Partage tes valeurs, coaching à l’éduc.nat

Rédacteur : Eric Fournier

C’est un lycée calme des Hauts-de-Seine sis en face d’une Poste centrale. Côté lycée, l’ambiance de travail est sereine : les collègues sont intransigeants sur leur liberté pédagogique (pour le meilleur et pour le pire) ; la direction n’interfère guère et gère sobrement un bahut par ailleurs plutôt bien doté. Il est bien sûr quelques anicroches, mais, en un an, rien de remarquable. Côté Poste, c’est beaucoup plus rugueux. Ils ont mené une grève de plusieurs mois contre la casse du service du service public, contre le pilotage par le résultat, contre la gestion managériale des personnels, contre la sacralisation toxique des « ressources humaines », bref contre le néo-libéralisme à l’œuvre, dont les PTT sont un des laboratoires depuis le début des années 80.

Au mois de juin, subrepticement, ces procédés-là ont fait une incursion côté lycée.

Ceci est la chronique de cette irruption d’autant plus pernicieuse qu’elle souligne une progression par capillarité, par en bas et non par en haut, de ces dispositifs et de ces injonctions que nous combattons à Aggiornamento. Ceci est aussi le récit des différentes formes de résistance mises en œuvre par les collègues – ce qui est tout aussi instructif mais beaucoup plus encourageant.

Tout commence lors d’un Conseil d’Administration fin avril. La proviseure nous annonce que la journée pédagogique du 12 juin 2014 commencera par une animation menée par un « coach de valeurs ». L’auteur de ces lignes s’offusque ironiquement. Il lui est répondu que le terme de « coach » est certes sans doute inapproprié. Arrive, début juin, le programme de la journée pédagogique : «  9 h 30 : animation autour des “valeurs en partage”». Entre indignation et moquerie, la salle des profs vitupère unanimement cette prétention de l’administration à apprendre des valeurs à des enseignants. De ce qui est prévu nous n’en savons pas plus jusqu’à un mail de la direction nous demandant d’apporter « le matériel suivant : feuilles A4, feutres de couleurs différentes, ciseaux, scotch, colle, magazines à découper. Nous aurons un atelier créatif ! Pourriez-vous également penser à former un duo avec un collègue. Lors de notre premier atelier vous serez en tête à tête avec lui ou elle. Je n’en dis pas plus !! » En effet nous n’en saurons guère plus, y compris après une interpellation par courriel quelque peu sarcastique de ma part[1] qui me vaut une réponse à vocation apaisante de la proviseure et un quart d’heure de célébrité de la part de collègues jugeant son initiative au mieux plutôt ridicule, au pire franchement déplacée.

Des feutres de couleurs, des magazines à découper, un « coach », des « valeurs en partage »…accrochez-vous, le meilleur est à venir.

12 juin 2014, journée pédagogique, 9 h 40, au réfectoire du lycée. Nous sommes accueillis, cueillis même pour certains, par une mise en scène aussi singulière qu’édifiante : une dizaine de tablées pouvant accueillir chacune une dizaine de personnes sont drapées d’une nappe fuchsia. En leur centre trônent : une assiette remplie de bonbons Haribo, ce qui est quelque peu infantilisant tout de même ; des feuilles multicolores de brouillons d’examen à peine moins infantilisantes ; de singuliers écriteaux enfin sur lesquels sont inscrits les pénétrantes formules suivantes :

« Accueil, bienveillance, respect »

« Justice, équité, égalité »

« Donner, transmettre, accueillir »

« Liberté, rigueur, discipline »

CAM00089 CAM00090 CAM00092

(NDLR : ici on adore le rose de la petite nappe gaufrée ainsi que le vert guimauve du papier crépon des mignonnettes enveloppes surprises, un camaïeu rappelé dans la coupelle de bonbons )

Le décor est en place, la proviseure prend la parole. Elle justifie cette séance par la nécessité de réfléchir sur les « valeurs qui nous font nous lever le matin ». Les collègues présents restent cois. Elle présente ensuite l’animatrice, et l’initiatrice, de cette animation : une mère d’élève (dont j’apprendrai ultérieurement son appartenance à la PEEP), diplômée de Sciences Po et de l’ESCP, spécialiste en « coaching systémique »[2] à la DRH d’EDF. La proviseure conclut en affirmant que le Public a des choses à apprendre du Privé – pour faire réussir les élèves et favoriser le bien-être des personnels au lycée, bien sûr. En une brève intervention, celle qui est investie de la double casquette de parente d’élève et de cadre, nous présente la procédure : nous nous installons en binôme à une des tables correspondant à la trinité de valeurs qui nous inspire le plus ; un questionnaire nous sera distribué ; nous nous interviewons mutuellement ; puis l’ensemble de la tablée, à l’aide des magazines, met ludiquement en forme le fruit de la réflexion collective. Une mise en commun des ateliers clôturera la séance.

questionnaire.coach

La Gentille Organisatrice nous invite à prendre place, je prends la parole. Parmi les valeurs qui me font me lever, il y a la volonté d’apprendre aux élèves à agir sur le monde, à se désengluer de postures politiquement situées mais présentées comme des normes consensuelles. Je ne vois pas comment on peut réfléchir sur ce qui ne constitue pas des valeurs mais du sens commun pataud : « “Accueil, bienveillance, respect” ! Et pourquoi pas “ mépris, malveillance, sadisme” ? ». Je conteste enfin fermement cette irruption des méthodes du privé, qui ne sauraient être consensuelles, alors que le service public a ses propres règles, pratiques, expériences et compétences.

A ce moment-là, j’ai pleinement éprouvé l’expression « prêcher dans le désert ». Aucune réaction de la part des collègues qui se dirigent mollement vers les tables. La proviseure me prend à part et me demande si je « pratique la politique de la terre brûlée »[3].

Il convient de préciser un point. Cet article n’a pas vocation à agonir le chef d’établissement mais à mettre en évidence quelque chose qui fait système. Madame la proviseure ne s’est évidemment pas dit subitement : « tiens ! Et si pour promouvoir ma carrière je faisais une matinée néo-libérale » pas plus qu’elle n’a reçu une pressante injonction de la DASEN. En d’autres termes, à l’école comme ailleurs, les acteurs évoluent souvent  dans l’ignorance des dispositifs insidieux à l’œuvre, et, de circulaires en réunions, s’acclimatent progressivement de normes éminemment contestables mais qui, à leurs yeux, ne posent pas (ou plus ?) problème. Les porosités entre les méthodes du privé et les règles du service public deviennent alors possibles. Il semble nécessaire de pointer ces diffusions horizontales, qui, subrepticement, permettent de dangereuses tentatives d’imprégnations. Et, ici, lorsqu’une mère d’élève[4] propose un « coaching systémique » sur les « valeurs en partage » à destination de fonctionnaires enseignant pour la plupart depuis des lustres, le chef d’établissement – loin de pointer le côté incongru ou déplacé – trouve cela pertinent et stimulant. A mon sens, ce cheminement hors des circuits hiérarchiques verticaux est plutôt inquiétant.

Mais revenons au récit[5]. Lorsque je quitte le réfectoire, accompagné par trois collègues, je suis persuadé que le « coaching systémique » a gagné la partie. En réalité, l’affaire est plus complexe, et finalement jubilatoire.

Premier constat : « le grand gagnant, c’est l’abstention », comme dirait un éditocrate lors d’une plate soirée électorale. Sur une centaine de professeurs, à peine une quarantaine s’est déplacée, et seules deux tablées – entre et 20 et 25 % de l’effectif total donc – ont joué le jeu proposé, parfois avec enthousiasme. Les autres ont discrètement mais totalement subverti le dispositif, révélant ainsi sa vacuité, transformant une farce en mascarade. Des collègues, estimant tout cela dérisoire et sans aucun sens, écrivent spontanément une chanson à l’unisson de leur analyse. D’autres, qui avaient préparé la réplique en apportant le matériel idoine, ont délibérément joué la carte de l’absurde : production informe faite avec de la pâte à modeler pour gamin de sept ans pointant l’infantilisation du procédé ; totem abstrait réalisé à partir de nus artistiques découpés dans un magazine soulignant sa vulgarité ; virile silhouette bodybuildée découpée et collée pour magnifier la valeur « discipline » de la trilogie « liberté, rigueur, discipline ».

Confrontée à tant de joyeuse indiscipline, la « coach », dont les interventions furent fort discrètes, se retrouva assez vite impuissante. « Vous ne voyez pas le sens parce que vous ne suivez pas le protocole », répondit-elle, en forme d’aveu, à une collègue. Ainsi, derrière un habillage ludique, le dispositif n’admettait en fait aucun grain de sable, aucune marge d’autonomie. Et il a suffi de ces quelques écarts pour que l’animation s’achève assez piteusement, sans réelle conclusion, ni mises en perspective.

Puisse ce récit avoir fait sourire, puisse-t-il aussi appeler à une certaine vigilance. Qu’un tel (non) événement ait pu avoir lieu n’est pas anodin. Il s’inscrit dans des tendances lourdes en place dans le système éducatif telles que l’intrusion des parents et – surtout – du secteur privé dans le champ d’expertise de professionnels autonomes, ou le soupçon jeté sur ces profs qui auraient bien besoin qu’on les motive sur des valeurs, ou encore la mise en avant de bouillies d’idées prémâchées en lieu et place d’une véritable réflexion scientifique sur les pratiques et les horizons de ce métier.

Ce n’était donc pas une « politique de la terre brûlée », bien au contraire. Par la parole ou par l’absence, par le chant, le collage, ou la pâte à modeler, la majorité des enseignants du lycée a signifié qu’un tel mélange des genres étaient déplacé. Ce faisant, ils ont défendu leur autonomie, leur espace de travail, et leur fierté professionnelle.


[1] Ainsi libellée : « Chers collègues, N’oubliez pas non plus d’apporter quelques timbres et trois enveloppes de papier Kraft format A3, ainsi qu’un joli feutre de couleur. Il nous sera alors possible de retourner nos productions créatives de valeur à l’envoyeur en trois exemplaires : un pour la DASEN, un pour le rectorat, un pour la rue de Grenelle. Nous inscrirons nos noms au dos des productions. Nul doute que le gagnant se verra récompensé par un authentique bon point de l’École normale,  promotion 1898. Salutations libertaires »

[2] J’invite le lecteur à faire le test suivant : taper « coaching systémique » dans un moteur de recherche et voir s’il comprend quelque chose à ce concept fumeux.

[3] Ma nomination comme maitre de conférences étant connue, la proviseure savait que je ne serai plus là en septembre.

[4] Et peut-être un professeur, mais je n’ai pas pu avoir confirmation.

[5] A partir d’ici, je m’appuie sur des témoignages de collègues.


11 réflexions au sujet de « Partage tes valeurs, coaching à l’éduc.nat »

  1. Sylvie

    Bonjour,

    Je n’ai sans doute pas compris la subtilité ( ou l’humour) de votre propos…

    Mais je ne partage pas grand chose de ce que vous écrivez. Je suis même assez affligée par les comportements que vous décrivez avec amusement.

    Si j’ai bien compris, votre directrice a eu l’imprudence d’imaginer que faire réfléchir les enseignants sur les valeurs avec l’aide d’un intervenant extérieur était judicieux?
    Et cet intervenant n’étant pas universitaire ou prof mais parent/coach n’avait forcément rien à vous apprendre et donc pouvait légitimement être ridiculisé comme un imposteur?

    C’est votre droit de penser que l’école est menacée par l’extérieur, mais cela me semble d’un autre âge.

    J’aspire au changement du système éducatif et non pas à son conservatisme étanche. Vous parlez de tendances lourdes ( intrusion des parents et du privé) et construisez des remparts protecteurs pour une école assiégée, là où j’aspire pour ma part à une ouverture et à un décloisonnement ( aux parents, à l’entreprise).

    Vous diabolisez l’entreprise, un grand danger pour l’école ( au passage nos élèves y travailleront, en créeront peut-être, les pauvres ! ils ne pourront pas être tous profs!) , le coaching ( qui n’est autre qu’un accompagnement, la base du métier de tout éducateur…mais un anglicisme, c’est suspect) , vous moquez les temps d’échanges sur les valeurs (une perte de temps), il vous semble sain que des professionnels sèchent cette journée de travail, vous vous réjouissez des comportements puérils de vos collègues (une joyeuse indiscipline, mettre en échec l’intervenant, ne pas respecter le cadre, quelle preuve de liberté !), les mêmes sans doute qui se plaignent de celle de leurs élèves…non, vraiment, j’ai du mal à sourire de tout cela.

    Combien de temps faudra-t-il encore pour que certains enseignants puissent accepter avec un peu d’humilité qu’ils ne détiennent pas, parce qu’ils sont fonctionnaires et anciens bons élèves, la vérité absolue,

    Combien de temps pour voir que l’école n’est pas un temple où les jeunes vivent à l’abri de la cruauté du monde libéral et que la réflexion sur les valeurs est loin d’y être superflue?

    Bref j’imagine fort bien la journée que vous décrivez, je vois bien quel fiasco cela a dû être, mais j’ai du mal à m’en réjouir…et mon analyse des causes de cet échec est très différente de la vôtre.

    Je suis moi-même enseignante agrégée, coach certifiée et formatrice et j’ai la chance de m’adresser régulièrement à des enseignants ouverts et curieux, qui aspirent à une évolution des pratiques pédagogiques et n’ont pas peur de ce que peuvent leur apporter les sciences humaines, qui irriguent également aujourd’hui le monde de l’entreprise ( vos commentateurs parlent de « concepts fumeux », permettez-moi d’émettre quelques doutes sur leur connaissance de la question).
    C’est donc possible ailleurs et je trouve pour ma part cela réjouissant.

    Répondre
  2. Éric Fournier

    Bonjour à tous et à toutes,
    ce papier ayant entraîné nombre de commentaires, je vais essayer de répondre brièvement sur quelques points.
    On pourrait trouver l’opposition Public/privé un peu schématique, sinon caricaturale. Je l’assume totalement.
    Suzanne : le « privé » que j’évoque n’est pas l’enseignement privé sous contrat (sur lequel il y aurait beaucoup à dire par ailleurs…)mais le monde de l’entreprise, le règne du DRH, de l’openspace,la fabrique du consentement, la performance comptabilisée, etc. Cela je l’exècre au plus haut point.D’eux, je maintiens que nous n’avons rien à apprendre et tout à redouter.
    Mais là où on se rejoint et peut-être avec Alphonse aussi, c’est que je crains que, dans notre métier, nous ne soyons confronté non à un « mammouth » managérial ( animal pataud, laineux et disparu) mais à une chimère, assemblage monstrueux et inédit des pesantes hiérarchies jacobines et des techniques de management néo-libérales. Or, la proviseure, ici, navigue précisément entre ces deux systèmes.
    Cet article, qui n’a pas la prétention d’être analytique, voulait souligner, un peu ce point.
    De fait, l’analyse mériterait d’autres développements : sur les trinités de « valeurs » proposées à la réflexion par exemple.
    Un dernier mot sur les réactions des collègues. Il me semble que l’important, au final, réside dans l’échec de cette animation, « by any means necessary »… mêmes ludiques ! !
    Il ne m’appartient pas de juger mes collègues, et ce d’autant plus qu’il s’agit de mon dernier papier, en forme de témoignage, comme professeur du secondaire. Il eut été cuistre et minable de finir par quelque chose comme « Tous des c… sauf moâ ». Je maintiens que les collègues se sont emparés d’une situation, ce qui a abouti à son échec.
    Bonnes vacances à tous et à toutes.
    EF

    Répondre
  3. François-Ronan Dubois

    Merci pour votre intéressant récit qui résonne hélas avec des expériences personnelles.

    La mode du coaching est en effet loin d’être anecdotique ou de se cantonner à l’enseignement secondaire, soit dit en passant — je vois midi à ma porte en soulignant que les écoles doctorales, devant le déficit de formateurs publics et les coupes structurelles dans les budgets, incapables de répondre par leurs propres moyens aux injonctions ministérielles, se tournent vers des formateurs privés et délèguent leur mission de formation des futurs docteurs, qui sont souvent des personnels de leurs universités, à des cabinets de coaching, dont l’expertise est incontestée par le simple fait qu’aucune mesure de contrôle n’existe pour l’évaluer.

    J’ai passé comme vous des journées à dessiner des bonhommes au feutre avec des petits camarades, qui en physique quantique, qui en sismologie, qui en mécanique des fluides, pour essayer d’exprimer le fond de mon moi-moi-moi, mes valeurs, mes désirs, mes envies, à choisir dans l’alternative présentée gagner de l’argent-faire des enfants-partir en vacances et gagner de l’argent-faire des enfants-partir en vacances.

    Comme certains commentateurs ici, je m’inquiète que la réaction commune oscille entre l’acceptation résignée des nécessités économiques auxquelles il faut bien se soumettre et l’indifférence pourquoi pas primesautière, comme si nous n’avions affaire qu’à l’inéluctable marche de l’histoire économique ou à l’incident d’un moment.

    Répondre
  4. Hollard Catherine

    Je viens de lire ce billet, si je suis en phase avec vous pour que l’on repère absolument l’intrusion des méthodes de management à enrobage sucré ou pas, je trouve en revanche que la question des valeurs devraient être posées sérieusement, urgemment entre enseignants. Vous faites comme si cela allait de soi qu’un enseignant porte des valeurs partagées par tous ses collègues, de belles valeurs (c’est à dire?) naturellement présentes en nous, alors que si nous en parlions, et nous le savons bien, nous serions confrontés à nos divergences et nos désaccords. Cela ferait un bien fou à l’école que des débats même vifs aient lieu entre les enseignants. Débattons de nos valeurs, celles qui guident notre manière d’enseigner, notre regard sur nos élèves, le discours sur leurs parents…
    La réaction tout aussi infantile des enseignants, sans arguments, juste une révolte sans mot, ne me rassure pas du tout. Qu’a-telle apporté si ce n’est le souvenir de temps perdu et d’une bonne rigolade?
    Il serait tellement passionnant de faire équipe autour de débats engagés et exigeants sur notre métier et notre manière de le penser. Sur nos valeurs. Gardons le pouvoir sur notre métier, le management libéral fait sa place grâce à cette absence de clarté, aux contradictions qui sont à l’oeuvre dans l’école et au silence qui les accompagne.

    Répondre
  5. Maïeul

    Je m’inquiète un peu. S’il s’agit d’une « chronique », qui débute par « Tout commence lors »… cela veut dire qu’il y a eu une suite?

    Répondre
  6. suzanne Citron

    Je n’adhère pas totalement à la grille d’interprétation d’Eric : public/privé parent/prof. Le public n’est pas forcément l’idéal (on le voit dans le récit même puisque la journée est cautionnée par le système institutionnel (donc « public »?) hiérarchique.

    Et par ailleurs je pense que certains établissements sous contrat ont été (après 68) et encore aujourd’hui (??) des foyers intéressants sur le plan de ‘innovation pédagogique.

    Ceci dit cette proviseure (du public) est le comble de la stupidité prétentieuse.

    Répondre
  7. alphonse

    J’ai beaucoup apprécié le récit de votre journée de formation. Clair , précis, documenté.
    Par contre votre analyse de la situation me semble pas la hauteur du dispositif mis en place et la réponse des professeurs ou plutôt le manque de réponse m’effraye.
    Quant à votre conclusion: « ils ont défendu leur autonomie, leur espace de travail, et leur fierté professionnelle ». Que des professeurs (des gens qui ont fait de longues études) se rabaissent à des comportements potaches comme mode de résistance à un dispositif aliénant ne me rend pas optimiste.

    Votre analyse repose sur l’opposition parents/prof et privé/public.

    Pour l’opposition privé/public, la première lecture de votre récit m’a fait penser aux méthodes proches de l’éducation nouvelle, on se croirait dans un stage pour animateur de colo des CEMEA. Comme quoi, cette nécessité de faire l’opinion, de répondre à des questions que l’on ne se pose pas, d’adhérer par l’action (fut-elle stupide, le collage de magazines) ne sont pas les outils exclusifs du coaching néolibéral.
    Cette façon de voir l’école comme une forteresse assiégée par le néolibéralisme ne prend en compte que cette nouvelle gestion mise en place par un nouvel encadrement jeune et dynamique (sic) dénoncée par exemple dans « La Nouvelle Ecole Capitaliste » éditions La Découverte. Cela permet d’évacuer les questions fondamentales de ce que produit l’école ou de son fonctionnement interne. Si le néolibéralisme est une lutte de tous contre tous, ayant pour seul but d’obtenir la plus grosse part de gateau, le fonctionnement d’une classe (notation, orientation, futur carrière en fonction du diplome, capital scolaire et culturel des parents…)en est sans doute la plus belle illustration. On peut même se demander qui a inspiré qui, d’ailleurs votre coach d’un jour fut une élève douée.

    Pour ce qui est de l’opposition parent/prof. Là encore on retrouve l’obsession de la cloture scolaire. Qu’il aurait été intéressant de rencontrer dans une réunion intersyndicale, un parent d’élève travaillant à EDF et ayant déjà subi la DRH. On imagine une discussion entre le prof de philo et un délégué de la CGT d’EDF en train de disserter sur le postmodernisme ambiant qui permet à des dispositifs explicitement aliénant de s’appeler journée pédagogique, un prof d’économie démontrant que ce management des âmes n’apporte rien au niveau production, mais dépolitise la question du travail, un prof féru de pédagogie expliquant l’arrivée actuelle dans les sciences cognitives de la psychologie ergonomique notamment dans les recherches en éducation…
    On imagine mal dans ce bahut imaginaire une proviseure proposer un séance de coaching des valeurs. On peut toujours rêver…

    Mais une centaine (!) de profs se prêtant bon gré mal gré à cette mascarade, relève pour moi du cauchemar.
    Encore merci de votre témoignage, je ne pensais pas que nous étions là.

    Répondre
  8. Simon

    Réjouissant 🙂

    Bon, le plus étonnant dans cette histoire est que la proviseure ait cru un seul instant que ce « coaching » avait la moindre chance d’aboutir à autre chose qu’un désastre… La recette parent d’élève + méthodes du privé + concepts fumeux aurait dû faire péter tous les capteurs, mais non. Symptomatique d’un décrochage entre nous autres et nos perdirs.

    Répondre
  9. Christophe

    Merci cher Collègue, et pour le récit, et pour la lueur d’espoir apportée par vos collègues et vous-mêmes. Nous sommes à l’époque des apprentis-sorciers.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *