Quelques pistes de réflexion sur la géographie scolaire et universitaire

Rédactrice : Cécile Gintrac

L’enseignement de la géographie, souvent perçu comme moins « idéologique » et « sensible » que celui l’histoire, est assez rarement mis en question. Pourtant, il n’est pas illégitime de se demander si la géographie scolaire et universitaire se portent bien.

Les élèves prennent-ils plaisir à la découvrir et les enseignants, qu’ils soient historiens et/ou géographes ou pas (notamment dans le primaire), à l’enseigner ?

Dans les faits et pour rappeler des évidences, on connaît les déséquilibres d’effectifs entre les départements d’histoire et de géographie.

« Si besoin était, rappelons que le recrutement des étudiants en géographie dépend de ce qui a été fait dans le secondaire », comme le souligne Alexis Sierra (Echogéo, cf. supra). On reproche souvent aux enseignants du secondaire la faiblesse quantitative et qualitative de l’enseignement de la géographie. Celle-ci ne serait pas enseignée par de « vrais géographes » (mais par des historiens) et ne serait pas assez bien ou pas assez enseignée.

Cela suffit-il à expliquer la faible visibilité et la faible attractivité de la géographie ?

Ces quelques lignes n’ont pas pour ambition de répondre d’emblée à cette question mais plutôt de poser les bases d’un débat et un appel à la réflexion.

Plusieurs thèmes peuvent êtres identifiés et méritent d’êtres nourris, enrichis, débattus…..

1)    Les nouveaux programmes et leur application au quotidien. On notera que la revue Echogeo propose à ce sujet une réflexion autour de deux entretiens, avec un inspecteur général et un enseignant de lycée. (Sierra,A, « La géographie scolaire à travers les nouveaux programmes du Lycée », Echogéo http://echogeo.revues.org/12018 )

2)    le développement durable et le rôle désormais central que ce thème occupe dans les programmes. Loin d’être neutre, le terme est souvent critiqué dans son contenu (cf. texte de Y. Auger en bibliographie) mais également parce que l’approche serait plus moralisatrice que spatiale. L’omniprésence du thème (du premier degré au concours d’enseignement) pose aussi problème en terme pédagogique, en induisant le plus souvent un raisonnement similaire pour chaque thème (en caricaturant : des ressources ou espaces convoités / des menaces / des solutions durables ?).

3)    Pour élargir, il conviendrait à tous les niveaux d’enseignement de s’interroger sur  les mots de la géographie : la diffusion d’un vocabulaire souvent importé de l’anglais (cluster, technopôle, compétitivité, métropolisation, marketing territorial….) est au cœur de l’analyse des territoires, français et européens par exemple. Sans nier que ces termes recouvrent une certaine réalité (au moins dans leur emploi et diffusion par les médias, les acteurs territoriaux) – ce qui rend nécessaire leur définition- il ne semble pas superflu de s’interroger sur ce que recouvre leur emploi systématique, la vision du monde et de ses espaces qui en découlent.

4)    L’entrée par l’espace vécu et les territoires de proximité, qui est peut-être tout à fait pertinent, n’en constitue pas mois un parti pris didactique évident. Plus généralement, les études de cas sont désormais intégrées aux épreuves du bac (STG et général), ce qui prouve l’importance accordée à cette démarche. L’équilibre entre études de cas et généralisation mérite d’être intérrogée. Un retour sur les pratiques des enseignants et leur « vécu » serait utile.

5)    La question de la formation des enseignants. Certains exercices propres à la géographie, le croquis notamment, sont considérés comme acquis par tous les enseignants dès lors que le concours est passé. Ce n’est pas toujours le cas, alors que représentations graphiques sont pourtant des outils pédagogiques précieux, qui permettent une appréhension réelle des dynamiques spatiales et des activités originales qui mettent en valeur des élèves parfois en difficulté.

Une bibliographie indicative, à compléter sans doute .

– Sur l’enseignement de la géographie de la France

L’Information géographique Vol. 72 (3/2008) « L’enseignement de la géographie de la France », octobre 2008. L’éditorial est disponible ici :

https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2008-3-page-1.htm

– Sur la didactique de la géographie :

Les ouvrages existent et semblent néanmoins peu diffusés auprès des enseignants. Une bibliographie indicative est disponible sur ce blog http://profcarnet.blogspot.com/

Les comptes-rendus de la Commission Epistémologie, Histoire et Enseignement de la du CNFG sont disponibles à cette adresse : http://www.cnfg.fr/index.php?option=com_content&view=section&id=10&Itemid=98

Sur les programmes de géographie pour l’enseignement primaire

http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1301

et plus généralement Roumégous M., La didactique de la géographie, PUR, 2002

Ou encore

Clerc P., La Culture scolaire en géographie: le monde dans la classe, PUR, Rennes, 2002.

Quelques liens sur le site Cybergeo

Le Roux, Anne, « La formation des enseignants aux didactiques disciplinaires : de nouvelles problématiques ? L’exemple de la géographie, le cas français » Cybergeo, http://cybergeo.revues.org/4065

Bouchut, Anne, « La ville, le fait urbain dans les programmes de géographie du cycle III de l’école élémentaire (1882-2002) »

http://cybergeo.revues.org/3843#tocto1n5

Thémines, J.F. « Quatre conceptions de la géographie scolaire : un modèle interprétatif des pratiques d’enseignement de la géographie ? »

http://cybergeo.revues.org/4325

ou encore sur Mappemonde

Hubert, B. « Didactique de la géographie. Le passage d’une échelle à l’autre: les prémices d’une pratique nécessaire »

http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M103/Huber.pdf

– Sur l’utilisation des TICE en géographie et la source des documents employés.

Quelques références en vrac.

Patrice Baffico « L’utilisation du tableau blanc interactif pour enseigner la géographie au lycée » L’Information géographique Vol. 73 (3/2009)

– Sur le développement durable :

Auger Y., « Le développement durable, une utopie nécessaire ? Libéralisme et développement durable. Ou comment le développement durable, comme mouvement intellectuel et social, épouse et finalement conforte les principes du libéralisme qu’il entend dépasser. »

http://www.journaldumauss.net/spip.php?article647

Mancebo F., « Le développement durable en question(s ») http://cybergeo.revues.org/10913


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *