samaran C. (dir.), L’histoire et ses méthodes, Paris : Gallimard, coll. « La Pléiade ».

Higounet C. (dir.), 1971, Histoire de l’Aquitaine, Toulouse : Privat, coll. « Univers de la France ».

Koselleck R., 2000, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. de l’allemand, Paris : éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (1ère éd. 1990).

de La Rue P., 1651, La Terre Sainte en six cartes géographiques, Paris : Pierre Mariette.

Legris P., 2010, L’écriture des programmes d’histoire en France (1944-2010), thèse de doctorat, Paris Panthéon-Sorbonne :

http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00579269/

Léonard É.G., 1956, in Grousset R. & Léonard Émile G. (dir.), Histoire universelle, Paris, Tome I, préface

Longnon A., 1869, Études sur les pagi de la Gaule, Paris : A. Franck.

‑‑‑, 1922, La formation de l’unité nationale. Leçons proposées au Collège de France en 1889-1890, éd. par H.-Fr. Delaborde, Paris : Auguste Picard.

Ozouf-Marignier M.-V., 1995, « Géographie et histoire », in Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de géographie, Paris : Économica, pp. 75-89.

Pelletier P., 2011, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris : Gallimard.

Rémond R., 1957, « Plaidoyer pour une histoire délaissée. La fin de la IIIe République », Revue française de science politique, 7e année, n° 2, p. 253-270.

Sahlins M., 1989, Des îles dans l’histoire, trad. de l’anglais sous la dir. de J. Revel, Paris : éditions EHESS (éd. orig. 1985).

Sirinelli J.-F., 2011, « L’histoire politique à l’heure du transnational turn : l’agora, la Cité, le monde… et le temps », Revue d’histoire politique, n° 658, p. 391-408.

Soulet J.-F. et Guinle-Lorinet S., 1989, Précis d’histoire immédiate :le monde depuis la fin des années 60, Paris : Armand Colin.

Verdier N., 2009, « Les relations entre histoire et géographie en France : tensions, controverses et accalmies », Storica, n° 40, p. 65-114.

Vivien de Saint-Martin L, 1845, Histoire des découvertes géographiques des nations européennes dans les diverses parties du monde, Paris : Arthus-Bertand, Vol II (seul paru).

Vovelle M., 1998, « Ma géographie », EspaceTemps. Les Cahiers, Vol. 68/69/70, p. 69-84.


[1] Bulletin officiel spécial n°8 du 13 octobre 2011.

[2] On trouvera une telle esquisse d’une histoire de la géohistoire en annexe de mon mémoire de doctorat, Entre Méditerranée et Mésopotamie. Étude géohistorique d’un entre-deux plurimillénaire, Paris Diderot, 2010. Une partie de cet article en est tirée.

[3] Vincent Capdepuy, « Une Monde d’économies-mondes, le tournant raté de la mondialisation nazie », billet paru sur le blog Histoire globale le 12 mars 2013 : http://blogs.histoireglobale.com/un-monde-deconomies-mondes-le-tournant-rate-de-la-mondialisation-nazie_2632.

[4] Note de bas de page rédigée par Fernand Braudel dans l’article de Pierre Chaunu 1957, « La navigation espagnole en Atlantique (1550-1650) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Vol. 12, n° 1, p. 71.

[5] Plus de trente ans après, notons que l’ambivalence des expressions, géohistoire, géographie rétrospective, histoire géographique, perdure dans l’œuvre même de Christian Grataloup. Les trois termes apparaissent de façon synonymique dans une même page de Lieux d’histoire (p. 23).

[6] Aucune nuance n’est à chercher dans la variante orthographique, géo-histoire ou géohistoire. L’usage le plus général montre que, de Fernand Braudel à Christian Grataloup, le mot s’écrit sans trait d’union.


Une réflexion au sujet de « Le temps, l’espace, le passé, le présent : quelle combinatoire pour quel enseignement ? »

  1. Stévenot Fr.

    Une rectification : le programme de Terminale S prévoit de traiter trois des quatre questions proposées, et n’en impose pas deux comme il est indiqué dans le premier paragraphe, le choix étant restreint à deux autres thèmes (cf. Bulletin officiel spécial n° 8 du 13 octobre 2011 — http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=57527 —, qui indique très expressément : « On traite trois questions au choix parmi les quatre suivantes »)

    Bien cordialement,
    Fr. Stévenot

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *