1) Introduction du dossier Figaro Histoire : « la vérité sur l’Histoire à l’école » ou les mensonges du Figaro

Rédacteurs : Laurence De Cock, Eric Fournier, Guillaume Mazeau

1979 : depuis quelques années, une réforme des programmes d’histoire peine à s’instituer. A l’école primaire, les activités d’éveil ont remplacé les cours disciplinaires et, dans le collège unique à peine naissant, le ministre René Haby tente de faire admettre un enseignement de sciences sociales qui mêle histoire, géographie et économie. L’association des professeurs d’histoire-géographie s’alarme dès 1976 de cette dissolution disciplinaire. C’est le rôle d’une association corporatiste d’exercer une vigilance sur les changements d’une discipline.

En octobre de la même année, Alain Decaux, féru d’histoire, fait une conférence à Vichy. Ses yeux croisent ceux d’une auditrice : «  C’était à Vichy. Au grand casino. Je venais de prononcer une conférence ; parmi les habituelles vieilles dames qui dans ces sortes d’affaires viennent féliciter le conférencier, j’aperçus une jeune femme qui, sans hâte, attendait son tour. Charmante, quand elle souhaita s’entretenir avec moi, je dois avouer que je ne me suis pas fait prier ». A la romance se mêle ensuite la tragédie d’une révélation : « Monsieur, mes élèves viennent en classe d’histoire comme ils iraient à l’abattoir » lui annonce la dite « charmante » jeune femme[1].

 Il suffit parfois d’un mélange de narcissisme, de machisme et d’un bon réseau relationnel pour faire éclater une véritable controverse. L’affaire fait la « Une » du Figaro Magazine : « On n’enseigne plus l’histoire à vos enfants ». Alain Decaux, photographié lisant une encyclopédie est, nous dit-on,  « atterré par les réformes scolaires ». Le registre catastrophiste s’impose : « Il faut que chacun sache », « l’école liquide l’histoire », les petits Français sont « coupés de leurs racines », l’enseignement de l’histoire « se meurt » parce que « délibérément on est entrain de le tuer ». Disparition de la chronologie, des grands hommes, de « Ce roman violent et tendre, tissé d’héroïsme et de larmes d’espoirs et de haine, de crimes et d’amour, qui est celui de la France ».

Le cadre des lamentations est désormais posé.

Depuis, Le Figaro, Figaro magazine et désormais le Figaro Histoire ne perdent jamais une occasion de se saisir de cette antienne pour montrer du doigt les responsables du supposé délitement d’une identité française. Ils sont aidés en cela par un bon panel d’essayistes dont Jean Sevillia tour à tour journaliste, rédacteur en chef adjoint au Figaro, et auteur d’ouvrages à succès sur l’histoire qui ne cachent pas leur hostilité à toute avancée historiographique risquant de bousculer l’ « âme de la France ».

Les charges les plus récentes remontent à la dernière rentrée scolaire où, successivement, le Figaro Magazine et le Figaro Histoire profitant des mobilisations récentes et légitimes des enseignants sur la suppression de l’histoire en Terminale S ou sur le programme de 1ère réaffirment leurs positions de gardiens d’un certain récit historique garant de la grandeur puis de la préférence nationales.

Le Figaro magazine publie donc un dossier au titre tonitruant : « Qui veut casser l’histoire de France ? ». Comme à l’accoutumée, Jean Sévillia se défend de tout positionnement politique et affirme au contraire libérer l’histoire des asservissements idéologiques – manifestement l’apanage d’une gauche pédago-mondialiste aussi honnie que peu définie – pour la rendre à « l’immense majorité des Français, au-delà de la droite et de la gauche, [qui] aiment l’histoire, et donc l’histoire de leur pays ». Enoncé dans un journal assumant une ligne politique clairement à droite, un tel œcuménisme naïf pourrait faire sourire. Ce serait une erreur. Se considérer comme au-dessus des confrontations partisanes consubstantielles aux pratiques démocratiques et appeler à l’unité patriotique en  opposant le « nous » liant le corps national aux « eux » qui le divisent ou l’affaiblissent appartiennent au répertoire de l’extrême-droite.

Vague brune sur l’histoire de France :

Une rapide lecture du dossier confirme qu’un seuil a été franchi. Cet article ne se contente pas d’accumuler des clichés nostalgiques ou des positions conservatrices. Il flatte la xénophobie, le culte des grands hommes et le virilisme. C’est un exemple saisissant de l’acculturation des thématiques d’extrême-droite au sein des discours de droite. Il nous fallait donc réagir, c’est-à-dire interpeller, alerter, mobiliser. Telle est la première fonction du titre choisi : « Vague brune sur l’histoire de France ». Mission accomplie. Notre tribune a connu une diffusion notable compensant, un peu, le fait que nous n’avons pas la visibilité médiatique du Figaro Magazine ou des livres de Vincent Badré, Dimitri Casali et Laurent Wetzel vantés comme cautions par le dossier.

Notre titre a aussi fait réagir l’adversaire. Les protestations offusquées de Badré et Casali se sont révélées, comme c’est surprenant, à l’unisson du bruissement de la « fachosphère » du net, c’est à dire la nébuleuse de sites d’extrême-droite qui a relayé les ouvrages et le dossier du Figaro magazine. Ainsi, incompétents gauchistes que nous sommes, nous pratiquons, disent-ils, le raccourci, l’anachronisme et l’amalgame. C’est précisément l’inverse. Nous avons agi en professionnels de l’histoire, attentifs à l’historicité du sens des mots. Le terme « brun », depuis le succès phénoménal de la nouvelle Matin brun suite au 21 avril 2002, évoque, en France aujourd’hui, le danger d’une extrême droite multiforme dont les thèmes se diffusent dangereusement dans le discours public. Il y a bien une vague qui s’étend en France et elle n’est certainement pas rouge. Par ailleurs, si nous avions titré « vague d’extrême droite » ou même « vague nationaliste », nos adversaires auraient probablement réagi de la même façon, tant ils refusent définitivement d’assumer leur positionnement idéologique pour se poser en défenseur du bon sens et de l’unité nationale. En d’autres termes, il y a fort à parier que seul un titre aussi ridicule que « vague française sur l’histoire de France » aurait convenu à leur imaginaire et à leurs méthodes politiques. C’est ainsi qu’ils s’étendent. Il faut les dévoiler pour les endiguer. « Vague brune » assurément.

Des méthodes malhonnêtes

La dernière issue du Figaro Histoire promettant « La Vérité sur l’histoire à l’école »  poursuit la charge entamée le mois précédent. En proclamant révéler « la vérité sur l’histoire à l’école », les auteurs de ce dossier donnent une troublante image de l’enseignement, de la recherche en histoire et même du journalisme. Suivant, au fond, le même argumentaire qu’un Michel Onfray, grand pourfendeur des « élites » et des « Parisiens »,  ils affirment que l’on nous ment, que les Français sont manipulés par les mandarins de l’Education nationale qui ont confisqué l’institution et dont nos enfants, ces « orphelins de l’histoire », seraient devenus les otages. Les journalistes dénoncent l’existence d’une idéologie officielle, influencée par l’esprit du pédagogisme, conduisant à l’ignorance et au communautarisme à force de vouloir ouvrir les élèves à la différence et à la réflexion personnelle plutôt que de chercher à leur inculquer un certain type de récit national.

