Archives par étiquette : bande dessinée

Le Chili dans les veines. « Là où se termine la terre » de A&D Frappier

Rédactrice : Véronique Servat

laouseterminelaterre-couvPoint aveugle des programmes d’histoire, l’Amérique Latine est pourtant un continent vers lequel nous gagnerions à tourner plus souvent et différemment nos regards. Contraints, ils ne portent guère plus loin que ce moment toujours présenté comme fondateur de la « découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. ». À défaut de pouvoir se plonger dans les soubresauts de son histoire contemporaine en classe à l’appui de nos intitulés de programmes, invitons élèves et collègues à arpenter un chemin de traverse, hors les murs, à la faveur d’un itinéraire balisé par Désirée et Alain Frappier. Destination le Chili du second XXè siècle, décor de leur 4ème roman graphique.

Nous connaissons bien les deux auteurs pour leurs ouvrages précédents – Dans l’ombre de Charonne publié en 2012, La vie sans mode d’emploi (2014), et enfin Le choix (2015)et pour leur disponibilité auprès des professeurs et des élèves avec lesquels ils ont mené différents projets pédagogiques ou présenté de nombreuses fois leur travail. Ceux qui les ont lus, ont apprécié, en amont, la rigueur de leur travail de recherche documentaire et de leurs restitutions historiques, la pertinence de leurs collectes d’archives rehaussée de témoignages ; leur appétence pour une his toriographie critique, une recherche renouvelée sources de leur écriture de l’histoire engagée et militante est un autre trait marquant de leurs différents volumes. Ainsi, La décennie F. Cusset (que Désirée surnomme le petit Cusset-je) a servi d’ossature à leur récit sur les années quatre-vingt, les travaux d’E. Blanchard ont éclairé leur volume sur Charonne, les archives du MLAC ont permis de contextualiser une histoire des droits des femmes et de leurs luttes pour Le choix.

Mais un roman graphique ne vaut jamais uniquement pour sa précision historique. Le travail des Frappier ressemble à celui de funambules en recherche de l’équilibre. Pour l’atteindre, ils mêlent les visuels élégants d’Alain – mélange d’influences de grands maîtres dont il loue le travail, tel le mangaka Tanigushi, à sa propre identité graphique faite des clins d’oeil au réalisme photographique – à l’art de faire virevolter les mots en quelques phrases que Désirée maitrise avec virtuosité. On retrouve tous ces ingrédients dans le premier tome de leur dernière création, ainsi que cette habilité à articuler récit intime, trajectoire personnelle, parcours collectifs et Histoire avec un grand H.

Cela dit, et sans minorer ces atouts, Là où se termine la terre en présente de spécifiques parmi lesquels des regards d’exilés en prise avec l’actualité, une lecture des problématiques politiques, sociales et culturelles du continent à l’aide d’emboitements scalaires et un récit de vie inscrit dans ce temps où chacun pouvait contenir dans sa poche l’univers tout entier[1].

Regards d’exilé

Pour migrer vers ce bout du monde dont la géographie tourmentée – des terres arides d’Arica à Punta Arenas – vient parfois percuter le récit, mettons, à l’instar des auteurs, nos pas dans ceux de Pedro. Sa trajectoire personnelle, familiale, politique, est contée à l’aide de ses souvenirs qui tissent la trame du récit. Celle-ci rencontre la terre chilienne bien en amont de sa propre vie, quand, au début du siècle, son grand-père, originaire de Syrie, foule le sol sud-américain. Comme tant d’autres il rêvait de l’Amérique à ceci près que la sienne était plus au sud et s’appelait l’Amrik. Accroché au fil tendu de ses espoirs il débarque à Valparaiso puis à Santiago. Le père de Pedro, Guillermo, y rencontre Albina après que celle-ci ait dû quitter Concepcìon, rasée en 1939 par un tremblement de terre. Les souvenirs d’enfance de Pedro se font foisonnants ; il se remémore ce temps doux-amer, marqué par la présence d’un père, intellectuel fantasque, qui s’éclipse pour fonder une autre famille et une mère versée dans la religiosité. Quelques épisodes forts émergent de cette époque en particulier celui de la coupe du monde de football de 1960. Pedro et son frère Pablo assistent à un match et supportent l’équipe chilienne qui fait un parcours remarquable dans la compétition parvenant au seuil de la finale remportée par le voisin brésilien. Viennent aussi les premiers éveils aux questions sociales du continent évoquées à hauteur d’adolescent qui mesure chaque jour la pauvreté grandissante à sa porte. Le déchirement palpable issu de l’exil éclaire en oblique les souvenirs familiaux pour donner au récit une patine particulière sans le réduire à une nostalgie mièvre.

chili-1

Pedro grandit. L’adolescent devenu jeune adulte entreprend un grand voyage vers les terres australes du Chili. À la façon du jeune Ernesto Guevara dans ses Diarios de motocicleta, cet épisode initie davantage Pedro aux problématiques socio-politiques du pays ; il est sensible à la question indienne liée à la colonisation, aux spoliations et à l’inégale répartition des terres qu’on qualifie parfois pudiquement de « question agraire ». Pedro rejoint le MIR (mouvement de la gauche révolutionnaire) et se lance dans des activités militantes et philanthropiques d’alphabétisation puis de création au sein d’une troupe de théâtre.

chili-5

P. Freire, éducation et émancipation.

Comme la jeunesse allemande, française, états-unienne du printemps 1968, celle du Chili vibre à l’unisson des mots choisis par E. Galeano pour décrire l’ambiance singulière de cette période Nous n’avions pas beaucoup d’années sur le dos et beaucoup de désirs de faire et de dire, nous étions joyeux, acharnés, contagieux …[2] Le militantisme cimente les amitiés et offre les premières émotions amoureuses. Ces années d’initiation et d’expérimentation nous permettent de suivre l’éveil de Pedro et des ses camarades aux causes fondamentales de défense des droits humains : éducation, émancipation, droit à la dignité de tou.te.s. Ils sont alors les moteurs de l’histoire du Chili, oeuvrant à la construction d’un futur qu’ils escompte nt différent, trajectoires personnelles et histoire nationale s’écrivent conjointement.

L’arrière cour ensanglantée du voisin étatsunien

chili

L’histoire du continent sud-américain est imbriquée dans celle des Amériques. Théâtre de la guerre froide, le Chili de Pedro bruisse du spectacle de l’affrontement est-ouest, saisi par un enfant dans ses grandes lignes et figures. Dans les souvenirs de Pedro la course à l’espace avec Laïka et Gagarine, celle aux armements, est régulièrement éclipsée par les grands films qui récoltent des Oscars et les rôles endossés par les stars hollywoodiennes. L’affrontement affecte pourtant le quotidien des chiliens et tout particulièrement de ses adolescents perméables au rêve américain forgé plus au nord. Le Chili parvient toutefois à faire exister son propre univers culturel : les protest singers américains trouvent dans la nouvelle chanson chilienne de sérieux concurrents, Victor Jara et Violetta Para séduisent autant de Joan Baez et Bob Dylan.

chili-3

chili-4 chili-7

La guerre froide se réchauffe après la conquête de Cuba par les forces révolutionnaires emmenées par Castro entre 1959. La prise de pouvoir des castristes puis la révolution cubaine qui installe une tête de pont communiste à quelques encablures des Etats-Unis vient bouleverser les équilibres continentaux. L’épisode de la crise des missiles en 1962 rend subitement palpable le caractère foncièrement instable de l’hypothèse d’un équilibre de la terreur. Pour Pedro, l’exemple cubain est un appel d’air qui l’autorise à recalculer à nouveaux frais l’avenir du continent tout entier. Les espoirs de justice sociale, d’émancipation de l’emprise états-unienne, les rêves de réforme agraire et de changement de la géopolitique américaine se rapprochent et prennent la forme de possibles. L’emboitement scalaire maitrisé par les auteurs permet une lecture des nouveaux équilibres politiques du continent.

chili-2

Nos luttes et nos rêves

chili-6Après 1968 l’histoire du Chili arrive à un nouveau tournant. La sociale démocratie de Frei élu en 1964 semble à bout de souffle. La répression dans les campagnes se fait sanglante[3] tandis que les sans terres (parmi lesquels de nombreux indiens Mapuche) multiplient les tomas[4]. L’épisode de la mutinerie menée par le commandant Viaux depuis la caserne de la Tacna à quelques pas du palais présidentiel en octobre 1969 sonne comme un funeste avertissement. La campagne présidentielle de 1970 met en concurrence le candidat des Etats-Unis – Alessandri, ancien président – le social démocrate Tomic et le socialiste S. Allende, soutenu par l’Unité Populaire, alliance regroupant notamment les communistes, le MAPU et le parti radical. Arpentant le pays pour y faire connaitre son programme il est élu triomphalement au soir du 4 septembre 1970. Les portes du palais de la Moneda s’ouvrent et avec elles le champ des possibles. Cette semaine là, trois ans avant le coup d’état, le voisin états-unien, par l’un de ses organes de presse les plus prestigieux, le New York Times, lançait en un avertissement en forme d’augure funeste Un coup d’état militaire serait préférable à l’arrivée au pouvoir à Santiago d’un Front Populaire.[5]

chili-8

Et soudain, un sac de toile s’abat sur la tête de Pedro, les pages deviennent noires. Le premier tome s’achève à la veille des mille jours de présidence d’Allende brusquement interrompue. La vie  de Pedro telle que nous l’avons découverte basculera avec elle.  Il faudra patienter jusqu’au prochain tome pour explorer cette partie plus sombre de son existence et de l’histoire contemporaine de son pays ;  l’exil ne l’en délivrera que partiellement, c’est certain car déjà tellement palpable.

L’épaisseur narrative et historique de Là où se termine la terre rend les lecteurs.trices impatient.e.s, qu’ils enseignent ou non. Les veines ouvertes de l’Amérique Latine[6] n’ont pas fini de saigner, et Là où la terre se termine est une puissante occasion de nous le rappeler.

 

[1] Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 7

[2] Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 159

[3] Se reporter dans le roman à l’épisode du massacre de Puerto Montt en 1969

[4] Mouvement d’occupation des terres latifundiaires.

[5] Article du New York Times cité dans Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 219

[6] Ouvrage de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano paru en 1971.

Enseigner en lycée professionnel avec les « Super-Héros » 

3

Rédacteur : Joël Mak dit Mack

Entre uchronie politique, mythologie contemporaine et programmes scolaires

 Si l’on prend comme point de départ la publication de la première aventure dessinée de Superman dans Action Comics n°1 en juin 1938, en tant qu’acte officiel de la naissance des Super-Héros[1], le phénomène s’inscrit dès le début et désormais depuis 77 ans dans l’histoire culturelle contemporaine américaine mais également dans l’histoire tout court et ses représentations. C’est en tous les cas davantage avec l’apparition de Captain America que s’instaure une relation étroite entre l’histoire effective des Etats-Unis et l’univers fictif des Super-Héros. Ce lien même ténu avec les faits contemporains perdure jusqu’à nos jours, de la seconde guerre mondiale à la guerre de Corée comme celle du Vietnam jusqu’aux événements du 11 septembre 2001 et bien entendu, depuis, la présence américaine en Afghanistan et en Irak. Même si une étude récente montre que la littérature populaire française des débuts du XXe siècle comportait de nombreux personnages aux caractéristiques similaires[2] et si l’Allemagne de la fin des années trente connut un personnage de BD également proche de ces univers[3], le phénomène reste finalement typiquement américain durant des décennies et profite des évolutions importantes de diffusion au début du XXe siècle pour alimenter l’imaginaire d’un peuple, toutes classes sociales et tous âges confondus. A la fois images modernes d’un monde technologique et tout autant figures tutélaires d’un univers mythologique[4] voire folklorique, les Super-Héros canalisent en eux angoisses et espoirs d’un pays en perpétuelle mutation depuis ses origines. Or à travers cette littérature, il pourrait être possible, d’une certaine manière, de décrypter quelques aspects de la société américaine du XXe siècle et du début du nouveau millénaire. En cela l’étude des comics offre un véritable corpus utile à une histoire fortement « culturelle » qui peut, dans le domaine scolaire, offrir des pistes pédagogiques intéressantes pour une approche différente des programmes d’histoire, consacrés par exemple aux relations internationales du XXe siècle.

Ce texte propose d’évoquer le résultat de presque dix ans d’utilisation de la figure des Super-Héros dans le cadre de l’enseignement de lettres- histoire en lycée professionnel. Bien que la bivalence des enseignements dans les matières générales des filières professionnelles impliquent des interactions pédagogiques spécifiques comme les passerelles possibles entre le français et l’Histoire- Géographie, il ne sera pas présenté ici les exercices proposés en français[5]. C’est véritablement l’utilisation d’un corpus documentaire fortement historique et sa déclinaison en cours sur plusieurs thèmes et autres séquences des programmes que j’aimerai davantage présenter dans ces quelques lignes

1) Les Super-Héros en tant qu’objets historiques:

Dès le début de l’aventure des comics, les couvertures de ces magazines jouent la plupart du temps leur rôle traditionnel d’accroche pour vendre les pages intérieures. Poussant ce principe jusqu’à l’extrême, souvent au cours des années 40 et même au-delà, les auteurs élaboraient sur ce support de véritables images narratives qui débutaient l’histoire telle qu’elle allait être plus ou moins racontée dans les pages intérieures du fascicule. Or, il est possible d’étudier les couvertures, particulièrement celles de Captain America en les considérant comme des documents historiques, ce qu’elles sont de fait, par leur âge, leur contenu et leur signification. Il peut-être intéressant de décortiquer plus précisément deux exemples[6].

A) Combattre le nazisme

Tout d’abord l’image devenue célèbre du premier Captain America paru en mars 1941, permet en cours d’histoire une approche moins chronologique des événements et la possibilité d’intégrer un regard plus culturel sous l’angle du ressenti américain, à la fois en tant que message de propagande mais également en tant que reflet d’un imaginaire collectif, distillé par ces productions de masse. Un travail poussé d’analyse de l’image, par étapes successives, peut faire apparaître les « récits » qui sous-tendent l’accroche du premier numéro et ce qu’il signifie historiquement.

1

Captain America n°1 (mars 1941)

Ainsi, les différents éléments comme le plan d’invasion des Etats-Unis ou les images par écrans interposés, montrant un agent nazi faisant exploser une usine d’armement, mettent en scène l’angoisse du complot et de l’invasion (l’illustré est antérieur de quelques mois à l’attaque japonaise sur Pearl Harbor). Dans une sorte d’inconscient collectif, l’attentat montré par le biais de la « télévision » rappelle en fait le traumatisme encore récent à l’époque, de l’explosion criminelle du dépôt de munitions de Black Tom Island, dans le port de New-York en septembre 1916, perpétré par des agents allemands. Cette agression du territoire « sanctuarisé » a marqué longuement les esprits et se retrouve finalement, implicitement sur la couverture du premier Captain America. D’ailleurs, l’importance de ce choc dans l’imaginaire américain se retrouve de manière explicite cette fois-ci dans un comics des années 40 qui rappelle en deux cases la mort du père d’un de ces premiers Super-Héros, le Shield (le bouclier) dont les aventures et le costume influencèrent fortement les créateurs de Captain America[7].

2

 Evocation dans le numéro 1 de Pep Comics (janvier 1941), rappelant la mort du père de The Shield.

La scène centrale est intéressante à observer davantage. Elle paraît montrer ce que n’importe quel comics de Super-Héros exploite c’est-à-dire le combat toujours « grandiloquent » entre le représentant du bien et le super- vilain, lui aussi, personnage de fiction. Mais dans ce cas précis, il s’agit de l’image caricaturée, certes, mais bien reconnaissable d’une figure historique, Adolf Hitler en personne. De ce fait, ce qui est raconté, -message assumé en tant qu’objet de propagande-, apporte un regard ludique, décalé, sur un sujet grave et tiré du réel, de l’histoire en train de se faire.

B) Combattre les « hordes » de communistes

Deux autres couverture méritent là encore une présentation détaillée auprès des élèves afin d’évoquer cette fois-ci le début de la guerre froide, juste après la fin de la guerre de Corée. Il s’agit des couvertures n° 77 et 78 du magazine Captain America.

34

Les représentations permettent une analyse précise de l’esprit de la guerre froide, du moins dans le contexte américain de l’époque, à savoir la fin du maccarthysme et quelques mois après le conflit en Corée. Sur la première image, il est intéressant de noter les deux éléments de décor. En premier le cargo sur lequel de nombreux soldats soviétiques attendent en vue de l’invasion d’une ville que l’on devine en arrière plan avec ses gratte-ciels et qui peut être identifiée à New York. Le récit en pages intérieures, par contre, traite d’une aventure à China Town où il est question d’une attaque de soldats de Mao Tsé-toung. La seconde couverture ne permet pas d’identifier un lieu précis mais il s’agit là encore d’invasion de soldats communistes soviétiques et de l’apparition d’une créature appelée Dynamo. Sur les deux représentations, figure au dessus du titre Captain America, la mention de Commie Smasher (écraseur de communistes) qu’il faut expliquer aux élèves ainsi que les sous-titres de « Stricking back at Soviet » (Vengeance contre les soviétiques) et « Captain America defy the communist orders » (Captain America défie les hordes communistes).

A noter que les créateurs de Captain America, Kirby et Ditko, publièrent au cours des années 50 une pâle copie intitulée Fighting America afin de concurrencer les éditions Atlas (ancêtre de Marvel) qui possédaient la licence du héros étoilé. L’état d’esprit anticommuniste se retrouve bien dans ces publications mais avec une ironie qui transparaît dans la pléthore d’adversaires aux noms tous plus caricaturaux les uns que les autres tels que Hotsky Trotski ou Poison Ivan. La comparaison de ces trois couvertures peut servir à la fois comme support iconographique sur les relations internationales dans le programme de troisième, à travers le discours de la propagande durant la seconde guerre mondiale et la guerre froide. Il peut tout autant être prolongé dans le cadre de l’épreuve d’histoire des arts avec d’autres supports tels que l’on peut les trouver sur le site http://comiccoverage.typepad.com/comic_coverage/2007/03/cover_to_cover__1.html

5

2) Eclairer l’histoire contemporaine à travers les personnages et les récits des comics américains (1960-2000):

 A) Construire une double frise chronologique :

Anecdotique en apparence, ce type d’exercice permet d’éclairer l’histoire contemporaine américaine mais également les relations internationales sous un autre jour. On fournit aux élèves deux tableaux chronologiques comprenant, sur l’un, les grands faits internationaux (seconde guerre mondiale, guerre froide, guerre du Vietnam, décolonisation, Trente glorieuses, lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, Attentats du 11 septembre 2001), et sur le second, les dates de publication des Super-Héros les plus connus. En fabriquant un axe chronologique  « complexe », ils mettent en parallèles les deux types de données. En réalisant ce travail, les élèves peuvent comprendre le contexte socioculturel qui explique l’apparition de ces personnages, leur développement à travers des publications de masse en lien avec l’évolution des médias et leur transformation au fur et à mesure des mutations économiques et sociales voire politiques de l’Amérique. De plus, si la naissance de Captain America au cours de la seconde guerre mondiale est assez bien connue du grand public, en revanche, il est plus surprenant pour les élèves de découvrir que le personnage d’Iron Man voit le jour dans la jungle Vietnamienne en 1962, alors que le conflit en est à ses « balbutiements ». Les versions cinématographiques récentes le faisant apparaître depuis 2008 en Irak. De même, un tel exercice permet ainsi de mettre en relation la création des X-Men avec la période des droits civiques. Dans l’esprit de Stan Lee, le créateur de ces diverses créatures, les X-Men symbolisent la lutte pour l’égalité des droits face à des différences « génétiques » (ou raciales) supposées[8].

 B) Eclairer autrement quelques éléments du programme d’histoire en terminale bac pro.

Depuis la réforme du bac pro en trois ans, les référentiels qui encadrent le programme d’histoire précisent les connaissances que doivent maîtriser nos élèves et définissent les thèmes très restreints à aborder afin d’illustrer ce référentiel. De fait, souvent, le cours se réduit à une évocation rapide et globale de la séquence sous forme de frise chronologique et de mots-clef afin d’évoquer plus en profondeur les situations (entre une et deux maximum).

a) La première séquence « Les Etats-Unis et le monde » de 1917 à 1989 demande de montrer l’engagement américain dans les deux conflits mondiaux et leur rôle dans l’économie internationale qui « contribuent à la construction de la puissance américaine ». Il faut également évoquer les « tentations de repli (isolationnisme) » et présenter les moyens mis en œuvre par les Etats-Unis pour défendre voire imposer « leur modèle économique (capitalisme) et politique (démocratie libérale) ». Pour cela il faut traiter soit des 14 points de Wilson, soit des débuts de la guerre froide et du plan Marshall. Ce sont des entrées possibles mais il en existe d’autres. Ainsi, le récit ci-dessous[9], paru en 1940 quelques temps après la signature du pacte de non agression germano-soviétique, permet d’évoquer plusieurs aspects des relations internationales de cette période. En premier, la SDN (de fait les fameux 14 points Wilson) mais, sans doute de manière moins directe, les tensions installées par le pacte germano-soviétiques et leurs conséquences directes, la guerre en Europe évoquée à travers la question de la ligne Siegfrid (Pendant de la ligne Maginot).. En filigrane, à travers le télescopage d’une aventure fictionnelle qui rencontre les événements historiques réels, on peut aborder la question des hésitations américaines, entre isolationnisme et interventionnisme. Ce comic book très court, commandité par la revue Look, spécialisée dans les reportages photos, fait intervenir Superman qui règle en quelques cases très rondement menées, les relations internationales et élimine en même temps les deux plus grandes dangers de l’époque : Adolphe Hitler et Joseph Staline. Entre récit de propagande et message « subliminal » des autorités américaines empêtrées dans une neutralité de plus en plus difficile à respecter pour l’administration rooseveltienne.

7
8

 

b) Le quatrième et dernier thème du programme d’histoire en classe de terminale bac professionnelle aborde le monde depuis le tournant des années 90 à partir de deux sujets au choix : la chute du mur de Berlin ou le 11 septembre 2001. Bien entendu, il faut dresser un panorama complet et rapide de la période en évoquant pêle-mêle, l’effondrement du système soviétique, les interventions militaires des Etats-Unis et de leurs alliés, etc. L’exemple proposé ici, permet d’analyser une image, a priori sans rapport avec ces questions d’histoire mais qui pourtant traite des tensions entre les alliés face aux réticences des pays européens à suivre les américains au cours de leur intervention en Irak. La position de la France et le fameux discours de Dominique de Villepin à l’Onu sur une « vieille Nation », le 14 février 2003 déclancha de nouveau, un « France Bashing » Il se retrouve, de manière incongrue au détour d’une page d’un comics de la Série des Ultimates[10], revisitant les personnages des Avengers en les adaptant aux goûts du jour. Alors que Captain America combat une race d’extra-terrestres virulents et vindicatifs, il est sommé par le chef de ces créatures, invulnérable à ses coups, de se rendre. Pointant son indexe sur le A de son masque, il s’écrie « Il n’y a pas marqué France, là ». Cette réplique cinglante offre la possibilité d’expliquer aux élèves les tensions complexes entre alliés sur ces zones d’interventions également complexes de l’Afghanistan et de l’Irak, au début des années 2000. Un an plus tard, la publication des fascicules de cette série en un premier volume, permet aux éditions Panini, le distributeur français, de faire disparaître cette réplique en remplaçant la citation à notre pays par le mot « lâche », plus neutre.

Réponse de Captain América Version 1 (2004)              

10

Version 2 Ultimate 1 édition Panini 2005

11

3) Mondialisation et Super-Héros : Illustrer un cours de géographie en classe de CAP (séquence « Culture mondiale et pluralité des cultures »).

Dès les commencements de la diffusion massive des comics aux Etats-Unis, ceux-ci s’exportent en Europe. En 1934, l’année de sa sortie, le journal de Mickey paraît également en France intégrant rapidement des séries et des auteurs locaux et à partir de 1939, Superman arrive dans les kiosques de journaux affublés de noms francisés plus ou moins extravagants (Yordi, François l’imbattable…)[11]. Même si la seconde guerre mondiale et l’après-guerre participent d’un engouement important pour ces personnages, ce n’est qu’à partir des années 60 que le mouvement s’amplifie. C’est aussi la période où, parmi les personnages emblématiques et récurrents de l’univers Marvel mais également DC comics, apparaissent des figures annexes dans le but de délocaliser voire mondialiser le «concept». Ainsi La redoutable Panthère noire, prince héritier du royaume imaginaire d’Afrique centrale, le Wakanda, voit le jour en 1966, suivi dix ans plus tard de Captain Britain. A chaque fois ces héros venus d’ailleurs sont imaginés par des dessinateurs et scénaristes américains. Ils ne représentent finalement rien d’autres que des faire-valoir stéréotypés d’une ouverture plantaire de circonstance et mercantile : agrandir son marché en proposant des aventures de Super-Héros qui peuvent enflammer un certain « nationalisme » local et rajouter en « exotisme » pour le lectorat majoritairement nord américain. Cependant, dès ces fameuses années trente, apparaît au cœur des Balkans un curieux personnage du nom de Zigomar dans Mikijevo carstvo.[12] Zigomar, clone plus ou moins avoué du Phantom de Lee Falk. Par la suite même si les cas sont rares, il est possible d’établir une sorte de liste de « créatures locales », toutes issues de situations au contexte géopolitique très marqué et qui, bien que fortement influencées par l’univers Marvel ou DC comics, proposent pourtant des aventures spécifiques à ces espaces géopolitiques, imaginées la plupart du temps par des dessinateurs et scénaristes locaux. Trois exemples peuvent être plus particulièrement retenus.

A) Des Super-Héros israéliens nombreux mais sans lendemain…

Dès les années 50 est créé dans les revues BD israéliennes, le personnage de Gidi Gezer, qui tout comme Popeye et ses épinards, tirait sa force d’un plat de carottes. Il s’agit encore d’un personnage plutôt caricaturale, dans la tradition des bandes dessinées humoristiques, mais l’auteur Uri Fink[13] imagine quelques années plus tard en 1978 le premier véritable Super- Héros israélien, appelé Sabraman. Il est publié dans les pages anglaises du Jérusalem Post et se révèle être un véritable hommage à Captain America. Comme ce dernier, Dan Bar est un simple soldat à qui une officine des services secrets installe dans sa poitrine, comme à vingt huit autres volontaires, une pile atomique. Au cours de l’expérience le laboratoire est détruit ainsi que tous les premiers cobayes à l’exception de Sabraman qui devient un être aux superpouvoirs. Dans les années 80 apparaît Uri On, un autre super soldat qui combat les ennemis d’Israël, puis de nouveau, Uri Fink invente le Golem, en référence à la tradition kabbalistique d’Europe centrale, imaginant par ailleurs une sorte d’univers parallèle dans lequel les créateurs juifs américains des premiers comics de Super-Héros choisissent la Palestine et le futur état d’Israël pour émigrer[14]. Mais si ces créatures de papier paraissent à la fois hériter des caractéristiques des célèbres personnages de DC comics ou Marvel tout en évoquant un contexte différent, inscrit dans l’histoire et la culture contemporaine israélienne, elles ne sont que des objets de curiosités qui ne trouvent que peu d’écho auprès d’un public local. Par contre des auteurs juifs américains, plutôt actifs au sein d’associations culturelles et politiques, soutenant la politique israélienne ont publié des comics comme d’abord Shaloman[15] depuis 1985.

12

Shaloman n° 7 de Al Wiesner

B) Deux publications du monde arabo-musulman : AK comics et les 99.

A partir de 2003, une maison d’édition du Caire[16] publie en arabe et en anglais une série de comics dont les protagonistes (Jalila, Zein et Rakan) inscrits majoritairement dans l’époque contemporaine, se battent pour la paix au Moyen Orient dans un univers à la fois proche des standards anglo-saxons (une partie des dessinateurs sont eux-mêmes américains) mais intégrant également de nombreux éléments de la culture arabo-musulmane. Mais c’est une maison d’édition koweitienne, Teshkeel, qui produit à partir de 2006 les 99[17], se voulant à la fois attachés à l’univers des comics de Super-Héros dont les codes ont été établis aux Etats-Unis tout en développant une philosophie qui relève de l’islam (les 99 noms de dieu ou les 99 éléments de sa sagesse). Publié en kiosque dans une grande partie du Moyen-orient mais également en Amérique et désormais en Europe,

                                               14 13

Jalila n°6, AK Comics                                     Les 99 attributs d’Allah, version langue anglaise

 C) Des Super-Héros déchirés au cœur des guerres fratricides en ex-Yougoslavie

Dans un ouvrage intitulé « Le bordel des guerriers, folklore, politique et guerre », le sociologue serbe Ivan Colovic ausculte à travers la chanson populaire, les associations de supporters de football, les romans dits de gare et la bande dessinée, les représentations d’un folklore nationaliste, souvent xénophobe qui se nourrit à la fois d’une culture ancienne mais également d’une actualité récente émanant des guerres en ex-Yougoslavie entre 1991 et 1995. Il évoque plus particulièrement, le cas de Superhrvoje, très inspiré par les comics américain tout en développant un imaginaire propre à la société yougoslave. Un seul numéro fut réalisé en 1992 et raconte la métamorphose d’un journaliste croate qui au contact d’une idole ancienne, se transforme en homme de pierre, apparaissant chaque fois que du sang innocent coule sur la terre de ses ancêtres. Bosman quant à lui, défend Sarajevo encerclée[18] par les forces serbes en 1995. Là encore, héros à la musculature athlétique impressionnante, il tire ses pouvoirs de vieux manuscrits religieux qui lui fournissent l’énergie nécessaire pour protéger les populations musulmanes en danger. Les Knindzas – Chevaliers de la Krajina serbe[19] racontent en deux numéros, les aventures de combattants serbes aux noms rappelant les grands guerriers des temps anciens, prêts à se sacrifier pour la mère patrie. Productions éphémères qui s’inscrivent fortement, chacune à sa manière dans un procéssus de propagande très spécifique, ces planches souvent de très mauvaises factures mais vendues pour certaines à plusieurs dizaines de milliers d’emplaires restent aujourd’hui des témoignages importants d’une époque particulière et, en tant que tels, de véritables documents historiques.

             16

Les Knindzas – chevaliers de la Krajina, n°2

                   15

Les transformations de Bosman, 1994

14

Superhrvoye n°1, 1992

4) Comment et pourquoi les utiliser en classe ?

Ni les référentiels des programmes de bac pro ni ceux des troisièmes prépa pro (identiques au programme des troisièmes de collège) ne permettent, sans trop s’en éloigner, d’utiliser de telles données. Cependant, l’histoire-géographie en classes de CAP propose des thèmes traités à la fois en cours puis développés par les élèves sous forme de dossiers thématiques qu’ils présentent lors d’un oral dans le cadre des CCF (Contrôle en cours de formation). L’une des questions s’intitule «les guerres en Europe au XXe siècle». Certes, elle laisse une vaste place aux deux conflits mondiaux, à la guerre froide également mais l’éclatement de la Yougolsavie est cependant présent dans la liste des thèmes éventuels (sur l’aspect de l’Histoire des arts) et il est donc tout à fait possible d’envisager à la fois une présentation générale des guerres civiles des années 90 dans les Balkans et permettre également aux élèves de développer un dossier autour de ces personnages bosniaques, croates ou serbes pour mieux saisir et comprende de l’intérieur (d’une société) comment se fabriquent des représentations culturelles, ici à connotation fortement nationalistes et xénophobes, pétries de références historiques quasi-mythologiques sur les origines de chaque peuple concerné et fortement ancrées dans des discours religieux prégnants. En ce qui concerne les bandes dessinées israéliennes, égyptiennes ou koweitiennes qui ont développé des personnages spécifiques, il est possible de les étudier dans l’une des questions de géographie qui s’intitule «Culture mondiale et pluralité des cultures». Si les thèmes plus traditionnellement abordés dans cette leçon envisagent l’étude d’entreprises commerciales mondialisées telles que Coca Cola, McDonald’s ou des péhénomènes de résistance à une culture unique comme Booliwood, etc., l’étude de ces BD permet justement de comparer les similitudes avec les comics US et également les spécificités mises en exergue. Elle permet également d’apprendre à mieux saisir ce qu’est l’analyse d’un document, à davantage oberver le contenu de ces planches ou cases, ce qu’elles contiennent de manière explicite ou implicite. La comparaison de ces représentations fictives du Moyen Orient ou d’Europe centrale peut révéler des ressemblances importantes telles que les nombreux éléments religieux, les références à une culture de la violence guerrière, les influences d’un imaginaire commun aux Super-Héros américains mais transcendés avec des codes locaux spécifiques.

En guise de conclusion

 L’écueil sans doute le plus important à éviter lorsqu’on utilise la bande dessinée en cours d’Histoire est le risque de la simple illustration d’un thème par quelques images, cases ou planches, faciles à utiliser mais tellement réducteur. On peut citer par exemple la tentation qu’il y aurait à illustrer en sixième le thème de la romanisation de la Gaule par quelques extraits de l’album d’Astérix, le combat des chefs (1966) ou entamer comme «accroche» de séance en classe de troisième, un cours sur la résistance et la collaboration avec une case ou deux du Bouclier Arverne (1968). La série des Astérix doit être d’abord étudiée pour ce qu’elle est davantage, c’est-à-dire un regard décalé et amusé sur la société française des trente glorieuses qu’il faut être capable de contextualiser. Une telle approche, bien entendu, peut s’avérer terriblement chronophage, éloignée des référentiels, difficile à exploiter avec les élèves. C’est pourtant davantage dans cette direction que le travail autour des Super-Héros s’inscrit, celui de comprendre une société et la manière dont elle se représente à travers sa production culturelle de masse. Il est ainsi possible de traverser toute l’histoire américaine contemporaine depuis les années trente et d’en saisir toutes ses mutations, ses heurts et ses espoirs à travers de simples aventures de «personnages en collants».

[1] Ils sont en gestation à travers la culture des pulps des années 20 et d’autres personnages de BD, aux marges de plusieurs genres…

[2] Xavier Fournier, Super-héros une histoire française, Huggin Muninn éditions, 2014, 240 p.

[3] Famany, der fliegende mensch, créé en 1937. Voir http://home.arcor.de/vorkriegscomics/famany.htm.

[4] Alex Mikalovitch, Mythe et Super Héros, Les moutons électriques éditeur, 2011, 194 p.

[5] Joël Mak dit Mack, Histoire et Bande dessinée, CRDP Grenoble, 2006, pp. 161-173.

[6] Sur ce site, on trouve la totalité des couvertures de la revue Captain America du premier numéro jusqu’à la dernière publication : http://www.coverbrowser.com/covers/captain-america

[7] http://www.comicbox.com/index.php/articles/oldies-but-goodies-pep-comics-1-jan-1940-part-1/

[8] Régis Dubois, Revoir les films populaires, cinéma, pop-culture et société, chapitre « X-Men, pop-culture et politique », The Book Edition, 2012, pp. 25-35.

[9] L’aventure de Superman est en récit complet sur le site http://www.strangehistory.net/2011/05/12/superman-versus-hitler/. Une partie, présentée en couleur est déjà utilisée pédagogiquement pour des classes de troisième sur le site http://lewebpedagogique.com/lastrolabe/2013/12/04/quiz-hitler-et-staline/. Sur le site http://www.actuabd.com/+Quand-Superman-capturait-Hitler-et-Staline on peut trouver des informations sur cette publication dans la revue américaine Look et la réponse nazie dans un magazine SS rappelant les origines juives des deux créateurs de Superman. Le lien se trouve ici : http://research.calvin.edu/german-propaganda-archive/superman.htm.

[10] Fascicule numéro 8 de la version française, février 2004, éditions Panini.

[11] http://www.collect-all.net/t16586-les-premieres-aventures-des-supers-heros-en-francais.

[12] Zigomar dans Mikijevo carstvo (le royaume de Mickey). Voir http://www.rastko.rs/strip/zzupan-golden_age.html

[13] http://www.akadem.org/medias/documents/3-Uri-Fink.pdf

[14] http://www.internationalhero.co.uk/g/golemisr.htm

[15] Voir Fredrik Strömberg, La propagande dans la BD, un siècle de manipulation en images, Eyrolles, 2010, pp. 28-29. Egalement http://www.palestineposterproject.org/special-collection/shaloman.

[16] Fredrik Strömberg, La propagande dans la BD, un siècle de manipulation en images, Eyrolles, 2010, pp. 34-35 et http://www.actuabd.com/Des-super-heros-arabes-font-regner-la-justice-au-Proche-Orient

[17] http://www.lexpress.fr/culture/livre/quand-superman-rejoint-les-super-heros-musulmans_773161.html

[18] http://beta.radiosarajevo.ba/novost/36735/predstavljamo-strip-bosman-foto

[19] Ivan Collovic, Le bordel des guerriers, folklore, politique et guerre, LIT Verlag Münster, 2005, pp. 58-60.