L’école saisie par le management antiterroriste

Rédactrice : Laurence De Cock

Capture d'écran 2014-11-29 09.07.38

Mediapart a révélé il y a quelques jours la mise en circulation, dans l’académie de Poitiers d’un document adressé aux chefs d’établissements et destiné à sensibiliser les cadres à d’éventuelles radicalisations religieuses chez les élèves. Le document ne laisse planer aucun doute, dans le contexte de surexposition médiatique des jeunes Français dits « Djihadistes », sur la cible exclusive de ce document : les élèves déjà/supposés/potentiellement musulmans.

Depuis, ce document, auquel on peut conférer une dimension officielle puisqu’on y trouve l’en-tête du ministère et qu’on le sait destiné à l’ensemble de l’académie de Poitiers, a provoqué quelques remous et des condamnations pour le moins timides et de la part de l’institution, et de celle des principaux syndicats qui se sont exprimés. Tous conviennent ensemble d’une maladresse dans la forme mais ne condamnent pas clairement le fond.

Il  révèle pourtant des dysfonctionnements d’une très grande gravité à plusieurs échelles.

Sur le plan politique, cette succession de mises en garde ridicules témoigne de la banalisation d’un discours sécuritaire standardisé, dicté par des normes policières soucieuses de rendement et d’efficacité dans la lutte antiterroriste. Ce processus qui alimente quotidiennement la stigmatisation des quartiers populaires et des familles musulmanes (ou supposées l’être) procède par amalgames grossiers et, à l’image de certains médias (Valeurs actuelles, le Point), contribue à fabriquer un « problème musulman » comme a été fabriqué un « problème de l’immigration » à la fin des années 1970. Des « experts » autoproclamés ou convertis à l’appât des deniers se plient de plus en plus au jeu des « conseils » auprès des autorités et se chargent de développer des « outils » directement accessibles et utilitaires pour soi-disant « prévenir » alors qu’ils ne font qu’alimenter la seule logique répressive et accessoirement remplir les caisses de leurs sociétés de vidéosurveillance ou de conseils en sécurité. Ces « marchands de peur », sous-couvert d’offrir gracieusement leurs services et leurs compétences à la paix sociale, n’existent que parce qu’ils s’attachent inlassablement à en cibler les fossoyeurs, quitte à les inventer.

 Dans une société où les clivages entre la droite et la gauche sont brouillés au point que la laïcité puisse devenir un outil brandi par l’extrême-droite (Le Front National, Riposte Laïque), Les réactions molles et l’absence de vigilance et de discours critique sur ces amalgames est une complicité gravissime dans le processus de banalisation de l’islamophobie et, plus généralement, du racisme. Que le ministère de l’intérieur et de l’éducation nationale n’aient pas conjointement « condamné fermement » (comme on dit) l’auteur de ce document, pour la forme ET le fond ne fait que confirmer la capitulation de nos élites face aux combats républicains les plus élémentaires.

> Sur le plan institutionnel, on n’oubliera pas non plus que l’académie de Poitiers est le siège de l’école de formation des cadres de l’éducation nationale. Cette école fonctionne de plus en plus sur des seuls critères manageriaux. On encourage les fonctions extérieures au système éducatif à passer le concours de recrutement, on les forme à la gestion des ressources humaines, on remplace les formations syndicales par des sessions de cabinets d’audits, on fait appel à la « culture d’Entreprise » pour organiser congrès, sessions, qui sont autant de lieux de sensibilisation aux normes patronales. Le Powerpoint en est devenu, fort logiquement, l’instrument-clé. Il est dynamique, simple d’accès, percutant, et efficace. Lorsque l’académie de Poitiers prétend – pâle stratégie de défense – qu’il manquait le « discours qui accompagne », elle ment. Le Powerpoint managerial est précisément fait pour se passer des discours (longs, laborieux, perte de temps). Il n’est d’ailleurs pas innocent que seul le Powerpoint ait été envoyé. Qu’attendait-on comme discours d’enrobage ? Un simple « Attention c’est plus compliqué que ça ? ». Mais le mal était déjà fait par la seule exposition, sous forme d’inventaire des items (grotesques au demeurant) d’évaluation de la radicalisation. Seule manque la musique pour accompagner la mise en scène de la genèse criminelle d’un terroriste djihâdiste. Peut-être nos chargés en communication ministérielle ont-ils songé à un appel de Muezzin, ou, mieux encore, à un morceau de Raï ?

 Toujours est-il que nous ne sommes pas du tout uniquement face à une question de maladresse formelle. Cette affaire est le symptôme beaucoup plus lourd de la rencontre entre la banalisation des idées et pratiques racistes, et la néolibéralisation d’une Ecole  qui a troqué la quête d’efficacité contre celle de la performance. Au milieu de cela se fabriquent alors des outils gestionnaires qui ne sont en réalité que des instruments de domestication des catégories populaires et d’engraissage de comptes en banque d’experts peu scrupuleux.

> NB : Ci-dessous, l’une des diapositives les plus savoureuses inspirées par le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam fondé par Dounia Bouzar

Capture d’écran 2014-11-29 à 15.12.32


Une réflexion au sujet de « L’école saisie par le management antiterroriste »

  1. aggiornamento Auteur de l’article

    Je reproduis ici un témoignage reçu à la suite de la publication de cette tribune sur Médiapart. Naturellement, n’hésitez pas, si vous d’autres exemples de ce genre, à nous en faire part. LDC

    Je suis institutrice -« pe(u) » dans une école primaire de Paris, dans une école difficile à destination d’une population pauvre. Lors d’une réunion d’équipe, le directeur a fait une réflexion à un enseignant qui m’a alertée à ce sujet.

    Voici la scène : un enseignant de CM2, était en train de décrire le comportement d’un élève difficile. Il se trouve que cet élève a un état-civil qui indique une « origine arabe ». Le directeur est intervenu en disant à cet enseignant que « en principe », ce genre de comportement devrait être désormais signalé à l’inspection. Comme nous ne faisons appel à l’inspection que dans les cas « extrêmement impossibles » (violences répétées contre d’autres élèves, contre les enseignantes ), j’ai immédiatement relevé et demandé des explications. Le directeur nous a alors dit que lors d’une réunion des directeurs de la circonscription avec l’inspection, un représentant de la police était intervenu pour donner des indications en matière de protection contre le djihadisme … J’ai demandé si « l’inspection » était présente à ce moment-là et s’il s’agissait donc là d’une injonction. Il m’a répondu que l’inspection s’était retirée durant l’intervention du représentant de la police.

    J’ai donc déclaré qu’un enseignant ne pouvait pas recevoir d’ordre de la police, où alors que nous avions changé d’état. Et qu’il falllait interpréter en ce sens l’absence de l’inspection au moment de l’intervention de ce policier.

    J’ai été la seule sur quatorze enseignants plus la direction de l’école -que je ne considère plus comme « corps enseignant » mais contre-maître- à réagir. Rien n’empêche cependant que de tels signalements d’élèves aux inspections soient faits par les contre-maîtres-directeurs, dans l’isolement de leurs bureaux, . Les directions d’école sont en effet généralement au courant des comportements difficiles de tel ou telle élève. Faire du zèle en ce sens dépend donc strictement de leur idéologie, de leur degré d’analyse, des pressions que les inspections font peser sur eux, qui les isolent de plus en plus des équipes d’enseignants devant classe.

    Merci de votre billet. Je vais essayer de mobiliser, non, restons modeste , d’informer les syndicats locaux sur cette question. Comme ils syndiquent plus de directeurs que d’instituteurs devant classe, ce sont les seuls qui peuvent les convaincre de s’abstenir…hormis quelques directions d’école « du côté de l’ouvrier » et capables de résister aux pressions du pouvoir via l’administration. Bien , bien peu, hormis quand leurs intérêts directs sont en jeux…

    Je rappelle que nous sommes à l’école PRIMAIRE (6 à 11/12 ans)…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *