6) Dossier Figaro Histoire : Le Figaro dans un drôle de bain-ville

Rédacteur : William Blanc

Après le roman national, le Figaro histoire d’octobre 2012 invente le roman historiographique[1]. Tout comme on a pu placer des rois (puis des présidents) à la file pour montrer une continuité qui n’existe que dans l’esprit de ceux qui y croient, ce nouveau magazine met les historiens en brochette comme pour nous montrer la lente et patiente construction de l’histoire nationale, qui se résume à une quête des « origines » et à une écriture de la mémoire nationale où les clivages, les débats, et même les affrontements intellectuels parfois violents qui ont présidé à la fondation de la discipline historique, auraient tout simplement disparu. La page 88 est exemplaire de cette réécriture du Figaro Histoire. On peut y voir, mis sur le même plan Jacques Bainville et Marc Bloch. Joli tour de passe-passe visuel qui cache simplement une belle manipulation intellectuelle[2].

 Qui était Jacques Bainville ?

 Un antisémite.

Tout d’abord, comme l’écrit Franz-Olivier Giesbert dans une récente préface de son Histoire de France, « Un des piliers de l’Action française, le journal de l’ultra-droite monarchiste[3] » formation antidreyfusarde et antisémite. Jacques Bainville, certes n’a jamais partagé la violence verbale d’un Maurras et a longtemps incarné, en trente-six ans de militantisme, l’une des façades « respectables » de l’organisation monarchiste, au point qu’un de ses préfaciers les plus récents, Patrice Gueniffey va même juste à dire « qu’il n’était pas antisémite », analyse que reprend un journaliste de l’Express[4]. Bainville, pas antisémite. Ah bon ? Parle-t-on du même qui écrivait, à propos de Heinrich Heine, poète allemand du XIXe siècle : « Qu’ y’a-t-il, en effet, derrière l’esprit et l’ironie de Heine ? […] Ce n’est pas, comme chez Musset, le mal du siècle, quelque chose de grave, mais de guérissable. C’est la grande impureté de son sang, c’est la névrose juive qui fait de Henri [sic] Heine un poète malsain, un poète a déconseiller et à éviter[5]. » Cette citation en appelle d’autres. Dans « Au seuil du siècle », après avoir vitupéré contre « les belles âmes dreyfusienne d’aujourd’hui, de préparation cuistre et consistoriale[6] » voilà qu’il félicite Paul Bourget pour avoir, dans son roman L’Etape, su recréer « un des personnages qui ont joué avec le plus de suite et de passion le rôle d’agitateurs intellectuels dans la crise de l’Affaire [Dreyfus]. M. Bourget a réussi à créer un type frappant de juif jeune, riche, intelligent, enthousiaste et qui se donne corps et âme à l’anarchisme. Son Crémieux-Dax, chez qui a marqué ce singulier et dangereux mélange, propre aux juifs, de millénarisme et de sens pratique, de frénésie religieuse et de froid calcul vaudra comme l’exact portrait des disciples bourgeois de Jaurès. » Et Bainville ne s’arrêtera pas là car il déclarera en 1929 les juifs inassimilables[7].

 Un sympathisant mussolinien et tenant de la supériorité occidentale.

Si Bainville n’a sans doute jamais éprouvé de sympathie pour le national-socialisme (notamment par anti-germanisme), on ne peut en dire autant du fascisme mussolinien, avec lequel le journaliste monarchiste ne cachait pas ses accointances : « De l’instinct de conservation naturel aux hommes et aux sociétés, naquit le fascisme, élément de résistance contre les forces de mort qui menaçaient l’Italie. » écrit-il ainsi en 1935 dans Les Dictateurs[8]. Il ne s’agit pas là d’une amitié tardive, car Bainville avait en 1923 préfacé la traduction française du livre de Pietro Gorgolini intitulé Le fascisme dont l’édition italienne avait été préfacé par Mussolini lui-même. Aussi il est assez sidérant que Christophe Dickès (titulaire d’un doctorat soutenu à Paris IV consacré à Jacques Bainville, ce qui aurait dû lui éviter, a priori, de raconter n’importe quoi) dans sa préface d’une sélection d’oeuvres bainvilliennes, ose affirmer sans rire que « Bainville n’est donc pas réductible au fascisme parce qu’il n’en a jamais été l’un des promoteurs, ni de près, ni de loin[9]. » À côté de tels propos, l’amnésie dont font preuve sur le sujet la plupart des thuriféraires contemporains de Bainville (dont FOG) pourrait paraître presque bénin. Tout comme la plupart des commentateurs oublient les envolés lyriques de Bainville sur la supériorité de la civilisation européenne, menacée par les révoltes des peuples colonisés et des communistes. Qu’il suffise par exemple de lire ces quelques lignes tirées d’un de ses articles paru dans l’Action française du 5 janvier 1920 (sobrement intitulé « Le péril asiatique ») pour s’en convaincre :

« Le gouvernement de Constantinople, par une longue fréquentation de l’Occident, s’était européanisé. Sa présence à Constantinople exerçait sur lui et sur les musulmans en général une influence modératrice. Que gagnerons-nous […] à ne plus avoir, au lieu des sultans et de leurs vizirs, familiarisés par des siècles de diplomatie, que des tribus anarchiques, soulevées par des passions nationales et religieuses et retombées dans la barbarie ? Entre l’Europe et l’Asie, l’Empire tsariste et l’Empire ottoman formaient une transition. Tous deux permettaient, par des moyens divers, aux puissances occidentales de dominer à peu de frais les immenses populations asiatiques. On reconnaîtra peut-être bientôt que le vieux monde n’était pas si mal organisé pour la défense de la civilisation[10]. »

Bainville, un historien ?

Avec un tel passif, on est en droit de se demander si L’histoire de France de Jacques Bainville (que FOG qualifie de « le meilleur antidote à toutes nos guéguerres civiles et gauloises ») mérite d’être citée comme un oeuvre historique. L’engagement, après tout, n’a jamais empêché d’écrire une histoire savante (Philippe Ariès en est la preuve), sauf lorsqu’il s’impose au point de devenir la méthode, la manière d’écrire l’histoire. Et c’est bien le problème avec Jacques Bainville, pour qui ce qui était vrai aujourd’hui l’était aussi hier. Dans cette perspective, l’histoire n’est faite que pour éclairer le présent (« la narration historique est une œuvre d’actualité » explique-t-il en 1924), et aider notamment les dirigeants à prendre les bonnes décisions et des arguments pour appuyer leur politique. Évidemment, une telle pratique va à l’encontre de toute compréhension des sociétés passées, de leurs différences. Anti-germaniste viscéral, Bainville va rechercher dans l’histoire de France les « preuves » de la permanence de la menace allemande, quitte à tordre les faits. Ainsi fait-il, dans son histoire de France, de Clovis le vainqueur des Allemands à la bataille de Tolbiac en 496 « l’ennemi était l’Allemand. Non seulement Clovis était devenu chrétien, mais il avait chassé au-delà du Rhin l’ennemi héréditaire. » Au moment où aucune nation allemande n’existe sur la carte ou dans les esprits. Quant aux révoltes, il veut n’y voir qu’un appel à la nécessité d’un pouvoir fort, comme cette Gaule des Bagaudes « les communistes du temps » qui avait besoin d’un « pouvoir vigoureux » pour s’en prémunir[11].

Bref, Bainville ne faisait que projeter ses fantasmes et ses peurs dans le passé. On comprend dès lors qu’il ne se préoccupait pas des sources[12] et qu’il méprisait, comme ses amis de l’AF, l’histoire universitaire[13].

Celle-ci finit par réagir aux attaques de Banville. Lucien Febvre critique, dans la Revue de Synthèse historique (sans citer Bainville directement. Mais il pense évidemment à lui) aux « historiens [qui] toujours nous parlent de la France comme d’une réalité constante, parfaitement définie, identique à elle-même à travers les âges[14]. » Quant à Louis Halphen, il ne mâche pas ses mots :

 « On devine aisément que ce volume ne saurait donner de l’histoire de France autre chose qu’une vue conforme aux tendances intimes de l’auteur. Convaincu de l’instabilité du gouvernement républicain, de la nécessité d’un retour aux principes d’ «ordre et d’autorité », sauvegardes suprêmes « des libertés » et « des franchises », il n’a voulu voir dans toute notre histoire qu’un perpétuel effort vers la monarchie, vers le « bon tyran », depuis les temps de l’empire romain jusqu’à l’époque bénie où nous verrons refleurir, sous une forme ou sous une autre, un régime d’autorité. »

Et le même de conclure : « N’insistons pas. Tout le livre est écrit dans cet esprit. Les abus d’autorité sont voilés [Halphen cite là l’exemple des dragonnades, que Bainville résume à « des procédés plus rudes »] ; les excès des périodes d’affranchissement placés dans un jour cru. Personne n’hésitera sans doute :  à quand la dictature[15] ? ». D’autres critiques suivront. L’une d’entre elles a retenu notre attention. En pleine Occupation, au fond de son exil entre Montpellier et Fougère, un historien, critiquant l’absence d’engagement de ses collègue (et peut-être le sien également), s’en prend « aux faux brillants d’une histoire prétendue, dont l’absence de sérieux, le pittoresque de pacotille, les partis pris politiques pensent se racheter par une immodeste assurance : Maurras, Bainville ou Plekhanov affirment, là où Fustel de Coulanges ou Pirenne auraient douté. » Cet historien, c’était Marc Bloch[16].

 Un Bloch contre Bainville !

 On ne pourra pas accuser Jacques Bainville d’avoir été collaborationniste comme son mentor et ami Jacques Maurras et une grande partie de l’AF. Mort en 1936 (Léon Blum sera d’ailleurs violemment agressé lors de ses funérailles par des Camelots du roi, ce qui entraînera leur dissolution) il n’aura pas à prendre position en juin 1940, à la différence de Marc Bloch qui, après avoir été chassé de son poste parce que juif, entrera en résistance et sera fusillé en 1944. II est inutile de faire la biographie et la bibliographie de ce grand historien. Reste à savoir pourquoi le Figaro Histoire l’a inclus dans son top 50 des « Historiens des origines », en le plaçant en miroir de Bainville, lui qui, à l’image de Lucien Febvre, refusait de faire parti d’une « histoire serve », qui rejetait « la hantise des origines » et pour qui l’histoire, à l’exact opposé de Bainville, était « par essence, science du changement. Elle sait et elle enseigne que deux événements ne se reproduisent jamais tout à fait semblables, parce que jamais les conditions ne coïncident exactement. Sans doute, reconnaît-elle, dans l’évolution humaine, des éléments sinon permanents du moins durables. C’est pour avouer, en même temps, la variété, presque infinie, de leurs combinaisons[17]. »

Pour justifier son choix, le Figaro Histoire met en effet en emphase une phrase tirée de l’Etrange défaite. Une phrase largement manipulée et parfois tronquée par tous les tenants de l’histoire nationaliste : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »

Prise hors de son contexte, elle semble indiquer l’adhésion de Marc Bloch à un roman national unificateur. Sauf qu’incluse dans le paragraphe complet, elle laisse apparaître un tout autre sens :

« Surtout, quelles qu’aient pu être les fautes des chefs, il y avait, dans cet élan des masses vers l’espoir d’un monde plus juste, une honnêteté touchante, à laquelle on s’étonne qu’aucun coeur bien placé ait pu rester insensible. Mais, combien de patrons, parmi ceux que j’ai rencontrés, ai-je trouvés capables, par exemple, de saisir ce qu’une grève de solidarité, même peu raisonnable, a de noblesse : « passe encore », disent-ils, « si les grévistes défendaient leurs propres salaires ». Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. Peu importe l’orientation présente de leurs préférences. Leur imperméabilité aux plus beaux jaillissements de l’enthousiasme collectif suffit à les condamner.  Dans le Front populaire — le vrai, celui des foules, non des politiciens — il revivait quelque chose de l’atmosphère du Champ de Mars, au grand soleil du 14 juillet 1790[18]. »

 Bref, la critique de Marc Bloch était dirigée contre les élites (dont certains membres ne cachaient pas leur anti-républicanisme dans les années 30), notamment patronales, qui préféraientt leurs intérêts à celui de la nation, un discours qui ne serait jamais venu à l’esprit d’un Bainville, qui était un proche des milieux financiers et patronaux et qui ne cessait de vitupérer contre les impôts, allant même jusqu’à encourager l’exil fiscal avant d’affirmer le capitalisme devait être défendu car il était constitutif de la supériorité des européens[19].

On s’étonne que le Figaro Histoire, propriété de Serge Dassault, n’ai pas fait place aux propos pro-gréviste et anti-patronaux de Marc Bloch dans ses colonnes. La pique est certes facile, mais elle pose une question grave. Comment une histoire de qualité peut exister si elle est soumise au bon vouloir d’intérêts privés ?

 Désaffilier

 Mettre sur le même plan les deux figures de Bloch et de Bainville que tout oppose relève donc de l’imposture intellectuelle. Nous retrouvons là la tradition du roman national a-historique, qui veut voir de l’unité, de la continuité, là où il y a eu clivage et confrontation.

Plus récemment, Nicolas Sarkozy a employé la même tactique de récupération (ou de « désaffiliation » comme l’a nommée Henri Guaino) de figures politiques opposées pour les inclure dans son roman national (roman dont il aura été l’aboutissement), dont les cas les plus connus sont Jaurès et Guy Moquet, mais aussi Marc Bloch, dont il voudra « désaffilier » la figure en plein « débat » sur l’identité nationale (discours de la Chapelle-en-Vercors le 12 novembre 2009) ce qui entraînera la réaction outrée de la petite-fille du grand historien : « Comme d’habitude, le président sort des mots et des icônes de leurs contextes et de leurs engagements pour les peindre aux couleurs du jour, les plus nationales en l’occurrence, oubliant l’époque qui les a produits, empêchant toute compréhension des enjeux du temps[20]. » Le Figaro histoire ne fait donc que reproduire cette tactique, au point d’oublier tout sens commun. Voilà ainsi ce que l’on peut lire à propos de L’Etrange défaite page 88 « Marc Bloch dresse un tableau éblouissant des faiblesses récurrentes de la France: luttes des classes, élites coupées du peuple, ouvriers plus préoccupés de l’esprit de jouissance que de celui de sacrifice… » une fin de phrase qui n’apparaît nulle part dans le livre de Bloch et qui reprend, en fait, presque mot à mot le discours de Philippe Pétain le 20 juin 1940 : « Depuis la victoire, l’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice. »

Cette récupération va de paire avec la réhabilitation de la figure douteuse de Jacques Bainville. Sous prétexte qu’il aurait prédit la seconde conflagration mondiale, on oublie ses amitiés politiques et sa longue appartenance à l’AF. Jean Sévillia, journaliste au Figaro Magazine (et membre du comité scientifique du Figaro Histoire), lui consacre ainsi deux articles dithyrambiques en 2000 et 2011[21] Dans le premier, plusieurs personnalités déclarent leur admiration pour le journaliste de l’Action française : Alain Juppé, Jean Dutourd – « un historien de premier ordre » souffrant « du même ostracisme que Rivarol » -, Philippe de Saint-Robert, mais aussi Jean Tulard – membre du comité scientifique du Figaro Histoire – Michel Déon (proche de Maurras pendant la guerre) – célébrant « un renouveau de la pensée bainvillienne » -, Emmanuel Le Roy Ladurie – « C’était le temps où la droite française avait des idées. » – et Hubert Védrine. François Fillon le citera même lors de son intervention dans le « débat » sur l’Identité nationale le 4 décembre 2009, à peine moins d’un mois après le discours précédemment cité du président Nicolas Sarkozy[22]. Quant à sa méthode historique, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a fait des émules récents. Alain Minc affirme l’avoir lu avant d’écrire son Histoire de France (2008) et Eric Zemmour en fait « une référence dans son livre Mélancolie française (2010)[23]. Citons aussi Lorànt Deutsch (que le Figaro Histoire s’évertue à défendre dans le même numéro, pages 8 à 15), qui partage avec lui sa détestation des révolutions, son analogie entre nation et monarchie, son apologie d’une permanence de l’oeuvre royale et du sentiment national et son mépris de l’histoire critique et scientifique.

Le Figaro histoire reproche aux historiens critiques du roman national de semer le doute rousseauiste[24]. Qu’il se rassure, nous allons leur fournir au moins une certitude. Jacques Bainville était un monarchiste pro-mussolinien et antisémite. Son Histoire de France n’est au mieux qu’un pamphlet qui vient appuyer ses thèses anti-républicaine. Dire cela, est-ce promouvoir « une culture du dénigrement et du soupçon[25] »  comme nous accuse le journal de Serge Dassault, ou bien faire, en éclairant la complexité du passé, tout simplement son métier d’historien ?

Illustrations : 

 : La mise en parallèle de Marc Bloch et de Jacques Bainville sert surtout à légitimer ce dernier  avec sa « science historique ». Le Figaro Histoire n°4, page 88.

 : Technique plus subtile avec la succession des colonnes droites des pages 73, 75 et 77 du Figaro Histoire n°4. La maquette, fortement ressemblante, fait croire à une chaîne de transmission entre Lavisse et Bloch dont Bainville serait le maillon intermédiaire.


[1] Jean-Louis Thiériot, « Les historiens des origines », Figaro Histoire, 4, 2012, pages 82 à 89.

[2] Qui n’est qu’une redite de celle des pages précédentes. En effet, précédemment dans le magazine, sur six pages doubles (pages 72 à 77) on voit s’afficher en médaillon, sur la page de droite (en haut), un historien et ses oeuvres. Se succède ainsi Ernest Lavisse, Jacques Bainville et Marc Bloch, le second se trouvant de facto crédibilisé par son inclusion dans cette lignée factice (ne serait-ce parce que Bloch lui-même et les Annales marquaient une rupture avec la conception lavissienne de l’histoire).

[3] Giesbert Franz-Olivier « Préface » dans Jacques Bainville, Histoire de France, Paris, Perrin, 2011, page 8. Depuis quelques années, les travaux de Bainville, auparavant confinés à des maisons d’éditions confidentielles, sont largement réédités, notamment dans cet opuscule gratuit distribué par Perrin dans sa collection Tempus.

[4] Gueniffey Patrice, « Jacques Bainville historien », dans Jacques Bainville, Napoléon, Paris, Fayard, 2005, page XXI, Voir aussi Hecht Emmanuel, « Bainville, prophète de la Seconde guerre mondiale trop oublié » dans l’Express du 12 août 2011. « Les coups de poing des Camelots du Roi, la crudité et la violence du langage de son voisin de bureau et néanmoins ami, le « gros Léon » Daudet, l’antisémitisme, répugnaient au distingué Jacques Bainville. » Disponible ici : http://www.lexpress.fr/culture/livre/bainville-prophete-oublie-du-nazisme-et-de-la-seconde-guerre-mondiale_1019574.html.

[5] Bainville Jacques, Le vieil utopiste, Paris, 1927, page 72. Le passage en gras est de notre fait.

[6] Allusion au Consistoire central israélite de France.

[7] Bainville Jacques, Au seuil des siècles, Paris, 1927, pages 181 et 182. Certes William R. Keylor nous explique qu’il s’agissait pas d’un antisémitisme doctrinaire comparé à celui de Maurras. Hélas, l’historien américain développe bien peu son propos (il parle de cela dans une note) sur un sujet qui aurait mérité au moins quelques pages. Keylor William R., op. cit., page 276, note 11. D’aucuns viendront nous expliquer que Bainville se moquait de l’antisémitisme d’Hilter. Certes, mais cela ne prouve que l’antisémitisme de l’AF n’était pas le même que celui du NSDAP. Sur l’antisémitisme de l’Action française, voir Reynaud-Paligot Carole « Maurras et la notion de race » dans Le maurrassisme et la culture. L’Action française : culture, société, politique (III), pages 111 à 120.

[8] Bainville Jacques, Les dictateurs, Paris,1935, page 148.

[9] Dickès Christophe, « Le stoïcisme d’un Cassandre » dans Jacques Bainville, La monarchie des lettres, Paris, Robert Laffont, 2011, page XII.

[10] Article publié dans Bainville Jacques, La Russie et la barrière de l’Est. Paris, 1937, page 221. Voir aussi, pour une synthèse, Keylor William R., op. cit., pages 159 à 167.

[11] Bainville Jacques, Histoire de France, pages 23 et 24.

[12] Gueniffey Patrice, art. cit., pages LIII et LIV

[13] Voir Hartog François, op. cit., pages 170 à 195, notamment sur la tentative de l’AF de s’attribuer l’héritage intellectuel de Fustel de Coulange. Voir aussi Dumoulin Olivier, « Histoire et historiens de droite » dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites, Tome II. Culture, Paris, Gallimard, 1992, pages 350 à 355.

[14] Febvre Lucien « Politique royale ou civilisation française », Revue de synthèse historique, XXXVIII, 1924, page 37

[15] Halphen Louis « Jacques Bainville : Histoire de France », Revue Historique, CXLVII, 1924, pages 99 et 100.

[16] Bloch Marc, Apologie pour l’Histoire ou  Métier d’Historien, Paris, 1952, 2e édition, page 52. Marc Bloch veut sans doute parler de Gueorigui Plekhanov (1856-1918), théoricien marxiste russe ayant notamment écrit Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire (1895).

[17] Bloch Marc, L’étrange défaite, 1946, page 76.

[18] Bloch Marc, L’Etrange défaite, pages 103 et 104 de l’édition électronique à laquelle nous nous référons.

[19] Voir à ce propos Keylor William R., op. cit., pages 188 à 193. Au passage, Bainville félicitera même Mussolini pour avoir “rendu la confiance et l’activité aux affaires. Il a réhabilité le capital”. Voir Decherf Dominique, op. cit., pages 236.

[20] Voir, pour la désaffiliation, Laurence De Cock et alli, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’Histoire de France, Marseille, Agone, 2008 et Offenstadt Nicolas, L’histoire bling-bling, Paris, Stock, 2009. Pour la récupération de la figure de Marc Bloch par Nicolas Sarkozy, voir Bloch Suzette, Offenstadt Nicolas, « Laissez Marc Bloch tranquille, M. Sarkozy », paru dans Le Monde le 29 novembre 2009

[21] « Bainville : cet historien fut un prophète », dans Le Figaro Magazine du 25 novembre 2000 dans lequel il célèbre les « réalités enracinées dans la durée – patries, civilisations, forces spirituelles – » et « Jacques Bainville, historien et prophète », Le Figaro Magazine du 19 mars 2011].

[22] Voir à ce sujet Perraud Antoine, « Jacques Bainville, le virus dans la République », Médiapart, 9 décembre 2009. Disponible ici : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/051209/jacques-bainville-le-virus-dans-la-republique.

[23] Affirmations tirées de Dickès Christophe, art. cit., page II, note 1.

[24]Le Figaro Histoire, 4, 2012, page 79.

[25]Ibidem, page 15.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *