La mise en Monde de l’humanité : plaidoyer pour l’enseignement d’une histoire globale

22 octobre 2012
Par

Rédacteur : Vincent Capdepuy

A l’occasion de la parution d’un ouvrage qui recoupe quelques unes de nos préoccupations, Vincent Capdepuy, co-auteur, et les éditions Sciences humaines ont autorisé la reproduction ici d’une partie de l’article intitulé “L’histoire globale par les sources : plaidoyer pour l’enseignement d’une histoire globale”. Nous signalons également un article de Christian Grataloup sur “l’école en manque d’histoire du Monde”, et beaucoup d’autres…

 L’histoire globale reste aujourd’hui à la marge de l’enseignement. Pourtant, on pourrait penser que notre société a besoin d’une histoire donnant toute sa place au Monde, d’un enseignement historique qui ouvrirait les fenêtres et ferait circuler l’air, qui tresserait les histoires et les ferait partager dans une société plus métissée, plus mondialisée – moins centrée sur la nation.

Toutefois, l’histoire globale n’est pas toute l’histoire du Monde ; elle n’est pas une nouvelle histoire universelle, qui serait une simple somme de toutes les histoires. Elle n’est pas non plus une histoire œcuménique, qui serait un échantillonnage de l’histoire de l’humanité dans sa diversité, mais sans véritable problématique structurante. Sans doute l’expression même d’histoire globale est trop brève, trop vaste pour dire ce qu’elle est ; et peut-être vaudrait-il mieux parler d’une histoire mondiale, réticulaire et polycentrique.

• « Mondiale » car le monde en est l’horizon ; c’est l’arrière-plan qui apparaît quel que soit le fait historique posé, quelle que soit la focale adoptée, car souvent le global est immanent dans le local, d’où la pertinence des approches « glocalisantes » (même si on pourra trouver peu heureux ce terme pourtant bien commode).

• « Réticulaire » car les réseaux sont les liens tissés entre les parties du monde et évoquent autant l’importance des transports, des communications que celle des diasporas ; ces connexions traversent les cloisons entre les aires géographiques et les étudier permet de passer outre les champlevés académiques.

• « Polycentrique » car il s’agit de dépasser le localisme, sans pour autant le nier ; c’est un regard, non pas unique, dans une distance planétaire théorique, mais pluriel, démultiplié par des approches qui tout en demeurant ancrées dans des lieux constituent d’incessants pas de côté. Pour reprendre une formule empruntée par Élisée Reclus à la mystique chrétienne, le centre doit désormais être partout, la circonférence nulle part.

L’axe central constitutif de l’histoire globale est l’idée que le globe sur lequel les hommes vivaient en des poussières de mondes est devenu le Monde, l’espace unique d’une humanité unifiée, ou en voie d’unification. L’histoire globale est l’histoire de la mise en Monde de l’humanité. Certes, on pourrait reprocher la dimension téléologique d’une telle histoire ; et le risque ne peut être complètement écarté malgré les mises en garde. Mais il faut bien admettre que l’histoire globale est aussi une réponse à nos questions, nous qui vivons désormais à l’ère globale.

Cependant, l’objectif n’est pas seulement de comprendre comment nous en sommes arrivés là, d’expliquer le passé pour le seul présent et de donner un roman mondial coécrit à une société cosmopolite. L’objectif de l’histoire globale est aussi de saisir les moments de bifurcation, de faire ressurgir ce qui aurait pu être et qui n’a pas été. Si la mondialisation, ou la globalisation, comme on l’entendra, a quelque chose d’inéluctable, le monde d’aujourd’hui ne doit pas cacher les autres mondes possibles.

Afin de promouvoir l’enseignement de l’histoire globale, il nous a donc paru nécessaire de mettre en avant des documents qui pourraient être les supports d’un tel enseignement, indépendamment du niveau envisagé, secondaire ou universitaire. En France, on s’est peu soucié jusqu’à présent d’éditer des manuels d’histoire globale, alors qu’il en existe en anglais depuis près de vingt ans. L’idée même d’un document d’histoire globale pourrait apparaître paradoxale dans la mesure où un document (texte, carte, objet…) porte le plus souvent sur un espace-temps très circonscrit. Comment faire du mondial avec du local ? De la longue durée avec du temps court ? En piochant dans les tableaux de Johannes Vermeer, Timothy Brook a donné un très bel exemple de ce qu’il est possible de faire. Avec la rubrique de « L’histoire globale par les sources », on n’a pas prétendu l’imiter.

Il s’agissait surtout de suggérer, la taille du billet ne permettant pas une exploration aboutie.

 Vincent Capdepuy, « L’histoire globale par les sources », in : Philippe Norel et Laurent Testot (dir.), 2012, Une histoire du monde global, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, pp. 371-373.

Lien : http://blogs.histoireglobale.com/?cat=46s


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : Lectures / Readings

Un commentaire pour “ La mise en Monde de l’humanité : plaidoyer pour l’enseignement d’une histoire globale ”

  1. Suzanne Citron le 5 novembre 2012 à 17:33

    Pour combler notre retard souligné par Vincent je pense qu’une proposition didactique s’impose en urgence pour ce qui concerne le socle élémentaire et collège et donc le soubassement des programmes d’histoire.
    Il faut mettre en question la conception rituelle et pavlovienne de la CHRONOLOGIE autour de la linéarité du roman national et via le découpage européocentré Antiquité-MA-TM-contemporain. Devraient être transmis comme première perception du temps les repères d’un temps global,”glocalisant”(pour reprendre le mot) qui avaliseraient une capacité première à situer le local et le national dans la dynamique du temps humain commun.
    Au lieu d’une chronologie linéaire et chauvine il s’agirait d’organiser et de progressivement enrichir une conscience et une connaissance de l’humanité avec ses temps, ses séquences multiples et pluriels, selon leurs spécificités,émergence, interactions, bifurcations. Donc une didactique qui problématiserait d’abord le global et non la nation ou la seule culture européenne qui en seraient des espaces spatio-temporelles, des moments.

    Il s’agit bien évidemment (en France en tout cas) d’une révolution copernicienne (voir nos derniers débats) mais aussi, mais surtout des fondements épistémologiques de l’éducation d’un vivre ensemble pour notre temps.

Laisser un commentaire

Présentation

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dans l'optique d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d'enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degré d'enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s'agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d'épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L'un des objectif principaux est de redonner la parole aux acteurs du terrain afin de constituer un lieu d'interpellation

Carnets de recherche