Archives mensuelles : avril 2014

Le Diplôme National du Brevet, ce premier examen national…

Logo (bis)-02Fidèle à sa tradition de veille,  le collectif Aggiornamento a pris connaissance du sujet de Brevet tombé à Pondichéry  qui nous permet d’évaluer le degré de prise en compte de nos nombreuses remarques sur la question depuis quelques années.

Il faut avouer que nous sommes un peu déçus. L’exercice nous semble encore très complexe pour des élèves en fin de scolarité n’ayant cumulé que 7 courtes années d’enseignement d’histoire-géographie depuis leur CE2. Nous avions pourtant proposé déjà quelques pistes de simplification pour les brevets blancs organisés dans les différents collèges. Vraisemblablement, les concepteurs de sujets de Pondichéry n’en ont guère tenu compte et ont préféré maintenir un exercice de très haute intensité intellectuelle comme tout le monde pourra le constater (tout de même, demander  la localisation des Océans Atlantique et Pacifique, les noms du chef d’Etat ET du territoire de l’Etat totalitaire stalinien…). Confondrait-on un collègien avec un étudiant en histoire-géographie de Licence ?

Pour remédier à cette absence de discernement, nous proposons donc, à nouveau, une reformulation des consignes à partir du sujet de Pondichéry. Ces dernières nous semblent nettement plus conformes aux attentes de l’Institution  (même si, volontairement, nous en avons accentué les difficultés, qui peut le plus pouvant le moins généralement).

Voici donc notre proposition à télécharger.

A l’attention des collègues : n’hésitez pas à nous fournir un corrigé

 Pondichéry[1]

 

Qu’attendons-nous de l’Inspection ?

Rédacteur/rédactrices : Servane Marzin, Vincent Capdepuy, Laurence De Cock, Éric Fournier, Fanny Layani

Que l’on ne se méprenne pas, l’exercice est délicat, tant les rapports entre les enseignant-e-s et le corps d’inspection, entre non-dits et malentendus, produisent et entretiennent des visions réciproquement réductrices : enseignant-e-s insensibles aux enjeux et rétif/ve-s aux changements d’un côté, inspecteurs/trices blasé-e-s et déconnecté-e-s de la réalité des terrains de l’autre. La variété des contextes académiques fait également naître toutes les déclinaisons, de la salutaire collaboration à la sourde animosité.

Mais la situation actuelle de l’enseignement de l’histoire-géographie, aboutissement de plusieurs années d’intenses transformations, ponctuées de rebondissements en tous genres, a mis au jour un certain nombre de difficultés propres au travail enseignant, auxquelles l’Inspection n’a qu’incomplètement et imparfaitement répondu. Qu’on lise donc cette tribune comme une proposition, et qu’au-delà des diagnostics et de la colère légitime qui les accompagnent parfois, toutes et tous y trouvent ici des pistes à explorer.

De multiples alertes ignorées

Nous avons tout d’abord été confronté-e-s en un temps très bref à la transformation généralisée des programmes, puis à leur remaniement incessant sans pour autant aboutir à une situation satisfaisante cette année encore. Sans revenir en détails sur des propos que nous avons déjà tenus ailleurs, nous n’avons pu que déplorer l’incapacité initiale de l’Inspection Générale à mesurer la difficulté et la lourdeur des programmes (dans leur écriture comme dans leur économie), pour les enseignant-e-s comme pour les élèves ; Inspection Générale que nous avions pourtant alertée tant pour les programmes de première et de terminale que de troisième[1]. Comment ne pas se sentir relégué-e-s, voire méprisé-e-s dans ce processus décisionnel qui conduit, pour trois programmes différents, et deux années de suite, à ne reprendre qu’a posteriori les conseils éclairés des différents représentants enseignants, qu’ils soient syndicaux ou disciplinaires ? Ajoutons que les derniers allègements, pourtant proposés en juin, n’ont été validés qu’à la fin du mois de septembre, ignorant tout bonnement le travail déjà engagé par élèves et professeurs, notamment dans les académies ultra-marines2. Ces pratiques d’administration de notre discipline, passant systématiquement outre l’expérience de terrain accumulée de milliers d’enseignant-e-s, sont devenues insupportables pour nombre de collègues dont l’état de saturation est palpable.

Des épreuves iniques et mal maîtrisées

À cette inflation mal maîtrisée des ambitions assignées à l’histoire-géographie se sont ajoutées les péripéties de l’examen au collège comme au lycée. Cette partition bien dissonante a commencé avec l’apparition puis la disparition de l’épreuve anticipée de première scientifique. Certes, nous ne feignons pas d’ignorer quels étaient les tenants et les aboutissants de cette décision, relevant de la très partisane « réforme du lycée ». Il n’empêche. L’architecture de l’examen de première s’est révélée contre-productive. En 2012, confrontés à une masse inédite de connaissances, tenus de réaliser rapidement trois exercices différents, imposés pour deux d’entre eux, et portant parfois sur deux heures de cours, nombre d’élèves[2] ont eu le légitime sentiment d’avoir travaillé pour rien, altérant encore un peu plus l’image de disciplines indigestes et ingrates. Quant aux sujets métropolitains de 2013, ils ont réussi l’exploit de se situer à l’intersection de tous les allègements de programme de géographie, piégeant élèves et correcteur/rice-s[3][4], et faisant naître une colère dont la fréquentation du site d’Aggiornamento a été l’une des manifestations tangibles5. Les consignes de correction proposées aux enseignant-e-s, approximatives et creuses, n’ont fait qu’accroître le ressentiment général. Au collège, le DNB 2013 s’est révélé conforme aux prédictions des enseignant-e-s, avec des résultats catastrophiques et accroissant les inégalités (les élèves les plus fragiles pâtissant du format – avouons-le, assez risible – de l’épreuve)[5].

Une nouvelle fois, plutôt que de reconnaître les impasses de la situation, nos différentes hiérarchies ont préféré rendre les correcteurs responsables : trop exigeants, trop sévères, trop ambitieux, inconscients des difficultés des élèves, ils provoqueraient eux-mêmes les difficultés qu’ils déplorent, par des exigences démesurées et une notation rigide. Bref, ils ne sauraient pas « valoriser ». Pourtant, les réunions d’harmonisation académiques, pilotées par les Inspecteurs Pédagogiques Régionaux (IPR/IA), ont révélé un profond et très large malaise[6]. Malaise partagé en collège où, face au non-sens de l’épreuve, certains enseignante-s se sont entendus répondre qu’ils surinvestissaient de sens une épreuve qui, finalement, n’était pas si importante.

Au fond, ballotés de programmes infaisables en allègements de dernière minute, tenant tant bien que mal les objectifs pédagogiques qu’on leur assigne, les enseignant-e-s ont vu en quelques années les contenus et les objectifs de l’histoire-géographie se renouveler sans être efficacement accompagnés. Il va de soi que parmi les IPR, certains avaient pourtant pris la mesure des difficultés des enseignant-e-s dans toutes les académies8, et s’étaient retrouvés contraints de mettre en œuvre des réformes qu’ils n’approuvaient guère. Les différentes réunions dans les établissements ou les conversations privées en témoignent. Mais les réactions n’ont pas été véritablement appropriées ou visibles, et l’on assiste, cette année trop encore, à la poursuite d’une routine parfois toxique qui, de formations en entretiens, ignore le travail enseignant.

Un échange inexistant

Ainsi, à chaque nouveau programme – voire même alors que les programmes sont déjà entrés en vigueur ! – les enseignant-e-s sont convoqué-e-s à de grandes réunions plénières lors desquelles, plusieurs heures durant, ils/elles sont prié-e-s de focaliser leur attention sur des diaporamas saturés de définitions, de notions, de schémas sagittaux et de liens hypertextes sensés les aider à « mettre en œuvre » les contenus. Le défilé des diapositives s’accompagne d’un discours surplombant, voire pontifiant, qui ne laisse que peu de place à l’expérience ou aux propositions des enseignant-e-s présent-e-s, et encore moins à la discussion sur le bien-fondé pédagogique de telles ou telles approches ou notions. Nous ne doutons pas que ces diaporamas reposent sur une lecture éclairée des « nouveaux programmes », et que l’on puisse y trouver des ressources pédagogiques intelligentes et construites. Mais la simple consultation des sites académiques pourrait permettre d’en prendre connaissance, de la même façon qu’elle doit régulièrement rythmer l’exercice du travail enseignant. Ne serait-il pas plus utile, lors de ces trop rares rencontres, de construire une réflexion commune par le dialogue et l’échange ? D’écouter les observations et les retours d’expérience des enseignant-e-s, puis, forts des expertises propres à chacun des corps, de proposer des pistes, de hiérarchiser les objectifs, de donner des perspectives, de valoriser l’inventivité ? Et surtout, d’encourager et de motiver des équipes enseignantes ?

Hélas, les propos bienveillants et curieux cèdent le plus souvent le pas, dans la réalité des pratiques, à de fermes et peu constructives injonctions à « finir le programme », quitte, selon une image fréquemment utilisée par les IPR, à en opérer un enseignement « en accordéon ». Sans s’inquiéter que les choix opérés dans ce cadre pour le moins flou ne soient finalement pas les bons. Sans admettre non plus, par exemple, que certaines parties de programme soient très difficiles à mettre en œuvre, parce que les ressources manquent ou qu’elles sont inaccessibles aux élèves, ou parce que le temps imparti à un chapitre implique la maîtrise de pré-requis socialement discriminants. Sans proposer enfin de réponse concrètes aux questions précises posées par les enseignant-e-s, s’en tirant avec les habituelles formules toutes faites d’un jargon de plus en plus désincarné (« donner du sens », etc.).

Reconstruire la légitimité de l’Inspection

Pour un enseignement plus apaisé et plus efficient, la formation doit à notre sens redevenir la fonction majeure de l’Inspection. L’objectif est double : d’une part, veiller à la qualité disciplinaire des enseignements par le relais des avancées de la recherche historique, géographique et didactique ; d’autre part, encourager le renouvellement et la créativité des pratiques pédagogiques. Nous n’ignorons pas les difficultés propres à l’organisation de stages de formation, entre publics incertains, locaux inadaptés et budgets chagrins. Mais elles ne doivent pas servir de prétexte à une réduction et à une dilution du principe de formation, qui se focalise de plus en plus sur la seule réussite comptable aux examens dictée par la succession des évaluations internationales négatives. Nous ne pouvons, non plus, cautionner certains stages de formation qui, parce qu’ils légitiment formellement des cadres pédagogiquement et pratiquement complexes, voire intenables[7], reportent sur les seuls enseignant-e-s l’échec final.

L’Inspection doit aussi transformer ses propres modalités de formation, en commençant par abandonner les inspections-sanction : les propos désobligeants, voire humiliants, qui sont fréquents dans les rapports et plus encore lors des entretiens, ne permettront jamais aux enseignant-e-s d’améliorer leur exercice du métier. Certain-e-s en sortent même professionnellement et humainement brisé-e-s[8]. De même, les discussions avec les équipes postérieurement aux inspections n’auront jamais aucune crédibilité tant que les inspecteurs se contenteront d’y dérouler un discours formaté et distant, inadapté aux réalités locales et verrouillant tout échange. Le temps de l’inspection gagnerait aussi en légitimité si, de l’application d’une grille d’évaluation restrictive, il (re)devenait temps de réflexion sur les dispositifs de classe, incluant le bien-être des élèves, et mettant ainsi les qualités scientifiques des inspecteurs-trices au service d’une consolidation disciplinaire, épistémologique et didactique.

Enfin, si l’organisation de conférences reste pertinente pour faire des mises au point, la frontalité massive ne peut être la norme pour repenser concrètement les mises en œuvre pédagogiques : pourquoi imposer aux enseignant-e-s des dispositifs qu’on leur demande à juste titre de ne surtout jamais pratiquer dans leurs classes ? La solution est peut-être à chercher du côté des plans de formation par établissement, qui ont l’avantage de réunir l’ensemble des équipes, sur leur lieu de travail, afin de réfléchir collectivement sur des problématiques partagées par d’autres collègues ailleurs, mais prises dans la spécificité du lieu. Ces formations sont d’autant plus intéressantes qu’elles peuvent se prolonger plus facilement par des échanges au sein de l’équipe. On y parviendrait sans doute mieux à apaiser les éventuelles tensions, et à laisser s’exprimer des inquiétudes verrouillées par le dispositif  hiérarchique.

Prendre des mesures, maintenant

Nous sommes las de cette absence presque totale de dialogue, las des revirements, las du peu de considération qui nous est accordé alors que nous avons fait face avec bien plus de bonne volonté qu’il ne semble avoir été perçu, à des changements d’une ampleur et d’une difficulté inédites, las de la vacuité des dispositifs d’accompagnement existants, las de l’image que nous donnons, malgré nous, de nos disciplines.

La charte des programmes récemment publiée par le CSP appelle à une « redéfinition des rôles »[9] de l’Inspection. Nous ne pouvons qu’encourager cette avancée et nous tenons prêts, en tant que praticien-ne-s de terrain, à nous associer à la réflexion à venir. Les pistes sont nombreuses. Elles ont déjà été suggérées ci et là, y compris par les inspecteurs eux-mêmes[10] : inspections collectives[11], évaluation de rapports d’activité, valorisation des expériences innovantes, accompagnement bienveillant (sans sanctions) de collègues en difficulté, etc. Car la bienveillance qui vient de faire l’objet d’un guide édité par l’éducation nationale ne doit pas rester une incantation cantonnée à l’étage inférieur de la pyramide dans laquelle, ensemble, nous officions. Que l’Inspection commence par cesser d’être cela, l’Inspection, et devienne un corps de formateurs et de coordonnateurs pédagogique[12]s.

PS :  Conformément au règlement du collectif, il ne sera accepté aucun commentaire sous pseudonymes et nous nous réservons le droit de ne pas valider des commentaires qui ne nous sembleraient absolument pas constructifs.


[1] Lire dans les Carnets d’Aggiornamento : «Un programme à refaire », tribune du 18 avril 2011 et « Programmes d’histoire, dégripper la machine d’abord », tribune du 5 septembre 2013.

[3] Lire sur les Carnets d’Aggiornamento : « 18 juin 2013 : jour de colère », tribune du 19 juin 2013.

[4] 42 623 visiteurs différents pour le seul mois de juin 2013, soit sept fois plus que la moyenne mensuelle qui tournait alors autour de 6 000.

[5] Lire sur les Carnets d’Aggiornamento : « Vogue la galère du DNB et coulent les élèves », tribune du 30 juin 2013.

[6] Bac 2013 : Lettre à l’inspection, disponible sur Clioweb, le blog, 24 juin 2013. Même si les réactions ont été variables si l’on en croit quelques témoignages de collègues injustement acculés à justifier leur « retard dans la progression », comme s’il était possible de ne pas en avoir…

[7] Première, seconde guerre mondiale, guerre froide et décolonisation en trois heures chacune, par exemple, en 3ème ou en 1ère S.

[8] Lantheaume Françoise et Hélou Christophe, La souffrance des enseignants. Une sociologie pragmatique du travail enseignant. Paris, PUF,  2008. La situation est d’autant plus ubuesque que tout le monde sait pertinemment qu’une séance d’inspection ne ressemble en rien à la routine enseignante. On évalue donc une situation d’exception.

[9] « Les inspecteurs territoriaux, les chefs d’établissement, mais aussi les personnels d’éducation et d’orientation bénéficieront aussi d’une formation adaptée à la redéfinition de leurs rôles qu’appellera peu à peu la mise en œuvre de programmes pris dans le cadre de la présente charte », Chartes des programmes.

[10] Pierre Frackowiak, « Les inspecteurs de l’éducation nationale, un grand corps malade », Le Café pédagogique, 8 février 2010.

[11] Laurence De Cock, « Inspection en histoire-géographie, une étude de cas », Carnets d’Aggiornamento, 28 février 2014.

[12] Comme c’est d’ailleurs le cas dans d’autres États.

Nature et bande dessinée – Quand les cases se mettent au vert

Rédactrice : Véronique Servat

Intervention du jeudi 17 avril 2014 organisée par le laboratoire Juniors sciences dessinées : http://labojrsd.hypotheses.org/1954

Les contenus en géographie scolaire et universitaire ont été beaucoup renouvelés ces dernières années ; c’est pourquoi pour les enseignants du secondaire qui ont majoritairement reçu une formation d’historiens, ils peuvent parfois être difficiles à appréhender. Ils ont en tout état de cause nécessité une remise à niveau scientifique importante .

D’autre part, sans peindre un tableau misérabiliste de l’enseignement en collège, il est certain que la dégradation des conditions d’exercice du métier, mais aussi les importantes modifications qui ont affecté les contenus enseignés ont conduit bien des collègues  à faire appel à des supports de travail moins conventionnels comme autant de suppléments d’âme à leur enseignement. Une brise susceptible de dépoussiérer quelque peu les pratiques.

C’est dans ce cadre là que je m’autorise à faire appel au 9ème art pour éclairer certains sujets d’histoire ou de géographie scolaire. En effet, face à des contenus asséchés et répétitifs, qui bégaient à l’étude de cas au collège et au lycée, et à des savoirs enseignés très souvent présentés comme ennuyeux, l’enseignant est de plus en plus prié de mettre en spectacle ce qu’il enseigne. Or ce subterfuge pour le moins discutable peut s’avérer relativement inopérant, et si la BD ou la musique ont fait irruption dans certains cours de géographie, ce n’est ni pour cette seule raison, ni pour répondre à l’injonction ministérielle de faire de l’histoire des arts mais bien parce qu’ils constituent des supports d’appropriation permettant une ventilation des savoirs pertinents pour les élèves y compris  pour envisager une mise à distance critique de ce qu’ils apportent. Cela est d’ailleurs tout autant valable à l’extérieur de la sphère scolaire.

En outre, il n’est pas interdit dans l’acte d’enseigner de penser aussi de temps à autres au plaisir du professeur et c’est pour prolonger ce plaisir qu’avec quelques collègues nous alimentons deux projets en ligne qui mêlent histoire-géographie et musique (Histgeobox) et histoire-géographie et arts (Samarra) dans une perspective qui n’est pas exclusivement pédagogique.

Mais venons en au sujet qui nous préoccupe.

« Quand les cases se mettent au vert » afin que la BD rencontre la géographie scolaire, de quoi parlent-elles ? Essentiellement de deux choses.

– La 1ère est liée au concept-glouton introduit dans les derniers programmes de géographie : le développement durable. Dans ce domaine, on se focalisera essentiellement ici sur la façon dont la BD s’empare de la question des risques et de leurs effets sur la nature.

 – La 2nde n’est pas une question programmatique en soi, mais davantage une étude discontinue dans les programmes scolaires : il s’agit du monde rural. Il serait d’ailleurs plus juste de parler des mondes ruraux ou des ruralités parce qu’en géographie scolaire comme en BD on l’aborde de différentes façons : sous l’angle productif, mais aussi dans ses rapports à la ville, dans les usages parfois conflictuels que les acteurs peuvent en avoir, etc.

Une fois cela posé, il m’a semblé plus pertinent de prélever quelques œuvres pour illustrer la façon non dont on doit faire ou même dont on pourrait faire pour enseigner ces questions avec la BD en classe. Les sites académiques regorgent, en effet, de séquences toutes faites réalisées bénévolement par des enseignants avides de reconnaissance et soucieux souvent de rendre service à leurs collègues en leur donnant des pistes. Assez hermétique aux recettes, j’ai plutôt à l’esprit de vous proposer des pistes d’analyse s’appuyant sur des exemples difficilement généralisables, ce qui justifie le titre de ma proposition  « des regards singuliers sur les risques et les ruralités ». A l’idée de transmission, je préfère l’idée de circulation, d’échange, de questionnement ; c’est pourquoi je vous propose d’interroger le regard de quatre auteurs de bande dessinée sur la nature, sans prétendre aucunement détenir une grille d’analyse opératoire.

Dans ceux que j’ai retenu deux s’intéressent aux risques et deux autres se concentrent le monde rural d’hier et d’aujourd’hui.

1.  Regards singuliers sur les risques : l’exemple de Saison brune et d’Un printemps à Tchernobyl.

1.1. Saison Brune de Squarzoni : entre paradis perdu et apocalypse

Saison brune est une enquête graphique de Philippe Squarzoni qui est un spécialiste de ce type de productions. En effet, parmi ses ouvrages on trouve un travail similaire  sur les zapatistes, ou encore les conséquences de politiques libérales intitulé DOL. On peut le rattacher à la nébuleuse Sacco dans l’arbre généalogique de la BD.

saison-brune

Saison Brune,  paru en 2012, est une véritable plongée au cœur de la problématique du réchauffement climatique. L’auteur y brasse une foule de questions connectées en géographie à celle des risques et, au delà, à celle du développement durable comme autre/nouveau/alternatif modèle de développement.

Ainsi, il y aborde les risques ayant pour origine un aléa naturel ou technologique mais aussi la question des ressources et de leur utilisation voire de la prédation qu’elles subissent, celle du réchauffement climatique que ce soit ses causes, les mécanismes naturels et humains à l’œuvre, ou encore les études qui permettent d’en évaluer l’avancée ou la portée. Nous sommes ici au cœur des programmes de 5ème et de 2nde.

L’auteur, pour traiter les risques utilise deux niveaux de lecture qu’il alterne, confronte, en permanence : le discours des « experts » – qui lui permet, illustrations à l’appui de donner une caution scientifique à sa propre réflexion– qui est plus confuse, tâtonnante, enserrée dans des contradictions parfois inextricables et qui constitue l’autre grille de lecture, celle du citoyen X. A noter que chez les experts, il disqualifie la parole des universitaires géographes comme Sylvie Brunel, dont le portrait apparaît à cette fin p. 424.

 L’auteur pratique l’emboîtement scalaire avec aisance : pour traiter son sujet, il passe par les échelles mondiale, régionale, nationale et locale.

Quand les paysages « naturels » sont mis en cases, il semble privilégier des marqueurs géographiques qui créent du commun afin de donner une plus grande portée à sa thèse, à sa démonstration (glacier du Kilimandjaro, déforestation amazonienne, ours polaire amaigri sur une banquise en dislocation).

saison-brune (2)

Squarzoni est dans une démarche d’alerte. Il opte pour une posture inquiète, pessimiste puisque son enquête propose de dévoiler les risques multiples qui interagissent pour menacer la Terre dans son équilibre naturel ainsi que les formes de vie qui s’y sont développées. Ses représentations d’une nature préservée (celles des Alpes)  voire institutionnellement protégée (le Montana où il se rend en voyage) qu’il dessine majestueuse, spectaculaire, avec une faible occupation humaine, viennent se fracasser d’une part contre ses représentations de la ville industrieuse et polluée, d’autre part contre des visions d’apocalypses mettant en case une nature soumise aux dérèglements climatiques.

saison-brune (3) saison-brune (4)

Son regard est marqué d’une certaine religiosité. En effet, l’auteur déploie une vision millénariste à partir de l’état des lieux qu’il dresse. Squarzoni met ainsi souvent en regard les paysages naturels préservés de son enfance avec les déflagrations nées des aléas quels qu’ils soient et des malveillances ou prédations humaines actuelles.  Dans le monde de son enfance, il y a comme une référence au paradis perdu, qui aurait été profané ou meurtri par une humanité aveugle jusqu’à nos jours.

Quelques vignettes pourraient venir appuyer la thèse précédente. Elles figurent cette image récurrente d’une main frôlant des herbes hautes que l’auteur utilise justement pour convoquer en image ou en texte ce paradis perdu naturel de son enfance. Or cette image renvoie à un plan utilisé par Ridley Scott dans Gladiator lorsque son personnage principal Maximus, ancien militaire devenu esclave, repense à sa maison et ses proches dont il a été brusquement séparé avant qu’ils ne soient détruits corps et biens par les sbires de l’empereur Commode. Or dans le film c’est aussi l’une des dernières visions du gladiateur avant sa mort. Hormis la piste interprétative, cela permet de faire des prolongements et des ouvertures vers le cinéma.

1.2. Un Printemps à Tchernobyl d’Emmanuel Lepage : un regard en mutation

Lepage (1)

Un Printemps à Tchernobyl procède lui aussi de l’enquête ou reportage en dessin à cette nuance près que les mises en images d’Emmanuel Lepage à base de splendides planches à l’aquarelle donnent à son travail une élégance qui le distingue nettement de la nébuleuse Sacco/Squarzoni et consorts.

Emmanuel Lepage se voit offrir la possibilité de faire un reportage dessiné dans la zone interdite. Il part donc avec un groupe d’artistes associés et militants qui souhaite s’y installer en résidence. Nous sommes en 2008 soit 24 ans après l’accident nucléaire qui a affecté la centrale de Tchernobyl. Accueillis chez l’habitant en lisère de la zone contaminée dans un petit village composé de 2 rues (celle de la révolution et celle du 1er mai), les artistes investissent peu à peu le territoire de la zone interdite. Pour Lepage, l’expérience est l’occasion d’un lent cheminement qui bouleversera tous ses préjugés.

Lepage met en images une nature dont la représentation évolue considérablement au fil de sa prise de conscience. Ses idées préconçues se sont élaborées à partir des souvenirs télévisés relatifs à l’accident Tchernobyl mais aussi des enquêtes de Sveltlana Alexievitch publiées dans Les Cercueils de zinc et La Supplication A plusieurs moments dans son documentaire, il verbalise l’inattendu, l’incompréhensible auquel il se trouve confronté mais c’est finalement par le procédé graphique et non par la formulation de ses réflexions que l’on comprend le paradoxe qu’il tente de lever progressivement. Il y aurait trois images de la nature exposée au risque technologique dans le travail de Lepage.

1/ Une nature meurtrie, stérilisée, outragée (en référence à La Terre outragée de Michale Boganim – 2012 – 1ère fiction tournée dans la zone interdite). Ce sont des planches parfois exceptionnelles de par leur taille qui figurent essentiellement la forêt. On la découvre fantomatique, faite d’arbres hauts décharnés, aux troncs stigmatisés de blessures suggérées par le graphisme. C’est une forêt ennemie, mortifère, ténébreuse, une sorte d’antichambre de l’enfer au fond de laquelle le monstre technologique apparaît et à laquelle, bien entendu, le noir et blanc sied particulièrement.

 2/ Une nature mutante et menaçante qui constitue  un maillon clé de la façon dont l’auteur perçoit ce qui l’entoure. Parti avec son bagage d’informations sur le site, Lepage recherche dans la nature des signes tangibles des suites de l’accident nucléaire. Cartésien il en oublie en fait que la mort radioactive est pour partie invisible. Par conséquent, sa volonté de débusquer dans le paysage la présence des conséquences de l’accident confine parfois à la sur-interprétation des signes présents dans la nature. On reste ici aussi dans le noir et blanc.

3/ Une nature magnifiée : la résidence de Lepage à proximité de la zone interdite, son immersion dans le village, ses contacts avec les habitants, ses incursions régulières dans la zone interdite muni de ses carnets de croquis, de ses couleurs et de ses fusains, le conduisent progressivement à modifier son regard sur l’environnement qu’il observe minutieusement.

Après le temps des interrogations, il se laisse effectivement aller à représenter l’inconcevable : une nature sublimée, luxuriante, chatoyante, presque sereine non parce qu’elle est morte ou contaminée mais parce qu’elle incarne la permanence ou la résistance de formes de vie. Elle est inattendue et surprenante dans un tel endroit et, bien que dérouté, l’auteur consent à se laisser convaincre par l’évidente beauté des lieux ce qui contribue à modifier sa vision pour la rendre moins stéréotypée. C’est là qu’il délaisse les fusains noirs pour laisser exploser les couleurs sur ses planches.

Lepage (2) Lepage (3) Lepage (4)

Parti avec un petit frisson à l’idée d’aller frôler la mort, effleuré par une quête de rédemption (il part avec une main endommagée et se demande s’il pourra poursuivre normalement son activité, l’expérience sur place devenant une sorte de parcours personnel vers la guérison) Lepage, en mettant en cases la nature telle qu’il la découvre à Tchernobyl, nous transmet son lent cheminement vers une intelligibilité du monde plus sensible et plus juste et propose une sorte d’ode optimiste à la vie.

Entre ses deux regards sur la nature, il peut être dans le cadre d’une proposition pédagogique intéressant de prolonger l’étude des risques en se penchant sur l’épisode Katrina. Entre une nature menacée de toutes part, une nature renaissante, on pourrait introduire par cette étude, une lecture des risques en termes d’inégalités sociales.

2. Regards singuliers sur des retours à la terre : les ruralités mises en cases.

2.1. Le regard de Manu Larcenet : le rural en marge

Le Retour à la terre est une bande dessinée en cinq tomes parus entre 2002 et 2008 aux éditions Dargaud dans la collection Poisson Pilote. Les auteurs Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri sont des membres éminents de la confrérie du 9ème art. Le premier a publié de nombreuses séries à succès dont Le Combat ordinaire ou plus récemment Blast.  Le second moins connu du grand public est notamment l’auteur d’un inénarrable De Gaulle à la plage que toute personne qui se pique d’histoire devrait avoir lu.

Dans Le Retour à la terre, le lecteur suit l’installation de Mariette et de son compagnon Manu – originaire de Juvisy – dans le hameau ? village ?  des Ravenelles dont la localisation reste tout à fait incertaine. Le couple vient y chercher un nouveau mode de vie : une source d’inspiration créative pour Manu, l’épanouissement d’une vie de famille liée à l’arrivée d’un enfant, pour Mariette. Ils découvrent un monde inconnu qui nécessite un temps d’adaptation certain, et qui suscite chez eux étonnement et peur, sans pour autant les faire renoncer à la réalisation de leur projet initial. Celui-ci passe par l’intégration au sein de cette nouvelle communauté aux mœurs étranges et quelque peu folkloriques.

Le monde rural du Retour à la terre, ce sont essentiellement des paysages/décors et quelques habitants ; ce sont les seuls éléments susceptibles de nous aider à en cerner l’identité.

Pas ou peu d’agriculteurs en activité, quelques chasseurs, des personnes souvent âgées à l’esprit un peu obtus ancrées dans des habitudes d’un autre âge avec lesquelles la communication s’avère délicate et nécessite une certaine diplomatie.

Les paysages qui évoquent la ruralité sont rares et se décomposent en deux parties : les champs alentours et la forêt.

Retour à la terre

Les champs, vides d’activités – quelques bêtes d’élevage dans le dernier tome – sont figurés comme des territoires de promenade que l’on traverse sans s’arrêter. Mais il n’y a peu de signes d’appropriation ou d’ancrage dans le monde rural du couple Mariette-Manu qui reste fondamentalement marqué par son origine et son mode de vie urbains.

On le voit le titre très prometteur de la série se révèle pour le moins décevant pour qui souhaiterait découvrir le monde rural. Quand on se plonge dans la BD, « la terre » devient un terme générique pour désigner un territoire aux contours assez flous dont le statut est posé en creux, comme ce qui n’est pas urbain.

C’est néanmoins la transcription d’une réalité, celle de la place laissée au monde rural dans nos sociétés et économies actuelles : un territoire qui est l’arrière chambre du monde urbain – qui vient tantôt le revivifier ponctuellement (pour le rural profond) ou s’en emparer (dans le périurbain) – qui se trouve marginalisé dans ses activités, ainsi que dans sa démographie (vieillissement, célibat). C’est donc moins une transcription graphique réaliste du monde rural dont il est question ici que d’une représentation des rapports de force spatiaux rural-urbain avec une domination écrasante du dernier qui oriente, dans la BD de Larcenet, notre regard

La forêt occupe pourtant une place particulière dans l’ouvrage. Elle est d’abord plus présente, c’est un paysage/décor récurrent. Encore une fois, les auteurs ne semblent pas animés par un souci de mise en image de la réalité ni d’une distorsion de celle-ci pour porter un discours sur la nature.

Manu s’y rend régulièrement. La forêt est à la fois le domaine où s’expriment ses craintes, ses peurs, c’est aussi le domaine de l’étrangeté et le territoire de quelques personnages savamment choisis (le chasseur). Cela est confirmé par les titres des quelques planches sélectionnées (Le cauchemar, le traumatisme, l’errance). Elle pourrait représenter la nature au-delà du monde rural encore humanisé, celle qui n’est pas domestiquée dans laquelle la présence humaine est rare et intrusive. C’est pourquoi parfois dans Le Retour à la terre la forêt devient le territoire des monstres, des espèces menaçantes, des activités mortifères.

Retour à la terre (2) Retour à la terre (3)

Mais paradoxalement c’est là que Manu rencontre le personnage de l’ermite, un sage, philosophe, aux allures de Captain Cavern qui lui apporte ses conseils bienveillants. Son identité reste d’ailleurs floue : homme ? esprit ? C’est pourtant lui qui fait de la forêt un territoire marqué d’une certaine religiosité, un finistère où se logent l’étrangeté et l’irrationnel… un territoire qui ne se définit plus par son rapport à l’urbanité.

Retour à la terre (4)

 2.2. Hervé Tanquerelle & Yann Benoît : l’expérience d’un contre modèle

La Communauté  est un récit graphique qui s’appuie sur des entretiens effectués par Hervé Tanquerelle avec Yann Benoît. L’ouvrage retranscrit une expérience de retour à la terre collectif, en 1972, donc – et il est utile de le préciser – quatre ans après mai 68. Ce témoignage mis en images est paru chez Futuroplis en 2008.

La Communauté présente des similitudes avec Le Retour à la terre de Larcenet. Au début du récit ce sont des urbains qui parlent du le monde rural. Il est pourtant sensiblement différent puisque c’est un monde qui est à l’époque encore actif que l’on nous donne à voir. On y distingue, certes, l’altérité mais aucunement le folklore  porté par les «ploucs » de Larcenet.

En revanche, si La Communauté  passe aussi le monde rural au filtre de l’œil du témoin (forcément subjectif, déformant) celui-ci y ajoute la distorsion liée à la temporalité spécifique du récit. Larcenet s’ancre dans le présent, Tanquerelle et Benoît relatent une expérience passée qui restitue les problématiques sociétales et économiques de l’époque dans laquelle elle se réalise.

Un territoire envisagé comme contre-modèle 

– Le monde rural de La Communauté est celui qui incarne le contre-modèle économique (autarcie vs productivisme), social (individualisme vs collectif), politique et moral (corruption vs authenticité, appropriation vs partage). C’est à l’intérieur des cases que les contours du modèle dominant et du contre-modèle se précisent, se définissent. Dans ce cadre, les oppositions villes/campagnes et usines/agriculture apparaissent également comme constitutives de l’identité des territoires mis en regard dans ces temps d’après mai 68.

Tanquerelle & Benoît

Ancré dans une époque précise, le monde rural de Tanquerelle et Benoît est marqué du sceau parfois disqualifiant de l’utopie. Pourtant les cases nous disent aussi des choses sur le monde rural d’aujourd’hui. Le discours de Benoît et ce qu’en retrace graphiquement Tanquerelle a de nombreuses résonances dans le présent.

Le monde rural de ce récit graphique agit comme un miroir temporel et pose la question de la justesse des choix opérés au cours des 30 glorieuses : jusqu’où produire avec la terre ? A quelles fins ? Avec quels moyens ? A quel prix ? Sous tendus viennent les questionnements sur le productivisme, la mécanisation, les excédents de production, le gaspillage etc… On est ici dans le champ d’une réflexion politique qui flirte avec l’altermondialisme, les mouvements techno-critiques, et c’est le monde rural tel qu’il est mis en case qui l’alimente. Il y a d’ailleurs des références au mouvement du Larzac dans La Communauté et aux Paysans travailleurs (ancienne Confédération paysanne).

Tanquerelle & Benoît (2)

– Dans le récit graphique de Tanquerelle et Benoît, le territoire de la communauté est vécu, approprié, façonné par les acteurs du projet.  Au contraire du Retour à la Terre de Larcenet, ce n’est pas un décor. En effet, que l’on considère le bâti ou le foncier ou les activités qui s’y déroulent, les acteurs s’emparent du territoire pour y mettre en actes et en œuvre leur projet. Paradoxalement c’est dans les liens qui se tissent avec l’extérieur de la communauté, dans le territoire du modèle dominant que se situe le dénouement du récit. C’est par là que le projet doit réussir (il se veut un modèle alternatif) mais c’est aussi par là qu’il meurt. C’est de la cohabitation, de la confrontation, des circulations entre modèle dominant et contre-modèle que naissent les fissures, qu’émergent les frustrations, que ce dernier évolue, se pervertit et finit par mourir.

Pour finir, dans la géographie scolaire le monde rural est souvent proposé à l’étude en tant qu’espace productif. La question n’est pas évacuée ici bien au contraire : de nombreuses activités emblématiques du monde rural sont présentes (agriculture, élevage, entretien des bois, etc). En revanche, nous sommes loin des espaces productifs tels qu’on les étudie aujourd’hui c’est-à-dire connectés à des échanges mondialisés. Il n’est pas moins intéressant pour nous d’interroger cette transformation de la définition des « espaces productifs » dans la durée. Au contraire, c’est un précieux outil pour comprendre les évolutions de la réalité transcrite par l’analyse géographique et la permanence ou la mutation de certaines problématiques.

Tanquerelle & Benoît (3)

On  peut également questionner par ce biais les finalités sociales et économiques que l’on impute aux activités humaines. En 1972, on pouvait encore envisager de produire de façon raisonnée et raisonnable à une échelle locale. N’est-ce pas une préoccupation encore pertinente aujourd’hui ? Cette expérience était-elle finalement si utopique ?

Conclusion

A l’issue de ce parcours un peu hétéroclite entre géographie scolaire, bande dessinée, risques et ruralités, j’espère qu’on peut conclure à l’infinie richesse qu’offre le 9ème art pour diffuser des savoirs, des représentations, des rapports de force, des questionnements.

La singularité n’a pas besoin d’être érigée en modèle, d’être transposable, ni d’être systématiquement généralisée selon la démarche prescrite en géographie scolaire. Elle doit pouvoir, dans les frontières qui sont les siennes, être un levier de réflexion, de comparaison, et une mise en bouche qui aiguise l’appétit de connaissances. A ce titre il serait préjudiciable de laisser la BD à la porte des salles de classe.

Émotion antifasciste, inquiétude et vigilance

Auteur : Charles Heimberg

À propos de : Vincent Chambarlhac & Thierry Hohl, 1934-1936. Un moment antifasciste, Montreuil, Éditions La ville brûle, Collection Mouvement réel, 2014, 144 pp.

Moment antifasciste

Cet ouvrage à quatre mains revient sur un moment-clé de l’histoire de la défense des droits humains en France et en Europe au XXe siècle, le « moment antifasciste » des années 1934-1936 qui rend possible, dans le camp progressiste, la transformation des rapports entre communistes et socialistes au-delà des lourds contentieux consécutifs à la sortie de guerre, et par conséquent l’émergence des fronts populaires français et espagnol.

Au cœur de ce « moment », suite à la démonstration des ligues factieuses du 6 février 1934, une manifestation qui a fait craindre une propagation du fascisme dans l’Hexagone, la contre-manifestation du 12 février à Paris joue un rôle symbolique important. « Le cortège communiste tourne autour du rond-point dans un sens, le cortège socialiste dans le sens contraire. Puis quand ils se rencontrent, leurs flots se rejoignent au cri de « Unité ! Unité ! » […] Enfin pour la première fois, nous agissons ensemble », témoigne Daniel Guérin (cité p. 40). Ce qui était impensable est devenu possible et va se renforcer jusqu’en 1936. Pourtant, le 9 février encore, une manifestation communiste rappelait le souvenir de la Commune de Paris et affirmait l’autonomie du combat ouvrier. L’action conjointe du 12 février, dans une manifestation appelée à l’origine par la CGT, n’allait donc pas de soi puisqu’elle précédait le tournant de l’Internationale communiste de juin 1934 en faveur d’un infléchissement stratégique et de l’unité d’action. En outre, l’année 1935 est marquée par une seconde période de cet antifascisme quand le mouvement communiste se rallie à la défense nationale et appelle à un plus large rassemblement pour la défense des libertés publiques dans la Nation. Dès lors, les minorités révolutionnaires, celles notamment de La Révolution prolétarienne, s’engagent dans un combat spécifique pour le pacifisme et le défaitisme révolutionnaire pour ne pas laisser limiter l’antifascisme à la question des droits dans un seul pays.

Revenons toutefois au 6 février 1934. « Tout ce qu’il y a de réaction dans la capitale a été mobilisé […]. Si l’émeute réactionnaire était victorieuse, nos libertés seraient mortes. Plus encore qu’à nos traitements, qu’à nos indemnités, plus qu’à tout, nous tenons à nos libertés syndicales, à la liberté tout court », écrit sur le vif la Fédération des postiers de la CGT. « Contre toute dictature, contre toute tentative fasciste, nous nous dressons, forts de notre conscience d’hommes épris de liberté, de travailleurs riches d’une tradition tendue vers toujours plus de dignité humaine », ajoute-t-elle (cité pp. 70-71). Chambarlhac et Hohl insistent alors sur la manière singulière de ces acteurs de placer « sur le même plan le temps long de la menace réactionnaire et la novation de l’événement en cours, la menace fasciste » (p. 71), ce qui revient à réduire cette menace fasciste « à une menace sur les libertés », en inscrivant l’antifascisme dans le récit national républicain et en occultant sa dimension internationale de lutte contre la guerre et les conséquences de l’impérialisme.

Cet essai n’aurait pu être qu’un récit politique, fondé sur des sources produites par les appareils. Or, il cite longuement des témoins et propose des mises en perspective et des analyses originales de la complexité et des articulations multiples de cet antifascisme émergent. Autre élément appréciable, son angle d’observation porte de manière privilégiée sur l’aile gauche des socialistes, en lien étroit avec plusieurs minorités dissidentes du parti communiste. Il interroge aussi les interactions entre intellectuels et ouvriers, avec le tohu-bohu dans lequel se constitue le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, contrastant avec l’ordre apparent des masses ouvrières, même s’il s’agit là en l’occurrence de perceptions stéréotypées.

Un chapitre consacré aux ritualisations de la lutte antifasciste met à jour de façon originale une dynamique politique qui ne se résume pas à l’unification de forces politiques, mais qui se réalise aussi par la puissance des actions collectives, et notamment des manifestations, en premier lieu celle du 14 juillet 1935, dont la date n’est pas choisie au hasard, et qui ne manque pas de symboles dans sa démonstration. « Les hommes ont piqué à leur veston une grande étoile rouge, les femmes ont des écharpes rouges et les enfants portent des bérets rouges qui ne les préservent pas du soleil. Pauvres gosses qui, par cette chaleur, doivent porter sur leurs têtes l’opinion de leurs parents », observe un auteur qui est hostile à cette manifestation (cité p. 111). L’affirmation symbolique de l’antifascisme passe aussi par un geste spécifique, le poing levé pour exiger le pain, la paix et la liberté. Les deux auteurs évoquent également des manifestations et des mobilisations en province. Ils insistent enfin sur la mémoire et la narration rituelle postérieure du moment symbolique constitué par la démonstration du 12 février 1934, appelant toujours à la vigilance face aux six-févriéristes de toutes sortes, et qui demeure durablement inscrite dans la défense de la République.

Sur le plan des représentations et des usages du passé, la mutation de l’antifascisme en 1935 amorce un grand retour vers la nation républicaine et ses symboles. « Ils vous ont pris Jeanne d’Arc, s’exclamait un orateur du 14 juillet 1935, cette fille du peuple abandonnée par le roi que l’élan populaire venait de rendre victorieuse, et brûlée par les prêtres qui depuis l’ont canonisée. Ils ont essayé de vous prendre le drapeau de 89, ce noble drapeau tricolore des victoires républicaines […], ce drapeau qui tout à l’heure à nouveau coiffé du bonnet phrygien de 92, va flotter au-devant de nos troupes, symbole des libertés que vous avez conquises, à côté de ce drapeau rouge, devenu celui de l’Union soviétique, et qui, lui, symbolise l’espérance des malheureux ». Et encore, plus loin : « Ils ont enfin essayé de nous prendre cette héroïque Marseillaise, ce chant révolutionnaire et farouche qui fit trembler tous les trônes d’Europe […] » (cité p. 108). Désormais, le combat progressiste et le patriotisme semblent étroitement reliés et ainsi, la cérémonie « inscrit l’antifascisme dans une problématique nationale où le fasciste est l’autre, l’étranger » (p. 109). Ce qui est à la fois inexact et guère susceptible de favoriser une résistance véritablement efficace face à cette menace.

Une des limites de cet ouvrage est peut-être de ne rien dire qui ne relève pas spécifiquement de l’histoire française de cet entre-deux-guerres. Et de ne rien dire ou presque des antifascistes d’autres pays, italiens notamment, présents sur cette même scène, et qui le seront davantage encore quelque temps plus tard. La mémoire de ce moment antifasciste s’étend pourtant au-delà des frontières. La notion d’antifascisme est au cœur de la Constitution italienne de l’après-guerre, et elle caractérise les commémorations de la Libération du 25 avril 1945, quand en France cette dimension ne domine pas face à la dimension patriotique de la guerre, même et y compris en ce qui concerne la mémoire de la Résistance. Quant à l’antifascisme postérieur évoqué dans le dernier chapitre, il concerne aussi nécessairement la tragédie espagnole et l’antifranquisme, incarnés par la formule No pasarán !, dont la mémoire est portée par les exilés de la Retirada.

Mais il nous faut surtout souligner deux affirmations des auteurs qui rendent leur livre vraiment pertinent et utile : l’existence d’une véritable émotion antifasciste que la vulgate conservatrice de l’historiographie dominante n’est pas parvenue à faire occulter et disparaître ; et la reconnaissance d’un danger effectif, d’un spectre aux aspects changeants mais toujours menaçants pour les droits humains, un spectre dont, à l’évidence, et quelles que soient ses formes renouvelées, nous ne sommes pas débarrassés en ce XXIe siècle…

Nous touchons là, évidemment, à un enjeu central de l’exercice de la pensée historienne, celui de la validité de la comparaison et de l’analogie, de la prise en compte des ruptures et des continuités, des dissemblances et des ressemblances, au cœur de l’usage public de l’histoire, des affirmations mémorielles et des inquiétudes contemporaines. Or, si la notion d’antifascisme implique celle de fascisme tel qu’elle entend le combattre, le travail comparatif auquel elle peut donner lieu concernera aussi cette notion de fascisme dont les définitions sont plurielles, plus ou moins étroites, plus ou moins spécifiquement inscrites dans le contexte particulier de l’entre-deux-guerres. Il mènera peut-être, au-delà d’un inventaire indispensable des points communs et des différences, à souligner combien les peuples et les militants, même s’ils pouvaient bien sûr être inquiets, ont été pris par surprise au moment où les mouvements et les acteurs qui sont à l’origine des dictatures fascistes se sont emparés du pouvoir dans des circonstances spécifiques à chaque situation. Dès lors, c’est bien une histoire de l’inquiétude, ou d’une trop grande quiétude, face à des menaces récurrentes qui relèvent tout autant de la guerre que de diverses formes de barbarie, qui est peut-être encore à développer et à affiner.

C’est ainsi peut-être que l’ouvrage de Chambarlhac et Hohl prend tout son sens. « L’antifascisme est alors, au revers des interprétations en manipulation, l’investissement de l’espace public, des rues et des places pour donner une visibilité à ce qui n’est pas immédiatement normé, à savoir l’émotion devant le danger, l’émotion devant l’inacceptable, fusse celui-ci dédiabolisé », précisent-ils (p. 128). Aujourd’hui, rétrospectivement, il est devenu bien difficile de dédiaboliser l’inacceptable, de le banaliser, d’en négliger le potentiel destructeur. Dès lors, l’examen approfondi de ce qui a été une manière collective d’y faire face, dans un contexte spécifique qui, bien sûr, ne se représentera pas tel quel, est fort bienvenu. Et c’est aussi le prisme de l’émotion, de l’émotion inquiète, qui permet et qui nourrit ce travail critique de comparaison.

« Sur cette photo, on peut voir mon père bébé » : Regards de lycéens sur la guerre d’Algérie

bébé

« Sur cette photo, on peut voir  mon père bébé » (fils de Mohamed Benyahia, militant nationaliste algérien, secrétaire général du GPRA, mort en 2006).

Quand des lycéens partent sur les traces d’un passé où s’entremêlent mémoire familiale, histoire enseignée, récits médiatiques ou militants,  littérature, poésie etc. et que tous ces cloisonnements n’ont aucune importance pour des adolescents en quête de restitution de parcours qui, pour des raisons plus ou moins obscures, les ont touchés. Les récits qui en découlent ne s’encombrent d’aucun tabous ou codes académiques. Ils sont des mises à nu d’affects, de questions, de révoltes et d’analyses, comme savent encore le faire les profanes, mais non profanateurs, qui s’emparent du passé. (Laurence De Cock)

Responsables du projet : Giry Florence, professeure d’histoire-géographie et Le Floch Soazig, professeure de lettres, enseignantes au lycée duhamel du monceau, à Pithiviers

2012, 28 élèves d’une quinzaine d’années.

2012, année des commémorations des 50 ans de la fin de la guerre d’Algérie.

Compte tenu de nos objectifs pédagogiques et de l’intérêt médiatique suscité par ces commémorations, ce sujet nous est apparu comme une évidence. Comment les élèves accèdent-ils à la connaissance de la guerre en dehors des cours ? Quel est le poids des mémoires familiales ? Et celui d’une certaine guerre des mémoires sur Internet, leur média favori et très souvent le point de départ de toutes leurs recherches ? Comment leur permettre de prendre du recul par rapport à ces différentes mémoires et de les historiciser ?

Nous ignorions encore que nos projets initiaux allaient être bouleversés par l’implication et l’enthousiasme des élèves, nous amenant à revoir nos plans en façonnant notre séquence à l’aune de la qualité de leurs travaux.

Nous avions en effet prévu de partir de recherches personnelles des élèves, les invitant à préparer un exposé oral à partir d’un objet, d’un témoignage, d’une photo, d’un article, de ce qu’ils voulaient à même de les intéresser, traitant de près ou de loin, du passé, de l’avant ou de l’après, de la petite ou de la grande histoire de cette guerre. Ces exposés devaient nous servir de point de départ pour l’étude d’une œuvre qui prenait cet épisode pour contexte.

Mais les deux séances d’exposés ont été pour nous une révélation et un moment important pédagogiquement certes, mais aussi humainement. Nous avons été sonnées par la qualité des travaux des élèves, reflétant leur intérêt pour le sujet et permettant souvent d’aborder une histoire qui les touchait à travers l’histoire d’un aïeul ou bien la perception d’une thématique historique encore douloureuse ou controversée. Ils abordaient ce sujet sans se poser de questions et ce regard nouveau et libéré sur un passé qui ne passe pas, souvent source d’occultation médiatique ou personnelle, parfois même inconsciente, était enthousiasmant.

Il s’est agi, après, de faire reprendre les exposés, de guider les recherches avec rigueur, de dépassionner parfois les regards familiaux en confrontant le témoignage individuel aux faits historiques avérés, de mettre en opposition différents points de vue, et de retravailler la forme de restitution. Le centre de documentation de l’établissement, qui s’est doté d’un fonds de ressources de qualité considérable sur le sujet a permis de travailler ces éléments avec précision.

Nous remercions sincèrement les élèves qui se sont impliqués dans ce travail, souvent avec un timing assez resserré, et Monsieur le Proviseur qui nous a soutenues dans nos démarches.

sommaire
Les récits des élèves sont à télécharger ici :

regards_sur_l_histoire

 

A Touch of Sin, mutations spatiales et sociales de la Chine contemporaine

Rédacteur : Gabriel Kleszewski

A-Touch-of-Sin

A Touch of Sin, film de Jia Zhang-ke. Drame (Chine / Japon), 2013, 2 h 05.

Jia Zhang-ke est peut-être le meilleur observateur des mutations spatiales et sociales de la Chine contemporaine. Croisant le documentaire et la fiction depuis le début des années 2000, il s’attache à décrire une émergence économique forcenée, une urbanisation et une métropolisation extrêmes, la conversion du Parti communiste chinois à l’économie de marché, les tensions d’une société écartelée entre travail et loisirs ou le bouleversement de l’environnement à grande échelle. Pour ce faire, il entre toujours dans son sujet par des lieux précis. The World(2004) décrivait un parc d’attractions, nouveauté ludique et signe d’une adaptation de la Chine à certaines normes occidentales. Still Life (2006) montrait les bouleversements profonds que le barrage des Trois Gorges provoqua dans la région de Fengje. 24 City (2008) dressait un portrait de la mégalopole de Chengdu et décrivait le basculement brutal de la Chine de l’économie planifiée vers l’économie de marché. En s’appuyant sur l’histoire de Shanghai, I Wish I Knew(2010) montrait la capacité de la Chine à effacer sa propre mémoire à travers la mutation continue d’un tissu urbain. Jia Zhang-ke inscrit son nouveau film aux quatre coins de l’espace chinois : il change soudain d’échelle. Il modifie également son style en profondeur. Alors qu’il instillait de fortes doses de fiction dans ses documentaires pour mieux en parasiter les codes (24 City), le réalisateur procède ici de manière inverse, prenant une réalité vécue pour mieux en inscrire le récit dans le cadre d’un film de genre formellement très maîtrisé. Derrière ses allures de wuxiapian ou dewestern occidental, A Touch of Sin constitue un portrait géographique et social magistral d’une puissance émergente au développement problématique.

 Les contrastes d’un territoire immense. 

A Touch of Sin s’inspire de la vie de quatre individus dont les malheurs ont été relatés sur Weibo, le réseau social officiel chinois. Chacun de ces personnages est inscrit dans une région de la Chine bien définie. Dahia est un mineur en colère du Shanxi (nord-est) qui critique avec virulence la corruption des autorités locales. Zhou San est un travailleur itinérant de retour chez lui à Chongqing dans le Sichuan (sud-ouest) qui pratique des cambriolages à main armée pour mieux tromper l’ennui. Xiao Yu est une employée adultère d’un établissement de massage du Hubei (est) qui assassine au couteau un client violent et arrogant. Xiao Hui est un jeune salarié à la dérive de Dongguan, une ville-usine située dans le Guangdong sur le littoral du sud-est, au cœur d’une ZES (zone économique spéciale) ouverte à la mondialisation. Ces quatre histoires plus ou moins croisées servent à Jia Zhang-ké de repères pour entamer la peinture physique et paysagère d’un territoire gigantesque, marqué par de forts contrastes économiques et humains. La froideur continentale du Shanxi s’oppose à la moiteur tropicale du Guangdong. La ruralité des régions dans lesquelles évoluent Dahia ou Zhou San s’oppose à l’urbanisation protubérante des espaces que traversent Xiao Hui ou Xiao Yu. De la comparaison de ces paysages que le scope du réalisateur saisit de manière sublime, on peut dresser le portrait saisissant d’une Chine contemporaine en pleine transformation.

L’épuisement de la terre et de l’air s’accélère. Le Shanxi de Dahia était encore, il y a a peu, une importante région agricole septentrionale. Grise et terne, elle semble exploitée à outrance. La mine ponctue la plaine monotone de ses crassiers, de ses usines chimiques et de ses complexes de production électrique. La terre est saccagée par les machines-outil d’un état et de sociétés privées avides de ressources. Jia Zhang-ke résume cet acharnement de l’exploitation de la nature par la société chinoise à travers une métaphore saisissante : un paysan fouette à plusieurs reprises son cheval jusqu’au sang. Dans le Sichuan, l’agriculture se développe grâce à un système d’irrigation favorisé par le barrage des Trois Gorges voisin. Mais les terres agricoles sont grignotées par une périurbanisation galopante. Derrière les parcelles sur lesquelles chemine Zhou San et travaillent ses frères, se dressent les gigantesques immeubles de quartiers-dortoirs qui défigurent les somptueux paysages de la vallée. Partie du littoral, une urbanisation planifiée envahit peu à peu le centre de la Chine. Érigées en modèle de développement et en lieu privilégié de l’habiter chinois moderne, les métropoles sont omniprésentes. Les tours en béton et les grands ensembles rectilignes à moitié effacés par le smog structurent d’interminables périphéries où s’entassent des milliers d’habitants sous la férule des autorités locales. Des linges colorés séchant au vent ou les zébrures nocturnes de néons surplombant les hôtels et les établissements de nuit égayent de loin en loin ces paysages gris. Dans de nombreux plans larges où la ville se fait inhumaine, les personnages de Jia Zhang-ke semblent perdus en bas du cadre.

Au final, le contraste est saisissant entre, d’un côté, ces plaines septentrionales ou occidentales vides, ces individus traversant des villages déserts aux maisons désolées, et de l’autre, cette métropolisation à marche forcée dans l’est et le sud du pays qui empile la population urbaine sur des dizaines de mètres de hauteur. En à peine deux heures de film, Jia Zhang-ke résume avec brio les principaux contrastes spatiaux et paysagers d’un pays de plus de neuf millions de kilomètres carré.

 Une population atomisée par les migrations.

Sur ce territoire immense en plein développement, des dynamiques spectaculaires sont à l’œuvre. Les Chinois montrés dans le film sont en perpétuel mouvement (160 millions de personnes selon les dernières estimations). Ils se déplacent par tous les moyens disponibles, de la motocyclette au train à grande vitesse, en passant par la carriole ou le jet privé. Jia Zhang-ke filme des gares bondées, des voyageurs patientant des heures durant pour un ticket, court-circuitant les files d’attente entre deux contrôles policiers menés dans une ambiance paranoïaque. Sur cette mobilité incessante, à la fois moderne et archaïque, pèsent des risques importants. Des trains déraillent ou s’entrechoquent. Au sein d’un ballet ferroviaire semi-continental mal réglé, des dizaines de voyageurs meurent dans des catastrophes massives. Le risque peut également surgir au détour d’une route peu sûre, par exemple lors d’un guet-apens tout droit sorti d’unwestern américain. Au début du film, Zhou San liquide au pistolet trois bandits de grand chemin sur une route escarpée du Shanxi. Voyager à l’intérieur de la Chine peut se révéler dangereux. Cette occurrence n’effraie pourtant pas une population très mobile.

Certains Chinois affichent ainsi en se déplaçant une réussite économique insolente. Le voyage devient par lui-même un signe de succès social. Au sein d’une cour personnelle qui prend des allures de mafia, le patron « nouveau riche » de Dahia fait sans cesse la navette en avion privé entre le Shanxi et Pékin, cœur du pouvoir politique et de la corruption d’état. En affichant les objets de consommation qu’il a achetés à l’est, ce responsable local transforme un banal retour au pays en manifestation publique de la puissance acquise par l’argent. La plupart des voyageurs sont de simples cadres traversant la Chine en bus ou en train dans un confort relatif, proche des normes occidentales (l’amant de Xiao Yu). Quelques criminels en cavale se noient dans une foule multimillionnaire pour échapper à la justice (Xiao Yu, le jeune mineur en fuite au début du film). Mais l’immense majorité de la population itinérante correspond à la masse des migrants de l’intérieur qui parcourent des milliers de kilomètres à la recherche d’un emploi. Des paysans quittent leurs villages, pris dans un mouvement d’exode rural inédit qui vide les campagnes chinoises depuis quarante ans. Ils travaillent dans les mines du nord ou dans les villes-usines de l’est. Objets constants de soupçon, contrôlés régulièrement par les autorités (le fameux passeport intérieur ou hukou), ces travailleurs à la fois pléthoriques et isolés ne voient leurs familles que le temps d’une fête. Zhou San rentre à Chongqing pour retrouver une épouse triste et frustrée, un fils en larmes qu’il ne connaît pas et des frères avec lesquels il partage plus d’argent que d’affection. Cet écartèlement extrême de l’espace entre le domicile et les lieux d’emploi, ce méga-nomadisme généré par le développement déséquilibré de l’espace économique du pays parcellise et fragilise le tissu social de la Chine.

Les contacts entre les différents personnages du film se résument à quelques rencontres trop brèves, sur le quai d’une gare ou dans un restoroute. De retour chez eux, les héros ne restent jamais très longtemps avec leurs proches. Par nécessité (travailler, fuir son passé) ou envie (échapper à la morosité de la vie quotidienne), ils rêvent à d’autres lieux au risque de voir leur fantasme s’évaporer devant une réalité plus grise : le littoral croulant sous les richesses pour le mineur du nord, la ville industrieuse pour le paysan exsangue, voire un pays limitrophe (la Malaisie proche) pour l’individu en mal de sensations fortes et d’exotisme. Toujours sur le départ, jamais fixé, jamais séduit par les lieux qu’il habite, le Chinois est un éternel migrant dont la malédiction, a contrario de l’Américain du XIXe siècle, est de ne pas avoir la certitude d’atteindre un jour un el dorado satisfaisant. Chez Jia Zhang-ke, la Chine est immense mais close, toujours décevante quelque soit l’endroit du territoire où l’on se situe. Si une sociabilité traditionnelle existe encore, elle relève d’abord de la fiction ou du rituel. A la campagne, Dahia rejette un protocole de mariage arrangé par sa sœur, pour lequel il se sent trop vieux. A son retour, Zhou San se plie au salut respectueux dû à sa mère uniquement par formalisme. A la mine, la camaraderie et la solidarité ouvrières ne tiennent pas longtemps lorsque Dahia dénonce la corruption de son village. Elles dissimulent une vaste hypocrisie collective. Elles sont de peu de poids face aux rumeurs et aux quolibets discriminatoires. Outils de communication commodes entre des gens séparés par des centaines de kilomètres, les téléphones portables et les réseaux sociaux ne sont que des pis-allers technologiques. Pendue à son smartphone, Xiao Yu ne parvient jamais à contacter son amant. Coupé des siens, de toute possibilité d’amour pérenne, le Chinois selon Jia Zhang-ke est un individu fondamentalement seul. Obnubilé par sa vengeance, Dahia renonce au mariage. Xiao Hui entretient une relation impossible avec une prostituée, qu’il finira par abandonner. Malgré des jours de voyage ou d’attente, Zhou San et Xiao Yu ne voient leurs conjoints que durant quelques heures.

Dès lors, une sociabilité éphémère peut s’établir le temps d’une rencontre de hasard, le plus souvent tarifée. Le réalisateur montre l’importance sociale grandissante des établissements de massage ou des hôtels à thème, trompe-l’œil dissimulant des bordels prospères où des jeunes femmes se vendent à de mornes salariés sédentaires ou des travailleurs itinérants. Il montre surtout comment la violence peut naître à tout instant de cette fréquentation forcée et explosive de millions d’inconnus dépressifs ou survoltés (la bagarre dans le café à Chongqing). Hyper-connecté, mobile, le Chinois est pourtant seul. Cette solitude vécue au sein d’une foule trop grande, d’un état-contient à la fois infini et clos, renforcée par l’impossibilité de tisser des liens solides avec autrui, engendre une frustration qui ne peut déboucher que sur une violence de masse : par le sang versé ou les larmes, cette violence éclate en permanence devant la caméra du réalisateur.

 Les racines viciées de l’émergence chinoise.

A travers ses personnages humiliés, ivres de violence, décidés à aller jusqu’au bout de leur logique mortifère (tuer ou se donner la mort), Jia Zhang-ké montre les conséquences humaines et politiques d’un dynamisme économique excessif, presque hors de contrôle. La croissance chinoise réifie la main d’œuvre. De longs plans-séquence saisissent des petites mains en train de produire du textile dans des ateliers. Repasser, coudre, couper sans cesse, dans l’ennui, répéter les mêmes gestes au risque de l’accident (par distraction, le collègue de Xiao Yu se coupe presque le pouce). Mis en scène et vendu, le corps des femmes devient une source de délassement privilégiée pour un salariat en quête de plaisirs faciles. Pour l’auteur, cette croissance économique stérilise la spiritualité des gens. La quête de jouissance par l’argent est la seule croyance partagée par la société. L’argent permet de parader devant les habitants de son village en exhibant de nombreux signes extérieurs de richesses (le jet et la voiture de luxe du patron de Dahia). Il fait rêver la petite amie prostituée de Xiao Hui, fascinée par le vol de cent trente sacs Hermès. Pour elle, l’accumulation de biens compte plus que la liberté ou la dignité. L’argent détruit le plus élémentaire respect à l’égard d’autrui. Un client fat et vindicatif peut gifler Xiao Yu avec une liasse de billets pour tenter de jouir de son corps. Cette dernière ne se libérera qu’au prix d’un meurtre. Cet argent qui submerge ou fuit les individus hante toutes les conversations. Xiao Hui ne peut plus entendre sa mère pérorer au téléphone, qui lui réclame une pension durant de longues tirades accusatrices. L’argent place les individus dans des situations de soumission et d’humiliation qui corrompent les cellules sociales de base. Séparés par des centaines de kilomètres de distance, les mères et les fils, les épouses et les maris, n’entretiennent de relations que grâce à une intense circulation monétaire qui s’organise à travers toute la Chine. Aux yeux de ceux qui sont restés, le migrant n’a d’intérêt que dans sa capacité à créer des richesses, à en renvoyer une partie chez lui et à maintenir ainsi à flot son foyer précaire. En séparant les corps, les migrations de travail et les transferts monétaires qu’ils induisent ont aussi gâté les cœurs.

Cette corruption généralisée est érigée en modèle de vie et de citoyenneté par l’état. La mine collective de Dahia a été vendue au secteur privé sans que les ouvriers en récoltent le moindre fruit. Des fonctionnaires locaux de la province de Hubei extorquent par la violence et l’intimidation des routiers qui traversent un pont. L’héritage et la propagande du PC chinois tombent dans l’oubli (la statue de Mao esseulée dans le village de Dahia), se figent dans un rituel hypocrite dont personne n’est dupe (l’accueil du patron de Dahia à l’aéroport) ou sont recyclés de manière parodique dans des lieux de plaisir (les mises-en-scène de l’établissement de nuit où travaille Xiao Hui et son amie, déguisée en aguichante militante du parti). Cette addiction au consumérisme, cette criminalisation rampante de la société, cette corruption généralisée du système foulent au pied des valeurs traditionnelles et une histoire ancestrale dont Jia Zhang-ke montre les derniers vestiges. Une forteresse médiévale est à l’abandon. Des représentations d’opéra comme l’Interrogatoire de Su San à la fin du film délivrent une morale simple (toute violence doit être punie) à un public trop hébété pour en comprendre le sens. Ou qui le ne comprend peut-être que trop bien à l’instar de Xioa Yu. Sacrifié sur l’autel d’une modernité amnésique, le passé culturel et historique de la Chine se réduit à de pauvres spectacles de rue et à des ruines promises aux pelleteuses.

 Avec originalité, Jia Zhang-ke marie la forme traditionnelle (le wuxiapian dans la scène de meurtre au couteau, lewestern dans le règlement de compte à la carabine) et un matériau très contemporain. Il capte la brutalité de manière virtuose à travers une illustration réaliste et métaphorique de ses effets sur les corps et les consciences. Il élabore des séquences sidérantes qui montent crescendo vers une tension insoutenable. Dans de nombreux plans très construits, le drame peut surgir de partout et à n’importe quel moment. Cette confrontation entre le genre cinématographique et la réalité sociale et économique d’un pays tout entier permet au réalisateur de considérer la violence de la société chinoise à l’aune de son incroyable expansion. Portrait totalisant d’un mal développement inquiétant, A Touch of Sin est un authentique chef d’œuvre.