La Flip Class : un concept facile à comprendre mais difficile à mettre en place

29 janvier 2013
Par

Rédacteur : Matthieu Clément

Le but du présent article est d’apporter quelques éclaircissements et analyses de pratiques à l’aune d’une tentative d’expérience de Flip Class en classe de seconde en histoire-géographie.

Flip Class = classe inversée : une traduction bien maladroite…

La Flip Class ? Le cours à la maison et les devoirs en classe. L’utilisation des TIC est convoquée pour créer une nouvelle approche dans la pédagogie mise en place par l’enseignant. Sur ordinateur, chez lui, l’élève prend connaissance du cours (réalisé ou non par l’enseignant) et c’est en classe avec le professeur qu’il se confronte à la manipulation, maîtrise et vérification de ses connaissances.

Ainsi un des objectifs principal de la Flip Class est en apparence simple et révolutionnaire : renverser le paradigme de l’enseignement actuel.

En effet, depuis la fin du XIXe, le professeur est maître du savoir et distribue la parole aux élèves qui, en retour, écoutent, prennent la trace écrite sur le cahier, exécutent leurs devoirs à la maison et réalisent des évaluations formatives et sommatives en guise de sanction de la maîtrise (ou non) des savoirs.

Une critique, originale et rafraîchissante dans sa forme, de notre vieux modèle d’enseignement a été développée avec un certain succès sur le net par Ken Robinson.

On parle donc volontiers de « classe inversée » pour cette pratique popularisée par le monde anglophone et singulièrement aux États-Unis, via des sites de partage d’expérience comme TED et la success story de la Khan Academy notamment.

En France, une adresse en « point com » a déjà été déposée. Le site développe une belle énergie désintéressée en essayant de faire le tour de la question (le site).

Cette partie de la définition de l’article de Wikipedia est tout à fait pertinente pour cerner cette approche de l’enseignement :

« Le modèle traditionnel d’enseignement repose sur des cours magistraux, où l’enseignant explique un sujet, suivi par les devoirs à la maison, où l’élève fait des exercices. Dans la classe inversée, l’élève visionne (préalablement et à la maison) des vidéos, des balados ou fait des lectures proposées par l’enseignant (ou partagées par d’autres enseignants). En classe, l’élève tente alors d’appliquer les connaissances à la résolution de problèmes et à des travaux pratiques. Le rôle de l’enseignant est alors d’accompagner l’élève dans l’élaboration de tâches complexes. Ce temps dégagé en classe peut être utilisé pour d’autres activités fondées sur l’apprentissage, notamment la pédagogie différenciée et l’apprentissage par projet. »

La « classe inversée » est donc tout, sauf une classe inversée… ! L’on voit ici combien la traduction littérale peut contenir des raccourcis périlleux et contre-productifs. En effet, l’essentiel de la compréhension fine et in fine se fait en classe avec l’aide du professeur.

Mettre en place une telle expérience n’a rien d’évident, c’est à bien des égards une expérience « flippante », tant elle demande un ensemble de prérequis chez l’enseignant et de bienveillance affichée chez les élèves.

Un concept facile à comprendre mais difficile à mettre en place

A la rentrée, j’ai donc décidé de me lancer dans une expérience de « flip class ». Avec la force du nouveau converti, j’ai proposé cette approche couplée avec l’utilisation des cartes heuristiques, à mes classes de seconde.

Successivement, nous verrons la mise en place, les éléments encourageants ainsi que les points sujets à discussion.

Pour débuter, il fallait qu’un certain nombre de conditions soient réunies :

§ Tous les élèves sont équipés d’ordinateur. En effet, la région Réunion propose depuis trois ans, un ordinateur pour chaque élève à l’entrée de la seconde (le bilan de l’opération est sujet à discussion sur bien des aspects mais ce n’est pas le sujet du présent article).

§ Pour ma part, j’ai développé depuis 15 ans une compétence dans les TICE.

La proposition est donc faite aux élèves de seconde (une classe constituée d’élèves pour une grande partie recalés par le cycle d’orientation de fin de troisième, n’ayant pas trouvé de place en lycée professionnel).

Mon objectif initial était d’adapter mon enseignement à un public dépourvu de culture scolaire adaptée aux exigences du lycée dans la perspective du bac général.

Les parents sont informés lors des réunions de début d’année. Une mailing list des élèves et un blog sont mis en place. Une carte mentale est distribuée et commentée pour présenter la méthode…

Tout le monde est prêt. Ou presque, car trois élèves ne possèdent pas de connexion internet à la maison. La solidarité et la mise à disposition sous forme de clé usb du cours ont vite palié ce qui aurait pu apparaître comme une discrimination sociale d’accès à la connaissance.

La joie des débuts et la curiosité des débutants se sont pourtant progressivement taries pour un ensemble de raisons qui tiennent tant à la cadence soutenue nécessaire pour alimenter le cours en amont sur le net qu’à la difficulté rencontrée et exprimée par nombre d’élèves, à prendre le pli d’une méthode à l’opposé de celles pratiquées lors de leur scolarité déjà bien entamée…

Des aspects encourageants

Au début, l’effort de prise en note du cours à la maison est effectué régulièrement et avec soin. De sorte qu’en classe, l’angoisse pour les élèves de réussir à tout noter dans leurs classeurs ou cahiers n’est plus d’actualité. Ils sont littéralement libérés de cette contrainte et écoutent les explications supplémentaires que j’apporte au cours (en classe) et se penchent sur les exercices et mise en activité proposés avec appétit. Le cours dialogué a toujours sa place, mais il est en quelque sorte amélioré car « les élèves savent de quoi nous parlons… »

Les résultats aux évaluations écrites sont encourageants ; même si l’on n’échappe pas à la tendance lourde du « par cœur » et à un certain degré de copier-coller (de ce que les élèves ont vu sur leur ordinateur chez eux…).

Certains élèves demandent à ce que des éléments de réflexion vus en classe se retrouvent sur le blog…de sorte qu’il y a aussi une construction partagée dans la mise en réseaux des connaissances.

Enfin dans le cadre des « programmes d’histoire (…) de plus en plus ambitieux » (cf Patrick Garcia, article du Monde du 30.12.12), voire trop ambitieux, le gain de temps créé par cette méthode est précieux. Elle donne de l’oxygène en limitant l’aspect anxiogène de la doxa : « finir le programme ». Elle procure un bien-être à l’enseignant qui se retrouve à faire de la pédagogie active, différenciée, intéressée et déstressée. Il a le sentiment d’être utile (à tort ?) à nouveau. Il n’est plus cet icône du savoir qui donne à avaler à ses élèves un contenu plus ou moins idéal et formaté dans un temps toujours trop court.

Des freins encore nombreux

Le travail préparatoire est important et fabriquer la ressource est chronophage. Identifier celle qui est susceptible de figurer en bonne adéquation avec la progression est difficile, s’avère parfois impossible. L’aspect systématique n’a donc pas pu être tenu. L’introduction des cartes mentales a constitué un nouvel outil (inconnu de la totalité des élèves) qui a rajouté de la difficulté pour certains ; même si au final, cet outil est performant dans le cadre de cette démarche. En effet il a permis de travailler une compétence absente chez la quasi-totalité des élèves, l’expression écrite argumentée.

La nouveauté combat l’habitude mais ne réussit pas toujours à s’imposer. Le travail à la maison doit être régulier. Ceux qui ont des difficultés dans la mise au travail pour leurs devoirs « traditionnels », les retrouvent pour prendre connaissance du cours à la maison, passé la surprise du début.

Conclusion

Au final, cette expérience, toujours en cours, connaît des ratés et des réussites et mérite d’être poursuivie. L’une de ses qualités est bien de renouveler les pratiques de classe tout en facilitant l’utilisation régulière et valorisante des nouvelles technologies pour les élèves.

En France, nos disciplines apparaissent comme étant pionnières en la matière.

Elle ne peut être considérée comme une nouvelle méthode miracle (les difficultés rencontrées en témoignent).

Cependant, son intérêt ne peut être balayé sous prétexte que les nouveaux adeptes des NTICE recycleraient de vieilles recettes telles le téléenseignement des années 70… (Cf. article de Bruno Devauchelle « La machine à enseigner… quel avenir ! »).

Un changement de paradigme de l’enseignement est toujours possible et nécessaire.

La Flip Class peut être considérée comme un embryon de réponse à une situation pédagogique qui ne se satisfait plus en l’état des recettes du passé pour une grande majorité de nos élèves.

Matthieu CLEMENT

Note :

On pourra compléter la lecture du présent article avec les réponses formulées par quatre collègues exerçant en collège et/ou en lycée à un questionnaire soumis sur le blog Education du SE-Unsa sur l’expérience de la classe inversée. Autant de réponses concordantes et/ou dissonantes, qui sont le reflet d’une approche de l’enseignement encore marginale.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Non classé

6 commentaires pour “ La Flip Class : un concept facile à comprendre mais difficile à mettre en place ”

  1. lacoste le 21 juin 2014 à 15:12

    A la fin de l’année :
    http://kreanoo.com/maths/videos-eleves/

  2. B. Girard le 17 février 2013 à 16:27

    Le concept de classe inversée a le mérite de libérer le temps de cours pour des activités plus stimulantes et plus enrichissantes que la simple écoute de l’enseignant ou la copie du résumé au tableau.

    Il bute quand même sur deux écueils majeurs :

    - que fait-on pour les élèves qui n’ont pas de connexion internet à la maison ? La fracture numérique existe bel et bien, je ne suis pas le seul à l’avoir rencontrée, et c’est même un sujet de honte pour les familles concernées. Il faut voir des élèves de sixième peinant (et parfois désespérant) à rentrer correctement une URL dans la barre d’adresse ou s’échinant à sur le clavier à l’aide d’un seul doigt, pour comprendre que l’Education nationale passerait à côté de sa mission (ce n’est pas nouveau, je sais…) si elle ne s’en préoccupait pas. Pour ce qui me concerne, je n’ai jusqu’à présent pas trouvé d’autres moyens que de familiariser les élèves en question, qui sont souvent, déjà, en situation d’échec, sur le temps de cours… et, tout naturellement, de faire l’impasse sur autre chose. Ce qui conduit au second écueil de la méthode :

    - le fait que, quelle que soit la méthode, une bonne partie du travail scolaire (pour des exercices d’application, de mémorisation, ou, dans le cas présent, de préparation du cours) doit être transférée en dehors de la classe, là où les inégalités sociales se font encore le plus sentir, renvoie à la question récurrente de la lourdeur et de l’inadaptation des programmes. Mais quelle discipline scolaire serait disposée à en rabattre sur les exigences formelles et le catéchisme des questions au programme pour se consacrer à l’essentiel ?

    http://blogs.rue89.com/journal.histoire/2013/01/29/les-rythmes-scolaires-contre-lhistoire-de-france-229510

    • Florent Berthet le 19 février 2013 à 12:50

      Vos remarques sont pertinentes. Concernant le problème de l’accès à internet à la maison, je propose quelques solutions ici : http://www.classeinversee.com/faq/#S-assurer-que-les-eleves-regardent-les-ressources

      Au sujet de la lourdeur des programmes, le problème se pose quel que soit le modèle pédagogique utilisé. Cela dit, les plus gros blocages rencontrés lors des devoirs concernent généralement d’avantage les exercices que l’apprentissage des leçons. La classe inversée palie en partie à ce problème puisque les exercices se font en classe, là où le professeur et les autres élèves peuvent apporter leur aide. C’est justement l’un des gros intérêts de ce modèle. L’idéal serait tout de même une refonte des programmes, avec du contenu plus pertinent et des méthodes de notation plus variées.

  3. Pierre Jacolino le 30 janvier 2013 à 15:24

    Tout de même, c’est oublier qu’une bonne part de la pédagogie traditionnelle du lycée consistait justement à faire faire des devoirs et des corrections en classe, et des lectures de livres de cours en étude. C’était en tout cas la règle au début du siècle en ce qui concerne le cours de français.
    La pédagogie “active” est passée par là, s’opposant à ce qu’avait de “frontal” un tel bourrage de crâne. Le faire en ligne ne change pas grand chose à cela.
    Et je ne dis pas qu’il ne soit pas bénéfique de faire lire à la maison, pour approfondir le cours ou le compléter. Encore faut-il que le manuel ou le cours online soit conçu dans cette perspective, ce qui n’est pas le cas actuellement. Encore faut-il aussi que les élèves aient des capacités de lecture suffisantes.

    • Florent Berthet le 30 janvier 2013 à 17:22

      Tout à fait d’accord. C’est la raison pour laquelle les cours en format vidéo tel que ceux proposés par Salman Khan (de Khan Academy) ont un tel succès. Ils sont “user friendly”, comme disent les anglo-saxons. Il est certain qu’il ne suffit pas de proposer un cours en vidéo pour que le problème soit réglé, encore faut-il qu’il soit de bonne qualité : agréable à suivre, bien pensé pédagogiquement, utilisant un ton décontracté et rassurant, avec un contenu engageant et motivant, etc.)

  4. Florent Berthet le 29 janvier 2013 à 12:44

    Bravo pour cet article. Je suis toujours friand de témoignages de professeurs car ils soulèvent régulièrement de nouveaux points. Dans le votre, deux passages en particulier me semblent importants :

    1) “en classe, l’angoisse pour les élèves de réussir à tout noter dans leurs classeurs ou cahiers n’est plus d’actualité.”

    2) “Certains élèves demandent à ce que des éléments de réflexion vus en classe se retrouvent sur le blog…de sorte qu’il y a aussi une construction partagée dans la mise en réseaux des connaissances”

    Ces remarques pointent l’un des principaux avantages de ce modèle, les élèves peuvent enfin s’approprier le contenu et participer à sa diffusion (et pourquoi pas à sa création ?) plutôt que de le recevoir passivement et de manière parfois stressante. C’est un point clé pour la réussite d’un enseignement : si l’élève ne se sent pas en charge de son apprentissage, il a l’impression de subir et ça le met dans de mauvaises dispositions. C’est pour cette raison qu’on apprend bien mieux les choses qu’on a abordées de soi-même, et c’est aussi pourquoi j’explique sur mon site l’importance de redonner aux élèves les commandes de leur éducation, dans la limite du raisonnable bien sûr. Les élèves font alors souvent preuve d’une maturité surprenante et les résultats s’en ressentent.

    Vous semblez en tout cas sur la bonne voie ; ce n’est que votre première année et déjà vos résultats sont positifs, même s’il faudra à votre classe une période d’ajustement. Par la suite, plus vous avancerez et plus les choses deviendront agréables et intéressantes pour vous et vos élèves.

    Je vous encourage à poster de temps en temps sur vos expériences. D’ailleurs si vous avez une caméra à disposition, ce serait super si vous pouviez nous montrer votre classe en pleine action. Je suis sûr que beaucoup de lecteurs de ce site sont curieux de voir ça, qu’en pensez-vous ?

    En tout cas, bonne continuation dans vos aventures !

Laisser un commentaire

Présentation

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dans l'optique d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d'enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degré d'enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s'agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d'épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L'un des objectif principaux est de redonner la parole aux acteurs du terrain afin de constituer un lieu d'interpellation

Carnets de recherche