Or sur quels travaux scientifiques, sur quelles enquêtes de terrain ces journalistes, pourtant formés dans les meilleures écoles, s’appuient-ils pour étayer de telles accusations, assénées avec tant d’assurance ? Recueillis sur le mode du micro-trottoir, les quelques témoignages d’enseignants, anonymés à leur demande, nous précise-t-on, insufflent peut-être un parfum de sensationnalisme à ce reportage, mais ne font pas honneur à la déontologie intellectuelle la plus élémentaire. La même déontologie, probablement, qui, il y a quelques semaines, avait inspiré un journaliste du Figaro, quand celui-ci nous avait proposé, sans rire, d’arbitrer un débat dans les locaux de la rédaction, nous opposant à Jean Sévillia… autrement dit son supérieur hiérarchique. Même manque de travail de fond, même absence d’impartialité lorsque les universitaires sont convoqués pour justifier les constats les plus alarmants. Les expertises de Pierre Lunel, agrégé de droit romain, dont on connaissait déjà les analyses très objectives (Fac : le grand merdier ?, 2007, La Manufacture des Ânes, 2010), perdent un peu de leur crédibilité lorsque l’on apprend que cet ancien président de l’Université Paris VIII-Vincennes n’est autre que le récent auteur d’un livre tout en nuances : Sexe, mensonge et politique. Ces obsédés qui nous gouvernent (2012). Toutefois, le manque de sérieux des journalistes du Figaro Histoire se révèle plus préoccupant lorsque ceux-ci, retraçant visiblement l’évolution de l’enseignement de l’histoire à travers une lecture mal comprise du bel ouvrage de Jean Leduc et Patrick Garcia (L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, 2003), s’appuient sur l’autorité de chercheurs en trahissant leur pensée. Intégré  dans ce réquisitoire, Antoine Prost, spécialiste de l’histoire de l’éducation, est  connu au contraire pour avoir sévèrement fustigé dans ses Douze leçons sur l’histoire (1996), la « campagne de dénonciation » menée par Alain Decaux en 1979, dont les journalistes actuels se présentent comme les héritiers. Même instrumentalisation de l’historien républicain Marc Bloch, pourfendeur des excès de l’histoire nationale et pourtant rangé après le royaliste Jacques Bainville parmi les « historiens de la mémoire nationale ». Manipulant, après Nicolas Sarkozy, un extrait de L’Etrange défaite semblant révéler que Bloch voyait dans le déclin du roman national une des causes du désastre de 1940, les journalistes du Figaro tirent le passage de son contexte et en inversent la signification. Dans un même genre d’idées, comment peut-on faire dire au démographe Jacques Dupâquier que le peuple français n’a pas changé depuis la préhistoire, alors que son Histoire de la population française ne fait que souligner les continuités des tendances démographiques de long terme, à commencer par l’immigration ? Comment est-il possible de présenter François Furet comme l’un des passeurs du grand récit national, alors que son travail a au contraire consisté à déconstruire le roman de la Révolution française, que les historiens de la IIIe République avaient forgé pour unifier les Français ? Comment peut-on, enfin, en même temps appeler au retour du primat national et déplorer le déclin de l’école historique française, alors que celle-ci doit justement répondre aux questions posées par l’histoire globale et connectée, qui anime les laboratoires du monde entier ?

Décidément, la recherche historique vaut un peu plus qu’un simple vernis justifiant des propos dignes du café du commerce. Nous n’acceptons pas de voir des travaux honnêtes et sérieux, menés sur de longues années, ainsi déformés et instrumentalisés en quelques pages, à coups de citations superficielles et de formules à l’emporte-pièce. Ce fatras pseudo-scientifique relève bel et bien du « picorage » et du « zapping », pourtant dénoncés par les auteurs de ce dossier comme les grands maux du siècle. L’histoire, telle qu’elle se fabrique dans les laboratoires de recherche et telle qu’elle s’enseigne à l’école, est évidemment plus nuancée et complexe que l’image que nous en donnent les tenants de la thèse du grand déclin. Si nous refusons de débattre dans l’urgence, si nous nous élevons contre la complaisance avec laquelle les principaux médias ont, sans aucune distance, donné une tribune disproportionnée à des analyses reposant davantage sur l’air du temps que sur des études scientifiques, c’est justement parce que nous croyons que l’histoire vaut bien mieux que cela.


Le collectif Aggiornamento,  un « repère de  gauchistes » ?

Notre intervention dans ce débat révèle-t-elle pour autant notre parti-pris « gauchiste » et un manque d’impartialité ? Tout au contraire. Enseignants et historiens de formation universitaire, nous respectons les règles de la méthode critique reconnue par la profession depuis plus d’un siècle. Nos affirmations sont référencées et s’appuient sur des faits établis par les travaux de nombreux historiens passés ou contemporains. Nos contradicteurs pensent nous confondre en dénonçant nos sympathies de gauche et notre appartenance à des collectifs qui défendent une certaine place de l’histoire au sein de l’espace public. Cette idée selon laquelle l’historien universitaire devrait, pour être crédible, se transformer en un rat de bibliothèque, renoncer au monde et se désintéresser des débats sociaux révèle une profonde ignorance de ce qu’est notre discipline depuis sa naissance même. Evidemment, cette histoire apolitique et objective n’a jamais existé : comme ses semblables humains, l’historien est un être social doté d’opinions qui influencent même inconsciemment sa vision du passé. Plus encore, nous sommes convaincus que l’éthique de la tour d’ivoire, dans laquelle ont intérêt à nous enfermer ceux qui cherchent à nous décrire comme des élites coupées des « vraies gens », n’est qu’un alibi visant précisément à exclure du débat public ceux qui, comme nous et beaucoup de nos collègues, pensent que les idées reçues favorisent l’essor des idéologies les plus nauséabondes.

Non seulement nous ne faisons pas mystère de nos engagements en tant qu’historiens au sein du débat public, mais nous les revendiquons comme des pièces maîtresses de notre fonction sociale. C’est au nom de notre statut d’enseignants et de chercheurs rémunérés par l’Etat qu’il est de notre devoir de mettre notre savoir scientifique et professionnel à disposition du public. C’est au nom de notre déontologie qu’il nous incombe d’exercer un travail de vigilance critique, consistant à démentir les instrumentalisations dont le passé fait l’objet, surtout lorsque celles-ci reposent sur des révisions de l’histoire et menacent les valeurs de la République. Les mauvais livres et les débats les plus médiocres sont les pires chevaux de Troie de l’intolérance.

De mauvais livres qui servent de cautions

« Qui veut casser l’histoire de France ? » s’appuie sur trois livres sortis simultanément (L’Histoire fabriquée de V. Badré, L’Histoire de France interdite de D. Casali et Ils ont tué l’histoire-géo de L. Wetzel). Sans la promotion du Figaro-magazine, ces trois opus particulièrement médiocres auraient sans doute été vite oubliées. En retour, ils servent de caution scientifique et de prétexte éditorial à cette revue qui peut ainsi faire passer ses rengaines pour une brûlante actualité. Aucun de ces ouvrages ne répond aux règles de l’analyse historique tout en s’efforçant de les imiter. Ils prétendent œuvrer en historiens en appelant en permanence au retour de la nuance et de la complexité. Mais ils délivrent un message simpliste, se limitant à la réhabilitation d’une historiographie réactionnaire centrée sur la seule histoire de France, elle-même réduite à une succession chronologique d’images d’Épinal patriotiques. Nul besoin d’être un professionnel de l’histoire pour pointer les limites méthodologiques de ces ouvrages. Ainsi, même dans Les Grandes gueules de RMC – mise en scène populiste de francs débats de comptoirs – Badré s’est-il vu rétorquer que la diversité des pratiques de classe ne pouvait être déduite du seul épouillage des manuels scolaires.

Hélas, ces trois ouvrages ont bénéficié d’une forte visibilité, au-delà des cercles de la droite la plus dure. Trois ouvrages particulièrement mauvais ont donc été consacrés du seul fait d’avoir été signalés par Le Figaro magazine. Alors même que la crédibilité des analyses politiques du groupe Figaro a été affaiblie par ses prises de position balourdes en faveur de Sarkozy, force est de constater que, dès que l’on sort du strict champ de la vie politique, le pouvoir prescripteur de ce groupe de presse reste très important. Nous sommes presque les seuls à avoir porté un regard critique argumenté sur ces ouvrages.

Composition et finalités du dossier critique

Dans Le Figaro-Histoire, on prétend également ne pas parler d’idéologie alors que les clins d’œil à l’Ultra-droite sont évidents. Ainsi, l’éditorial inaugural (printemps 2012) de la série, après s’être placé sous le signe de la curiosité, de la clarté, de la pédagogie, du beau, du seul plaisir d’apprendre et de comprendre, se concluait néanmoins par un appel à « l’avenir de l’intelligence », clin d’œil transparent mais non explicitement assumé à un livre de Charles Maurras[2]. Dans son numéro sur l’école, la connivence est encore plus saillante puisque le journal n’hésite pas à attribuer à Marc Bloch un « tableau des faiblesses de la France » parmi lesquelles ces « ouvriers plus préoccupés de l’esprit de jouissance que de celui de sacrifice » [3]. Si cette dernière expression vous évoque vaguement quelque chose, ne la cherchez pas chez Bloch, mais chez Pétain dans son discours du 20 juin 1940 : « L’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice« , et réitéré le 25 Juin ; « l’esprit de jouissance a détruit ce que l’esprit de sacrifice a construit ».

Il nous a fallu lire attentivement cette prose souvent lourde et pompeuse pour en débusquer les implicites. Le lecteur trouvera ci-dessous le fruit d’un véritable travail collectif d’analyse critique faite par des chercheurs et enseignants du collectif Aggiornamento histoire-géographie. 7 billets de formes différentes reviennent sur les principaux articles du Figaro-Histoire.  Véritable mise à nu de l’entreprise partisane de la revue, le dossier critique revient sur les positionnements politiques des auteurs, ainsi que les mensonges et manipulations des articles principaux.

Beaucoup de bruit pour rien ?

Nous aurions pu laisser patiemment passer la vague en adoptant un silencieux mépris. Mais ce qui pourrait passer pour une surdité surplombante comporte le risque de laisser la voie libre à ces idées de plus en plus décomplexées. Elles ne sont pas seulement le fait de quelques excités ; elles sont relayées parce qu’elles détournent et confisquent les doutes, amertumes et revendications légitimes des enseignants confrontés à de multiples réformes de l’école en général, de l’histoire-géographie en particulier. Nos disciplines ne sont pas destinées à servir de paillasson et il nous semble urgent de décrypter et dénoncer quelques paroles – aujourd’hui banalisées – comme celles prononcées il y a deux ans par Jean-Marie le Pen lors de la clôture du congrès du FNJ : « le système scolaire permet aussi de voler à la jeunesse sa culture, son histoire, sacrifiées au profit de civilisations lointaines telles que celle de l’empire africain du Monomotapa ».

Nous ne défendons pas l’existant en critiquant ce dossier, mais proclamons vertement notre opposition à cette récupération réactionnaire et délétère. Ni les enseignants, ni les parents  ne trouveront de réponses à leurs inquiétudes ou revendications dans une nostalgie hexagonale et sur le dos des minorités.

Nous plaidons pour une créativité pédagogique libérée de velléités de plus en plus directives des programmes. Nous souhaitons un enseignement de l’histoire et de la géographie adossé aux renouvellements scientifiques récents et tourné vers l’acceptation de nouvelles échelles et de multiples temporalités qui ne sont plus celles uniquement des « Grands » de ce monde, mais celles des « n’importe qui d’entre nous » du passé et du présent.

Plan du dossier :

Laurence De Cock, Eric Fournier, Guillaume Mazeau : « La vérité sur l’histoire à l’école » ou les mensonges du Figaro Histoire

Véronique Servat, Laurent Gayme : Le Figaro Histoire, manifeste pour un « catéchisme scolaire » suivi d’un tableau statistique élaboré par Delphine Bauzin : Petite scintigraphie lexicale de quelques articles du Figaro Histoire : Fig hist

Laurence De Cock, Lettre ouverte à Hubert Tison, secrétaire Général de l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie (APHG)

Suzanne Citron, Vie et mort du roman national, Lettre ouverte à François-Xavier Bellamy

Charles Heimberg, Qu’ils lisent Marc Bloch au lieu de le manipuler !

William Blanc, Le Figaro dans un drôle de bain-ville

Mickaël Bertrand, L’enseignement de l’histoire sous la menace d’une dérive idéologique


[1] Alain Decaux, « On n’enseigne plus l’histoire à vos enfants », Le Figaro magazine, 20 octobre 1979

 

[2] Charles Maurras, L’Avenir de l’intelligence, Paris, A. Fontemoing, 1905.

 

[3] « Les historiens des origines. De Guizot à Nora, la généalogie des historiens de la mémoire nationale », pp 82-89


7 réflexions au sujet de « 1) Introduction du dossier Figaro Histoire : « la vérité sur l’Histoire à l’école » ou les mensonges du Figaro »

  1. LE GALL

    Bravo pour votre réflexion .
    Un seul « hic » pour moi , l’assimilation de Michel Onfray aux fachos ou crypto-fachos que vous dénoncez avec grande justesse .
    Je pense profondément qu’il a tout à fait raison de démolir les terroristes intellectuels comme J P S qui ont joué aux gurus pour leur petite gloriole personnelle ; la société est assez mûre avec les progrès dans la transmission des savoirs et la démocratisation de l’Ecole pour se passer de ce genre de « guide » de la pensée .C’était bon au XIX° siècle . Les individus sont , à mon sens,capables d’autonomie de raisonnement .

    Répondre
  2. Foucault Didier

    Chers collègues,
    Ayant eu pendant les dernières vacances l’occasion de regarder quelques émissions historiques « grand public  » à la TV, je vous adresse ces lignes de réflexion… Peut-être intéresseront-elles vos lecteurs. Elles me semblent aller dans le même sens que celle que vous publiez.
    Cordialement
    Didier Foucault
    Professeur d’histoire moderne à l’Université de Toulouse 2-Le Mirail

    Secrets d’histoire ou secrets de Polichinelle ?
    Les à-côtés d’une émission à succès

    TF1 a Secret story, France 2 Secrets d’histoire… A moins que ce ne soit l’inverse. Deux émissions de commérages. A l’avantage de TF1, Secret story ne prétend pas être autre chose. Quant à Secrets d’histoire… c’est une autre histoire.
    Qui choisir pour oser enfin révéler au grand public si Christophe Colomb a découvert l’Amérique, si le trésor des Templiers est toujours bien gardé ou si Sissi ressemblait trait pour trait à Romy Schneider ? Entre un talk-show et un télé-achat, Stéphane Bern avait du temps libre pour se livrer à ce genre d’exercice. Il en avait aussi toutes l’incompétence : admirateur des fastes monarchiques, il pouvait en outre se prévaloir d’un passage à l’école de commerce, d’une carrière d’échotier à Voici et à Jour de France et d’un titre de délégué de l’Institut de la Maison de France, obscure officine royaliste à la solde des ci-devant Orléans… On a fait de mauvais historiens avec moins que cela.
    Il serait inutile d’accabler cet amuseur, si le succès de son émission, saluée, au fil des années, comme le nec plus ultra en matière de documentaire historique, ne posait une série de problèmes de nature à inquiéter ceux qui – n’en déplaise aux supporters du « Fou du roi » – font profession d’histoire avec un minimum de sérieux. Car être historien, c’est un métier. Un métier aussi exigeant et rigoureux que chirurgien ou maçon. Viendrait-il à l’idée des responsables de France 2 de confier l’ablation de leur appendice ou la construction de leur villa à Stéphane Bern ? Ils ne se font pourtant guère de scrupules d’offrir le prime time à son émission « historique » et d’en multiplier les rediffusions. L’audimat doit-il toujours servir de caution au mépris du public ?
    Secrets d’histoire : tout est déjà dans le titre, qui, dès le générique, émerge d’un alignement de signes kabbalistiques, alors qu’une musique aux vagues accents hitchcockiens accompagne le spectateur dans les profondeurs d’un espace sépulcral. « On nous cache tout, on nous dit rien », chantait jadis Dutronc. Vieille rengaine qui alimente au cours des âges toutes les rumeurs de « complots ». Heureusement, Stéphane Bern brise cette conspiration du silence qui laissait le vulgum pecus dans l’ignorance de ce qui s’était tramé à son insu. Et pour cela, lui, le confident des roitelets déchus, nous introduit dans l’intimité de leurs ancêtres, en nous faisant bien mesurer l’insigne privilège qu’il nous réserve. L’un des moments qu’il affectionne le plus étant la révélation de l’escalier dérobé où passaient de mystérieux émissaires, où se glissaient de furtives favorites et par où les princes pouvaient fuir la populace en furie. En fait de secrets, un ramassis de futilités et autant de secrets de Polichinelle. Bref, rien qui n’ait été mille fois ressassé… mais que n’hésite pas de touiller à la même sauce l’alter ego de Stéphane Bern sur France 3, Franck Ferrand, animateur de L’ombre d’un doute. Qu’on en juge : « Léonard de Vinci, l’homme du mystère » (18/07), « Le chevalier d’Eon, un agent trop secret ? » (25/07), « L’Elysée, le palais des secrets » (05/09)…
    Non content de resservir les « secrets » les plus éculés que, naguère encore, les pires publications historiques n’osaient plus proposer à leurs lecteurs – ah, le Masque de Fer, Toutankhamon, Mata Hari… que d’âneries ont été écrites en vos noms ! – Stéphane Bern nous inflige son exercice favori : la flagornerie princière. Ses émissions sont un véritable feu d’artifice de superlatifs. Tout, dans ce petit monde couronné, est hors du commun. La particule la plus élémentaire y dote son titulaire de vertus exceptionnelles. Les destins sont évidemment extraordinaires. Quant aux malheurs de ces créatures admirables – car elles en ont eus : les peuples sont parfois si ingrats ! –, ce sont d’irréparables injustices qui doivent faire pleurer éternellement les chaumières. Généreuses mais légitiment jalouses de leur autorité, ces « pauvres cendres de conséquence », dont se gaussait Brassens, savaient heureusement faire montre d’une paternelle sévérité. Mais inutile d’insister sur des détails indignes de si belles âmes : qui s’intéresserait à quelques manants pendus ou écartelés, à ces milliers de gueux crevant de faim à deux pas de si majestueux châteaux ou aux monceaux de cadavres oubliés sur le théâtre de leurs exploits guerriers ?
    Secrets d’histoire ne se résume pas aux émerveillements de son présentateur vedette. Une grande partie de l’émission est consacrée à l’intervention de « spécialistes ». Un patchwork de biographes d’occasion, de polygraphes à succès, d’amateurs de généalogies poussiéreuses – sans oublier les hommes politiques en mal de représentations ou et les inévitables rejetons de lignages titrés – qui viennent pérorer une litanie de platitudes rebattues. Les producteurs n’omettent cependant pas d’inviter quelques universitaires et conservateurs de monuments, dont les compétences ne sont nullement en cause ici. Il suffit de baliser leur propos avec des questions anodines et de trier, au montage, ce qui s’intègre au mieux dans le discours édifiant du scénario.
    En fait, ce type d’émission participe d’un double courant réactionnaire qui coupe de manière préoccupante le grand public – massivement friand d’histoire – du travail des authentiques chercheurs dans cette discipline.
    A un premier niveau, l’on ne sous-estimera la dimension politique de cette entreprise. L’écriture de l’histoire est tout sauf un exercice anodin. L’extrême-droite, particulièrement, a fait de la diffusion de sa conception du passé un enjeu permanent de son combat idéologique. Cela n’a pas toujours des allures provocatrices et brutales : telles les offensives négationnistes sur l’existence des chambres à gaz. Parfois, le tour est plus avenant. Alors que Bern occupe le devant de la scène télévisuelle, n’a-t-on pas vu, ces derniers temps, un autre royaliste proclamé, Lorent Deutsch, s’engouffrer dans les stations de métro parisiennes pour revisiter, à sa manière, l’histoire de notre pays ? Au seul fait d’une formidable campagne de promotion, suivie d’un succès en librairie, France 5 a aussitôt invité le talentueux comédien à transformer son bestseller en émission racoleuse. Les chaînes publiques ne sont pas seules en cause. L’éminence brune de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson – qui a fait ses classes dans les cercles de l’OAS, de Minute et de Jean-Marie Le Pen –, dirige la chaîne Histoire, filiale de TF1, qu’il a lancée à grands coups de subventions ministérielles.
    A un second niveau – celui de la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire dans les créations culturelles destinées au grand public –, ce reflux massif vers l’anecdotique, le mystérieux et le culte des « grands » hommes n’est pas moins inquiétant. Car la télévision ne diffuse que la partie la plus visible d’une production médiatique du même tonneau. Mêlant sans discernement fiction et documentaire, celle-ci déferle aujourd’hui de toute part sur les ondes et dans les kiosques, se répand sur la toile et inonde les présentoirs de DVD… La faible valeur historique de son contenu ne se limite pas au caractère approximatif des faits rapportés ou à l’orientation du discours qui les sous-tend. Délibérément ou par simple ignorance, les auteurs de ces réalisations tournent le dos à un siècle – et même davantage ! – d’évolution de la manière d’interroger le passé des civilisations et d’en écrire l’histoire. Il y a belle lurette que les historiens dignes de ce nom ne limitent plus leurs recherches aux menus plaisirs des monarques ou aux retentissantes victoires de leurs armées. Ce qu’il y a de plus consternant en rappelant cela, c’est que l’école historique française, à travers ses multiples déclinaisons, a occupé une place mondiale de premier plan dans l’élargissement des domaines de la discipline. Pour ne citer que quelques noms de grandes figures disparues, Marc Bloch, Lucien Febvre, Fernand Braudel, Ernest Labrousse, Robert Mandrou, Georges Duby, Jean-Pierre Vernant… ont donné un rayonnement international considérable aux recherches des historiens de notre pays. Leurs livres, s’ils ne figurent pas en tête de gondole au Carrefour du coin, ont été traduits dans de nombreuses langues et leurs élèves enseignent dans les universités les plus renommées de la planète. Sous leur égide, grâce aux travaux de milliers de chercheurs qui dépouillent quotidiennement les archives et par le biais de revues comme les prestigieuses Annales, l’histoire est devenue une véritable « science sociale », qui a investi tous les champs de l’expérience humaine et a enrichi dans de multiples voies notre connaissance du passé.
    Il y a là, messieurs les directeurs de chaînes, à supposer que vous ne cultiviez pas votre ignorance de la chose et que vous preniez un tant soit peu au sérieux la mission culturelle que vous confie le CSA, matière à offrir au public des sujets autrement passionnants et intelligents que les lénifiantes émissions de Bern et consort sur la reine Victoria ou le secret des pyramides. Et si vous souhaitez qu’on n’oublie pas de parler du rôle joué par les souverains, pourquoi ne pas le faire à la manière du regretté Pierre Goubert, qui, il y a cinquante ans déjà, répondit à la commande d’un livre sur le roi Soleil en écrivant un superbe Louis XIV et vingt millions de Français ?

    Répondre
  3. Gilles Horvilleur

    « Ni les enseignants, ni les parents ne trouveront de réponses à leurs inquiétudes ou revendications dans une nostalgie hexagonale et sur le dos des minorités. »
    En effet.
    GH, parent d’élève, pas spécialement inquiet (quoique…), rassuré en tout cas par la lecture de ce dossier “vertueux”, au sens de l’An II.

    Répondre
  4. Tom

    C’est intéressant et étayé. Mais cela manque un peu de nuance, ou plutôt de constructivité. A vous lire, on a l’impression d’assister à un plaidoyer pour le statu quo pour la simple raison que cela embêterait le Figaro et ses plumes brunes. De même, dans une tribune faisant l’éloge de l’argumentation et de la preuve, le classement de l’émission de RMC comme une émission de comptoir me paraît très méprisant, voire hautain et élitiste. Ou alors il faudrait argumenter.

    Personnellement, enseignant depuis 15 ans, je regrette de déplorer que les élèves, au collège comme au lycée, n’ont pas du tout le sens de l’épaisseur chronologique, et les anachronismes sont monnaie courante. Sans vouloir revenir à l’apprentissage par coeur de frises chronologiques ou des sous-préfectures (puisque c’est ainsi que vous décrivez la position des « tenants de la chronologie »), le fatras, par exemple des nouveaux programmes de 1ere/Terminale plonge la majorité des élèves (sauf les meilleurs, bien sûr), dans une confusion énorme: mélange des 2 guerres, de la guerre du Golfe et du Vietnam, et j’en passe…

    On peut prôner un enseignement de l’histoire axé sur le développement de la réflexion et de l’esprit critique tout en exigeant la maîtrise de repères chronologiques clairs. Je ne vois pas ce qu’il y a de paradoxal là-dedans; au contraire, cela me paraît évident…
    Si c’est également ce que vous pensez, vous ne parvenez pas à l’exprimer dans cette tribune.

    Merci néanmoins pour la stimulation intellectuelle et pour votre engagement.

    Un simple prof de lycée…

    Répondre
  5. Ping : La fabrique scolaire de l’histoire | ecole-publique.fr

  6. Stéphane Mantoux

    Bonjour,

    « Notre intervention dans ce débat révèle-t-elle pour autant notre parti-pris « gauchiste » et notre manque d’impartialité ? Tout au contraire. Enseignants et historiens de formation universitaire, nous respectons les règles de la méthode critique reconnue par la profession depuis plus d’un siècle. (…) Nos contradicteurs pensent nous confondre en dénonçant nos sympathies de gauche et notre appartenance à des collectifs qui défendent une certaine place de l’histoire au sein de l’espace public. » .

    Ils n’essaient pas de vous confondre : ils profitent peut-être d’une faille qui est que vous ne vous positionnez peut-être pas clairement comme étant de gauche, ce qui est à vous lire, est bien le cas -sans aucune forme de critique, puisque je partage les mêmes idées. Cassez l’argument en affirmant votre identité de gauche.

    « Nous sommes presque les seuls à avoir porté un regard critique argumenté sur ces ouvrages. »

    C’est peut-être vrai -je n’ai pas lu ailleurs d’autres argumentations aussi déployées que les vôtres- mais en ce qui concerne le Figaro Histoire, par exemple, un blog tenu par une personne positionnée très clairement à droite a également été capable d’en voir les limites. Preuve que les critiques peuvent s’étaler d’un spectre à l’autre du champ politique, même contre son propre bord.

    « Nous ne défendons pas l’existant en critiquant ce dossier, mais proclamons vertement notre opposition à cette récupération réactionnaire et délétère. Ni les enseignants, ni les parents ne trouveront de réponses à leurs inquiétudes ou revendications dans une nostalgie hexagonale et sur le dos des minorités. »

    Le constat est tout à fait juste, pour autant votre posture, fort utile au demeurant, reste sur la défensive. Or pour lutter contre les « velléités de plus en plus directives des programmes » que vous dénoncez, il me semble qu’il faut être aussi offensif. Est-ce possible face au système actuel ? J’ai des doutes. Est-il encore possible de le changer de l’intérieur ? Je ne sais pas. Je parie plus sur l’extérieur.

    Cordialement.

    Répondre
  7. CHAUSSAT

    Merci d’avoir pris le temps de démonter les affirmations péremptoires d’idéologues de bas étage avec des méthodes véritablement scientifiques.
    Je lis toujours avec intérêt les billets de ce site, même si je ne suis pas toujours d’accord. Au moins, on fait ici appel à l’intelligence et non à l’émotion.
    Surtout, continuez.
    Cordialement,
    Laurence Chaussat, simple prof.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *