Archives par étiquette : compte-rendu

Le Chili dans les veines. « Là où se termine la terre » de A&D Frappier

Rédactrice : Véronique Servat

laouseterminelaterre-couvPoint aveugle des programmes d’histoire, l’Amérique Latine est pourtant un continent vers lequel nous gagnerions à tourner plus souvent et différemment nos regards. Contraints, ils ne portent guère plus loin que ce moment toujours présenté comme fondateur de la « découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. ». À défaut de pouvoir se plonger dans les soubresauts de son histoire contemporaine en classe à l’appui de nos intitulés de programmes, invitons élèves et collègues à arpenter un chemin de traverse, hors les murs, à la faveur d’un itinéraire balisé par Désirée et Alain Frappier. Destination le Chili du second XXè siècle, décor de leur 4ème roman graphique.

Nous connaissons bien les deux auteurs pour leurs ouvrages précédents – Dans l’ombre de Charonne publié en 2012, La vie sans mode d’emploi (2014), et enfin Le choix (2015)et pour leur disponibilité auprès des professeurs et des élèves avec lesquels ils ont mené différents projets pédagogiques ou présenté de nombreuses fois leur travail. Ceux qui les ont lus, ont apprécié, en amont, la rigueur de leur travail de recherche documentaire et de leurs restitutions historiques, la pertinence de leurs collectes d’archives rehaussée de témoignages ; leur appétence pour une his toriographie critique, une recherche renouvelée sources de leur écriture de l’histoire engagée et militante est un autre trait marquant de leurs différents volumes. Ainsi, La décennie F. Cusset (que Désirée surnomme le petit Cusset-je) a servi d’ossature à leur récit sur les années quatre-vingt, les travaux d’E. Blanchard ont éclairé leur volume sur Charonne, les archives du MLAC ont permis de contextualiser une histoire des droits des femmes et de leurs luttes pour Le choix.

Mais un roman graphique ne vaut jamais uniquement pour sa précision historique. Le travail des Frappier ressemble à celui de funambules en recherche de l’équilibre. Pour l’atteindre, ils mêlent les visuels élégants d’Alain – mélange d’influences de grands maîtres dont il loue le travail, tel le mangaka Tanigushi, à sa propre identité graphique faite des clins d’oeil au réalisme photographique – à l’art de faire virevolter les mots en quelques phrases que Désirée maitrise avec virtuosité. On retrouve tous ces ingrédients dans le premier tome de leur dernière création, ainsi que cette habilité à articuler récit intime, trajectoire personnelle, parcours collectifs et Histoire avec un grand H.

Cela dit, et sans minorer ces atouts, Là où se termine la terre en présente de spécifiques parmi lesquels des regards d’exilés en prise avec l’actualité, une lecture des problématiques politiques, sociales et culturelles du continent à l’aide d’emboitements scalaires et un récit de vie inscrit dans ce temps où chacun pouvait contenir dans sa poche l’univers tout entier[1].

Regards d’exilé

Pour migrer vers ce bout du monde dont la géographie tourmentée – des terres arides d’Arica à Punta Arenas – vient parfois percuter le récit, mettons, à l’instar des auteurs, nos pas dans ceux de Pedro. Sa trajectoire personnelle, familiale, politique, est contée à l’aide de ses souvenirs qui tissent la trame du récit. Celle-ci rencontre la terre chilienne bien en amont de sa propre vie, quand, au début du siècle, son grand-père, originaire de Syrie, foule le sol sud-américain. Comme tant d’autres il rêvait de l’Amérique à ceci près que la sienne était plus au sud et s’appelait l’Amrik. Accroché au fil tendu de ses espoirs il débarque à Valparaiso puis à Santiago. Le père de Pedro, Guillermo, y rencontre Albina après que celle-ci ait dû quitter Concepcìon, rasée en 1939 par un tremblement de terre. Les souvenirs d’enfance de Pedro se font foisonnants ; il se remémore ce temps doux-amer, marqué par la présence d’un père, intellectuel fantasque, qui s’éclipse pour fonder une autre famille et une mère versée dans la religiosité. Quelques épisodes forts émergent de cette époque en particulier celui de la coupe du monde de football de 1960. Pedro et son frère Pablo assistent à un match et supportent l’équipe chilienne qui fait un parcours remarquable dans la compétition parvenant au seuil de la finale remportée par le voisin brésilien. Viennent aussi les premiers éveils aux questions sociales du continent évoquées à hauteur d’adolescent qui mesure chaque jour la pauvreté grandissante à sa porte. Le déchirement palpable issu de l’exil éclaire en oblique les souvenirs familiaux pour donner au récit une patine particulière sans le réduire à une nostalgie mièvre.

chili-1

Pedro grandit. L’adolescent devenu jeune adulte entreprend un grand voyage vers les terres australes du Chili. À la façon du jeune Ernesto Guevara dans ses Diarios de motocicleta, cet épisode initie davantage Pedro aux problématiques socio-politiques du pays ; il est sensible à la question indienne liée à la colonisation, aux spoliations et à l’inégale répartition des terres qu’on qualifie parfois pudiquement de « question agraire ». Pedro rejoint le MIR (mouvement de la gauche révolutionnaire) et se lance dans des activités militantes et philanthropiques d’alphabétisation puis de création au sein d’une troupe de théâtre.

chili-5

P. Freire, éducation et émancipation.

Comme la jeunesse allemande, française, états-unienne du printemps 1968, celle du Chili vibre à l’unisson des mots choisis par E. Galeano pour décrire l’ambiance singulière de cette période Nous n’avions pas beaucoup d’années sur le dos et beaucoup de désirs de faire et de dire, nous étions joyeux, acharnés, contagieux …[2] Le militantisme cimente les amitiés et offre les premières émotions amoureuses. Ces années d’initiation et d’expérimentation nous permettent de suivre l’éveil de Pedro et des ses camarades aux causes fondamentales de défense des droits humains : éducation, émancipation, droit à la dignité de tou.te.s. Ils sont alors les moteurs de l’histoire du Chili, oeuvrant à la construction d’un futur qu’ils escompte nt différent, trajectoires personnelles et histoire nationale s’écrivent conjointement.

L’arrière cour ensanglantée du voisin étatsunien

chili

L’histoire du continent sud-américain est imbriquée dans celle des Amériques. Théâtre de la guerre froide, le Chili de Pedro bruisse du spectacle de l’affrontement est-ouest, saisi par un enfant dans ses grandes lignes et figures. Dans les souvenirs de Pedro la course à l’espace avec Laïka et Gagarine, celle aux armements, est régulièrement éclipsée par les grands films qui récoltent des Oscars et les rôles endossés par les stars hollywoodiennes. L’affrontement affecte pourtant le quotidien des chiliens et tout particulièrement de ses adolescents perméables au rêve américain forgé plus au nord. Le Chili parvient toutefois à faire exister son propre univers culturel : les protest singers américains trouvent dans la nouvelle chanson chilienne de sérieux concurrents, Victor Jara et Violetta Para séduisent autant de Joan Baez et Bob Dylan.

chili-3

chili-4 chili-7

La guerre froide se réchauffe après la conquête de Cuba par les forces révolutionnaires emmenées par Castro entre 1959. La prise de pouvoir des castristes puis la révolution cubaine qui installe une tête de pont communiste à quelques encablures des Etats-Unis vient bouleverser les équilibres continentaux. L’épisode de la crise des missiles en 1962 rend subitement palpable le caractère foncièrement instable de l’hypothèse d’un équilibre de la terreur. Pour Pedro, l’exemple cubain est un appel d’air qui l’autorise à recalculer à nouveaux frais l’avenir du continent tout entier. Les espoirs de justice sociale, d’émancipation de l’emprise états-unienne, les rêves de réforme agraire et de changement de la géopolitique américaine se rapprochent et prennent la forme de possibles. L’emboitement scalaire maitrisé par les auteurs permet une lecture des nouveaux équilibres politiques du continent.

chili-2

Nos luttes et nos rêves

chili-6Après 1968 l’histoire du Chili arrive à un nouveau tournant. La sociale démocratie de Frei élu en 1964 semble à bout de souffle. La répression dans les campagnes se fait sanglante[3] tandis que les sans terres (parmi lesquels de nombreux indiens Mapuche) multiplient les tomas[4]. L’épisode de la mutinerie menée par le commandant Viaux depuis la caserne de la Tacna à quelques pas du palais présidentiel en octobre 1969 sonne comme un funeste avertissement. La campagne présidentielle de 1970 met en concurrence le candidat des Etats-Unis – Alessandri, ancien président – le social démocrate Tomic et le socialiste S. Allende, soutenu par l’Unité Populaire, alliance regroupant notamment les communistes, le MAPU et le parti radical. Arpentant le pays pour y faire connaitre son programme il est élu triomphalement au soir du 4 septembre 1970. Les portes du palais de la Moneda s’ouvrent et avec elles le champ des possibles. Cette semaine là, trois ans avant le coup d’état, le voisin états-unien, par l’un de ses organes de presse les plus prestigieux, le New York Times, lançait en un avertissement en forme d’augure funeste Un coup d’état militaire serait préférable à l’arrivée au pouvoir à Santiago d’un Front Populaire.[5]

chili-8

Et soudain, un sac de toile s’abat sur la tête de Pedro, les pages deviennent noires. Le premier tome s’achève à la veille des mille jours de présidence d’Allende brusquement interrompue. La vie  de Pedro telle que nous l’avons découverte basculera avec elle.  Il faudra patienter jusqu’au prochain tome pour explorer cette partie plus sombre de son existence et de l’histoire contemporaine de son pays ;  l’exil ne l’en délivrera que partiellement, c’est certain car déjà tellement palpable.

L’épaisseur narrative et historique de Là où se termine la terre rend les lecteurs.trices impatient.e.s, qu’ils enseignent ou non. Les veines ouvertes de l’Amérique Latine[6] n’ont pas fini de saigner, et Là où la terre se termine est une puissante occasion de nous le rappeler.

 

[1] Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 7

[2] Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 159

[3] Se reporter dans le roman à l’épisode du massacre de Puerto Montt en 1969

[4] Mouvement d’occupation des terres latifundiaires.

[5] Article du New York Times cité dans Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 219

[6] Ouvrage de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano paru en 1971.

Dire et penser la Shoah

Rédacteur : Samuel Kuhn

 

 

 

 

 

 

A propos de Tal Bruttmann et Christophe Tarricone, Les 100 mots de la Shoah, Paris, PUF, Que-sais-je ?, 2016, 128 p., 9€.

« J’ai vu des mots yiddish

comme de petites flammes,

comme de belles flammes,

étincelles tirées du minerai obscur.

J’ai vu des mots yiddish

comme de petites colombes,

comme de belles colombes

épanchant leur murmure… »

Moyshe Kulbak

Cité par Yitskhok Rudashevski, Entre les murs du ghetto de Wilno, 1941-1943, journal

Paris, éditions de l’Antilope, 2016, p.74-75.

 

Un an après son Auschwitz, Tal Bruttmann récidive. Et de confirmer, au fil des publications, que cet historien, spécialiste reconnu des politiques antisémites en France, est une voix qui compte dans le cercle des historien-ne-s de la Shoah[1].

Pour ce « Que-sais-je ? », il s’est associé à Christophe Tarricone, enseignant dans l’Académie de Grenoble et formateur au Mémorial de la Shoah. Les habitué-e-s reconnaîtront dès les premières pages ce qui fait la qualité et le sel des formations proposées au Mémorial. Ecriture à quatre mains, dense et limpide, pour construire un ouvrage appelé à devenir une référence et trouver au plus vite une place de choix dans nos bibliothèques d’enseignant-e-s. Très belle vulgarisation au sens le plus noble du terme.

Kaléidoscope et lecture multiscalaire

Evacuons d’ores et déjà ce qui relève du format éditorial de cette série des 100 mots de la collection des PUF. Cent mots, pas un de plus. On pourra alors pointer, on le fera d’ailleurs, les manques, les oublis, les choix. Et de l’aveu des auteurs, le choix fut difficile[2]. La liste retenue n’a cessé d’être modifiée. N’attendons donc point quelque exhaustivité qui est, vu l’ampleur du sujet, vouée à l’échec. C’est donc une proposition, un tour d’horizon, qui nous est offert. On pourra également regretter que le format n’offre ni bibliographie, ni notes ou chronologie. L’ouvrage se présente plus comme un lexique qu’une encyclopédie de la Shoah[3].

A le feuilleter au hasard de l’ordre alphabétique, on pourrait craindre une vision diffractée de l’histoire de la Shoah au détriment d’un ordonnancement chronologique et/ou thématique. On est alors d’autant plus frappé par la cohérence de l’ensemble et la richesse des multiples lectures qu’offrent les notices.

Les auteurs suggèrent dès l’introduction des entrées thématiques : les acteurs individuels (bourreaux et victimes) et collectifs (organisations, administrations, unités militaires, Etats), les sites ou encore des œuvres (témoignages comme fictions) qui occupent près de la moitié des notices (une quarantaine de mots et noms). Le reste des termes recouvrent les multiples dimensions de l’assassinat, la diversité et complexité des politiques nazies mises en œuvres (les politiques antisémites, l’univers concentrationnaire, les unités mobiles, les centres de mise à mort, les diverses Aktion ou « opérations »…), mais aussi des lieux et exemples concrets. Sept expressions qui permettent de qualifier cet événement, l’assassinat de 5.7 millions de Juifs, sont isolées et ouvrent l’ouvrage : Extermination, Génocide, Holocauste, Hurbn, Shoah, « Solution finale », Destruction des Juifs d’Europe.

Le-la lecteur-ice circule dans l’ouvrage grâce aux multiples renvois d’une notice à l’autre et d’un jeu de réseaux tissé par les thématiques explicites ou sous-jacentes. Dans chaque notice, des astérisques signalent les autres entrées retenues parmi les cent mots. A ce titre, il est dommage que l’éditeur ne propose pas un index final où ces réemplois, récurrences et croisements entre les termes auraient pu être mis en valeur par des jeux de numérotations thématiques tels qu’on en trouve dans certains dictionnaires[4]. Un tel outil aurait sans doute facilité ces lectures croisées pour des lecteur-ice-s novices et/ou désarçonné-e-s par la nouveauté du propos.

Même si, format oblige, celui-ci est souvent bref (d’une dizaine de lignes pour les plus courtes à environ deux pages pour les plus longues), les entrées, à l’image de fractales inspirées des démarches systémiques, sont autant de cas singuliers qui contiennent en eux-mêmes toute la structure. Et ces entrées, notamment celles consacrées à la Pologne, aux modalités techniques de l’assassinat de masse (Camion à gaz, Centre de mise à mort, Chambre à gaz…), ou aux rafles (Rafle du Vel d’Hiv, Rafles), variables dans leurs échelles temporelles ou géographiques, se répondent, se prolongent pour saisir l’intelligibilité de la Shoah dans son ensemble.

Mémoire historique et socle de représentations

L’ouvrage se donne pour ambition de battre en brèche les idées reçues, le « gouffre entre la manière dont les historiens étudient [la Shoah] et la manière dont le grand public en parle », d’aider les lecteur-ice-s à se repérer dans l’histoire de la Shoah et peser le poids des mots. La mémoire de la Shoah s’accompagne en effet d’une fausse impression de savoir : « L’un des paradoxes de cette omniprésence est une impression de connaissance, souvent biaisée par un ensemble de représentations nées au cours même de la Seconde Guerre mondiale ou aux lendemains de celle-ci » écrivent les auteurs en introduction.

Leur travail nous aide ainsi à comprendre comment certaines de ces représentations se sont forgées et ancrées dans la mémoire commune. Leur prégnance fait par ailleurs écran à la complexité du réel, en particulier avec Auschwitz[5]. Camp de concentration devenu au gré des circonstances et par effet d’opportunité le centre de mise à mort principal du génocide, le lieu fut, à plus d’un titre, « une forme d’anomalie, une exception de par son fonctionnement »[6]. Et c’est l’exceptionnalité de ce « paradigme singulier »[7], pour reprendre l’expression de Tal Bruttmann, qui en fait le lieu le plus connu : « Cette dimension fait d’Auschwitz un lieu à part dans la « solution finale* » : centre de mise à mort dont le rôle ne cesse de prendre de l’importance, au point de devenir, à partir de l’été 1943, l’épicentre du processus de destruction, il est également, du fait de la « sélection* », le lieu où quelques dizaines de milliers de Juifs ont survécu » (Auschwitz, p.27-28). La survie de ces rescapés passés par la sélection, et des autres survivants passés par le camp de concentration (KL Konzentrationslager) a permis l’élaboration et transmission d’une mémoire historique tout en projetant dans les consciences occidentales les images d’Auschwitz (son mirador à l’entrée de Birkenau, ses baraquements, les cheminées des crématoires) à l’ensemble de la Shoah, en généralisant l’exception[8]. Brouillant la distinction entre la logique concentrationnaire des politiques de répression nazie et la politique spécifique d’assassinat et donc la compréhension de ce qui fut la norme de la destruction des Juifs d’Europe[9].

Plus généralement, les représentations associent pour l’essentiel la Shoah aux centres de mise à mort et aux chambres à gaz. Sans doute parce que c’est la dimension qui frappe le plus l’entendement et cette rationalisation/industrialisation du meurtre qui en constitue la spécificité, mais non sans quelques confusions. D’une mise à jour de nos connaissances, l’ouvrage avance en-cela en direction d’une proposition d’analyse propre aux recherches de Tal Bruttmann. Esquissée dans son Auschwitz et développée dans le vaste chapitre qu’il consacre à la Shoah dans l’ouvrage collectif La guerre-monde[10], l’idée est de sortir d’une approche purement technique de l’assassinat : « les chambres à gaz constituent, à l’instar des fours crématoires, une illustration de la manière dont les procédés techniques se sont imposés au cœur des représentations, au point d’être devenus synonymes de l’événement » (Chambre à gaz, p.41). Mais l’angle technique biaise la compréhension car au-delà des procédés, c’est bien la finalité, c’est-à-dire l’assassinat des Juifs, « qui définit le centre de mise à mort » (Centre de mise à mort, p.41). Qui plus est, les modalités techniques des centres de mise à mort ne présentent que d’apparentes similitudes : « sous l’appellation « chambre à gaz » figurent différents procédés : camions à gaz* sillonnant le territoire soviétique ou affectés à des centres de mise à mort* [Chelmno], chambres à gaz où l’asphyxie est réalisée au moyen de Zyklon B, comme à Auschwitz*, ou de gaz d’échappement comme dans les sites de l’opération Reinhard* [Belzec, Sobibor, Treblinka] » (Chambre à gaz, p.41)[11].

Partant du constat qu’« on a perdu de vue que la finalité des nazis n’est pas de gazer les Juifs, mais d’assassiner les Juifs »[12], et qu’un centre de mise à mort (qu’il soit d’abord improvisé, puis planifié ou rationalisé) est avant tout un lieu vers lequel sont acheminées les victimes afin d’y être assassinées, il propose de porter à une douzaine le nombre de sites pouvant être qualifiés de centre de mise à mort. Ici, cinq notices leur sont consacrées. Trois aux plus connus d’entre eux : Auschwitz, Belzec et Treblinka. Les deux autres, Babi Yar et Ponar, permettent de mieux saisir la finalité de ces lieux. Un centre de mise à mort, qu’il soit d’abord improvisé, puis planifié ou rationalisé (selon la typologie proposée p.40) est donc avant tout un lieu vers lequel sont acheminées les victimes afin d’y être assassinées.

On comprend alors pourquoi on cherche en vain une entrée « Shoah par balle » dans cet ouvrage. L’expression, devenue courante, traduit cette focalisation sur la technique au détriment de l’analyse d’ensemble. Comme les auteurs aiment à le rappeler, on pourrait raisonner par l’absurde et distinguer une « Shoah par balles », une « Shoah par le gaz », une « Shoah par coup de marteau derrière la nuque », puisque telle était la technique usitée dans le centre de mise à mort de Jasenovac en Croatie[13]

Nombre de notices déconstruisent ces représentations. Ainsi du Tatouage qui « s’est imposé comme le symbole à la fois de la déshumanisation à l’œuvre dans le système concentrationnaire et du sort qui a été réservé aux Juifs ». Et les auteurs de nous rappeler qu’il ne fut en usage qu’à Auschwitz et les raisons macabres (ne pas réitérer l’impossibilité d’identifier les corps décharnés et dénudés des cadavres soviétiques) de son instauration. Le tatouage fait partie de ces amalgames et généralisations des spécificités génocidaires à l’univers concentrationnaire dans son ensemble ; il a même irrigué tout un imaginaire du cinéma contemporain qui en reprend les principaux motifs[14]. Ainsi de l’étoile jaune dont on cherchera en vain une notice : c’est vers l’entrée Marquage qu’il faut se tourner, d’autres symboles ayant été utilisés et selon des chronologies et modalités variées (étoile jaune ou bleue, triangle jaune, rond blanc ; marquage utilisée en France en zone occupée mais non en zone libre).

Ainsi, enfin, des Fours crématoires symboles visuels associés à la Shoah. A tort. D’abord parce qu’il ne s’agit pas d’instruments homicides mais d’outils destinés à brûler les cadavres[15]. Ensuite parce que de tous les centres de mise à mort, seul Auschwitz en était doté (et couplés aux chambre à gaz dans quatre installations qui entrent en fonctionnement à partir de mars 1943) alors qu’ils sont au contraire présents dès les années 1930 dans l’ensemble des camps de concentration[16]. Conclusion de cette notice : « Ces « crématoires » font d’Auschwitz le centre de mise à mort le plus techniquement perfectionné, le seul où assassinat et destruction des corps sont réalisés à la chaîne, dans les mêmes bâtiments. Ailleurs, les cadavres des victimes, soit l’immense majorité, ont été enterrés ou brûlés sur des bûchers. Mais de tous les lieux de la Shoah*, c’est d’Auschwitz que sortent le plus de témoins : non seulement les quelques poignées de rescapés des Sonderkommandos*, mais également des dizaines de milliers de rescapés du camp de concentration*, témoins du fonctionnement des crématoires et de l’odeur répandue autour et, pour lesquels, la technique liée à la destruction des corps, le crématoire, constitue l’incarnation de l’assassinat de masse » (Fours crématoires, p.59).

Au fil des pages, les mises au point se succèdent, le vocabulaire s’affine, les pièges se déjouent. On comprendra mieux par exemple combien l’expression « camp d’extermination », apparue pendant la guerre est d’une grande pauvreté heuristique[17]. D’abord parce qu’elle est à la fois « antinomique » et « impropre » : on ne peut parler de camp pour désigner des structures souvent dispersées où les victimes n’ont pas le temps d’être détenues, leur mise à mort intervenant au plus tard dans les heures qui suivent leur arrivée (Camp d’extermination, p.38). Ensuite parce que le terme même « d’extermination » relève d’un champ sémantique agricole ou sanitaire de lutte contre les « nuisibles » et qu’il « renvoie, in fine, à une perspective nazie » (Extermination, p.12). Bien plus qu’une simple façon de jouer sur les mots, le progressif remplacement de cette expression par celle de « centre de mise à mort » ou « centre d’assassinat » est donc porteuse d’une plus grande intelligibilité historique.

La Shoah, un processus européen aux modalités et temporalités variées

De ces éclairages sémantiques, les auteurs en viennent à proposer une relecture de l’histoire de la Shoah prise dans ses multiples dimensions et temporalités.

Plusieurs notices portent une attention toute particulière à sa chronologie[18]. La destruction des Juifs d’Europe est appréhendée comme un processus européen aux modalités et temporalités variées, résultat d’une accumulation et succession de politiques antisémites puis de la politique d’assassinat systématique proprement dite. Loin des approches téléologiques qui se plaisent à imaginer le projet d’assassinat inscrit noir sur blanc dès les débuts du nazisme, Tal Bruttmann et Christophe Tarricone rappellent l’importance de la contextualisation[19]. L’exemple roumain permet de montrer la dimension européenne et « composite » de la Shoah : « si la « solution finale* » est un projet nazi, sa réalisation, elle, dépasse le seul cadre allemand et résulte de l’action d’un ensemble d’acteurs étatiques, jusque dans l’assassinat lui-même. Le régime roumain est directement responsable, à partir du déclenchement de Barbarossa*, de la mort de plus de 300 000 Juifs, tant dans ses frontières que dans les territoires soviétiques » (Roumanie, p.106).

La chronologie du génocide se précise et bouscule la vision d’un processus uniforme et linéaire. La notice consacrée aux ghettos en est un parfait exemple et « constitue une illustration de la complexité de la période allant des débuts de la guerre au déclenchement de l’assassinat systématique » (Ghetto, p.61). Avec l’invasion de la Pologne, le Reich fait entrer dans sa sphère d’influence près de 3 millions de Juifs. Les « autorités locales doivent composer avec une population dont elles attendent d’être « débarrassées ». C’est dans ce cadre que les ghettos commencent à être délimités » (Ghetto, p.62). Différentes politiques antisémites s’additionnent alors : contrôle, dépossession, exclusion, enfermement, dans l’attente de projets de déportations. Les premiers ghettos sont mis en place dès la fin de l’année 1939 dans la zone polonaise annexée au Reich et à partir de l’année suivante dans le Gouvernement général. Toutefois, et les auteurs insistent sur ce point, la ghettoïsation ne relève pas d’un plan d’ensemble, ni « d’une politique systématique et uniforme », mais plutôt d’une « mosaïque de décisions locales, prises à l’ échelle de district ou de villes, avec des temporalités, des dynamiques et des spécificités différentes » (p.62). Diverses mesures coexistent par ailleurs : l’enfermement et les expulsions, la ségrégation et des plans de germanisation. Enfin, les ghettos ne se limitent pas au seul territoire polonais, et se développent également, très brièvement, en URSS suite à son invasion par les troupes allemandes.

S’agit-il déjà du processus génocidaire ? Si la mortalité devient rapidement effroyable, les ghettos relèvent plus d’une étape intermédiaire, dans l’attente de déportations massives[20]. Les notices Déportation et Madagascar nous rappellent que dans un premier temps la déportation des Juifs (suite logique des mesures et violences antisémites perpétrées en Allemagne depuis 1933 et destinées à pousser les Juifs à fuir) est un objectif en soi. Plusieurs projets se succèdent. Le projet Nisko d’abord. Heydrich envisageait de créer une réserve juive dans le district de Lublin mais se heurte aux refus de Hans Frank et de Göring. Le projet Madagascar ensuite, confié à Eichmann mais abandonné « notamment en raison de la supériorité maritime britannique » (Madagascar, p.80). Et enfin la déportation vers la Sibérie, mais qui se heurte à l’inattendue résistance soviétique[21].

Avec le début de la Shoah, à partir de l’été 1941 et l’invasion de l’URSS, succèdent aux politiques de contrôle, de dépossession, et de ghettoïsation, des politiques de décimation puis de destruction totale et systématique[22]. En Pologne : « Lors de l’invasion de l’URSS*, la Pologne orientale, notamment la région de Lviv, voit l’action des groupes mobiles de tuerie*, tandis qu’à l’Ouest se mettent en place des politiques de décimation de la population et sont créés les premiers centres de mise à mort* (Chelmno, Belzec*), prologues à l’annihilation totale du judaïsme polonais qui débute en 1942 » (Pologne, p.99).

Tal Bruttmann et Christophe Tarricone n’évacuent pas la question historiographiquement discutée du déclenchement de la Shoah. Le moment de prise de décision par Hitler du génocide est située par les spécialistes entre l’automne 1941 (Christopher Browning), la fin de l’année 1941 (en décembre selon Christian Gerlach, suite à l’entrée en guerre des Etats-Unis) et le printemps 1942 (Peter Longerich ou Florent Brayard)[23]. A ce sujet, les deux auteurs réexaminent l’importance de la conférence de Wansee du 20 janvier 1942. Outre le fait qu’il s’agisse de la première réunion interministérielle documentée sur le sujet, c’est surtout la première fois que « le sort des Juifs est envisagé par les nazis non plus dans une dimension régionale, mais à l’échelle continentale » (Conférence de Wansee, p.44) donc au-delà de la sphère d’influence directe allemande et même au-delà du seul cadre européen en englobant notamment « les Juifs d’Afrique du Nord et du Levant, comptabilisés parmi les Juifs de France ». Mais la décision est-elle prise ici, par les quatorze représentants de diverses administrations et organisations réunis par Heydrich pour débattre de la « solution finale de la question juive » ? Les auteurs répondent par la négative. Non, « la décision de l’assassinat de masse n’est pas prise à Wansee (…) mais en amont ».

Surtout, ils montrent qu’avant une prise de décision centralisée du génocide et ordonnée depuis le plus haut sommet du Reich, les tueries sont en cours dès l’été 1941 et procèdent à la fois de décisions locales, de généralisation/extension des ordres reçus par les unités mobiles de tueries, d’actes avalisés par la hiérarchie. La politique d’assassinat systématique s’inscrit dans le changement de dimension du conflit avec l’invasion de l’URSS, sa mondialisation avec l’entrée en guerre des Etats-Unis, et la perspective désormais envisagée par les nazis, résistance soviétique oblige, de la défaite (voir notamment les notices Barbarossa, General Plan Ost, Guerre d’anéantissement, URSS).

La guerre sur le front Est marque donc le début du processus de destruction. A partir de premières vagues de tueries, l’assassinat se généralise à l’ensemble de la population juive puis se rationnalise. A des cycles d’intensification, à l’initiative d’unités sur le terrain, se substitue peu à peu la planification méthodique. Géographiquement, les tueries d’abord limitées aux territoires soviétiques s’étendent ensuite à l’ensemble des territoires dans l’orbite du Reich. L’opération Barbarossa fut tout à la fois pensée et planifiée comme une guerre raciale et coloniale et s’inscrivant dans une dimension eschatologique et apocalyptique[24]. Les unités mobiles reçoivent des instructions qui ciblent plusieurs catégories de population, au premier rang les commissaires politiques, partisans et hommes juifs en âge de porter les armes. Mais alors que les premières batailles sont victorieuses et que l’armée allemande s’enfonce rapidement en Biélorussie ou Ukraine, le coût humain est énorme. En un mois, la Wehrmacht a perdu plus d’hommes que lors des campagnes précédentes. La réalité des combats réveille l’angoisse d’un nouveau coup de poignard dans le dos ; « le front de l’Est devient instance de confirmation de la réalité du danger juif »[25].

C’est dans ce contexte que débute le génocide avec la systématisation des assassinats perpétrés par les Einsatzgruppen (des hommes on passe aux femmes et enfants) et la progressive rationalisation génocidaire. L’apparition des premiers centres de mise à mort traduit à la fois l’expérience méthodique acquise par les bourreaux et la volonté de centraliser les opérations de tueries. Si le massacre perpétré à Babi Yar les 29 et 30 septembre 1941 et son terrifiant bilan de 33 771 victimes est aujourd’hui assez bien connu, sait-on que le site devient l’un des premiers centre d’assassinat ? « Jusqu’à la libération de la ville en novembre 1943, Babi Yar devient le centre de mise à mort des Juifs capturés dans la région. Au moins 50 000 personnes supplémentaires y sont assassinées » (Babi Yar, p.28).

La lecture de l’ouvrage permet de toucher du doigt l’enchevêtrement et la complexité des politiques nazies à l’œuvre et de saisir les multiples dimensions de la destruction des Juifs d’Europe : les ghettos, camps de travaux forcés, centre de mises à morts, fusillades perpétrées par les unités mobiles avec les soutien actif et logistique de la Wehrmacht ou des bataillons de polices ordinaires, la complicité des populations locales se livrant à d’effroyables pogroms, l’organisation des rafles en Europe de l’Ouest… Les auteurs ont à ce titre accordé une attention particulière aux acteurs-ices-, tueurs et victimes. Côté bourreaux, les notices consacrées à Heydrich, Himmler, Eichmann, Höss, Hitler ou encore à la SS et au RSHA permettent de mieux comprendre la complexité de la chaîne de commandement qui préside au génocide, révélatrice de la polycratie nazie. Mais c’est plus encore le portrait d’Aloïs Brunner, bras droit d’Eichmann et véritable « chasseur de Juifs », qui permet de saisir les multiples dimensions du génocide de l’Est (installé à Vienne, il organise les premières déportations vers les centres de mise à mort) à l’Ouest de l’Europe en passant par Salonique (Brunner Aloïs, p.34-35)[26]. Côté victimes, outre les passionnantes notices consacrées aux enfants, à Anne Frank, et les importantes mises au point des notices Juifs et Tziganes, Tal Bruttmann et Christophe Tarricone ont fait le choix de présenter une victime quasi inconnue, Ilse Tauber (née à Vienne en 1918, assassinée à Auschwitz où elle fut déportée en septembre 1942). Son parcours, à partir de son arrivée à Grenoble à la veille de la guerre, est un exemple saisissant de la manière dont l’administration française se referme comme un piège sur les Juifs[27].

Dire l’indicible

« Dire l’indicible » annonce l’éditeur en quatrième de couverture. Dire l’indicible, c’est d’abord s’affronter au vide de la langue nazie elle-même. Ce langage (voir la notice LTI) fait d’acronyme et d’euphémisme (voir les notices LTI et à titre d’exemple celle consacrée à la triste expression de Nuit de cristal). Victor Klemperer disait justement que « la LTI est misérable. Sa pauvreté est une pauvreté de principe ». Comment dire alors ce qui n’est pas spécifiquement nommé ? « Si, afin de qualifier ces politiques nouvelles, il arrive que le régime nazi recoure à de nouveaux termes, il est tout aussi fréquent qu’une expression en usage change de signification, à commencer par « solution finale », dont les finalités et modalités évoluent » expliquent dès l’introduction les auteurs (p.3-4). Aux historiens de tenter de qualifier la destruction systématique et planifiée des Juifs d’Europe.

Extermination, Génocide, Holocauste, Hurbn, Shoah, « Solution finale », Destruction des Juifs d’Europe ? Les deux auteurs ne proposent ni de proscrire ni de prescrire tel ou tel terme, mais nous en font parcourir la généalogie, la diffusion et les limites. Au-delà des survivants, des communautés qui ont subsisté, le judaïsme européen a été anéanti et avec lui la plupart des traces de son existence. Près de 6 millions de victimes furent assassinées pour la simple raison d’être nées juives. « Le sort des Juifs résulte de décisions politiques et administratives décidées par un régime, le IIIe Reich. Il s’agit de la mise en œuvre de ce qui est une politique d’Etat, laquelle devient à la fin de l’année 1941 une politique d’assassinat. C’est cette dimension de politique d’Etat, et sa finalité d’assassinat, qui permet de distinguer avec le plus de netteté et de précision, et donc de qualifier, l’événement, lequel intervient dans un ensemble de politiques répressives de tous ordres lancées par le IIIe Reich » (p.11).

« Dire l’indicible » ? L’expression semble convenue et nous fait courir le risque de rejeter le nazisme dans une barbarie hors de l’humanité courante. Il faut pourtant, en historiens, s’attacher à la contextualisation, tenter de « saisir l’extrême complexité d’un événement, résultat de politiques nazies successives » sans sombrer dans une « lecture téléologique de l’histoire qui ferait de la Shoah un événement historique linéaire et inéluctable » (p.3). Tel était le défi que se sont lancés Tal Bruttmann et Christophe Tarricone à travers ces 100 mots de la Shoah. Pari réussi. Les enseignant-e-s tiennent là un outil incontournable auquel il faudra venir et revenir.

[1] Tal Bruttmann, Auschwitz, Paris, La Découverte, Repères, 2015. Je me permets de renvoyer au long compte-rendu publié l’an dernier ici : S.Kuhn, « Auschwitz », Aggiornamento hist-géo, 18 février 2015, http://aggiornamento.hypotheses.org/2596

[2] On peut écouter Tal Bruttmann, invité le 24 mai dernier, dans l’émission d’Annette Wieviorka diffusée sur RCJ : http://radiorcj.info/diffusions/36323/

[3] https://www.ushmm.org/fr/holocaust-encyclopedia

[4] Je pense notamment au Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (J.Lévy, M.Lussault dir., éditions Belin, 2013) où non seulement des renvois aux autres entrées sont présentes, comme ici, dans les définitions, mais où l’index final propose un classement des entrées en catégories et des entrées alternatives sur le modèle de liens hypertextes.

[5] Sur la centralité d’Auschwitz dans les représentations, il faut repartir de T.Bruttmann, « La centralité d’Auschwitz dans les représentations de la Shoah », Les cahiers IRICE, 1/2011 (n°7), Actes de la journée d’étude sur « Le futur d’Auschwitz », Paris, 11 mai 2010, Université Paris I-Panthéon Sorbonne, UMR IRICE, sous la direction d’A.Wieviorka et P.Cywinski p.95-100. En ligne : http://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2011-1-page-95.htm. Voir aussi I.Roder, « Le prisme d’Auschwitz », Revue d’histoire de la Shoah, n°193, juillet-décembre 2010, p.317-331. En ligne : http://www.enseigner-histoire-shoah.org/formation/publications-en-ligne.html (références citées et résumées in S.Kuhn, « Auschwitz », op-cit).

[6] T.Bruttmann, Auschwitz, op-cit, p.104.

[7] T.Bruttmann, « La « Solution finale », des groupes mobiles de tueries aux centres de mise à mort », in A.Aglan, R.Frank (dir.), 1937-1947. La guerre-monde, tome 1, Paris, Gallimard, Folio, 2015, tome 1, p.983.

[8] Témoignages qui ne proviennent évidemment pas seulement d’Auschwitz. Sur la volonté de conserver les traces de la vie juive et de témoigner du massacre, on se reportera aux notices Oneyg Shabes et Témoignages, ainsi que celles consacrées à plusieurs œuvres majeures comme La Nuit du récemment disparu Elie Wiesel ou Maus. On lira également la passionnante notice Photos, un modèle du genre dans la chasse aux idées fausses : les auteurs montrent à la fois qu’il existe nombre de photographies et pourquoi s’est forgée l’idée que de telles images n’existeraient pas.

[9] « Si le système concentrationnaire nazi a servi à de multiples politiques répressives, les plus meurtrières se déroulent en dehors de celui-ci, notamment les politiques d’assassinat. Ainsi en ce qui concerne les Juifs, le système concentrationnaire ne joue qu’un rôle à la marge » rappellent les auteurs (Camp de concentration, p.38). Ce ne sont en effet que 5% des victimes juives qui ont été plongées dans l’univers concentrationnaire, en particulier à Auschwitz, en raison d’une politique de dissémination des détenus en direction de camps-usines. Plus de 80% des victimes juives à Auschwitz ne sont ainsi jamais entrées dans le camp qui ne leur était pas destiné mais assassinées dans un périmètre hors du camp (T.Bruttmann, Auschwitz, op-cit.).

[10] T.Bruttmann, Auschwitz, op-cit, encadré « les centres de mise à mort », p.58-59 et T.Bruttmann, « La « Solution finale », des groupes mobiles de tueries aux centres de mise à mort », op-cit.

[11] L’assassinat par gazage fut utilisé pour la première fois lors la politique d’assassinat de certaines catégories de malades et handicapes : l’opération T4 lancée en septembre 1939 (voir notice T4). A ce sujet : A.Götz, Les anormaux. Les meurtres par euthanasie en Allemagne, Paris, Flammarion, 2014. Sur les prolongements entre l’opération T4 et la mise en place de centres de mise à mort dans le cadre de la Shoah, voir : S.Berger, Experten der Vernichtung: Das T4-Reinhardt-Netzwerk in den Lagern Belzec, Sobibor und Treblinka, Hamburg, Hamburger Edition, 2013 et H.Friedlander, Les origines de la Shoah. De l’euthanasie à la Solution finale, Paris, Calmann-Lévy/Mémorial de la Shoah, 2015 (1995).

[12] http://radiorcj.info/diffusions/36323/

[13] On peut regretter, au passage, l’absence de notice consacrée à la Croatie ou au régime des Oustachis.

[14] Sur la construction des amalgames, voir S.Lindeperg, Clio de 5 à 7. Les actualités filmés de la Libération : archives du futur, Paris, CNRS éditions, 2000. Sur cette empreinte souterraine de la Shoah, voir O.Levy, Images clandestines. Métamorphoses d’une mémoire visuelle des « camps », Paris, Hermann, 2016.

[15] « Occupant depuis 1945 une place importante dans les représentations, les fours crématoires sont devenus, par une série de migrations successives, une métalepse -la conséquence prise pour la cause- de l’assassinat » (Fours crématoires, p.58).

[16] Ailleurs, à Treblinka, Sobibor ou Belzec, les corps, dans un premier temps enfouis, étaient brûlés sur des bûchers (voir notice « Opération 1005 » qui décrypte cette nouvelle étape de rationalisation de l’assassinat, menée par Paul Blobel et destinée à détruire les corps. A Auschwitz-Birkenau, l’ampleur des convois de déportation des Juifs de Hongrie au printemps 1944 nécessite l’usage conjoint de crémation dans les fours et dans des fosses à ciel ouvert pour faire disparaître les corps des victimes.

[17] La langue nazie ne désigne pas spécifiquement ces sites.

[18] A ce titre, on repartira du chapitre de T.Bruttmann, « La « Solution finale », des groupes mobiles de tueries aux centres de mise à mort », op-cit, qui sous l’aspect d’une synthèse est un véritable essai d’interprétation historique du génocide et une proposition d’analyse novatrice des centres de mise à mort.

[19] L’idée d’une intention génocidaire consubstantielle au nazisme n’est quasiment plus soutenue aujourd’hui. Le débat entre intentionnaliste et fonctionnaliste, outre qu’il est peu opérant en la matière, est aujourd’hui dépassé : « le sort des Juifs d’Europe ne fut pas scellé par Mein Kampf et Treblinka n’est pas une conséquence logique de 1933 » écrit par exemple J.Chapoutot : « Le nazisme, une idéologie en actes », La Documentation Photographique, n°8085, janvier-février 2012, p.15.

[20] D’un ghetto à l’autre, les conditions de survie sont très variables et dépendantes des politiques nazies : exploitation de main d’œuvre ou premier moyen de décimer la population juive.

[21] A noter que plusieurs centaines de milliers de Juifs furent déportés par les Soviétiques depuis les territoires annexés par Moscou en direction de l’Est entre 1940 et 1941 et « paradoxalement sauvés de la destruction qui s’abat avec l’invasion allemande. Si 1.5 millions de Juifs supplémentaires réussissent à fuir ou sont évacués plus à l’Est, au moins 2.7 millions sont piégés dans les territoires contrôlés par les Allemands*, et dans leur immense majorité assassinés à partir de l’été 1941 » (URSS, p.122).

[22] La notice Fichage montre comment ces outils mis en place avant la décision du génocide deviennent par la suite des « instruments redoutables au moment des déportations » et des rafles (p.57-58).

[23] T.Bruttmann, « La « Solution finale », des groupes mobiles de tueries aux centres de mise à mort », op-cit, p.979. Florent Brayard spécialiste de cette question et partisan d’une datation tardive de la prise de décision a publié il y a quatre ans un ouvrage qui a fait débat (F.Brayard, Auschwitz, enquête sur un complot nazi, Paris, Seuil, 2012 ; très riche recension par Nicolas Patin : http://www.nonfiction.fr/articleprint-5459-repenser_la_solution_finale.htm). Si la thèse centrale de l’ouvrage (la décision du génocide n’était connue que par un cercle très limité dont était, par exemple, exclu Goebbels) est loin de faire l’unanimité, l’auteur suit par ailleurs de fructueuses pistes de réflexion et notamment son réexamen de Wansee. Rien ou presque, selon lui, ne s’y est décidé. Ce n’est qu’à Posen, le 4 et 6 octobre 1943 et a posteriori que Himmler, devant un parterre de responsables de la SS et de hiérarques du régime nomme explicitement l’assassinat systématique des Juifs. La présence d’une notice consacrée au Discours de Posen présente avec beaucoup d’intérêt ces discours relativement méconnus et explicite cette dimension du « secret » du génocide. Si les camps de concentration, voués à la rééducation des « déviants » bénéficiaient d’une publicité, les tueries, les centres de mise à mort eux devaient restés cachés et furent, pour cela, méthodiquement détruits, Himmler comme Hitler considérant que l’opinion allemande n’était pas encore prête à comprendre, car « encore trop faible, pervertie par les valeurs morales judéo-chrétiennes » (Discours de Posen, p.48).

[24] Sur les projets millénaristes nazis, il faudra se tourner vers C.Ingrao, La promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide, 1939-1944, Paris, Seuil, à paraître en octobre 2016. Pour ce rappel des circonstances de l’invasion de l’URSS, je reprends le chapitre de Tal Bruttmann, « La « Solution finale », des groupes mobiles de tueries aux centres de mise à mort », op-cit, p.964-967.

[25] Ibid, p.967.

[26] Arrivé en France en juin 1943, il dirige le camp de Drancy avant d’organiser le ratissage entre septembre 1943 et mars 1944 de l’ancienne zone d’occupation italienne, de Nice à Grenoble. Le choix de ce portrait rappelle aussi que ce sont les premiers travaux de Tal Bruttmann qui ont contribué à sortir cette figure de l’ombre (T.Bruttmann, La logique des bourreaux, 1943-1944, Paris, Hachette, 2003).

[27] Les notices consacrées à la France, notamment celle sur l’Epuration torde définitivement le cou au fantasme néo-vichyste propagé récemment par un Eric Zemmour d’un régime de Vichy qui aurait protégé les Juifs français. Non seulement les lois antisémites du régime concernent tous les Juifs, « français et étrangers confondus », mais qui plus est « comme pendant la rafle de Marseille, des Juifs français ont été livrés » (p.55). Les notices consacrées à la Rafle du Vel d’Hiv et aux Rafles rappellent, outre l’importance de la collaboration française, le rôle central et pourtant souvent oublié car occulté par celle du Vel d’Hiv, que constitue la grande rafle du 26 août 1942 en zone libre, « hors de toute présence allemande » (p.103).

La Bataille d’Einaudi de Fabrice Riceputi

Rédactrice : Véronique Servat

arton6029Il y a quelques mois disparaissait Jean Luc Einaudi. Fabrice Riceputi dans son livre La bataille d’Einaudi¹ revient sur la trajectoire atypique de cet homme de combats dont le travail acharné fut si déterminant pour rappeler à une République frappée d’amnésie et de mutisme, le massacre de plusieurs centaines d’algériens de France perpétré le 17 octobre 1961. Au cœur de son ouvrage, il y un citoyen-chercheur – titre qui convient bien mieux à Jean-Luc Einaudi que celui d’historien – pris dans la marche de l’Histoire dont il participe à l’écriture. Une écriture complexe, souvent entravée dans sa nécessaire exploration des archives, lourde d’enjeux politiques, sociaux, mémoriels, soumise aux regards publics, susceptible d’être instrumentalisée ou disqualifiée surtout lorsqu’elle questionne un sujet aussi à vif que la guerre d’indépendance algérienne. En retraçant la trajectoire de ce citoyen-historien, Fabrice Riceputi élargit progressivement son propos et démontre avec force comment l’histoire empêchée pérennise et avive les tensions dans le corps social, fabuleux instrument à fabriquer des invisibles, pour ne pas dire des exclu.e.s.

 

Devenir historien pour faire l’histoire d’un événement qui n’en a pas.

La 1ère partie du livre revient sur la trajectoire de Jean-Luc Einaudi. Inattendue et chaotique, elle est faite de persévérance et d’acharnement. Educateur de métier, Einaudi a plus d’une quinzaine de publications historiennes à son actif, bien qu’il reste avant tout l’homme de La Bataille de Paris publié en 1991, ouvrage qui tente une histoire du 17 octobre 1961. Massacre d’état le plus meurtrier de la Vème République, l’événement longtemps occulté est ici disséqué avec ce dont Jean-Luc Einaudi dispose : des témoignages, essentiellement. En s’abreuvant aux voix jusqu’alors brisées ou inaudibles des victimes, il se fait le conteur et le défenseur d’une histoire par le bas.

Dans le silence pesant mais relatif de l’histoire d’avant ce livre, c’est surtout la voix des puissants qui est audible. Au mitan des années 80, celle de M. Papon résonne à nouveau sur le pavé parisien. Sa méthode répressive est réactivée en 1986 contre Malik Oussekine qui meurt des suites des coups portés par les pelotons de voltigeurs motocyclistes réhabilités par Charles Pasqua. Toutefois, l’ancien préfet de police de la Seine est à l’abri, protégé des versions contradictoires sur le massacre du 17 octobre 1961, et le pouvoir de droite alors en exercice ne s’atermoie pas plus sur le sort de l’étudiant que sur celui des Algériens de France torturés, frappés ou noyés cette nuit là. Officiellement la police a réprimé une manifestation de partisans du FLN armés et mobilisés pour semer la terreur dans la capitale, des policiers ont été agressés ; du côté des Algériens de France on déplore 3 morts.

Fabrice Riceputi revient avec minutie sur la lente rupture du silence qui précède la publication de La bataille de Paris. A l’époque, la connaissance de l’événement circule de façon « périphérique » et souterraine. Elle passe par la fiction – Meutres pour mémoire, fiction policière de Didier Daeninckx est publié en 1983 – et la laborieuse identification des témoins ou de leurs descendants. Ce n’est qu’en 1990, que cette circulation mémorielle se structure en une association susceptible de porter une demande collective plus forte avec la naissance d’Au nom de la mémoire. Mais globalement, comme le déplore l’historienne Madeleine Reberioux, l’événement reste sans histoire. Publié au moment des 30 ans du massacre, La bataille de Paris, lui donne une inédite visibilité d’autant plus que la sortie du livre est plutôt bien relayée par la presse.

Aux risques du métier.

Les digues se sont fissurées sous la pression convergente des paroles citoyennes dites depuis une structure associative, ou des écrits littéraire et historien. Mais c’est à la faveur d’un épisode inattendu qu’elles se rompent brutalement. A l’automne 1997, le 8 octobre précisément, s’ouvre à Bordeaux le procès de Maurice Papon. L’ancien secrétaire général de la préfecture de Gironde doit répondre de la déportation de 1690 juifs de Bordeaux dont quelques 200 enfants entre 1942 et 1943. Le procès bénéficie d’une énorme couverture médiatique. Maître Gérard Boulanger, l’un des avocats des parties civiles décide de déployer le curriculum vitae répressif de l’accusé aux différents postes de responsabilité occupés au cours de sa longue carrière au service de l’Etat. A cette fin, Jean-Luc Enaudi est appelé à témoigner et énoncer les conclusions de ses recherches sur le 17 octobre 61 devant la cour. La démonstration revêt le caractère d’une déflagration. Après la condamnation de Papon début avril 1998, celle-ci prend la forme d’une arme à double détente puisque Jean-Luc Einaudi redonne une leçon d’histoire dans les prétoires à l’ancien préfet de police de la Seine qui l’attaque en diffamation. C’est l’occasion pour Fabrice Riceputi de livrer des pages haletantes sur les différentes confrontations qui s’enchainent et de dévoiler le difficile exercice du métier d’historien quand il s’exerce dans l’arène publique et judiciaire.

Les digues ne se brisent pas que dans les prétoires et les risques du métier ne sont pas toujours là où on les attend. L’auteur en présente, en effet, des aspects méconnus qui attestent de la puissance des travaux d’Einaudi autant que de l’impasse où s’enferre le pouvoir politique au nom de la raison d’état. F. Riceputi revient en particulier sur les atermoiements du pouvoir politique qui décide, par la voix de sa ministre de la culture C. Trauttman, d’ouvrir brusquement l’accès aux archives pour revenir tout aussi brusquement sur sa décision. Il évoque les mesures de rétorsions dont sont victimes celles et ceux qui se refusent à entraver l’accès aux documents conservés sur le 17 octobre. Le déroulé des brimades et humiliations que subissent les deux archivistes Brigitte Lainé et Philippe Grand est une partie très douloureuse du livre. Elle montre à quel point la machine institutionnelle, à différents niveaux de décision s’emploie à broyer les individus avec une mesquinerie honteuse maquillée en service de l’Etat.

Cela dit la boîte de Pandore est désormais ouverte. Les recherches s’enchaînent, se multiplient, investiguant des aspects complémentaires du chantier ouvert par Einaudi. Le bilan du 17 octobre 1961 s’affine, la connaissance de l’événement se diffuse. On reparle de Sétif, de Guelma et de Kherrata, du 14 juillet 1953. La bataille d’Einaudi de ce point de vue n’a pas été vaine.

Les présents du passé 

Elle n’est pas pour autant terminée et l’auteur réussit à poursuivre son propos dans un présent d’une actualité brulante emportant avec lui son objet d’étude à savoir le travail de Jean-Luc Einaudi. Par un jeu de mise en perspectives successives, Fabrice Riceputi construit une puissante démonstration dans la dernière partie de son livre qui énonce et déploie simultanément les effets dévastateurs des occultations relatives à l’ensemble de l’histoire franco-algérienne coloniale et postcoloniale.

D’une façon très claire et argumentée, il prend acte, tout d’abord, des actions institutionnelles visant à reconnaître publiquement le massacre du 17 octobre par les gestes accomplis – la plaque apposée sur le pont Saint Michel (face aux locaux de la préfecture de police de Paris, cela ne s’invente pas) – ou les mots prononcés (la timide déclaration du président François Hollande le 17 octobre 2012 qui reconnaît l’existence des victimes mais évite soigneusement de mentionner les bourreaux).

Mais surtout, il replace avec perspicacité le débat sur le plan politique et citoyen, pointant du doigt cette omerta insupportable légitimée par une lecture de l’histoire en vogue, celle qui se dit débarrassée de toute « repentance » selon l’incantation maintes fois réitérée dans l’espace public. Fabrice Riceputi, exemples à l’appui – polémiques multiples sur les programmes scolaires, adhésion à de farfelues théories du complot – démontre avec brio le caractère totalement contreproductif de la stratégie de l’étouffement. A empêcher l’accès aux archives, à entraver l’écriture de l’histoire, l’état français et les animaux médiatiques qui se mettent à aboyer dès qu’on parle des crimes coloniaux de la France, entretiennent le mal qu’ils sont les premiers à dénoncer ou à stigmatiser. L’étendard des valeurs de la République brandit par celles et ceux qui sont au pouvoir ne mobilise pas au delà des communicants de cabinet en charge de la diffusion des injonctions. La fabrique des invisibles par l’occultation volontaire de pans entiers de notre histoire ne crée que du ressentiment et de l’exclusion.

La démonstration est étayée, rigoureuse et implacable. On se doit de la lire. La Bataille d’Einaudi n’est pas encore terminée.

¹La bataille d’Einaudi de Fabrice Riceputi, Le passager Clandestin, 2015

1529713_10203262236297335_375094549_o

 

In Memoriam : Ce très beau portrait de Jean-Luc Einaudi réalisé par Alain Frappier.

CR : D’une petite rafle provençale … de Nelcya Delanoë.

Rédactrice : Véronique Servat

Villeneuve-lès-Avignon, de l’autre côté du Rhône, c’est l’heure du marché. Nelcya Delanoë qui a dans cette bourgade sa résidence occasionnelle retrouve Marion, comme souvent le jeudi matin, autour d’un verre amical pour clôturer agréablement les emplettes du jour, et prendre les dernières nouvelles du pays. Ce jour là, Marion lui confie une feuille de papier que l’historienne range dans son sac.

 

Consultant ce mystérieux présent photocopié, elle découvre une quinzaine de strophes précédées de cette courte introduction : « Le 31 août 1942 à Villeneuve-lès-Avignon c’est la grande chasse aux Juifs. Une femme se jette par la fenêtre plutôt que d’être prise, d’autres sont assommées, rouées de coups, et meurent. Aragon relate avec une parfaite exactitude l’inhumaine battue. » Puis le poème :

Dans ce pays de fenêtres étranges

Il fait trop nuit pour qu’un sanglot dérange

Les jardins clos qui sont des coeurs murés

Tout est de pierre et tout démesuré

Dans ce pays de fenêtres étranges

La lune est restée au détour des toits

Où le Moyen-Age étoilé chatoie

De tous les côtés des tours et des tours

Sauf un rayon pris au puits dans la cour

La lune est restée au détour des toits

Il règne ici la paix cardinalice

Aux cils des volets une pourpre glisse

Porche complice enfer désaffecté

Un chapeau s’écorche au balcon sculpté

Il règne ici la paix cardinalice

Sommeil de l’homme énorme panoplie

Enfin le ciel est couleur de l’oubli

Toute mémoire y perd son abeillage

Celui qui rêve immobile voyage

Sommeil de l’homme énorme panoplie

Qui frappe à la porte au noir du silence

Il se lève un vent de la violence

Sur la ville un vol de coquecigrues

Traque des fuyards à travers les rues

Qui frappe à la porte au noir du silence

Docteur docteur ouvrez votre maison

Le souffle me faut me feint la raison

Ouvrez que j’entre et me donnez asile

Je reprendrai le bâton de l’exil

Docteur docteur plus au pied des autels

Celle-ci qui croit son heure venue

Court à la croisée et folle mi-nue

Crie à minuit Mon amour au revoir

Et boit la mort qu’elle craint recevoir

Celle-ci qui croit son heure venue

D’autres sont partis courir la campagne

Vignes où la peur leurs pas accompagne

Laissant la chaleur de cendres des draps

Avec leurs petits serrés dans leurs bras

D’autres sont partis courir la campagne

Ouvrez la porte et me sauvez la vie

A votre seuil les monstres m’ont suivi

Qu’il faisait beau ce soir à la Chartreuse

Vous qui reposez dans l’alcôve heureuse

Ouvrez la porte et me sauvez la vie

Le deuxième étage allume une braise

La lumière éveille un spectre de chaise

On a remué dans l’appartement

Un enfant gémit se tourne en dormant

Le deuxième étage allume une braise

Sur la colline obscure aux pins bronzés

Afin de mieux l’ombre dramatiser

Chante un oiseau commme aux vers de Pétrarque

Et comme alors l’amant grave ses marques

Sur la colline aux pins bronzés

Cette complainte une autre recommence

D’une autre peste et d’une peine immense

Et non d’amour mais de meurtre et de sang

Miroir ancien d’un malheur renaissant

Cette complainte une autre recommence

C’était hier le temps des Pastoureaux

Le temps qui passe embellit le bourreau

La pierre fend à force de bourrasques

A chaque siècle il suffit sa tarasque

C’était hier le temps des Pastoureaux

Dans ce pays de fenêtres étranges

Il fait trop nuit pour qu’un sanglot dérange

Les jardins clos qui sont des coeurs murés

Tout est de pierre et tout démesuré

Dans ce pays de fenêtres étranges.

À la fin du texte est portée cette information complémentaire : « Poème interdit en France et publié en Suisse dans la revue En français dans le texte ».

Intriguée par cette rafle dont elle n’a jamais entendu parler Nelcya Delanoë se lance dans une enquête afin d’en retrouver les traces. C’est le sujet D’une petite rafle provençale que Laurent Joly(1) a préfacé et qui, avec ces trois niveaux de lecture, constitue un travail passionnant. Il répond aux attentes de ceux qui appellent de leurs voeux une histoire accessible à tous sans compromis sur la rigueur et de celles et ceux qui en ont fait leur métier, qu’ils soient enseignants, chercheurs ou même historiens.

A la surface : heurts et malheurs de l’historien en son atelier.

Nelcya Delanoë a choisi de dévoiler au fil des 214 pages D’une petite rafle provençale, la totalité de son travail de recherche.

Généreusement, elle nous laisse entrer dans son atelier, nous autorise à lire les notes de son petit carnet orange, et nous emmène avec elle aux archives municipales, départementales, ou de la gendarmerie du château de Vincennes et nous décrit même les petites cartes du fichier Tulard(2) si précisément) qu’on a presque l’impression de les avoir sous les yeux. Ce faisant, elle partage avec les lecteurs son quotidien d’historienne, les contraintes et obstacles qui jalonnent son enquête, les habitudes et manies liées à la consultation de ces précieuses mais souvent lacunaires archives. Des sentiments qui sont les siens au cours de ce travail au long cours elle ne dissimule rien : ses émotions, ses impatiences, sa fébrilité à l’ouverture des cartons, ses moments de découragement aussi. Les interrogations qui surgissent au détour de la lecture d’une feuille de papier pelure constituent la moelle épinière de son livre et rendent compte pas à pas de ce qui est l’essence de son métier.

Avec une saine énergie et un brin d’irrévérence (c’est l’occasion de découvrir les méritants efforts mais aussi les difficiles conditions de tenue des centres d’archives), elle nous révèle à quel point se lancer dans la collecte des traces du passé, qu’elles soient privées ou institutionnelles, n’a rien d’un long fleuve tranquille. En effet, alors qu’on imagine souvent les archives comme un lieu d’ordre et de rigueur, tout en références, classements et précisions, on se heurte ici à une réalité nettement plus compliquée : cartons et procès verbaux incomplets, erreurs de transcription  des prénoms, des patronymes, des dates, documents déplacés, introuvables. Bien que N. Delanoë travaille sur un évènement distant de nous de moins d’une vie d’homme, elle démontre à quel point l’histoire est affaire de grande persévérance. À la voir se démener on se remémore le parcours effectué par I. Jablonka parti à la recherche de ses grands parents dont les vies furent englouties à la même époque(3).

Ainsi Nelcya Delanoë se met-elle en quête d’informations précises sur cette rafle de Juifs qui s’est déroulée à Villeneuve-lès-Avignon le 31 août 42 et qui inspira un saisissant poème à Aragon. Un autre aspect du travail d’historien apparait alors, celui du croisement des sources et de leur nécessaire critique et recoupement. Dans cette entreprise, les témoins directs (dont peu sont encore vivants ou disposés à raviver le passé) et indirects, qu’ils soient des habitants de la commune, qu’ils aient travaillé et publié des monographies sur son histoire, qu’ils soient apparentés aux victimes, fournissent un apport précieux. Ils sont au coeur des avancées de l’enquête qui s’avère passionnante mais chaotique. Enfin, le travail de collecte de données sur l’extermination des juifs d’Europe entrepris depuis plusieurs années par les historiens et les institutions mémorielles, en France ou en Israël n’est pas ignoré.

Du microcosme provençal comme point d’observation des années noires. 

De son point d’observation de Villeneuve-lès-Avignon, Nelcya Delanoë reconstitue patiemment une histoire des Juifs de la zone libre au cours de cette période qui fut un tournant dans le second conflit mondial si que cela entraîna, en novembre 42, la prise de contrôle de la zone sud par les forces d’occupation allemandes. Au terme de son enquête, elle outrepasse très largement son objectif initial qui est de reconstituer la rafle et d’en identifier les victimes. Elle établit la liste des personnes capturées, leurs liens de parenté, une partie de leur parcours dans la guerre et corrige la chronologie des évènements. Ce faisant elle redonne vie à des hommes et des femmes dont l’existence a été bouleversée par la guerre qui les contraint à se déplacer, qui les prive de leur travail mais qui restent relativement confiants vis à vis de leur pays qu’ils en soient natifs ou qu’ils s’y soient installés plus ou moins récemment. À la liste s’ajoutent l’identité et parfois même le parcours en guerre d’autres juifs de la commune dont les destinées sont mises à jour avec plus ou moins de précisions. Comme le dit l’auteur arrivée à ses conclusions, lorsqu’elle a établi sa liste des juifs recensés à Villeneuve-lès-Avignon, Pont d’Avignon et les Angles de 39 à 44 « Ce faisant, révélée au jour comme au temps du Polaroïd, est apparue une image à la fois carte de géographie et histoire. En dépit du lacunaire bureaucratico-archivistique, cette image respirait ».

Bien sûr, on ne saurait retrouver les traces des persécutés sans celles de leurs bourreaux. Dans ce domaine aussi le travail de Nelcya Delanoë apporte beaucoup. On y retrouve les « attendus » de la période ; ainsi la frénésie législative anti-juive de l’administration de Vichy  qui empile les textes, ordonnances et circulaires pour prescrire, interdire ou simplement préciser les  écrits antérieurs est particulièrement mise en valeur. Mais le contact avec les sources archivées nous donne aussi à voir comment les acteurs du régime écrivent l’histoire et ce qu’ils transcrivent du moment qu’ils vivent. Par exemple, la consultation des comptes-rendus des conseils municipaux sur la période montrent que les élus ne font aucunement mention de la rafle et pas plus que de la population juive de la commune.

Un autre corpus intéressant est celui des « notes d’ambiance » émises par les autorités locales. Le préfet du Gard et ses services établissent régulièrement des « rapports moraux » pour décrire la façon dont la population perçoit la politique antisémite de Vichy qui se durcit alors considérablement. On y découvre de prime abord une population indifférente, bien davantage préoccupée des conditions de (sur)vie matérielles qui ne bascule dans une certaine hostilité vis à vis des autorités qu’avec l’instauration du STO. Pourtant, en croisant les données dont elle dispose sur les Juifs de la commune avec ces traces administratives qui dressent un tableau par trop idyllique pour être réel de la perception de la politique à l’oeuvre par le français lambda, les lignes de démarcation deviennent nettement plus floues et mouvantes. Recensements, rapports moraux, et informations sur les juifs qui échappent pour un temps ou de façon définitive aux griffes du régime montrent que les failles ont existé et qu’elles sont le résultats de combinaisons, de compromis, d’arrangements de circonstance impliquant les différents acteurs de l’histoire. Ces petites failles, même quand elles apparaissent en creux de l’enquête donnent une lecture plus complexe de ce qui se joua alors. 

On notera enfin l’intéressante irruption  dans le camp des persécuteurs de groupes de malfaiteurs locaux qui agissaient comme des sous-traitants au service des autorités. Acteurs de la chasse aux juifs en zone sud, ils monnayaient  leur clémence auprès de leurs victimes en échange de biens personnels : un sorte de chantage à la survie s’adossant sur un racket juteux, qui dit bien le drame des persécutés conduits à négocier leur sursis avec des bourreaux d’un perfide inhumanité.

D’une petite rafle provençale à la modeste échelle de la commune de Villeneuve-lès-Avignon rend compte de l’épaisseur et de la complexité de l’histoire de la France sous Vichy souvent réduite à des oppositions binaires et à une mémoire indigeste ou douloureuse. Les acteurs ici ne sont pas passifs, ils opèrent des choix parfois inattendus, parfois convenus mais rarement linéaires et évidents.

L’auteur nous offre à lire une histoire sensible qui s’amarre aux destins de petites gens pris dans la tourmente. C’est aussi pour elle l’occasion de boucler un projet plus personnel, lié au parcours de sa grand mère qu’elle évoque avec beaucoup de tendresse mais sans taire la nature de la quête de justice qui est la sienne.

Enfin, Nelcya Delanoë, en historienne vigilante, avec la verve et le ton incisif qui irriguent son livre et qui la caractérise,  nous invite à réfléchir sur les survivances des années noires qui resurgissent dans une indifférence souvent alarmante jusque dans notre banal quotidien. En effet, la multiplication des fichiers de recensement,  la nécessité pointilleuse de justifier de son appartenance nationale, la vidéosurveillance, la fabrication politiques de peurs, de suspicions vis à vis de populations ciblées sont autant de signaux qu’elle pointe comme preuves inquiétantes du glissement de nos sociétés vers des pratiques qui ont présidé à la mise en oeuvre D’une petite rafle provençale.

Notes :

(1) Laurent Joly est notamment l’auteur de L’antisémitisme de bureau. Enquête au coeur de la préfecture de police de Paris et du commissarait aux questions juives, 1940-1944. Paris, 2011.

(2) Sur la nature de ce fichier et les polémiques qui lui sont attachées voir : http://cvuh.blogspot.fr/2011/07/en-1940-les-juifs-de-la-region.html

(3) Ivan Jablonka Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Seuil, 2012.

http://clgeluardservat.blogspot.fr/2012/06/i-jablonka-histoire-des-grands-parents.html

Merci à Nelcya Delanoë pour toutes les raisons que nous connaissons.

Faut-il penser autrement l’histoire du monde ? (CR de lecture)

Rédactrice : Suzanne Citron

FAUT-IL PENSER AUTREMENT L’HISTOIRE DU MONDE ?

C’est l’interrogation de Christian Grataloup dans son dernier livre, un essai en direction d’un large public récapitulant et prolongeant sa riche et suggestive Géohistoire de la mondialisation (1).

Le propos veut se  situer dans le contexte intellectuel et sémantique qui se  dessine à partir des années 1980 : la coïncidence entre l’émergence et la banalisation dans le vocabulaire français du terme de mondialisation et l’affirmation d’une pensée occidentale postmoderne, critique de ses propres schémas et paradigmes et d’une vision autocentrée du monde et de l’humanité. Perspective que l’Europe a imposée comme unique et véridique dans le moment de sa domination matérielle et intellectuelle sur le reste du monde.

Se voulant au delà du dilemme entre une pensée européocentrique, prétendument universelle et un relativisme généralisé, Christian Grataloup propose une réflexion et des pistes pour construire un nouveau récit du monde, en quelque sorte “post post moderne“, qui ne peut plus être linéaire mais proprement multipolaire.

Développant le paradigme du singulier pluriel de l’humanité, combinaison d’une humanité pensée comme unique et de la multiplicité des configurations sociales qui la composent et donc des histoires, l’auteur suggère quelques facteurs anthropologiques de  la lente diffusion du genre Homo sur la Terre et donne la diversité des langues et l’émergence récente des Etats-nations comme exemples du pluriel.

Suit un chapitre particulièrement incisif sur les outils élaborés par la pensée européenne dans sa phase de domination pour appréhender le temps et l’espace. Le fondement épistémologique en est l’évolutionnisme autocentré. L’histoire humaine est pensée comme orientée par le Progrès dont l’Europe est l’avant-garde : elle est mono linéaire et l’histoire des “autres“ n’existe qu’avec leur “découverte » ou quand se produit le contact avec les Européens. Cet évolutionnisme a produit le système classique de périodisation, notamment le découpage Antiquité, Moyen-âge, modernité, qui a été imposé à des sociétés pour lesquelles cette appréhension du temps n’a aucune pertinence. De même le découpage spatial en continents ou territoires doit être relativisé : notre Moyen Orient est un Occident pour la Chine.

D’où la nécessité de repenser l’histoire dite “universelle“ qui n’est qu’un récit du monde vu d’Europe. De l’Antiquité au Moyen-Age, le parcours de Sumer à l’Europe occidentale, en passant par l’Egypte, la Grèce et Rome, est une vision monolinéaire  qui ampute les trois continents de l’Ancien monde de la majorité de leurs sociétés et de la dynamique de leurs interrelations. Christian Grataloup insiste à plusieurs reprises sur l’impact épistémologique de l’évolutionnisme. Celui-ci produit une anthropologie dans laquelle l’histoire humaine se déroule par étapes successives et graduées et qui ne permet pas d’expliquer  l’originalité, la place et le rôle historiques des sociétés d’éleveurs comme les Mongols ou les Touaregs.

Plusieurs grilles de lecture alternatives sont suggérées au long de l’ouvrage et plus particulièrement dans le dernier chapitre (les patrimoines métis), sans que soit absolument proposé, comme un défi nécessaire, le renoncement à la périodisation canonique, alors que l’incongruité des notions d’Antiquité et de Moyen-Age, hors l’Europe qui les a fabriquées, est plusieurs fois soulignée.

`On retiendra les quelques pistes de la conclusion : penser d’abord comme un tout l’histoire de l’univers et de la Terre avec ses habitants depuis le Big Bang et l’histoire des hommes à l’échelle de toute la Terre, ce qui implique un dépassement de la pensée occidentale séparant la nature et la culture. C’est le projet de la Big History anglo-saxonne, qui met en cause la généralité des cadres conceptuels actuels du temps et de l’espace pour y substituer l’agencement de différents espaces-temps. Ces remises en cause pourraient impliquer une recomposition des sciences sociales autour de l’objectif global d’une histoire du monde. Une géohistoire englobant les identités particulières devrait permettre de construire l’idée d’une communauté mondiale de citoyens. Christian G propose ainsi de dépasser l’échelle nationale et donc de penser l’histoire à l’échelle mondiale, planétaire afin d’y décerner les spécificités tout comme les similitudes.

On mesure la distance entre cet objectif et les actuels programmes scolaires dont le déroulement, au moins pour ce qui est de l’école et du collège, reprend intégralement les domaines de validité (périodes, découpages spatiaux) hérités du XIXeme siècle et donc de cette pensée évolutionniste mise en cause dans le livre.

L’introduction en 6ème de morceaux d’histoire chinoise et indienne (La Chine des Han à son apogée, L’Inde classique aux IVème et Vème siècles)  et en 5ème d’ Une civilisation de l’Afrique subsaharienne au choix, aurait pu remettre  en question ce découpage. Mais non, les cadres canoniques sont maintenus, le programme de 6ème déroule le parcours traditionnel depuis le XIXème siècle –l’Orient ancien, la Civilisation grecque, Rome, à partir duquel on jettera des Regards sur des mondes lointains. Le programme de 5ème Du Moyen-Âge aux Temps modernes inclue l’Afrique subsaharienne dans un découpage du temps qui n’a aucun sens pour elle.

Sans parler des nouveaux programmes du lycée pour lesquels ce qui est nommé histoire du monde reste exclusivement calibré par la périodisation eurocentrée traditionnelle. Comme si leurs concepteurs, derrière de prétendues innovations thématiques, étaient épistémologiquement cloués dans le XIXème siècle.

Il est vrai que beaucoup reste à faire pour convaincre un large public de l’anachronisme d’une histoire cristallisée dans des repères nationaux comme l’ont montré certaines réactions à l’introduction de l’Afrique dans les programmes !

Un regret : j’aurais aimé que Christian Grataloup pointe plus explicitement l’anachronisme des soubassements des programmes scolaires. D’autre part, consacrant plusieurs passages –notamment p. 60 à 69- à la genèse de l’Etat-nation (sans mentionner l’impact de la Révolution française dans le processus), il s’attarde plus sur la Serbie que sur l’histoire de France qui fit les délices de son enfance. Parmi les histoires nationales, notre récit républicain n’a-t-il pas vigoureusement effacé le passé pluriculturel et pluri linguistique de l’entité géopolitique nommée France construite à partir du XIIIème siècle?.

D’où mon interrogation finale.

L histoire du monde (ou l’histoire des hommes) n’est-elle pas la première explication du passé  à faire  découvrir à l’école?

(1) Faut-il penser autrement l’histoire du monde?, Armand Colin, 2011.

Géopolitique de la mondialisation. Le temps long du monde. Armand Colin 2007.