2) Dossier Figaro Histoire : Le Figaro Histoire, manifeste pour un « catéchisme scolaire »

Rédact-eur-rice : Laurent Gayme, Véronique Servat

(Avec la participation de Delphine Bauzin)

Le Figaro Histoire prétendant dévoiler la « vérité sur l’histoire à l’école » affirme que l’étude de document n’est pas un mode opératoire satisfaisant pour enseigner cette discipline.

Nous affirmons le contraire. Une analyse critique de document permet de débusquer les implicites et non-dits. Nous avons donc décidé d’appliquer cette méthode à l’étude du dossier que ce magazine consacre à l’histoire enseignée. Pour mieux dévoiler la vérité sur le discours, les intentions, et les compromissions idéologiques certaines des auteurs de ce dossier.

 1.     Nature du document :

 Quelques mots tout d’abord sur Le Figaro Histoire, émanation du Figaro, quotidien majeur de la presse de droite. Cette jeune revue a été lancée en mars 2012 sur un marché dynamique[1]. Après un premier numéro mettant en « Une » un dossier sur « Les derniers secrets de la Campagne de Russie », elle nous a proposé « La folle histoire des Windsor de Victoria à Elizabeth II » et « Où est passée la bataille d’Alésia ? » : grandes figures de l’histoire de France, monarchie et histoire-bataille, donc (ou culte de la défaite, diront des esprits chagrins ?). Son directeur de la rédaction, Michel De Jaeghere, s’est entouré d’une impressionnante liste d’historiens et pseudo-historiens qui composent le comité scientifique, et dont les noms parlent au professeur d’histoire et de géographie : Jean Tulard, Jean-Pierre Babelon et Jean-Robert Pitte, de l’Institut ; Jean-Paul Bled, Jacques Heers, Marie-Françoise Baslez, Jacques-Olivier Boudon et Eric Mension-Rigau de Paris-IV Sorbonne ;  Simone Bertière (Bordeaux-III et ENS Sèvres); des membres d’universités et d’institutions européennes : Maurizio De Luca (Vatican), Giandomenico Romanelli (Italie), Nicolaï Alexandrovitch Kopanev (Russie), Arnold Nesselrath (Allemagne), Dimitios Pandermalis (Grèce) ; et des habitués des publications du Figaro :  Jean-Christian Petitfils et Jean Sévillia. Notons cependant que ces personnalités n’ont pas rédigé le dossier qui nous intéresse.

 Le dossier « La vérité sur l’Histoire à l’école » est accompagné d’une abondante iconographie composée d’illustrations de Job (1858-1931), de tableaux et de photos de l’école d’autrefois, et de peintures historiques. Il est introduit par un éditorial de Michel De Jaeghere (« Fils de personne », p. 3) et comprend plusieurs articles :

–       Philippe Maxence, « Les orphelins de l’histoire », p. 44-53 ;

–       Entretien avec Hubert Tison, président de l’APHG. Propos recueillis par Michel De Jaeghere et Vincent Tremolet de Villers, p. 54-57 ;

–       Marie-Amélie Brocard, « Les déclassés de l’histoire de France », p. 58-69 ;

–       François-Xavier Bellamy, « Vie et mort du Roman national », p. 70-79 ;

–       Double page sur « La longue marche des programmes d’histoire… »,p. 80-81 (tableau établi à partir des travaux de Christian Delacroix et Patrick Garcia) ;

–       Jean-Louis Thiériot, « Dictionnaire : Les Historiens des origines. De Guizot à Nora, la généalogie des historiens de la mémoire nationale », p. 82-89 ;

–       Double page sur « L’école des loisirs » (« L’approche ludique de l’histoire ne date pas des années 1970. Elle était autrefois un divertissement complémentaire de l’école. Elle est devenue une pédagogie. », p. 90-93).

–       Vincent Tremolet de Villers, et Albane Piot, « L’Histoire hors les murs » (sélection commentée d’ « ouvrages buissonniers qui ont trait à la transmission de l’histoire de France », p. 94-99).

 2.     Auteurs :

 Au-delà de la droite traditionnelle, les auteurs du dossier participent pour la plupart à des associations, réseaux et médias (Présent, Radio Courtoisie[2] par exemple) affilés au  national-catholicisme et à l’extrême droite (même s’ils réfutent ce terme).

 Beaucoup sont journalistes dans les différents titres du groupe Dassault (Le Figaro, Valeurs actuelles, Le Spectacle du Monde). Ainsi le directeur de rédaction du Figaro Histoire, Michel De Jaeghere, par ailleurs écrivain (par exemple Atlas Napoléon La gloire en Italie », en collaboration avec Jérôme Grasselli, éditions Valmonde et compagnie, 2001 ; Le livre blanc de l’armée française en Algérie, Éditions Contretemps, 2002 ; Enquête sur la christianophobie, éditions Renaissance Catholique, 2005 ; La repentance : histoire d’une manipulation, éditions Renaissance Catholique, 2007), mais aussi vice-président du mouvement  Renaissance catholique[3]. C’est également le cas  de Philippe Maxence[4] (auteur d’une biographie de Baden Powell, spécialiste de  Chesterton et rédacteur en chef du bimensuel catholique L’Homme nouveau) mais aussi de Vincent Tremolet de Villers ou encore d’Albane Piot, chargée des enquêtes au Figaro Histoire. Radio Courtoisie permet de se familiariser avec les centres d’intérêts de cette grande famille journalistique puisque Philippe Maxence y anime son « Libre Journal » et Marie-Amélie Brocard (fille de Michel De Jaeghere) le « Libre journal des scouts ».

 D’autres plumes du dossier naviguent entre responsabilités politiques locales et enseignement de l’histoire dans le supérieur ou le secondaire. Cela concerne notamment François-Xavier Bellamy, normalien et agrégé de philosophie. Il a enseigné  en lycée (ZEP puis classes préparatoires littéraires) à Asnières puis en prépa littéraire à Paris, après été membre du cabinet du Ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, et ensuite du cabinet du Garde des Sceaux Rachida Dati. Il est aussi maire adjoint (sans étiquette) à Versailles, délégué à la jeunesse et à l’enseignement supérieur, et tient un blog[5]. Notons qu’il a proposé, lors de l’Université d’été 2012 de Renaissance catholique, une communication qui porte exactement le même titre que son article dans le dossier du Figaro Histoire. Enfin Jean-Louis Thiériot, avocat et historien (par exemple Margaret Thatcher : de l’épicerie à la Chambre des Lords, Paris, Fallois, 2007 ou Stauffenberg, Paris, Perrin, 2009), est maire UMP de Beauvoir et suppléant d’Yves Jégo pour les législatives de mai 2012.

 3.     Contexte historique :

 Le dossier du Figaro Histoire de septembre-octobre 2012 qui affirme modestement rétablir « La vérité sur lHistoire à lécole » vient compléter une vaste offensive éditoriale et médiatique qui se déclenche de façon répétée depuis trois ans à chaque rentrée scolaire.

 Ainsi, en 2010, premier round : le groupe « Notre histoire forge notre avenir » se fédère autour d’une pétition en ligne adressée à Luc Chatel, alors ministre de l’Education Nationale, dont l’objet est « Le maintien de Napoléon et Louis XIV dans les programmes de collège » complété par cette précision « Louis XIV, Napoléon, c’est notre Histoire, pas Songhaï ou Monomotapa ». Cette pétition dénonce l’introduction pour 3 heures (sur 35 heures d’enseignement) de l’étude d’un royaume ou d’un empire de l’Afrique médiévale dans le programme d’histoire de 5° au collège.

Emmené par Dimitri Casali, présenté comme un historien et « enseignant en ZEP » par la presse, et Benoît Crespin, ancien animateur du collectif « Stop la grève » et ancien membre du syndicat étudiant UNI, le groupe bénéficie d’un important buzz médiatique, se targuant notamment du soutien d’Eric Zemmour, Max Gallo ou encore Stéphane Bern. Dimitri Casali, effectue un passage dans l’émission « C’est dans l’air » en septembre 2010 durant laquelle Fabrice D’Almeida et Laurent Wirth lui donnent la réplique[6]. Toutefois, la page Facebook[7] du collectif, après quelques mois de franc succès, draine rapidement tout ce qui se fait de plus nauséabond à droite et à l’extrême droite, et le dispositif s’essouffle après quelques mois. Aujourd’hui, la page n’affiche plus que 462 suiveurs alors que la pétition annonçait 12000 signatures au plus fort du battage médiatique.

 Rentrée 2011, deuxième round. Dimitri Casali publie fin août un Altermanuel dhistoire de France, sous-titré « Ce que nos enfants napprennent plus à lécole », publication largement relayée dans les médias (« Ce soir ou jamais », le 28 septembre 2011 l’invite avec  Pascal Blanchard comme « contradicteur »). Le Figaro Magazine fait office de caisse de résonance dans la presse écrite, Casali signant un des articles phares d’un dossier intitulé « C’est l’Histoire de France qu’on assassine » publié fin août 2011. Dans ce supplément du quotidien se déclinent au fil des pages les éternelles accusations de complot contre l’enseignement d’une histoire chronologique, s’incarnant dans de grandes figures menacées d’ostracisme par les nouveaux programmes scolaires, le tout accompagné d’illustrations évoquant l’encre violette, la plume et l’écritoire, la blouse, les pleins et les déliés…

 Été 2012, troisième round : Michel De Jaeghere  organise la 21e Université d’été de Renaissance catholique, consacrée au sujet suivant « : « À quoi sert l’Histoire ? »[8], sujet qu’il présente dans un intéressant entretien pour Renaissance catholique[9] (présentation dont le contenu a largement nourri son éditorial pour ce numéro 4 du Figaro Histoire).

 Enfin, en septembre 2012, le quatrième round est entamé. L’offensive marche toujours sur deux jambes : à la fois médiatique, avec la presse écrite (Figaro Magazine, puis Figaro Histoire s’enchaînent sur le mois) et la télévision (« Ce soir ou jamais » invite Vincent Badré pour son livre LHistoire Fabriquée ? ), mais également éditoriale,  trois essais paraissant successivement (les suppléments du Figaro leur faisant, une large publicité), celui de Vincent Badré , celui de Laurent Wetzel ( Ils ont tué lhistoire-géo ) et un nouvel opus de Dimitri Casali  ( Lhistoire de France interdite ). Entretemps, la majorité présidentielle a changé, le ministre de l’éducation nationale également. Il est question depuis mai d’une « refondation de l’école », et pour fin octobre d’Etats généraux de l’éducation. Le contexte est donc tout à fait propice pour s’approprier (confisquer) la défense de l’histoire enseignée, érigée en grande victime de la réforme Chatel (qui a pourtant fait bien d’autres dégâts) en raison de sa disparition en Terminale S.

 4.     Contenu : analyse critique et argumentée du document.

 Le dossier est organisé autour d’un postulat de départ :

 « L’histoire est partout, sauf elle devrait être : à l’école, au collège, au lycée, elle n’est pas sortie de la crise qui l’affecte depuis la fin des années 1960. la rentrée scolaire n’a pas seulement été marquée par la publication de nouveaux manuels qui prennent en compte la énième réforme des programmes : elle a vu une nouvelle avalanche de livres dénonçant l’ampleur du désastre. » (Michel De Jaeghere, p. 3)

 Ces livres sont présentés p. 94-99. On retrouve bien sûr ceux de Jean Sévillia, Dimitri Casali et Vincent Badré, et d’autres comme le Kiffe la France de Jean-François Chemin qui, après avoir travaillé dans l’audit, le conseil puis l’industrie, est devenu professeur d’histoire-géographie et livre son expérience en ZEP. Pour lui, les programmes et les manuels proposent à ces élèves un antiroman national victimaire ; ou encore le Manuel d’histoire de France d’Anne de Mézeray, édité par l’Oeuvre scolaire Saint-Nicolas[10] : « Résolument chronologique, très pédagogique, particulièrement clair dans sa maquette, ce livre « à l’ancienne » n’hésite pas à reconnaître les racines chrétiennes de la France ».

 Deux axes se dégagent de cette bibliographie : la dénonciation des programmes et de l’enseignement actuel de l’histoire ; la nostalgie de l’enseignement de jadis, autour de grandes figures historiques et de grandes dates. Michel De Jaeghere est pourtant prudent : il reconnaît que « Louis XIV et Napoléon n’ont pas disparu des programmes » et que l’histoire de France « n’a pas été à proprement parler « remplacée » par celle de l’empire du Monomotapa, de l’Inde des Gupta ou de la Chine des Han ». Mais pour lui les grandes figures ont été « déclassées » (programmes trop vastes, pas assez d’heures, trop d’objectifs contradictoires, trop de saupoudrage) et l’histoire de France est :

 « la victime d’un snobisme qui a conduit à importer dans les classes les orientations des Annales (sans doute légitime à Bac + 5), sacrifiant la chronologie aux approches transversales ; de préjugés qui ont mené à préférer l’histoire des peuples à celle des grands hommes ou des grands événements (l’annexion d’une province, le sort d’une bataille ne changeant pas le niveau de vie des paysans. Elle a été la proie d’une pédagogie qui a enfoui la leçon et, avec elle, la transmission des faits, des dates, des connaissances, sous un déluge de documents supposés attiser la curiosité des élèves ; de partis pris qui aboutissent à privilégier les occasions de repentance pour de jeunes Français appelés à prendre conscience de tout ce qui sépare leur passé de l’idéal que leur propose le monde contemporain. » (p. 3)

 Et Michel De Jaeghere de conclure sur le patriotisme :

 « Le patriotisme est l’amour de la terre des pères. Il se nourrit, dit Renan, du souvenir des grandes choses que l’on a faites ensemble. Il ne peut naître de la diffamation systématique de notre histoire. Il ne peut survivre non plus à sa méconnaissance. À un pays dont on a négligé de faire connaître les grands hommes, les gloires, les défaites ; une histoire dont on a refusé d’exalter les beautés, les exemples, il est vain de demander de manifester son attachement. »

 Voici donc la « thèse » de ce dossier, creusée ad nauseam dans les différents articles. Ainsi Philippe Maxence et François-Xavier Bellamy, retraçant les vicissitudes de l’enseignement de l’histoire et de sa destruction par des réformes depuis les années 1960-1970 (avec la sonnette d’alarme tirée par Alain Decaux, dans le Figaro Magazine le 20 octobre 1979), identifient les mêmes coupables : pour l’historiographie, l’école des Annales, et pour la pédagogie les méthodes actives (l’étude de toutes les sortes de documents, qui prendraient le pas sur la transmission (le récit et la chronologie). François-Xavier Bellamy ajoute un coupable : « l’inflexion mémorielle » qui conduit au communautarisme.

 « Victime de l’abandon de la chronologie, l’enseignement de l’histoire est en crise » : telle est l’accroche de la contribution de Philippe Maxence. Le dossier du Figaro Histoire, qui prétend dire la vérité sur l’histoire à l’école, a une tendance prononcée à déformer la réalité. Ainsi, il n’y aurait plus de chronologie à l’école ? Regardons la page 80-81 du dossier qui présente un tableau récapitulatif  de l’enseignement de l’histoire dans le secondaire. Que constate-t-on ? La totalité de l’enseignement dans le secondaire suit un axe chronologique découpé avec plus ou moins de précision en fonction des quatre grandes périodes canoniques de l’Histoire (Antiquité, Moyen Âge, Temps Modernes, Monde contemporain). Le lycée se concentre surtout sur la dernière période.

 Les programmes de collège, dans leurs prescriptions, indiquent aux enseignants un nombre élevé de repères chronologiques que les élèves doivent maîtriser chaque année, mais aussi dans leur totalité à la fin de leur scolarité. Ces repères font l’objet d’une évaluation spécifique au brevet des collèges. Or n’importe quel enseignant sait qu’à partir du moment où il y a un examen à la clé, cela pèse sur les pratiques de classe d’une façon telle qu’aucun professeur ne prendra le risque de ne pas mentionner ces repères chronologiques dans son enseignement et de s’assurer que les élèves les ont vus, révisés et acquis.

 Il est vrai qu’à l’intérieur de ces périodes sont introduites des études thématiques. Par exemple, en 5°, l’étude du Moyen Age se décline en plusieurs chapitres l’un sur la construction progressive de la monarchie au Moyen Age (il s’intitule « féodaux, souverains et premiers États »), deux autres portant sur des études thématiques « paysans et seigneurs » et « l’Eglise au Moyen Age ». En quoi ces études seraient-elles hérétiques pour enseigner l’histoire médiévale à l’école ? Le Moyen Age ne se définit-il pas par ses rapports sociaux cristallisés sur le territoire de la seigneurie dominée par le château fort ? Le Moyen Age ne se distingue-t-il pas par présence particulière de l’Eglise dans la vie des hommes qui rythme, encadre et guide leur vie, tout en remodelant le paysage urbain, territoire d’affirmation d’un pouvoir spirituel qui vient accompagner ou concurrencer le pouvoir temporel ? Il y a donc bien un cadre chronologique fort et contraignant dans l’enseignement de l’histoire dans le secondaire qui introduit à l’intérieur de périodes des études plus thématiques.

 Introduire des études thématiques permet aussi au professeur d’étudier des acteurs collectifs de l’histoire (les femmes, qui n’ont quasiment aucune voix au chapitre dans le dossier du Figaro Histoire tout comme elle ont très peu de place dans les programmes d’une manière générale, mais aussi le peuple, les ouvriers et les bourgeois au XIXème siècle, les soldats de la Grande Guerre au Front etc.) et pas uniquement une liste de rois mâles, armés et chrétiens présentés de façon hagiographiques dont les règnes s’enchaînent comme on enfile des perles et des heures  d’enseignement qui sentent l’encre violette et qui réduisent le cours d’histoire à un exercice de mémorisation sans saveur.

 Philippe Maxence dresse aussi une liste des victimes : Charles Martel, Saint Louis, le baptême de Clovis, le Directoire, les règnes de Hugues Capet et de Louis XIV, Napoléon, les maréchaux de la Grande Guerre en collège,  et en lycée l’Empire et la Restauration, le socialisme en URSS, la religion et les racines chrétiennes de la France et de l’Europe, et partout la chronologie. Marie-Amélie Brocard ajoute Vercingétorix, Charlemagne, les croisades, Jeanne d’Arc, Richelieu, la Révolution (les guerres de Vendée et la Terreur en fait, pour déplorer qu’on ne montre plus la « folie révolutionnaire »).

 Derrière cette longue déploration de la perte du roman national se dessine un vrai projet réactionnaire d’enseignement d’une histoire de la France immémorialement chrétienne des monarques, des grands hommes et des héros, à la place de cet enseignement qui « détricote le roman national » et où « les élèves de cinquième doivent accorder 20% de leur temps à étudier l’islam et les empires africains  et expédier l’histoire de France, du XIe au XVIIe siècle, le reste du temps ! » (Philippe Maxence, p. 51). C’est dire si l’histoire de France est menacée, quand un élève de cinquième doit y consacrer 80% de son temps…

 Ce qui transparaît aussi dans ce dossier, c’est que ses auteurs ne savent pas de quoi ils parlent. Ils appuient, comme d’habitude, leurs critiques sur les programmes et les manuels, en ignorant totalement les pratiques des enseignants dans les salles de classe. Croient-ils vraiment qu’en classe on passe à chaque fois 50 minutes à laisser les élèves travailler sur un document ? Imaginent-ils qu’un professeur reste muet, ne raconte jamais rien, ne choisit pas de passer plus de temps sur une question et moins sur une autre, n’apporte pas de cadre chronologique ? Savent-ils qu’on enseigne aujourd’hui avec autre chose que des manuels, par exemple avec des films des documentaires, internet, en faisant venir des témoins, en emmenant les élèves dans des expositions ? Savent-ils que l’histoire n’est pas enseignée par des programmes et des manuels, mais par des enseignants, qui lisent, qui se forment continuellement, qui réfléchissent à leurs pratiques, et qui ont encore – ou tentent de garder – une liberté pédagogique dans l’application du programme ? Non, ils ignorent ce que signifie enseigner, mais ils n’en ont cure !

 Sur l’étude de documents, qu’ils dénoncent comme unique pratique pédagogique parce qu’elle symbolise à leurs yeux le remplacement d’une histoire-récit du roman national par une histoire-recherche et une histoire-problème due aux Annales, rappelons que les historiens n’ont pas attendu l’école des Annales pour écrire l’histoire en s’appuyant sur l’étude de documents : déjà Thucydide dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse, 431-411 av. J.-C. s’appuie sur la confrontation de diverses sources orales et écrites. Dom Jean Mabillon, dans son De re diplomatica, en 1681, réfléchit à une analyse critique des documents et des chartes. Enfin, les historiens du XIXe siècle, avec  l’école méthodique de Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, donnent une place centrale au document dans le travail de l’historien.

 Effectivement avec les Annales on est passé d’une histoire (celle de l’école méthodique) descriptive à une histoire explicative, qui choisit, organise, analyse les faits, qui construit ses objets, au lieu de considérer que des faits bruts lui sont donnés par l’histoire, et qui utilise les apports des autres sciences humaines et sociales. L’école des Annales privilégie la « longue durée » sur le temps court de l’histoire événementielle et les mouvements sociaux, économiques et culturels sur les grands événements et les grandes figures. Mais ça n’a jamais signifié l’abandon de la chronologie, comme le montrent par exemple Philippe II et la Franche-Comté de Lucien Febvre (1912), Les Rois thaumaturges de Marc Bloch (1924) ou les deuxième (le temps conjoncturel des économistes) et troisième (une histoire événementielle traditionnelle) parties de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II de Fernand Braudel (1949), et enfin Le Dimanche de Bouvines de Georges Duby (1973).

 Enfin les auteurs du dossier oublient ou ignorent que, depuis, d’autres courants historiques sont nés : histoire des mentalités, histoire des représentations, renouveau de l’histoire politique et de l’histoire événementielle, histoire culturelle ; renouveau d’une histoire militaire qui étudie la vie des soldats, les conditions de combat sur le champ de bataille, etc ; changement d’échelle d’analyse avec la world history. Autant de nouveaux courants qui ont profondément marqué les programmes d’histoire ces dernières années, mais visiblement pas l’esprit de leurs contempteurs, comme le montre d’ailleurs le dictionnaire d’historiens en fin de dossier !

 La vérité sur l’Histoire à l’école ? On ne la trouvera pas dans ce dossier du Figaro Histoire… À sa place est déployé un projet réactionnaire d’enseignement d’une histoire de France fantasmée, sans idéologies, sans vie politique, sans peuples, forcément chrétienne et monarchique, forcément conquérante, repliée sur elle-même et unie derrière des figures incontestées, et qui s’arrête en 1918.

La vision de l’histoire scolaire version Figaro Histoire sent la naphtaline : la seule proposition de ce dossier est de toujours regarder en arrière, l’œil humidifié par l’émotion née de la contemplation nostalgique d’un passé révolu. Que nous dit le Figaro Histoire ? L’enseignement de l’histoire est en crise, revenons aux bonnes vieilles méthodes du XIX siècle ! Mais enfin qui proposerait aujourd’hui pour faire baisser le nombre de tués sur les routes de faire passer aux Français un permis de conduire les autorisant à rouler au volant d’un… fiacre ?

 Mais ce dossier ne propose pas seulement un projet réactionnaire, comme en témoignent quelques passages significatifs :

–       Sur les programmes Joutard (2002) du primaire : « Il s’agissait, comme le déclare Philippe Joutard, de « rompre avec le roman national », non pas avec fracas mais en le détricotant doucement, en insistant sur les sources. L’idéologie n’est pas loin. La France est bien une terre d’immigration puisque les Gaulois étaient eux-mêmes déjà des immigrants. CQFD. L’élève ne saura rien, en revanche, de la permanence du peuple dont Jacques Dupâquier a montré, dans son Histoire de la population, la stabilité depuis la préhistoire. » (Philippe Maxence, p. 49). Faut-il comprendre que les Gaulois étaient là depuis la préhistoire ? Ou les Français ?

–       « Dans un pays qui a été traversé par un débat sur les racines de l’Europe, et plus globalement sur l’identité française, la naissance de la France chrétienne avec le baptême de Clovis est occultée (sic) en sixième selon la chronologie il aurait se trouver et ne sera jamais étudié par la suite. En revanche, le programme de cinquième s’ouvre par l’étude de l’islam, qui couvre « environ 10% du temps consacré à l’histoire », les élèves devant connaître la date de l’hégire (départ de Mahomet et de ses compagnons de La Mecque pour Médine) et en expliquer la signification. » (Ph. Maxence, p. 50-51). On comprend mieux, d’un seul coup, pourquoi nos auteurs réclament Charles Martel… D’ailleurs :

–       «sur la « culture humaniste », une des sept compétences du socle commun : « Aide-t-elle à la perception « de l’identité et de l’altérité », but avoué, quand elle se penche sur l’hégire mais évite de dire un mot de Charles Martel et plus généralement minimise la confrontation de l’islam avec la chrétienté ? » (Philippe Maxence, p. 53) Charles Martel dont on apprend avec Marie-Amélie Brocard (p. 61) ceci : « Vainqueur d’une bataille dont l’issue aurait pu totalement bouleverser le destin de la France en faisant d’elle une terre musulmane, père de la future dynastie carolingienne, Charles Martel n’a ainsi aujourd’hui guère plus la place que d’une figure secondaire dans les cours d’histoire. » Elle ajoute, à propos de Saint Louis (p. 64) : « En 2010, chez Nathan, le manuel pour les classes de 5e le relègue dans les commentaires de documents : Saint Louis a disparu du récit de l’histoire de France. Rassurons-nous : à sa place, les élèves auront le loisir de découvrir qui était Kankou Moussa, grand empereur du Mali. ». Chrétienté menacée par l’Islam, roi français (de souche ?) remplacé par un empereur malien, nos auteurs semblent se sentir cernés…

 

–       Et enfin François-Xavier Bellamy (p. 79) sur le récit national : « L’école du XXIe siècle doit faire face à d’autres défis que celle de 1870. Et pourtant, le même enjeu demeure : plus que jamais, les fractures idéologiques, la dissolution des principes fondamentaux d’une morale commune, le jeu des identités multiples, mettent en péril cette unité toujours vulnérable que constitue la nation française. () Il est temps désormais de poser un constat, avec le recul que nous permet la brève histoire de l’enseignement de l’histoire. En renonçant à ce récit qui se constituait comme une pédagogie de l’unité de la France, nous n’avons rien fait gagner à la France. Bien au contraire : le premier piège qui pèse aujourd’hui sur l’enseignement de l’histoire est aussi celui qui guette notre pays : le communautarisme que Lavisse avait combattu sous la forme des divisions partisanes et qui resurgit sous un autre visage. La pression qu’il fait subir à l’unité de la cité est plus forte qu’elle ne l’a jamais été.»

 On pourrait multiplier les citations. De Vercingétorix aux maréchaux de 1914-1918, du baptême de Clovis au communautarisme, à travers des figures chrétiennes des héros guerriers, il ne s’agit pas seulement pour nos auteurs de défendre un projet réactionnaire, mais de proposer un projet de combat xénophobe face à un péril musulman et immigré fantasmé et face à un complot, tout aussi fantasmé, des élites pour diffuser l’ignorance.

 Intellectuellement, c’est un projet d’une grande pauvreté, celui d’un enseignement sans esprit critique, sans questionnements, sans réflexion, uniquement dédié à l’adoration d’images pieuses et de « vies de saints » retenues pour leur exemplarité idéologique, et où le professeur serait un simple « passeur de plats ». Racines chrétiennes de la France, culte des chefs, nationalisme et xénophobie, attaque de l’histoire supposée promouvoir la repentance, dénonciation de la décadence intellectuelle et du complot des élites, repli derrière les frontières d’un pays au peuplement immuable dont l’histoire se résumerait à une lutte éternelle contre les invasions jusqu’à aujourd’hui : toutes les caractéristiques idéologiques d’un projet d’extrême droite, donc…

 On ne trouvera pas dans ce dossier la vérité sur l’Histoire à l’école car c’est une vérité qui  n’existe pas tant la réalité de l’enseignement de l’histoire est multiple et diverse. En revanche, pour l’historien, ce dossier, surgeon de l’Université d’été de Renaissance catholique et des publications qui inondent le marché actuellement, est un précieux document pour analyser la porosité intellectuelle entre la droite et l’extrême droite, et pour montrer comment les digues cèdent un peu partout face à cette « vague brune ».

 Quant à l’entretien avec Hubert Tison, qui semble partager hélas bon nombre de ces élucubrations, nous n’en dirons qu’une chose, en paraphrasant Pierre Desproges : on peut défendre l’enseignement de l’histoire, mais pas n’importe comment ni avec n’importe qui…

Pour compléter : Petite scintigraphie lexicale des principaux articles ( Par Delphine Bauzin)

Cliquer ici : Fig hist

[1] http://www.lefigaro.fr/medias/2012/03/27/20004-20120327ARTFIG00675-le-groupe-figaro-lance-le-figaro-histoire.php

[2] Radio-courtoisie est une radio associative qui n’émet pas dans toutes les villes de France créée dès 1981 pour fédérer tous les courants de la droite modérée à l’extrême-droite. Aujourd’hui, la ligne éditoriale assume une position droitière très dure et s’ouvre aux courant catholiques traditionnalistes.

 

[3] Un  mouvement de laïcs qui « agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française » http://www.renaissancecatholique.org

[4] Voir son blog http://caelumetterra.hautetfort.com

[5] http://www.fxbellamy.fr/blog/ . Il a aussi participé en août 2012 au camp d’été de la Rose blanche, sur le thème « Vous êtes le sel de la terre – Le christianisme, une contre-culture ? ». « La ROSE BLANCHE propose tous les étés, depuis 2007, une semaine de vacances et de réflexion, organisée par des jeunes soucieux de réfléchir sur la place des chrétiens dans la cité et de se former au service du bien commun, à la lumière de la doctrine sociale de l’Église. » https://www.facebook.com/cercleroseblanche

[6] voir le texte rédigé en réaction par Suzanne Citron, JP Chrétien et Laurence De Cock : « Les réacs au piquet » sur Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/170910/les-reacs-au-piquet

[8] http://www.renaissancecatholique.org/Video-de-presentation-A-quoi-sert.html

[9] http://www.renaissancecatholique.org/Michel-De-Jaeghere-A-quoi-sert-l.html

[10] http://www.renaissancecatholique.org/Nouvel-article,252.html L’œuvre scolaire Saint-Nicolas est née en 1994 et s’est donné pour objet « le soutien aux écoles catholiques libres » (http://www.renaissancecatholique.org/Le-soutien-a-de-bonnes-ecoles.html )


2 réflexions au sujet de « 2) Dossier Figaro Histoire : Le Figaro Histoire, manifeste pour un « catéchisme scolaire » »

  1. Jean-Marc

    Enseignant moi-même l’histoire dans le secondaire depuis une quinzaine d’années, je suis tombé par hasard sur votre article. Vous critiquez l’orientation politique des contributeurs du dossier du « Figaro Histoire » pour tenter de les discréditer, mais votre démarche ne leurre personne. Sous les apparences (mais les apparences seulement) d’un discours « scientifique », c’est en fait un combat purement idéologique que vous menez.
    D’une part, je ne vois pas en quoi le fait d’être marqué à droite disqualifierait automatiquement le discours d’un historien (ou « pseudo-historien », comme vous l’écrivez de façon très condescendante). Seuls les gens de gauche auraient-ils le droit d’écrire sur l’histoire ? Le discours des historiens de droite serait-il automatiquement « nauséabond » (champ lexical qui émaille votre article… jusqu’à la nausée, justement !) ?
    D’autre part, le dossier du Figaro en question, que j’ai eu l’occasion de lire, n’est certes pas parfait mais il présente plutôt bien le saccage dont est victime l’enseignement de l’histoire en France ces dernières années… et je suis bien placé pour en parler. Saccage que, aveuglés par votre idéologie, vous refusez de voir ou feignez de ne pas voir et dont vous vous faites les complices.
    Bref, votre article donnerait presque envie, en réaction, de s’abonner au Figaro !
    Plus sérieusement, je ne peux que déplorer que des gens chargés d’enseigner l’histoire (je n’ose écrire des collègues, tellement je refuse d’y être amalgamé) collaborent aussi activement à la grande entreprise de nivellement par le bas et de négation identitaire qui touche notre école.

    Jean-Marc (agrégé d’histoire).

    Répondre
  2. Servane

    Merci pour cette étude argumentée, dont l’humour subtil devrait inspirer les auteurs du figaro, au style fat et insipide. La multiplication des attaques sur l’enseignement de l’histoire méritait une réponse, que vous fournissez avec brio. Pourvu que d’autres s’en emparent et donnent à entendre cet autre discours, où l’enseignement de l’histoire crée l’ouverture au monde et non le repli identitaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *