Archives par étiquette : programme de Terminale

Le rétablissement de l’histoire-géographie en Terminale S : un bien pour un mal ?

Logo (bis)-02

Rédacteurs/rédactrice  : Edouard Colin, Nathalie Coste, Laurent Gayme, Mathieu Ferradou et Cédric Perrin, avec Olivier Le Troquer, Vincent Casanova et Vincent Capdepuy pour le collectif Aggiornamento histoire-géographie.

Alors que le bac approche, que le retard accumulé tout au long de l’année atteint sa masse critique, que nous tentons de terminer nos programmes à l’aide de fiches ou de cours supplémentaires, que l’inquiétude monte et la pression des élèves avec, il nous semble opportun de revenir sur le rétablissement de l’histoire-géographie en Terminale S. Comme nous l’avions écrit ici-même précédemment pour demander des aménagements pour le programme de Première S en 2012, puis de Terminale L-ES en 2013, l’expérience de cette année pose une nouvelle fois[1] avec acuité la question d’autant plus pertinente que la réponse est, dans ce cas précis, terrible : à quoi sert de faire de l’histoire-géographie dans de telles conditions ? Et si nous avions perdu au rétablissement de l’histoire-géographie en Terminale S ?

L’enseignement éclair : du sale boulot

Tous les témoignages des collègues concordent : pressés par le temps et assommés par un programme bien trop lourd et complexe, nos enseignements cette année sont décevants. Enchaînement de faits, dates, acteurs et lieux à toute vitesse, en survolant les connaissances et les notions, dans un zapping permanent. Notre pédagogie ressemble à un « rodéo notionnel » face à des élèves qui n’ont pas forcément la culture historique/ politique/ géographique sur laquelle appuyer cette approche thématique.

Le programme est infaisable du fait de son architecture globale : en partant d’un compte de 30 semaines dans une année scolaire, soit 15 en histoire et 15 en géographie,, cela donne, en bruts, environ 4h par étude d’histoire et 3h par étude de géographie, ce qui montre déjà le problème. Mais quelques exemples sont encore plus révélateurs du sinistre. Nous avons deux heures, oui deux heures, pour enseigner « la gouvernance  [sic] économique mondiale depuis 1975 »[2], quatre heures pour « le Proche et Moyen-Orient, foyer de conflits depuis la fin de la seconde guerre mondiale », … Le plus aberrant peut être, « Gouverner la France depuis 1946 : Etat, gouvernement, administration et opinion publique », en quatre ou cinq heures s’il-vous-plaît ![3]

Nos programmations ne permettent pas le moindre « écart » : étudier un film ou un documentaire (quelle idée !), planifier une sortie pédagogique (pour quoi faire ?), avoir un enfant malade ou un jour férié qui tombe sur votre seul jour de cours, et vous prenez un retard que vous ne pourrez rattraper. Des questions ? Désolé, pas le temps d’y répondre ! Corriger le bac blanc ? Tenez, voici la fiche! Les résultats sont déjà visibles : désintérêt des élèves pour des questions qui les intéressent pourtant a priori (nous avons eu de nombreux témoignages d’élèves qui ont remarqué que la question sur Proche et Moyen-Orient les avait aidés à prendre du recul face aux attentats). Bachotage, attitude passive, consumériste, le professeur se retrouve en concurrence avec les fiches de révision du commerce.

Un programme impossible et impensé

 

Si nombreux furent les enseignants, les associations, les « intellectuels », les politiques à avoir demandé le rétablissement de l’Histoire-Géographie en Terminale S, rare sont ceux qui ont noté la dégradation par rapport à la situation antérieure : horaire inférieur (perte d’une demi-heure par semaine en Première et en Terminale), et programmes plus lourds. En effet, les programmes actuels en Terminale S, parus en janvier 2013[4] ont été conçus à partir des programmes de Terminale L-ES avant leurs aménagements en septembre 2013[5]. Aussi, des aménagements semblent aujourd’hui indispensables mais la refondation du programme de la série S également.

Les horaires impartis mais également les thématiques proposées sont totalement inadaptés à ce programme. Sans entrer dans une présentation longue et exhaustive, quelques exemples semblent nécessaires pour bien comprendre la situation des professeurs, et des élèves. En classe de Première S, l’enseignement de la guerre froide se fait en trois heures à partir de l’exemple de Berlin. L’institution elle-même semble reconnaître l’impossibilité et l’absurdité de la chose, puisque la fiche Eduscol préconise l’externalisation du travail à la maison, l’élève étant censé « au terme de létude de cas, (…) établir, à partir du manuel, le relevé justifié par une argumentation des caractères généraux de la guerre froide qui sont présents dans le cas berlinois »[6]. Et ainsi en Terminale, les élèves ne connaissent pas du tout la chronologie de la guerre froide. Ils n’ont également pas de connaissances du monde depuis 1991, qui n’est plus enseigné en Première, alors que les chapitres sur les Etats-Unis, la Chine ou le Proche et Moyen-Orient nécessitent une connaissance des relations internationales du second XXe siècle. Il en va de même pour l’étude des idéaux républicains de la Résistance en Première, mais pas du régime de Vichy. Pas simple, quand le premier chapitre de Terminale demande d’étudier l’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale. Les élèves se fondent sur le programme de Troisième !

