Qui sommes nous ?

  • Membres fondateurs du collectif :
  • Philippe Olivera est historien, professeur d’histoire-géographie au lycée Diderot de Marseille. Il collabore aux Editions Agone. Il est membre du Collectif de recherche et de débats sur la guerre de 14-18 (CRID 14-18).
  • Emmanuelle Picard est historienne, Maîtresse de conférence à l’ENS-Lyon,  co-directrice en chef de la revue Histoire de l’éducation. Elle a co-dirigé avec Laurence De Cock  La Fabrique scolaire de l’histoire (Agone, 2009). Ses recherches portent sur l’histoire de l’enseignement supérieur à la période contemporaine. Elle est membre du Collectif de recherche et de débats sur la guerre de 14-18 (CRID 14-18).
  •  Parmi les membres les plus impliqués dans les textes collectifs et la sélection des articles en ligne : 
  • Vincent Capdepuy est géohistorien, professeur d’histoire-géographie au lycée Ambroise Vollard de Saint-Pierre (La Réunion), chercheur-associé à E.H.GO (UMR 8504 Géographie-cités) et au GREMMO (UMR 5195 Maison de l’Orient et de la Méditerranée). Après une thèse de géographie consacrée au Moyen-Orient, il poursuit ses recherches sur la mondialisation et ses représentations. Il est co-auteur d’Une histoire du monde global, sous la direction de Philippe Norel et de Laurent Testot (Sciences Humaines, 2012). Il participe au blog : http://blogs.histoireglobale.com/
  • Vincent Casanova est professeur d’histoire-géographie au lycée Léon Blum de Créteil  (94) et coordinateur du microlycée 93. Ses recherches croisent l’histoire urbaine de la banlieue rouge et l’histoire de la musique dans les années 1950. Il est également membre de la revue Vacarme.
  • Hayat El Kaaouachi  est professeure d’histoire-géographie dans la cité scolaire Henri Wallon à Aubervilliers.
  • Mathieu Ferradou est professeur d’histoire-géographie au lycée Jean Monnet de Mortagne-au-Perche. Ses recherches portent sur la Révolution Française et les mouvements irlandais.
  • Gabriel Kleszewski enseigne l’histoire-géographie en collège.
  • Samuel Kuhn : Professeur d’histoire-géographie au lycée de la Versoie à Thonon-les-Bains (74). Auteur de manuels scolaires (éditions Nathan). Ses recherches portent sur l’histoire sociale et culturelle des XIXÈME et XXÈME siècle.
  • Fanny Layani est professeure d’histoire-géographie au lycée Balzac à Paris . Elle mène par ailleurs des recherches sur la détention politique des militants nationalistes algériens jusqu’en 1962 (Université Paris I).
  • Servane Marzin est docteure en histoire, enseignante au lycée P. Eluard de St Denis. Ses recherches portent sur les pratiques diplomatiques du premier XIXe siècle. Elle est également auteure d’ouvrages parascolaires.
  • Guillaume Mazeau est maître de conférence à l’Université Sorbonne, Paris1. Spécialiste de la révolution française et membre de l’IHRF. Il est l’auteur de : Le bain de l’historie, Charlotte Corday et l’attentat contre Marat, Champ Vallon, 2009 ainsi co-auteur de Pourquoi faire la révolution, Agone, 2012
  • Cédric Perrin est professeur d’histoire-géographie au lycée Grandmont (Tours). Il est chargé de mission enseignement secondaire auprès de l’Association française d’histoire économique (AFHE). Docteur en histoire et chercheur associé à l’IDHE-Paris Ouest Nanterre, il a notamment publié : Entre glorification et abandon. L’Etat et les artisans en France (1938-1970) (CHEFF, 2007) et co-dirigé (avec F. Le Bot) Les chemins de l’industrialisation en Espagne et en France. Les PME et le développement des territoires (XVIIIè-XXIè siècles)(Peter Lang, 2011).
  • Véronique Servat est enseignante en collège à Aulnay sous Bois puis à Montreuil sous bois. Co responsable du secteur contenus histoire géographie du Snes. Membre du CVUH.
  • Le collectif Aggiornamento compte près de 300 inscrits sur la liste de discussion. Parmi eux, des actifs/ves, des silencieux/ses, des intempestifs/ves, des discrets/ètes etc. Toutes et tous ont en commun d’enseigner l’histoire et/ou la géographie et d’être soucieux de faire en sorte qu’elles restent des disciplines soumises aux débats.

22 réflexions au sujet de « Qui sommes nous ? »

  1. Albero

    Merci de vos dernières analyses (Le Monde et MediaPart) qui apportent une intelligence des phénomènes et ouvrent le débat là où d’autres le rendent impossibles par le cumul de stéréotypes et de contre-vérités.
    Dans une action plus réactive et moins chronophage, quelques universitaires ont produit une pétition en ligne en appelant à la responsabilité des rédactions de presse et de médias qui abandonnent leurs Tribunes à des formes d’expression indignes d’un débat public dans un pays démocratique. .
    L’augmentation du volume de signatures (plus de 2500 aujourd’hui) donnera une plus grande légitimité à d’autres actions (courrier aux rédactions, Lettre Ouverte, autres articles, etc.). Merci de nous aider à la diffuser. Merci encore de vos analyses distanciées et argumentées.

    Répondre
  2. Jean-Claude Huguet

    Inquiètudes sur l’enseignement de l’histoire et géographie en Terminales S.

    J’assure cet enseignement dans une terminale S et je me trouve confronté à une impossibilité de finir correctement le programme dans le laps de temps imparti de 2 heures hebdomadaire. Il me semble impossible de passer qui ne soient pas trop schématiques sur des questions comme celles des conflits du Proche et Moyen Orient.
    D’autres collègues vous ont-il fait part d’inquiétudes similaires ?
    J’ai contacté mon IPR qui m’a renvoyé vers les IG. Je leur ai donc adressé un message concernant mes inquiétudes et je n’ai eu aucune réponse.

    A mon avis, il faut envisager une réduction de ce programme (car il est fort peu probable qu’on obtienne une augmentation de l’horaire hedomadaire !).
    De même, l’épreuve en 3 heures me semble un court pour des élèves qui ont souvent de bonnes connaissances.

    Si d’autres collègues partagent mes inquiétudes, j’aimerais le savoir.

    Cordialement

    Jean-Claude Huguet, professeur d’Histoire et Géographie au lycée Max Linder à Libourne (33)

    Répondre
    1. dussort xavier

      Monsieur,

      Je tiens à vous rassurer. J’enseigne aussi en TS et comme toujours, le programme est infaisable en 2 h 30 / semaine (j’ai 1 h tous les 15 j pour l’ecjs). Malgré cela, c’est une course contre la montre. Il est très difficile de faire réfléchir les élèves (mais je ne pense pas que ce soit là l’intention de nos gouvernants), quant à l’esprit critique, autant donner un coup d’épée dans l’eau. Tout ceci est lamentable. Il n’ya aucune pédagogie à « recracher » son cours le jour du BAC, sur des sujets de composition… qui n’ont rien d’un sujet digne de ce nom. Je suis écoeuré de cette triste évolution. Je n’ai pas encore traité les Proche et Moyen-Orient, mais cela risque d’être folklo!!!

      Cordialement
      X.Dussort (33) Bordeaux

      Répondre
    2. Morgane

      Bonjour,
      Je suis également enseignante en TS et vous rejoins concernant l’infaisabilité des programmes sur le temps imparti….
      Je suis obligée d’avoir recours aux fameux polycopiés.

      Par ailleurs, les 3h d’épreuves ne permettent pas de mener une réelle réflexion, elles permettent juste de ‘recracher’ le cours.

      Quel gachis!

      Répondre
      1. dussort xavier

        Bonsoir,

        Je suis aussi obligé d’avoir recours aux polycopiés. On ne nous demande plus de faire des cours, mais de fournir aux élèves un modèle de composition « clés en main » qu’ils n’auront plus qu’à dégueuler le jour de l’examen. Quant au croquis de géographie, c’est une mascarade. Apprendre par coeur un sujet et le restituer tel quel. Je me demande à quoi je sers au juste.
        L’étude de document reste l’exercice le plus difficile pour les élèves. Mais en une heure, que peuvent-ils faire? Et dernière nouveauté, voilà qu’ils me balancent des problématiques dans la présentation du document. C’est du grand n’importe quoi. Je n’arrive déjà pas à obtenir une problématique digne de ce nom en compo, alors pour une étude de document, je ne vous dis pas l’absurdité.
        Le problème, c’est que les profs s’exécutent comme de bons petits soldats, sans aucune résistance. Je peux vous garantir que la correction du bac sera très généreuse. Ils veulent de bonnes notes, ils vont en avoir!!!! Ils nous prennent pour des cons, eh bien allons jusqu’au bout du ridicule. On va bientôt friser les 100% en séries générales.

        Répondre
  3. Guillaume

    Bonjour
    titulaire d’une maîtrise d’histoire, professeur documentaliste en collège lycée, j’ai repris un master littérature jeunesse cette année. Je me propose d’étudier dans mon mémoire la question de la participation de la littérature jeunesse au « roman national » dasn le cadre du Centenaire de la Grande Guerre(je cherche encre la formulation, tant le sujet est sensible) à travers qq textes de fiction sortis en 2013-2014. Peut-être ferai-je appel à vous dans les semaines qui viennent.
    Laurence Guillaume

    Répondre
  4. David Charles

    Bonjour,
    Maître de conférences à l’université du Havre et terminant un travail sur le rapport de Zola à la Commune (notamment dans La Curée), je cherche à joindre Éric Fournier, dont je pensais trouver aisément les coordonnées vu l’écho qu’a reçu son livre de 2008 sur Paris. Ce serait très gentil de votre part de bien vouloir me les donner.
    Bien cordialement,
    David Charles

    Répondre
  5. barneaud

    on ne peut séparer l’Histoire comme méthode de recherche de la vérité des faits passés (vérité au sens de causalité)de son enseignement qui ne peut faire l’économie de notre inscription (en tant que français et produit d’une’ histoire nationale aujourd’hui battue en brèche par l’idéologie européiste)dans ce qui fait que nous nous rattachons tous à une continuité de générations passées qui ont fait au cours de s siècles ce que nous sommes.
    L’Histoire prend sa source dans cette suite généalogique (prise au sens de ce qui a contribué à constituer le nom France (royaume puis République, par delà l’atomisation de sindividus, car comment sinon expliquer cette chose étrange que l’on nomme « sentiment d’appartenance à une communauté: la française)
    C’est cette histoire qui aujourd’hui est battue en brèche au nom d’une « revisitation » de notre histoire nationale qui sous couvert de chasser « le roman national », de fait nie toute dette envers notre passé et veut faire de chaque français un pseudo « citoyen » européen ou « citoyen du monde, version nouvelle du mythe communiste de « l’homme nouveau »
    professeur d’Histoire à la retraite

    Répondre
  6. Michel Delord

    Il est certes nécessaire et même indispensable de connaitre l’histoire pour comprendre le monde. Mais, au risque de surprendre, cette vérité n’entraine pas qu’il doit y avoir, au sens strict du terme, « un enseignement de l’histoire à l’école ».

    Cette position argumentée « ne pas enseigner l’histoire à l’école » faisait l’unanimité dans le mouvement ouvrier au moment de la première internationale. Elle disait très précisément – et c’est Marx qui parle- :
     » Dans les écoles élémentaires, et plus encore dans les écoles supérieures, il ne faut pas autoriser de disciplines qui admettent une interprétation de parti ou de classe. Il ne faut enseigner dans les écoles que les matières telles que la grammaire, les sciences naturelles. Les règles grammaticales ne changent pas, que ce soit un conservateur clérical ou un libre penseur qui les enseigne. Des matières qui admettent une diversité de conclusion ne doivent pas être enseignées dans les écoles »

    Lorsque j’ai publié en 2011 pour la première fois sur Internet ces positions historiques complètes – j’en avais publié des extraits en 1999-, je posais plusieurs questions que voici et qui sont, à mon avis, toujours d’actualité.
    Citation :

    « Donc, en gros cent cinquante ans après, le consensus moderne absolu – toutes tendances laïques et religieuses confondues – est au contraire que l’on doit enseigner l’histoire à l’école.
    Une question, à laquelle on peut imaginer quelques réponses historiques que je donnerai ultérieurement : comment se fait-il, alors que toutes les tendances du mouvement ouvrier étaient unanimes sur cette conception, que plus aucune ne la défende ? Et si de plus, aucune ne la mentionne est-ce simplement parce qu’elle en ignore l’existence ou pour être bien sûr qu’elle ne sera pas reprise ?
    Une autre question, proche : Est-il possible d’avoir un enseignement qui défende une conception neutre de l’histoire? Est-il possible d’avoir un enseignement d’Etat qui défende une conception neutre de l’histoire? Y-en-a-t-il déjà eu un ?  »

    Plus de détails sur « Petites bribes d’histoire du mouvement ouvrier » http://michel.delord.free.fr/bribes-feee.html

    Michel Delord
    Professeur certifié de mathématiques
    Membre du CA de la Société Mathématique de France 2002-2008
    Board of advisors, Nonpartisan Education Review

    Répondre
  7. Editions Faton

    Bonjour,

    Connaissez-vous la revue Histoire junior, une revue créée en octobre 2011 par les Éditions Faton qui éditent 5 autres magazines éducatifs à destination de la jeunesse ?
    Histoire junior en est à son vingtième numéro. Si vous voulez voir les thèmes traités rendez-vous sur http://www.histoire-junior.fr

    Olivier Fabre

    Répondre
  8. dussort xavier

    Bravo pour votre initiative. Nous devons faire entendre notre voix et nous battre pour les générations à venir. L’enseignement de l’histoire-géographie est de plus en plus dévalorisé en ne répond plus à l mise en place d’une culture intelligente basée sur la réflexion et la démarche scientifique qui doit être celle de l’historien. Merci encore
    X.Dussort, professeur d’histoire-géographie, lycée Sainte Marie Grand Lebrun, Bordeaux

    Répondre
  9. dominique zuzlewski

    Je suis formateur IUFM à Amiens et je suis confronté, moi aussi – mais mes collègues aussi – aux problématiques soulevées
    Comment rejoindre votre équipe ?
    Dominique Zuzlewski, professeur HG
    Lycée Boucher de Perthes d’Abbeville
    Formateur IUFM d’Amiens

    Répondre
  10. thomas goussu

    Bonjour!
    L’existence de ce collectif n’est-elle que virtuelle, ou bien fonctionnez-vous aussi (en tant que groupe!) dans la vraie vie? Peut-on vous rejoindre et participer à vos travaux? Etes-vous prêts à accueillir des géographes? Comment peut-on s’inscrire sur la liste de discussion?
    nb: ce n’est pas un commentaire au sens strict, mais je ne vois pas sur le site d’autre moyen de créer un contact…

    Répondre
  11. Tabarly

    Dans la mesure où « ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dans l’optique d’un renouvellement de l’enseignement de l’histoire et de la géographie scolaires et universitaires », je vous propose de tenir compte également d’un site spécialement dédié à un objectif comparable, pour la géographie :
    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/index.htm

    Il trouvera sa place aux côtés de Cybergéo et pourra représenter utilement la discipline.

    Cordialement,

    Sylviane Tabarly, responsable éditoriale du site.

    Répondre
  12. martine vaugien-cheung

    votre site, et votre posture sont très intéressants et méritent d’être connus et soutenus;
    je regrette également l’abscence de géographe, alors que vous affichez histoire ET géo! mais c’est bien connu, nous les géographes ne savons pas y faire! enfin pas assez!
    à bientôt
    MV-CHP dpt géo, Univ La Réunion

    Répondre
  13. Salah Guemriche

    Merci de transmettre mes hommages à Suzanne Citron.
    Et bravo pour l’intiative…
    Bonne route !
    Salah Guemriche
    Ecrivain.
    Derniers ouvrages :
    « Dictionnaire des mots français d’origine arabe » (Seuil, 2007)
    « Abd er-Rahman contre Charles Martel » (Perrin, 2010)
    « Le Christ s’est arrêté à Tizi-Ouzou » (Denoël, 2011).

    Répondre
  14. anna

    bonjour,
    je ferai connaître cette initiative aux collègues de la Vénétie qui viennent de créer un groupe de recherche sur l’histoire – géo, matière pas encore très pratiquée dans nos écoles.
    Anna

    Répondre
  15. Damien Boisset

    Sincère bravo pour cette initiative !
    En souhaitant à ce blog d’être un creuset magique et un vecteur fort …
    Bien cordialement,
    D.B.

    Et puis nous allons bien sûr relayer ça.

    Répondre
  16. Fabrice Ryckebusch

    Belle initiative. La lecture de l’article de L. De Cock me conforte dans mes réflexions personnelles, réflexions que je fais parfois partager à mes élèves qui me regardent un peu… étonnés. Je vais m’inscrire au yahoo groupe – si c’est possible – et faire suivre cet article à mes collègues. Il m’a rappelé quelques saines lectures de quand j’étais plus jeune.

    Cordialement,

    F. Ryckebusch
    Lycée Saint-Exupéry, Blagnac (31).

    Répondre
  17. VALENTI Francis

    Merci pour votre initiative. Je suis convaincu que ce sera un lieu formidable de réflexion et qu’il contribuera à nous permettre de « reprendre la main » sur notre métier et nos enseignements.
    Bien cordialement,
    FV
    professeur d’histoire-géographie
    collège de Bures-sur-Yvette

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *