Archives par étiquette : mondialisation

Le paradigme cinématographique chinois

Rédacteur : Gabriel Kleszewski

Partant de presque rien, le marché cinématographique chinois paraît aujourd’hui en pleine expansion, tant en terme de production qu’en terme de diffusion. Un Chinois voit 0,5 film en salle en moyenne dans une année alors qu’un Français en découvre plus de trois, un Japonais ou un Sud-Coréen plus de quatre. En 2001, la Chine comptait 1 400 salles ; au début des années 2010, elle comptait 20 000 salles pour 1,3 milliards d’habitants. Par comparaison, 65 millions de Français profitent de 5 000 salles environ. Un Français a donc sept fois plus de chance de fréquenter une salle de cinéma près de chez lui. Face à une telle pénurie, l’État chinois s’est fixé des objectifs de rattrapage impressionnants. En 2014, treize salles de cinéma par jour étaient construites en moyenne. Avant la fin 2015, les pouvoirs publics prévoient l’édification de 500 salles supplémentaires. Le parc de diffusion doit atteindre 100 000 salles en 2020, soit le plus grand taux de couverture au monde. En comparaison, les États-Unis ne comptent actuellement que 40 000 salles.

Ces chiffres doivent cependant être nuancés. L’accès à l’offre cinématographique reste très inégale sur l’ensemble du territoire national. Seules les métropoles les plus importantes, surtout situées à l’Est, sont pourvues de multiplexes. L’ambition de l’État est d’essaimer ces structures de masse vers les villes moins importantes et l’intérieur du territoire. Malgré tout, dans sa grande majorité, la population rurale n’a toujours pas accès à une expérience de la salle satisfaisante. Au sein des métropoles, regarder un film en salle demeure une expérience réservée à une élite. Le prix moyen d’un billet est de vingt-quatre dollars (contre huit dollars en moyenne aux États-Unis ou en France). Le public est surtout jeune et aisé. La sortie au cinéma, souvent programmée en bande, représente un luxe culturel aussi onéreux qu’une sortie au théâtre ou au concert en Europe. De fait, dans chaque projet de rénovation ou de reconstruction urbaine, le complexe cinématographique est un des services culturels systématiquement proposés à la population de la classe moyenne émergente. Il remplace la petite salle unique vouée à la destruction au gré de spectaculaires opérations d’urbanisme (Shanghai, Pékin) et qu’on ne trouve plus que dans certaines villes moyennes de l’intérieur. Black Coal de Diao Yi’nan (2014), récent Ours d’or à Berlin, pose un regard désenchanté sur l’un de ces cinémas antédiluviens. En conséquence, afin d’assurer un confortable retour sur investissement, les multiplexes proposent d’abord des films commerciaux chinois ou étrangers. Leurs promoteurs visent une rentabilité maximale à la plus grande échelle possible. Ainsi, le conglomérat privé Wanda enregistre un chiffre d’affaires annuel de plus de 16 milliards de dollars. Wang Jianlin son fondateur, sixième plus grande fortune du pays, possède quatre-vingt-six complexes et sept cent trente écrans sur le territoire chinois. Il est difficile de trouver des salles d’art et d’essai qui diffusent des films d’auteur, souvent célébrés en Occident mais censurés en Chine, ou des films étrangers qui ne soient pas forcément rentables. A Pékin, dans le district de Dongcheng, le discret Moma se cache au milieu d’une luxueuse résidence de huit tours dessinée par l’architecte new-yorkais Steven Holl. S’il tente de diffuser des films d’auteur chinois invisibles ailleurs ainsi que des œuvres occidentales peu rentables (deux cents depuis 2009), il est aussi obligé de metrre à l’affiche de grosses productions pour survivre. Malgré ces écueils, aux yeux des producteurs locaux, américains ou européens, le marché chinois est prometteur. La fréquentation en salle a bondi de 27 % en 2013. Des analystes du Wall Street Journal ont prévu cette année que la Chine représenterait le premier marché de consommation cinématographique mondial avant 2020, voire même dès 2017. Un film français comme La Belle au Bois dormant de Christophe Gans (2014) a été un relatif échec dans l’hexagone. Mais il a pu tirer de substantiels bénéfices grâce à son exploitation en Chine et à une subtile utilisation de certains clichés sur la France romantique que les Chinois, notamment les touristes, adorent (les princesses, les châteaux). Cette production, au final très rentable, a été en partie pensée pour le marché chinois.

Pour les autorités, cette politique de diffusion massive se heurte à un obstacle de taille. Hypnotisé par la culture anglo-saxonne, le public urbain aisé chinois se détourne souvent des productions locales. Sa préférence va aux films à grand spectacle étrangers, notamment hollywoodiens. De fait, Pékin impose des quotas de diffusion drastiques. En 2013, trente-quatre films étrangers étaient diffusés en Chine, dont quatorze en 3 D IMAX. Au départ ces quotas devaient être encore plus draconiens (vingt films annuels) mais les États-Unis et l’OMC ont fait pression pour que les frontières culturelles chinoises s’ouvrent davantage. Par ailleurs, l’État veut également contrôler le contenu politique de chaque film tourné ou diffusé en Chine. La censure de l’Administration d’État de la Radio, du Film et de la Télévision a édicté des règles strictes en la matière. On peut citer pèle-mèle : l’interdiction de la moindre allusion aux trois « T » (Tibet, Tien’anmen, Taïwan) ; aucune allusion aux superstitions ou à la religion, sauf dans une optique patrimoniale ; pas de sexe gratuit (dans Titanic 3 D, les scènes de nu de Kate Winslet ont été coupées par James Cameron) ; pas d’allusion à la drogue ou à la criminalité locale (sauf à Hong-Kong où le cinéma policier fabriqué par Ringo Lam ou Johnny To bénéficie d’une sorte d’exception liée à son statut territorial) ; pas de promotion de l’homosexualité (d’où le bannissement du cinéma gayfriendly de Lou Ye) ; pas de promotion de la violence sauf dans le cadre d’une action défensive, légitimée par la loi ou la morale publiques (les héros de Tsui Hark ne versent plus le premier sang sans raison depuis le début de la présente décennie) ; pas d’exhibition d’armes sauf si ces dernières rappellent une tradition liée aux arts martiaux (ce qui explique la présence aussi curieuse que ridicule d’un sabre robotique dans Transformers 4).

En 2004, le président Hu Jintao déclarait :  » L’influence internationale de la culture chinoise ne correspond pas au statut international de la Chine ». De fait, afin de renforcer leur « soft power » culturel, les autorités de Pékin se sont lancées dans une ambitieuse politique de productions nationales et de coproductions internationales de films à grand spectacle, capables de capter l’intérêt -et l’argent- des spectateurs chinois. Une cité du cinéma est sortie de terre à Qingdao, au Nord de Pékin. On y trouve des dizaines de studios de tournage, des hôtels de luxe pour vedettes, des salles de congrès calibrées pour accueillir un futur festival international de renom. Plus de 20 000 figurants appointés sont à disposition permanente des réalisateurs locaux. Avec la fin du monopôle de l’État et de l’Armée sur la production des films au début des années 2000, des sociétés de production privées ont fleuri. En recyclant des cadres militaires, certaines d’entre elles sont restées proches du pouvoir. China Movies et sa chaîne de télévision CCTV, Shanghai Media Group ou Wanda sont devenus des acteurs puissants du secteur. Ils portent des projets nationaux ou des partenariats avec d’importants studios étrangers, notamment hollywoodiens. Ces derniers mois, Looper (2012), Iron Man 3 (Disney / Marvel, 2013) ou Transformers 4 (Paramount, 2014) ont été en partie pensés pour plaire au marché chinois (montage alternatif pour le public local, placement de célébrités et de produits chinois). Ces projets ont vu le jour après d’âpres négociations. Les scénaristes hollywoodiens ont dû se plier à certaines exigences préalables (valoriser la culture, la science et le pouvoir chinois, par exemple). Et quelques partenaires chinois ne vont pas manquer d’engager dans les mois à venir de coûteux procès pour non-respect de certaines clauses contractuelles. Enfin, un pas supplémentaire va être franchi en 2016 avec le prochain opus de la série Kung Fu Panda (Dreamworks), franchise américaine complètement reprise en main par Pékin. Américaines jusque là, les aventures du plantigrade ventru deviendront entièrement chinoises (scénario, mise en scène, fabrication numérique). Nombre de cadres hollywoodiens ont compris que, pour conquérir un marché intérieur si dynamique, il fallait accepter un grand nombre de compromis créatifs et financiers, et ne pas donner au public et aux autorités chinoises le sentiment d’une dépossession, voire d’un pillage sans scrupules de leur patrimoine culturel.

Cette mainmise de l’État se traduit surtout par une production ambitieuse de grands films nationaux célébrant la grandeur passé de la Chine (entre autres, les Trois Royaumes de John Woo, le diptyque des Detective Dee ou la Bataille de la Montagne du Tigre de Tsui Hark, the Flower of War de Zhang Yimou). Cette production est assurée par des cinéastes de la Cinquième génération, jadis critiques à l’égard du régime, mais depuis bien entrés en cour (Chen Kaige, Zhang Yimou) ou par des auteurs hongkongais revenus d’Hollywood (John Wooo) et souhaitant profiter d’excellentes conditions de tournage (Tsui Hark). Pour les cinéastes de la Sixième Génération, beaucoup plus critiques à l’égard des effets de l’émergence économique, les contraintes matérielles et politiques sont nombreuses. Du scénario au montage final, leurs projets sont systématiquement contrôlés. Et les financements sont rendus plus difficiles lorsque le propos du film ne convient pas aux autorités. Cependant, les travaux d’un Jia Zhang-ke (The World, Still Life, 24 City), d’un Whang Chao (Memorie of Love, Luxury Car) ou d’un Wang Bing (A l’Ouest des Rails, les Trois Sœurs du Yunan) existent. Des montages financiers extérieurs finissent par se combiner (A Touch of Sin de Jian Zhang-ke a été en partie financé par des investisseurs japonais) et un circuit de distribution parallèle et clandestin est toléré par le régime afin de ne pas choquer l’élite intellectuelle et cinéphile locale. A Touch of Sin a remporté un succès considérable à l’étranger (19 millions de dollars de recettes aux États-Unis, plus de 300 000 entrées en France). Il reste invisible en salle en Chine. Cependant, parce que certains de ses traits recoupent les nouvelles orientations du pouvoir (la prise en compte des problèmes environnementaux, la lutte contre la corruption locale ou la marchandisation du corps féminin), le film peut circuler sous le manteau (DVD et téléchargement illégal). Sur Weibo, Jia Zhang-ke est une vedette numérique avec onze millions de followers.

De fait, l’image de l’émergence que renvoie cet entrecroisement de productions indépendantes, officielles ou de coproductions transnationales est très contrastée. On trouve d’abord une volonté d’utiliser des blockbusters américains cofinancés par des sociétés de production chinoises pour diffuser la meilleure image possible de la Chine actuelle. Une manière de prospective urbaine flirte avec la science-fiction. Elle montre les mégapoles orientales et littorales, au premier rang desquelles Shanghai, comme des sortes d’avant-garde des villes mondiales du futur. Déjà présente dans Mission Impossible 3 (J.J. Abrams, 2006) ou the Dark Knight (Christopher Nolan, 2008) en tant que simple terrain de jeu pour super-héros occidentaux, Shanghai a été adoubée et introduite dans le club fermée de a grande métropole mondiale depuis Transformers 4 de Michael Bay. A l’instar de New-York, Los Angeles, Londres, Paris, Moscou ou Rome, la cité chinoise a subi à l’écran des destructions numériques massives, à la plus grande satisfaction de ses édiles et de ses habitants. Pour une mégapole mondiale ambitieuse qui désire rayonner coûte que coûte, se faire ainsi raser de la carte par un cataclysme extraterrestre dans un blockbuster américain relève d’une forme d’onction séculière, d’un droit d’entrer par le cinéma de masse dans l’archipel des villes-monde. Dans Looper de Ryan Reynolds, Shanghai est présentée comme un idéal d’urbanité, d’avant-garde artistique et de modernité architecturale pour un héros fuyant une Amérique décadente, en pleine crise économique, en proie au chaos social. Dans le scénario original, Paris devait servir de cadre à ce refuge dorée. Mais pour des raisons économiques (moindre coût du tournage, séduction d’un marché montant, coproduction avantageuse avec Shanghai Media Group), la Chine a été préférée à la France. Cette mise en scène de la ville idéale chinoise est poussée à l’extrême dans Her (2014). Spike Jonze y décrit un Los Angeles futuriste très différent de la mégapole californienne actuelle. A l’écran, la ville immense, étale, orthogonale, polycentrique, violente, organisée selon un usage quasi exclusif de la voiture, s’est resserrée, verticalisée, densifié, policée, s’est ouverte aux mobilités douces, à la nature (la plage et les parcs périphériques ont l’air d’être situés à un jet de pierre de l’hyper-centre) et à de nouvelles formes d’urbanité (humaines, numériques). Or, Jonze s’est fortement inspiré de Shanghai, de ses ambiances, des habitus de ses habitants privilégiés. Les plans généraux de son film, emprunts d’un urbanisme à la fois performatif et doux que n’aurait pas renié un Steve Jobs, ont été filmés à Pudong.

A côté à cette utilisation habile de la fascination occidentale pour la modernité chinoise, l’État oriente les productions intérieures vers une glorification patriotique du passé. Que ces blockbusters onéreux ne sortent pas souvent de leurs frontières n’est pas vraiment un problème. A l’instar de la Russie, ces films très rentables sont exclusivement réservés au marché interne. Ainsi, les deux Detective Dee de Tsui Hark ont totalisé plus de 550 millions de dollars, sans compter leur honorable carrière internationale. Malgré une critique discrète de certains aspects du régime actuel (inégalités sociales, excès autocratiques), ces films spectaculaires glorifient la Chine éternelle en célèbrent son unité nationale et son indivisibilité. Ils justifient la fermeté de son état face aux agissements de minorités ethniques considérées comme des forces de déstabilisation territoriale, préparent l’opinion à une possible nouvelle politique volontariste en Mer de Chine. Le personnage principal, policier et fonctionnaire impérial fidèle, lutte contre des terroristes séparatistes. Face aux forces centrifuges venues de l’Ouest ou du littoral, son combat contribue à la préservation de l’Empire. Il offre aussi l’occasion d’exprimer un désir de rayonnement mondial (la scène de présentation du Bouddha géant à un émissaire omeyyade dans le premier opus) qui peut aller jusqu’à suggérer certaines formes d’agressivité (le tropisme littoral du pouvoir central et le contrôle de mers côtières jugées dangereuses dans le second opus). Dee combat la corruption de l’administration publique dans les provinces puis au cœur de la capitale. En portant une violence légitime, toujours proportionnée au problème rencontré, le justicier officiel se place en position défensive et ne porte jamais le premier coup. La censure ne peut qu’applaudir. On pourrait appliquer cette grille de lecture aux Trois Royaumes de John Woo (2008). L’histoire contemporaine de la Chine est également passée au crible d’une lecture très sélective des événements. Flowers of War de Zhang Yimou (2011) est un film patriotique violemment anti-japonais qui revient sur l’invasion nippone de 1937. Il a été budgété à 94 millions de dollars et s’est offert les services de la star internationale Christian Bale. De même, l’emploi de genres cinématographiques codés comme le mélodrame ou le film d’aventures permet de gommer nombre d’aspérités de l’histoire de la Chine maoïste. Coming Home de Zhang Yimou (2014) déroule une intrigue larmoyante fondée sur une amnésie (!) sans jamais interroger frontalement les drames de la Révolution culturelle. La Bataille de la Montagne du Tigre de Tsui Hark (2015) transforme de façon brillante la période de la Guerre civile en épopée pop.

Le thème principal du cinéma chinois, fondé depuis ses origines sur la tension entre une campagne perçue comme un conservatoire de toutes les traditions séculaires et une ville qui n’inspire que méfiance est encore présent dans la production des années 1980. Les réalisateurs de la Cinquième Génération issus des campagnes profitent de l’ « Ère des Réformes » (1984) pour développer un discours doloriste, nostalgique et personnel, tout en magnifiant les traditions esthétiques de l’art chinois (Terre Jaune de Chen Kaige, Le Sorgo Rouge de Zhang Yimou). Plus urbains, très marqués par les effets d’un développement économique inédit, les artistes de la génération suivante, éclos après le drame de la place Tienan’men, ont déplacé leur regard vers la ville. La métropole chinoise dépeinte dans leurs films est très éloignée de la devanture high tech et arrogante des coproductions sino-hollywoodiennes. Dans Black Coal, Diao Yi’nan peint l’ambiance poisseuse et déprimante d’une ville minière et ouvrière du Nord-Ouest. Le crime rode dans ses bas-fonds, prenant pour cible des femmes aux corps réifiés (prostitution), prospérant sur la corruption d’élites locales trop rapidement enrichies. Entre les espaces de travail ternes, où les membres des corps des travailleurs sont écartelés (au sens propre et figuré) et les espaces où germe la violence (les lieux publics mal sécurisés, les commerces propices aux conflits entre habitants) s’intercalent quelques pauvres espaces ludiques, des lieux de plaisirs froids, sans passion ni saveur. A Touch of Sin (2013) de Jia Zhang-ke va plus loin en inscrivant les métropoles chinoises émergentes dans leur environnement, à de multiples échelles. Le réalisateur saisit une urbanisation galopante qui grignote des périphéries rurales mitées et en perte de repères, une industrialisation qui saccage l’environnement de régions entières, une architecture inhumaine qui duplique les mêmes formes urbaines. Ce chef d’œuvre ramasse une critique déjà présente dans certains des films précédents de l’artiste : destruction d’un patrimoine urbain lointain (I Wish I Knew, 2010) ou proche (24 City, 2010) dans une ivresse de réhabilitation perpétuelle, immixtion brutale du capitalisme occidental et de la société des loisirs au cœur du tissu urbain traditionnel (The World, 2005).

Cette émergence économique par et à travers la ville provoque une violence sociale endémique à l’échelle nationale, fondée sur une fragilisation des relations humaines, une soif d’argent (des édiles aux citoyens ordinaires), une instrumentalisation des individus (travailleurs précaires, immigrés intérieurs, femmes / objets). Elle bouleverse les rapports humains, creuse des inégalités sociales importantes à l’échelle régionale (A l’Ouest des Rails de Wang Bing, 2002), engendre des bouleversements territoriaux inédits jusqu’au cœur des campagnes (le barrage des Trois Gorges décrit dans Still Life de Jia Zhang-ke en 2006), engendre des phénomènes migratoires continentaux immenses et des flux financiers incontrôlés (les Trois Soeurs du Yunan de Wang Bing, 2012 ; A Touch of Sin). Enfin, certains films très récents prennent en compte la naissance d’une diaspora émergente, constituée par une jeunesse « dorée » et cultivée, en quête de réussite professionnelle. Dans Mountain May Depart (2015), Jia Zhang-ke interroge de manière prospective (le cinéma chinois abandonne ici le folklore idéalisé pour l’incertitude de l’anticipation) une population émigrée qui, en s’ouvrant au monde, en y circulant à loisir (Australie), risque de perdre à terme sa langue, ses racines et son identité. Cette préoccupation nourrit le récent la Bataille de la Montagne du Tigre qui travaille la fabrication d’un nouvel imaginaire cinématographique, historique et nostalgique, à l’intention d’un public chinois juvénile, mondialisé et de plus en plus déterritorialisé.

Malgré son discours lucide, critique, souvent radical, très déplaisant pour le pouvoir en place, ce cinéma peu connu de tous les Chinois mais célébré en Occident par l’élite cinéphile, participe d’un rayonnement cinématographique croissant. Cette forme de « soft power » par le cinéma nourrit l’émergence médiatique et économique de la Chine sur la scène internationale. Pour capter l’attention de tous les spectateurs (chinois et occidentaux), l’industrie cinématographique qui se construit renvoie l’image très contrastée de cette émergence. Fantasmée et glorieuse, arrogante et prospective, oublieuse du passé, mais aussi critique et lucide.

Bibliographie et sitographie.

Sur le cinéma chinois contemporain :

Régis Bergeron, Le Cinéma chinois, tomes 1 à 4 : 1949-1983, Paris, l’Harmattan, 1984.
Régis Bergeron, Le Cinéma chinois, tome 5 : 1984-1997, Paris, Institut de l’Image, 1997.
Jean-Michel Frodon, Le Cinéma chinois, Cahiers du Cinéma / Scéren-CNDP, 2006.
Luisa Prudentino, Le regard des ombres, Paris, Bleu de Chine, 2003.
Regards sur les cinémas chinois, Monde Chinois n°17mai 2009.

Le cinéma chinois, par le Ciné-club de Caen.
http://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemachinois.htm

Dossier d’Arte sur le cinéma chinois.
https://www.arte.tv/fr/chine/259700.html

Les caractéristiques du cinéma chinois émergent : entretien avec Luisa Prudentino.
http://www.reseau-canope.fr/planete-chinois/videos/titre-de-la-video-169/article/rencontre-avec-luisa-prudentino-partie-3-caracteristiques-dun-cinema-emergent.html

La sixième génération de cinéastes chinois.
http://odysseeducinema.fr/6e-Generation.php

Jia-Zhangke : Réinventer le cinéma chinois, Courrier international, janvier 2009. http://www.courrierinternational.com/article/2009/01/29/jia-zhangke-reinventer-le-cinema-chinois

Le boom du cinéma en Chine : que mille écrans fleurissent ! Par Juliette Bénabent, Télérama, 25 janvier 2012.
http://www.telerama.fr/cinema/le-boom-du-cinema-en-chine-que-mille-ecrans-fleurissent,77113.php

Le cinéma chinois organise la résistance à l’envahisseur venu de Hollywood par Jean-Michel Frodon, Slate, 23 juillet 2012.
http://www.slate.fr/story/59671/cinema-chine

Les films chinois à l’époque de la concurrence, le Quotidien du Peuple, 31 janvier 2013.

Le cinéma, témoin contradictoire d’une Chine bouleversée depuis Tian’anmen par Jean-Michel Frondon, Slate, 3 juin 2014.
http://www.slate.fr/story/87877/cinema-temoin-chine

Wang Bing, cinéaste intime et hors norme de la condition chinoise par Axel Scoffier, Slate, 17 mars 2015.
http://www.slate.fr/story/98935/wang-bing-cineaste-intime-hors-norme-condition-chinoise

Le marché du cinéma chinois en brèves, Courrier International, 12 novembre 2014.
http://www.courrierinternational.com/article/2014/11/12/le-marche-du-cinema-chinois-en-breves

Les Nouvelles vagues, France Culture : la Chine (2/5) : Des cinémas, des Chines, émission du 10 octobre 2014.

CapturMag, podcast n°4, février 2015.

Sur le cinéma brésilien contemporain :
Laurent Desbois, la Renaissance du cinéma brésilien, de l’Atlantide à la Cité de Dieu (second volume), la complainte du phœnix, Paris, éditions l’Harmattan, 2010.

Le cinéma brésilien par le ciné-club de Caen.
http://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemabresilien.htm

Cinéma Brésil 2006 : convergences, mutation, pluralité, et une nouvelle génération par Orlando Senna, Trafic, n°58, 2006.
Trajectoires contemporaines du cinéma brésilien, sous la direction de Hudson Moura, Cinémas, volume 22, n°1, automne 2011.
http://www.erudit.org/revue/cine/2011/v22/n1/index.html

Emergence et cinéma : le sujet et l’outil

Rédacteur : Gabriel Kleszewski

Mission-Impossible-4.02En 2011, Tom Cruise exécute une de ses plus extraordinaires cabrioles de cinéma en gravissant les étages supérieurs du Burg Khalifa de Dubaï sous la caméra de Brad Bird (Mission Impossible : Protocole Fantôme) avant de poursuivre un méchant scientifique dans le parking souterrain ultramoderne du quartier d’affaires central de Mumbai, transformé pour l’occasion en plateforme vidéo-ludique. La lucrative saga d’espionnage initiée par la star hollywoodienne et son avisée productrice Paula Wagner se déplace depuis quelques années de l’Europe (Prague, Rome, l’Andalousie) et des États-Unis, très présents dans les premiers épisodes, vers l’aire Asie-Pacifique et certains pays émergents. Dans ce quatrième opus, la Russie, Dubaï et l’Inde sont mis à l’honneur. A l’époque, certains pouvoirs publics locaux manifestèrent beaucoup d’intérêt pour la délocalisation massive d’une telle production américaine. Ainsi, dès 2010, le gouvernement de Dubaï déclarait : «Nous espérons que cet événement contribuera à conforter la position de Dubaï comme une destination de la production cinématographique. » A l’évidence, Hollywood et ces puissances émergentes ont trouvé, là, une fructueuse occasion de faire affaire.

Pour les producteurs américains, il s’est agi de capter de nouveaux marchés de consommation culturelle en pleine croissance, portés par l’émergence d’une classe moyenne aisée. Pour les acteurs de ces pays émergents, ce type d’entreprise a permis d’assurer une belle publicité mondiale à un développement urbain local, et a contribué à briser certains clichés usuels en matière de pauvreté et de mal développement, encore véhiculés en Occident. Ethan Hunt poursuit ses adversaires dans des villes à l’urbanisme et à l’architecture spectaculaires, modernistes, voire performatifs. Dans le climax, le héros évolue le long du luxueux Netaj Subash Chandra Bose Boulevard, loin du slum de Dharavi popularisé et caricaturé par Danny Boyle dans Slumdog Millionaire (2008). L’émergence de ces nouvelles puissances régionales peut être ainsi perçue par le public mondial à travers une exposition et une publicité aussi massives qu’inédites, dont le cinéma populaire est devenu un vecteur essentiel. Depuis, d’autres blockbusters américains ont poursuivi cette démarche : embellir l’image de pays en pleine émergence afin de séduire et capter des marchés nouveaux. Dans Fast and Furious 7 (2015), Vin Diesel et Paul Walker propulsent un bolide hors de prix à travers trois des cinq tours des Etihad Towers (200 à 300 mètres de haut) situées à Abu Dhabi. Une partie de l’action d’Avengers 2 : age of Ultron (2015) se déroule dans l’état africain fictif du Wakanga, enrichi par l’extraction et l’exploitation d’un minerai révolutionnaire. A la faveur d’un combat entraînant la destruction massive de divers lieux et espaces urbains, le réalisateur Joss Whedon peint à grand renfort d’effets numériques une capitale prospère, aux paysages dépourvus de bidonvilles, ponctués de gratte-ciel achevés ou en pleine construction, de centres commerciaux florissants, de quartiers d’affaires prospères. La séquence entière a été tournée à Johannesburg, en Afrique du Sud.

A l’autre bout du spectre de l’offre cinématographique mondiale, on constate au sein des sélections officielles des grands festivals internationaux la présence de plus en plus marquée de productions régionales issues de certains pays émergents. A Cannes, par exemple, depuis 2010, des films russes (Elena ou Léviathan d’Andrei Zvyagintsev), mexicains (Post Tenebras Lux de Carlos Regadas, Heli d’Amat Escalante), chinois (A Touch of Sin et Mountains May Departe de Jian Zhang-ke) ou turcs (Il état une fois en Anatolie et Winter Sleep de Nure Bilge Ceylan) sont souvent remarqués par la critique et primés par les différents jurys. Chacun à leur manière, ces films décrivent les conséquences sociales, économiques et spirituelles d’une brutale émergence économique à une échelle locale ou régionale. Très critiques, souvent peu vues par les publics pour lesquels elles ont été tournées, ces œuvres exigeantes offrent pourtant aux pays émergents qu’elles mettent en scène un prestige nouveau, un surcroît de rayonnement international. Cette tendance vaut autant pour les démocraties que pour les états autoritaires qui contrôlent plus étroitement leur production culturelle depuis quelques années (Chine, Russie) mais tolèrent de temps à autre une part de critique interne, afin de donner au public et à l’élite occidentales l’illusion qu’il existe chez eux une certaine liberté artistique. Lors de la conférence de presse cannoise de Léviathan en 2014, Andrei Zvyagintsev a refusé de répondre aux questions des journalistes concernant l’évidente charge anti-poutinienne de son film. Il a simplement rappelé à l’assemblée que ses images parlaient d’elles-mêmes. Puis il a demandé où était situé le buffet.

Ainsi, l’émergence économique de certaines puissances régionales devient un sujet de représentation artistique en soi. Par ce biais, en s’adressant aux spectateurs cinéphiles occidentaux, de nouveaux créateurs et producteurs s’insèrent dans le circuit économique du « cinéma de prestige international ». Abordé de façon critique, le thème de l’émergence et de ses conséquences multiples est porteur d’enjeux sociaux et politiques importants pour ces cinématographies locales, apte à susciter un débat salutaire. Pour leurs producteurs souvent liés aux acteurs institutionnels, ces œuvres permettent aussi de faire connaître de nouveaux noms, peut-être à terme de susciter l’éclosion de nouvelles écoles de cinéma nationales (l’espérance d’une « Nouvelle vague » brésilienne, indienne, chinoise ou turque, désirée par la critique occidentale, mais souvent déçue), de bousculer une cartographie du cinéma mondial toujours dominée par les États-Unis, l’Europe et certaines pays asiatiques (Japon, Corée du Sud). Par ailleurs, au sein de l’économie du cinéma mondial, l’émergence de nouveaux publics et de nouveaux marchés constitue un fait économique majeur que les grands acteurs mondiaux et régionaux de l’industrie doivent prendre en compte. Pour certains pays émergents, la fabrication soutenue de films nationaux, mais aussi la mise en place de stratégies de coproductions lucratives avec de puissants partenaires étrangers, permettent de garantir une offre cinématographique variée, qui alimente des circuits de diffusion en pleine croissance. Car, derrière ce business florissant, les enjeux de développement sont considérables. A l’échelle mondiale, les pays émergents peuvent acquérir un rayonnement culturel croissant, voire un embryon de « soft power », qui compléterait une influence économique et géopolitique naissantes. A l’échelle locale, la diffusion d’une production cinématographique abondante, mariant films locaux et films d’importation, alimente l’activité des salles de cinéma qui, à leur tour, étoffent une offre de services culturels nouveaux au cœur de tissus urbains en pleine transformation, dont les habitants appartiennent à la classe moyenne émergente.

L’émergence – sa critique ou sa célébration – est, donc, un objet de représentation cinématographique inédit qui contribue à l’éclosion de nouvelles générations de créateurs. Elle offre au cinéma d’auteur l’occasion de tendre un miroir lucide ou fantasmé à des sociétés en plein bouleversement. L’émergence a aussi de profondes conséquences sur l’industrie cinématographique, aux échelles régionale et mondiale. La dynamique d’une industrie du cinéma locale est un outil d’émergence culturelle et économique, un moyen de prendre part à la mondialisation, d’accroître une forme de rayonnement. Loin d’être dissociés, ces deux aspects se croisent quelquefois de manière raisonnée. Mais pas partout. Certains pays émergents, au demeurant très prolifiques, restent à l’écart d’une inclusion mondiale. Ainsi, l’Inde est à la fois très productive (de Bollywood sortent environ mille films par an), peu ouverte aux importations (15 % de films étrangers étaient diffusés en Inde en 2013) et peu exportatrice à l’exception de quelques festivals pour happy fews et de quelques succès d’estime récents (Gang of Wasseypur d’Anurag Kashyap, 2012). Son cinéma fonctionne de manière autosuffisante. Après quelques années d’ouverture, d’autres pays paraissent se replier sur eux-mêmes. Moscou commence à filtrer toutes les productions américaines récentes susceptibles de  critiquer la Russie ou d’en donner une image négative. Le gouvernement épuise une production indépendante à coup de mesures tatillonnes (contrôle du langage, de la représentation de la mémoire et de l’histoire nationales) et de soutiens officiels (voir l’académisme nationaliste d’un Nikita Mikhalkov rentré dans le rang). Pour contrecarrer les succès hollywoodiens au box office local (Cloud Atlas, Avengers 2), le Ministère de la Culture soutient une industrie du blockbuster encore timide, qui célèbre la gloire de la Rodina grâce à la technologie numérique et à la 3 D (Stalingrad de Fedor Bondarchouk) pour un marché intérieur visiblement enthousiaste. A quelques exceptions notables (les films Zvyagintsev, de Soukourov ou du vétéran Konchalovsky), le cinéma d’auteur semble entré en hibernation.

La situation du cinéma brésilien est plus complexe. Depuis la fin des années 1990, le Brésil tente de combiner stratégie de promotion, stratégie de production et stratégie de diffusion. Avant même la période de la dictature, l’État a soutenu l’industrie cinématographique locale, y voyant un puissant outil de promotion nationale et de contrôle social et moral. Des liens entre producteurs privés et agences d’État ont permis depuis longtemps la construction d’un secteur de création des images en partie nationalisé (Embra Filme à la fin des années 1960). Mais le monde cinématographique brésilien revient de loin. Ce dernier a connu un creux de production au début des années 1990 (un seul film sorti en 1990) dû à un désintérêt et un manque d’investissement de la part des pouvoirs publics, alors en pleine crise économique ; à l’importation massive de produits audiovisuels étrangers ; au succès de la télévision, surtout de ses telenovelas peu coûteuses et facilement exportables ; enfin, à une crise majeure de la création artistique (disparition lente de l’héritage du Cinema Novo, succès trop confidentiel des courts-métrages d’auteurs dans les festivals internationaux, production d’un cinéma pornographique à très bas coût). Depuis, le cinéma local semble reprendre des couleurs. 83 films ont été produits en 2012, soit plus qu’en Argentine ou au Mexique. Depuis 2001, l’agence  publique ANCINE soutient l’industrie grâce à des crédits d’impôts et des subventions massives. Face au marché international, des producteurs ambitieux ont mis en œuvre une stratégie d’inclusion conquérante. Entre 1997 et 2009, Globo Filmes a maintenu un rythme de fabrication soutenu (24 films en 2003) et souvent exigeant. Centro do Brasil de Waler Salles (1998), la Cité de Dieu de Fernando Mereilles (2002) ou Carandiru d’Hector Babenco (2003) ont été de grands succès publics ou critiques, et ont obtenu une certaine reconnaissance de la part du du milieu professionnel (quatre nominations aux Oscars pour la Cité de Dieu).

Cette situation avantageuse est pourtant un trompe-l’œil. A l’échelle de son territoire, la population brésilienne a un accès inégal au cinéma en salle. On ne trouve au Brésil qu’environ 2 500 écrans pour 192 millions d’habitants. Un Brésilien voit en moyenne moins de 0,5 film par an. L’expérience de la salle n’est réservée qu’à une population urbaine et littorale (Rio de Janeiro et São Paulo concentrent 45 % des salles du pays). Le circuit de distribution est composé de multiplexes. Le circuit des salles d’art et d’essai est quasi inexistant. Nombre de films sont découverts grâce au marché du DVD pirate et, ainsi, diffusés jusqu’au cœur de l’Amazonie. Mais la part du cinéma national est difficile à évaluer dans ce système de diffusion hétérogène et fragile.

Le cinéma brésilien n’occupe que 10 % à 15 % des écrans et attire peu de spectateurs, sauf en cas de sortie de quelques comédies populaires (en 2012, six comédies ont polarisé 82 % du marché des films brésiliens). Or, le système de financement public du cinéma national est en crise. Portées, pour l’essentiel, par de l’argent public, les sociétés de production ont peu d’obligations contractuelles (diffusion à la télévision, avance sur recettes). Les projets de films sont souvent déconnectés des attentes du public. Leur financement n’est conditionné par aucune promesse de distribution en salle (la vente des tickets) ou via un autre média (la vidéo à la demande). Par ailleurs, les producteurs et distributeurs font peu d’effort pour promouvoir leurs films à l’étranger, et établir ainsi de fructueux contacts avec des acteurs extérieurs durant les festivals internationaux. Ces derniers constituent, pourtant, des caisses de résonance majeures en matière de rayonnement culturel. Ils constituent des lieux où peuvent se tissent des réseaux pérennes entre professionnels. En 2013, seul Educação sentimental  de Julio Bressane a représenté le Brésil au sein d’un festival secondaire (Locarno). Ce faible rayonnement international s’explique, en outre, par l’inexistence d’un star system à la fois local et international (il n’y a pas de Gael Garcia Bernal ou de Ricardo Darín brésilien) et par le tropisme hollywoodien auquel certains espoirs de la réalisation des années 1990-2000 ont cédé (Mereilles, Sales, Padilha) sans qu’une notable plus-value artistique sur leur travail ait été notable, contrairement à leurs confrères mexicains Del Toro, Cuarón  ou Iñárritu. De fait, si l’émergence est un thème important du cinéma brésilien (commercial ou d’auteur), il semble qu’il touche davantage le public international que le public brésilien.

On peut également questionner l’image de l’émergence brésilienne que véhiculent certains grands  succès publics ou critiques de ces quinze dernières années. Omettant d’aborder les contrastes socio-spatiaux entre territoires émergents et territoires enkystés dans la pauvreté, les productions Globo Filmes ont privilégié une « glamourisation » vendeuse de la pauvreté. Le bidonville est devenu  un lieu de cinéma fantasmé. La naissance d’une classe moyenne, les liens et mobilités croissants entre les favelas et des hyper-centres pourvoyeurs d’emplois ont été occultées au profit de clichés commodes (la pauvreté assimilée à la criminalité, à l’économie parallèle, à la corruption de la police). Ces clichés ont facilité l’importation de topoi issus des films de gangster états-uniens au sein de films d’action efficaces (la Cité de Dieu, Troupe d’élite) conçus comme d’habiles ersatz hollywoodiens. De fait, des blockbusters américains récents reprennent de manière paresseuse ces décors de bidonvilles en tôles, accrochés à flanc de montagnes, cinégéniques au possible, dans lesquels des héros musclés cavalent en tout sens (l’Incroyable Hulk de Louis Leterrier, 2008 ; Fast and Furious 5 de Justin Lin, 2011) sans prendre en compte une misère ambiante hachée par un montage effréné. Il est d’ailleurs fascinant de constater que le renouveau urbain brésilien n’est célébré dans le cinéma occidental que sur un mode loundge et nostalgique. Dans OSS 117, Rio ne Répond plus (2009), Michel Hazanavicius réduit le Brasilia d’Oscar Niemeyer à une série de cartes postales kitsch pour les pitreries irrésistibles d’Hubert Bonisseur de la Bath. L’exode rural a donné lieu à des drames sensibles quoique académiques (Central do Brasil) ou des documentaires plus (Saudade do Futuro de Marie-Clémence et Cesar Paes) ou moins (certains éléments de la partie biographique du Sel de la Terre de Wim Wenderss et Juliano Ribeiro Salgado) réussis. La figure de l’individu fuyant une campagne exsangue ou végétant dans un espace urbain déliquescent alimente une folklorisation de la pauvreté.

Mais depuis quelques années, de nouveaux auteurs mettent l’accent sur les effets de l’émergence économique du Brésil à différentes échelles. Dans la Terre des Hommes Rouges (2008), Marco Bechis montre le choc éprouvé par une tribu amazonienne face à l’exploitation agricole des fronts pionniers et au surgissement de la mondialisation sur sa vie quotidienne (acculturation ou disparition). Plus récemment, les disparités socio-économiques au sein des espaces urbains ont été mises en valeur dans quelques films souvent excellents. Dans une Famille brésilienne (2008), Walter Salles et Daniela Thomas racontent la vie quotidienne de quatre jeunes habitants de São Paulo qui tentent d’extraire des difficultés de la classe moyenne inférieure (les difficultés liées aux mobilités urbaines, le travail précaire de la mère et de ses fils, les illusions professionnelles liées au football, le refuge dans la religion) en mêlant fiction et documentaire. Les Bruits de Recife (2012) de Kleber Mendonça Filho décrit la vie (et l’enfer) d’un quartier résidentiel moderne de Salvador de Bahia, habité par une population aisée issue de la classe moyenne émergente. L’auteur scrute les luttes entre classes sociales (les employés issus des favelas voisines face aux « maîtres »), les tensions entre ville et campagne (l’exode rural abordé du point de vue des capitaux et des  investissements des fazendeiros dans l’immobilier, le mépris des néo-urbains à l’égard de tout ce qui vient du monde rural), la déterritorialisation des habitants aisés (le refus de toute urbanité locale, la privatisation / sécurisation de certains espaces urbains, le désintérêt pour les enjeux régionaux et les problèmes sociaux du Brésil, l’attirance pour l’Occident ou les autres BRICS). Une Seconde Mère (2015) d’Anna Muylaert travaille une partie de ces mêmes thèmes sous un angle plus théâtral et comique. Il est cependant trop tôt pour parler de l’éclosion d’une école cinématographique spécifique liée à la description des effets de l’émergence. Le cinéma brésilien a trop souvent vu avorter certaines de ses promesses artistiques récentes…

To be continued ….

« Il n’y a qu’un moyen d’abolir la guerre entre les peuples, c’est abolir la guerre économique (…) » (Jean Jaurès, 1895)

… Quelques réflexions sur le néolibéralisme et la démocratie. 

Jean JaurèsRédacteur : Patrick Blancodini

Plusieurs questions des programmes des classes de première et de terminale en histoire et en géographie exigent la maitrise de notions de base de l’économie et quelques repères en ce qui concerne l’évolution de la doctrine dominante qu’est le libéralisme. En première, en  histoire il s’agit du thème 1 : croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du XIXème siècle, en géographie, le thème 4 : France et Europe dans le monde. En terminale, en histoire, le thème 2 : Idéologies et opinions en Europe de la fin du XIXe siècle à nos jours, la partie du thème 4 consacrée à la gouvernance économique mondiale depuis 1944 et en géographie, le thème 2 : Les dynamiques de la mondialisation nécessitent aussi une mise au point scientifique et un réflexion sur les enjeux du libéralisme puis du néolibéralisme.

On peut partir d’une question d’actualité : la négociation secrète que mène la Commission européenne avec les États-Unis sur un traité de libre-échange transatlantique (Transatlantic Free Trade Area, TAFTA) menace-t-elle la démocratie ? Il semblerait qu’avec ce traité toute décision politique (prise par une collectivité territoriale ou un gouvernement élus démocratiquement) pourrait être attaquée par une firme multi ou transnationale arguant d’un motif d’entrave au commerce. Ainsi, les entreprises américaines pourraient attaquer les normes européennes de protection sociale, de santé ou d’environnement. Pour les partisans de ce traité, sa ratification créerait la plus grande zone de libre-échange du monde ce qui engendrerait des gains de 0,5 à 1% de croissance annuelle pour l’Union européenne. Mais pour ses opposants, ce traité engagerait l’Union vers la voie de l’impuissance politique, la perte de souveraineté des peuples européens au profit des grandes entreprises. Or le libre-échange, renforcé par une dérégulation poussée depuis les trente dernières années, n’a pas rempli ses promesses, c’est le moins qu’on puisse dire : la croissance n’est ni stable ni soutenue, elle est même actuellement absente d’une grande partie de la zone euro. Bien au contraire, les crises se sont multipliées depuis trente ans, les inégalités ont explosé. Dans ce contexte, l’Union européenne continue de n’offrir comme perspective aux peuples européens que l’austérité. Le sentiment d’un déficit démocratique des institutions européennes s’est accentué. Ainsi se pose la question de la construction d’une Europe communautaire aux mains d’idéologues néolibéraux qui imposent leur dogme au détriment de la souveraineté des peuples. La démocratie est-elle soluble dans le néolibéralisme ?

Le néolibéralisme apparaît comme le dernier avatar du libéralisme. Il en est pourtant une transformation radicale. Le libéralisme repose sur le principe de liberté politique, morale et économique. La liberté économique a été définie par un ensemble de doctrines et théories développées sur plus de deux siècles. Au XVIIIe siècle, les Physiocrates prônaient déjà un « laissez-faire, laissez-passer » dans le domaine économique : c’est le libre-échange. A la fin du siècle, des philosophes et économistes (dit classiques) fondent le libéralisme. Adam Smith dans Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776) assure que la liberté de choix, c’est-à-dire l’autonomie individuelle, permet une meilleure efficacité économique. Pour Adam Smith, le marché libre apparaît comme le mécanisme naturel de coordination des intérêts individuels. Une « main invisible » rend les marchés autorégulateurs et générateurs de l’harmonie sociale : le marché distribuerait efficacement les informations nécessaires aux agents économiques ainsi que les différentes ressources.  La poursuite par chacun de son intérêt individuel contribue ainsi à l’intérêt général. A contrario, l’État, par des interventions intempestives, ne peut que perturber le système d’équilibre obtenu par le marché. A la fin du XIXe siècle, les économistes néoclassiques comme Léon Walras confirment cette intuition en développant la théorie de l’équilibre général. L’État est ainsi renvoyé à des fonctions minimales : il doit se garder d’intervenir dans l’économie. Cette évolution de la pensée économique trahit Adam Smith qui était partisan d’intervention ciblée de l’État dans ses fonctions régaliennes, mais aussi dans le domaine de l’éducation, la construction d’infrastructures (trop coûteuses ou pas assez rentables pour le secteur privé), et même l’adoption de mesures protectionnistes (par exemple pour protéger l’industrie nationale contre une concurrence déloyale).

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, le libéralisme connaît une révolution conceptuelle majeure, du fait d’économistes comme l’autrichien Friedrich Hayek. Dans La route de la servitude (1944), il affirme que « le libéralisme est basé sur la conviction que la concurrence est le meilleur moyen de guider les efforts individuels ». La concurrence entre agents économiques apparaît désormais comme un moteur essentiel de la recherche de profits et par conséquent de la croissance de la production. Le rôle néfaste de l’État dans la bonne marche de l’économie est réaffirmé avec plus vigueur. Par le poids des impôts, l’État nuit à l’épargne et donc à l’investissement des ménages et des entreprises (prolongeant ainsi l’intuition déjà développée par David Ricardo dans Des principes de l’économie politique et de l’impôt en 1817). La réduction des dépenses publiques devient par conséquent l’axe essentiel (presque une obsession) des économistes et des hommes politiques convaincus par ces thèses. De la même façon, la réduction de l’endettement public constitue la priorité absolue, dans la mesure où, à plus ou moins long terme, l’État endetté devra rembourser ses dettes et donc augmenter les impôts (ce qu’il faut à tout prix éviter). Pour les ménages, cela implique une baisse du pouvoir d’achat que seules des augmentations de salaires pourraient compenser : solution impossible à mettre en œuvre dans un monde ouvert où les salariés de tous les pays sont en concurrence directe et où les salaires sont tirés vers le bas. Pour les entreprises, l’augmentation des impôts contribue à faire baisser les profits : situation inenvisageable pour les Libéraux qui ont fait de la recherche du profit maximum le centre de leur doctrine. Friedrich Hayek fonde ainsi un nouveau libéralisme puisant ses sources dans les doctrines classiques et néoclassiques mais qui fait de la libéralisation complète des échanges internationaux et surtout du retrait de l’État de la vie économique et sociale, ses objectifs prioritaires : la dérégulation totale devient un enjeu. On est loin du libéralisme d’Adam Smith. Certes, le libéralisme présente d’importants contrastes à la fois diachroniques et synchroniques. Au fil du temps, il a eu plusieurs visages correspondant à différents stades de développement historique. Dans une même période, il existe aussi différents degrés simultanés d’ouverture de l’économie de marché en fonction des lieux, des pays, des cultures et des sociétés. Mais c’est l’évolution vers le néolibéralisme qui apparaît aux économistes hétérodoxes comme nuisible à la société et à la démocratie.

La démocratie se définit comme un régime politique dans lequel c’est le peuple qui exerce le pouvoir (à travers des représentants élus) : le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Définie à Athènes au Ve siècle avant Jésus-Christ, la démocratie ne se développe guère avant la fin de l’époque moderne. Les penseurs des Lumières, la Révolution française et les bouleversements institutionnels du début du XIXe siècle  contribuent à l’élaboration des concepts fondamentaux de la démocratie : droits, liberté, égalité, séparation des pouvoirs… Le libéralisme politique devient un des éléments constitutifs de la démocratie. A l’occasion d’un séjour aux EU en 1831-1832, Alexis de Tocqueville s’interroge sur la jeune démocratie américaine. Il analyse la société américaine dans De la démocratie en Amérique (1835) et en tire l’idée que la démocratie est un état social dominé par l’égalité des conditions et des droits : la loi est la même pour tous. Cette égalité des conditions permet à chacun d’accéder à une position sociale supérieure (il n’y a pas de transmission automatique du statut social d’une génération sur l’autre). La démocratie permet donc la mobilité sociale (une forme de méritocratie), uniformise les modes de vie en rendant les frontières entre les classes sociales moins étanches et tend donc à « moyenniser » la société, c’est à dire généraliser la classe moyenne. Mais Tocqueville constate que dans une société égalitaire, chacun est préoccupé, en premier lieu, par la préservation et l’amélioration de ses conditions matérielles. La volonté de réussite sociale et économique domine, au détriment de la participation à la chose publique. Le libéralisme économique encourage donc au repli de chacun sur sa sphère privée. L’individu s’en remet alors à des professionnels de la politique qui prennent les décisions à sa place. Ainsi s’épuise le politique et triomphe l’économique.

Le néolibéralisme est-il compatible avec la démocratie ? En quoi les évolutions économiques récentes qui engendrent et entérinent des inégalités sociales de plus en plus fortes constituent-elles un risque pour la démocratie ? En quoi les dogmes de l’économie néolibérale imposés aux peuples sans que ceux-ci aient vraiment été consultés menacent-ils l’équilibre des sociétés en les enfermant dans des choix économiques insoutenables socialement ?

 A rebours de la théorie économique classique et néo-classique des XIXet XXe siècles, l’histoire des faits économiques montre que le marché présente de nombreuses défaillances et que le libéralisme engendre des désastres économiques et sociaux récurrents : Grande Dépression de 1873 à 1896, crise de 29 et dépression des années 1930, crises des années 1970-80, e-krach de 2000, crise des subprimes de 2007… Surtout, chaque crise a des conséquences sur l’emploi contribuant à accroître à plus ou moins long terme les inégalités et la précarité des plus pauvres (ce qui paraît bien éloigné de l’harmonie sociale décrite par Adam Smith). Les dysfonctionnements du libéralisme apparaissent préjudiciables à l’ordre social et politique et à la démocratie en affaiblissant les plus faibles. Se pose donc la question des droits des travailleurs et celle de savoir quel est le degré d’inégalités acceptable dans une société démocratique. Or la réponse varie en fonction du temps, des lieux, des cultures : par exemple, le capitalisme anglo-saxon tolère un plus grand écart social que le capitalisme rhénan ou nordique. Avant même les excès du néolibéralisme, le libéralisme du  XIXe siècle est l’objet de vives attaques de penseurs et d’économistes hétérodoxes. Observant l’immense transformation de la société devenue industrielle, ces économistes mettent rapidement en doute la capacité du marché libre à créer les conditions d’une croissance équitablement répartie et à mettre en place des réformes permettant le progrès social. Ainsi, Jean-Charles Léonard de Sismondi (1773-1842) historien et économiste suisse, dans Nouveaux principes d’économie politique (1819) critique l’économie de marché dont le seul but est l’accumulation de profits pour une classe aisée. Selon lui, le développement économique s’appuie sur des inégalités qui se creusent entre riches et pauvres et donc sur le manque de sens moral du marché alors que l’économie devrait favoriser le bonheur humain et l’essor de la richesse des nations. En outre, le libéralisme ne résulte pas d’un choix libre de la majorité mais constitue un système imposé par une minorité à son profit. Un autre économiste, Charles Brook Dupont-White (1807-1878) s’oppose au libéralisme qu’il accuse aussi d’appauvrir les travailleurs. Dans Essai sur les relations du travail avec le capital, (1846), il décrit le travail comme une marchandise périssable que le travailleur vend au jour le jour. Il ne peut la stocker. Le contrat de travail est donc inégal car le travailleur n’a pas d’autre choix que d’accepter de travailler sous n’importe quelle condition (et notamment un faible salaire). Ainsi, le capitalisme en créant des conditions d’inégalité sociale risque, selon lui, d’engendrer à terme une révolution. L’État doit donc intervenir pour sauver le système en mettant en œuvre une politique d’assistance publique, de couverture des travailleurs contre les risques… Les premiers mouvements socialistes avec Saint-Simon ou utopistes avec Charles Fourier, Pierre-Joseph Proudhon, Robert Owen, au XIXe siècle, rencontrent un important écho. Mais c’est Karl Marx en construisant un socialisme scientifique qui mène la réflexion la plus approfondie et complexe. Selon lui, le mode de production capitaliste est au service d’une minorité : la bourgeoisie qui détient le capital et en retire la plus-value, un système d’exploitation de la force de travail des prolétaires. Il prône la destruction de l’ordre social et politique né de l’industrialisation du XIXe siècle et qu’il juge avilissant pour l’homme. Il préconise de remplacer la démocratie libérale installée par et pour la bourgeoisie par une vraie démocratie sociale dans laquelle le pouvoir appartient au prolétariat.

Mais les expériences du socialisme utopique ou scientifique n’ont pas donné les résultats escomptés en termes de résultats économiques et politiques et une nouvelle vague d’économistes va chercher à construire un système de troisième voie : ni néoclassique, ni marxiste.  Dans les années 1920, l’économiste britannique John Maynard Keynes dans La fin du laissez-faire (1924) fustige l’idée de « main invisible » car elle entraine une inaction des pouvoirs publics face aux crises et aux problèmes économiques récurrents : la révolte des laissés-pour-compte, la révolution ou le triomphe des pouvoirs politiques extrémistes constituent alors de sérieuses menaces pour les régimes démocratiques. Ils risquent d’être emportés par des coups de forces et remplacés par des régimes non démocratiques communistes ou fascistes dénoncés également par Keynes. Ainsi, le libéralisme économique pourrait engendrer la fin du libéralisme politique. De ce point de vue, l’histoire allemande de la première moitié du XXe siècle donne raison à Keynes. Pour ce dernier, dans les périodes de crises économiques, seules des interventions de l’État par des investissements publics, c’est-à-dire une politique de relance de la demande (par soutien de la consommation) et une régulation de l’économie peuvent sauver économie et société et par conséquent le système libéral lui-même (dans ses dimensions politique et économique). Dans une autre perspective, Karl Polanyi, dans La Grande Transformation (1944),  critique l’idéologie du capitalisme libéral et un certain « intégrisme du marché ». Pour Polanyi, la liberté est une valeur fondamentale mais le libéralisme économique pousse jusqu’à l’absurde la logique de liberté individuelle (jusqu’à renforcer de façon intolérable les inégalités). Il y a dans le libéralisme une « volonté de dépouiller absolument la couverture protectrice des sociétés » écrit l’auteur. Le marché ne peut donc pas être l’organisateur de nos sociétés. C’est à l’État de le contrôler et de redistribuer les richesses. Polanyi parle du besoin de « réencastrement » de l’économie libérale (et donc du marché) dans des régulations démocratiques comme cela s’est passé lors du New Deal aux États-Unis dans les années 1930 pour faire face à la dépression. Le libéralisme des années 1920 a engendré des dysfonctionnements monétaires et financiers qui ont gonflé une bulle spéculative insoutenable. Il a abouti au krach de Wall Street en octobre 1929. La lutte contre la dépression aurait nécessité des changements profonds de politique économique. Mais le mythe libéral de l’autorégulation du marché a empêché les réformes utiles. Ainsi, les choix politiques du président républicain Herbert Hoover ont approfondi les difficultés (ce qui a conduit en 1932 à l’élection de Franklin Delano Roosevelt à la présidence). Karl Polanyi montre ainsi que l’autorégulation des marchés est une illusion. L’auteur propose que la liberté économique soit subordonnée à la liberté politique. Si le marché est laissé libre, les déchirures sociales s’accentuent. Ceci risque de conduire à des explosions sociales et politiques, des révoltions fascistes ou  marxistes qui, l’une comme l’autre, mettront un terme à la démocratie (pour des raisons et sous des formes différentes). Pour Karl Polanyi, comme John Maynard Keynes, socialisme autoritaire et fascisme constituent des réponses à la crise de l’économie de marché (crises récurrentes et qui semblent inhérentes au capitalisme libéral). Un libéralisme non contenu par des règles imposées par des États fait donc le lit, à plus ou moins long terme, des régimes totalitaires. Cette analyse n’a pas perdu de sa pertinence : les tensions sociales qui apparaissent aujourd’hui en raison des politiques d’austérité en Europe font un peu partout le jeu de partis extrémistes et populistes.

 Le libéralisme a connu un processus évolutif qui a contribué à lui donner différents visages. Le stade actuel apparaît à certains auteurs comme étant celui qui constitue la menace la plus avérée pour la démocratie. Serge Audier dans Néo-libéralismes (2012) explore l’histoire de cette notion plurielle qu’est le libéralisme, sur laquelle se fondent les politiques conservatrices. Pour l’auteur, le néo-libéralisme est au libéralisme ce que le fanatisme est à la religion : un extrémisme, une perversion. Le néo-libéralisme représente, selon Serge Audier, un danger car il a une dimension idéologique « totalisante » : les élites libérales au pouvoir dans le monde entier mènent une propagande qui sature le discours public et influence les citoyens. Les théoriciens du néo-libéralisme, Milton Friedman, Ludwig von Mises, Walter Eucken, Maurice Allais… ont contribué à la diffusion de ce « laissez-faire absolu ». La politique économique menée au nom du néo-libéralisme accentue la privatisation et la dérégulation, c’est-à-dire la libéralisation du commerce, de la banque et de l’industrie (abandon des mesures de protection des marchés nationaux, des règles prudentielles, des protections des salariés par le droit du travail et mise en concurrence généralisée des producteurs, des consommateurs et des travailleurs). La notion de néolibéralisme est née lors d’un colloque de 1938 où étaient présents Walter Lippmann, Friedrich Hayek, Raymond Aron, Jacques Rueff… Mais ces idées ne se développeront réellement qu’à partir de la révolution libérale des années 1970-1980 issue de l’École de Chicago dont une des principales figures est Milton Friedman (1912- 2006). En effet,  dans cette période, les classes dirigeantes au Royaume-Uni et aux États-Unis mettent fin aux pratiques keynésiennes des Trente Glorieuses visant au plein emploi. Le soutien de la croissance passe jusqu’alors par une intervention importante de l’État dans les affaires économiques ainsi que par une redistribution conséquente des gains de productivité aux salariés (par des augmentation de salaires) : c’est ce que les économistes de la régulation comme Michel Aglietta ont appelé la croissance fordiste ou compromis fordiste qui a accompagné la forte croissance des années 1950-60. Pour faire face à la crise insolite et inattendue des années 1970, la révolution libérale cherche à inverser ces tendances en limitant, voire en supprimant les interventions de l’État. L’auteur voit dans cette révolution une réaction conservatrice, anti-solidaire, anti-démocratique et anti-écologique. On assiste en effet à un transfert de la propriété publique à la propriété privée c’est-à-dire du pouvoir des citoyens à des entités privées multinationales (l’auteur évoque un « dépeçage » des ressources publiques). Le néolibéralisme semble détruire toutes « les structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur ». Le problème est que l’anti-étatisme du néo-libéralisme en fait un quasi anarchisme qui se met lui-même en péril en se privant des structures de contrôle nécessaires à son propre fonctionnement : la liberté économique ne paraît pas pouvoir exister sans un certain cadre réglementaire minimum.

La mondialisation à la fin du XXe siècle dont une des composantes est la diffusion de l’économie libérale au monde entier et qui se traduit par une explosion des échanges et des flux commerciaux semble, selon les économistes libéraux, la source d’une croissance renouvelée et du développement économique de territoires émergeants. On peut remarquer ce développement économique s’affranchit de la liberté politique. Le rapide décollage de certains pays non-démocratiques qui sont devenus en quelques années des puissances industrielles suggère une nette dissociation entre régime politique démocratique et structures économiques intégrées dans la mondialisation libérale. Daniel Cohen dans son ouvrage, Homo economicus, prophète (égaré) des temps nouveaux (2012), s’interroge justement sur le rapport entre capitalisme et démocratie. Il constate d’abord que contrairement à ce que pensaient certains intellectuels occidentaux, l’économie libérale peut croître dans une société qui n’est pas démocratique. C’est le cas de la Chine qui, depuis 1989 (date de la répression des manifestations de la place Tienanmen) a connu un essor économique fulgurant et a pris une place de première importance dans la mondialisation. Ce pays s’est développé à une vitesse stupéfiante sans transparence politique ni ouverture démocratique. Deng Xiaoping, le dirigeant de la République populaire de Chine de 1978 à 1992, mène l’ouverture économique du pays en exhortant son peuple : « enrichissez-vous mais ne faites pas de politique ». Cette ouverture rapide à l’économie mondiale et à ses règles ne s’est pas faite sans dégâts collatéraux. Avec le libéralisme, ont triomphé, en Chine, le népotisme, le fait d’accorder des faveurs particulières à sa famille, et la corruption qui fait régulièrement la une de la presse chinoise. Pour l’écrivain chinois Yu Hua, La Chine en dix mots (2010), c’est justement le manque de démocratie qui a permis le développement de l’économie. Les expulsions violentes permettent de raser sans délai les terrains destinés à accueillir des entreprises industrielles. Le capitalisme chinois est autoritaire, mené par l’État et inspiré des valeurs asiatiques (le confucianisme notamment, comprend un respect traditionnel des normes sociales et de l’autorité). Ce modèle méprise l’individualisme et la liberté politique. La répression contre les revendications ouvrières limite les salaires ce qui rend plus compétitif le pays en termes de prix. Mais les dégâts environnementaux qui suscitent de plus en plus de réaction de la population et l’augmentation actuelle des rémunérations posent la question de la durabilité de ce modèle : si les coûts de production augmentent (pour des raisons sociales ou environnementales), les firmes transnationales n’auront plus d’intérêt à s’installer sur le territoire chinois. Bref, il apparaît que la mondialisation libérale s’accommode très bien d’autoritarisme et que la prospérité économique n’est pas une condition nécessaire ni suffisante pour garantir le passage à la démocratie. Les pétromonarchies du Golfe persique, des régimes très antidémocratiques sont infiniment riches et prospères. De même en 1991 quand l’URSS s’est effondrée, le modèle économique antérieur a été totalement remis en cause. Lorsque l’économie a été libéralisée de force selon les dogmes du consensus de Washington, cela n’a profité qu’à une élite politico-économique (les oligarques). L’établissement d’une démocratie complète et transparente a échoué : la liberté politique n’a pas accompagné l’avènement de la liberté économique.

Analysant la crise des subprimes de 2007-2008, de nombreux économistes ont démontré que le néolibéralisme conduit inévitablement à des impasses économiques, sociales et politiques. Dans Le prix de l’inégalité (2012), Joseph Stiglitz consacre un chapitre à « la démocratie en danger ». Le libéralisme actuel avec l’ouverture totale des marchés de biens et de capitaux bénéficie à 1% de la population la plus aisée, alors que les 99% autres subissent la mondialisation. Selon Stiglitz, cette dernière engendre de telles inégalités que les fondements de la démocratie sont minés (en limitant la souveraineté des États face aux marchés, en réduisant les possibilités de choix législatifs et fiscaux). Après la crise des subprimes, l’électeur moyen américain, écoeuré par la cupidité des financiers et le coût des pertes à sa charge, réclame des règles plus strictes pour encadrer les banques. Mais en fin de compte, la réforme de la réglementation bancaire mise en place en réaction à la crise apparaît, par la faiblesse des décisions effectivement adoptées, comme une victoire de la pensée néolibérale, et en définitive une victoire des banques qui avaient pourtant largement fauté. Cela montre aussi l’efficacité des groupes de pression capables d’infléchir les décisions gouvernementales. L’auteur s’interroge sur la passivité des peuples vis-à-vis de cette situation et pousse un cri d’alarme. Le système politique américain est faussé par l’influence des grandes fortunes. Le « 1% » modèle l’opinion publique et parvient à réaliser une sorte de « lavage de cerveaux ». Une propagande néolibérale entretient la faible prise de conscience des inégalités et l’idée que la mobilité sociale reste forte aux États-Unis.  Plusieurs études ont montré récemment que les citoyens américains ont une vision très optimiste de leur système économique (et en décalage par rapport aux réalités du pays : seuls 40% des Américains pensent que les inégalités ont crû dans les 10 dernières années alors qu’en réalité, elles ont explosé). Ces idées fausses ont un impact sur la politique économique du pays : le « 1% » parvient à orienter les choix politiques et les croyances de la population. En outre, le taux d’abstention aux États-Unis est élevé : le civisme baisse au fur et à mesure que se renforce l’individualisme. Pourquoi aller voter alors que sa propre voix ne compte plus ? Les électeurs qui se déplacent pour voter sont ceux qui estiment que le système politique fonctionne bien et que le système économique est efficace, les autres ne votent déjà plus (ils n’ont plus confiance ni dans l’économie, ni dans le politique) : les riches sont ravis de cette situation car la politique va pouvoir continuer à travailler pour eux. Le succès rencontré aux États-Unis par l’ouvrage de Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, au printemps 2014 montre que les Américains commencent à se préoccuper de la question de l’accroissement des inégalités. L’auteur démontre, données économiques et historiques à l’appui, que l’enrichissement ne dépend pas du travail, ni des compétences, ni des talents mais de la possession d’un patrimoine c’est-à-dire un capital de départ hérité. Ainsi, les revenus du capital croissent plus vite que le PIB. Thomas Piketty propose donc l’institution d’un impôt mondial sur le capital pour éviter que les ultra-riches n’accaparent l’essentiel des richesses créées. L’ancien chef économiste de la Banque mondiale, professeur à l’Université de New-York, Branko Milanovic partage cette analyse : « une mondialisation sans redistribution nous mènera au chaos. » Les inégalités générées par le capitalisme financier néolibéral présente une menace pour le fonctionnement des démocraties. Les travaux de Branko Milanovic montrent que si une nouvelle classe moyenne mondiale a bel et bien émergé entre 1988 et 2008, dans le même temps, les classes moyennes et populaires des pays de l’OCDE ont beaucoup souffert : elles sont les laissés-pour-compte de la mondialisation. Aux États-Unis, la classe moyenne ne touche plus que 21% des revenus du pays contre 32% en 1979, soit une baisse d’un tiers. Ainsi, une partie de la classe moyenne a basculé dans la pauvreté. Il résulte un double risque : la ploutocratie et le populisme. Pour Milanovic, la ploutocratie est déjà à l’œuvre aux États-Unis : les plus riches dictent l’agenda politique, financent les partis et font voter des lois à leur profit (comme les baisses d’impôts). Un fossé s’est créé entre la majorité de la population et les plus riches qui influencent plus que jamais la politique. L’économiste parle de séparatisme social sans précédent que les Libéraux eux-mêmes n’avaient pas vu venir. Le populisme est surtout présent en Europe où, au lieu de s’attaquer aux structures économiques défaillantes et inégalitaires, des partis politiques nationalistes prennent comme boucs émissaires les étrangers ou toute forme de coopération supranationale.

 En Europe, la situation économique délétère depuis 2008 ébranle le modèle démocratique. L’Union européenne ne se remet pas vite de sa crise des dettes (couplée à une crise économique et sociale profonde due à l’effondrement des Subprimes). Cette situation est symptomatique de l’évolution inquiétante des orientations économiques de l’Union. Quand le premier ministre grec a proposé en novembre 2011 de soumettre à un référendum populaire le programme d’austérité pour faire face au surendettement de son pays, les banquiers et les dirigeants européens ont hurlé d’horreur. Le référendum n’a pas eu lieu : les marchés financiers ont pu soufflé. Cette capitulation devant les dirigeants franco-allemands (Nicolas Sarkozy et Angela Merkel coresponsables des mesures d’aides octroyées à la Grèce et des mesures d’austérité imposées en parallèle) constitue un déni de démocratie. Les objectifs des marchés consistent à promouvoir le bien-être des financiers et non celui des États ni des peuples (Joseph Stiglitz évoque un « diktat » des marchés financiers). En effet, la libre circulation des capitaux ne stimule pas la croissance (contrairement à ce que prétendent les économistes néolibéraux) mais aggrave l’instabilité financière. Le financement des États sur les marchés financiers depuis une quarantaine d’années rend les pouvoirs publics dépendants de capitaux internationaux très volatils et d’investisseurs qui, soucieux de hauts rendements, portent un regard critique sur les politiques sociales et économiques trop dispendieuses à leurs yeux. Le caractère irrationnel des marchés financiers décrits par de nombreux économistes, comme André Orléan dans L’Empire de la valeur (2011), et l’impact désastreux des prophéties autoréalisatrices des agences de notation (anticiper un fait comme un défaut de paiement peut précipiter sa réalisation) ont pour conséquence de faire varier les taux d’intérêt de façon  insoutenable pour certains États (en 2011, la Grèce empruntait à 10 ans à des taux supérieurs à 10%, l’Espagne 5%, l’Allemagne 3%) les privant des ressources budgétaires nécessaires à l’activité économique et au bien-être de la population.  De plus, le coût pour la société des excès du système financier (comme la spéculation) excède de beaucoup les bénéficies sociaux qu’il engendre (comme les quelques emplois créés). En outre, l’OMC prône actuellement un accord sur les services financiers instaurant la liberté d’installation des banques étrangères dans n’importe quel pays et la limitation des règlementations nationales. La réduction de la fiscalité est un enjeu pour la finance et les entreprises : s’engage alors une course à l’impôt le plus faible en faisant jouer la concurrence fiscale (avec à la clé des menaces de délocalisations si les impôts sont trop lourds). Or, seule la fiscalité permet de lutter contre les inégalités par la redistribution : le dumping fiscal affaiblit les États et notamment leur mission sociale de redistribution. Dans ces circonstances, la démocratie et la mondialisation libérale sans entrave ne paraissent que peu compatibles.

La présence de gouvernements technocratiques non issus d’élections démocratiques à la tête de gouvernements européens comme celui de Mario Monti en Italie entre novembre 2011 et décembre 2012 prouve que l’économique a supplanté le politique. Les Économistes atterrés, dans L’Europe mal-traitée (2012), ouvrage coordonné par Benjamin Coriat, Thomas Coutrot, Dany Lang et Henri Sterdyniak, s’en prennent au TSCG (traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance ratifié en mars 2012). Considéré par les auteurs comme l’acte III de l’histoire de l’euro après les traités de Maastricht et de Lisbonne, le TSCG est accusé de radicaliser les principes néolibéraux qui ont présidé à la construction de l’Union européenne et de l’euro depuis leurs débuts. « L’essence même du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) est de faire reculer encore le peu de démocratie qui restait dans l’Union européenne. » Les Économistes atterrés dénoncent un traité qui « vise à amoindrir ou abolir le pouvoir des représentants élus du peuple européen ». François Hollande, lors de la campagne présidentielle, avait fait de la renégociation de ce traité, une promesse… rapidement oubliée puisque le traité a été ratifié tel quel par les gouvernements des États de la zone euro. Deux années plus tard, le 13 mars 2014, le jeune chef du gouvernement italien Matteo Renzi qualifie le pacte de stabilité des pays membres de la zone euro de « pacte de stupidité ».

Les Économistes atterrés voient dans les choix économiques de l’Union européenne le triomphe de l’ordo-libéralisme allemand, la variante  germanique du néolibéralisme, née après la Deuxième Guerre mondiale et qui repose sur l’idée que c’est à l’État de mettre en place et de maintenir un cadre institutionnel et juridique contraignant permettant à l’économie de marché de fonctionner (la doctrine ordo-libérale accorde plus d’importance à l’État que la doctrine néolibérale). Le traité en installant la règle d’or budgétaire et en paralysant les politiques nationales (obligation de maintenir les budgets en équilibre avec un déficit structurel ne dépassant pas 0,5% du PIB) risque d’installer aussi une austérité perpétuelle. Les auteurs pensent que « la machine à désendetter va accroitre l’endettement » en plongeant durablement l’Europe dans la récession. Le traité prévoit une assistance financière pour les pays fortement endettés. En réalité, l’octroi d’une aide financière passe par le MES (mécanisme européen de stabilité) organisme chargé de prêter de l’argent aux États qui rencontrent des difficultés pour emprunter sur les marchés (à cause de taux trop élevés). Cette aide est soumise à une forte conditionnalité : chaque pays qui demande assistance auprès du MES sera contraint de prendre des mesures drastiques de baisse des dépenses publiques (restriction des prestations sociales, baisse des coûts des retraites, réduction du nombre de fonctionnaires et de leur salaire…) Tout aussi grave pour les auteurs, le traité doit confier à des technocrates européens, qui n’ont pas de comptes à rendre aux citoyens de l’Union, le soin de déterminer quelle est la part de déficit conjoncturel accepté et de sanctionner les États qui dépensent trop. Au lieu de développer l’État-providence nécessaire à la redistribution (les gagnants partageant leurs bénéfices avec les perdants), l’Union européenne encourage l’austérité et la concurrence fiscale qui conduit à la réduction des taux d’imposition. La doxa néolibérale européenne entend ainsi retirer aux gouvernements élus démocratiquement par les peuples, toute marge de manœuvre en ce qui concerne la politique budgétaire. Bref, pour les auteurs, le TSCG signe l’effondrement de la démocratie en Europe.

Mais le pire n’est jamais certain. En effet, le sursaut démocratique islandais face à la crise, cas développé avec précision dans 20 ans d’aveuglément, l’Europe au bord du gouffre, autre ouvrage collectif des Économistes atterrés en 2011, ouvre des perspectives d’espoir. La crise financière a mis en faillite en 2008 les trois principales banques du pays après que celles-ci ont connu une croissance spectaculaire initiée par une profonde dérégulation et une intégration incontrôlée dans les réseaux mondiaux de la finance. Les banques en défaut de paiement se sont retournées opportunément vers l’État islandais pour éponger leurs dettes (c’est-à-dire que la population s’est vue contrainte de payer pour les péripéties et l’incurie des banques). Par référendum, les Islandais ont rejeté à 93% le plan de remboursement des dettes contractées par les banques du pays auprès d’actionnaires britanniques et hollandais. Ainsi ont-ils exprimé leur colère à l’égard de leur classe politique corrompue et des financiers qu’ils jugent responsables de la crise dans laquelle le pays a sombré. L’irruption du peuple islandais sur la scène politique s’est traduite par des résultats très significatifs : une renégociation bien plus favorable des termes du remboursement a empêché l’asphyxie économique du pays (rééchelonnement de la dette, taux d’intérêt plus bas…). Surtout les créanciers des banques ont été contraints d’assumer une partie importante des risques qu’ils avaient courus. La mobilisation du peuple islandais a donc modifié la donne économique néolibérale.

 En creusant des inégalités de plus en plus fortes entre les plus riches et les plus pauvres, en redonnant de la vigueur à l’intuition de Karl Marx qui pensait que la classe moyenne tendrait inexorablement à disparaître au profit majoritairement du prolétariat et minoritairement de la bourgeoisie, en imposant l’idée qu’il n’y a pas d’alternative aux mesures libérales (le fameux « there is no alternative » TINA de Margaret Thatcher de 1979), le néolibéralisme est devenu une sévère menace à la démocratie et à l’équilibre des sociétés. « Par notre inertie, nous enlevons au monde son visage humain », écrivait le philosophe Alain. En abandonnant le monde à une pensée économique unique, un risque de déshumanisation des sociétés plane sur le monde. La crise économique et la crise de l’euro ont d’ores et déjà été fatales à plusieurs gouvernements européens mais les mesures de redressement nécessaire de l’économie aussi bien au niveau européen qu’au niveau mondial (comme une véritable lutte contre les paradis fiscaux) n’ont toujours pas été prises. Le sursaut démocratique et social des citoyens reste toujours une option possible comme cela a été le cas dans les années 1930 aux EU avec le New Deal du président Roosevelt. Aujourd’hui plus que jamais, la sentence inquiétante de Jean Jaurès se fait entendre  : « Messieurs, il n’y a qu’un moyen d’abolir la guerre entre les peuples, c’est abolir la guerre économique, le désordre de la société présente, c’est de substituer à la lutte universelle pour la vie — qui aboutit à la lutte universelle sur les champs de bataille — un régime de concorde sociale et d’unité (…) »

C’est peut-être aux citoyens des États de prendre en main leur destin, avant qu’il ne soit trop tard !

NDLR : à propos de la citation généralement attribuée à Jaurès :

On retrouve sur Gallica différentes versions de la même phrase au lendemain même du discours de Jaurès, lequel date du 7 mars 1895 :

– « Toujours votre société violente et chaotique, même quand elle veut la paix, même quand elle est à l’état d’apparent repos, porte en elle la guerre, comme une nuée dormante porte l’orage. » Journal officiel, 8 mars 1895.

– « Cette société qui se dit pacifique porte la guerre comme la nuée dormante porte l’orage ! » Le Figaro, 8 mars 1895 ; Le Temps, 9 mars 1895.

– « C’est la société capitaliste qui porte la guerre comme la nuée dormante porte l’orage. » Le XIXe siècle, 9 mars 1895.

Elle est citée dans sa forme classique par le Populaire du 5 décembre 1918 : « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage. »

Quoi qu’il en soit, le capitalisme tel que le voit Jaurès est précisément décrit dans les paragraphes précédents et il est désigné de façon explicite dans la suite du discours :

– « Et alors, comment voulez-vous que la guerre entre les peuples ne soit pas tous les jours sur le point d’éclater ? Comment voulez-vous qu’elle ne soit pas toujours possible, lorsque dans nos sociétés livrées au désordre infini de la concurrence, aux antagonismes de classes et à ces luttes politiques qui ne sont bien souvent que le déguisement des luttes sociales, la vie humaine elle-même en son fond n’est que guerre et combat ? » Journal officiel, 8 mars 1895.

– « Et si nous combattons, si nous poursuivons le capitalisme, c’est parce qu’il donne à l’homme prise sur l’homme […] ». Journal officiel, 8 mars 1895.

Quelques pistes et réflexions sur une géographie des mémoires et son enseignement

 Rédactrice : Dominique Chevalier

(NB : Cette communication a été présentée à Blois en octobre dernier lors de la table ronde organisée par Charles Heimberg et les cartables de Clio sur l’enseignement des mémoires en présence de Dominique Chevalier, Laurence De Cock, et Charles Heimberg et animée par Philippe Bugnard)

 Mon intérêt pour les questions de spatialisation de la mémoire de la Shoah prend sa source à Yad Vashem, au cours d’un séminaire co-organisé par l’école internationale pour l’enseignement de la Shoah de Yad Vashem et l’INRP, aujourd’hui devenu IFÉ (Institut Français de l’Éducation). Bien sûr le site était amplement chargé d’histoire(s), mais j’y ai vu également et simultanément un haut-lieu géographique.

 Si certain-e-s ne connaissent pas Yad Vashem, il s’agit d’un complexe muséal érigé en souvenir des victimes juives assassinées pendant la Shoah. Il occupe une place centrale dans la constellation de la mémoire juive et israélienne ; son rôle consiste à la fois à maintenir le souvenir des six millions de Juifs assassinés par les nazis et leurs complices, et à préserver la richesse du patrimoine spirituel et culturel des milliers de communautés juives détruites.

 La localisation de Yad Vashem et son ancrage sur le sol de Jérusalem et d’Israël sont, à eux seuls, emblématiques. En effet, le Mémorial est situé sur la colline du Souvenir, une hauteur paisible et boisée de la périphérie ouest de Jérusalem, en face d’une autre colline, le mont Herzl, où reposent les principaux leaders ou héros du peuple juif d’après la Seconde Guerre mondiale ; celui-ci abrite également un mémorial, dédié aux victimes de tous les attentats qui ont frappé Israël depuis sa création en 1948. Ainsi, de manières allégorique et symbolique, dans le même secteur géographique de cette capitale controversée, destruction et résurrection se côtoient.

 Cet intérêt pour le lien intime créé entre mémoire de la Shoah d’une part et choix d’un emplacement symbolique dans l’espace urbain d’autre part, c’est-à-dire en dehors des lieux d’annihilation tels que camps et ghettos, était-il lié au fait que je me trouvais en Israël, ou était-ce valable dans les autres capitales et autres métropoles ? Pouvais-je (re)trouver un intérêt identique dans d’autres lieux urbains, hors des lieux de destruction des Juifs d’Europe ? C’est donc ce que j’ai voulu savoir. Cette quête a donné lieu à un travail que je présenterai publiquement en novembre dans le cadre d’une Habilitation à Diriger des Recherches.

 Mon terrain : Washington, Los Angeles, San Francisco, New York, Miami, Montréal, Paris, Berlin et Budapest.

Pourquoi  ce choix de villes ? Pour voir s’il existait des différences d’un point de vue général (différences liées aux contextes historiques, sociaux, sociétaux, politiques et géopolitiques).

La méthodologie ? Je suis allée sur place. J’ai interrogé différents responsables de ces musées, et observé les visiteurs à l’intérieur de ces musées.

 À partir de là, j’ai commencé une réflexion à plusieurs niveaux d’échelle :

 – Au niveau global (donc à petite échelle) : existe-t-il une géopolitique de la mémoire de la Shoah ? La définition que donne Yves Lacoste du terme géopolitique est simple : il s’agit de rivalités de pouvoirs ou d’influence sur des territoires et les populations qui y vivent. Effectivement, notamment dans les ex pays de l’Est, il existe bien des rivalités d’influence en terme de commémoration de la Shoah.

L’exemple de la Hongrie s’inscrit incontestablement dans cette catégorie de rivalités de pouvoirs et/ou d’influences. La Hongrie a déposé sa candidature auprès de l’Union européenne le 31 mars 1994. C’est aussi le premier État « de l’Est » à inaugurer un Centre de commémoration consacré à la Shoah, en 2004. La Hongrie, compte aujourd’hui la plus importante population juive d’Europe de l’Est ; elle semble emblématique de la nouvelle problématique muséale et mémorielle des anciens pays communistes européens qui souhaitent présenter, sur un même plan, les expériences nazies et communistes. Ainsi, à Budapest, la Maison de la Terreur, prévue pour évoquer la mémoire des victimes des deux dictatures, a ouvert ses portes le 24 février 2002. Donc avant le centre commémoratif consacré à la Shoah.

Mais en réalité les dénonciations évoquées dans cette Maison de la Terreur ne portent pratiquement que sur le régime communiste. Cela interroge bien sûr de nombreux acteurs européens…

Pour fournir des garanties à la communauté juive la plus importante d’Europe de l’Est et à l’Union européenne, inquiète de ces raccourcis historiques, le gouvernement de Victor Orbán décide la création d’un musée à la mémoire des victimes de la Shoah, qui ouvre donc deux ans plus tard. Son objectif est de raconter et de présenter les souffrances, les persécutions et les massacres des ressortissants hongrois, principalement les Juifs et les Roms.  Cette création va être émaillée de controverses qui portent, notamment, sur le choix de la localisation. Le Centre commémoratif aurait pu être localisé près de l’ancien ghetto… Il n’en sera rien. Il est situé de manière un peu excentrée, et surtout c’est une synagogue qui ponctue la visite du musée… Les Juifs non religieux et les Roms ne comprennent pas une telle assimilation.

Récemment, le rôle des Croix Fléchées a été passablement minoré dans l’exposition permanente.

 Outre ces aspects politiques et géopolitiques, si l’on reste à un niveau d’analyse global, on peut également étudier, à cette échelle, les flux immatériels : stratégies des sites Internet, présence sur Facebook etc etc, mobilités des touristes et des visiteurs…

 – Au niveau local, donc à l’échelle de la ville : où construire un tel musée (ou un mémorial) dans la ville ? En périphérie, au centre, dans l’hyper centre ? Le choix des Etats-Unis a été d’implanter le musée en plein cœur de Washington, à environ un 1,5 km du Capitole et moins de un km de la Maison Blanche, c’est-à-dire sur le Mall. L’inauguration a eu lieu en 1993. Il s’agit là d’un emplacement hyper symbolique qui montre bien l’importance du geste politique. La proximité rassurante des grands monuments de la démocratie, du Musée national d’histoire américaine et du Mémorial de Jefferson invitent à avoir une réflexion confiante, voire optimiste : les idéaux américains veillent. Les détracteurs ont été nombreux : pourquoi ériger un musée de l’Holocauste aux Etats-Unis alors que la Shoah s’est déroulée en Europe ? Les États-Unis ont eu aussi des mémoires douloureuses à commémorer sans aller en chercher d’autres. Celles des Indiens par exemple, ou des lois de discriminations raciales. « Concurrence des victimes », pour reprendre le titre du livre de Jean-Michel Chaumont ? Je dirai plutôt complémentarité des mémoires blessées (pour reprendre, là aussi, le titre du livre de Charles Heimberg).

Les critiques seront partiellement entendues, puisque en septembre 2004, le National Museum of American Indian (NMAI), premier musée national exclusivement consacré aux Amérindiens, a été inauguré, au cœur de la capitale fédérale, non loin du Capitole.

 – Au niveau infra, donc à l’échelle du musée lui-même.

 – Et une réflexion en terme de fréquentation et de publics : quels sont les publics qui fréquentent ces lieux ? Donc une réflexion liée à leur attractivité touristique. Ces bâtiments sont en général dessinés par de grands noms de l’architecture contemporaine mondialisée (Daniel Libeskind, Peter Eisenmann).

  Parmi ces différentes approches, présentées très brièvement, seule la réflexion au niveau infra ne trouve sans doute pas de résonnances avec la géographie enseignée. Les autres peuvent, à mon avis, être mobilisées en classe.

 À partir de ce constat, voici à partir de l’enseignement de l’histoire-géographie-ECJS classe de Terminale, quelques exemples de « passerelles » possibles entre les trois disciplines, où la mémoire de la Shoah trouve pleinement sa place

 En histoire :

Les mémoires :

lecture historique

 

Une étude au choix parmi les deux suivantes :
– L’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France ;
– L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie.

 En géographie :

Thème 2 – Les dynamiques de la mondialisation (18-20 heures)

Questions Mise en œuvre
La mondialisation en fonctionnement – Un produit mondialisé (étude de cas).
Processus et acteurs de la mondialisation.
– Mobilités, flux et réseaux.
Les territoires dans la mondialisation Une ville mondiale (étude de cas).
– Pôles et espaces majeurs de la mondialisation ; territoires et sociétés en marge de la mondialisation.
– Les espaces maritimes : approche géostratégique.

 

Il y’a ainsi la possibilité de lier les différentes mémoires liées à la Shoah avec le processus de métropolisation et de mondialisation.

Par différentes mémoires liées à la Shoah j’entends « disparition du Yiddishland », « génocide », « diverses migrations post-Shoah »

 L’espace en tant que tel ne représente pas une « ressource » matérielle pour la mémoire ; en revanche, il constitue, par le biais de la métropolisation et de la concentration des actions humaines en un nombre restreint de lieux[1], une ressource idéelle susceptible d’accentuer le désir de mise en avant d’une production culturelle spécifique.

Grâce à des jeux d’acteurs diversifiés, la mémoire de la Shoah permet de ce point de vue à de nombreuses métropoles, occidentales essentiellement, de se faire connaître et reconnaître à des niveaux d’échelles différenciés.

Dans une société à « individus mobiles »[2], celles-ci peuvent être appréhendées à travers l’analyse des flux d’individus, de capitaux, d’idées ou d’objets que ces musées génèrent.

Les différentes échelles d’analyse évoquées précédemment peuvent donc permettre de comprendre comment la circulation de cette mémoire s’organise.

 Dans le cadre de la Prévention des génocides : (En ECJS, le 4ème thème concerne la thématique « Violence et sociétés »)

En 2002, les ministres européens de l’Éducation ont adopté, à l’initiative du Conseil de l’Europe, la déclaration instituant la Journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’Humanité dans les établissements scolaires des États membres. La France, et récemment l’ONU, ont retenu la date du 27 janvier, jour de l’ouverture du camp d’Auschwitz par l’armée soviétique, pour instituer cette journée du souvenir.

1er novembre 2005, la résolution relative à la Journée internationale de la Mémoire de la Shoah (27 janvier) est adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Cette résolution étend les limites géographiques de la mémoire de la Shoah bien au-delà des frontières de l’OSCE[3] ou du Conseil de l’Europe[4].

Ces grandes dates montrent l’intérêt des gouvernements européens et des organisations internationales pour cette question mémorielle, c’est aussi parce que, en amont, la société civile, et notamment les divers acteurs qui travaillent dans les grands musées mémoriaux de la Shoah, ont joué un rôle capital. Parmi eux, bien évidemment, les deux grands musées mondiaux de la Shoah que sont Yad Vashem et l’USHMM de Washington DC, mais également le Mémorial de la Shoah en France, et la Maison Anne Frank aux Pays-Bas, qui constituent, pour l’heure, les deux plus grandes organisations à l’échelle européenne.

Cet exemple peut également servir à illustrer ce que sont les acteurs de mondialisation, au programme de la classe de terminale en géographie.

Dominique Chevalier est MCF à l’Université Lyon1-IUFM, Laboratoire LISST-Cieu (UMR 5193)



[1] Pierre Veltz, Mondialisation, villes et territoires : une économie d’archipel, PUF, 1996.

[2] Mathis Stock, « Les sociétés à individus mobiles : vers un nouveau mode d’habiter ? », in EspacesTemps.net, 2005.

[3] L’OSCE est la seule organisation européenne qui accueille la totalité des États du continent européen, ainsi que ceux qui sont nés de la dissolution de l’Union soviétique. C’est ainsi qu’elle offre à l’Europe et à  des pays contigus, dans le Caucase ou en Asie centrale, la possibilité d’effectuer et de maintenir un dialogue politique permanent. Par ailleurs, deux autres pays non européens, les États-Unis et le Canada, ont un statut d’associés.

[4] Pour mémoire, le Conseil de l’Europe, dont le siège se trouve à Strasbourg, regroupe aujourd’hui 47 pays membres, soit la quasi-totalité du continent européen. Créé le 5 mai 1949 par 10 États fondateurs, le Conseil de l’Europe a pour objectif de favoriser en Europe un espace démocratique et juridique commun, organisé autour de la Convention européenne des Droits de l’homme et d’autres textes de référence sur la protection de l’individu.