Bref, le programme de Terminale S a été conçu comme un golem ou une succédanée de celui de Terminale ES-L et de l’ancien programme de l’option en TS, sans se préoccuper de sa cohérence globale à la fois sur l’année et sur l’ensemble du cycle terminal ni de la cohérence interne des questions. Un dernier exemple : la situation actuelle au Proche et Moyen Orient (émergence de l’Organisation de l’Etat islamique, guerre au Yemen, tensions autour du Kurdistan, etc.) ne peut être éclairée si on ne commence qu’à partir de 1945, car cela revient à escamoter toute la période de la fin de l’Empire ottoman, des mandats coloniaux, de l’immigration juive en Palestine, ce qui empêche de comprendre les sources plus anciennes des conflits (ou alors dans une introduction qui enfle soudainement et fait exploser le compteur d’heures alloué à cette étude).

Le bac : un désastre annoncé

 

Mais après tout peu importe, car on ne demande pas aux élèves de comprendre, mais d’apprendre par cœur et de réciter. L’épreuve de bac n’est que récitation d’un sujet déjà donné et traité dans l’année pour la composition et le croquis. Aucune variation n’est possible, puisque la liste des cinq croquis possibles est publiée par l’institution, et que les sujets de composition – eux aussi d’ores et déjà annoncés dans les « fiches Eduscol », au statut si problématique – reprennent mot pour mot l’intitulé de la question au programme. Il n’y a donc plus aucune réflexion des élèves, ni aucun tri dans les savoirs. L’épreuve ne tend qu’à évaluer la capacité mémorielle des élèves. Ainsi ce témoignage d’une élève de Première S qui a eu 20 en disant « jai tout appris par cœur ». Satisfaisant ?

Le cadre du bac en lui même pose problème : trois heures pour traiter des sujets dont l’intitulé et les attendus sont aussi ambitieux que ceux des L-ES mais dans un format identique à celui des STMG (dont on peut dire, sans mépris aucun, que les attendus sont bien moins importants). La situation devient aberrante lorsque l’on compare le temps recommandé par les fiches Eduscol à plusieurs questions du programme et les sujets de composition possibles : la « gouvernance économique mondiale depuis 1975 », « le continent américain entre tensions et intégration régionales », « le Sahara : ressources, conflits », « le continent africain face au développement et à la mondialisation » sont autant d’études à traiter en deux heures. Dès lors, cela signifie que les candidats au bac passeront un exercice de composition dans un temps égal au temps consacré/ recommandé pour traiter des sujets. Qu’évalue-t-on, à part la capacité à restituer l’intégralité d’un cours donné aux élèves sous forme de compositions prêtes à l’emploi ?

C’est pourquoi les copies sont fades, voire faibles, montrent un manque de maîtrise à la fois à cause d’un horaire trop serré en cours pour s’approprier des notions et des narrations complexes et à cause d’un manque de temps pendant l’épreuve pour construire une réflexion, élaborer un brouillon. Au lieu de cela, il faut réciter vite, un cours fait vite et tout aussi vite appris. Faire vite, vite, vite, et donc mal, mal, mal. Quant au correcteur, il n’évalue plus la capacité de réflexion et d’argumentation des élèves, mais ses capacités à apprendre et réciter et restituer le cours/croquis de son collègue. Seule l’étude de document(s) demeure une épreuve réflexive, mais les élèves témoignent de leur manque de temps, une heure ne suffisant pas à un travail sérieux et approfondi (là encore, comme faire un brouillon, comment élaborer une réflexion en une heure ?). De plus, cette épreuve sur documents devient redoutable, car elle interroge potentiellement des aspects des sujets qui n’ont été au mieux évoqués qu’en passant voire passés sous silence, là encore, faute de temps. La tradition de l’école historique française, depuis les Annales, a été l’introduction d’une histoire (et d’une géographie) problématisée. Autant abandonner alors la composition dans ses conditions, et poser une simple question de cours (ce qui est, de fait, la réalité prévisible pour ce nouveau bac S). Si on raisonne en termes de compétences et de cohérence avec les autres programmes de la série S, l’histoire-géographie est donc une vérité révélée par le professeur, là où les sciences essayent de résoudre des problèmes. Alors que la dernière année de lycée serait le moment idéal pour aborder nos disciplines en favorisant au maximum l’autonomie intellectuelle des élèves (et donc leur autonomie civique), c’est tout le contraire que le programme, le cadre horaire et l’examen imposent.

Bien sûr, les consignes données aux correcteurs du bac seront – et c’est heureux  car les élèves n’ont pas à pâtir des mauvais choix opérés – d’être « bienveillants » et de « valoriser » des copies pourtant logiquement faibles, ce qui est d’ailleurs toujours quelque peu vexant, car cela insinue que les enseignants ne le sont pas habituellement. Mais est-ce bien là l’objectif que l’on souhaite atteindre ?

Sans tomber dans le refrain du « niveau baisse », il faudrait s’interroger sur ce que l’on souhaite valider comme niveau de connaissances/ compétences pour un élève obtenant le baccalauréat, sanctionnant ainsi la fin des études secondaires. En d’autres termes, quelle logique y a-t-il lorsque l’on doit être bienveillant face à des copies qui montrent au mieux une récitation plus ou moins bien assimilée sur des sujets souvent très pointus (relisons l’intitulé complet de l’étude sur « gouverner la France depuis 1946 »). N’ayant pas le temps et les conditions pour aborder correctement un tel niveau de complexité avec les élèves, les enseignants sont réduits à proposer de la composition « clés en main » que les élèves s’approprient comme ils peuvent. Pourquoi ne pas réduire les ambitions initiales telles qu’elles s’expriment dans les intitulés de programme en proposant des questions moins ultra-problématisées, plus ouvertes, qui font confiance aux enseignants pour les laisser libres de bâtir leur propre problématique, leur propre approche (les projets de programmes pour les cycles 3 et 4 nous laissent penser que des améliorations sont possibles[7]), et, par contre, proposer des sujets de bac, dans un temps suffisant, faisant des ponts entre les questions, qui permettraient aux élèves de bâtir une véritable réflexion, et de montrer leur maîtrise des méthodes (leurs compétences) et des connaissances ?

En attendant la réforme de la réforme de la réforme… : l’urgence de l’action

Alors ? Pourquoi avoir réintroduit l’histoire-géographie comme enseignement obligatoire en Terminale S ? Quelle plus-value pour l’esprit critique des élèves, au moment où il est sans cesse réaffirmé comme nécessaire pour les futurs citoyens ? Quelles « clés pour comprendre le Monde actuel » ? Partir du principe qu’on peut compacter un raisonnement avec des jeunes de 17-18 ans témoigne d’une méconnaissance des processus par lesquels les élèves s’approprient des notions. Il faut précisément croiser, répéter, comparer pour cerner un concept.

Dans l’attente d’une hypothétique refonte des programmes de lycée et d’une réflexion collective sur les finalités de l’enseignement de l’Histoire et la Géographie au lycée, il semble urgent de parer au plus pressé en allégeant ce programme. Certaines questions semblent ainsi moins centrales et pourraient être supprimées ou mises en choix optionnels :

  • En histoire : les deux études, devenues totalement bancales dans leurs nouvelles bornes chronologiques sur la « « gouvernance » européenne depuis 1992 » et la « « gouvernance » économique mondiale depuis 1975 » pourraient être supprimées ; l’économie d’un « chemin de la puissance» (sur les deux) permettrait de se concentrer sur le pays choisi (donc les Etats-Unis ou la Chine), avec l’avantage de rétablir des bornes chronologiques qui font davantage sens (depuis 1918 pour les Etats-Unis, depuis 1919 voire 1911 pour la Chine)[8].
  • En géographie : les études proposant une comparaison géographique – aussi artificielle qu’inefficace dans une perspective pédagogique – entre les Etats-Unis et le Brésil et entre la Chine et le Japon pourraient être mises en approche optionnelle (les Etats-Unis ou le Brésil, la Chine ou le Japon) ; le chapitre introductif de géographie « Des cartes pour comprendre le Monde », s’il se comprend dans sa logique introductive pour souligner les spécificités de la discipline en cette dernière année du secondaire, apparaît largement redondant avec le thème portant sur la mondialisation.
  • Et il en va de même pour la Première S : un réaménagement du programme de Terminale devrait être pensé en amont et se préoccuper de rétablir une cohérence globale du cycle terminale de la filière S afin qu’il ne soit pas non plus un simple succédané amaigri du programme de L-ES. Il pourrait ainsi éviter les coupes chronologiques incompréhensibles.

Peu importe les choix opérés, à vrai dire, car ils susciteront toujours certaines insatisfactions : l’urgent est de redonner les conditions d’un enseignement digne de ce nom aux élèves de la filière S, un enseignement qui donne la possibilité de s’interroger, de prendre du temps, et qui ne soit pas en concurrence directe avec les fiches de révision des différents éditeurs du commerce. Un enseignement qui redonne au temps de la classe son sens, un temps de formation intellectuelle, culturelle et civique. Bref, que le rétablissement de l’histoire-géographie en Terminale S serve vraiment à quelque chose et non pas seulement à écœurer les élèves de nos disciplines.

[1] Cf. les déjà nombreux textes dénonçant les mêmes problèmes sur Aggiornamento : http://aggiornamento.hypotheses.org/831; http://aggiornamento.hypotheses.org/833; http://aggiornamento.hypotheses.org/917. Pour le programme plus spécifique de Terminale L-ES et leur déclinaison pour les S : http://aggiornamento.hypotheses.org/1135 ; http://aggiornamento.hypotheses.org/2078.

[2] Ajoutons que sur cette question, comme sur beaucoup d’autres, le sarclage chronologique et ses impensés conduisent à « perdre du temps » dès l’introduction : la question s’ouvre donc en 1975 avec le premier sommet du G6 dont le communiqué regrette l’instabilité financière. Instabilité financière provoquée, entre autres, en 1971 lorsque Nixon décide de mettre fin au « système de Bretton Woods ». Et nous voilà repartis en 1944 pour expliquer aux élèves un système auquel Nixon met fin au début de la question à leur programme. L’introduction (ou la première partie du cours) est terminée : il reste une heure pour finir le chapitre !

[3] Le tout en incluant les évaluations et corrections !

[4] http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=66879

[5] http://eduscol.education.fr/fileadmin/user_upload/histoire_geo/PDF/TESL_annexe1.pdf

[6] http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/98/9/02_RESS_S_1_HIST_Th2_284989.pdf

[7] Voir http://aggiornamento.hypotheses.org/2763.

[8] Ceci est valable, par ailleurs, pour les L-ES, dans le cas de la Chine dont  « l’allégement » de la période 1919-1949 n’en est pas un puisqu’il force, là encore, à faire une longue introduction, à moins de poser d’emblée qu’en 1949 la Chine est communiste sans donner d’explications.

« Les balles du 14 juillet » de D. Kupferstein réveille les mémoires d’avant la guerre d’Algérie.

affiche Alain Frappier Le 14 juillet 2014, les militaires descendaient les Champs-Elysées. En 1953, ce même jour de célébration de la fête nationale, on défilait aussi dans Paris entre la Bastille et la Nation.  La veille, comme de tradition, les parisiens s’étaient étourdis dans les bals populaires. Le lendemain 7 d’entre eux connurent d’autres bals, des balles qui leur ôtèrent la vie.

Des images de bals ouvrent le documentaire de Daniel Kupferstein consacré à ce très particulier et pourtant méconnu 14 juillet 1953 sous les balles. Le titre de son documentaire – affiche ci-contre[1] – joue astucieusement sur l’homophonie ; on pourrait rire de cette pirouette si l’événement n’était pas aussi tragique. Ce n’est pas la première fois que D. Kupfertsein s’intéresse à l’histoire. S’il se défend – et on le comprend – de s’être spécialisé dans les massacres policiers couverts par l’Etat, il se justifie très bien de cette nouvelle incursion dans un sujet qui lui est familier. En effet, l’auteur a déjà réalisé un documentaire sur le « 17 octobre 61 : dissimulation d’un massacre d’état » et un autre, « Mourir à Charonne » qui s’attarde sur la manifestation du 8 février 62. Pour cette nouvelle enquête, la tache n’est pas simple. Tout d’abord, le contexte est quelque peu différent ; la guerre d’Algérie n’est pas commencée et le paysage politique indépendantiste  côté algérien est dominé par la figure tutélaire de Messali Hadj. Hormis ces différences notoires, l’auteur conçoit son  travail de documentation et de recherche d’archives comme une enquête sur des faits restés largement méconnus et dans l’ombre. Il ne s’agit pas ici simplement d’occultation ou de refoulement, le cas est plus complexe. Par son travail, D. Kupferstein réactive une mémoire vive, restée pendant un temps souterraine. Recueillir les témoignages avant la disparition des personnes qui assistèrent directement aux évènements n’est pas la dernière de ses motivations. Menée avec rigueur et méthode, l’enquête s’appuie aussi sur les travaux d’historiens qui viennent éclairer de leur expertise la recherche entreprise autour des « Balles du 14 juillet ».

Le documentaire de D. Kupferstein retiendra particulièrement l’attention des enseignants qui pourront aisément l’utiliser en classe de Terminale pour travailler le chapitre sur « L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie ». Il peut tout autant intéresser les enseignants de collège et, au delà,  un large public qui ne manquera pas de consulter les quelques ressources en lignes disponibles sur l’événement[2]. La construction très claire du film en trois parties le rend très accessible, les nombreuses interviews qui le composent (témoins directs, historiens) sont aisément exploitables en classe, les enseignants s’empareront aussi des séquences qui donnent à voir l’atelier de l’enquêteur (déplacements aux archives, dépouillement de la presse, appels à témoin dans la presse étrangère, confrontation et contextualisation des témoignages ou des documents par les historiens sollicités).

La 1ère partie du documentaire se consacre à la mise en contexte de l’événement. Les lieux, les acteurs sont identifiés. Les précieuses analyses de Danièle Tartarowksy l’inscrivent dans la tradition, la culture politique de l’époque ; en effet, 14 juillet 53 est un prolongement des défilés qui ont lieu depuis les années 30 à l’instigation des partis de gauche qui disputent ainsi la rue aux ligueurs. Des images du cortège du 14 juillet 35, moment clé de la formation du Front Populaire, passent à l’écran.

Pourtant le défilé du 14 juillet 53 se singularise en intégrant dans ses rangs un cortège composé de messalistes. C’est Emmanuel Blanchard qui nous éclaire sur leur présence. Il est de mise depuis les années 50 de faire une place dans les cortèges du 1er mai aux Algériens de France réunis derrière la bannière du MTLD. Leur présence n’est donc pas inédite. Elle reste remarquable par sa dignité et son organisation ; un service d’ordre particulièrement efficace encadre cette partie du cortège. IL faut dire que les violences et les harcèlements policiers à l’encontre des algériens de France sont déjà à l’œuvre, la modernisation de l’équipement policier ne laisse pas présager leur disparition.

Cela étant dit, D. Kupferstein peut alors collecter les témoignages des militants participants qu’ils soient algériens ou français. La parole est aussi donnée à la fille de M. Hadj qui s’est jointe ce jour là au cortège – son  père est alors en résidence surveillée, elle intègre les rangs des manifestants pour le représenter dit-elle.

La 2eme partie nous fait davantage entrer dans le défilé. Parti de la Bastille, il gagne la place de la Nation. À l’aide d’un plan simple de la place, D. Kupferstein accompagné de Djanina Messali, nous explique la configuration de fin de manifestation. Le cortège s’écoule en direction de l’avenue du Trône. Sur la place, un peu en amont, est dressée une tribune permettant aux organisateurs de saluer le passage du cortège. Les forces de police sont stationnées au plus haut du cours de Vincennes, dans les rues adjacentes. Ils surgissent lorsque les algériens issus du cortège passent aux abords des colonnes. Il tombe alors des trombes d’eau, ce qui contribue sans doute à accélérer les mouvements de tous. Dans la confusion les coups de feu éclatent, leur origine est policière mais le prétexte à leur déclenchement est discuté dans les témoignages recueillis. Les algériens résistent toutefois à l’assaut que les policiers pourront faire passer ultérieurement comme de la légitime défense.

Des manifestants reçoivent des balles perdues et se réfugient dans les cafés alentours ; d’autres entrent dans les immeubles qui entourent la place, ils sont alors poursuivis, molestés et blessés par les policiers qui les pourchassent dans les étages. D’autres intègrent les hôpitaux parisiens qui connaissent un afflux de blessés (le bilan d’une quarantaine de blessés est sans doute sous estimé) sans trop bien se souvenir, en raison des coups et de la peur sans doute, de leur parcours jusqu’à ces lieux sûrs : cuirs chevelus à recoudre, oreilles déchirées, œil miraculeusement sauvé, balles à extraire contusions variées attestent des violences policières qui ont touché les algériens mais également des militants participant à la manifestation républicaine. Pour 7 autres ce sera le cercueil : 6 sont algériens, 1 est français.[3] Ils ont tous moins de 40 ans.

La 3ème partie s’arrête sur l’après qui se prolonge jusqu’à aujourd’hui. Plusieurs particularités émergent. Tout d’abord, on traverse la Méditerranée car un appel à témoins dans El Watan et l’enquête du réalisateur lui permettent de localiser les tombes des tués du 14 juillet 1953. C’est alors l’occasion de rencontrer les proches des disparus et d’évoquer avec eux un autre aspect des choses : l’absence. En Kabylie ou à Alger, auprès des veuves, des fils, des frères endeuillés qui ont enterré le corps de leur proche au pays, on remarque que les tombes n’occultent pas l’événement ou les circonstances du décès. Le statut des victimes est quelque peu inhabituel. En effet, dans ce moment qui précède de peu la Guerre d’Indépendance Algérienne, ils ne sont pas considérés comme les martyrs de la Nation et ne rentrent donc pas dans le roman national algérien écrit par le FLN. C’est un aspect intéressant des choses qui ouvre des perspectives pour travailler sur les mémoires de la Guerre d’Indépendance Algérienne depuis les deux rives de la Méditerranée.

Cette partie du documentaire est aussi particulièrement opérante pour saisir quelques caractéristiques quotidiennes de l’immigration vue du coté de ceux qui n’ont pas migré. En creux se dessine le portrait du migrant de l’après guerre qui n’est pas vraiment celui de la période de la Guerre d’Indépendance Algérienne. Ces vies d’exil, sont celles d’hommes jeunes qui laissent derrière eux des enfants, des femmes. Certains fils expriment très clairement leur détachement au moment du rapatriement du corps de leur père qui n’est finalement pour eux qu’un étranger. L’absence issue du départ vers la métropole a distendu voire dissout les liens filiaux. Pour les épouses, ou les frères c’est différent. L’une des femmes des victimes a perdu l’enfant qu’elle attendait lorsqu’elle a su le décès de son mari. D’autres ne se consolent pas de la disparition de leur frère. Dans ces cellules familiales survivantes, D. Kupferstein donne une place assez importante au témoignage du fils de Maurice Lurot. Ce dernier a été très éprouvé par la disparition de son père qu’il apprend en rentrant de vacances dans l’escalier du domicile familial. Encore dévasté par le chagrin, il permet de poser la question de la reconnaissance du massacre par l’Etat français et par la justice. M. Lurot est décédé d’une balle en plein cœur tirée sur les lieux de la manifestation. Sa famille a entrepris des démarches pour obtenir la reconnaissance de son assassinat. Démarches qui n’ont pas été suivies d’effet. On se retrouve dans la configuration familière qui est celle des suites judiciaires de la manifestation de Charonne en 1962. Enfin, cette dernière partie du film est aussi l’occasion d’entendre longuement deux policiers sur la manifestation, mais aussi sur ses suites judiciaires qui furent, pour eux et leurs collègues, inexistantes, la légitime défense ayant servi de paravent aux meurtres et violences perpétrés en contexte colonial.

On l’aura compris, le documentaire de D. Kupferstein présente une multitude d’entrées pour faire travailler les élèves. Si on ne s’en saisit pas à des fins pédagogiques, on peut s’en emparer pour la rigueur de l’enquête et la richesse de la restitution de toutes les dimensions d’un événement qui va vraisemblablement  intégrer le champ des demandes mémorielles dans un avenir proche. Il est donc très précieux de pouvoir en prendre connaissance de façon aussi précise.

La Bande Annonce du documentaire :

Les balles du 14 juillet 1953 from Daniel Kupferstein on Vimeo.

PS : Le documentaire a été projeté en avant première le 8 juillet dans une salle parisienne pleine à craquer. Il a été fini de monter quelques heures auparavant et nécessite encore quelques retouches. Il devrait être distribué en DVD (notamment via l’ADAV), il n’est pas exclu qu’il soit projeté en salles. To be continued…


[1] L’affiche du documentaire est signée d’Alain Frappier, auteur avec Désirée Frappier, du récit graphique « Dans l’ombre de Charonne », dont nous avions déjà parlé sur aggiornamento Hist-géographie : http://aggiornamento.hypotheses.org/969

[2] Sur le site de la LDH Toulon, 14 juillet 1953 : répression coloniale, place de la Nation : http://ldh-toulon.net/14-juillet-1953-repression.html

Sur celui des archives Départementales de Seine-Saint Denis : http://archives.seine-saint-denis.fr/Un-massacre-oublie.html

Ou encore ce texte d’E. Blanchard, paru dans l’Histoire Magazine n°382 : http://www.histoire.presse.fr/agenda/expositions/1953-massacre-a-la-nation-01-12-2012-50403

 

 

[3] Abdallah Bacha (25 ans), Larbi Daoui  (27 ans), Abdelkader Dranis (31 ans), Mohammed Isidore Illoul (20 ans), Maurice Lurot (40 ans), Medjen Tahar et Amar Tabjadi, (26 ans).

« Tout ça pour ça » : Bilan du nouveau programme HG Terminale & perspectives pour l’évaluation au bac

Rédacteur : Thomas Goussu

Vous avez sûrement dû remarquer (au moins en région parisienne), le nouveau tic verbal de nos élèves : « vous êtes sérieux, là ? ». On est sérieux, là ?

La mise en œuvre de ce programme ? : une longue suite de difficultés, de renoncements et d’hypocrisies. J’ai été amené à travailler dans des conditions absurdes, intellectuellement contre-productives, et à quelques jours de l’épreuve du bac, je me demande comment mes élèves vont pouvoir affronter l’examen, et comment exercer ma fonction de jury.

Aucun de mes 31 élèves de Terminale L n’a pu tirer réellement profit de ce programme. La plupart d’entre eux n’avaient pas les pré-requis nécessaires et ont été en permanence submergés par un discours dans lequel tout leur échappait. Les plus sérieux l’ont soigneusement noté et s’efforcent aujourd’hui de se donner les moyens de le restituer tant bien que mal. Beaucoup (la moitié?) ont renoncé à ce discours traitant des problématiques exagérément ambitieuses, et se sont promptement rabattus sur l’abondante littérature de type « prépabac », qui propose un contenu souvent superficiel, mais plus facile à intégrer et à reproduire, à défaut de le maîtriser. Quelques-uns ont pu saisir des bribes, donner un peu de sens à cet empilement, et mettre en œuvre un peu d’analyse critique sur les thèmes abordés. Mais ces savoirs restent extrêmement fragiles, fragmentés, et même pour ces meilleurs élèves, l’abondance des questions à traiter, la brièveté du temps disponible pour chacune d’entre elles, font qu’ils ne peuvent pas être prêts à affronter les 11 questions d’histoire et les 18 à 20 questions de géographie qui peuvent « tomber » le jour de l’examen.

Concrètement, le conseil que je leur donne aujourd’hui pour leurs révisions est au niveau zéro de la pédagogie : bachotez ! Ils ont déjà consacré un temps considérable à apprendre par cœur des croquis exagérément compliqués, et je m’apprête à leur fournir des plans de composition pour chacune des questions susceptibles de tomber, à charge pour eux de les apprendre « par coeur », et de savoir ensuite « combler la structure » avec leurs pauvres connaissances…

Jusqu’à l’an dernier, traditionnellement, à cette époque, j’apprenais aux élèves à faire des fiches « intelligentes » et interactives, à tracer des perspectives, à formuler des problématiques, à comparer des plans. Je leur montrais comment utiliser au mieux des outils comme Wikipédia, comment consolider et approfondir leurs connaissances, comment faire des chronologies ou des croquis de synthèse sur les différentes questions. Aujourd’hui je leur dis « apprenez le plus de choses possibles, et le jour de l’examen, ressortez le plan passe-partout vu en cours, et remplissez-le au mieux pour montrer que vous avez été des gentils élèves qui ont fait l’effort d’apprendre des choses ! » Aucun d’entre eux ne maîtrise vraiment les thèmes du programme, et n’est capable d’une réflexion autonome, sur la base de ses connaissances. La plupart n’arrivent toujours pas à faire un plan de composition « tout seuls », et beaucoup ont bien du mal à rédiger un paragraphe de vingt lignes en français correct pour présenter un argument associé à un exemple.

Tel est le triste aboutissement des quelques 360 heures d’histoire et géographie qui leur ont été dispensées au Lycée. Entendons-nous ! Mes élèves ne sont pas plus idiots que d’autres, et leur niveau intellectuel ne baisse pas. Leur impuissance devant ce programme et ces épreuves ne leur est imputable que marginalement. C’est bien l’institution scolaire qui est responsable de ce vaste échec, qui débordera largement de la réussite au bac, laquelle ne bougera pratiquement pas, gestion des flux oblige.

Au mois de mars, lors du bac blanc, j’ai été confronté à une situation inédite… J’ai corrigé, en fin de paquet, une bonne copie, et au moment où je m’apprêtais joyeusement à mettre 17/20, j’ai été pris d’un doute pertinent: j’ai découvert en quelques minutes (merci Google) que cette copie était une retranscription intégrale et scrupuleuse, à la virgule près, d’une dissertation disponible sur Internet! Le croquis sur la Russie associé à cette copie était lui aussi la copie conforme d’un croquis « Internet », significativement différent de celui proposé par leur professeur… Soumise à la « question », l’élève a prétendu avoir préparé l’épreuve en apprenant « par cœur » plusieurs dissertations, et elle a été capable, plusieurs semaines après, d’en réciter des passages entiers! Dans le doute, et en l’absence d’un flagrant délit de fraude, nous avons fait repasser une épreuve à cette élève, qui l’a alors complètement ratée.

Au-delà de l’importance du problème de la fraude par internet, largement sous-estimée par de nombreux collègues trop gentiment confiants, cette petite histoire attire l’attention sur les stratégies d’apprentissage revendiquées par certains de nos élèves. Après un premier temps de sidération, je me suis vite rendu compte que cette stratégie était bien plus largement répandue que ce que j’imaginais, et qu’elle était renforcée par nos consignes relatives aux croquis. La réforme du programme impose une liste de 15 croquis et schémas, pour la plupart absolument irréalisables par nos élèves, dont l’unique objectif d’apprentissage est de savoir les refaire « à l’identique ». Et je dois avouer mon embarras lorsque des élèves m’ont demandé comment je noterai sur une copie de bac, la reproduction conforme de croquis de certains manuels dont j’avais signalé en cours toutes les insuffisances (sachant que le temps dont nous disposons nous oblige forcément, au moins de temps en temps, à renvoyer nos élèves à ces croquis parfois très médiocres qui peuplent les manuels) Question redoutable ! Quelle note mettre, par exemple, à la reproduction scrupuleuse des croquis « Aspects géostratégiques des espaces maritimes » chez Hachette, « Le Sahara, ressources et conflits » chez Belin, ou encore le cas très particulier de Nathan « Les Suds dans la mondialisation », lecture audacieuse du sujet proposé (l’inégale intégration des territoires dans la mondialisation). Pour beaucoup de ces croquis, j’ai investi, en préparation et en temps de cours, dans des améliorations significatives, voire dans des refontes complètes. Est-il normal que mes élèves aient de meilleures notes à leur croquis que ceux qui auront appris et reproduit tout aussi scrupuleusement celui de leur manuel ??? Au sens strict, non, dans la mesure où ils n’y sont pour rien. Ce qui veut dire que le temps passé à réfléchir et tenter de faire vraiment de la géographie et de la cartographie ne devrait finalement pas être valorisé à l’examen.

Et pour les compositions ? La semaine dernière encore, mes pauvres terminales étaient incapables de détailler un plan sur « le projet d’une Europe politique ». Malgré les 3 à 4 heures (conformes aux recommandations de l’inspection) de cours dispensées sur le sujet. Et ils se sont jetés comme des affamés sur le corrigé que j’ai bien fini par leur proposer. Quelle note allons-nous mettre, par exemple, à un élève qui fera, à partir de ce sujet, un devoir honnête sur « La construction européenne », en grande partie hors-sujet ? « 05/20 : hors-sujet, péché mortel ! », « 10/20 : de bonnes connaissances, mais ne traite que partiellement la problématique… » ou bien « 15/20 : vous avez bien su tirer parti de vos connaissances sur ce sujet difficile ! »    Avec toujours la même redoutable question : quelle est la part de responsabilité des élèves dans leur impuissance intellectuelle face à des sujets et à une configuration d’épreuve qui les dépasse largement, et nous condamne, nous correcteurs, à devoir osciller entre une sévérité injuste et une indulgence complaisante ? Les premiers sujets tombés, à Pondichéry, au Liban, aux Etats-Unis, sont tous, à une exception près, des têtes de chapitre, ce qui ne peut qu’encourager les élèves à investir dans le « par cœur », et donnera un avantage à ceux qui auront fait cet effort intellectuellement stérile, et à ceux dont les professeurs se seront démenés pour faire les plans les plus pertinents. Est-ce bien là ce que  le bac cherche à évaluer ?

Plus généralement, il est aujourd’hui manifeste que c’est l’architecture globale du programme, et notamment son articulation avec les épreuves du bac, qui ne tient pas debout! En histoire, l’extrême complexité et « l’exotisme » des thèmes abordés, ainsi que l’éparpillement chronologique (certaines questions courant sur des périodes de plus de 135 ans!), expliquent la grande désorientation des élèves. Sur certains thèmes, les plus dégourdis et les plus investis se sont mis à poser des questions pertinentes … au moment de la conclusion! révélant ainsi qu’ils n’avaient pas capté grand-chose de tout ce qui avait précédé. Pour la plupart de mes élèves, il ne reste rien des fragiles problématiques traitées en cours.

En géographie, la course contre le temps a été permanente et épuisante. Et j’attends toujours que quelqu’un de sensé vienne m’expliquer comment un élève, après 3 heures de cours (dont 1 à 2 servent à replacer des fondamentaux non acquis) pourrait maîtriser suffisamment de connaissances pour faire un devoir en 2 heures 30 à 3 heures! Mon expérience personnelle, (mais il est vrai que je ne prépare des élèves au bac que depuis à peine 25 ans…) m’a montré que pour être capable de disserter à ce niveau, avec une vraie autonomie intellectuelle, les élèves ont besoin, en fonction de l’étendue et de la complexité du sujet, de 6 à 12 heures de cours. Pour tous les thèmes abordés par ce programme de géographie, nous disposions de 3 heures, rarement 4, parfois 2!    pour traiter des problématiques comme « quels sont les enjeux économiques et géopolitiques de l’ensemble saharien au regard des ressources qu’il recèle ? Quelles sont les multiples convoitises qui s’y manifestent ? » On est prié de ne pas rire !

Une fois de plus, le problème de ce programme se concentre dans les modalités de son évaluation. En soi, il est plutôt intéressant, innovant, et son ambition n’est un défaut que dans la mesure où on prétend l’évaluer par l’unique épreuve de la composition. Une telle ré-écriture, associée aux importantes évolutions des pratiques pédagogiques et de la circulation moderne de l’information, imposait de penser des épreuves adaptées. Non seulement je n’ai rien contre la composition/dissertation, qui permet d’évaluer très précisément la maîtrise de savoirs-faire importants, mais je demeure même un défenseur de cet exercice utile. Toutefois, en faire l’alpha et l’oméga de l’évaluation de 3 années d’histoire et géographie au Lycée, en ce début de XXIème siècle, et avec un tel programme, relève de la crapulerie intellectuelle, constitue une violence scolaire d’autant plus préoccupante qu’elle émane de l’institution, et procède d’un élitisme culturel qui ne peut qu’aggraver les maux et les contrastes dont souffre gravement la société française contemporaine.

Pour conclure, que faire, dès l’an prochain? Alléger le programme, en élargissant, par exemple, le choix dans les questions, supprimer les croquis les plus acrobatiques et hors de portée de nos élèves. Redonner ainsi du temps pour mettre en place solidement les pré-requis. Rêver, peut-être, qu’un jour reviendra où je pourrai à nouveau faire écouter de la musique à mes élèves de Terminale… Les premières pistes posent toutes un problème dans la mise au point des sujets d’examen… On peut aussi redéfinir l’épreuve principale, en donnant plus de choix dans les sujets ; en restaurant une épreuve composée sur documents, autour de problématiques transversales, qui pourraient brasser les échelles et les thèmes. Proposer une vraie épreuve de cartographie de synthèse, à partir de documents variés et de statistiques. Revenir à un questionnement dans les études de documents, afin de ne pas pénaliser exagérément les candidats les plus faibles. En somme, élaborer une évaluation qui permette aux élèves d’aborder sereinement l’épreuve, et de mettre en valeur leurs compétences. Les résultats de cette année sont déjà prévisibles : dans les jurys, la plupart des enseignants seront attentifs à ne pas « prendre les élèves en otage » et à ne pas leur faire payer abusivement les conséquences de réformes qui ne les engagent pas. L’adaptation à la baisse du niveau des exigences amortira largement la catastrophe intellectuelle attendue, avec néanmoins de forts risques d’inégalités. Tout ça me fait furieusement penser à ma (petite) partie de cours sur les errances de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne.