Archives par étiquette : Alain Corbin

Des dates, des héros, Morterolles… le roman national comme fugue (séminaire fabrication du commun)

Rédacteur : Vincent Chambarlhac

Un triptyque :

  • Alain Corbin, dir, 1515 et les grandes dates de l’histoire de France, revisitées par les grands historiens d’aujourd’hui, Paris, Seuil, 2005.
  • Alain Corbin, Les conférences de Morterolles. Hiver 1895-1896. A l’écoute d’un monde disparu, Paris, Flammarion, 2011 (mars).
  • Alain Corbin, Les héros de l’histoire de France expliqués à mon fils, Paris, Seuil, 2011 (août).

Résumé.

Pourquoi se saisir du roman national à partir d’Alain Corbin pour ce séminaire ? Au ras de l’enceinte scolaire, on prendra comme prétexte de courts échanges sur le blog d’aggionarmento hist-géo, abrité par Hypothèses.org[1]. Le débat s’ouvrait par un texte d’Eric Fournier sur les usages politiques de l’œuvre d’Alain Corbin[2], se poursuivait par les interventions de Suzanne Citron, Charles Heimberg, Catherine Coquery-Vidrovitch, Philippe Olivera[3]. Au centre du propos, non l’œuvre d’Alain Corbin, mais un court opus –Les héros de l’histoire de France expliqué à mon fils– et sa réception par Le Figaro notamment[4] où il voisine avec les propositions de Dimitri Casali, auteur du Manuel d’alter-histoire. Dans ces courts échanges, la polémique se noue alors sur la caution apportée par Alain Corbin (à son corps défendant) à la topique d’un retour au roman national, seul gage dans l’horizon éditorial du Figaro d’un véritable enseignement de l’histoire. Dans l’histoire scolaire, le propos ravaude la matrice structurelle de la polémique de 1979, alors initiée par l’APHG, Alain Decaux, Le Figaro ; elle importe peu ici[5]. Faire retour sur les arguments échangés introduit mon propos, plus réflexif qu’exactement centré sur le roman national dans un second temps. L’hypothèse posée est alors celle d’un dispositif heuristique propre à Alain Corbin dont les trois ouvrages, malgré d’évidentes dissemblances d’abord d’ordre éditorial, témoignent. En regard de ce dispositif, on prendra comme analogie l’art de la fugue pour saisir ce que le travail de l’historien dit de cette figure qu’est le roman national.

 Cette intervention s’appuie sur un corpus hétérogène. Deux ensembles le constitue : les discussions nouées sur le blog d’aggiornamento histoire / géographie sur l’œuvre d’Alain Corbin par le truchement d’un article de Natacha Polony dans le Figaro qui l’enrôle dans la grande cause qu’est pour le journal le roman national ; une suite dans l’œuvre d’Alain Corbin constitué de trois opus qui, à mon sens, interroge la figure du roman national. Ce corpus permet de jouer sur plusieurs cordes de celle-ci :

  • en tant qu’elle organise pour partie les relations de l’histoire savante à l’histoire enseignée,
  • en tant qu’elle construit dans l’espace public son propre ordre de réception des travaux historiques, passant sinon sous silence, tout du moins à l’arrière plan, les médiations que sont les logiques éditoriales, les logiques de la critique journalistique.

Trois temps rythment l’intervention, interrogeant le roman national comme catégorie éditoriale, comme vecteur de politisation de l’historien, puis au plus près de ce dernier, comme lieu heuristique.

Le roman national, catégorie éditoriale

Aggiornamento pour l’histoire-géo est un réseau à l’exacte intersection de l’histoire discipline enseignée / discipline de recherche. Cette position dans l’espace de la discipline, comme la généalogie de ce réseau –pour partie issu du CVUH- détermine sa sensibilité aux usages de l’histoire scolaire dans le discours politique. La discussion autour d’Alain Corbin, et surtout de sa récupération / cannibalisation par le Figaro sous la plume de Natacha Polony s’est déjà effectuée par l’échange de mails, restreints à la liste. La teneur des échanges se retrouve, sous une forme plus construite, dans deux billets du blog : le premier, du 22 novembre 2011, signé d’Eric Fournier, s’intitule « Des héros et des cannibales : des usages politiques de l’œuvre d’Alain Corbin ». Une suite (Des héros et des cannibales / suite du débat ») est éditée le 15 décembre 2011 : elle comprend les réactions  de Suzanne Citron, Eric Fournier, Charles Heimberg, Catherine Coquery-Vidrovitch, Philippe Olivera, se présente comme une compilation de ces mails. Ces intervenants composent une grande part du noyau actif du réseau qu’est ce blog ; l’arc des réactions, s’il ne saurait être exactement représentatif de l’ensemble des sensibilités des membres de la liste, campe tout de même les conditions de réception de l’œuvre d’Alain Corbin, via le Figaro, via aussi et surtout le plaidoyer d’Eric Fournier qui fut son élève, récusant l’instrumentalisation politique de son œuvre. Précisons enfin qu’un entretien avec Alain Corbin, réalisé par Laurence De Cock et Eric Fournier, vient clore (momentanément) ces échanges. Il est mis en ligne le 22 janvier 2012, s’intitulant « L’histoire répond avant tout à une curiosité ».

Par Eric Fournier, la discussion s’est engagée sur l’œuvre d’Alain Corbin enrôlée par Natacha Polony dans la « cause » du roman national. Eric Fournier considère à juste titre que Natacha Polony cannibalise Alain Corbin. La justesse de l’expression fait toutefois écran à toute une série de médiations journalistiques et éditoriales structurant l’enrôlement de l’historien dans la cause du roman national. Ces médiations reviennent souvent en incise des échanges. Les rappeler brièvement introduit le questionnement de cette figure comme catégorie éditoriale.

  1. Mobilisant Alain Corbin pour une cause qui lui est étrangère, Natacha Polony joue peu ou prou du pouvoir de police dévolu aux journalistes dans la pratique du compte-rendu[6]. Peu importe au fond l’étrangeté de l’historien à cette cause, qu’il ne soutient, ni ne combat ; Le nom d’Alain Corbin accolé à celui de Dimitri Casali suffit à légitimer celle-ci. Par effet retour de l’article, la proximité des deux ouvrages (Le manuel d’Alter-Histoire de Casali et Les héros de l’histoire de France expliquée à mon fils) sur les tables des libraires renforcent visuellement cette contiguïté des deux auteurs voulue par Le Figaro. Se vérifie là l’effet prescriptif de la chronique journalistique sur la librairie, ce d’autant plus que la diffusion de ces livres médiatiquement accolés se prête facilement à l’office forcé[7].
  2. Le soupçon de collusion de l’historien à la cause du roman national dans les discussions se renforce de la titulature des ouvrages : 1515, les grandes dates de l’histoire de France, Les héros de l’histoire de France expliquée à mon fils. Ici les titres sur-signifient. Soit, mais il y a le jeu de l’éditeur dans la titulature, le poids de la collection et des contraintes d’écritures qu’elle suppose. Une politique éditoriale est-elle une ‘’zone d’ombre’’ (Suzanne Citron / Eric Fournier) ? Oui, mais cette zone d’opacité est intrinsèquement liée à la logique marchande de l’édition. S’en affranchir équivaut à renoncer à la publication, et en l’espèce à la vulgarisation d’un savoir historique. Soit, mais c’est alors couper l’une des médiations possibles de l’histoire « savante » (académique) dans son rapport au public, et laisser aux seuls praticiens de l’histoire enseignée la démocratisation de ce savoir. Faire un autre choix implique donc nécessairement d’acquiescer par l’éditeur à une stratégie marketing, laquelle produit systématiquement de la mésentente entre l’auteur dans son intention d’écriture et l’appropriation de l’ouvrage dans l’épaisseur de la chaîne éditoriale (service de presse, placement auprès des libraires par les représentants, etc.). Ainsi va l’ordinaire de l’édition, de ses marges militantes aux grandes structures éditoriales.

Ces deux remarques n’ont pour but que d’informer la qualité éditoriale de la figure du roman national. Envisagée au prisme éditorial, cette figure vaut labellisation, inscription dans un segment du marché éditorial, celui de la vulgarisation de l’histoire de France.  L’expression identifie pour le public un genre structuré par la référence à une histoire scolaire mythifiée. Le « roman national reprend des couleurs » affirmait un article de L’Express le 24 septembre 2009 à propos de la réédition du Lavisse. La cannibalisation d’Alain Corbin par Natacha Polony ressort certes au travail politique de la journaliste, mais aussi simultanément à une séquence éditoriale spécifique où le roman national constitue un genre, un produit identifiable sur les tables des librairies. Aussi faut-il situer les ouvrages d’Alain Corbin dans cette configuration éditoriale : Lavisse, Michelet –tous deux réédités- mais aussi L’Alter-manuel d’histoire, L’histoire de France pour les nuls, Nos ancêtres les gaulois et autres fadaises, ou bien encore sur un registre critique L’histoire bling bling de Nicolas Offenstadt… La liste n’est évidemment pas close. Elle cerne un phénomène de retour au village[8] où le roman national participe d’une catégorie éditoriale. La singularité de cette catégorie tient à ce qu’elle peut immédiatement s’identifier et se prêter au jugement politique. Appliquée à l’œuvre d’Alain Corbin, cette qualité vaut politisation d’un auteur qui se tient pourtant en marge de ces processus d’identification politique.

Le roman national vecteur de politisation

Ici la partie vaut le tout : 1515, les grandes dates de l’histoire et Les héros de l’histoire de France expliqué à mon fils autorisent de prendre en compte l’ensemble de la production de l’historien pour discuter de son allégeance (supposée / réfutée), fusse à son corps défendant, à la question du roman national. Inscrit dans le genre « roman national », ces ouvrages se prêtent au soupçon :

« toute la richesse d’une œuvre dont Éric Fournier nous rappelle la variété et l’inventivité permanente n’empêchera pas de se poser la question du pourquoi ce livre-là [Les héros de l’histoire de France expliqué à mon fils, nda] et de l’anticipation minimale de ses usages possibles. On a le droit de penser qu’il y a des candeurs (à condition qu’il s’agisse bien de cela) qui posent quand même un peu problème [Philippe Olivera].

Si l’on souscrit évidemment à l’attention que tout auteur doit (devrait) prêter aux usages possibles de l’un de ses ouvrages, il faut tout de même pointer qu’en l’état celui-ci relève d’une commande éditoriale elle-même enrôlée à d’autres fins. Derechef, puisque dans l’espace public l’interpellation de l’œuvre par le roman national politise, la responsabilité (morale ? politique ?) de l’auteur est engagée. Catherine Coquery-Vidrovitch le signifie clairement ;

« Ce qui me gêne dans les derniers écrits de Corbin, c’est qu’il fait partie de ces historiens de bon aloi et de qualité (indiscutable) qui se croient indépendants du politique. Il a effectivement « inventé » quelque chose, l’histoire culturelle pure, si j’ose dire (qui, je l’avoue, n’a jamais été ma tasse de thé), qui est maintenant, et c’est normale, un peu dépassée, car les tendances, voire les « modes » historiques sont toujours datées : l’histoire est une science sociale, inscrite dans son temps et son espace. Donc il faut toujours réfléchir au moins un petit peu au contexte politique (au sens du politique, et non de la politique) dans lequel on écrit, surtout en histoire vulgarisatrice (sans mettre de péjoratisme dans ce mot) car celle-ci, parce que nécessairement simplificatrice, est aussi nécessairement engagée, qu’on le veuille ou non. Prétendre le contraire (comme un auteur aussi réputé que Corbin) relève ou de la naïveté (ce qui à son niveau est peu acceptable) ou d’un certain refus de prise de responsabilité. C’est à lui, en tant qu’auteur savant responsable, de s’interroger sur son acceptation ou non de la politique éditoriale sous-jacente ».

Le propos mérite que l’on s’y attarde. Il récuse le modèle wébérien du savant, ou la figure plus contemporaine de l’expert, au titre de la croyance. Le mouvement de la démonstration suppose que toute épistémologie est engagée, dans la Cité. En ce sens, la nécessité d’une perspective réflexive sur l’écriture de l’historien implique nécessairement une attention portée à la réception de ses travaux qui porte en germe sa politisation. Mais la démonstration de Catherine Coquery-Vidrovitch contient en-elle-même une réserve de poids. La politisation survient  à partir du moment où l’historien se livre à l’exercice de la vulgarisation. Affleure ici une frontière jamais exactement nommée, entre l’histoire scientifique et l’histoire vulgarisée. Elle appelle quelques remarques. D’une part, si l’on accepte ces prémisses, la vulgarisation de travaux scientifiques excède le strict champ du métier de chercheur, et dans cet excédent réside principalement la politisation. La coupure de la vie de laboratoire avec l’espace public devient là le lieu de l’usage politique dans l’instant de sa réception. Ramené à la figure du roman national, l’argument clarifie les lignes de fuite de la discussion. Le roman national vaut mobilisation des travaux de l’historien comme le remarque Eric Fournier : « C’est un livre hâtif [Les Héros de l’histoire de France], qui, s’il était sorti dans un autre contexte, aurait sans doute été vite oublié. Or, ici, il fait irruption dans un débat majeur sur l’enseignement de l’histoire, sans en en avoir pris préalablement la mesure. » Le contexte politise l’ouvrage puisque l’Ecole est lieu politique. Mais encore faut-il s’entendre sur  ce qui relève de cette mobilisation politique par extension de l’œuvre de l’historien, ce qui s’en exclut dans le cadre du dossier du blog. Les deux ouvrages de vulgarisation (1515 et Les Héros de l’histoire de France) en relèvent, ils contribuent même à le pérenniser. Le reste de l’œuvre d’Alain Corbin peut être utilisé –ce que suggère Laurence De Cock à propos de ses travaux sur le rivage- par les enseignants en histoire sociale, en géographie, quand Alain Corbin pense auparavant que son œuvre d’historien ne se prête pas à l’histoire enseignée. La différenciation de ces usages –ici emprunt pour l’étude de cas, là refus- implique à mes yeux que le roman national est moins une catégorie interne de l’histoire enseignée et davantage une norme de l’espace public propre à mesurer les programmes, que l’on soit réactionnaire ou progressiste. Tout le paradoxe de cette norme tient à ce que jamais elle ne valide l’adéquation de l’histoire enseignée à son aune. L’histoire enseignée, par son cadre programmatique, n’est jamais alors exactement roman national, la production éditoriale et le discours médiatique sont là pour toujours le rappeler. On jugera au choix qu’en ce lieu réside potentiellement la politisation par les politiques de la reconnaissance ou bien s’alimentent les insatisfactions disciplinaires générées par la difficile traduction du savoir scientifique au savoir enseigné.

Dans l’horizon de sa réception le roman national politise et vaut norme dans les luttes autour de l’enseignement de l’histoire, quand il est genre en édition. Les deux rôles s’épaulent d’autant plus que la norme se frotte systématiquement aux politiques de reconnaissance réclamées, déployées, refusées, dans l’espace scolaire. Pour l’histoire scolaire, le roman national constitue la pierre angulaire de la finalité civique prêtée à son enseignement, qualité encore avivée par les discours sur le délitement du vivre-ensemble et du tissu républicain. Le paradoxe de cette situation tient au constat partagé par tous (tenants ou adversaires) de l’affaissement, sinon de l’obsolescence du récit national. Qui entend le soutenir est réactionnaire, qui en dit l’usure, l’inutilité, l’injustice devant la bigarrure des classes, gauchiste. La centralité du roman national dans les polémiques sur l’histoire enseignée tient donc à son agonie, sinon son décès. Ces controverses usent alors du lexique des pathologies de l’identité nationale[9] omniprésent dans la phase ouverte par la création du Ministère de l’immigration et de l’identité nationale. C’est cette configuration politique qui joue dans le débat d’aggiornamento ouvert par le texte d’Eric Fournier Des héros et des cannibales : des usages politiques de l’œuvre d’Alain Corbin. On peut, à la suite de cette démonstration, interroger ce qui dans l’œuvre d’Alain Corbin, participe d’un usage du roman national.

Le roman national comme lieu ?

Trois ouvrages[10] composent une suite que l’on peut par analogie comparer à une fugue au sens musical du terme. La fugue se détache du canon qu’est la séquence éditoriale du roman national pour le décomposer en plusieurs thèmes secondaires, contigus plus qu’enchâssés, dans cette séquence. L’art d’Alain Corbin dans cet horizon est d’utiliser le roman national comme lieu, déclinant son dispositif heuristique en trois points :

  • Celui du manuel d’histoire Toutain et Blanchard en 1934 qu’il s’agit de revisiter par de grands historiens  dans 1515 et les grandes dates de l’histoire de France.
  • Celui des conférences données par M Beaumond, instituteur, en 1895-1896, en Haute-Vienne dans Les conférences de Morterolles.
  •  Celui de sondages réalisés par l’IFOP aux mois de juin 1948, d’octobre 1949 et portant sur les héros de l’histoire de France pour Les héros de l’histoire de France expliqués à mon fils.

Une méthode se dessine où la source vaut lieu d’observation. En soi, la méthode s’accorde au constat de décès du roman national ; on retrouve dans chacun de ces ouvrages une « méditation sur la disparition » qui colorait déjà Le monde retrouvée de Louis François Pinagot dont semble procéder ces exercices exploratoires. Evidemment l’hétérogénéité éditoriale de cette suite complique l’analyse et, par les discours d’escorte et les impératifs de la collection, masque pour partie la parenté du questionnement. Focalisée par une source érigée en objet d’investigation historique, l’écriture de ces ouvrages diffère nécessairement. Pour autant on peut dans cette trilogie discerner un jeu sur le roman national. Il s’entrevoit par la visite du manuel, s’appréhende par une forme de méditation (plus qu’un dialogue fictif) sur l’effacement des héros[11]. Celui-ci peut se lire –à l’instar de Suzanne Citron, Eric Fournier- comme un essai de déconstruction qu’en termes hugoliens on peut penser « bien coupé, mal cousu » du fait même de la contrainte du titre (l’histoire de France expliquée à mon fils) : c’est sans doute tordre en partie un travail davantage construit par l’appel à l’histoire culturelle, et notamment les travaux de Sylvain Venayre sur l’aventure[12], notion intrinsèquement liée à l’héroïsme dans l’écriture de l’ouvrage. Devant ces deux ouvrages assis sur des figures naturellement associées au roman national (le manuel, le héros), les Conférences de Morterolles marquent un écart, traquant là le grain d’une voix, la transmission orale d’un savoir au moment précisément où s’invente le roman national à des fins républicanisatrices. Il s’agit là pour Alain Corbin de se saisir de l’instituteur-conférencier pour « imaginer les chemins de l’acquisition d’un savoir » (Les conférences, p 10).

Que dit alors cette méthode du roman national ? Puisqu’elle n’est jamais posée ainsi, la question des réponses obliques. On laissera de côté la réflexion sur la chronologie, prégnante dans la postface de 1515 et les grandes dates de l’histoire de France[13], jugeant que celle-ci vaut leurre pour le propos de cette intervention. Alain Corbin s’affirme l’homme d’une génération spécifique d’historiens entamant leurs travaux au moment précisément où par Pierre Nora et l’entreprise collective des Lieux de mémoires, le roman national acquiert une réflexivité nouvelle qui permet (et fragilise dans le même temps) sa restauration[14]. C’est cette réflexivité qui construit la revisite du Toutain et Blanchet par cette même génération d’historiens sous la direction d’Alain Corbin. Si le jeu n’est pas exactement à somme nulle, il procède au fil des interventions d’un « rephrasage » par l’apport de ces historiens du contenu du manuel. Au terme de l’ouvrage, c’est en partie l’actualité des lignes de 1938 qui semblent s’établir[15], sentiment renforcé par les contributions de la postface portant notamment sur la chronologie. Pour mon propos, cette première utilisation du roman national comme lieu mesure la force de son écriture dans les manuels scolaires, puisqu’une revisite aboutit in fine au même sens de lecture : point de déconstruction donc, mais davantage une confirmation. Seul Alain Boureau, questionnant Louis XI à Péronne, s’intéresse à l’usage de cette figure dans l’école de la IIIe République : le rephrasage s’efface là au profit d’une autre interrogation[16].

La prise en compte de l’altérité est bien plus effective dans les deux autres ouvrages, invitant davantage à questionner un monde disparu, celui des modèles héroïques scolaires, celui des propos d’un instituteur qu’il s’agit d’imaginer. Dans la distance posée, le roman national paraît davantage l’effet d’une société, d’une époque. On ne peut alors se satisfaire ici d’une lecture qui ferait d’Alain Corbin un de ses possibles thuriféraires. Le travail d’Alain Corbin marque là un écart avec la topique des Lieux de mémoire qui rafraichirent le roman national, pour le subvertir par la réflexivité, selon Pierre Nora. Pour ce dernier, le lieu de mémoire « est une notion abstraite, purement symbolique, destinée à dégager la dimension mémorielle d’objets qui peuvent être matériels, mais aussi et surtout immatériels, comme les formules des devises, des devises, des mots clés en France, par exemple « la terre » ou « le clocher »[17]». Fondé sur la disparition, le travail d’Alain Corbin tient sur ses marges la mémoire, jamais exactement utilisée comme catégorie historique contrairement à l’usage théorisé par Pierre Nora. Si pour ce dernier, Lavisse fut l’instituteur national, M. Beaumond l’instituteur des Conférences de Morterolles n’est pas investi  d’un rôle identique : « il n’est pas l’objet de ce livre (p 9)», mais un lieu dans lequel se coule l’historien. Comparaison n’est pas raison certes, mais dans ce jeu le rapport d’Alain Corbin au roman national trouve d’autant plus à se compliquer qu’il relègue à l’arrière plan la question mémorielle pierre angulaire de l’entrée pour Pierre Nora dans « l’âge épistémologique » de l’histoire, condition sine qua non de la réflexivité du genre qu’est le roman national. Renonçant à cette centralité de la catégorie mémorielle dans l’écriture de l’histoire, le travail d’Alain Corbin ne se prête pas à celui effectué par Pierre Nora sur L’histoire de France de Lavisse :

« Pourquoi lire aujourd’hui, pourquoi rééditer ces vingt-sept volumes de l’Histoire de France d’Ernest Lavisse ? (…). Un miroir de réfraction, le socle d’un édifice en partie détruit, en partie indestructible et dans lequel nous vivons encore, un roman qui nous permet une meilleure compréhension de ce que nous sommes par le récit de ce que nous ne sommes plus[18] ».

Au cela était qui construit ce qui est de Pierre Nora, Alain Corbin oppose un cela fut, une disparition que seule l’imagination –et non la mémoire- peut recréer s’appuyant sur le métier de l’historien.

En guise de conclusion…

Quelques remarques sur la question du roman national lue au prisme des échanges sur Alain Corbin et des trois ouvrages mentionnés.

Une distinction.

La première tient à une distinction qui se déplie en marge de ce propos. Roman ou récit national. Je poserai –à la suite de Laurence de Cock- que le second participe davantage de l’enceinte scolaire quand le premier tient tout entier dans l’espace public. Il entretient une relation serrée (qu’il faudrait explorer plus avant) avec la topique des Lieux de mémoire –séminaire de recherche de 1978 à 1983, puis monument de l’édition. Cette relation fait la part belle à la mémoire et déploie un discours national où le roman national est (était) d’apprentissage. Le roman national est ici l’un des éléments de la séquence républicanisatrice ouverte au tournant de 1979/1980, qui se poursuit depuis, via sans doute une inflexion significative avec l’ethnicisation croissante d’une part du jeu politique[19].

Dans cette acception, le roman national vaut cause dans le débat politique. La « cannibalisation » d’Alain Corbin par Natacha Polony procède de ce mouvement. Faut-il alors instruire la question des usages politiques de l’œuvre d’Alain Corbin en taisant la distance au politique mise par l’historien et son œuvre ? Oui, si l’on s’attache aux questions des médiations, considérant en la matière qu’une analyse des mécanismes éditoriaux à l’œuvre constitue un préalable au questionnement, non considérant ensuite dans un second temps que l’analyse bute sur le silence de l’historien sur cette politisation interdisant toute réponse. Qui ne dit mot consent alors, à moins que cette aporie du questionnement ne soit en soi significative ?

Professeur de la nation ?

La question du roman national mobilise implicitement Lavisse, professeur de la Nation. Sa figure constitue l’une des charnières de l’articulation de l’histoire enseignée à l’histoire discipline suivante. Le retour réflexif du roman national modifie cet ordonnancement, remplaçant là la question de l’articulation par celle de la césure[20]. Ce mouvement rend impossible l’exercice du magistère de la nation comme sous la IIIe République : les médiations sont plus nombreuses et l’on peut légitimement penser que l’essor de l’histoire connectée comme l’émiettement des paradigmes historiques contribuent à l’effacement du cadre national qui ne retrouve son caractère structurant que dans le cadre des programmes d’histoire / géographie par leurs finalités civiques. Ce court détour pour signifier deux faits. D’une part, cette logique implique l’extériorité du roman national au programme, davantage concerné par le récit national ; d’autre part cette extériorité place l’éditeur en histoire, et non l’historien, au centre du genre qu’est le roman national. Celui-ci est d’abord une catégorie éditoriale de l’espace public. Elle a pour fonction de trier, agréger, assembler, des travaux divers. De ce point de vue, il faut apprécier la réussite des Lieux de mémoire comme l’alliage de l’éditeur (figure principale) et de l’historien[21]. Alain Corbin n’écrit pas dans l’horizon de cette configuration dans laquelle ensuite ses ouvrages s’inscrivent. La mésentente entre l’intention d’écriture, son dispositif heuristique et sa réception participe de ce hiatus On peut alors considérer que dans les échanges du blog et l’assignation médiatique, la question du roman national implique la conjuration de cette césure, seulement possible par la vertu prescriptive prêtée à l’édition sur les programmes – à condition que l’auteur soit légitime en la matière par son capital scientifique. Cette question focalise donc tout ou partie des contradictions et des défis de la chaine de traduction des travaux scientifiques à l’histoire enseignée : programmation, temps impartie, vulgarisation, formation permanente…

Vulgariser

In fine, ces remarques ré-interrogent la question de la vulgarisation, puisque sur les trois opus retenus, deux à vocation vulgarisatrice semblent aisément se prêter à la cause du roman national –nonobstant une lecture plus approfondie attentive au dispositif choisi. Cette logique de vulgarisation, hors de l’œil de l’institution puisqu’autonome du MEN, nourrit la politisation du propos puisqu’elle implique mutatis mutandis une production étale où voisine des enseignants, des chercheurs, des essayistes. La figure du roman national et la grammaire héroïque qu’elle implique sert cette égalité. Le genre est bien là le lieu du débat politique.

Vincent Chambarlhac, MCF, uB, FRE 3499


[2] http://aggiornamento.hypotheses.org/631, consulté le 30 décembre 2011.

[3] http://aggiornamento.hypotheses.org/670, consulté le 30 décembre 2011.

[4] Le Figaro magazine du 27 août 2011.

[5] Sur cette référence, voir Vincent Chambarlhac, Les prémisses d’une restauration ? L’histoire enseignée saisie par le politique, Histoire@politique, mars 2012. http://www.histoire-politique.fr/

[6] Bertrand Müller,  « Critique bibliographique et construction disciplinaire : l’invention d’un savoir-faire », Genèses, n° 14, 1994

[7] Sur l’office forcé, cf. Thierry Discepolo, La trahison des éditeurs, Marseille, Agone, 2011.

[8] Chambarlhac. Vincent. Retour au village?(l’identité nationale questionnée. Revue électronique dissidences
[en ligne], Numéro 2 – Automne 2011, 5 mai 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=654

[9] Marcel Detienne, Où est le mystère de l’identité nationale ?, Panama, 2008.

[10] 1515 et les grandes dates de l’histoire de France, revisitées par les grands historiens d’aujourd’hui, Paris, Seuil, 2005. Les conférences de Morterolles. Hiver 1895-1896. A l’écoute d’un monde disparu, Paris, Flammarion, 2011 (mars), Les héros de l’histoire de France expliqués à mon fils, Paris, Seuil, 2011 (août).

 

[11] L’entretien d’Alain Corbin avec Eric Fournier et Laurence De Cock confirme cette interprétation

[12] Sylvain Venayre, La gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne (1850-1940), Paris, Aubier, 2002.

[13] Cf. sur le blog les remarques de Charles Heimberg.

[14] Vincent Chambarlhac, « Les prémisses d’une restauration ? L’histoire enseignée saisie par le politique », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 16, janvier-avril 2012, www.histoire-politique.fr

 

[15] Cette actualité implique sans doute la question de Laurence De Cock sur 1830 et l’oubli de la colonisation dans l’entretien avec Alain Corbin. Nolens volens, ce très court échange peut évoquer les reproches formulés par Perry Anderson à Pierre Nora quant à ce même oubli dans les Lieux de mémoire. Ce que soulignerait alors en creux cet échange serait donc la nécessaire réflexivité du roman national.

[16] Alain Boureau est sans doute plus sensible au poids de textes  historiques dès lors qu’ils sont sources pour l’écriture puisqu’il éprouva cette méthode pour construire une bibliographie de Kantorowicz. Cf. Alain Boureau, Histoires d’un historien. Kantorowicz, Paris, Gallimard « L’un et l’autre », 1990.

[17] Pierre Nora, Les « Lieux de mémoire » sont-ils exportables, In Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard NRF, 2011, p 381.

[18] Pierre Nora, Pourquoi lire Lavisse, In Présent, Nation, Mémoire, Paris, Gallimard, NRF, 2011, p 193.

[19] Alec G. Hargreaves, « De la victoire de la gauche à la percée de l’extrême droite : l’ethnicisation du jeu électoral français », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 16, janvier-avril 2012, www.histoire-politique.fr

[20] Si l’on suit Pierre Nora, ce déplacement semble l’effet de la réflexivité par la déconstruction de l’édifice disciplinaire de l’histoire tel qu’à l époque d’Ernest Lavisse. Cf. Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, mode d’emploi, In Présent, nation, histoire, Paris, Gallimard NRF, 2011, p 157-159.

[21] Cf. Vincent Chambarlhac, l’éditeur, http://www.nonfiction.fr/article-4515-p3-lediteur.htm. Consulté le 2/04/2012.

Des héros et des cannibales/ suite du débat

rédacteurs/rices : Suzanne Citron, Eric Fournier, Charles Heimberg, Catherine Coquery-Vidrovitch, Philippe Olivera.

Nous publions ici une petite compilation des réactions au premier texte d’Eric Fournier sur les usages politiques de l’oeuvre d’Alain Corbin.  « Historien du sensible » comme le qualifie le livre d’entretien qui lui est consacré, Alain Corbin est aussi l’un des pionniers d’une histoire des représentations qui a constitué une étape importante de l’historiographie. Pourtant, deux de ces derniers livres semblent cautionner, ou du moins nourrir, une conception très réactionnaire de l’enseignement de l’histoire en validant une chronologie traditionnelle et une lecture héroïsante du récit national. C’est de cette contradiction apparente qu’est né le débat autour de son oeuvre sur le site Aggiornamento.

Un entretien avec Alain Corbin est actuellement en cours de transcription (par Eric Fournier et Laurence De Cock)

 Suzanne Citron :

 En réponse à ce qu’il considère comme une instrumentalisation du livre de son ancien professeur, Les Héros de l’histoire de France expliqués à mon fils, Éric Fournier nous propose le décryptage d’une historiographie des dominés et des marginaux irriguant l’œuvre d’Alain Corbin. Il récuse, par ailleurs, tout classement politique de la personne et de l’œuvre de l’historien.

J’apporterai quelques bémols à l’argumentaire. Tout d’abord, ce plaidoyer laisse de côté le contenu même du livre incriminé, écarté d’emblée comme une gageure après une brève présentation. « Pari difficile, sinon impossible : une collection pour enfant ne se prête guère à une déconstruction de l’objet étudié. » Mais la question  n’est pas posée : alors pourquoi l’avoir écrit ?

Le texte n’est visiblement pas rédigé pour un « enfant » et ce « fils » d’Alain Corbin apparaît comme une fiction. Opération de pur marketing de la part de l’éditeur ? Alors pourquoi s’y prêter au risque imparable, avec ce titre, d’être récupéré par les Dimitri Casali ou les Natacha Polony prêchant pour la clientèle du Figaro magazine  [1] ?

Une remarque à propos de Natacha Polony qu’Eric Fournier désigne comme une éditocrate en herbe. On constate une discordance entre le contenu et le titre de son article – « Ces pédagogues qui ont eu raison du roman national ». Les dits « pédagogues » n’y sont pas présents, et la seule allusion à des « pratiques pédagogiques » concerne non la pédagogie mais l’opinion si on lit la suite du texte. Bref l’article est une dissertation indigeste et confuse sur les contenus et les programmes depuis trente ans. Le parachutage d’un titre accrocheur qui ne rend pas compte d’un contenu est l’exemple flagrant de méthodes journalistiques sans rigueur mais qui finissent par donner corps à des réalités qu’elles inventent.

N’ayant pas une connaissance de l’œuvre d’Alain Corbin qui m’autoriserait à juger de ses usages politiques, je me contente de souligner que le débat autour de l’histoire scolaire ne saurait être simplifié en termes de gauche et de droite. En ce qui concerne « les héros » ici discutés, je réitère mon interrogation sur la pertinence d’un ouvrage qui ne peut convenir à de supposés lecteurs « enfants », mais dont l’écriture rapide de chapitres dispersés n’invite guère à une réflexion adulte approfondie. Le commentateur de l’article d’Éric Fournier qui signe JK (lire à la suite du texte déjà mentionné dont il est ici question : http://aggiornamento.hypotheses.org/631) défend pour sa part l’intérêt de s’interroger sur les processus d’héroïsation. Ce faisant il poursuit : « Pourquoi avons-nous besoin de mettre en récit notre propre histoire ? » Ainsi formulée la question me semble implicitement cautionner le maintien du récit traditionnel dont les figures mythiques seraient déconstruites. Est-ce aussi le point de vue d’Alain Corbin ? Nous n’en savons rien puisque le chercheur ne s’est jamais, jusqu’ici, vraiment investi dans les débats de terrain sur l’histoire à l’école.

Or ce débat me paraît d’une actualité renouvelée. L’interrogation, de mon point de vue, est à plusieurs tiroirs : l’école française doit-elle ou non transmettre un récit du passé ; si oui, s’agit-il ou non d’un récit unique ; quelles seraient les problématiques, les visées idéologiques et didactiques, l’architecture… ?

Une réflexion ministérielle serait en cours sur l’histoire à l’école élémentaire [2]. Aggiornamento ne peut, me semble-t-il, rester silencieux, ne serait-ce qu’en parlant à plusieurs voix.

 Philippe Olivera :

 Concernant le point que souligne Suzanne, je suis assez d’accord : toute la richesse d’une œuvre dont Éric Fournier nous rappelle la variété et l’inventivité permanente n’empêchera pas de se poser la question du pourquoi ce livre-là et de l’anticipation minimale de ses usages possibles. On a le droit de penser qu’il y a des candeurs (à condition qu’il s’agisse bien de cela) qui posent quand même un peu problème.

Un autre point pour ma part : si je suis assez convaincu par l’argumentation d’Éric Fournier lorsqu’il pointe les raccourcis rapides qui conduisent à opposer dos à dos les tenants de la « vraie » histoire sociale et la figure d’Alain Corbin, en revanche je me demande si, emporté par son plaidoyer, il n’a pas tendance à alimenter à son tour l’opposition… Les gens qui font le « Maîtron » (voir : http://biosoc.univ-paris1.fr/)  sont loin de ne pratiquer qu’une histoire des porte-paroles, sauf à considérer que faire un dictionnaire des demi-anonymes c’est encore renforcer l’oubli des « vrais » anonymes, ce que je trouve un peu rapide (entre autres parce que les travaux qui alimentent le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français ne se résument pas toujours, loin de là, à des prosopographies de militants).

Mais surtout, il me semble que la question centrale est de laisser de côté les anciennes querelles d’amphithéâtres (bien réelles mais guère passionnantes pour autant) pour se poser la question de l’enrichissement mutuel des approches à propos de l’objet « social » par ailleurs singulièrement malmené dans les programmes scolaires. Pour le dire vite, qu’est-ce qu’une « histoire par en bas » telle que la pratique Corbin peut-elle apporter aux enseignement d’une histoire sérielle et vice-versa, à quelqu’un qu’intéresse la compréhension du fonctionnement des sociétés et de l’ordre social ? Or, en la matière, j’ai quand même le sentiment qu’Alain Corbin n’est pas totalement exempt (même s’il est loin d’en être le seul) de responsabilités et qu’il parait plus attaché à faire une « autre histoire » qu’à penser la manière de l’articuler avec les autres manières de faire l’histoire des objets proches.

On pourra répondre qu’à chacun son boulot et que lui aura fait œuvre de défricheur. Certes. Mais c’est donc à d’autres de faire le travail aujourd’hui et j’ai le sentiment qu’il est déjà bien commencé du côté des tenants de l’histoire sociale plus « classique » du monde contemporain (je me contenterai de citer par exemple celui de Jean-Louis Robert sur les ouvriers parisiens de l’époque de la Grande Guerre [3], qui prend largement appui sur les apports de l’histoire sociale du culturel).

Et d’une manière plus générale, j’ai le sentiment qu’une bonne partie de ces querelles et de ces incompréhensions viennent d’une certaine tendance dommageable du milieu des historiens (et là je parle aussi bien des universitaires que des enseignants) à cultiver leur pré carré au lieu d’accepter de communier avec les autres sciences sociales. C’est dans la lecture et le partage avec les sociologues et autres politistes que ces questions (les groupes sociaux et les individus, les visibles et les invisibles, les trajectoires singulières et les séries) prennent un tour beaucoup plus constructif, à mon humble avis.

 Éric Fournier :  

 A Suzanne, oui, on peut s’interroger plus que je ne l’ai fait sur les conditions de production d’un tel ouvrage, qui est un livre hybride, ni pour enfants (même si Alain Corbin a bien un jeune fils qui n’est nullement imaginaire) ni vraiment pour adultes, encore moins pour des professionnels de l’histoire et de son enseignement. C’est un livre hâtif, qui, s’il était sorti dans un autre contexte, aurait sans doute été vite oublié. Or, ici, il fait irruption dans un débat majeur sur l’enseignement de l’histoire, sans en en avoir pris préalablement la mesure. Corbin, il est vrai, ne s’est jamais intéressé aux « débats sur l’école », sauf à l’occasion de 1515 et les grandes dates de l’histoire de France. Ce qui est peut-être dommage car les propositions chronologiques qu’il formule dans l’interview de Télérama citée dans mon papier me semblent une piste prometteuse.

La principale zone d’ombre relève en effet de la politique éditoriale, « pur marketing », précise Suzanne. Cette collection du Seuil ne se distingue pas a priori par une ligne politique claire : Jean Ziegler expliquant « la faim dans le monde » y côtoie Max Gallo expliquant « l’amour de la France » à son fils. Ce qui est certain, c’est que le discours de déploration sur la fin de l’enseignement du roman national est aujourd’hui très vendeur et qu’Alain Corbin fait vendre. C’est en ce sens qu’on peut s’interroger sur les limites de la candeur – soulignée aussi par Philippe – de ce livre. En faisant un livre pour enfants, un genre particulier étranger à ses pratiques d’historien, Corbin ne pouvait offrir une réflexion approfondie répondant à son objectif initial (démonter l’historicité des ressorts de l’admiration) et le titre – imposé – laisse penser qu’il plaide pour un retour aux figures héroïques dans l’enseignement. La réception sociale de ce livre est sans appel : il est, par exemple, associé au livre de Dimitri Casali sur les rayonnages de la FNAC ou sur le site Amazon. Un tel constat justifie plus encore à mon sens d’avoir rédigé « Des héros et des cannibales ». Ainsi, le vrai problème n’est pas l’objectif du livre – étudier les ressorts de l’admiration –, encore moins l’opinion de Corbin sur ce sujet – il est contre l’enseignement des modèles en histoire – mais de l’avoir fait sous la forme d’un ouvrage de vulgarisation l’empêchant de déployer sa réflexion, alors même que les débats sur l’enseignement de l’histoire sont vifs à ce sujet. On peut lui reprocher en effet de ne s’être pas interrogé sur les réceptions probables de son livre.

À Philippe, ma remarque sur le Maîtron portait sur le point suivant : ceux qui sont dans le Maîtron se sont investi dans l’espace public, laissant ainsi une trace aussi ténue soit-elle ; ils ont fait une irruption, parfois évanescente, dans l’espace public. Ils sont aussi – pour autant que je sache – essentiellement urbains. Ce sont pour la plupart des « demi-anonymes » comme il le rappelle. L’objectif du Pinagot était de tenter une histoire d’un anonyme rural total, ce qui ne disqualifie nullement à mes yeux l’intérêt du monumental Maîtron.

Il est vrai que les deux approches peuvent et doivent se combiner. Il est vrai également que Corbin a surtout essayé de faire une « autre histoire » sociale sans se soucier outre mesure de l’articuler avec une histoire sociale plus sérielle. Cela correspond à son positionnement initialement excentrique dans le monde universitaire et à un effet générationnel. Aujourd’hui un consensus se dégage autour de « la galaxie centrale de l’histoire socioculturelle » (in Les Courants historiques en France) mais c’est surtout l’œuvre de la génération suivante. On pourrait ainsi citer, outre Jean-Louis Robert, le Biribi de Dominique Kalifa, modèle à mon sens d’articulation entre histoire sociale « classique », histoire des représentations et des sensibilités, tout en traitant d’un sujet politiquement signifiant (l’armée, la colonisation, la justice).

 Catherine Coquery-Vidrovitch :

 Je suis vraiment d’accord avec ce qu’écrit Eric Fournier. Ce qui me gêne dans les derniers écrits de Corbin, c’est qu’il fait partie de ces historiens de bon aloi et de qualité (indiscutable) qui se croient indépendants du politique. Il a effectivement « inventé » quelque chose, l’histoire culturelle pure, si j’ose dire (qui, je l’avoue, n’a jamais été ma tasse de thé), qui est maintenant, et c’est normale, un peu dépassée, car les tendances, voire les « modes » historiques sont toujours datées : l’histoire est une science sociale, inscrite dans son temps et son espace. Donc il faut toujours réfléchir au moins un petit peu au contexte politique (au sens du politique, et non de la politique) dans lequel on écrit, surtout en histoire vulgarisatrice (sans mettre de péjoratisme dans ce mot) car celle-ci, parce que nécessairement simplificatrice, est aussi nécessairement engagée, qu’on le veuille ou non. Prétendre le contraire (comme un auteur aussi réputé que Corbin) relève ou de la naïveté (ce qui à son niveau est peu acceptable) ou d’un certain refus de prise de responsabilité. C’est à lui, en tant qu’auteur savant responsable, de s’interroger sur son acceptation ou non de la politique éditoriale sous-jacente.

 Charles Heimberg :

 J’ajouterai juste un élément.

J’apprécie énormément les travaux d’Alain Corbin, leur contribution au renouvellement de l’historiographie et leur accent sur un xixe siècle que les pratiques scolaires, en tout cas en Suisse, sont en train de marginaliser. J’ai en particulier beaucoup travaillé sur Le Village des cannibales, une monographie à partir de laquelle nous avons tenté, à Genève, de construire une séquence pédagogique avec l’idée qu’il fallait faire en sorte, quand c’était possible, de transférer dans les pratiques scolaires ce que les historiens produisaient de plus intéressant.

C’est donc avec consternation que j’avais lu en son temps la première postface d’Alain Corbin à son livre de 2005, 1515 et les grandes dates de l’Histoire de France (livre dont la démarche d’analyse a posteriori des dates organisatrices d’un manuel des années trente était par ailleurs intéressante). Fallait-il donc que les meilleurs des historiens (pas tous, heureusement), dès lors qu’ils se mettent à parler de l’histoire scolaire, se transforment en colporteurs de clichés sur le niveau qui baisse et de sens commun sur l’histoire à transmettre aux nouvelles générations ? Fallait-il donc qu’une césure soit ainsi si sciemment entretenue entre le monde des chercheurs et une histoire scolaire qui constitue le plus diffusé et le plus significatif des usages publics de l’histoire ? Fallait-il donc que de grands historiens participent de cette doxa tyrannique qui voudrait réduire l’histoire scolaire à du lisse, du surplombant et du réifié, laissant aux seuls chercheurs le goût de la complexité et de la quête de l’intelligibilité du passé ? La construction du temps et de la chronologie par les élèves du secondaire est bien sûr un objectif d’apprentissage central, mais il ne peut pas être atteint par des mémorisations abstraites. C’est l’entrée des élèves dans les modes de pensée et de questionnement de l’histoire qui, en lui donnant du sens, la rend possible.

Avec Les Héros de l’histoire de France expliqués à mon fils, je n’ai pas forcément ressenti la même consternation. Sauf que le contexte est différent, qu’il est encore plus marqué par de périlleux replis identitaires, et que le choix de la publication d’un livre sur ce thème, certes nuancé et bien écrit, ne saurait relever de la moindre neutralité.


[1]. Cet article clôture le dossier du FigMag du 27 août 2011 : « C’est l’histoire de France qu’on assassine » évoqué précédemment.

[2]. Des nouveaux documents d’accompagnement pour les programmes 2008 sont prévus pour la rentrée 2012 ; l’aggiornamento prépare un texte à paraître sur cette question.

[3]. Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la patrie et la révolution, Besançon, 1995.

Des héros et des cannibales : des usages politiques de l’œuvre d’Alain Corbin.

Rédacteur : Eric Fournier

Les héros de l’histoire de France expliqués au Figaro

 Alain Corbin a produit une œuvre majeure et écrit un livre pour enfants, Les Héros de l’histoire de France expliqués à mon fils dans lequel il s’interroge sur l’historicité des ressorts de l’admiration. Il s’efforce simultanément d’initier son fils aux figures héroïques véhiculées par l’histoire scolaire de sa propre enfance et de lui expliquer comment le roman national a construit des héros, des modèles qui ne sont plus opérants aujourd’hui mais qu’il n’est pas inutile de connaître. Pari difficile, sinon impossible : une collection pour enfant ne se prête guère à une déconstruction de l’objet étudié.

Or ce livre paraît au plus mauvais moment possible, celui où ressurgissent de vieilles antiennes droitières sur les contenus de l’histoire scolaire. Et un Dimitri Casali, entre autres, en appelle au retour d’un roman national lavissien, clamant à la suite de Decaux en 1979 : « Français, on n’enseigne plus l’histoire à vos enfants ! »  Dans ce contexte, Alain Corbin est mobilisé par l’éditocrate[1] en herbe Natacha Polony dans Le Figaro Magazine du 27 août 2011 : « Ces “pédagogues” qui ont eu raison du roman national ». Interrogé à la fin de l’article, comme figure d’autorité appelée à conclure, Corbin donne l’impression de réclamer de toute urgence la refondation du roman national et le retour de ses modèles héroïques. L’affaire semble donc entendue. Alain Corbin serait devenu un historien de droite ; il l’a toujours été murmurent nombre de ses détracteurs.

L’affaire est en réalité bien plus complexe et, au final, aussi édifiante sur les pratiques journalistiques du Figaro Magazine qu’éclairante sur l’œuvre de cet historien. Nous proposons d’interroger ici les usages politiques possibles des travaux d’Alain Corbin. Il nous semble que la démarche de Polony relève d’une entreprise de « cannibalisation »[2] des plus malhonnêtes. Alain Corbin s’étant tenu à l’écart de toute prise de position politique, y compris dans le champ universitaire (à l’exception de son opposition aux lois mémorielles), il est vain  de spéculer sur ses opinions politiques.  Restent donc ses travaux et sa pratique universitaire. Or, elle s’inscrit avec force contre une historiographie nationaliste et se prête aisément à une approche sociale renouvelée du passé, à une historiographie progressiste et non réactionnaire.

Revenons à l’article de Polony. Olivier Lévy-Dumoulin note que « Corbin est introduit de façon assez pernicieuse puisque elle tente de lui faire dire qu’après qu’on a déconstruit le récit on peut le reconstruire »[3]. En effet, Corbin est présenté d’emblée comme ayant été « longtemps critique envers “l’histoire-batailles“ » jusqu’à la publication en 2005 de « 1515 et autres [sic] grandes  dates de l’histoire de France »[4]. Polony suggère ainsi un ralliement à une histoire de France chronologiquement centrée sur nos grands faits d’armes et autres héros nationaux, puis lui fait dire que son dernier livre « se penche sur la question de l’identification et des modèles, qui est au cœur de notre façon de transmettre l’Histoire ». Ici commencent le détournement et la « cannibalisation ». Certes, dès 2005, Corbin plaidait pour un retour à la chronologie dans l’enseignement scolaire, non comme un retour au roman national mais comme un « socle de connaissances », une exigence de méthode, pour accéder ensuite à « l’histoire des représentations ou à l’histoire sociale »[5]. Ainsi, à la question « Quel manuel d’histoire aimeriez-vous concevoir aujourd’hui ? », sa proposition ne peut qu’horrifier les zélateurs du vase de Soissons, du chêne de Saint Louis ou du pont d’Arcole :

« Il est évident que le grand récit national n’est plus tenable. Depuis 1945, le monde a changé, la place de la France dans le monde aussi. Il est donc très difficile d’envisager un axe chronologique unique. J’entrevois deux options. Soit rester dans le même type de récit  » nationaliste  » et souvent identitaire, mais en substituant l’Europe à la France. On ferait entrer la Reconquista espagnole, Luther et la Réforme, Vienne menacée par les Turcs en 1683… Soit se contenter d’une centaine de dates dessinant un tableau synoptique de l’histoire de la planète. Le problème serait d’y faire entrer les sociétés sans histoire datée, par exemple l’Afrique équatoriale. Quoi qu’il en soit, option Europe ou option planète, ou pourquoi pas encore option régionale, il s’agit d’apprendre le sens de la succession des temps. Qu’on la raccroche à l’histoire de la Normandie ou a celle de la Chine, au fond peu importe ! L’importance de la chronologie, c’est qu’on en ait une ! »[6]

En 2005, Alain Corbin ne souscrit pas aux thèses que Polony lui attribue en 2011. Aurait-il changé d’avis ? Joint au téléphone par l’auteur de ces lignes, Corbin répond : « on ne peut plus héroïser quelqu’un. Je ne prêche pas pour un retour aux grands héros du roman national ». Il précise qu’il est opposé au concept de modèle. Et si Saint Louis ou Louis XIV restent à ses yeux des figures qui doivent êtres connues ce n’est pas en tant que modèles mais surtout pour leur coté « ludique »[7], une dimension actuellement négligée à ses yeux dans l’histoire et son enseignement.  Il est donc incontestable que Natacha Polony a détourné et asséché ses propos, entretenant sciemment la confusion, à la fin de l’article du Figaro magazine, entre ce que dit l’historien et ce qu’assène l’éditocrate concernant l’enseignement de l’histoire.

Les Grandes dates et Les Héros de l’histoire de France ne peuvent donc être mobilisés par les partisans d’une historiographie nationalo-républicaine qu’au prix d’une véritable altération. Elargissons l’analyse. Corbin n’a jamais été un gauchiste autoproclamé – c’est le moins qu’on puisse dire – mais son parcours et ses travaux se révèlent précieux par l’attention portée aux marges sociales, l’écoute de ce qui ne rentre pas dans  nos catégories habituelles ; la négation de toute téléologie nationaliste ; le refus du système mandarinal et de l’instrumentalisation du métier d’historien.

Un historien des marges

Dès sa thèse sur les paysans du Limousin (1973), Corbin prend ses distances avec l’histoire labroussienne, renouant avec les pistes qu’appelait de ses vœux Lucien Febvre et s’inspire des travaux de Robert Mandrou, alors marginalisé à l’université[8]. S’affirme alors un trait caractéristique de l’ensemble de sa carrière : le refus des cadres imposés et des situations acquises, une liberté d’esprit, une attention aux lisières de l’histoire. Son parcours professionnel est à l’image de ses recherches : excentrique. Il a construit sa carrière non en opposition mais en dehors du cadre mandarinal, y compris une fois parvenu au sommet. Ainsi, au moment de mon inscription en thèse sous sa direction, il m’avait prévenu qu’il n’était pas le directeur le plus approprié si je souhaitais obtenir rapidement un poste universitaire. Alain Corbin n’est pas familier des luttes d’influences à l’intérieur du monde universitaire, du placement d’étudiants ayant préalablement accepté l’autorité du maître, ou des réseaux en général.

Son livre suivant, Les Filles de noce (1978), s’inscrit explicitement dans une lutte universitaire en se positionnant dans les franges dominées de la recherche. Il rejoint aussi de fait une lutte sociale, bien que ce ne soit pas un des objectifs de cet ouvrage. Se penchant sur des objets méprisés par les universitaires –­­­­­ la sexualité, la prostitution, l’histoire des femmes – il ouvre des pistes de recherche qui se révéleront fructueuses. Corbin est un pionnier de la diffusion de l’histoire des femmes, puis du genre, participant ainsi à l’étude des rapports de domination. Parue trois ans après la révolte des prostituées lyonnaises, Les Filles de Noce (attaqué comme une œuvre foucaldienne et soutenue par Foucault) s’insèrent dans le contexte très politique des luttes féministes des années 70 et relèvent indubitablement d’une histoire sociale des représentations, c’est-à-dire des systèmes de compréhension du monde, des figures et des mises en scène qui « sont toujours, simultanément, expressives et constructives du social, qui sont toujours pensées comme constitutives de pratiques, comme des ressorts de l’action »[9].

En revanche, Le Miasme et la jonquille et Le Territoire du vide défrichent une histoire des sensibilités qui semble déconnectée de l’histoire sociale. Ce serait oublier que Le Miasme et la jonquille offre des pages stimulantes sur « la puanteur du pauvre », sur la stigmatisation du corps populaire.  Mais l’étude des seuils de tolérance olfactifs ou de la naissance du « désir du rivage » au sein des élites interpelle certains historiens doutant de l’utilité sociale ou civique d’une telle histoire.  La réponse est ici aisée. Où va une importante partie de la population l’été sinon à la plage ? Cet objet est donc socialement légitimé par des pratiques populaires, relevant certes des loisirs et non des luttes sociales. Ces deux livres pourtant difficiles d’accès ont été de réels succès de librairie, confirmant ainsi qu’ils répondaient à une demande sociale implicite ou qu’ils ont éveillé une curiosité en traitant d’objets insolites.

Corbin revendique le coté « ludique » de l’histoire, tout comme Marc Bloch estimant dans « Apologie pour l’histoire » qu’elle est, en premier lieu, « distrayante ». Or, alors qu’aujourd’hui le parti majoritaire souhaite assigner aux sciences humaines une exigence de rentabilité, une forme d’utilité économique, cette démarche plaide au contraire pour la gratuité de la recherche et, par ricochet, pour l’autonomie du chercheur dans le choix de ses objets. Une histoire distrayante est aussi un rempart contre l’injonction de performance, contre les méthodes managériales appliquées à la recherche.

Le Territoire du vide ouvre la voie à L’Avènement des loisirs (1995) qui s’insère lui dans un enjeu politique concret du moment, la réduction du temps de travail, vue ici comme une finalité. A cette occasion Corbin s’intéresse à des loisirs populaires importants comme le bricolage ou la pêche mais dédaignés par les partisans d’une histoire sociale quelque peu apologétique dépeignant le peuple tel qu’il devrait être. Il rejoint ainsi les tenants d’une histoire sociale nourrie d’anthropologie, portée entre autres par Yves Lequin ou Michelle Perrot, soucieuse de restituer l’épaisseur des pratiques populaires[10]. Lorsqu’il s’intéresse aux catégories populaires, Corbin pratique une histoire par en bas, compréhensive et non surplombante.

« L’infini d’en bas » contre les racines de la France

 De sa thèse aux Conférences de Morterolles (2011), Alain Corbin a beaucoup travaillé sur le monde paysan. Quiconque y rechercherait une nostalgie champêtre, une idéalisation d’une ruralité bien française serait fort déçu. Ses travaux soulignent les violences et les tensions rurales, tant dans le cadre d’un entre-soi paysan que dans les rapports à des autorités plus ou moins lointaines. Une attention accrue est portée à l’autonomie des campagnes par rapport aux dominants. Corbin s’efforce de redonner la parole aux oubliés par une approche compréhensive, « candide » dit-il.  Ce faisant, note finement Pierre Karila-Cohen, il rejoint la démarche effectuée par Carlo Levi en 1935 dans Le Christ s’est arrêté à Eboli[11]. C’est ainsi que du paroxysme du massacre de Hautefaye, ce Village des « Cannibales », à l’atonie de la vie ordinaire de Louis-François Pinagot, se dessine la singularité du monde paysan du XIXe siècle, des mondes paysans serait plus juste. « Là où on rechercherait une généalogie des interrogations d’aujourd’hui, Corbin propose une histoire antique du XIXe siècle, plus attentif à ce qui nous en éloigne qu’à ce qui nous en rapproche, plus soucieux de le rendre étranger que de mettre au jour une familiarité »[12].

Ici réside un point essentiel, soulignant l’imposture à l’œuvre dans l’article du Figaro Magazine. Toute l’œuvre de Corbin constitue un puissant antidote à toute forme de téléologie, un ferme démenti à la théorie des racines historiques.  Il met en évidence un véritable seuil d’incommensurabilité[13] entre nous et nos aïeux paysans. Dans ces conditions, nos supposés « ancêtres les Gaulois » peuvent-ils être autre chose que d’étranges étrangers ?

Ces travaux contredisent également ceux qui lui reprochent de ne pas véritablement faire d’histoire sociale. Sa démarche, attentive à n’être ni surplombante ni anachronique, le conduit à s’intéresser à des objets longtemps négligés par une historiographie sociale militante, quelque peu dédaigneuse des anonymes indignes d’avoir une notice dans le Maitron ; une manière de faire qui, pour étudier le peuple, s’intéresse plus à ceux qui « se sont extirpés de la masse pour parler au nom du peuple »[14]. Tenter une autre forme d’histoire populaire était l’un des objectifs de son Pinagot, s’essayer à une forme totale « d’histoire par en bas » en étudiant un « Jean Valjean qui n’aurait pas volé de pain », un représentant de « l’infini d’en bas » hugolien[15]. Ce livre présente plusieurs intérêts. Il est, en premier lieu, une expérimentation explorant avec jubilation les limites de l’écriture de l’histoire, une mise en scène de l’impossible biographie d’un anonyme. Au terme de ce livre, Corbin estime être parvenu à une « évocation […] une évanescente résurrection »[16] de la vie de cet inconnu, qu’il s’efforce, autant que faire se peut, de restituer dans sa singularité. Telle est la différence entre son Pinagot et une monographie des sabotiers de l’Orne : il ne décrit pas la vie des sabotiers mais esquisse la vie d’un de ces sabotiers et ses liens avec « les groupes sociaux, familiaux, professionnels auxquels il appartient et/ou qu’il fréquente »[17]. L’approche pourrait sembler vaine, mais a le mérite d’explorer des espaces sociaux difficilement accessibles à une autre historiographie sociale cantonnée à des objets pouvant se prêter à une approche sérielle. Elle met également en avant des absences qui font sens. Si Pinagot n’a presque pas laissé de traces, sa femme encore moins. Ce simple constat enrichit une histoire des rapports de genre.

Une démarche similaire anime Le village des « Cannibales », lorsqu’il restitue les logiques propres à une révolte populaire, où se conjuguent le poids des événements nationaux, les rapports sociaux et les systèmes de représentations ou d’émotions propres à un milieu paysan. Cet événement exceptionnel met en lumière la singularité de ces paysans, si différents de la société dominante qu’ils ont été unanimement assimilés à des barbares monstrueux  lors de leur procès.  Le massacre de Hautefaye, où un noble suspecté d’être un agent des Prussiens et de républicains est littéralement brulé vif, ne met pas en lumière l’émergence des forces progressistes ou la naissance de l’internationalisme. Mais l’usage qu’on peut en faire dans les débats politiques, ici et maintenant, est évident : « il faut admettre que les habitants d’un même pays ne sont pas tous contemporains les uns des autres »[18]. Le mythe de l’unité nationale en ressort écorné. Ainsi, Corbin ne fait pas une histoire militante, mais son histoire du politique, renouvelé à travers le prisme de la culture sensible, invalide le mythe d’une « France toujours déjà-là ».[19]

L’étude des ressorts et des formes de l’action politique constitue en effet un pan majeur mais souvent négligé des travaux d’un historien qui s’est intéressé tant aux pratiques politiques d’en bas, comme les barricades, qu’à la réception des injonctions venues d’en haut, lors des « fêtes de souveraineté » par exemple. Il en conclut que des « logiques antagonistes » sont à l’œuvre contredisant l’idée d’un sens de l’histoire, d’un XIXe siècle en attente de la république libérale, s’opposant ainsi, une fois de plus, à une certaine téléologie, portée par François Furet notamment.

Cet article d’un ancien étudiant d’Alain Corbin est né au croisement d’une interrogation et d’une lassitude, interrogation survenue à la lecture de l’article du Figaro Magazine, événement des plus singuliers me concernant, et lassitude d’entendre répéter que cet historien est un réactionnaire s’opposant à une véritable histoire sociale (mais de quelle vérité parle-t-on ?). Pour conclure, évoquons une dernière facette des travaux d’Alain Corbin. Dans Pinagot ou les Conférences de Morterolles, il s’interroge sur la place laissée à l’imagination du  lecteur. Or, s’interroger sur les intentions politiques de Corbin et de ses œuvres relève clairement d’un travail d’imagination, car répétons-le, il ne s’est jamais considéré comme un historien militant et il est impossible d’établir un lien explicite entre ses pratiques politiques  strictement privées et son métier d’historien. Les marges sociales, les figures de l’altérité, « l’infini d’en bas », la politique en sa violence, le refus des téléologies nationalistes : tout ceci est compatible avec ma propre culture politique, sans oublier Foucault, Bloch et Lévi. Certains, à gauche, peuvent se le figurer en conservateur doublé d’un imposteur pratiquant une histoire pour dilettante. C’est leur droit mais ils se trompent de combat, me semble-t-il. D’autres, à droite, peuvent se l’imaginer comme converti à une histoire néo-lavissienne. C’est aussi leur droit après tout. Mais ce qui est certain c’est que ceux-là en sont réduits à piocher maladroitement dans le seul livre qu’il ait écrit pour des enfants.

 

 


[1] Figure médiatique mis en évidence par Mona Chollet, Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle et Mathias Reymond dans Les Editocrates : ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n’importe quoi, La Decouverte, 2009, l’éditocrate occupe une position dominante dans les médias nationaux, tout en se considérant comme politiquement incorrect. Il se caractérise par sa capacité à pontifier quotidiennement sur les sujets les plus divers en prétendant briser des tabous.

[2] « Cannibaliser » désigne le fait d’utiliser les pièces d’une machine – la rendant ainsi inopérante – pour essayer d’en réparer une autre déjà hors d’usage.

[3]Pierre-Henry Ortiz, entretien avec Olivier Levy-Dumoulin, « l’Histoire est une matière d’endoctrinement », Non-fictions.fr, 26/09/11, http://www.nonfiction.fr/article-5025-lhistoire_est_une_matiere_dendoctrinement.html

[4] Le titre exact est 1515 et les grandes dates de l’histoire de France. Il est regrettable qu’une tenante d’un enseignement des plus rigoristes s’autorise de telles approximations.

[5] Catherine Poitevin, entretien avec Alain Corbin, « Faut-il réhabiliter la chronologie pour retrouver le sens de la profondeur historique ? », Télérama n° 2880 – 23 mars 2005, http://www.sauv.net/telerama20050323.php.

[6] Idem.

[7] Entretien téléphonique avec l’auteur ; voir aussi Vincent Casanova, Philippe Mangeot et Philippe Massenet, entretien avec Alain Corbin, « Ne rien refuser d’entendre », Vacarme, N°35, printemps 2006, http://www.vacarme.org/article492.html.

[8] Pionnier de l’histoire des sensibilités et des mentalités au début des années 1960, Robert Mandrou s’oppose vivement à Fernand Braudel au sujet de l’héritage intellectuel de Lucien Febvre. Ses travaux sont l’objet d’un véritable ostracisme de la part des Annales jusque à la mort de Braudel.

[9] Dominique Kalifa, « Représentations et pratiques » dans collectif, Historiographies, II. Concepts et débats, Gallimard, 2011, p. 879.

[10] Voir par exemple la contribution d’Alain Corbin, « Coulisses », dans Michelle Perrot (dir.), Histoire de la vie privée. 4. De la révolution à la grande guerre, Seuil, 1987.

[11] Intellectuel antifasciste de tendance anarchisante, Carlo Levi est assigné à résidence à Gabliano, un village isolé dans une des régions les plus pauvres du Mezzogiorno. Sa description des paysans est un modèle d’enquête compréhensive. Abandonnant ses préjugés, Carlo Levi sait entrer en empathie avec ces paysans, parvient à pénétrer leur univers mental. Ce regard sensible, patient et attentif constitue un modèle d’enquête compréhensive opposée à l’enquête étatique, verticale et surplombante. Pierre Karila-Cohen, « Le Christ s’est arrêté à Origny », dans Anne-Emmanuelle Demartini et Dominique Kalifa, Imaginaires et sensibilités au XIXe siècle, études pour Alain Corbin, Créaphis, 2005.

[12] Entretien avec Alain Corbin, « Ne rien refuser d’entendre », Vacarme, art. cit.

[13] Nous reprenons ici un concept d’histoire connectée, utilisé donc pour étudier les contacts et les tensions entre des sociétés étrangères l’une à l’autre. Le seuil d’incommensurabilité désigne les situations où les différences culturelles sont trop grandes pour qu’une compréhension réciproque s’opère.

[14] Entretien avec Alain Corbin, « Ne rien refuser d’entendre », Vacarme, art. cit.

[15] Idem.

[16] Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu. 1798-1876, Flammarion, 1998, p. 289.

[17] Jean-Luc Mayaud, « Saisir l’histoire dans la singularité individuelle ? », Ruralia [En ligne], 03 | 1998, mis en ligne le 25 janvier 2005. URL : http://ruralia.revues.org/61

[18] Entretien avec Alain Corbin, « Ne rien refuser d’entendre », Vacarme, art. cit.

[19] L’expression est de Suzanne Citron, Le Mythe national. L’histoire de France revisitée, éditions de l’Atelier, 2008.

Encart : 

Natacha Polony ou comment passer d’une estrade en bois aux plateaux de télévision.

Rédactrice : Laurence De Cock

 Natacha Polony a enseigné un an dans une banlieue populaire où les élèves sont très mal élevés et peu cultivés. Jeune agrégée de lettres, il ne lui fallut pas longtemps pour diagnostiquer le malaise général de l’Ecole qui n’accomplit pas sa mission d’instruction et de civilisation des mœurs. Natacha Polony a donc décidé de démissionner, refusant sans doute de se compromettre dans cette antre du laxisme qu’est devenue l’Ecole après que toutes les VALEURS DE LA REPUBLIQUE (ouvrir grand la bouche et écarquiller les yeux) aient été enterrées sous les pavés de  mai 68. Orpheline de sa vocation, Natacha Polony a été fort opportunément recueillie par Le Figaro pour consacrer sa créativité littéraire à dénigrer régulièrement ceux par qui le mal est arrivé, les « pédagogues ». Ces derniers sont de bien vilaines personnes qui pensent que la pédagogie est au cœur du métier d’enseignant (quelle naïveté) et qu’il existe donc des méthodes d’apprentissage autres que le magister moral exercé par la parole sacrée du professeur ; que ces méthodes doivent s’adapter à la diversité (oups !) des élèves ainsi qu’au contexte politique et social dans lequel s’exerce le métier d’enseignant. Les « pédagogues » commettent donc le sacrilège de vouloir dé-fossiliser une profession. Fort heureusement, les « Républicains » d’en face travaillent à excaver les reliques d’une école sanctuarisée dans l’imaginaire sublimé des plumiers de l’école de Jules Ferry. Grâce à eux, la réflexion sur l’Ecole avance ainsi à grand pas, le temps d’un éditorial dans les médias.

L’échec scolaire de Natacha Polony ne lui aura cependant pas fermé les portes de l’ascenseur social. Forte de cette compétence innée de l’expertise,  Natacha Polony poursuit son cursus honorum  par l’obtention d’un diplôme en « toutologie » attribué par les médias dominants.  La toutologie consiste à faire croire que son opinion supplante naturellement le sens commun par l’effet d’imposition du lieu d’où elle s’exprime, en l’occurrence, le plateau télé du samedi soir. De sa nouvelle tribune, Natacha Polony tâte à nouveau du plaisir de donner des leçons sur tout : elle peut sermonner un candidat aux présidentielles, dire si elle aime ou n’aime pas un disque (parfois même nuancer : j’aime la parole mais pas la musique) et aussi critiquer des livres.

A ceux qui en doutaient, que l’on se rassure, la méritocratie républicaine existe donc encore, et le déclin de l’Ecole constitue pour ses zélateurs un excellent fond de (café du) commerce.