« Ils ont tué l’histoire-géo » le diagnostic du Docteur Wetzel

Rédactrice : Laurence De Cock

 A propos de Laurent Wetzel, Ils ont tué l’histoire-géo, François Bourin, 2012

 Nous sommes morts, nous professeurs d’histoire-géographie, nous hérauts de la culture classique et gardiens de l’intelligence collective. On se croyait simplement blessés, amputés ici et là de nos libertés fondamentales, empêchés de jouer de notre créativité et liberté pédagogiques et de ruser comme il se doit avec notre matière première. Point du tout, car de matière il n’y en a plus : poussière, flaque, marre de sang. Dead.

Mazette,  ou comment se coucher en colère et se réveiller momifiés. A ceux que la nouvelle rend fébriles, l’occasion leur est donnée ici de connaître enfin nos assassins. Car Laurent Wetzel, ancien Inspecteur pédagogique régional enfin libéré de sa muselière par la retraite a choisi de célébrer sa sortie en proposant une visite guidée du quartier général d’où a été commandité le massacre.

 Who’s who ? Portrait de l’enquêteur :

 Laurent Wetzel, agrégé d’histoire,  est un ancien élève de l’école normale supérieure de la rue d’Ulm, promotion 1969 où il a eu des enseignants prestigieux (Agulhon, Duby, Le Goff, Rémond …) et a même grillé la première place en histoire à Alexandre Adler.

D’abord professeur d’histoire-géographie dans le secondaire, Laurent Wetzel est devenu Inspecteur Pédagogique Régional en 1988.

Bien-sûr, on pourrait ajouter qu’il a eu une certaine carrière politique parallèlement à son dévouement à l’Institution. L’histoire mène à tout, elle fournit un registre de langue et un outillage intellectuel permettant d’assumer et d’argumenter ses choix. Par exemple, maire de Sartrouville en 1991, M. Wetzel peut diagnostiquer que « la lapidation, l’intifada s’est installée à Sartrouville » (archives de l’INA 29 mars 1991) depuis le meurtre de Djamel Chettouh, abattu par un vigile de la cafétéria d’Euromarché. De même a-t-il choisi de faire un petit séjour au Front national en 1997.

 Quoi qu’il en soit, Laurent Wetzel a inspecté des enseignants de collège et de lycée durant 24 ans.

 Préalable à la lecture : vigilance toute

 Cet opus est un objet sulfureux. Les plus carnassiers d’entre nous y trouveront de la chair à se mettre sous la dent. Name dropping, révélations sur les carrières (CV très détaillés à l’appui) des uns et des autres, les fichiers de M. Wetzel sont à jour, et ils fourmillent d’anecdotes promptes à déclencher les ricanements. En ces temps troublés où les objets d’affliction concernant l’enseignement de l’histoire-géographie sont effectivement nombreux ; au moment où gronde la colère des enseignants vis à vis d’une hiérarchie perçue comme lointaine, rétive et sourde aux différents signaux d’alarmes ; les armes fournies par Laurent Wetzel pourraient fort bien nourrir quelques frustrations. Entre potins mondains et règlements de compte, le livre fourmille de détails susceptibles de livrer à la vindicte quelques hauts responsables de l’Institution.

La manœuvre est typique d’une droite extrême, décomplexée, qui sous-couvert de proximité avec le terrain, fustige les puissants en tentant de faire oublier qu’elle a toujours rêvé d’en intégrer l’étroit cénacle.

Se méfier de soi donc, et entretenir une saine colère sans aller braconner sur les pâtures qui nous sont offertes ici.

 Les assassins, le lieu du crime

 Une cohorte de technocrates tous plus lâches les uns que les autres s’est rendue complice de la destruction en règle des Humanités. De ce vaste complot pour en finir avec l’enseignement de l’histoire-géographie, l’Inspection Générale, inféodée au gouvernement, constitue le centre d’impulsion. Composée au mieux de marionnettes du pouvoir, au pire d’incompétents analphabètes, L’Inspection Générale « à la dérive » (p 83) est déclarée COUPABLE :

–       Complice d’une immense machinerie administrative où se meuvent tous les ennemis de l’Ecole animés par des velléités carriéristes

–       Complice des pédagogues et didacticiens décérébrés auxquels ils ont usurpé le « charabia extravagant » (p57)

–       Complice d’erreurs qui auraient jadis conduit ses auteurs dans les geôles glacées où l’on enfermait les traîtres

Ayant agi en toute impunité et forts de leur incompétence, ces puissants qui gouvernent nos matières sont donc déclarés responsables de la « débâcle » (p69) qui touche nos disciplines.

 Le décor est campé, et l’on comprend très vite alors que la minutie de l’enquête va nous mener dans les tréfonds des lieux de pouvoir. M. Wetzel se livre à une opération d’excavation des cadavres. Pour ceux qui sont sensibles aux effluves de la vague brune, autant prévenir que la nausée s’invite rapidement à la table. « C’est par la tête que le poisson pourrit » écrit Laurent Wetzel (p67). Certes, et ça empeste.

 L’administration de la preuve

 Mais comment diable les commanditaires du meurtre ont-ils agi ? Laurent Wetzel multiplie les exemples. Il y a d’abord l’utilisation des regrettables affaires récentes : le « faux » texte médiéval de l’agrégation d’histoire en 2011 « qui n’a été suivi  d’aucune sanction à l’encontre des vrais coupables » (p32), et la décision de disparition de l’histoire-géographie en Terminale S acceptée sans sourciller par l’Inspection Générale qui se commet dans la réécriture de nouveaux programmes inacceptables. Deux aspects de ces programmes sont choisis pour illustrer leur inanité : ils n’évoquent plus l‘islamisme et ne traitent plus de l’histoire de France de 1962 à nos jours.

Que l’on ne se méprenne pas, nous avons, de notre côté amplement critiqué les nouveaux programmes de 1ère, il ne s’agit donc pas ici de les défendre. Mais le choix de M. Wetzel est à la fois significatif et faux. Il est faux car le programme de 1ère laisse la possibilité de traiter de la montée de l’islamisme dans le chapitre sur «  nouvelles conflictualités » ; faux également parce que le dernier thème appelle une étude de thématiques sur le long XXème siècle (république, religions, laïcité puis place des femmes dans la vie politique et sociale). Mais ces exemples sont significatifs d’au moins deux aspects : de l’obsession rampante vis à vis de l’islamisme – « ses intifada et lapidations » sans doute – et du mépris pour toute autre histoire que formellement évènementielle et politique.

Pourtant M. Wetzel sait se montrer sourcilleux. Ainsi, une autre impardonnable erreur est pointée du doigt un peu plus loin : « le procès de Nuremberg falsifié » (en gras et en titre, p53). Où l’on apprend que la fiche-ressource de la DGESCO fait se terminer le procès en septembre 1946 alors qu’il s’achève le 1er octobre ! Et que, comble du comble, la même fiche évoque le « tribunal international de Nuremberg » alors qu’il s’agit du « tribunal militaire international de Nuremberg »… Bigre, ça méritait bien une rétrogradation. D’autres erreurs du même acabit sont relevées dans les fiches-ressources, les programmes ou les rapports de jury de concours. Il y a Voltaire, le notoire judéophobe que les programmes présentent comme le chantre de la tolérance, il y a cette autre impardonnable erreur des fiches en 1ère qui évoquent « l’antisémitisme que l’on retrouve dans les années 1930 avec le développement d’un climat de rejet de l’étranger », ce que contredit Laurent Wetzel qui, évoquant Edouard Daladier, ose écrire « Dans ces fonctions, il n’a pas été l’auteur d’un seul décret xénophobe ou antisémite » (p50). Nie-t-il les décrets Daladier de 1938 ? Que nenni, mais la fiche ressource les situe en 1937, moment où Daladier était ministre de la Défense de la guerre, donc dans « ces » fonctions,  pas de décrets, CQFD. Il montrera quelques lignes plus loin d’ailleurs que, bien au contraire, Marchandeau pénalisera en 1939 les injures xénophobes. Exit la France antisémite et xénophobe des années 1930.

Mais « arrêtons ici cette liste » comme l’écrit Laurent Wetzel (p55), et posons-nous un peu pour contempler l’herbe rase…

 Pour souffler : flash back

 Devant une telle intensité de révélations, je propose un espace-détente au lecteur. Un petit moment de rêvasserie sous forme de voyage dans le temps.

15 et 16 mars 2011, les nouveaux programmes de Terminale sont présentés aux IPR et aux formateurs (j’en suis). Il est également proposé de mettre en discussion les fiches ressources EDUSCOL projetées en arrière-plan. Il est encore temps, nous dit-on, de pointer d’éventuelles erreurs. A propos du totalitarisme, certains pinaillent sur les présupposés historiographiques. Mais sur les inacceptables erreurs évènementielles, personne ne bronche. Surtout pas M. Wetzel à quelques mètres de moi. La parole était pourtant assez libre puisque d’autres fiches ont été davantage débattues, ainsi que le programme de Terminale sur lequel je pris moi-même la parole quelques minutes pour souligner le côté par trop « viriliste » et un tantinet démagogue du thème « football » initialement prévu dans le programme. Au moment de la pause, M. Wetzel me gratifia d’un funeste présage : « Vous ne serez jamais Inspectrice Générale »…

1er octobre 2012 (Tiens c’est l’anniv de la fin du procès de Nuremberg), je ne suis pas Inspectrice Générale en effet.

Surtout, une question me taraude : fallait-il tant de courage M. Wetzel pour oser prendre la parole alors qu’on vous l’offrait et profiter de l’occasion pour pointer les erreurs dont vous rendez compte si minutieusement aujourd’hui ? Si l’on en croit la vigueur de vos dénonciations dans ce livre et l’ambition dont vous prétendez être animé d’agir pour sauver la discipline, n’aurait-il pas été plus utile et efficace d’agir en amont ?

Retour aux fondamentaux : quelques éléments de bibliographie

 Le diagnostic de l’agonie disciplinaire est étayé par de solides références historiennes. Pour quelqu’un qui a grillé la première place en histoire à Alexandre Adler, c’est bien normal. Il y a donc deux livres incontournables sur le régime de Vichy : Henri Michel, Vichy – Année 40, « qui passe pour un de nos meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre Mondiale » (p 34) et « l’irremplaçable » Histoire de Vichy de Robert Aron (p35). Sur le second, je rappellerai simplement qu’il s’agit du théoricien de la thèse de l’épée et du bouclier, à savoir de l’idée d’une complicité assumée entre De Gaulle et Pétain, le premier agissant en résistant, le second protégeant les Français des occupants allemands. Quand au premier livre, il fut en effet considéré comme novateur à la fin des années 1960, parce qu’il singularisait le régime de Vichy en analysant sa propre logique. Mais est-ce besoin de détailler ici le bouleversement de l’historiographie de la période de l’occupation depuis un demi-siècle alors que n’importe quel élève de Terminale est susceptible d’être interrogé dessus au Bac ?

 Enseigner ? (vous voulez rire ?)

 Parce qu’à Radio-Courtoisie le 9 septembre, ils se sont bien amusés sur le plateau Laurent Wetzel, Vincent Badré et Yves-Marie Sevillia quand ils ont commencé à parler de pédagogie et à évoquer les pages que Wetzel consacre à la didactique et à l’épistémologie. Pardon, les très exactement 8 pages de copié-collés (pp58-66) de préambules et aides à la mise en œuvre que l’auteur intercale dans son livre, à l’état brut, pour en moquer le jargon dont on ne saura pas bien ce qu’il a de drôle sauf à considérer que le vocabulaire propre d’une discipline sorti d’un entre-soi a en effet toujours un potentiel comique.

Il est possible, par exemple, lors d’un dîner entre amis, de sortir la phrase suivante :

« La différence de pression entre deux points quelconques d’un fluide en équilibre est égale au poids d’un cylindre de fluide de section unité et ayant pour hauteur la, dénivellation entre les deux points., ΔP = ρ.g.h » (tiré d’un cours de mécanique des fluides).

Effet comique garanti.

Mais pour Laurent Wetzel, c’est ce genre de phrases qui a un effet hilarant :

« En introduisant notamment une réflexion sur la place de l’historien dans l’histoire telle qu’il la fabrique et telle qu’il la dit et l’écrit, l’histoire devient plus réflexive et s’interroge sur le va et vient entre objectivité et subjectivité, sur l’impossible résurrection du passé et les enjeux de mémoire »

Non ? Vous ne voyez pas ce qu’il y a d’amusant ? Devrait-on donc considérer comme normal qu’un ancien élève de l’école Normale supérieure, qui a grillé Alexandre Adler en histoire et obtenu l’agrégation comprenne ce genre de prose ?

Ou peut-être tout simplement attendre d’un Inspecteur un peu plus de réflexivité (oups, attention gros mot cocasse) sur la discipline d’enseignement dont il a la charge ?

 L’Instruction publique au chevet de la victime

 Au milieu des dépouilles rôdent les fantômes du temps béni de l’Instruction publique. Parmi eux, Victor Duruy dont Wetzel nous raconte l’intégralité de la biographie, cet itinéraire de la réussite par l’effort et le travail, sa modestie, son rapport sacerdotal au métier d’enseignant, l’école normale, l’Inspection, et enfin le ministère de l’instruction publique où il rend obligatoire l’histoire-géographie en primaire et introduit l’histoire contemporaine en Terminale.

On avait jusqu’ici l’habitude d’une nostalgie fondée sur le temps de pupitres de l’école de la 3ème république ; Wetzel préfère remonter au second Empire. Chacun ses exempla. On y reconnaîtra sans doute le miroir de projection que semble constituer le cursus honorum de Victor Duruy.

Quant aux solutions proposées, elles sont rares mais attendues : la réhabilitation du « par cœur », « des dates, des noms, des guerres, des révolutions, des régimes et des religions » (p142), « alléger et recentrer les programmes « (p143) mais on se saura pas du tout comment, et bien-sûr l’ensemble de l’ouvrage plaide pour le retour à la chronologie.

 So what ?

 Voilà exactement un ouvrage qui méritait de passer inaperçu et de prendre la poussière auprès d’autres autobiographies dans les rayons de la BNF. Beaucoup de hauts fonctionnaires retraités s’essayent à l’écriture, qu’ils estiment devoir laisser trace de leur passage au sommet de l’administration ou qu’ils aient des comptes à régler avec cette dernière. Celui de Laurent Wetzel semble procéder des deux intentions. C’est son droit le plus strict.

Mais, une fois encore, la loi du marché éditorial et le champ médiatique ont apporté leur petite touche dans le dispositif de légitimation. Associé aux deux autres livres de la rentrée que nous avons déjà recensés, celui de Wetzel usurpe une position experte sur le sort de l’histoire-géographie aujourd’hui alors qu’il n’est qu’une succession de rancœurs et de procès d’intention.

Comme « l’histoire fabriquée » de Vincent Badré, comme « L’histoire de France interdite » de Dimitri Casali, ce livre est non seulement laborieux et mauvais, mais il relève surtout d’une théorie du complot compensatrice des frustations de leurs auteurs et s’inscrivant dans la galaxie réactionnaire, ultra-droitière, islamophobe et de plus en plus désinhibée dont le Figaro Histoire se fait désormais le porte-voix officiel.

 


4 réflexions au sujet de « « Ils ont tué l’histoire-géo » le diagnostic du Docteur Wetzel »

  1. F. Bocholier

    « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge ! »

    Avec de pareils soutiens pour la cause de l’histoire-géographie, comment voulez-vous que l’on fasse vraiment réfléchir sur les réels et graves problèmes posés par les nouveaux programmes ? A commencer, en effet, par l’utilisation abusive du mot « totalitarisme »…

    N’y aura-t-il personne pour écrire le livre que nous attendons vraiment ? L’auteur de ce billet par exemple ? Ce serait salutaire voire indispensable après l’offensive récente de l’ext-droite qui surfe sur notre colère légitime pour faire revenir ses propres obsessions… ( j’attends le livre et l’émission de Lorant Deutsch sur le même sujet 🙂 d’ailleurs)

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      L’auteur en déjà publié 2… entreprise collective c’est mieux.
      On continue d’y travailler…
      Merci !

      Répondre
    2. Stéphane Mantoux

      « N’y aura-t-il personne pour écrire le livre que nous attendons vraiment ? L’auteur de ce billet par exemple ? »

      Ca ne serait pas du luxe, même si l’auteur en a déjà publié de manière collective, comme elle le rappelle.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *