Archives mensuelles : octobre 2012

La réforme de la réforme, un résultat informe et sans ambition

Rédacteurs : Servane Marzin, Laurence Khichane, Laurent Gayme, Mathieu Ferradou, Laurence De Cock, Christophe Bosquillon, Vincent Capdepuy

C’est avec un certain soulagement que les professeurs d’histoire-géographie de première et tout particulièrement de première S accueillent les propositions d’allègement de programme annoncées d’abord par les syndicats et qui viennent enfin d’être confirmées  par le ministère. A plusieurs reprises, le collectif Aggiornamento histoire-géographie a souligné les impasses et les injustices de ce programme. Il l’avait à juste titre qualifié d’« impossible » : le ministère le confirme par sa décision.

Toutefois, les formes et le contenu de ces allègements, présentés comme temporaire en attendant une refonte des programmes de Première et de Terminale, posent plus de questions qu’ils n’apportent de réponses.

Tout d’abord, cette annonce bien tardive a piégé ceux des enseignants qui avaient recomposé l’ordre des chapitres – avec l’approbation explicite de l’Inspection générale – et qui ont donc traité des chapitres désormais « inutiles » : pour eux, il n’y pas donc pas d’allègement.

De plus, ces allègements sont beaucoup trop limités, et très en deçà de ce qui avait été demandé par les enseignants. Les programmes restent donc beaucoup trop lourds, ce qui incite au bachotage, d’autant plus que l’épreuve anticipée de première S pour le baccalauréat n’a pas été modifiée.

Avec une composition et deux exercices imposés en 4 heures, la portée de ces allègements est toute relative. L’empilement d’exercices en temps limité et sans aucun choix pour les épreuves mineures va à l’encontre de l’ambition affichée par la réforme du lycée : permettre la formation d’un véritable esprit critique. L’histoire géographie au lycée se limiterait-t-elle donc désormais à  une restitution par cœur, et sous la pression ? De fait, cette année encore, les enseignants traiteront coûte que coûte un programme aux allègements relatifs, probablement au prix de contorsions pédagogiques regrettables, pour permettre à leurs élèves de traiter l’ensemble des exercices le jour de l’examen. Et les correcteurs seront probablement désarçonnés par des copies souvent maladroites, reflétant mal l’investissement fourni. Lorsqu’en métropole les élèves ont traité en juin 2012 « la guerre d’Algérie » en deux heures, ils ont – au mieux – restitué le contenu d’un cours lui-même limité par le programme à deux heures d’enseignement : leur réflexion est forcément restreinte, et leur compréhension des enjeux plus difficile.  Le collectif a déjà fait savoir son désarroi et son incompréhension après la session de juin 2012. Trop d’élèves ont obtenu des notes indignes de leur travail dans cette discipline : attend-on la même chose en 2013 ? Et quel sera le traitement réservé in fine aux élèves pénalisés par cette épreuve en 2012 ? Peut- on craindre que cela se reproduise en 2013 ? Nous espérons des réponses.

Au-delà de la question des aménagements de cette dernière année de première S, les informations qui nous parviennent sur la réorganisation de l’enseignement de l’histoire-géographie en série scientifique – 2h en première et 2,5h en terminale – nous laissent dubitatifs. Derrière la victoire apparente que constituerait le rétablissement en terminale S, on peut s’interroger sur les tenants et aboutissants d’une telle décision. La suppression de l’histoire-géographie en terminale S a été un choc, mais proposer 2h en première / 2,5 en terminale, soit 4,5 en tout au lieu de 4h en première actuellement, avec 2h pour ceux qui ont pris l’option en TS, ne constitue certainement pas une avancée. C’est au contraire revenir à la situation antérieure à la réforme, avec une demi-heure en moins, et reléguer l’histoire-géographie à un enseignement marginal. Des moindres mesures, c’est sans doute la pire qui a été prise, et on aurait préféré que le ministère s’attaque aux vrais problèmes, à savoir les programmes et les modalités d’évaluation.

Enfin, ce rétablissement ne serait-il pas qu’un un simple moyen de rassurer  les enseignants d’histoire-géographie,  sans leur donner voix au chapitre ? Le calendrier communiqué par le ministère le laisse craindre : le groupe de travail pour les nouveaux programmes est déjà constitué et devra soumettre son projet fin décembre ( !), tandis que l’inspection générale a annoncé le maintien du programme actuel dans ses grandes lignes. Il y a ici une contradiction avec la volonté affichée du nouveau gouvernement dans sa « refondation » de l’Ecole : M. Peillon n’a-t-il pas lui-même annoncé que les programmes devraient être élaborés dans des conditions plus démocratiques, en restaurant une commission transparente ? Doit-on d’ores et déjà s’attendre à ce que ce futur programme ne soit qu’un programme temporaire en attendant une réforme de plus grande ampleur annoncée pour le lycée ?

Comment, dès lors, ne pas considérer qu’on tente de nous tromper, et que les finalités réelles de la réforme du lycée –économiser des postes et encadrer strictement les contenus enseignés – demeurent ?

Le collectif Aggiornamento histoire-géographie demande instamment à l’inspection générale d’entendre le malaise qui sourd des classes d’histoire géographie. Des collègues désabusés cherchent désespérément le sens de leurs disciplines dans des programmes dont l’ambition exige une réflexion largement  incompatible avec leurs conditions d’exercice. La précipitation que l’on voit se dessiner aurait des résultats catastrophiques, tant pour les élèves que pour les collègues. La « réforme du lycée », initiée sous le ministère Chatel, semble devoir perdurer à coups de pansements (les allégements et refontes de programme dans l’urgence) sur la jambe de bois qu’est devenu le lycée. Or quel est le bilan de cette réforme en histoire-géographie ? Un malaise de la part des enseignants qui font face à des programmes leur empêchant toute « liberté pédagogique » (d’autant moins présente qu’elle est sans cesse rappelée). Un bachotage pour les élèves de première S en vue des sessions du bac 2012 et 2013. Et, de fait, l’oubli que ces disciplines devraient pouvoir donner du plaisir à être enseignées pour les professeurs et du plaisir d’apprendre pour les élèves.

Au-delà des mesures d’urgence, nous demandons qu’une réelle concertation permette une remise en cohérence globale de l’enseignement de l’histoire-géographie de la sixième à la terminale, afin de corriger les dégâts considérables provoqués par la réforme précédente, imposée contre la volonté des collègues et au mépris de leurs observations. Cela suppose de revoir la progression et la hiérarchie des questions enseignées, ainsi que les formes d’évaluation au baccalauréat. Il est temps de cesser cette course à la réforme pour construire collectivement un enseignement de géohistoire ouvert, digne d’une démocratie.

 

La mise en Monde de l’humanité : plaidoyer pour l’enseignement d’une histoire globale

Rédacteur : Vincent Capdepuy

A l’occasion de la parution d’un ouvrage qui recoupe quelques unes de nos préoccupations, Vincent Capdepuy, co-auteur, et les éditions Sciences humaines ont autorisé la reproduction ici d’une partie de l’article intitulé « L’histoire globale par les sources : plaidoyer pour l’enseignement d’une histoire globale ». Nous signalons également un article de Christian Grataloup sur « l’école en manque d’histoire du Monde », et beaucoup d’autres…

 L’histoire globale reste aujourd’hui à la marge de l’enseignement. Pourtant, on pourrait penser que notre société a besoin d’une histoire donnant toute sa place au Monde, d’un enseignement historique qui ouvrirait les fenêtres et ferait circuler l’air, qui tresserait les histoires et les ferait partager dans une société plus métissée, plus mondialisée – moins centrée sur la nation.

Toutefois, l’histoire globale n’est pas toute l’histoire du Monde ; elle n’est pas une nouvelle histoire universelle, qui serait une simple somme de toutes les histoires. Elle n’est pas non plus une histoire œcuménique, qui serait un échantillonnage de l’histoire de l’humanité dans sa diversité, mais sans véritable problématique structurante. Sans doute l’expression même d’histoire globale est trop brève, trop vaste pour dire ce qu’elle est ; et peut-être vaudrait-il mieux parler d’une histoire mondiale, réticulaire et polycentrique.

• « Mondiale » car le monde en est l’horizon ; c’est l’arrière-plan qui apparaît quel que soit le fait historique posé, quelle que soit la focale adoptée, car souvent le global est immanent dans le local, d’où la pertinence des approches « glocalisantes » (même si on pourra trouver peu heureux ce terme pourtant bien commode).

• « Réticulaire » car les réseaux sont les liens tissés entre les parties du monde et évoquent autant l’importance des transports, des communications que celle des diasporas ; ces connexions traversent les cloisons entre les aires géographiques et les étudier permet de passer outre les champlevés académiques.

• « Polycentrique » car il s’agit de dépasser le localisme, sans pour autant le nier ; c’est un regard, non pas unique, dans une distance planétaire théorique, mais pluriel, démultiplié par des approches qui tout en demeurant ancrées dans des lieux constituent d’incessants pas de côté. Pour reprendre une formule empruntée par Élisée Reclus à la mystique chrétienne, le centre doit désormais être partout, la circonférence nulle part.

L’axe central constitutif de l’histoire globale est l’idée que le globe sur lequel les hommes vivaient en des poussières de mondes est devenu le Monde, l’espace unique d’une humanité unifiée, ou en voie d’unification. L’histoire globale est l’histoire de la mise en Monde de l’humanité. Certes, on pourrait reprocher la dimension téléologique d’une telle histoire ; et le risque ne peut être complètement écarté malgré les mises en garde. Mais il faut bien admettre que l’histoire globale est aussi une réponse à nos questions, nous qui vivons désormais à l’ère globale.

Cependant, l’objectif n’est pas seulement de comprendre comment nous en sommes arrivés là, d’expliquer le passé pour le seul présent et de donner un roman mondial coécrit à une société cosmopolite. L’objectif de l’histoire globale est aussi de saisir les moments de bifurcation, de faire ressurgir ce qui aurait pu être et qui n’a pas été. Si la mondialisation, ou la globalisation, comme on l’entendra, a quelque chose d’inéluctable, le monde d’aujourd’hui ne doit pas cacher les autres mondes possibles.

Afin de promouvoir l’enseignement de l’histoire globale, il nous a donc paru nécessaire de mettre en avant des documents qui pourraient être les supports d’un tel enseignement, indépendamment du niveau envisagé, secondaire ou universitaire. En France, on s’est peu soucié jusqu’à présent d’éditer des manuels d’histoire globale, alors qu’il en existe en anglais depuis près de vingt ans. L’idée même d’un document d’histoire globale pourrait apparaître paradoxale dans la mesure où un document (texte, carte, objet…) porte le plus souvent sur un espace-temps très circonscrit. Comment faire du mondial avec du local ? De la longue durée avec du temps court ? En piochant dans les tableaux de Johannes Vermeer, Timothy Brook a donné un très bel exemple de ce qu’il est possible de faire. Avec la rubrique de « L’histoire globale par les sources », on n’a pas prétendu l’imiter.

Il s’agissait surtout de suggérer, la taille du billet ne permettant pas une exploration aboutie.

 Vincent Capdepuy, « L’histoire globale par les sources », in : Philippe Norel et Laurent Testot (dir.), 2012, Une histoire du monde global, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, pp. 371-373.

Lien : http://blogs.histoireglobale.com/?cat=46s

Dossier Figaro Histoire : Respecter les règles du débat ?

Vous trouverez ci-dessous  :

1) Le communiqué de l’APHG à la suite de notre dossier sur le Figaro Histoire

2) Les liens vers l’interview de Mr Tison et la lettre ouverte de Laurence De Cock (qui s’intègre dans l’ensemble du dossier sur le Figaro-histoire)

3) La réponse de Suzanne Citron au premier communiqué de l’APHG

4) L’édito de l’APHG de novembre -décembre 2012 dans Historiens et géographes

5) La réponse collective des auteurs du dossier Aggiornamento.

1) Le communiqué :

L’Association des Professeurs d’Histoire et Géographie est une association qui regroupe un très grand nombre de professeurs d’Histoire et Géographie, que ce soit dans le secondaire ou dans le supérieur. À ce titre elle est naturellement diverse et pluraliste.

L’APHG s’est battue depuis 2009 pour obtenir le rétablissement de l’enseignement obligatoire de l’Histoire-Géographie en classes de Terminales Scientifiques. Elle a tenu en janvier dernier des États Généraux pour refonder l’école et la citoyenneté républicaines qui ont eu un grand retentissement. Le manifeste issu de ces États Généraux a eu un écho important. Elle a dans le même temps alerté tous les parlementaires et les candidats à l’élection présidentielle sur la dégradation des conditions de l’enseignement de nos disciplines fondamentales pour l’exercice de la citoyenneté. Ce combat a été couronné de succès. Le Président François Hollande et le Ministre de l’Éducation Nationale ont acté le rétablissement de l’enseignement obligatoire en classes de Terminales S.Néanmoins subsiste le problème des horaires et des programmes. Pour les horaires, ceux que propose actuellement le Ministère sont indécents et l’APHG continue et continuera de se battre. Pour les programmes, l’APHG a fait des propositions. Ce combat ferme et constant de l’APHG mené dans le cadre de son indépendance à l’égard de tout pouvoir et groupe de pression lui attire régulièrement des attaques, parfois nominales contre ses dirigeants comme celle, calomnieuse, dont Hubert Tison a été victime de la part de Laurence de Cock. De telles attitudes sont loin de servir la cause de l’Histoire-Géographie et de permettre un débat autour de ses contenus. L’APHG, quant à elle, continuera ses tâches dans les principes qu’ elle s’est fixés, loin des invectives et des mises en accusation.

Si l’on veut le débat, il faut respecter un minimum de règles. Tel n’est pas le cas pour l’instant.
Le Président et le Secrétariat Général de l’APHG

2) Pour mieux comprendre l’affaire : 
NB : ci-dessous L’interview d’Hubert Tison au Figaro Histoire  :
Bilan temporaire : 
Nous constatons  que le communiqué ne donne aucune réponse à la seule question qui nous ‘intéresse : les propos de Mr Tison ont-ils été tronqués par le Figaro ? Ou devons-nous considérer qu’ils répondent à des positions clairement assumées du secrétaire général de l’APHG ?

Pour le reste, à propos de débat :  depuis un an que nous existons,  l’APHG refuse de dialoguer avec nous en tant que collectif. Nous avions rencontré Eric Till, chargé de mission pour la préparation des Etats Généraux à Blois l’an dernier. Vous trouverez ici le compte-rendu de l’Entrevue:  Nous n’avons plus eu aucune nouvelle depuis.

Apparemment, le refus du dialogue a été acté en réunion de Bureau National nous ont soufflé ceux qui ont compris qu’entre un collectif n’ayant aucune vocation représentative et une association séculaire de plusieurs milliers d’adhérents il y avait quelques différences de finalités et surtout de force de frappe.

De notre point de vue, ce sont  les propos tenus par le Figaro Magazine et le Figaro Histoire qui méritaient que l’on ferme la porte des débats. De même, la lettre à Hubert Tison (en réponse à l’interview) visait à interpeller l’APHG dans le cadre d’un dossier collectif portant sur le Figaro Histoire.

L’argument visant à nous accuser de « diviser la profession » est intenable. Si certains enseignants d’histoire-géographie se reconnaissent derrière les propos tenus dans le Figaro-Histoire, alors la profession est, de fait, divisée. De notre point de vue, l’acceptation de la conflictualité politique est une donnée fondatrice de la démocratie. Encore faut-il savoir s’écouter à défaut de s’entendre.

Le prochain communiqué de l’APHG précisant s’il y a eu oui ou non une manipulation des propos du Secrétaire Général (possibilité que je laisse ouverte dans ma lettre) sera bien-sûr également publié.

3) La réponse de Suzanne Citron : 

Monsieur le Président de l’APHG

En tant que membre du collectif aggiornamento je viens vous exprimer mon étonnement à la lecture de votre dernier communiqué dans lequel vous rappelez vos récentes démarches et Etats Généraux pour  l’enseignement de nos disciplines  et la cause de l’Histoire-Géographie.
Soyez d’abord assuré que nul n’a, jusqu’à ce jour, mis en doute le caractère corporatiste de votre association. Par contre il est plus que troublant qu’en réponse à un dossier de plusieurs articles, édité par un collectif, vous veniez accuser, dans  l’imprécision la plus totale, la seule personne de Laurence De Cock d’’attaques  calomnieuses dont (aurait) été victime HubertTison.
Je veux bien croire que vous n’ayez pas eu le temps d’étudier ni le numéro du Figaro Histoire dans lequel figure l’interview de M. Tison, ni la lettre à lui adressée dans le dossier d’aggiornamento. Commentaire de l’interview, cette lettre exprime d’abord le regret de voir l’APHG associée à une entreprise médiatique  dont nous dénonçons l’idéologie ambiguë.
Si  une interpellation argumentée, y compris sur des controverses historiographiques, est  ressentie par vous comme invective et mise en accusation, pour nous le débat, même vif,  reste jusqu’à nouvel ordre le fondement des avancées tant de la connaissance intellectuelle que de la démocratie.

En toute franchise

Suzanne Citron

Auteur de        Aux origines de la Société des professeurs d’histoire: la Réforme de 1902 et le développement du corporatisme dans l’enseignement secondaire(1902-1914). Doctorat de 3ème cycle, université de Nanterre 1974.

 

 

4) Novembre 2012 : Edito de l’APHG du numéro de novembre-décembre où, au milieu d’autres, les « responsables » (sic) d’Aggiornamento sont attaqués :
http://aphg.fr/revue-historiens-et-geographes/editos/edito420APHGv2.pdf

5) La  réponse également des auteurs du dossier :

« Nous sommes tous Laurence De Cock »

En septembre dernier, le Figaro Histoire publiait un numéro intitulé « La vérité sur l’histoire à l’école » destiné à assurer le service après vente de 3 ouvrages de médiocre facture et porteurs d’une vision passéiste et réactionnaire de l’histoire enseignée. Ce dossier a interpellé de nombreux membres du collectif Aggiornamento Histoire Géographie car, penchant très à droite dans les discours et dans les signatures, il laissait se déverser librement au fil des pages un discours nationaliste et islamophobe, dissimulant de façon fort peu subtile de multiples clins d’œil à l’extrême droite. 8 rédacteurs, pas moins, se sont attelés à l’analyse critique de ce numéro qui prolongeait les attaques portées fin août par le Figaro Magazine via la plume de Jean Sevillia. 8 rédacteurs, donc, pour un épais dossier constitué de 6 articles argumentés portant aussi bien sur l’histoire scolaire, que sur l’idéologie qui sous tendait tout le numéro du Fig-Histoire. Suzette Bloch, petite fille de Marc Bloch, dans une tribune publiée d’abord dans Libération, est venue appuyer le dossier en acceptant de nous laisser publier son texte sur le blog de recherche. Au terme de ces mises en ligne, beaucoup de membres du collectif ont apporté de diverses manières leur soutien au travail effectué, en s’y associant a posteriori.

Ce travail collaboratif mené par le collectif Aggiornamento a donc suscité des réactions et provoqué des rebonds dans la presse . Toutes les réactions publiées, le plus souvent sous la forme de tribunes, ont réagi sur le fond politique et sur la conception de l’histoire défendus par le Figaro. Toutes, sauf celles émanant de l’APHG. Celles-ci sont d’abord apparues sous la forme d’un communiqué du bureau de l’APHG daté du 18 octobre. Ce communiqué est aujourd’hui assorti d’une motion de soutien à Hubert Tison signée de la régionale d’Aix Marseille et d’un éditorial de Bruno Benoit pour le dernier numéro de la revue Historiens & Géographes.
Dans ces trois « réponses », un nom est ciblé, celui d’une femme, Laurence de Cock, qui signe deux des articles du dossier dont une lettre ouverte à Hubert Tison. Nous tenons d’abord à rappeler aux auteurs de ces réponses :
– qu’Aggiornamento Histoire-Géographie est un collectif.
– qu’à ce titre, il est inutile de s’adresser à des « responsables », nous le sommes tous.
– qu’à ce titre également, il est déplacé de s’adresser nommément à une personne puisque tous les rédacteurs du dossier se nomment Laurence de Cock, et que nous signons tous la lettre ouverte au bas de laquelle elle a indiqué son nom.
L’ensemble des rédacteurs du dossier et de nombreux membres de notre collectif sont tout à fait surpris de la rapidité des réactions pointant notre collègue, mais, a contrario, tout autant estomaqués de la lenteur et de la tiédeur des réactions au dossier du Figaro-Histoire.
Serait-ce parce qu’il est plus simple, mais évidemment moins courageux, de porter le coup de façon isolée, singularisant la cible qui, de surcroit, est une femme ?
Nous attendons toujours avec impatience la 12° lettre ouverte qui osera dire au Figaro-Histoire que l’APHG se dissocie totalement du contenu politique et idéologique qui caractérise cette publication.
Les rédacteurs du dossier : Suzanne Citron, Charles Heimberg, Eric Fournier, Guillaume Mazeau, Mickaël Bertrand, Laurent Gayme, William Blanc et Véronique Servat.

 

A suivre : nous sommes toujours en attente du démenti de l’APHG sur les propos tenus dans le Figaro-Histoire. Il sera naturellement publié dans cette rubrique « débat ». 

1) Introduction du dossier Figaro Histoire : « la vérité sur l’Histoire à l’école » ou les mensonges du Figaro

Rédacteurs : Laurence De Cock, Eric Fournier, Guillaume Mazeau

1979 : depuis quelques années, une réforme des programmes d’histoire peine à s’instituer. A l’école primaire, les activités d’éveil ont remplacé les cours disciplinaires et, dans le collège unique à peine naissant, le ministre René Haby tente de faire admettre un enseignement de sciences sociales qui mêle histoire, géographie et économie. L’association des professeurs d’histoire-géographie s’alarme dès 1976 de cette dissolution disciplinaire. C’est le rôle d’une association corporatiste d’exercer une vigilance sur les changements d’une discipline.

En octobre de la même année, Alain Decaux, féru d’histoire, fait une conférence à Vichy. Ses yeux croisent ceux d’une auditrice : «  C’était à Vichy. Au grand casino. Je venais de prononcer une conférence ; parmi les habituelles vieilles dames qui dans ces sortes d’affaires viennent féliciter le conférencier, j’aperçus une jeune femme qui, sans hâte, attendait son tour. Charmante, quand elle souhaita s’entretenir avec moi, je dois avouer que je ne me suis pas fait prier ». A la romance se mêle ensuite la tragédie d’une révélation : « Monsieur, mes élèves viennent en classe d’histoire comme ils iraient à l’abattoir » lui annonce la dite « charmante » jeune femme[1].

 Il suffit parfois d’un mélange de narcissisme, de machisme et d’un bon réseau relationnel pour faire éclater une véritable controverse. L’affaire fait la « Une » du Figaro Magazine : « On n’enseigne plus l’histoire à vos enfants ». Alain Decaux, photographié lisant une encyclopédie est, nous dit-on,  « atterré par les réformes scolaires ». Le registre catastrophiste s’impose : « Il faut que chacun sache », « l’école liquide l’histoire », les petits Français sont « coupés de leurs racines », l’enseignement de l’histoire « se meurt » parce que « délibérément on est entrain de le tuer ». Disparition de la chronologie, des grands hommes, de « Ce roman violent et tendre, tissé d’héroïsme et de larmes d’espoirs et de haine, de crimes et d’amour, qui est celui de la France ».

Le cadre des lamentations est désormais posé.

Depuis, Le Figaro, Figaro magazine et désormais le Figaro Histoire ne perdent jamais une occasion de se saisir de cette antienne pour montrer du doigt les responsables du supposé délitement d’une identité française. Ils sont aidés en cela par un bon panel d’essayistes dont Jean Sevillia tour à tour journaliste, rédacteur en chef adjoint au Figaro, et auteur d’ouvrages à succès sur l’histoire qui ne cachent pas leur hostilité à toute avancée historiographique risquant de bousculer l’ « âme de la France ».

Les charges les plus récentes remontent à la dernière rentrée scolaire où, successivement, le Figaro Magazine et le Figaro Histoire profitant des mobilisations récentes et légitimes des enseignants sur la suppression de l’histoire en Terminale S ou sur le programme de 1ère réaffirment leurs positions de gardiens d’un certain récit historique garant de la grandeur puis de la préférence nationales.

Le Figaro magazine publie donc un dossier au titre tonitruant : « Qui veut casser l’histoire de France ? ». Comme à l’accoutumée, Jean Sévillia se défend de tout positionnement politique et affirme au contraire libérer l’histoire des asservissements idéologiques – manifestement l’apanage d’une gauche pédago-mondialiste aussi honnie que peu définie – pour la rendre à « l’immense majorité des Français, au-delà de la droite et de la gauche, [qui] aiment l’histoire, et donc l’histoire de leur pays ». Enoncé dans un journal assumant une ligne politique clairement à droite, un tel œcuménisme naïf pourrait faire sourire. Ce serait une erreur. Se considérer comme au-dessus des confrontations partisanes consubstantielles aux pratiques démocratiques et appeler à l’unité patriotique en  opposant le « nous » liant le corps national aux « eux » qui le divisent ou l’affaiblissent appartiennent au répertoire de l’extrême-droite.

Vague brune sur l’histoire de France :

Une rapide lecture du dossier confirme qu’un seuil a été franchi. Cet article ne se contente pas d’accumuler des clichés nostalgiques ou des positions conservatrices. Il flatte la xénophobie, le culte des grands hommes et le virilisme. C’est un exemple saisissant de l’acculturation des thématiques d’extrême-droite au sein des discours de droite. Il nous fallait donc réagir, c’est-à-dire interpeller, alerter, mobiliser. Telle est la première fonction du titre choisi : « Vague brune sur l’histoire de France ». Mission accomplie. Notre tribune a connu une diffusion notable compensant, un peu, le fait que nous n’avons pas la visibilité médiatique du Figaro Magazine ou des livres de Vincent Badré, Dimitri Casali et Laurent Wetzel vantés comme cautions par le dossier.

Notre titre a aussi fait réagir l’adversaire. Les protestations offusquées de Badré et Casali se sont révélées, comme c’est surprenant, à l’unisson du bruissement de la « fachosphère » du net, c’est à dire la nébuleuse de sites d’extrême-droite qui a relayé les ouvrages et le dossier du Figaro magazine. Ainsi, incompétents gauchistes que nous sommes, nous pratiquons, disent-ils, le raccourci, l’anachronisme et l’amalgame. C’est précisément l’inverse. Nous avons agi en professionnels de l’histoire, attentifs à l’historicité du sens des mots. Le terme « brun », depuis le succès phénoménal de la nouvelle Matin brun suite au 21 avril 2002, évoque, en France aujourd’hui, le danger d’une extrême droite multiforme dont les thèmes se diffusent dangereusement dans le discours public. Il y a bien une vague qui s’étend en France et elle n’est certainement pas rouge. Par ailleurs, si nous avions titré « vague d’extrême droite » ou même « vague nationaliste », nos adversaires auraient probablement réagi de la même façon, tant ils refusent définitivement d’assumer leur positionnement idéologique pour se poser en défenseur du bon sens et de l’unité nationale. En d’autres termes, il y a fort à parier que seul un titre aussi ridicule que « vague française sur l’histoire de France » aurait convenu à leur imaginaire et à leurs méthodes politiques. C’est ainsi qu’ils s’étendent. Il faut les dévoiler pour les endiguer. « Vague brune » assurément.

Des méthodes malhonnêtes

La dernière issue du Figaro Histoire promettant « La Vérité sur l’histoire à l’école »  poursuit la charge entamée le mois précédent. En proclamant révéler « la vérité sur l’histoire à l’école », les auteurs de ce dossier donnent une troublante image de l’enseignement, de la recherche en histoire et même du journalisme. Suivant, au fond, le même argumentaire qu’un Michel Onfray, grand pourfendeur des « élites » et des « Parisiens »,  ils affirment que l’on nous ment, que les Français sont manipulés par les mandarins de l’Education nationale qui ont confisqué l’institution et dont nos enfants, ces « orphelins de l’histoire », seraient devenus les otages. Les journalistes dénoncent l’existence d’une idéologie officielle, influencée par l’esprit du pédagogisme, conduisant à l’ignorance et au communautarisme à force de vouloir ouvrir les élèves à la différence et à la réflexion personnelle plutôt que de chercher à leur inculquer un certain type de récit national.

Or sur quels travaux scientifiques, sur quelles enquêtes de terrain ces journalistes, pourtant formés dans les meilleures écoles, s’appuient-ils pour étayer de telles accusations, assénées avec tant d’assurance ? Recueillis sur le mode du micro-trottoir, les quelques témoignages d’enseignants, anonymés à leur demande, nous précise-t-on, insufflent peut-être un parfum de sensationnalisme à ce reportage, mais ne font pas honneur à la déontologie intellectuelle la plus élémentaire. La même déontologie, probablement, qui, il y a quelques semaines, avait inspiré un journaliste du Figaro, quand celui-ci nous avait proposé, sans rire, d’arbitrer un débat dans les locaux de la rédaction, nous opposant à Jean Sévillia… autrement dit son supérieur hiérarchique. Même manque de travail de fond, même absence d’impartialité lorsque les universitaires sont convoqués pour justifier les constats les plus alarmants. Les expertises de Pierre Lunel, agrégé de droit romain, dont on connaissait déjà les analyses très objectives (Fac : le grand merdier ?, 2007, La Manufacture des Ânes, 2010), perdent un peu de leur crédibilité lorsque l’on apprend que cet ancien président de l’Université Paris VIII-Vincennes n’est autre que le récent auteur d’un livre tout en nuances : Sexe, mensonge et politique. Ces obsédés qui nous gouvernent (2012). Toutefois, le manque de sérieux des journalistes du Figaro Histoire se révèle plus préoccupant lorsque ceux-ci, retraçant visiblement l’évolution de l’enseignement de l’histoire à travers une lecture mal comprise du bel ouvrage de Jean Leduc et Patrick Garcia (L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, 2003), s’appuient sur l’autorité de chercheurs en trahissant leur pensée. Intégré  dans ce réquisitoire, Antoine Prost, spécialiste de l’histoire de l’éducation, est  connu au contraire pour avoir sévèrement fustigé dans ses Douze leçons sur l’histoire (1996), la « campagne de dénonciation » menée par Alain Decaux en 1979, dont les journalistes actuels se présentent comme les héritiers. Même instrumentalisation de l’historien républicain Marc Bloch, pourfendeur des excès de l’histoire nationale et pourtant rangé après le royaliste Jacques Bainville parmi les « historiens de la mémoire nationale ». Manipulant, après Nicolas Sarkozy, un extrait de L’Etrange défaite semblant révéler que Bloch voyait dans le déclin du roman national une des causes du désastre de 1940, les journalistes du Figaro tirent le passage de son contexte et en inversent la signification. Dans un même genre d’idées, comment peut-on faire dire au démographe Jacques Dupâquier que le peuple français n’a pas changé depuis la préhistoire, alors que son Histoire de la population française ne fait que souligner les continuités des tendances démographiques de long terme, à commencer par l’immigration ? Comment est-il possible de présenter François Furet comme l’un des passeurs du grand récit national, alors que son travail a au contraire consisté à déconstruire le roman de la Révolution française, que les historiens de la IIIe République avaient forgé pour unifier les Français ? Comment peut-on, enfin, en même temps appeler au retour du primat national et déplorer le déclin de l’école historique française, alors que celle-ci doit justement répondre aux questions posées par l’histoire globale et connectée, qui anime les laboratoires du monde entier ?

Décidément, la recherche historique vaut un peu plus qu’un simple vernis justifiant des propos dignes du café du commerce. Nous n’acceptons pas de voir des travaux honnêtes et sérieux, menés sur de longues années, ainsi déformés et instrumentalisés en quelques pages, à coups de citations superficielles et de formules à l’emporte-pièce. Ce fatras pseudo-scientifique relève bel et bien du « picorage » et du « zapping », pourtant dénoncés par les auteurs de ce dossier comme les grands maux du siècle. L’histoire, telle qu’elle se fabrique dans les laboratoires de recherche et telle qu’elle s’enseigne à l’école, est évidemment plus nuancée et complexe que l’image que nous en donnent les tenants de la thèse du grand déclin. Si nous refusons de débattre dans l’urgence, si nous nous élevons contre la complaisance avec laquelle les principaux médias ont, sans aucune distance, donné une tribune disproportionnée à des analyses reposant davantage sur l’air du temps que sur des études scientifiques, c’est justement parce que nous croyons que l’histoire vaut bien mieux que cela.


Le collectif Aggiornamento,  un « repère de  gauchistes » ?

Notre intervention dans ce débat révèle-t-elle pour autant notre parti-pris « gauchiste » et un manque d’impartialité ? Tout au contraire. Enseignants et historiens de formation universitaire, nous respectons les règles de la méthode critique reconnue par la profession depuis plus d’un siècle. Nos affirmations sont référencées et s’appuient sur des faits établis par les travaux de nombreux historiens passés ou contemporains. Nos contradicteurs pensent nous confondre en dénonçant nos sympathies de gauche et notre appartenance à des collectifs qui défendent une certaine place de l’histoire au sein de l’espace public. Cette idée selon laquelle l’historien universitaire devrait, pour être crédible, se transformer en un rat de bibliothèque, renoncer au monde et se désintéresser des débats sociaux révèle une profonde ignorance de ce qu’est notre discipline depuis sa naissance même. Evidemment, cette histoire apolitique et objective n’a jamais existé : comme ses semblables humains, l’historien est un être social doté d’opinions qui influencent même inconsciemment sa vision du passé. Plus encore, nous sommes convaincus que l’éthique de la tour d’ivoire, dans laquelle ont intérêt à nous enfermer ceux qui cherchent à nous décrire comme des élites coupées des « vraies gens », n’est qu’un alibi visant précisément à exclure du débat public ceux qui, comme nous et beaucoup de nos collègues, pensent que les idées reçues favorisent l’essor des idéologies les plus nauséabondes.

Non seulement nous ne faisons pas mystère de nos engagements en tant qu’historiens au sein du débat public, mais nous les revendiquons comme des pièces maîtresses de notre fonction sociale. C’est au nom de notre statut d’enseignants et de chercheurs rémunérés par l’Etat qu’il est de notre devoir de mettre notre savoir scientifique et professionnel à disposition du public. C’est au nom de notre déontologie qu’il nous incombe d’exercer un travail de vigilance critique, consistant à démentir les instrumentalisations dont le passé fait l’objet, surtout lorsque celles-ci reposent sur des révisions de l’histoire et menacent les valeurs de la République. Les mauvais livres et les débats les plus médiocres sont les pires chevaux de Troie de l’intolérance.

De mauvais livres qui servent de cautions

« Qui veut casser l’histoire de France ? » s’appuie sur trois livres sortis simultanément (L’Histoire fabriquée de V. Badré, L’Histoire de France interdite de D. Casali et Ils ont tué l’histoire-géo de L. Wetzel). Sans la promotion du Figaro-magazine, ces trois opus particulièrement médiocres auraient sans doute été vite oubliées. En retour, ils servent de caution scientifique et de prétexte éditorial à cette revue qui peut ainsi faire passer ses rengaines pour une brûlante actualité. Aucun de ces ouvrages ne répond aux règles de l’analyse historique tout en s’efforçant de les imiter. Ils prétendent œuvrer en historiens en appelant en permanence au retour de la nuance et de la complexité. Mais ils délivrent un message simpliste, se limitant à la réhabilitation d’une historiographie réactionnaire centrée sur la seule histoire de France, elle-même réduite à une succession chronologique d’images d’Épinal patriotiques. Nul besoin d’être un professionnel de l’histoire pour pointer les limites méthodologiques de ces ouvrages. Ainsi, même dans Les Grandes gueules de RMC – mise en scène populiste de francs débats de comptoirs – Badré s’est-il vu rétorquer que la diversité des pratiques de classe ne pouvait être déduite du seul épouillage des manuels scolaires.

Hélas, ces trois ouvrages ont bénéficié d’une forte visibilité, au-delà des cercles de la droite la plus dure. Trois ouvrages particulièrement mauvais ont donc été consacrés du seul fait d’avoir été signalés par Le Figaro magazine. Alors même que la crédibilité des analyses politiques du groupe Figaro a été affaiblie par ses prises de position balourdes en faveur de Sarkozy, force est de constater que, dès que l’on sort du strict champ de la vie politique, le pouvoir prescripteur de ce groupe de presse reste très important. Nous sommes presque les seuls à avoir porté un regard critique argumenté sur ces ouvrages.

Composition et finalités du dossier critique

Dans Le Figaro-Histoire, on prétend également ne pas parler d’idéologie alors que les clins d’œil à l’Ultra-droite sont évidents. Ainsi, l’éditorial inaugural (printemps 2012) de la série, après s’être placé sous le signe de la curiosité, de la clarté, de la pédagogie, du beau, du seul plaisir d’apprendre et de comprendre, se concluait néanmoins par un appel à « l’avenir de l’intelligence », clin d’œil transparent mais non explicitement assumé à un livre de Charles Maurras[2]. Dans son numéro sur l’école, la connivence est encore plus saillante puisque le journal n’hésite pas à attribuer à Marc Bloch un « tableau des faiblesses de la France » parmi lesquelles ces « ouvriers plus préoccupés de l’esprit de jouissance que de celui de sacrifice » [3]. Si cette dernière expression vous évoque vaguement quelque chose, ne la cherchez pas chez Bloch, mais chez Pétain dans son discours du 20 juin 1940 : « L’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice« , et réitéré le 25 Juin ; « l’esprit de jouissance a détruit ce que l’esprit de sacrifice a construit ».

Il nous a fallu lire attentivement cette prose souvent lourde et pompeuse pour en débusquer les implicites. Le lecteur trouvera ci-dessous le fruit d’un véritable travail collectif d’analyse critique faite par des chercheurs et enseignants du collectif Aggiornamento histoire-géographie. 7 billets de formes différentes reviennent sur les principaux articles du Figaro-Histoire.  Véritable mise à nu de l’entreprise partisane de la revue, le dossier critique revient sur les positionnements politiques des auteurs, ainsi que les mensonges et manipulations des articles principaux.

Beaucoup de bruit pour rien ?

Nous aurions pu laisser patiemment passer la vague en adoptant un silencieux mépris. Mais ce qui pourrait passer pour une surdité surplombante comporte le risque de laisser la voie libre à ces idées de plus en plus décomplexées. Elles ne sont pas seulement le fait de quelques excités ; elles sont relayées parce qu’elles détournent et confisquent les doutes, amertumes et revendications légitimes des enseignants confrontés à de multiples réformes de l’école en général, de l’histoire-géographie en particulier. Nos disciplines ne sont pas destinées à servir de paillasson et il nous semble urgent de décrypter et dénoncer quelques paroles – aujourd’hui banalisées – comme celles prononcées il y a deux ans par Jean-Marie le Pen lors de la clôture du congrès du FNJ : « le système scolaire permet aussi de voler à la jeunesse sa culture, son histoire, sacrifiées au profit de civilisations lointaines telles que celle de l’empire africain du Monomotapa ».

Nous ne défendons pas l’existant en critiquant ce dossier, mais proclamons vertement notre opposition à cette récupération réactionnaire et délétère. Ni les enseignants, ni les parents  ne trouveront de réponses à leurs inquiétudes ou revendications dans une nostalgie hexagonale et sur le dos des minorités.

Nous plaidons pour une créativité pédagogique libérée de velléités de plus en plus directives des programmes. Nous souhaitons un enseignement de l’histoire et de la géographie adossé aux renouvellements scientifiques récents et tourné vers l’acceptation de nouvelles échelles et de multiples temporalités qui ne sont plus celles uniquement des « Grands » de ce monde, mais celles des « n’importe qui d’entre nous » du passé et du présent.

Plan du dossier :

Laurence De Cock, Eric Fournier, Guillaume Mazeau : « La vérité sur l’histoire à l’école » ou les mensonges du Figaro Histoire

Véronique Servat, Laurent Gayme : Le Figaro Histoire, manifeste pour un « catéchisme scolaire » suivi d’un tableau statistique élaboré par Delphine Bauzin : Petite scintigraphie lexicale de quelques articles du Figaro Histoire : Fig hist

Laurence De Cock, Lettre ouverte à Hubert Tison, secrétaire Général de l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie (APHG)

Suzanne Citron, Vie et mort du roman national, Lettre ouverte à François-Xavier Bellamy

Charles Heimberg, Qu’ils lisent Marc Bloch au lieu de le manipuler !

William Blanc, Le Figaro dans un drôle de bain-ville

Mickaël Bertrand, L’enseignement de l’histoire sous la menace d’une dérive idéologique


[1] Alain Decaux, « On n’enseigne plus l’histoire à vos enfants », Le Figaro magazine, 20 octobre 1979

 

[2] Charles Maurras, L’Avenir de l’intelligence, Paris, A. Fontemoing, 1905.

 

[3] « Les historiens des origines. De Guizot à Nora, la généalogie des historiens de la mémoire nationale », pp 82-89

2) Dossier Figaro Histoire : Le Figaro Histoire, manifeste pour un « catéchisme scolaire »

Rédact-eur-rice : Laurent Gayme, Véronique Servat

(Avec la participation de Delphine Bauzin)

Le Figaro Histoire prétendant dévoiler la « vérité sur l’histoire à l’école » affirme que l’étude de document n’est pas un mode opératoire satisfaisant pour enseigner cette discipline.

Nous affirmons le contraire. Une analyse critique de document permet de débusquer les implicites et non-dits. Nous avons donc décidé d’appliquer cette méthode à l’étude du dossier que ce magazine consacre à l’histoire enseignée. Pour mieux dévoiler la vérité sur le discours, les intentions, et les compromissions idéologiques certaines des auteurs de ce dossier.

 1.     Nature du document :

 Quelques mots tout d’abord sur Le Figaro Histoire, émanation du Figaro, quotidien majeur de la presse de droite. Cette jeune revue a été lancée en mars 2012 sur un marché dynamique[1]. Après un premier numéro mettant en « Une » un dossier sur « Les derniers secrets de la Campagne de Russie », elle nous a proposé « La folle histoire des Windsor de Victoria à Elizabeth II » et « Où est passée la bataille d’Alésia ? » : grandes figures de l’histoire de France, monarchie et histoire-bataille, donc (ou culte de la défaite, diront des esprits chagrins ?). Son directeur de la rédaction, Michel De Jaeghere, s’est entouré d’une impressionnante liste d’historiens et pseudo-historiens qui composent le comité scientifique, et dont les noms parlent au professeur d’histoire et de géographie : Jean Tulard, Jean-Pierre Babelon et Jean-Robert Pitte, de l’Institut ; Jean-Paul Bled, Jacques Heers, Marie-Françoise Baslez, Jacques-Olivier Boudon et Eric Mension-Rigau de Paris-IV Sorbonne ;  Simone Bertière (Bordeaux-III et ENS Sèvres); des membres d’universités et d’institutions européennes : Maurizio De Luca (Vatican), Giandomenico Romanelli (Italie), Nicolaï Alexandrovitch Kopanev (Russie), Arnold Nesselrath (Allemagne), Dimitios Pandermalis (Grèce) ; et des habitués des publications du Figaro :  Jean-Christian Petitfils et Jean Sévillia. Notons cependant que ces personnalités n’ont pas rédigé le dossier qui nous intéresse.

 Le dossier « La vérité sur l’Histoire à l’école » est accompagné d’une abondante iconographie composée d’illustrations de Job (1858-1931), de tableaux et de photos de l’école d’autrefois, et de peintures historiques. Il est introduit par un éditorial de Michel De Jaeghere (« Fils de personne », p. 3) et comprend plusieurs articles :

–       Philippe Maxence, « Les orphelins de l’histoire », p. 44-53 ;

–       Entretien avec Hubert Tison, président de l’APHG. Propos recueillis par Michel De Jaeghere et Vincent Tremolet de Villers, p. 54-57 ;

–       Marie-Amélie Brocard, « Les déclassés de l’histoire de France », p. 58-69 ;

–       François-Xavier Bellamy, « Vie et mort du Roman national », p. 70-79 ;

–       Double page sur « La longue marche des programmes d’histoire… »,p. 80-81 (tableau établi à partir des travaux de Christian Delacroix et Patrick Garcia) ;

–       Jean-Louis Thiériot, « Dictionnaire : Les Historiens des origines. De Guizot à Nora, la généalogie des historiens de la mémoire nationale », p. 82-89 ;

–       Double page sur « L’école des loisirs » (« L’approche ludique de l’histoire ne date pas des années 1970. Elle était autrefois un divertissement complémentaire de l’école. Elle est devenue une pédagogie. », p. 90-93).

–       Vincent Tremolet de Villers, et Albane Piot, « L’Histoire hors les murs » (sélection commentée d’ « ouvrages buissonniers qui ont trait à la transmission de l’histoire de France », p. 94-99).

 2.     Auteurs :

 Au-delà de la droite traditionnelle, les auteurs du dossier participent pour la plupart à des associations, réseaux et médias (Présent, Radio Courtoisie[2] par exemple) affilés au  national-catholicisme et à l’extrême droite (même s’ils réfutent ce terme).

 Beaucoup sont journalistes dans les différents titres du groupe Dassault (Le Figaro, Valeurs actuelles, Le Spectacle du Monde). Ainsi le directeur de rédaction du Figaro Histoire, Michel De Jaeghere, par ailleurs écrivain (par exemple Atlas Napoléon La gloire en Italie », en collaboration avec Jérôme Grasselli, éditions Valmonde et compagnie, 2001 ; Le livre blanc de l’armée française en Algérie, Éditions Contretemps, 2002 ; Enquête sur la christianophobie, éditions Renaissance Catholique, 2005 ; La repentance : histoire d’une manipulation, éditions Renaissance Catholique, 2007), mais aussi vice-président du mouvement  Renaissance catholique[3]. C’est également le cas  de Philippe Maxence[4] (auteur d’une biographie de Baden Powell, spécialiste de  Chesterton et rédacteur en chef du bimensuel catholique L’Homme nouveau) mais aussi de Vincent Tremolet de Villers ou encore d’Albane Piot, chargée des enquêtes au Figaro Histoire. Radio Courtoisie permet de se familiariser avec les centres d’intérêts de cette grande famille journalistique puisque Philippe Maxence y anime son « Libre Journal » et Marie-Amélie Brocard (fille de Michel De Jaeghere) le « Libre journal des scouts ».

 D’autres plumes du dossier naviguent entre responsabilités politiques locales et enseignement de l’histoire dans le supérieur ou le secondaire. Cela concerne notamment François-Xavier Bellamy, normalien et agrégé de philosophie. Il a enseigné  en lycée (ZEP puis classes préparatoires littéraires) à Asnières puis en prépa littéraire à Paris, après été membre du cabinet du Ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, et ensuite du cabinet du Garde des Sceaux Rachida Dati. Il est aussi maire adjoint (sans étiquette) à Versailles, délégué à la jeunesse et à l’enseignement supérieur, et tient un blog[5]. Notons qu’il a proposé, lors de l’Université d’été 2012 de Renaissance catholique, une communication qui porte exactement le même titre que son article dans le dossier du Figaro Histoire. Enfin Jean-Louis Thiériot, avocat et historien (par exemple Margaret Thatcher : de l’épicerie à la Chambre des Lords, Paris, Fallois, 2007 ou Stauffenberg, Paris, Perrin, 2009), est maire UMP de Beauvoir et suppléant d’Yves Jégo pour les législatives de mai 2012.

 3.     Contexte historique :

 Le dossier du Figaro Histoire de septembre-octobre 2012 qui affirme modestement rétablir « La vérité sur lHistoire à lécole » vient compléter une vaste offensive éditoriale et médiatique qui se déclenche de façon répétée depuis trois ans à chaque rentrée scolaire.

 Ainsi, en 2010, premier round : le groupe « Notre histoire forge notre avenir » se fédère autour d’une pétition en ligne adressée à Luc Chatel, alors ministre de l’Education Nationale, dont l’objet est « Le maintien de Napoléon et Louis XIV dans les programmes de collège » complété par cette précision « Louis XIV, Napoléon, c’est notre Histoire, pas Songhaï ou Monomotapa ». Cette pétition dénonce l’introduction pour 3 heures (sur 35 heures d’enseignement) de l’étude d’un royaume ou d’un empire de l’Afrique médiévale dans le programme d’histoire de 5° au collège.

Emmené par Dimitri Casali, présenté comme un historien et « enseignant en ZEP » par la presse, et Benoît Crespin, ancien animateur du collectif « Stop la grève » et ancien membre du syndicat étudiant UNI, le groupe bénéficie d’un important buzz médiatique, se targuant notamment du soutien d’Eric Zemmour, Max Gallo ou encore Stéphane Bern. Dimitri Casali, effectue un passage dans l’émission « C’est dans l’air » en septembre 2010 durant laquelle Fabrice D’Almeida et Laurent Wirth lui donnent la réplique[6]. Toutefois, la page Facebook[7] du collectif, après quelques mois de franc succès, draine rapidement tout ce qui se fait de plus nauséabond à droite et à l’extrême droite, et le dispositif s’essouffle après quelques mois. Aujourd’hui, la page n’affiche plus que 462 suiveurs alors que la pétition annonçait 12000 signatures au plus fort du battage médiatique.

 Rentrée 2011, deuxième round. Dimitri Casali publie fin août un Altermanuel dhistoire de France, sous-titré « Ce que nos enfants napprennent plus à lécole », publication largement relayée dans les médias (« Ce soir ou jamais », le 28 septembre 2011 l’invite avec  Pascal Blanchard comme « contradicteur »). Le Figaro Magazine fait office de caisse de résonance dans la presse écrite, Casali signant un des articles phares d’un dossier intitulé « C’est l’Histoire de France qu’on assassine » publié fin août 2011. Dans ce supplément du quotidien se déclinent au fil des pages les éternelles accusations de complot contre l’enseignement d’une histoire chronologique, s’incarnant dans de grandes figures menacées d’ostracisme par les nouveaux programmes scolaires, le tout accompagné d’illustrations évoquant l’encre violette, la plume et l’écritoire, la blouse, les pleins et les déliés…

 Été 2012, troisième round : Michel De Jaeghere  organise la 21e Université d’été de Renaissance catholique, consacrée au sujet suivant « : « À quoi sert l’Histoire ? »[8], sujet qu’il présente dans un intéressant entretien pour Renaissance catholique[9] (présentation dont le contenu a largement nourri son éditorial pour ce numéro 4 du Figaro Histoire).

 Enfin, en septembre 2012, le quatrième round est entamé. L’offensive marche toujours sur deux jambes : à la fois médiatique, avec la presse écrite (Figaro Magazine, puis Figaro Histoire s’enchaînent sur le mois) et la télévision (« Ce soir ou jamais » invite Vincent Badré pour son livre LHistoire Fabriquée ? ), mais également éditoriale,  trois essais paraissant successivement (les suppléments du Figaro leur faisant, une large publicité), celui de Vincent Badré , celui de Laurent Wetzel ( Ils ont tué lhistoire-géo ) et un nouvel opus de Dimitri Casali  ( Lhistoire de France interdite ). Entretemps, la majorité présidentielle a changé, le ministre de l’éducation nationale également. Il est question depuis mai d’une « refondation de l’école », et pour fin octobre d’Etats généraux de l’éducation. Le contexte est donc tout à fait propice pour s’approprier (confisquer) la défense de l’histoire enseignée, érigée en grande victime de la réforme Chatel (qui a pourtant fait bien d’autres dégâts) en raison de sa disparition en Terminale S.

 4.     Contenu : analyse critique et argumentée du document.

 Le dossier est organisé autour d’un postulat de départ :

 « L’histoire est partout, sauf elle devrait être : à l’école, au collège, au lycée, elle n’est pas sortie de la crise qui l’affecte depuis la fin des années 1960. la rentrée scolaire n’a pas seulement été marquée par la publication de nouveaux manuels qui prennent en compte la énième réforme des programmes : elle a vu une nouvelle avalanche de livres dénonçant l’ampleur du désastre. » (Michel De Jaeghere, p. 3)

 Ces livres sont présentés p. 94-99. On retrouve bien sûr ceux de Jean Sévillia, Dimitri Casali et Vincent Badré, et d’autres comme le Kiffe la France de Jean-François Chemin qui, après avoir travaillé dans l’audit, le conseil puis l’industrie, est devenu professeur d’histoire-géographie et livre son expérience en ZEP. Pour lui, les programmes et les manuels proposent à ces élèves un antiroman national victimaire ; ou encore le Manuel d’histoire de France d’Anne de Mézeray, édité par l’Oeuvre scolaire Saint-Nicolas[10] : « Résolument chronologique, très pédagogique, particulièrement clair dans sa maquette, ce livre « à l’ancienne » n’hésite pas à reconnaître les racines chrétiennes de la France ».

 Deux axes se dégagent de cette bibliographie : la dénonciation des programmes et de l’enseignement actuel de l’histoire ; la nostalgie de l’enseignement de jadis, autour de grandes figures historiques et de grandes dates. Michel De Jaeghere est pourtant prudent : il reconnaît que « Louis XIV et Napoléon n’ont pas disparu des programmes » et que l’histoire de France « n’a pas été à proprement parler « remplacée » par celle de l’empire du Monomotapa, de l’Inde des Gupta ou de la Chine des Han ». Mais pour lui les grandes figures ont été « déclassées » (programmes trop vastes, pas assez d’heures, trop d’objectifs contradictoires, trop de saupoudrage) et l’histoire de France est :

 « la victime d’un snobisme qui a conduit à importer dans les classes les orientations des Annales (sans doute légitime à Bac + 5), sacrifiant la chronologie aux approches transversales ; de préjugés qui ont mené à préférer l’histoire des peuples à celle des grands hommes ou des grands événements (l’annexion d’une province, le sort d’une bataille ne changeant pas le niveau de vie des paysans. Elle a été la proie d’une pédagogie qui a enfoui la leçon et, avec elle, la transmission des faits, des dates, des connaissances, sous un déluge de documents supposés attiser la curiosité des élèves ; de partis pris qui aboutissent à privilégier les occasions de repentance pour de jeunes Français appelés à prendre conscience de tout ce qui sépare leur passé de l’idéal que leur propose le monde contemporain. » (p. 3)

 Et Michel De Jaeghere de conclure sur le patriotisme :

 « Le patriotisme est l’amour de la terre des pères. Il se nourrit, dit Renan, du souvenir des grandes choses que l’on a faites ensemble. Il ne peut naître de la diffamation systématique de notre histoire. Il ne peut survivre non plus à sa méconnaissance. À un pays dont on a négligé de faire connaître les grands hommes, les gloires, les défaites ; une histoire dont on a refusé d’exalter les beautés, les exemples, il est vain de demander de manifester son attachement. »

 Voici donc la « thèse » de ce dossier, creusée ad nauseam dans les différents articles. Ainsi Philippe Maxence et François-Xavier Bellamy, retraçant les vicissitudes de l’enseignement de l’histoire et de sa destruction par des réformes depuis les années 1960-1970 (avec la sonnette d’alarme tirée par Alain Decaux, dans le Figaro Magazine le 20 octobre 1979), identifient les mêmes coupables : pour l’historiographie, l’école des Annales, et pour la pédagogie les méthodes actives (l’étude de toutes les sortes de documents, qui prendraient le pas sur la transmission (le récit et la chronologie). François-Xavier Bellamy ajoute un coupable : « l’inflexion mémorielle » qui conduit au communautarisme.

 « Victime de l’abandon de la chronologie, l’enseignement de l’histoire est en crise » : telle est l’accroche de la contribution de Philippe Maxence. Le dossier du Figaro Histoire, qui prétend dire la vérité sur l’histoire à l’école, a une tendance prononcée à déformer la réalité. Ainsi, il n’y aurait plus de chronologie à l’école ? Regardons la page 80-81 du dossier qui présente un tableau récapitulatif  de l’enseignement de l’histoire dans le secondaire. Que constate-t-on ? La totalité de l’enseignement dans le secondaire suit un axe chronologique découpé avec plus ou moins de précision en fonction des quatre grandes périodes canoniques de l’Histoire (Antiquité, Moyen Âge, Temps Modernes, Monde contemporain). Le lycée se concentre surtout sur la dernière période.

 Les programmes de collège, dans leurs prescriptions, indiquent aux enseignants un nombre élevé de repères chronologiques que les élèves doivent maîtriser chaque année, mais aussi dans leur totalité à la fin de leur scolarité. Ces repères font l’objet d’une évaluation spécifique au brevet des collèges. Or n’importe quel enseignant sait qu’à partir du moment où il y a un examen à la clé, cela pèse sur les pratiques de classe d’une façon telle qu’aucun professeur ne prendra le risque de ne pas mentionner ces repères chronologiques dans son enseignement et de s’assurer que les élèves les ont vus, révisés et acquis.

 Il est vrai qu’à l’intérieur de ces périodes sont introduites des études thématiques. Par exemple, en 5°, l’étude du Moyen Age se décline en plusieurs chapitres l’un sur la construction progressive de la monarchie au Moyen Age (il s’intitule « féodaux, souverains et premiers États »), deux autres portant sur des études thématiques « paysans et seigneurs » et « l’Eglise au Moyen Age ». En quoi ces études seraient-elles hérétiques pour enseigner l’histoire médiévale à l’école ? Le Moyen Age ne se définit-il pas par ses rapports sociaux cristallisés sur le territoire de la seigneurie dominée par le château fort ? Le Moyen Age ne se distingue-t-il pas par présence particulière de l’Eglise dans la vie des hommes qui rythme, encadre et guide leur vie, tout en remodelant le paysage urbain, territoire d’affirmation d’un pouvoir spirituel qui vient accompagner ou concurrencer le pouvoir temporel ? Il y a donc bien un cadre chronologique fort et contraignant dans l’enseignement de l’histoire dans le secondaire qui introduit à l’intérieur de périodes des études plus thématiques.

 Introduire des études thématiques permet aussi au professeur d’étudier des acteurs collectifs de l’histoire (les femmes, qui n’ont quasiment aucune voix au chapitre dans le dossier du Figaro Histoire tout comme elle ont très peu de place dans les programmes d’une manière générale, mais aussi le peuple, les ouvriers et les bourgeois au XIXème siècle, les soldats de la Grande Guerre au Front etc.) et pas uniquement une liste de rois mâles, armés et chrétiens présentés de façon hagiographiques dont les règnes s’enchaînent comme on enfile des perles et des heures  d’enseignement qui sentent l’encre violette et qui réduisent le cours d’histoire à un exercice de mémorisation sans saveur.

 Philippe Maxence dresse aussi une liste des victimes : Charles Martel, Saint Louis, le baptême de Clovis, le Directoire, les règnes de Hugues Capet et de Louis XIV, Napoléon, les maréchaux de la Grande Guerre en collège,  et en lycée l’Empire et la Restauration, le socialisme en URSS, la religion et les racines chrétiennes de la France et de l’Europe, et partout la chronologie. Marie-Amélie Brocard ajoute Vercingétorix, Charlemagne, les croisades, Jeanne d’Arc, Richelieu, la Révolution (les guerres de Vendée et la Terreur en fait, pour déplorer qu’on ne montre plus la « folie révolutionnaire »).

 Derrière cette longue déploration de la perte du roman national se dessine un vrai projet réactionnaire d’enseignement d’une histoire de la France immémorialement chrétienne des monarques, des grands hommes et des héros, à la place de cet enseignement qui « détricote le roman national » et où « les élèves de cinquième doivent accorder 20% de leur temps à étudier l’islam et les empires africains  et expédier l’histoire de France, du XIe au XVIIe siècle, le reste du temps ! » (Philippe Maxence, p. 51). C’est dire si l’histoire de France est menacée, quand un élève de cinquième doit y consacrer 80% de son temps…

 Ce qui transparaît aussi dans ce dossier, c’est que ses auteurs ne savent pas de quoi ils parlent. Ils appuient, comme d’habitude, leurs critiques sur les programmes et les manuels, en ignorant totalement les pratiques des enseignants dans les salles de classe. Croient-ils vraiment qu’en classe on passe à chaque fois 50 minutes à laisser les élèves travailler sur un document ? Imaginent-ils qu’un professeur reste muet, ne raconte jamais rien, ne choisit pas de passer plus de temps sur une question et moins sur une autre, n’apporte pas de cadre chronologique ? Savent-ils qu’on enseigne aujourd’hui avec autre chose que des manuels, par exemple avec des films des documentaires, internet, en faisant venir des témoins, en emmenant les élèves dans des expositions ? Savent-ils que l’histoire n’est pas enseignée par des programmes et des manuels, mais par des enseignants, qui lisent, qui se forment continuellement, qui réfléchissent à leurs pratiques, et qui ont encore – ou tentent de garder – une liberté pédagogique dans l’application du programme ? Non, ils ignorent ce que signifie enseigner, mais ils n’en ont cure !

 Sur l’étude de documents, qu’ils dénoncent comme unique pratique pédagogique parce qu’elle symbolise à leurs yeux le remplacement d’une histoire-récit du roman national par une histoire-recherche et une histoire-problème due aux Annales, rappelons que les historiens n’ont pas attendu l’école des Annales pour écrire l’histoire en s’appuyant sur l’étude de documents : déjà Thucydide dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse, 431-411 av. J.-C. s’appuie sur la confrontation de diverses sources orales et écrites. Dom Jean Mabillon, dans son De re diplomatica, en 1681, réfléchit à une analyse critique des documents et des chartes. Enfin, les historiens du XIXe siècle, avec  l’école méthodique de Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, donnent une place centrale au document dans le travail de l’historien.

 Effectivement avec les Annales on est passé d’une histoire (celle de l’école méthodique) descriptive à une histoire explicative, qui choisit, organise, analyse les faits, qui construit ses objets, au lieu de considérer que des faits bruts lui sont donnés par l’histoire, et qui utilise les apports des autres sciences humaines et sociales. L’école des Annales privilégie la « longue durée » sur le temps court de l’histoire événementielle et les mouvements sociaux, économiques et culturels sur les grands événements et les grandes figures. Mais ça n’a jamais signifié l’abandon de la chronologie, comme le montrent par exemple Philippe II et la Franche-Comté de Lucien Febvre (1912), Les Rois thaumaturges de Marc Bloch (1924) ou les deuxième (le temps conjoncturel des économistes) et troisième (une histoire événementielle traditionnelle) parties de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II de Fernand Braudel (1949), et enfin Le Dimanche de Bouvines de Georges Duby (1973).

 Enfin les auteurs du dossier oublient ou ignorent que, depuis, d’autres courants historiques sont nés : histoire des mentalités, histoire des représentations, renouveau de l’histoire politique et de l’histoire événementielle, histoire culturelle ; renouveau d’une histoire militaire qui étudie la vie des soldats, les conditions de combat sur le champ de bataille, etc ; changement d’échelle d’analyse avec la world history. Autant de nouveaux courants qui ont profondément marqué les programmes d’histoire ces dernières années, mais visiblement pas l’esprit de leurs contempteurs, comme le montre d’ailleurs le dictionnaire d’historiens en fin de dossier !

 La vérité sur l’Histoire à l’école ? On ne la trouvera pas dans ce dossier du Figaro Histoire… À sa place est déployé un projet réactionnaire d’enseignement d’une histoire de France fantasmée, sans idéologies, sans vie politique, sans peuples, forcément chrétienne et monarchique, forcément conquérante, repliée sur elle-même et unie derrière des figures incontestées, et qui s’arrête en 1918.

La vision de l’histoire scolaire version Figaro Histoire sent la naphtaline : la seule proposition de ce dossier est de toujours regarder en arrière, l’œil humidifié par l’émotion née de la contemplation nostalgique d’un passé révolu. Que nous dit le Figaro Histoire ? L’enseignement de l’histoire est en crise, revenons aux bonnes vieilles méthodes du XIX siècle ! Mais enfin qui proposerait aujourd’hui pour faire baisser le nombre de tués sur les routes de faire passer aux Français un permis de conduire les autorisant à rouler au volant d’un… fiacre ?

 Mais ce dossier ne propose pas seulement un projet réactionnaire, comme en témoignent quelques passages significatifs :

–       Sur les programmes Joutard (2002) du primaire : « Il s’agissait, comme le déclare Philippe Joutard, de « rompre avec le roman national », non pas avec fracas mais en le détricotant doucement, en insistant sur les sources. L’idéologie n’est pas loin. La France est bien une terre d’immigration puisque les Gaulois étaient eux-mêmes déjà des immigrants. CQFD. L’élève ne saura rien, en revanche, de la permanence du peuple dont Jacques Dupâquier a montré, dans son Histoire de la population, la stabilité depuis la préhistoire. » (Philippe Maxence, p. 49). Faut-il comprendre que les Gaulois étaient là depuis la préhistoire ? Ou les Français ?

–       « Dans un pays qui a été traversé par un débat sur les racines de l’Europe, et plus globalement sur l’identité française, la naissance de la France chrétienne avec le baptême de Clovis est occultée (sic) en sixième selon la chronologie il aurait se trouver et ne sera jamais étudié par la suite. En revanche, le programme de cinquième s’ouvre par l’étude de l’islam, qui couvre « environ 10% du temps consacré à l’histoire », les élèves devant connaître la date de l’hégire (départ de Mahomet et de ses compagnons de La Mecque pour Médine) et en expliquer la signification. » (Ph. Maxence, p. 50-51). On comprend mieux, d’un seul coup, pourquoi nos auteurs réclament Charles Martel… D’ailleurs :

–       «sur la « culture humaniste », une des sept compétences du socle commun : « Aide-t-elle à la perception « de l’identité et de l’altérité », but avoué, quand elle se penche sur l’hégire mais évite de dire un mot de Charles Martel et plus généralement minimise la confrontation de l’islam avec la chrétienté ? » (Philippe Maxence, p. 53) Charles Martel dont on apprend avec Marie-Amélie Brocard (p. 61) ceci : « Vainqueur d’une bataille dont l’issue aurait pu totalement bouleverser le destin de la France en faisant d’elle une terre musulmane, père de la future dynastie carolingienne, Charles Martel n’a ainsi aujourd’hui guère plus la place que d’une figure secondaire dans les cours d’histoire. » Elle ajoute, à propos de Saint Louis (p. 64) : « En 2010, chez Nathan, le manuel pour les classes de 5e le relègue dans les commentaires de documents : Saint Louis a disparu du récit de l’histoire de France. Rassurons-nous : à sa place, les élèves auront le loisir de découvrir qui était Kankou Moussa, grand empereur du Mali. ». Chrétienté menacée par l’Islam, roi français (de souche ?) remplacé par un empereur malien, nos auteurs semblent se sentir cernés…

 

–       Et enfin François-Xavier Bellamy (p. 79) sur le récit national : « L’école du XXIe siècle doit faire face à d’autres défis que celle de 1870. Et pourtant, le même enjeu demeure : plus que jamais, les fractures idéologiques, la dissolution des principes fondamentaux d’une morale commune, le jeu des identités multiples, mettent en péril cette unité toujours vulnérable que constitue la nation française. () Il est temps désormais de poser un constat, avec le recul que nous permet la brève histoire de l’enseignement de l’histoire. En renonçant à ce récit qui se constituait comme une pédagogie de l’unité de la France, nous n’avons rien fait gagner à la France. Bien au contraire : le premier piège qui pèse aujourd’hui sur l’enseignement de l’histoire est aussi celui qui guette notre pays : le communautarisme que Lavisse avait combattu sous la forme des divisions partisanes et qui resurgit sous un autre visage. La pression qu’il fait subir à l’unité de la cité est plus forte qu’elle ne l’a jamais été.»

 On pourrait multiplier les citations. De Vercingétorix aux maréchaux de 1914-1918, du baptême de Clovis au communautarisme, à travers des figures chrétiennes des héros guerriers, il ne s’agit pas seulement pour nos auteurs de défendre un projet réactionnaire, mais de proposer un projet de combat xénophobe face à un péril musulman et immigré fantasmé et face à un complot, tout aussi fantasmé, des élites pour diffuser l’ignorance.

 Intellectuellement, c’est un projet d’une grande pauvreté, celui d’un enseignement sans esprit critique, sans questionnements, sans réflexion, uniquement dédié à l’adoration d’images pieuses et de « vies de saints » retenues pour leur exemplarité idéologique, et où le professeur serait un simple « passeur de plats ». Racines chrétiennes de la France, culte des chefs, nationalisme et xénophobie, attaque de l’histoire supposée promouvoir la repentance, dénonciation de la décadence intellectuelle et du complot des élites, repli derrière les frontières d’un pays au peuplement immuable dont l’histoire se résumerait à une lutte éternelle contre les invasions jusqu’à aujourd’hui : toutes les caractéristiques idéologiques d’un projet d’extrême droite, donc…

 On ne trouvera pas dans ce dossier la vérité sur l’Histoire à l’école car c’est une vérité qui  n’existe pas tant la réalité de l’enseignement de l’histoire est multiple et diverse. En revanche, pour l’historien, ce dossier, surgeon de l’Université d’été de Renaissance catholique et des publications qui inondent le marché actuellement, est un précieux document pour analyser la porosité intellectuelle entre la droite et l’extrême droite, et pour montrer comment les digues cèdent un peu partout face à cette « vague brune ».

 Quant à l’entretien avec Hubert Tison, qui semble partager hélas bon nombre de ces élucubrations, nous n’en dirons qu’une chose, en paraphrasant Pierre Desproges : on peut défendre l’enseignement de l’histoire, mais pas n’importe comment ni avec n’importe qui…

Pour compléter : Petite scintigraphie lexicale des principaux articles ( Par Delphine Bauzin)

Cliquer ici : Fig hist

[1] http://www.lefigaro.fr/medias/2012/03/27/20004-20120327ARTFIG00675-le-groupe-figaro-lance-le-figaro-histoire.php

[2] Radio-courtoisie est une radio associative qui n’émet pas dans toutes les villes de France créée dès 1981 pour fédérer tous les courants de la droite modérée à l’extrême-droite. Aujourd’hui, la ligne éditoriale assume une position droitière très dure et s’ouvre aux courant catholiques traditionnalistes.

 

[3] Un  mouvement de laïcs qui « agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française » http://www.renaissancecatholique.org

[4] Voir son blog http://caelumetterra.hautetfort.com

[5] http://www.fxbellamy.fr/blog/ . Il a aussi participé en août 2012 au camp d’été de la Rose blanche, sur le thème « Vous êtes le sel de la terre – Le christianisme, une contre-culture ? ». « La ROSE BLANCHE propose tous les étés, depuis 2007, une semaine de vacances et de réflexion, organisée par des jeunes soucieux de réfléchir sur la place des chrétiens dans la cité et de se former au service du bien commun, à la lumière de la doctrine sociale de l’Église. » https://www.facebook.com/cercleroseblanche

[6] voir le texte rédigé en réaction par Suzanne Citron, JP Chrétien et Laurence De Cock : « Les réacs au piquet » sur Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/170910/les-reacs-au-piquet

[8] http://www.renaissancecatholique.org/Video-de-presentation-A-quoi-sert.html

[9] http://www.renaissancecatholique.org/Michel-De-Jaeghere-A-quoi-sert-l.html

[10] http://www.renaissancecatholique.org/Nouvel-article,252.html L’œuvre scolaire Saint-Nicolas est née en 1994 et s’est donné pour objet « le soutien aux écoles catholiques libres » (http://www.renaissancecatholique.org/Le-soutien-a-de-bonnes-ecoles.html )

3) Dossier Figaro Histoire, Lettre ouverte à Hubert Tison, Secrétaire Général de l’APHG

Rédactrice : Laurence De Cock

A propos de l’entretien accordé par Hubert Tison, Secrétaire général de l’APHG, à Michel De Jaeghere et Vincent Tremolet de Villers[1]   intitulé « Défendre l’histoire est un combat ».

Cher Hubert Tison,

Il y a des chemins sur lesquels on aurait préféré ne pas avoir à vous croiser ; des terrains poussiéreux – et souvent glissants – réservés généralement à quelques aigris ânonnant rituellement leurs lamentos sur la liquidation de nos bonnes vieilles Humanités.

Il y a des paroles qui, lorsqu’elles ne sont pas démenties, laissent comme une macule dans l’histoire d’une mobilisation disciplinaire qui, jeu politique oblige, appelle sans doute quelques compromis, mais aurait sans doute pu s’éviter de basculer dans la compromission.

Au moins ne peut-on pas vous reprocher une quelconque langue de bois : les propos tenus sont d’une clarté limpide. De la part du Secrétaire général d’une association amenée à négocier avec les représentants ministériels et la société civile, ces prises de position dans le Figaro Histoire appellent au minimum une réaction de quelqu’un qui ne se sent vraiment pas représentée.

« Défendre l’histoire est un combat » que vous avez donc choisi de mener auprès d’alliés dont l’amour de l’histoire semble relever davantage du courrier du cœur et du mythe du soldat de plomb que de véritables considérations civiques et éducatives. L’ « histoire bataille a mauvaise presse » semblez-vous déplorer. Vous ne verrez donc aucune objection, même si le rapport de force m’est particulièrement défavorable, à ce que nous croisions le fer autour de vos récentes prises de position sur l’avenir d’un enseignement que nous interrogeons tous deux ; vous pour le défendre, moi pour contribuer, avec d’autres, à le renouveler.

Il y a au moins un point sur lequel nous ne pouvons qu’être d’accord. « [L’histoire] enseigne la complexité des choix, la vérification des informations, la distance par rapport à la lettre d’un document ». Reprenant à mon compte ces quelques « compétences » que vous pointez judicieusement, j’aimerais chipoter quelque peu sur vos propos, à commencer par vos affirmations sur les programmes.

Vous affirmez par exemple que la bataille de la Marne « a disparu des programmes scolaires », emmenant dans sa tombe Joffre et Foch. Friands de nouvelles aussi catastrophistes qu’inintéressantes, certains médias ont d’ailleurs relayé récemment cette information exclusive. De même prétendez-vous qu’on ne dit rien des mutineries de 1917. Monsieur Tison, je ne vous ferai pas l’offense de vous rappeler les différences entre programmes, manuels scolaires et pratiques de classe. Vous avez su, à d’autres endroits, les évoquer à des interlocuteurs peu au fait de cet aspect basique de notre profession. Je m’étonne donc que vous puissiez faire croire que la bataille de la Marne, Joffre et Foch aient pu figurer dans les anciens programmes officiels. Certains manuels les évoquaient naturellement au temps de la narration linéaire et purement évènementielle de la guerre ; mais les avancées historiographiques ainsi que les mutations de l’histoire scolaire depuis près de vingt ans expliquent que leur présence ne soit plus systématique dans les nouveaux manuels scolaires. En revanche, un rapide regard sur ces manuels aurait pu vous montrer que les mutineries de 1917 y sont désormais très largement traitées. Ces imprécisions qui nourrissent la paranoïa du Figaro Histoire sont d’autant plus regrettables que nous aurions presque pu nous entendre sur la prédominance accordée, dans les programmes, à l’historiographie dominante de la Grande guerre à travers le concept de « brutalisation » donné comme un allant-de-soi aux élèves alors qu’il est très largement débattu dans le champ académique.

Mais il est vrai que les controverses scientifiques n’intéressent guère ce journal qui préfère ironiser sur toute forme d’histoire autre que l’apologie des « Grands » hommes/repères/évènements ; tout comme vous, Monsieur Tison, qui parlez d’un « braudélisme mal digéré qui fait que l’histoire des populations (sic) tend à remplacer celle des grands hommes ». Gageons que l’inanité de ces propos n’est que main tendue aux auteurs de ces dossiers, desquels vous semblez attendre un soutien dans « votre combat », de même que, lorsque, au détour d’une phrase, vous fustigez à votre tour le « politiquement correct » des programmes en un clin d’œil complice à Jean Sevillia[2].

Ce dernier pourra vous savoir gré de ce soutien de poids qui ne faillit à aucun moment de votre interview. Emboitant le pas de tous les auteurs de ce dossier qui jettent systématiquement l’anathème sur tout ce qui relève de la pédagogie, vous y libérez à votre tour la rancœur que vous semblez avoir accumulée sur la question. Ainsi, nous apprendrons qu’ « Il est certain qu’il existe des écoles pédagogiques qui lui sont farouchement hostiles [à la chronologie] », et que la place du document dans l’enseignement « est un effet de la persistance de l’influence de l’INRP, un institut qui se trouvait rue d’Ulm et qui n’existe plus aujourd’hui ».

Monsieur Tison, j’ai quelques mauvaises nouvelles. Il n’existe aucune école pédagogique réfutant la place de la chronologie en histoire. Il y a un débat très ancien (que l’on peut faire remonter aux années 1930, sur l’« échantillonnage ») sur l’enseignement thématique vs l’enseignement chronologique. Un enseignement thématique en histoire n’a jamais effacé ni l’historicité des faits, ni la chronologie. Par ailleurs, j’ai le regret de vous informer que l’INRP n’a pas disparu mais a changé de nom il y a deux ans en devenant IFE (Institut Français de l’Education). J’imagine enfin que cette charge ne prend pas en compte différents travaux de coopération dans le passé entre l’APHG et l’INRP, comme en 2007 pour une enquête sur la place de l’immigration. Enfin, la place importante du document dans les pratiques n’est pas apparue avec l’INRP mais dans les instructions officielles de 1925[3]

J’adresse toutes mes plus plates excuses aux lecteurs éventuels non enseignants et/ou non français qui ne comprendraient pas comment il est possible que nous débattions de l’utilité de la pédagogie entre enseignants, et de l’opportunité de l’usage des documents dans l’enseignement de l’histoire. Je ne peux leur apporter aucune explication pertinente. Le constat me laisse également fort perplexe, sauf à considérer que la diatribe pro-chronologie et anti-pédagogie plaide pour l’apprentissage d’une vulgate historique au service d’une adhésion à une frise dictée par le pouvoir. Monsieur Tison, est-ce votre position ? Est-ce celle de l’APHG ?

L’entretien que vous avez accordé dérive en effet assez rapidement sur des positions politiques qui me semblent plus que contestables. Je passerai rapidement sur votre volonté d’ouverture au monde des programmes. Vous ironisez vous-même sur le « poétique Monomotapa » en évoquant l’étude des royaumes africains qui indispose tant les auteurs de ce dossier, et j’ai rapidement compris que nous n’avions pas la même vision d’une éventuelle ouverture lorsque, comme seule illustration, vous évoquez ce « jour où je parlais des troupes coloniales en 1914, une élève d’origine marocaine m’a dit avec fierté : mon arrière grand-père conduisait des canons de 75 à Verdun ». Devons nous encore y lire un autre signe amical à tous ceux qui s’insurgent contre la vision « repentante » de la colonisation ? Monsieur Tison, la thématique coloniale, telle que vous la suggérez ici, n’a rien à voir avec un changement d’échelle des programmes. En d’autres temps pourtant, vous aviez su, au côté de l’Inspection Générale, reconnaître l’opportunité de l’étude de l’Afrique précoloniale qui ne vous semblait pas simplement « poétique ».

Pourquoi autant de gages donnés aux pourfendeurs de l’enseignement de l’histoire, Monsieur Tison ? Les enseignants d’histoire-géographie n’ont-ils pas d’autres choix que de se tordre le cou en contemplant les « jadis », « naguère » et « d’antans » fantasmés ? Faut-il donc, pour être entendu,  faire alliance avec n’importe quel discours alarmiste relayé par le spectacle médiatique ? Fallait-il enfin pousser le zèle jusqu’à cautionner les pires dérives idéologiques de vos alliés de circonstance ?

Car il y a plus grave à mon sens. Il était impossible d’ignorer les positions politiques de ces journalistes qui vous ont sollicité. Le 27 août 2012,  le Figaro Magazine avait déjà  témoigné – et de façon fort décomplexée – de sa xénophobie et islamophobie[4]. Nous leur avions répondu en condamnant cette «vague brune sur l’histoire de France ». Mais nous n’avons pas été les seuls. L’APHG Aix-Marseille a également publié un communiqué forcément remonté au bureau national, évoquant à juste titre des « propos au contenu idéologique nauséabond qui rappelle des torchons racistes et xénophobes des années trente ».

Pourtant, dans cet entretien, vous insistez très lourdement sur les difficultés que poserait la présence des élèves musulmans dans certaines classes en vous appuyant sur les conclusions d’une enquête lancée par l’APHG en 2003 à la demande de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Il s’agissait de mesurer les éventuels incidents dans les classes lors de l’enseignement de questions sensibles. Outre le fait que cette enquête fête bientôt ses dix ans d’ancienneté, j’aimerais revenir sur certaines incohérences entre les usages que vous faisiez de cette enquête en 2003 et les leçons que vous en tirez aujourd’hui. Je m’appuie pour cela sur vos propres analyses des 641 réponses reçues sur les 5344 questionnaires envoyés. Un long rapport a été publié dans Historiens et géographes n°384, octobre 2003.

La proportion des établissements dans lesquels des incidents ont émaillé certains cours est de 15,59% , soit près de 90 questionnaires sur 5000 envoyés. Les principaux incidents relèvent du domaine religieux. Vous précisez alors que « faire un cours sur le christianisme au Moyen-Age vaut à un collègue de se faire accuser par des parents de « faire du catéchisme ». Un autre se fait traiter de « cureton » pour étudier un extrait de la Bible. « Vous parlez trop d’Islam » disent certains parents, alors que d’autres considèrent que l’on « parle trop du christianisme » ». Vous évoquez des « parents d’élèves de 5ème [qui] déplorent que le professeur « consacre trop de temps à ces gens-là », formule englobant le Maghreb, le monde musulman et le cours sur le racisme en éducation civique. Pour ne rien dire de difficultés créées à une collègue par une famille de « créationnistes américains » ». Vous poursuivez par « des incidents qui reflètent le mal-être d’élèves qui ne supportent plus d’être présentés comme « issus de l’immigration » [en gras dans le texte] (…) Ces élèves d’origine étrangère, ou dont les parents l’étaient ou le sont, se sentent d’autant plus agressés par le mot « immigration » ou le qualificatif « issu de l’immigration » que certains de leurs condisciples, « issus de Gaulois », tiennent des propos ouvertement racistes lorsque le cours porte sur l’immigration, la solidarité, la coopération (…) Pendant un cours sur l’Islam, le professeur évoque le partage des musulmans entre Sunnites et Chiites. Un élève se penche vers son voisin d’origine marocaine et lui demande auquel des deux groupes il appartient. Le malheureux est obligé de demander au professeur : « Madame, au Maroc, qu’est ce que c’est ? ». Il n’y a donc pas que les élèves « issus de Gaulois » qui ont perdu leurs racines religieuses et tout maghrébin n’est donc pas un islamiste ! ».

On peut certes discuter ces citations, leurs interprétations, leurs éventuelles instrumentalisations. Ce n’est pas le lieu ici. Une rapide lecture montre que les exemples cités ne relèvent pas du seul enseignement de l’islam, loin de là. Pourquoi donc transformer ces conclusions comme vous le faites dans cette interview où vous prétendez qu’« une enquête réalisée en 2002-2003 sur les incidents dans les classes (refus d’autorité, refus d’entendre le cours sur les religions, refus de pénétrer dans une église…) témoignait de la difficulté qu’ont certains professeurs à aborder sereinement la question de l’islam » ?  Pourquoi insister plus loin sur « le seul enseignement de l’islam qui donne lieu à de préoccupantes crispations », Monsieur Tison ? Pourquoi nourrir la jubilation islamophobe de vos interlocuteurs alors que cette ancienne enquête aurait permis de la désamorcer ?

Je me plais à espérer que l’entretien publié n’est qu’un montage opéré par des journalistes soucieux d’obtenir la caution intellectuelle de l’association représentative des enseignants d’histoire-géographie. Je me plais à croire que votre « combat » ne peut se plier à de tels accommodements et alliances fétides. Je n’ai pas vu passer de démenti ou de communiqué du Bureau national réaffirmant les finalités minimales de l’histoire scolaire : l’acquisition d’outils critiques et l’apprentissage d’une citoyenneté ouverte à l’altérité et vigilante sur les dérives et instrumentalisations ultra-droitières de notre discipline dont la « défense », me semble-t-il, ne se réduit pas à une gestion comptable du temps imparti.


[1] Pour la présentation des enquêteurs, voir Laurent Gayme, Véronique Servat, « Le Figaro-Histoire, manifeste pour un catéchisme scolaire »

[2] Jean Sevillia, historiquement correct, pour en finir avec le passé unique, Perrin, 2003. 

De manière générale, cet argument du « politiquement correct » fonctionne comme un mot repoussoir permettant de disqualifier toute forme de pensée autre réactionnaire

[3] Patrick Garcia, Jean Leduc, L’enseignement de l’histoire en France de l’ancien régime à nos jours, Armand Colin, 2003. P. 135

[4] « Qui veut casser l’histoire de France ? » Figaro Magazine, 24 août 2012

[5] feed://www.aphgaixmarseille.com/spip.php?page=backend

 

4) Dossier Figaro Histoire : Vie et mort du roman national, lettre ouverte à François-Xavier Bellamy

Rédactrice : Suzanne Citron

 Vous présentez, sous cet intitulé  l’axe central du dossier réuni dans le n°4 du Figaro Histoire qui prétend dévoiler  La vérité sur l’histoire à l’école. Le caractère manipulatoire de l’ensemble repose sur la confusion implicite entre “roman national“ et “histoire“. Votre article est en quelque sorte la pièce maîtresse du dossier par la prétention affichée de dérouler une histoire de l’enseignement de l’histoire, le roman national ayant seul caution de légitimité. Bien que philosophe  vous ignorez toute démarche herméneutique : nulle part ni dans votre texte ni dans le reste du dossier le mot histoire n’est interrogé.

A la question « Qu’est-ce que l’histoire ? », mon maître Henri Marrou (un inconnu de vous) proposait en 1954 de répondre : « L’histoire est la connaissance du passé humain »,  ouvrant ainsi à la prospection un champ jamais clôturé. Votre propos est au contraire claquemuré dans un axiome réducteur. Vous postulez comme un article de foi la  légitimité exclusive et définitive du texte que vous baptisez roman national.

Vous nous présentez un récit forgé quasi miraculeusement dans les années 1880 par Lavisse, nouveau Moïse recueillant dans le désert des incertitudes post-révolutionnaires la Sainte parole de la Patrie française. A vous lire le temps se serait arrêté et condensé en un moment parfait qui a vu le surgissement d’un dieu histoire en un tout cohérent, qui intègre chaque étape du passé de la France  comme un moment nécessaire de son édification. Ce dieu histoire fusionne en un tout en quelque sorte mystique l’entité France préexistante, la continuité substantielle du récit et ce que vous appelez chronologie. Ce récit, affirmez-vous, est continu : il se construit sur une chronologie ininterrompue depuis les Gaulois jusqu’à l’époque contemporaine.

Emporté par votre démarche apologétique vous faites de  Lavisse le démiurge qui réunit les opposants. Vous lui vouez un véritable culte. Le génie singulier du Petit Lavisse consiste à écrire une histoire de France dont chacun peut se sentir l’héritier : sans jamais la travestir (mais par rapport a quoi?) Lavisse fait de cette histoire le récit d’une construction progressive(…)Le petit Lavisse est l’incarnation de cette  histoire capable de rassembler la France dans une même filiation, adoptée sans difficulté par l’école libre autant que le camp laïque.

Mais les juifs dont Lavisse ne dit rien (en ces temps de l’Affaire Dreyfus), les Antillais qu’il ignore se retrouvent-ils dans cette chronologie ininterrompue depuis les Gaulois? Quant  aux Arabes, votre dossier consacre une colonne et une vignette à Charles Martel dans son chapitre des “déclassés de l’histoire de France“. Je dirai simplement  que la poignée de petits Arabes qui a eu à connaître Le Petit Lavisse ne devait pas lire avec beaucoup d’exaltation les exploits de ce prince guerrier (1).

Dans le passage qui décrit les paradoxes quasi divins de l’histoire de Lavisse vous  éludez toute réflexion historiographique :

« Son ambition est scientifique et nul ne songe à remettre en cause son objectivité, ou ce qu’on appelle alors son « impartialité ». Bien au contraire, elle apparaît comme une histoire rationnelle parce que raisonnable et équilibrée. Elle ne craint pas cependant de faire appel au sentiment, comme le recommande Lavisse (…) »

Suivent une vingtaine de lignes mêlant de façon confuse Lavisse et « Malet et Isaac » en une évocation nostalgique d’un enseignement qui  touche l’émotion autant que la réflexion parce qu’il vise l’action autant que la connaissance. Vous ignorez totalement la contradiction épistémologique entre prescription patriotique et ambition scientifique et (hormis une mention sibylline sous la photo de Marc Bloch) vous restez muet sur le positivisme scientiste de l’époque : l’évocation de Jeanne d’Arc par Lavisse est pour vous un modèle incontournable. Pourtant quand vous abordez le  dépérissement du roman national, vous mentionnez l’émergence d’une interrogation épistémologique sur le rôle de l’histoire : une science peut-elle accepter d’être instrumentalisée au service d’un projet patriotique ?  Mais loin de vous y arrêter vous l’évacuez aussitôt, puisque la question ne se posait même pas pour un Lavisse. Elle ne sera donc pas posée. Et vous êtes trop heureux de vous reporter aux instructions de 1923, pour lesquelles le patriotisme français n’a rien à craindre de la vérité.

Vous ne vous interrogerez donc pas sur la notion de vérité en histoire. On en restera au dogme de la vérité révélée du récit lavissien, national, continu et unifié, sa chronologie centrée sur l’action des élites(…) son récit constitué comme une pédagogie de l’unité de la France.

 Captif de cette nostalgie, vous entassez pêle-mêle dans votre descriptif de la mort annoncée du roman national des raisons tour à tour historiographiques, didactiques, idéologiques de cette désintégration. J’en énumère quelques-unes pour souligner le peu de cohérence de votre démonstration. Lucien Febvre, Marc Bloch et les Annales sont diabolisés comme ennemi principal. Il s’agit de fonder une “histoire problème“ qui se présente désormais comme une recherche  plutôt que comme un récit. L’Ecole des Annales récuse la priorité donnée à l’histoire politique et militaire, aux grands événements, aux personnages célèbres .

Vous incriminez également le pacifisme internationaliste, que vous faites remonter à Emile Zola.  Le pacifisme aurait suscité la critique de l’histoire bataille et inspiré les revendications de mai 68. Le matérialisme historique aurait provoqué la rupture de la continuité chronologique et, du coup, la chronologie cède la place à l’étude ponctuelle d’une période ou d’une société.  Le récit que constituait le cours est remplacé par une multiplicité d’études de documents qui  correspond à l’esprit de recherche promu par les Annales.  Et comble de l’horreur : d’un récit national continu et unifié on passe, en moins de dix ans, à des regards multiples sur la diversité des civilisations.

Sont également incriminés  Giscard d’Estaing pour sa volonté européenne, les activités d’éveil prétendument imputées au collège, la massification de l’enseignement, et bien évidemment l’inflexion mémorielle qui importe dans les salles de classe le poids des conflits du passé.

Enfin, last but non least , le communautarisme que Lavisse avait combattu sous la forme des divisions partisanes (…) ressurgit sous un autre visage. La pression qu’il fait subir à l’unité de la cité est plus forte qu’elle ne l’a jamais été (…) Une histoire qui se voulait plus savante a causé la ruine de la connaissance historique la plus élémentaire.

Tout est dit dans cette déploration finale. On comprend que vous et vos amis consacriez désormais votre temps à batailler pour le retour du Petit Lavisse.

(1) Voir Suzanne Citron Le Mythe national. L’histoire de France revisitée. Editions de l’Atelier 2008,  p. 50, 54-57, 96, 109, 125,129,143, 148

5) Dossier Figaro Histoire : Lisez Marc Bloch au lieu de le manipuler !

Rédacteur : Charles Heimberg

Dans son quatrième numéro daté d’octobre-novembre 2012, le bimestriel du Figaro qui est consacré à l’histoire présente un dossier prétendument dédié à « La vérité sur l’histoire à l’école ». Entre doxa tyrannique sur ce que devrait être la transmission de l’intelligibilité du passé et propos réactionnaires sur les grands héros nationaux et la chronologie, tout y est et rien ne manque. Mais le pire dans ces pages est sans doute de voir associés le maurassien Jacques Bainville et le grand historien Marc Bloch au sein d’un Panthéon des réducteurs de l’histoire à sa seule dimension nationale.

Dans ce dossier, il ne manque aucun ingrédient pour assaisonner une grande régression de l’histoire scolaire : enfermement dans un roman national où se confondent allègrement les mythes et les faits, centration sur des grands personnages au mépris des acteurs collectifs et des subalternes, vision du passé strictement franco-centrée et identitaire, essentialisation de prétendues origines chrétiennes de la France et de l’Europe, retour étonnant à la plus caricaturale des histoires-bataille, fixation obsessionnelle sur l’impérieuse nécessité d’un passage par la chronologie qui aurait prétendument disparu et auquel il faudrait se tenir coûte que coûte, comme si les élèves pouvaient s’approprier des repères temporels pour eux-mêmes, sans aucun lien avec une quelconque réflexion sur le passé et son évolution ; comme si l’histoire n’était pas perceptible dans un enchevêtrement constant de récits et de tableaux, mais seulement dans un récit linéaire fermé et définitif, rythmé par des bornes naturalisées et jamais interrogées.

Ces lieux communs, cette doxa tyrannique, ne sont pas une spécialité française. Privés de toute rigueur scientifique, aussi bien en matière d’histoire qu’en matière de didactique de l’histoire, ils s’expriment à leur manière dans tous les contextes nationaux. Ici, ils s’appuient notamment sur des déclarations anonymes d’enseignants dont il y a lieu de se demander s’ils existent vraiment et quel risque héroïque justifiant leur anonymat ils auraient pris en proférant de telles banalités sur la chronologie et les grands personnages (pp. 45-53).

L’éditorial du Figaro Histoire, page 3, est intitulé « Fils de personne ». Il affirme, parlant des Français, que « nous sommes les descendants de ceux qui nous ont précédés, engendrés et qui nous ont légué un héritage à prolonger, à partager parfois avec ceux qui nous suivront. Le patriotisme est l’amour de la terre des pères ». Page 88, comme nous l’avons déjà déploré, le maurassien Jacques Bainville est associé à Marc Bloch dans une « généalogie des historiens des origines » : quel contresens et quelle manipulation de l’œuvre de Marc Bloch ! Dans son grand texte publié à titre posthume, L’apologie pour l’histoire ou métier d’historien, on lit pourtant que « sous sa forme la plus caractéristique, cette idole de la tribu des historiens a un nom : c’est la hantise des origines. Dans le développement de la pensée historique, elle a aussi eu son moment de faveur particulière ». Plus loin, le cofondateur des Annales ajoute que « le proverbe arabe l’a dit avant nous : « Les hommes ressemblent plus à leur temps qu’à leurs pères. » Faute d’avoir médité cette sagesse orientale, l’étude du passé s’est parfois discréditée » (Marc Bloch, L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Paris, Quarto Gallimard, 2006, respectivement pp. 868 et 873). Aujourd’hui, c’est assurément le Figaro Histoire qui s’est discrédité avec une telle tromperie !

Cette référence à Marc Bloch est d’autant plus abusive qu’elle s’appuie sur la citation suivante de L’Étrange défaite : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération ». Or, cette citation ainsi isolée perd le sens qui était le sien dans le contexte trouble de 1940. Reprenons donc la même citation en élargissant la focale de lecture. Marc Bloch évoquait alors le Front populaire : « Surtout, qu’elles qu’aient pu être les fautes des chefs, il y avait, dans cet élan des masses vers l’espoir d’un monde plus juste, une honnêteté touchante, à laquelle on s’étonne qu’aucun cœur bien placé ait pu rester insensible. Mais, combien de patrons, parmi ceux que j’ai rencontrés, ai-je trouvé capables, par exemple, de saisir ce qu’une grève de solidarité , même peu raisonnable, a de noblesse : « Passe encore, disent-ils, si les grévistes défendaient leurs propres salaires. » Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. Peu importe l’orientation présente de leurs préférences. Leur imperméabilité au plus beau jaillissement de l’enthousiasme collectif suffit à les condamner. Dans le Front populaire – le vrai, celui des foules, pas celui des politiciens – il revivait quelque chose de l’atmosphère du Champ de Mars, au grand soleil du 14 juillet 1790 (ibid., p. 646). Il s’agit donc ici, pour Marc Bloch, non pas d’exprimer la nécessité a priori d’une unité nationale fondée sur un mythe des origines, mais celle d’examiner et d’inscrire la construction et l’expression d’un sentiment national, et de tous les sentiments populaires, dans les profondeurs de la société pour en développer une compréhension qui soit susceptible de contribuer à faire face aux enjeux du présent. Parce que l’histoire, en effet, dont l’enseignement, en amont de 1940, ne lui semblait pas avoir été à la hauteur de ses responsabilités, est « par essence, science du changement. Elle sait et elle enseigne que deux événements ne se reproduisent jamais tout à fait semblables, parce que jamais les conditions ne coïncident exactement. Sans doute, reconnaît-elle, dans l’évolution humaine, des éléments sinon permanents du moins durables. C’est pour avouer, en même temps, la variété, presque infinie, de leurs combinaisons » (ibid., page 611). L’histoire scolaire, ce n’est donc pas qu’une affaire de chronologie, mais bien aussi de comparaison et de périodisation. En outre, attachés « presque sans exceptions aux manifestations les plus superficielles de la vie des peuples, qui sont aussi, aux époques voisines de nous, les plus aisées à saisir, nos programmes scolaires entretiennent l’obsession du politique. Ils reculent, pudiquement, devant toute analyse sociale. Par là, ils manquent à en suggérer le goût » (ibid., pp. 638-39).

La référence du Figaro Histoire à Marc Bloch pour défendre une histoire scolaire enfermée dans l’identité nationale, le tout chronologique et les grands personnages du roman national du XIXe siècle constitue donc une parfaite tromperie. Certes, chacun pourrait bien sûr se contenter d’un regard ironique sur une telle prose. Mais ce serait négliger l’ampleur de son potentiel de nuisance. Un potentiel d’autant plus important que les milieux progressistes ont eux-mêmes bien de la difficulté à défendre efficacement un enseignement et apprentissage de l’histoire qui soit susceptible de déboucher sur un vrai accès critique à une intelligibilité du passé, et du présent, des sociétés humaines. L’outrance des propos de ce dossier du Figaro Histoire relève ainsi d’une tactique de plus en plus prisée par la « droite décomplexée », une tactique que nous connaissons bien aussi en Suisse et qui consiste à lancer des propos ou des projets extrêmes pour museler les approches démocratiques et progressistes qui les contrarient (voir ce qu’écrit Marianne Halle dans le Bulletin du Centre de contact Suisses-immigrés, septembre 2012,  à propos d’un projet peu satisfaisant de nouvelle Constitution pour le canton de Genève et d’une nouvelle révision répressive de la loi suisse sur l’asile).

Ce mécanisme n’est pas une spécialité helvétique. Des campagnes ultra-conservatrices de stigmatisation de l’histoire scolaire comme celle à laquelle contribue le Figaro Histoire se fondent sur la même outrance et sur des principes analogues. Elles n’ont guère de chances d’aboutir aux aberrations qu’elles appellent de leurs vœux. Mais elles exercent une pression constante sur le champ de l’histoire scolaire pour le priver de toute perspective d’évolution positive. Il paraît donc particulièrement nécessaire de discuter collectivement, et bien au-delà de quelque frontière nationale que ce soit, de la raison d’être et des modalités souhaitables d’une histoire scolaire consistant vraiment à reconstruire les présents du passé et à mieux faire comprendre le monde tel qu’il est pour pouvoir s’y situer, et y agir le cas échéant, en toute responsabilité et en toute indépendance. Ce qui évitera aussi aux élèves, qu’il ne faut pas prendre pour des idiots, de s’ennuyer à mourir dans les cours d’histoire.

6) Dossier Figaro Histoire : Le Figaro dans un drôle de bain-ville

Rédacteur : William Blanc

Après le roman national, le Figaro histoire d’octobre 2012 invente le roman historiographique[1]. Tout comme on a pu placer des rois (puis des présidents) à la file pour montrer une continuité qui n’existe que dans l’esprit de ceux qui y croient, ce nouveau magazine met les historiens en brochette comme pour nous montrer la lente et patiente construction de l’histoire nationale, qui se résume à une quête des « origines » et à une écriture de la mémoire nationale où les clivages, les débats, et même les affrontements intellectuels parfois violents qui ont présidé à la fondation de la discipline historique, auraient tout simplement disparu. La page 88 est exemplaire de cette réécriture du Figaro Histoire. On peut y voir, mis sur le même plan Jacques Bainville et Marc Bloch. Joli tour de passe-passe visuel qui cache simplement une belle manipulation intellectuelle[2].

 Qui était Jacques Bainville ?

 Un antisémite.

Tout d’abord, comme l’écrit Franz-Olivier Giesbert dans une récente préface de son Histoire de France, « Un des piliers de l’Action française, le journal de l’ultra-droite monarchiste[3] » formation antidreyfusarde et antisémite. Jacques Bainville, certes n’a jamais partagé la violence verbale d’un Maurras et a longtemps incarné, en trente-six ans de militantisme, l’une des façades « respectables » de l’organisation monarchiste, au point qu’un de ses préfaciers les plus récents, Patrice Gueniffey va même juste à dire « qu’il n’était pas antisémite », analyse que reprend un journaliste de l’Express[4]. Bainville, pas antisémite. Ah bon ? Parle-t-on du même qui écrivait, à propos de Heinrich Heine, poète allemand du XIXe siècle : « Qu’ y’a-t-il, en effet, derrière l’esprit et l’ironie de Heine ? […] Ce n’est pas, comme chez Musset, le mal du siècle, quelque chose de grave, mais de guérissable. C’est la grande impureté de son sang, c’est la névrose juive qui fait de Henri [sic] Heine un poète malsain, un poète a déconseiller et à éviter[5]. » Cette citation en appelle d’autres. Dans « Au seuil du siècle », après avoir vitupéré contre « les belles âmes dreyfusienne d’aujourd’hui, de préparation cuistre et consistoriale[6] » voilà qu’il félicite Paul Bourget pour avoir, dans son roman L’Etape, su recréer « un des personnages qui ont joué avec le plus de suite et de passion le rôle d’agitateurs intellectuels dans la crise de l’Affaire [Dreyfus]. M. Bourget a réussi à créer un type frappant de juif jeune, riche, intelligent, enthousiaste et qui se donne corps et âme à l’anarchisme. Son Crémieux-Dax, chez qui a marqué ce singulier et dangereux mélange, propre aux juifs, de millénarisme et de sens pratique, de frénésie religieuse et de froid calcul vaudra comme l’exact portrait des disciples bourgeois de Jaurès. » Et Bainville ne s’arrêtera pas là car il déclarera en 1929 les juifs inassimilables[7].

 Un sympathisant mussolinien et tenant de la supériorité occidentale.

Si Bainville n’a sans doute jamais éprouvé de sympathie pour le national-socialisme (notamment par anti-germanisme), on ne peut en dire autant du fascisme mussolinien, avec lequel le journaliste monarchiste ne cachait pas ses accointances : « De l’instinct de conservation naturel aux hommes et aux sociétés, naquit le fascisme, élément de résistance contre les forces de mort qui menaçaient l’Italie. » écrit-il ainsi en 1935 dans Les Dictateurs[8]. Il ne s’agit pas là d’une amitié tardive, car Bainville avait en 1923 préfacé la traduction française du livre de Pietro Gorgolini intitulé Le fascisme dont l’édition italienne avait été préfacé par Mussolini lui-même. Aussi il est assez sidérant que Christophe Dickès (titulaire d’un doctorat soutenu à Paris IV consacré à Jacques Bainville, ce qui aurait dû lui éviter, a priori, de raconter n’importe quoi) dans sa préface d’une sélection d’oeuvres bainvilliennes, ose affirmer sans rire que « Bainville n’est donc pas réductible au fascisme parce qu’il n’en a jamais été l’un des promoteurs, ni de près, ni de loin[9]. » À côté de tels propos, l’amnésie dont font preuve sur le sujet la plupart des thuriféraires contemporains de Bainville (dont FOG) pourrait paraître presque bénin. Tout comme la plupart des commentateurs oublient les envolés lyriques de Bainville sur la supériorité de la civilisation européenne, menacée par les révoltes des peuples colonisés et des communistes. Qu’il suffise par exemple de lire ces quelques lignes tirées d’un de ses articles paru dans l’Action française du 5 janvier 1920 (sobrement intitulé « Le péril asiatique ») pour s’en convaincre :

« Le gouvernement de Constantinople, par une longue fréquentation de l’Occident, s’était européanisé. Sa présence à Constantinople exerçait sur lui et sur les musulmans en général une influence modératrice. Que gagnerons-nous […] à ne plus avoir, au lieu des sultans et de leurs vizirs, familiarisés par des siècles de diplomatie, que des tribus anarchiques, soulevées par des passions nationales et religieuses et retombées dans la barbarie ? Entre l’Europe et l’Asie, l’Empire tsariste et l’Empire ottoman formaient une transition. Tous deux permettaient, par des moyens divers, aux puissances occidentales de dominer à peu de frais les immenses populations asiatiques. On reconnaîtra peut-être bientôt que le vieux monde n’était pas si mal organisé pour la défense de la civilisation[10]. »

Bainville, un historien ?

Avec un tel passif, on est en droit de se demander si L’histoire de France de Jacques Bainville (que FOG qualifie de « le meilleur antidote à toutes nos guéguerres civiles et gauloises ») mérite d’être citée comme un oeuvre historique. L’engagement, après tout, n’a jamais empêché d’écrire une histoire savante (Philippe Ariès en est la preuve), sauf lorsqu’il s’impose au point de devenir la méthode, la manière d’écrire l’histoire. Et c’est bien le problème avec Jacques Bainville, pour qui ce qui était vrai aujourd’hui l’était aussi hier. Dans cette perspective, l’histoire n’est faite que pour éclairer le présent (« la narration historique est une œuvre d’actualité » explique-t-il en 1924), et aider notamment les dirigeants à prendre les bonnes décisions et des arguments pour appuyer leur politique. Évidemment, une telle pratique va à l’encontre de toute compréhension des sociétés passées, de leurs différences. Anti-germaniste viscéral, Bainville va rechercher dans l’histoire de France les « preuves » de la permanence de la menace allemande, quitte à tordre les faits. Ainsi fait-il, dans son histoire de France, de Clovis le vainqueur des Allemands à la bataille de Tolbiac en 496 « l’ennemi était l’Allemand. Non seulement Clovis était devenu chrétien, mais il avait chassé au-delà du Rhin l’ennemi héréditaire. » Au moment où aucune nation allemande n’existe sur la carte ou dans les esprits. Quant aux révoltes, il veut n’y voir qu’un appel à la nécessité d’un pouvoir fort, comme cette Gaule des Bagaudes « les communistes du temps » qui avait besoin d’un « pouvoir vigoureux » pour s’en prémunir[11].

Bref, Bainville ne faisait que projeter ses fantasmes et ses peurs dans le passé. On comprend dès lors qu’il ne se préoccupait pas des sources[12] et qu’il méprisait, comme ses amis de l’AF, l’histoire universitaire[13].

Celle-ci finit par réagir aux attaques de Banville. Lucien Febvre critique, dans la Revue de Synthèse historique (sans citer Bainville directement. Mais il pense évidemment à lui) aux « historiens [qui] toujours nous parlent de la France comme d’une réalité constante, parfaitement définie, identique à elle-même à travers les âges[14]. » Quant à Louis Halphen, il ne mâche pas ses mots :

 « On devine aisément que ce volume ne saurait donner de l’histoire de France autre chose qu’une vue conforme aux tendances intimes de l’auteur. Convaincu de l’instabilité du gouvernement républicain, de la nécessité d’un retour aux principes d’ «ordre et d’autorité », sauvegardes suprêmes « des libertés » et « des franchises », il n’a voulu voir dans toute notre histoire qu’un perpétuel effort vers la monarchie, vers le « bon tyran », depuis les temps de l’empire romain jusqu’à l’époque bénie où nous verrons refleurir, sous une forme ou sous une autre, un régime d’autorité. »

Et le même de conclure : « N’insistons pas. Tout le livre est écrit dans cet esprit. Les abus d’autorité sont voilés [Halphen cite là l’exemple des dragonnades, que Bainville résume à « des procédés plus rudes »] ; les excès des périodes d’affranchissement placés dans un jour cru. Personne n’hésitera sans doute :  à quand la dictature[15] ? ». D’autres critiques suivront. L’une d’entre elles a retenu notre attention. En pleine Occupation, au fond de son exil entre Montpellier et Fougère, un historien, critiquant l’absence d’engagement de ses collègue (et peut-être le sien également), s’en prend « aux faux brillants d’une histoire prétendue, dont l’absence de sérieux, le pittoresque de pacotille, les partis pris politiques pensent se racheter par une immodeste assurance : Maurras, Bainville ou Plekhanov affirment, là où Fustel de Coulanges ou Pirenne auraient douté. » Cet historien, c’était Marc Bloch[16].

 Un Bloch contre Bainville !

 On ne pourra pas accuser Jacques Bainville d’avoir été collaborationniste comme son mentor et ami Jacques Maurras et une grande partie de l’AF. Mort en 1936 (Léon Blum sera d’ailleurs violemment agressé lors de ses funérailles par des Camelots du roi, ce qui entraînera leur dissolution) il n’aura pas à prendre position en juin 1940, à la différence de Marc Bloch qui, après avoir été chassé de son poste parce que juif, entrera en résistance et sera fusillé en 1944. II est inutile de faire la biographie et la bibliographie de ce grand historien. Reste à savoir pourquoi le Figaro Histoire l’a inclus dans son top 50 des « Historiens des origines », en le plaçant en miroir de Bainville, lui qui, à l’image de Lucien Febvre, refusait de faire parti d’une « histoire serve », qui rejetait « la hantise des origines » et pour qui l’histoire, à l’exact opposé de Bainville, était « par essence, science du changement. Elle sait et elle enseigne que deux événements ne se reproduisent jamais tout à fait semblables, parce que jamais les conditions ne coïncident exactement. Sans doute, reconnaît-elle, dans l’évolution humaine, des éléments sinon permanents du moins durables. C’est pour avouer, en même temps, la variété, presque infinie, de leurs combinaisons[17]. »

Pour justifier son choix, le Figaro Histoire met en effet en emphase une phrase tirée de l’Etrange défaite. Une phrase largement manipulée et parfois tronquée par tous les tenants de l’histoire nationaliste : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »

Prise hors de son contexte, elle semble indiquer l’adhésion de Marc Bloch à un roman national unificateur. Sauf qu’incluse dans le paragraphe complet, elle laisse apparaître un tout autre sens :

« Surtout, quelles qu’aient pu être les fautes des chefs, il y avait, dans cet élan des masses vers l’espoir d’un monde plus juste, une honnêteté touchante, à laquelle on s’étonne qu’aucun coeur bien placé ait pu rester insensible. Mais, combien de patrons, parmi ceux que j’ai rencontrés, ai-je trouvés capables, par exemple, de saisir ce qu’une grève de solidarité, même peu raisonnable, a de noblesse : « passe encore », disent-ils, « si les grévistes défendaient leurs propres salaires ». Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. Peu importe l’orientation présente de leurs préférences. Leur imperméabilité aux plus beaux jaillissements de l’enthousiasme collectif suffit à les condamner.  Dans le Front populaire — le vrai, celui des foules, non des politiciens — il revivait quelque chose de l’atmosphère du Champ de Mars, au grand soleil du 14 juillet 1790[18]. »

 Bref, la critique de Marc Bloch était dirigée contre les élites (dont certains membres ne cachaient pas leur anti-républicanisme dans les années 30), notamment patronales, qui préféraientt leurs intérêts à celui de la nation, un discours qui ne serait jamais venu à l’esprit d’un Bainville, qui était un proche des milieux financiers et patronaux et qui ne cessait de vitupérer contre les impôts, allant même jusqu’à encourager l’exil fiscal avant d’affirmer le capitalisme devait être défendu car il était constitutif de la supériorité des européens[19].

On s’étonne que le Figaro Histoire, propriété de Serge Dassault, n’ai pas fait place aux propos pro-gréviste et anti-patronaux de Marc Bloch dans ses colonnes. La pique est certes facile, mais elle pose une question grave. Comment une histoire de qualité peut exister si elle est soumise au bon vouloir d’intérêts privés ?

 Désaffilier

 Mettre sur le même plan les deux figures de Bloch et de Bainville que tout oppose relève donc de l’imposture intellectuelle. Nous retrouvons là la tradition du roman national a-historique, qui veut voir de l’unité, de la continuité, là où il y a eu clivage et confrontation.

Plus récemment, Nicolas Sarkozy a employé la même tactique de récupération (ou de « désaffiliation » comme l’a nommée Henri Guaino) de figures politiques opposées pour les inclure dans son roman national (roman dont il aura été l’aboutissement), dont les cas les plus connus sont Jaurès et Guy Moquet, mais aussi Marc Bloch, dont il voudra « désaffilier » la figure en plein « débat » sur l’identité nationale (discours de la Chapelle-en-Vercors le 12 novembre 2009) ce qui entraînera la réaction outrée de la petite-fille du grand historien : « Comme d’habitude, le président sort des mots et des icônes de leurs contextes et de leurs engagements pour les peindre aux couleurs du jour, les plus nationales en l’occurrence, oubliant l’époque qui les a produits, empêchant toute compréhension des enjeux du temps[20]. » Le Figaro histoire ne fait donc que reproduire cette tactique, au point d’oublier tout sens commun. Voilà ainsi ce que l’on peut lire à propos de L’Etrange défaite page 88 « Marc Bloch dresse un tableau éblouissant des faiblesses récurrentes de la France: luttes des classes, élites coupées du peuple, ouvriers plus préoccupés de l’esprit de jouissance que de celui de sacrifice… » une fin de phrase qui n’apparaît nulle part dans le livre de Bloch et qui reprend, en fait, presque mot à mot le discours de Philippe Pétain le 20 juin 1940 : « Depuis la victoire, l’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice. »

Cette récupération va de paire avec la réhabilitation de la figure douteuse de Jacques Bainville. Sous prétexte qu’il aurait prédit la seconde conflagration mondiale, on oublie ses amitiés politiques et sa longue appartenance à l’AF. Jean Sévillia, journaliste au Figaro Magazine (et membre du comité scientifique du Figaro Histoire), lui consacre ainsi deux articles dithyrambiques en 2000 et 2011[21] Dans le premier, plusieurs personnalités déclarent leur admiration pour le journaliste de l’Action française : Alain Juppé, Jean Dutourd – « un historien de premier ordre » souffrant « du même ostracisme que Rivarol » -, Philippe de Saint-Robert, mais aussi Jean Tulard – membre du comité scientifique du Figaro Histoire – Michel Déon (proche de Maurras pendant la guerre) – célébrant « un renouveau de la pensée bainvillienne » -, Emmanuel Le Roy Ladurie – « C’était le temps où la droite française avait des idées. » – et Hubert Védrine. François Fillon le citera même lors de son intervention dans le « débat » sur l’Identité nationale le 4 décembre 2009, à peine moins d’un mois après le discours précédemment cité du président Nicolas Sarkozy[22]. Quant à sa méthode historique, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a fait des émules récents. Alain Minc affirme l’avoir lu avant d’écrire son Histoire de France (2008) et Eric Zemmour en fait « une référence dans son livre Mélancolie française (2010)[23]. Citons aussi Lorànt Deutsch (que le Figaro Histoire s’évertue à défendre dans le même numéro, pages 8 à 15), qui partage avec lui sa détestation des révolutions, son analogie entre nation et monarchie, son apologie d’une permanence de l’oeuvre royale et du sentiment national et son mépris de l’histoire critique et scientifique.

Le Figaro histoire reproche aux historiens critiques du roman national de semer le doute rousseauiste[24]. Qu’il se rassure, nous allons leur fournir au moins une certitude. Jacques Bainville était un monarchiste pro-mussolinien et antisémite. Son Histoire de France n’est au mieux qu’un pamphlet qui vient appuyer ses thèses anti-républicaine. Dire cela, est-ce promouvoir « une culture du dénigrement et du soupçon[25] »  comme nous accuse le journal de Serge Dassault, ou bien faire, en éclairant la complexité du passé, tout simplement son métier d’historien ?

Illustrations : 

 : La mise en parallèle de Marc Bloch et de Jacques Bainville sert surtout à légitimer ce dernier  avec sa « science historique ». Le Figaro Histoire n°4, page 88.

 : Technique plus subtile avec la succession des colonnes droites des pages 73, 75 et 77 du Figaro Histoire n°4. La maquette, fortement ressemblante, fait croire à une chaîne de transmission entre Lavisse et Bloch dont Bainville serait le maillon intermédiaire.


[1] Jean-Louis Thiériot, « Les historiens des origines », Figaro Histoire, 4, 2012, pages 82 à 89.

[2] Qui n’est qu’une redite de celle des pages précédentes. En effet, précédemment dans le magazine, sur six pages doubles (pages 72 à 77) on voit s’afficher en médaillon, sur la page de droite (en haut), un historien et ses oeuvres. Se succède ainsi Ernest Lavisse, Jacques Bainville et Marc Bloch, le second se trouvant de facto crédibilisé par son inclusion dans cette lignée factice (ne serait-ce parce que Bloch lui-même et les Annales marquaient une rupture avec la conception lavissienne de l’histoire).

[3] Giesbert Franz-Olivier « Préface » dans Jacques Bainville, Histoire de France, Paris, Perrin, 2011, page 8. Depuis quelques années, les travaux de Bainville, auparavant confinés à des maisons d’éditions confidentielles, sont largement réédités, notamment dans cet opuscule gratuit distribué par Perrin dans sa collection Tempus.

[4] Gueniffey Patrice, « Jacques Bainville historien », dans Jacques Bainville, Napoléon, Paris, Fayard, 2005, page XXI, Voir aussi Hecht Emmanuel, « Bainville, prophète de la Seconde guerre mondiale trop oublié » dans l’Express du 12 août 2011. « Les coups de poing des Camelots du Roi, la crudité et la violence du langage de son voisin de bureau et néanmoins ami, le « gros Léon » Daudet, l’antisémitisme, répugnaient au distingué Jacques Bainville. » Disponible ici : http://www.lexpress.fr/culture/livre/bainville-prophete-oublie-du-nazisme-et-de-la-seconde-guerre-mondiale_1019574.html.

[5] Bainville Jacques, Le vieil utopiste, Paris, 1927, page 72. Le passage en gras est de notre fait.

[6] Allusion au Consistoire central israélite de France.

[7] Bainville Jacques, Au seuil des siècles, Paris, 1927, pages 181 et 182. Certes William R. Keylor nous explique qu’il s’agissait pas d’un antisémitisme doctrinaire comparé à celui de Maurras. Hélas, l’historien américain développe bien peu son propos (il parle de cela dans une note) sur un sujet qui aurait mérité au moins quelques pages. Keylor William R., op. cit., page 276, note 11. D’aucuns viendront nous expliquer que Bainville se moquait de l’antisémitisme d’Hilter. Certes, mais cela ne prouve que l’antisémitisme de l’AF n’était pas le même que celui du NSDAP. Sur l’antisémitisme de l’Action française, voir Reynaud-Paligot Carole « Maurras et la notion de race » dans Le maurrassisme et la culture. L’Action française : culture, société, politique (III), pages 111 à 120.

[8] Bainville Jacques, Les dictateurs, Paris,1935, page 148.

[9] Dickès Christophe, « Le stoïcisme d’un Cassandre » dans Jacques Bainville, La monarchie des lettres, Paris, Robert Laffont, 2011, page XII.

[10] Article publié dans Bainville Jacques, La Russie et la barrière de l’Est. Paris, 1937, page 221. Voir aussi, pour une synthèse, Keylor William R., op. cit., pages 159 à 167.

[11] Bainville Jacques, Histoire de France, pages 23 et 24.

[12] Gueniffey Patrice, art. cit., pages LIII et LIV

[13] Voir Hartog François, op. cit., pages 170 à 195, notamment sur la tentative de l’AF de s’attribuer l’héritage intellectuel de Fustel de Coulange. Voir aussi Dumoulin Olivier, « Histoire et historiens de droite » dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites, Tome II. Culture, Paris, Gallimard, 1992, pages 350 à 355.

[14] Febvre Lucien « Politique royale ou civilisation française », Revue de synthèse historique, XXXVIII, 1924, page 37

[15] Halphen Louis « Jacques Bainville : Histoire de France », Revue Historique, CXLVII, 1924, pages 99 et 100.

[16] Bloch Marc, Apologie pour l’Histoire ou  Métier d’Historien, Paris, 1952, 2e édition, page 52. Marc Bloch veut sans doute parler de Gueorigui Plekhanov (1856-1918), théoricien marxiste russe ayant notamment écrit Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire (1895).

[17] Bloch Marc, L’étrange défaite, 1946, page 76.

[18] Bloch Marc, L’Etrange défaite, pages 103 et 104 de l’édition électronique à laquelle nous nous référons.

[19] Voir à ce propos Keylor William R., op. cit., pages 188 à 193. Au passage, Bainville félicitera même Mussolini pour avoir “rendu la confiance et l’activité aux affaires. Il a réhabilité le capital”. Voir Decherf Dominique, op. cit., pages 236.

[20] Voir, pour la désaffiliation, Laurence De Cock et alli, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’Histoire de France, Marseille, Agone, 2008 et Offenstadt Nicolas, L’histoire bling-bling, Paris, Stock, 2009. Pour la récupération de la figure de Marc Bloch par Nicolas Sarkozy, voir Bloch Suzette, Offenstadt Nicolas, « Laissez Marc Bloch tranquille, M. Sarkozy », paru dans Le Monde le 29 novembre 2009

[21] « Bainville : cet historien fut un prophète », dans Le Figaro Magazine du 25 novembre 2000 dans lequel il célèbre les « réalités enracinées dans la durée – patries, civilisations, forces spirituelles – » et « Jacques Bainville, historien et prophète », Le Figaro Magazine du 19 mars 2011].

[22] Voir à ce sujet Perraud Antoine, « Jacques Bainville, le virus dans la République », Médiapart, 9 décembre 2009. Disponible ici : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/051209/jacques-bainville-le-virus-dans-la-republique.

[23] Affirmations tirées de Dickès Christophe, art. cit., page II, note 1.

[24]Le Figaro Histoire, 4, 2012, page 79.

[25]Ibidem, page 15.

7) Dossier Figaro Histoire : L’enseignement de l’histoire sous la menace d’une dérive idéologique

Rédacteur : Mickaël Bertrand 

« Ne confondez pas l’histoire avec la politique, monsieur Bertrand ! » : telle était la réponse de Pierre Baron, directeur de la rédaction du magazine Historia, à l’occasion d’un débat sur l’enseignement de l’histoire organisé sur Europe 1 au cours duquel je rappelais qu’enseigner quelques éléments d’histoire africaine pourrait peut-être éviter qu’un jour, nos futurs dirigeants expliquent sans sourciller que « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire ».

Alors que le journaliste essayait désespérément d’apaiser les tensions avec une question factuelle sur l’empire Monomotapa, je persistais à recentrer la discussion sur les véritables enjeux de cette polémique qui dure depuis plusieurs années déjà, à savoir des problématiques politiques et idéologiques.

Une tranchée de plus en plus profonde

Tandis que nos contradicteurs ne cessent d’affirmer que les nouveaux programmes sont entachés d’une idéologie prônant « mondialisation, ouverture des frontières et droit à la différence »1, il nous serait ainsi interdit de leur répondre sur le même terrain et d’affirmer que leur opposition véhicule des présupposés bien plus inquiétants.

Et pourtant, comment comprendre autrement leur acharnement à vouloir dénoncer avec la plus grande vigueur et dans une tonalité apocalyptique ce qu’ils considèrent comme un véritable casse de l’histoire ? Comment interpréter leur ligne éditoriale diffusée avec des mots toujours plus durs et dans des médias particulièrement connotés : le journal de 13h de TF1, le Figaro-magazine, le Figaro-Histoire, et plus récemment encore, Boulevard Voltaire, le tout nouveau média très à droite de Robert Ménard ?

Progressivement, le ton a atteint des sommets puisqu’il n’est plus seulement question de « casser l’histoire de France », mais bien de l’assassiner, de la sacrifier et de la désintégrer selon les mots de Dimitri Casili2.

Bref, nous ne pourrions plus contester ce que nous considérons comme une manipulation de l’histoire de France et de son enseignement sans être accusé de gauchisme acharné et dangereux prêt à dégainer son couteau d’entre les dents.

Nous devrions également nous taire quand nos travaux font l’objet de manipulation, que nous sommes insultés sur les forums et les sites d’extrême-droite, ou bien que nous recevons pour certains d’entre nous des menaces et des courriers anonymes.

Une résistance citoyenne face à la propagande

A force de nous caricaturer dans tous les médias, ces Don Quichotte de l’Histoire sont parvenus à installer dans ce débat une véritable rupture politique dont ils ne souhaitent pas encore assumer la paternité. Or, puisqu’il faut bien dire d’où l’on parle à ce niveau de la discussion, j’aimerais préciser à mes contradicteurs que je ne suis pas le vilain gauchiste qu’ils prétendent combattre.

Jeune professeur d’histoire-géographie, je n’ai jamais milité, ni adhéré à un parti et défend désormais cette liberté avec autant de vigueur que la laïcité. En tant que fonctionnaire, enseignant et chercheur, il me semble important aujourd’hui d’arborer publiquement une stricte neutralité dans la pratique quotidienne de mon métier, dans ma classe et dans mes travaux.

C’est à ce titre que j’ai pris position depuis deux ans contre les thèses de Dimitri Casali qui, progressivement, a su s’entourer de nombreux soutiens et relais médiatiques. En tant que fonctionnaire, je suis agacé de voir le corps enseignant accusé encore une fois d’incompétence ; en tant que professeur d’histoire-géographie, je suis énervé de voir qu’on puisse faire si peu confiance aux collègues et en l’intelligence des élèves ; en tant que chercheur enfin, je m’inquiète que de telles thèses puissent se diffuser aussi largement dans la société et dans la sphère médiatique sans qu’un responsable politique n’en dénonce avec fermeté les dangereuses dérives idéologiques.

C’est à ce titre qu’il m’a semblé important de reprendre la plume, non plus seulement pour dénoncer et critiquer l’énième sailli de Dimitri Casali, Jean Sévillia, Laurent Wetzel, Vincent Badré, Robert Ménard… mais aussi pour expliciter ce qui se cache derrière ces violentes prises de position contre l’enseignement actuel de l’histoire de France.

Une vague à trois temps pour faire valser l’histoire critique

Laurence De Cock a parfaitement expliqué dans un article publié sur le site Aggiornamento pourquoi elle avait décidé d’utiliser l’expression de « vague brune » pour qualifier la nouvelle offensive de ces « Croisés » autoproclamés qui prétendent bouter la menace du multiculturalisme hors des manuels. L’expédition 2012 arbore en effet un drapeau particulièrement enflammé et aux couleurs nationales d’une rare vivacité.

Le terme de « vague » nous semble être également bien choisi au regard de l’ampleur du mouvement qui ne cesse d’être relayé. Il peut également se justifier à la lumière des travaux de Fernand Braudel qui, dans la préface de La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, développe la métaphore maritime pour décrire les temporalités.

Ainsi, il existerait une « histoire lente à couler », profonde, presque immobile et insensible aux mouvements de surface ; au-dessus, « des vagues de fond » entretiendraient une histoire sociale qui se lit à l’échelle des décennies, voire des siècles ; enfin, une « agitation de surface » serait composée d’évènements conjoncturels, d’oscillations brèves, rapides et nerveuses dont l’individu (et non plus les groupes) constitue l’un des principaux acteurs.

Cette lecture du temps développée par l’un des principaux historiens français est tout aussi intéressante et valide pour comprendre la résurgence récente des défenseurs du roman national3.

Leurs ancêtres les Gaulois disciplinés

 La discipline historique a toujours été associée à une forme de fierté nationale. Hérodote déjà ponctuait son récit d’anecdotes révélatrices de ces difficultés à penser l’autre et, malgré sa curiosité et son émerveillement, à ne pas décrire le non grec comme un individu inférieur au grec4.

Les chroniqueurs de l’époque médiévale n’échappaient pas plus à cet écueil que leurs homologues de la Renaissance. Ces historiens sont alors souvent des courtisans qui travaillent à l’écriture d’un récit officiel répondant aux attentes de leurs bienfaiteurs. Dès lors, les ennemis sont décrits comme des brutes sanguinaires tandis que les princes constituent des stéréotypes exemplaires défendant l’Eglise, les fidèles et le territoire chrétien.

Cette caractéristique pourrait presque être considérée comme le péché originel de l’écriture de l’histoire. Malgré les réflexions philosophiques développées sur la discipline à l’époque moderne, malgré la méthode scientifique prônée par les différentes écoles depuis la fin du XIXe siècle et visant à éloigner le prisme de la subjectivité, il est resté cette marque indélébile qui resurgit dès que l’histoire se frotte d’un peu trop près au pouvoir politique.

La relation est d’autant plus ambigüe que la discipline historique doit son institutionnalisation en grande partie à l’Etat qui pourrait aujourd’hui encore reprendre ce qu’il a accordé jadis (académies, sociétés historiques, chaires universitaires, mais aussi et surtout enseignement général de l’histoire à l’école primaire et secondaire).

C’est un classique des facultés d’histoire de rappeler que l’enseignement de cette discipline est né avec la IIIème République. Après la lourde et humiliante défaite contre la Prusse, l’école devenue gratuite, laïque et obligatoire obtient l’éminente mission d’instruire les jeunes générations dans l’amour de la République et dans l’esprit de revanche contre l’ennemi allemand5.

Dès lors, l’histoire est convoquée pour former de futurs soldats fiers de leur patrie et prêts à se sacrifier au nom de leur appartenance commune à une nation trouvant sa cohérence dans un passé censé remonter à « nos ancêtre les Gaulois », en passant par la bataille de Bouvines, la résistance héroïque de Jeanne d’Arc contre les Anglais et le souvenir mythique d’un empire francisé sous l’autorité de Napoléon.

La géographie est alors adjointe à l’histoire dans une logique tout aussi patriotique (d’où ce couple improbable et unique qui s’est finalement installé dans une routine jamais remise en cause en France). Les potentiels petits soldats sont non seulement invités à connaître le terrain de bataille, mais ils sont également entretenus dans une propagande vantant la richesse de leurs régions et le caractère inaliénable des frontières nationales censées traverser les Pyrénées et le Rhin.

Ce mythe national a été particulièrement bien relayé par les manuels scolaires. L’histoire de France par Ernest Lavisse est un succès fulgurant, réédité plusieurs dizaines de fois, et affectueusement surnommé le « Petit Lavisse » par plusieurs générations d’écoliers qui ont été abreuvés de cette prose nationale.

L’auteur assume d’ailleurs parfaitement cette mission dans la préface d’une ultime édition de l’ouvrage en 1912 : « Si l’écolier n’emporte pas avec lui le vivant souvenir de nos gloires nationales, s’il ne sait pas que ses ancêtres ont combattu sur mille champs de bataille pour de nobles causes, s’il n’a pas appris ce qu’il a coûté de sang et d’efforts pour faire l’unité de notre patrie et dégager ensuite, du chaos de nos institutions vieillies, les lois qui nous ont faits libres ; s’il ne devient pas un citoyen pénétré de ses devoirs et un soldat qui aime son fusil, l’instituteur aura perdu son temps ».

Les pirates à l’abordage de l’histoire

Un siècle plus tard, c’est encore sur cette « vague de fond » que surfent Dimitri Casali et ses amis.

Nul ne peut ignorer, tant il l’a répété, que l’on apprendrait plus la véritable histoire de France à l’école. L’ensemble de son discours se construit sur ce mensonge initial qui prétend que Clovis, Saint Louis, François Ier, Henri IV, Louis XIV et Napoléon ne sont plus étudiés dans les collèges français6. Dès lors, pour réparer ce mal imaginaire, le docteur Casali a écrit un Altermanuel d’histoire de France7 réhabilitant des héros qui n’ont en fait jamais été oubliés.

Destiné à sauver le peuple de France de l’amnésie qui le guette, cet ouvrage a cependant oublié de parler du peuple et de son rôle dans la construction nationale. Ainsi, les hommes qui n’ont pas eu la chance de naître prince sont-ils relégués à donner la claque quand passe le roi, et à prendre les armes quand le décide l’empereur.

Avec cet ouvrage, Dimitri Casali pensait probablement soulever à nouveau la vague qui a porté Ernest Lavisse jusqu’aux sommets des institutions universitaires et républicaines. La mer est cependant capricieuse et fait échouer lamentablement ceux qui n’en comprendraient pas les courants.

Ne pouvant agir sur ces vagues trop puissantes, il a donc décidé de jouer des « agitations de surface » en espérant qu’un jour sa nage à contre-courant et les vents qu’il essaie de contrôler puissent inverser la tendance.

Pour mener sa petite barque, le capitaine a recruté une équipe de seconds (Jean Sévillia, Laurent Wetzel, Vincent Badré, Robert Ménard…) venus l’escorter dans les mers agitées des médias et mobiliser une horde de matelots prêts à croiser le sabre contre d’éventuels ennemis.

Les vents que cet équipage prétend maîtriser sont cependant dangereux et pourraient se transformer en une tempête qui les dépasse. Ils renouent avec les pires colères d’Eole provoquées par le nationalisme, le repli identitaire et la xénophobie.

Désormais, dans chacune de leurs interventions, ces pirates en eaux troubles n’hésitent plus un instant à mobiliser les pires manifestations nationalistes. Ainsi, Laurent Wetzel s’émeut de voir disparaître l’enseignement de l’islamisme au lycée8 ; Vincent Badré dénonce des manuels qui véhiculeraient des principes anticapitalistes et antichrétiens9. Dimitri Casali enfin s’agace contre la ministre de la Justice qui avait déclaré en 2006 dans L’Express qu’il ne fallait pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes » « ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes… »10.

Bref, on comprend aisément dans quelle direction souffle le vent qui gonfle les voiles et l’égo de nos ambitieux marins. Il faut cependant reconnaître qu’ils auraient tort de s’en priver, tant ce souffle lourd a été mobilisé ces dernières années.

 

Derrière le roman national, une pensée nationaliste

Après ce voyage sur les mers brunes des pirates de l’histoire, on comprend dès lors beaucoup mieux les dénonciations scandalisées de Dimitri Casali et Pierre Baron dès 2011 lorsque je défendais l’enseignement de quelques rudiments de l’histoire africaine, mais aussi de l’histoire asiatique. En faisant cela, j’introduisais à leurs yeux le loup dans la bergerie, ou plutôt la pieuvre dans leur pataugeoire.

Est-il besoin de rappeler cependant qu’enseigner l’histoire de l’empire Monomotapa, ce n’est pas seulement apprendre aux jeunes élèves français l’existence d’un acteur majeur de l’Afrique Australe du XVe au XVIe siècle ; c’est aussi les amener à réfléchir pendant quelques heures11 sur une forme d’alter-histoire.

Enseigner la Chine des Han à son apogée, c’est leur faire comprendre que l’histoire a certes longtemps été écrite par et pour l’homme blanc européen, mais que l’organisation complexe et mondialisée de notre société nous invite désormais à réviser quelque peu notre regard12.

Enseigner enfin l’empire du Mali aux XIIIe et XIVe siècles, c’est tout simplement leur faire comprendre qu’on ne peut pas affirmer innocemment et sans arrière-pensée idéologique que « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire ».

Qu’il n’en déplaise à monsieur Guaino, le discours de Dakar qu’il a écrit pour le président de la République en 2007 est en effet bien plus proche des thèses développées par Hegel dans ses Leçons sur la philosophie de l’histoire au début du XIXe siècle que des écrits d’Aimé Césaire. Et encore pourrait-on se demander si la plume du président n’ait pas non plus été chercher quelques références encore plus nauséabondes chez le Comte de Gobineau qui dans son célèbre Essai sur l’inégalité des races humaines (1853-1855) explique que « l’histoire n’existe que chez les nations blanches ».

Enseigner l’histoire des civilisations extra-européennes n’est donc pas faire preuve de repentance, ni de contrition mémorielle, mais c’est simplement adapter notre lecture du passé au monde dans lequel on vit, et actualiser son enseignement sur les pratiques scientifiques les plus récentes… comme cela s’est finalement toujours fait dans l’histoire de l’enseignement.

Pour une défense nationale de l’enseignement de l’histoire

C’est finalement toute l’ambiguité de cette polémique entretenue depuis des décennies, et particulièrement attisée depuis quelques années : comment répondre à ces idéologues qui souhaitent instrumentaliser l’enseignement de l’histoire (et au passage la tête de nos enfants) ? Comment répondre à des propos aussi caricaturaux et fondés sur des mensonges ? 

Depuis plusieurs mois, nous dénonçons systématiquement ce vol de l’histoire par des mandarins qui dissimulent de moins en moins leurs présupposés idéologiques. Cela ne saurait cependant être suffisant et nous souhaiterions désormais que cette vague soit définitivement stoppée par un brise-lame efficace.

C’est pourquoi nous avons tout d’abord décidé de nous réunir dans le cadre de ce dossier commun. Nous souhaiterions qu’il constitue une base susceptible d’alerter et de rassembler plus largement.

1. D’abord nos collègues universitaires dont les travaux sont indirectement critiqués. En remettant en cause l’enseignement de l’histoire, c’est en effet une grande partie de la recherche historique qui est visée (les subaltern studies, l’histoire globale, l’histoire sociale, les études de genre…) et qu’on essaie d’opposer à des champs historiographiques traditionnels considérés comme plus « nobles » (l’histoire politique, l’histoire des relations internationales, l’histoire des religions…).

2. Ensuite, nos collègues de l’enseignement secondaire dont le travail est décrédibilisé à chaque nouvelle intervention dans les médias de ces Don Quichotte de l’histoire. Les professeurs d’histoire et de géographie sont ainsi régulièrement décrits soit comme de dangereux gauchistes qui tenteraient d’imposer leurs opinions à des générations d’élèves, soit comme des moutons de panurge qui ne comprendraient même pas le sens de leurs programmes.

3. L’autorité politique qui ne saurait tolérer plus longtemps ces attaques incessantes contre le travail du service public et cette propagande visant à diviser sans cesse un peu plus la communauté nationale.

4. Les parents qui ne doivent pas se laisser piéger par une argumentation à l’emporte-pièce et à coup de slogan médiatique. Comme eux auparavant, leurs enfants apprennent l’histoire et la géographie de la France. Seules les méthodes, les approches et les supports ont évolué pour s’adapter à notre société où le professeur ne peut plus être un simple passeur de connaissances (qui sont devenues plus facilement accessibles grâce aux technologies modernes) mais doit désormais davantage apprendre aux élèves à mobiliser intelligemment cette richesse documentaire. Contrairement aux remarques insultantes de Jean Sévillia13, nous considérons que nos élèves ont la culture et la maturité nécessaires pour analyser et réfléchir.

Ensemble, nous continuerons à défendre une école républicaine fondée sur le respect et la confiance en l’intelligence de nos élèves, tout en avançant régulièrement et sans catastrophisme des solutions pour améliorer l’enseignement et la réussite de chacun.

 Notes

1. Jean SEVILLIA, « Qui veut casser l’histoire de France ? », Le Figaro-Magazine, 24 août 2012.

2. Dimitri CASALI, « L’Histoire de France que l’on assassine ! », Boulevard Voltaire, 1er octobre 2012.

3. D’après Suzanne CITRON, Le mythe national, L’histoire de France revisitée, Paris, Edition de l’Atelier, 2008 : Discours historique visant à célébrer les grands hommes et exalter ainsi le sentiment national. Il s’agit d’un récit prenant appui sur une mytho-histoire des origines mais aussi sur une mise en perspective téléologique. Un tel récit constitue la nation de façon ambivalente : à la fois ethnique (« nos ancêtres les Gaulois ») et messianique (il prend appui sur les valeurs de la Révolution réputées universelles).

4. François HARTOG, Le miroir d’Hérodote, Paris, Gallimard, 1980.

5. Les travaux d’Annie BRUTER montrent néanmoins que la rupture de la IIIe République doit être discutée et que les bases de la construction du roman national ont été posées dès le Second Empire (https://www.canal-u.tv/video/inrp/l_enseignement_de_l_histoire_de_france_avant_la_iiie_republique.5854).

6. Dimitri CASALI, « Ce que nos enfants n’apprennent plus au collège », lefigaro.fr, 26 août 2011.

7. Dimitri CASALI, Altermanuel d’histoire de France, Paris, Perrin, 2011.

8. Jean SEVILLIA, « Qui veut casser l’histoire de France ? », op. cit.

9. Voir le blog promotionnel de Vincent Badré : http://www.histoirefabriquee.com (dernière consultation le 10/10/2012)

10. Dimitri CASALI, « L’Histoire de France que l’on assassine ! », op. cit.

11. Les programmes prescrivent de consacrer 10% du temps d’enseignement de l’histoire à ce chapitre intitulé « Regards sur l’Afrique », soit environ 5 à 6 heures. Contrairement aux attaques récurrentes et injustifiées contre cette question, il faut rappeler que l’approche n’est pas totalement déconnectée de l’histoire européenne et nationale car l’étude d’une civilisation de l’Afrique subsaharienne est en fait l’occasion (pour ne pas dire un prétexte) d’introduire les grands courants d’échanges des marchandises et les traites orientales.

12. Lire à ce sujet les très belles pages de Jack GOODY, Le vol de l’histoire, Paris, Gallimard, 2010.

13. Jean SEVILLIA, « Qui veut casser l’histoire de France ? », op. cit.

Contre le repli identitaire, une géohistoire ouverte

Rédacteur : Vincent Capdepuy

Plaidoyer pour  une géohistoire globale, indisciplinée et inquiète

 Au matin du 7 décembre 1941, les avions japonais bombardaient la base navale de Pearl Harbor. Alors que la guerre avait débuté en Asie dès 1931 et en Europe dès 1936, les États-Unis s’étonnaient presque d’être attaqués et se découvraient brutalement pris dans une nouvelle guerre mondiale, une « guerre globale », comme on en vint rapidement à l’appeler. L’isolationnisme des années précédentes n’avait été qu’un paravent masquant la situation réelle d’un pays profondément relié aux autres pays du monde. Ce dont la crise des années 1930 initiée par le krach de Wall Street en 1929 avait pourtant déjà fait la preuve. Les États-Unis ne pouvaient pas se penser comme une île. Comme l’écrivit Willkie Wendell, il fallait désormais découvrir ce monde qui s’étendait au-delà des murailles entre lesquelles s’était enfermé le pays. Le 20 février 1942, Franklin D. Roosevelt invita tous ses concitoyens à se munir de cartes ou de globes pour suivre les explications qu’il donnerait lors de sa prochaine causerie radiophonique « au coin du feu ». Comme le titra le magazine Life en août de la même année, « la guerre globale enseigne la cartographie globale » ; et de fait, les ouvrages de géographie globale se multiplièrent pour étayer cette soudaine prise de conscience de la globalité. Mais si la cartographie aidait à voir la guerre en ses multiples théâtres, les géographes s’efforcèrent davantage à penser le monde de l’après-guerre car il y avait urgence à éduquer les citoyens étasuniens au Monde. Le drapeau de l’ONU est l’écho oublié de cette soudaine vision du monde global.

Le terme même de globalization fit son apparition au milieu de la Seconde Guerre mondiale, et non au début des années 1980 comme aujourd’hui on s’en laisse accroire. Cette dernière méprise n’est cependant pas anodine et révèle que le mondialisme des années 1940 fut peut-être sans lendemain. La Seconde Guerre mondiale terminée, le Monde sombra dans les affres de la Guerre froide, nouvelle guerre globale, et dans les luttes anticoloniales du Tiers-Monde. On fit semblant de redécouvrir la mondialisation (le mot français date en fait de la Première Guerre mondiale) à la fin des années 1970 dans le sillage des premières délocalisations et de l’extension des firmes transnationales. L’histoire globale, qui peine à se développer en France, nous apprend pourtant que la mondialisation est un processus ancien, pluriséculaire, polycentrique. La France, qui est tout sauf éternelle, n’est qu’une construction politique récente au regard des imbrications multiples et des flux inextricables (migrations, idées, religions, techniques), à l’échelle de l’Eufrasie d’abord, puis à l’échelle du globe, devenu le Monde.

La France non plus ne peut de toute évidence pas se penser comme une île et le repli identitaire prôné par certains, fondé sur une géographie et une histoire fictives, est dangereux. L’École, qui est au cœur de notre projet républicain, est l’enjeu d’affrontements idéologiques réguliers. Or, depuis quelque temps, et malgré une certaine indifférence de la société, les enseignants du secondaire, et plus particulièrement du lycée, se sont mobilisés contre les réformes entreprises par le gouvernement précédent, déplorant notamment la suppression de l’histoire-géographe comme enseignement obligatoire en classe de Terminale S, dont on sait que l’étiquette scientifique masque en réalité le caractère sélectif. Ce sont les programmes d’histoire qui ont attiré le plus les critiques, la géographie apparaissant plus délaissée, moins sujette à polémique alors même que le reste du Monde a pourtant disparu des programmes actuels de géographie en S. Au-delà de ces critiques, internes à l’Éducation nationale, plutôt feutrées et relayées en coulisses par les syndicats et les diverses associations de professeurs d’histoire-géographie, des journalistes, parfois des enseignants, ont émis des attaques plus vives, clairement nationalistes, parfois xénophobes, criant à l’abandon du « roman national », l’oubli des héros et le piétinement de la France glorieuse. Tout ça parce qu’on ose lancer quelques « regards » vers la Chine ou vers l’Afrique, en-dehors du tunnel dans lequel on enferme notre histoire depuis des décennies.

Mais ce n’est pas la France que nous avons perdue, c’est le sens du Monde ! On parle aujourd’hui d’une réforme de la réforme, d’une refonte des programmes. Expédiée, encore une fois, elle ne laissera probablement toujours pas assez de place à la globalité. Il faut apprendre à nos élèves à transcender les pavages hérités du passé, à comprendre la réalité de leur chevauchement et de leurs télescopages, les emmêlements identitaires dans une humanité plus que jamais unie. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Il ne s’agit pas ici de prôner l’enseignement d’un récit global qui viendrait se substituer à la place du roman national, l’apprentissage de l’espace mondial à la place du territoire français. Seul l’enseignement d’une géohistoire globale, que se joue des échelles du temps et de l’espace, qui se joue des récits hérités, peut aider nos enfants à trouver leur place dans la déclosion de l’humanité. Contre le repli, la peur, la haine, il doit ouvrir l’horizon et l’avenir. L’enseignement de l’histoire et de la géographie ne doit pas être un endormissement des consciences, il doit poser des questions, avant d’apporter des réponses. Trop souvent oublieux des futurs possibles, l’histoire et la géographie doivent rester des ouvroirs et non des discours légitimants, glorificateurs ou dénonciateurs. Cet enseignement doit se montrer indiscipliné.

« Ils ont tué l’histoire-géo » le diagnostic du Docteur Wetzel

Rédactrice : Laurence De Cock

 A propos de Laurent Wetzel, Ils ont tué l’histoire-géo, François Bourin, 2012

 Nous sommes morts, nous professeurs d’histoire-géographie, nous hérauts de la culture classique et gardiens de l’intelligence collective. On se croyait simplement blessés, amputés ici et là de nos libertés fondamentales, empêchés de jouer de notre créativité et liberté pédagogiques et de ruser comme il se doit avec notre matière première. Point du tout, car de matière il n’y en a plus : poussière, flaque, marre de sang. Dead.

Mazette,  ou comment se coucher en colère et se réveiller momifiés. A ceux que la nouvelle rend fébriles, l’occasion leur est donnée ici de connaître enfin nos assassins. Car Laurent Wetzel, ancien Inspecteur pédagogique régional enfin libéré de sa muselière par la retraite a choisi de célébrer sa sortie en proposant une visite guidée du quartier général d’où a été commandité le massacre.

 Who’s who ? Portrait de l’enquêteur :

 Laurent Wetzel, agrégé d’histoire,  est un ancien élève de l’école normale supérieure de la rue d’Ulm, promotion 1969 où il a eu des enseignants prestigieux (Agulhon, Duby, Le Goff, Rémond …) et a même grillé la première place en histoire à Alexandre Adler.

D’abord professeur d’histoire-géographie dans le secondaire, Laurent Wetzel est devenu Inspecteur Pédagogique Régional en 1988.

Bien-sûr, on pourrait ajouter qu’il a eu une certaine carrière politique parallèlement à son dévouement à l’Institution. L’histoire mène à tout, elle fournit un registre de langue et un outillage intellectuel permettant d’assumer et d’argumenter ses choix. Par exemple, maire de Sartrouville en 1991, M. Wetzel peut diagnostiquer que « la lapidation, l’intifada s’est installée à Sartrouville » (archives de l’INA 29 mars 1991) depuis le meurtre de Djamel Chettouh, abattu par un vigile de la cafétéria d’Euromarché. De même a-t-il choisi de faire un petit séjour au Front national en 1997.

 Quoi qu’il en soit, Laurent Wetzel a inspecté des enseignants de collège et de lycée durant 24 ans.

 Préalable à la lecture : vigilance toute

 Cet opus est un objet sulfureux. Les plus carnassiers d’entre nous y trouveront de la chair à se mettre sous la dent. Name dropping, révélations sur les carrières (CV très détaillés à l’appui) des uns et des autres, les fichiers de M. Wetzel sont à jour, et ils fourmillent d’anecdotes promptes à déclencher les ricanements. En ces temps troublés où les objets d’affliction concernant l’enseignement de l’histoire-géographie sont effectivement nombreux ; au moment où gronde la colère des enseignants vis à vis d’une hiérarchie perçue comme lointaine, rétive et sourde aux différents signaux d’alarmes ; les armes fournies par Laurent Wetzel pourraient fort bien nourrir quelques frustrations. Entre potins mondains et règlements de compte, le livre fourmille de détails susceptibles de livrer à la vindicte quelques hauts responsables de l’Institution.

La manœuvre est typique d’une droite extrême, décomplexée, qui sous-couvert de proximité avec le terrain, fustige les puissants en tentant de faire oublier qu’elle a toujours rêvé d’en intégrer l’étroit cénacle.

Se méfier de soi donc, et entretenir une saine colère sans aller braconner sur les pâtures qui nous sont offertes ici.

 Les assassins, le lieu du crime

 Une cohorte de technocrates tous plus lâches les uns que les autres s’est rendue complice de la destruction en règle des Humanités. De ce vaste complot pour en finir avec l’enseignement de l’histoire-géographie, l’Inspection Générale, inféodée au gouvernement, constitue le centre d’impulsion. Composée au mieux de marionnettes du pouvoir, au pire d’incompétents analphabètes, L’Inspection Générale « à la dérive » (p 83) est déclarée COUPABLE :

–       Complice d’une immense machinerie administrative où se meuvent tous les ennemis de l’Ecole animés par des velléités carriéristes

–       Complice des pédagogues et didacticiens décérébrés auxquels ils ont usurpé le « charabia extravagant » (p57)

–       Complice d’erreurs qui auraient jadis conduit ses auteurs dans les geôles glacées où l’on enfermait les traîtres

Ayant agi en toute impunité et forts de leur incompétence, ces puissants qui gouvernent nos matières sont donc déclarés responsables de la « débâcle » (p69) qui touche nos disciplines.

 Le décor est campé, et l’on comprend très vite alors que la minutie de l’enquête va nous mener dans les tréfonds des lieux de pouvoir. M. Wetzel se livre à une opération d’excavation des cadavres. Pour ceux qui sont sensibles aux effluves de la vague brune, autant prévenir que la nausée s’invite rapidement à la table. « C’est par la tête que le poisson pourrit » écrit Laurent Wetzel (p67). Certes, et ça empeste.

 L’administration de la preuve

 Mais comment diable les commanditaires du meurtre ont-ils agi ? Laurent Wetzel multiplie les exemples. Il y a d’abord l’utilisation des regrettables affaires récentes : le « faux » texte médiéval de l’agrégation d’histoire en 2011 « qui n’a été suivi  d’aucune sanction à l’encontre des vrais coupables » (p32), et la décision de disparition de l’histoire-géographie en Terminale S acceptée sans sourciller par l’Inspection Générale qui se commet dans la réécriture de nouveaux programmes inacceptables. Deux aspects de ces programmes sont choisis pour illustrer leur inanité : ils n’évoquent plus l‘islamisme et ne traitent plus de l’histoire de France de 1962 à nos jours.

Que l’on ne se méprenne pas, nous avons, de notre côté amplement critiqué les nouveaux programmes de 1ère, il ne s’agit donc pas ici de les défendre. Mais le choix de M. Wetzel est à la fois significatif et faux. Il est faux car le programme de 1ère laisse la possibilité de traiter de la montée de l’islamisme dans le chapitre sur «  nouvelles conflictualités » ; faux également parce que le dernier thème appelle une étude de thématiques sur le long XXème siècle (république, religions, laïcité puis place des femmes dans la vie politique et sociale). Mais ces exemples sont significatifs d’au moins deux aspects : de l’obsession rampante vis à vis de l’islamisme – « ses intifada et lapidations » sans doute – et du mépris pour toute autre histoire que formellement évènementielle et politique.

Pourtant M. Wetzel sait se montrer sourcilleux. Ainsi, une autre impardonnable erreur est pointée du doigt un peu plus loin : « le procès de Nuremberg falsifié » (en gras et en titre, p53). Où l’on apprend que la fiche-ressource de la DGESCO fait se terminer le procès en septembre 1946 alors qu’il s’achève le 1er octobre ! Et que, comble du comble, la même fiche évoque le « tribunal international de Nuremberg » alors qu’il s’agit du « tribunal militaire international de Nuremberg »… Bigre, ça méritait bien une rétrogradation. D’autres erreurs du même acabit sont relevées dans les fiches-ressources, les programmes ou les rapports de jury de concours. Il y a Voltaire, le notoire judéophobe que les programmes présentent comme le chantre de la tolérance, il y a cette autre impardonnable erreur des fiches en 1ère qui évoquent « l’antisémitisme que l’on retrouve dans les années 1930 avec le développement d’un climat de rejet de l’étranger », ce que contredit Laurent Wetzel qui, évoquant Edouard Daladier, ose écrire « Dans ces fonctions, il n’a pas été l’auteur d’un seul décret xénophobe ou antisémite » (p50). Nie-t-il les décrets Daladier de 1938 ? Que nenni, mais la fiche ressource les situe en 1937, moment où Daladier était ministre de la Défense de la guerre, donc dans « ces » fonctions,  pas de décrets, CQFD. Il montrera quelques lignes plus loin d’ailleurs que, bien au contraire, Marchandeau pénalisera en 1939 les injures xénophobes. Exit la France antisémite et xénophobe des années 1930.

Mais « arrêtons ici cette liste » comme l’écrit Laurent Wetzel (p55), et posons-nous un peu pour contempler l’herbe rase…

 Pour souffler : flash back

 Devant une telle intensité de révélations, je propose un espace-détente au lecteur. Un petit moment de rêvasserie sous forme de voyage dans le temps.

15 et 16 mars 2011, les nouveaux programmes de Terminale sont présentés aux IPR et aux formateurs (j’en suis). Il est également proposé de mettre en discussion les fiches ressources EDUSCOL projetées en arrière-plan. Il est encore temps, nous dit-on, de pointer d’éventuelles erreurs. A propos du totalitarisme, certains pinaillent sur les présupposés historiographiques. Mais sur les inacceptables erreurs évènementielles, personne ne bronche. Surtout pas M. Wetzel à quelques mètres de moi. La parole était pourtant assez libre puisque d’autres fiches ont été davantage débattues, ainsi que le programme de Terminale sur lequel je pris moi-même la parole quelques minutes pour souligner le côté par trop « viriliste » et un tantinet démagogue du thème « football » initialement prévu dans le programme. Au moment de la pause, M. Wetzel me gratifia d’un funeste présage : « Vous ne serez jamais Inspectrice Générale »…

1er octobre 2012 (Tiens c’est l’anniv de la fin du procès de Nuremberg), je ne suis pas Inspectrice Générale en effet.

Surtout, une question me taraude : fallait-il tant de courage M. Wetzel pour oser prendre la parole alors qu’on vous l’offrait et profiter de l’occasion pour pointer les erreurs dont vous rendez compte si minutieusement aujourd’hui ? Si l’on en croit la vigueur de vos dénonciations dans ce livre et l’ambition dont vous prétendez être animé d’agir pour sauver la discipline, n’aurait-il pas été plus utile et efficace d’agir en amont ?

Retour aux fondamentaux : quelques éléments de bibliographie

 Le diagnostic de l’agonie disciplinaire est étayé par de solides références historiennes. Pour quelqu’un qui a grillé la première place en histoire à Alexandre Adler, c’est bien normal. Il y a donc deux livres incontournables sur le régime de Vichy : Henri Michel, Vichy – Année 40, « qui passe pour un de nos meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre Mondiale » (p 34) et « l’irremplaçable » Histoire de Vichy de Robert Aron (p35). Sur le second, je rappellerai simplement qu’il s’agit du théoricien de la thèse de l’épée et du bouclier, à savoir de l’idée d’une complicité assumée entre De Gaulle et Pétain, le premier agissant en résistant, le second protégeant les Français des occupants allemands. Quand au premier livre, il fut en effet considéré comme novateur à la fin des années 1960, parce qu’il singularisait le régime de Vichy en analysant sa propre logique. Mais est-ce besoin de détailler ici le bouleversement de l’historiographie de la période de l’occupation depuis un demi-siècle alors que n’importe quel élève de Terminale est susceptible d’être interrogé dessus au Bac ?

 Enseigner ? (vous voulez rire ?)

 Parce qu’à Radio-Courtoisie le 9 septembre, ils se sont bien amusés sur le plateau Laurent Wetzel, Vincent Badré et Yves-Marie Sevillia quand ils ont commencé à parler de pédagogie et à évoquer les pages que Wetzel consacre à la didactique et à l’épistémologie. Pardon, les très exactement 8 pages de copié-collés (pp58-66) de préambules et aides à la mise en œuvre que l’auteur intercale dans son livre, à l’état brut, pour en moquer le jargon dont on ne saura pas bien ce qu’il a de drôle sauf à considérer que le vocabulaire propre d’une discipline sorti d’un entre-soi a en effet toujours un potentiel comique.

Il est possible, par exemple, lors d’un dîner entre amis, de sortir la phrase suivante :

« La différence de pression entre deux points quelconques d’un fluide en équilibre est égale au poids d’un cylindre de fluide de section unité et ayant pour hauteur la, dénivellation entre les deux points., ΔP = ρ.g.h » (tiré d’un cours de mécanique des fluides).

Effet comique garanti.

Mais pour Laurent Wetzel, c’est ce genre de phrases qui a un effet hilarant :

« En introduisant notamment une réflexion sur la place de l’historien dans l’histoire telle qu’il la fabrique et telle qu’il la dit et l’écrit, l’histoire devient plus réflexive et s’interroge sur le va et vient entre objectivité et subjectivité, sur l’impossible résurrection du passé et les enjeux de mémoire »

Non ? Vous ne voyez pas ce qu’il y a d’amusant ? Devrait-on donc considérer comme normal qu’un ancien élève de l’école Normale supérieure, qui a grillé Alexandre Adler en histoire et obtenu l’agrégation comprenne ce genre de prose ?

Ou peut-être tout simplement attendre d’un Inspecteur un peu plus de réflexivité (oups, attention gros mot cocasse) sur la discipline d’enseignement dont il a la charge ?

 L’Instruction publique au chevet de la victime

 Au milieu des dépouilles rôdent les fantômes du temps béni de l’Instruction publique. Parmi eux, Victor Duruy dont Wetzel nous raconte l’intégralité de la biographie, cet itinéraire de la réussite par l’effort et le travail, sa modestie, son rapport sacerdotal au métier d’enseignant, l’école normale, l’Inspection, et enfin le ministère de l’instruction publique où il rend obligatoire l’histoire-géographie en primaire et introduit l’histoire contemporaine en Terminale.

On avait jusqu’ici l’habitude d’une nostalgie fondée sur le temps de pupitres de l’école de la 3ème république ; Wetzel préfère remonter au second Empire. Chacun ses exempla. On y reconnaîtra sans doute le miroir de projection que semble constituer le cursus honorum de Victor Duruy.

Quant aux solutions proposées, elles sont rares mais attendues : la réhabilitation du « par cœur », « des dates, des noms, des guerres, des révolutions, des régimes et des religions » (p142), « alléger et recentrer les programmes « (p143) mais on se saura pas du tout comment, et bien-sûr l’ensemble de l’ouvrage plaide pour le retour à la chronologie.

 So what ?

 Voilà exactement un ouvrage qui méritait de passer inaperçu et de prendre la poussière auprès d’autres autobiographies dans les rayons de la BNF. Beaucoup de hauts fonctionnaires retraités s’essayent à l’écriture, qu’ils estiment devoir laisser trace de leur passage au sommet de l’administration ou qu’ils aient des comptes à régler avec cette dernière. Celui de Laurent Wetzel semble procéder des deux intentions. C’est son droit le plus strict.

Mais, une fois encore, la loi du marché éditorial et le champ médiatique ont apporté leur petite touche dans le dispositif de légitimation. Associé aux deux autres livres de la rentrée que nous avons déjà recensés, celui de Wetzel usurpe une position experte sur le sort de l’histoire-géographie aujourd’hui alors qu’il n’est qu’une succession de rancœurs et de procès d’intention.

Comme « l’histoire fabriquée » de Vincent Badré, comme « L’histoire de France interdite » de Dimitri Casali, ce livre est non seulement laborieux et mauvais, mais il relève surtout d’une théorie du complot compensatrice des frustations de leurs auteurs et s’inscrivant dans la galaxie réactionnaire, ultra-droitière, islamophobe et de plus en plus désinhibée dont le Figaro Histoire se fait désormais le porte-voix officiel.

 

L’histoire selon Dimitri Casali : entre le vide et le trop-plein

Rédacteur : Eric Fournier

 Lire le dernier livre de Dimitri Casali, L’Histoire de France interdite. Pourquoi ne sommes-nous pas plus fiers de notre histoire ?, revient à suivre un chemin tortueux où les vides succèdent brutalement aux trop-pleins.  Cet ouvrage est saturé de lieux communs des plus droitiers, accumule les clichés néo-conservateurs, assemble hâtivement, et avec lourdeur, des éléments épars, saute avec assurance du coq à l’âne, se répète et répète les précédentes publications de l’auteur, est truffé enfin de phrases-alibis censées le légitimer comme un historien respectable.

Parallèlement, son argumentation ne s’appuie que sur quelques éléments indigents.  M. Casali ne maîtrise par les outils de l’historien, méconnait les avancées et les débats historiographiques des vingt dernières années. La vacuité atteint son paroxysme, lorsqu’il entreprend, fort de son expérience « d’ancien professeur en ZEP » et de chantre de « l’histo-rock »  (mâtin, quel homme !), d’intervenir dans le domaine de l’histoire scolaire.

Confrontés à tant de clichés éculés, de contre-vérités grossières et de considérations politiques inacceptables, il est impossible de recenser exhaustivement tous les problèmes de L’Histoire de France interdite mais nous pouvons en pointer les faits les plus saillants.

Ceci est donc une critique de combat, qui espère donner des armes pour lutter contre ceux qui instrumentalisent et dénaturent l’histoire à des fins ultra-nationalistes.

Casali ne fait pas de l’histoire mais il ne le sait pas

L’auteur se définit lui-même comme historien – et est d’ailleurs reconnu comme tel par la revue L’Histoire[1] – cite régulièrement des universitaires prestigieux et  rappelle constamment, sans jamais le mettre en œuvre,  que l’histoire est une discipline complexe nécessitant de la nuance. Nul besoin en effet d’être un universitaire pour être un historien, encore faut-il maîtriser quelques règles propres à cette discipline. Premièrement, il est frappant de constater l’absence totale de distance critique.  Le lien de M. Casali au passé relève d’un « émerveillement » constant, assumé et mis en scène face au passé, au passé national s’entend[2]. Il ne veut pas faire connaître ou aider à comprendre, il veut faire aimer. Dans son rapport à l’histoire, l’émotion l’emporte sur la raison. Lorsqu’il commente L’Histoire de France par la peinture[3], tout porte à croire que les tableaux – souvent ceux de peintres pompiers du XIXe siècle – donnent un accès direct et haut en couleur aux grandioses événements représentés. L’étude critique de la source ne pouvant que limiter l’émerveillement, il s’offusque qu’un manuel scolaire proposant Le Sacre de l’empereur de David comme document de « l’histoire des arts » propose d’étudier l’œuvre et le peintre au lieu d’apprécier « le personnage central de ce chef d’œuvre »[4]. Emerveillement également lorsqu’il invente le concept « d’histo-rock » (chanter à des collégiens des chansons originales se rapportant aux grandes figures du passé) qu’il considère comme une pédagogie innovante.

Deuxièmement, conséquence de cette posture affective, M. Casali ne  se soucie apparemment pas de la différence fondamentale entre histoire et mémoire, les deux concepts étant manifestement interchangeables : « aujourd’hui pour la majorité des français, il n’y a plus de mémoire partagée, assumée, l’histoire de France n’existe plus »[5].  L’historien n’est pas propriétaire du passé et M. Casali peut entreprendre de promouvoir une mémoire nationalo-républicaine. C’est son droit, ou plutôt c’est son problème.

Mais cela, Monsieur Casali, depuis au moins l’école des Annales, ce n’est pas être historien. C’est être un mémorialiste.

Troisièmement, les connaissances historiographiques semblent quelque peu brumeuses. Relever toutes les erreurs et les approximations serait fastidieux, contentons-nous  de trois. Premièrement, Un historien ne parle pas de « royaumes africains moyenâgeux » mais de royaumes « médiévaux »[6]. Deuxièmement, L’auteur ignore manifestement que le drapeau tricolore ne vient pas de l’alliance du blanc royal et des couleurs de la ville de Paris mais d’une circulation des symboles inspiré par la révolution américaine[7]. Enfin, béat d’admiration devant les grands chefs militaires et l’histoire bataille, et considérant que le 6 juin 1944 est plus important que Stalingrad, il loue les qualités militaires du général Montgomery, n’ayant manifestement pas lu le livre majeur d’Anthony Beevor sur le débarquement qui déconstruit cette thèse.

Enfin, Dimitri Casali a une façon toute personnelle d’argumenter et d’utiliser ses sources.

La lourdeur du hussard en maraude

Le musicien-chanteur Casali, lors de ses concerts d’histo-rock à la gloire de Napoléon – improbable mélange de Paul Déroulède et de Freddy Mercury – aime à se produire en tenue de hussard[8]. Ce costume lui sied bien, tant il agit dans son livre tel un hussard en maraude, s’appropriant sans vergogne quelques sources, essentiellement sous la forme de citations prestigieuses extraites de leur contexte ; se constituant ainsi un butin  hétéroclite au hasard de ses raids-éclairs dans les champs historiographiques, sociologiques et politiques. Après avoir pris ce qui l’intéresse, il assemble hâtivement ces différents éléments. La citation décontextualisée, pourvu qu’elle brille, lui sert d’argument d’autorité. Ainsi en est-il de la dorénavant célèbre phrase de Marc Bloch ressortie par Nicolas Sarkozy en 2007 et que M. Casali utilise exactement dans le même sens : « il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération »[9]. Or, dès 2007, des historiens avaient rappelé que Marc Bloch condamnait surtout les élites françaises des années Trente, incapables de comprendre la ferveur du Front populaire[10]. Dimitri Casali l’ignore – ou feint de l’ignorer.

Peu d’historiens sont épargnés par cette cavalcade : l’expression « histoire en miettes » est empruntée à François Dosse (qui n’est pas cité), le développement qui suit ne correspond en rien au livre de ce dernier. Il détourne aussi sans vergogne le concept de « roman vrai » élaborée par Paul Veyne pour en faire une apologie du « roman national »[11].

Monsieur Casali, ce n’est pas parce que deux expressions sont phonétiquement proches qu’elles peuvent s’associer.

Ainsi en est-il de l’ensemble du livre associant citations mal comprises, faits-divers censés être révélateurs, et même références au rock anglais. Dans sa hâte, on peut en outre se demander si M. Casali s’est relu. Les répétitions abondent et certains passages révèlent une précipitation, peut-être acceptable chez les fringants hussards, mais pas pour un écrivain. Par exemple, exécrant régulièrement l’esprit de repentance en général et la loi Taubira de 2001 relative à la mémoire de la Traite négrière en particulier, il prend la défense de l’historien Pétré-Grenouilleau qui a rappelé l’importance des traites africaines. Casali déplore que l’histoire scolaire ne parle que des traites européennes et demande fermement  que toutes les traites soient étudiées au collège[12]. Mais, quelques pages auparavant, il dénonce l’enseignement des royaumes africains médiévaux en classes de cinquième et cite une partie du programme : «  l’étude et la naissance des traites négrières est conduite à partir de l’exemple au choix d’une route ou d’un trafic des esclaves vers l’Afrique du Nord ou l’Orient »   qu’il commente ainsi : «  une étude de plus des traites négrières […] le lobby mémoriel a encore frappé ». M. Casali ne sait-il pas lire un programme officiel ? Ne comprend-il pas qu’il s’agit précisément d’étudier ici les traites extra-européennes ?

L’histoire à la hussarde pourrait être empreinte d’une certaine légèreté, prix à payer pour l’approximation et la contradiction. Mais M. Casali assène ses propos avec une telle lourdeur qu’il finit par évoquer non le fringant hussard napoléonien, mais le hussard polonais de la fin du Moyen Âge, c’est-à-dire la cavalerie lourde. Cavaliers lourds ou légers, les hussards se considéraient volontiers comme une élite au-dessus du lot[13]. Le style de L’Histoire de France interdite s’en ressent.

A qui parle-t-il ?

M. Casali reprend régulièrement des passages de son Alter-manuel d’histoire de France qui s’adressait à des collégiens. Au-delà du fait que ses fidèles lecteurs risquent de se sentir quelque peu floués par ces redondances éditoriales[14], on se demande parfois à qui s’adresse l’auteur à travers des injonctions péremptoires, des phrases autoritaires, ou des résumés historiques sommaires. Ce livre, manifestement écrit pour des adultes, les prend plutôt pour des enfants sommés d’aimer leur pays.

Morceau choisi du professeur Casali : « Pour continuer à être attentif au destin du monde […] il faut former et entretenir nos forces mentales et être fiers de notre armée. Certes une défense européenne est à terme indispensable, mais la France ne doit pas céder aux sirènes d’un pacifisme naïf, qui réjouit les ennemis de la démocratie partout à travers le monde. Glorifier l’armée, qui seule est capable de verser le prix du sang, symbole de l’âme d’un grand pays au regard de l’histoire, n’est pas du nationalisme : c’est du simple bon sens patriotique quand on connaît peu l’histoire de notre planète »[15]. Nous reviendrons plus tard sur le fond nauséabond pour nous concentrer sur la forme.

Monsieur Casali, est-ainsi que l’on s’adresse à des adultes ? Ou même à des adolescents ? Un tel registre de langue et une telle pauvreté argumentative confinent au mépris du lecteur.

L’écume de la vague brune

Avec Laurence De Cock et Guillaume Mazeau, nous avions rédigé une tribune titrée « Vague brune sur l’histoire de France ». Plusieurs commentateurs sur des forums internet  d’extrême-droite tels que « F. Desouche » ou « Riposte laïque » s’étaient gaussés du terme « vague brune » estimant que nous pratiquions le raccourci, l’anachronisme, l’amalgame. Nous sommes historiens. Nous connaissons le poids des mots – et leur force d’interpellation. Nous sommes aussi attentifs à l’historicité du sens des mots. Depuis le succès phénoménal de la nouvelle Matin brun suite au 21 avril 2002, le terme « brun » évoque en France, le danger d’une extrême droite multiforme dont les thèmes se diffusent dangereusement dans le discours public. Il y a bien une vague qui s’étend, et elle n’est assurément pas rouge. Les thématiques charriées ad nauseam par Casali entrent indubitablement en résonnance avec les discours d’extrême droite. L’Histoire de France interdite est un symptôme édifiant de la banalisation de cette idéologie. Je ne sélectionnerai ici que quelques éléments parmi les plus saillants, en forme de florilège, parce que, somme toute, M. Casali ne s’étant pas donné la peine de solidement charpenter son livre, je ne vais pas le faire à sa place.

La France de Casali doit être obéissante, hiérarchisée, et rejeter le droit-de-l’hommisme,  si elle veut conjurer son  déclin : « l’individualisme démocratique actuel, tout à sa passion de l’égalité et du nivellement, répugne à la grandeur » assène-t-il.

Pour retrouver sa grandeur, il faut que, dans un enseignement de l’histoire valorisant les grandes batailles, chaque défaite de l’armée française soit associée à la victoire qui la compense : Austerlitz et Waterloo, Sedan et Bir Hakeim mais aussi Dien Bien Phu et  l’intervention militaire en Libye de 2012. Ainsi, dans l’imaginaire casaliste, l’intervention en Libye est associée à une  guerre coloniale. Sans commentaires.

La France de Casali doit donc aussi être viriliste. Lorsqu’il écrit que « l’ENA émascule le style » pour inviter ensuite à méditer un aphorisme du général de Gaulle : « la véritable école du commandement est la culture générale », il oppose l’énarque castrateur de la nation au chef de guerre qui la redresse[16].

Ces hauts fonctionnaires du ministère de l’éducation nationale, que Casali propose de rebaptiser « ministère de l’éducation altermondialiste » opèrent un « négationnisme déguisé » de la grandeur nationale, renforcé par « le révisionnisme historique, maladie infantile de l’histoire de France » propagé par les médias (de Gauche)[17]. Ces hauts fonctionnaires agissent de façon « insidieuse, hypocrite et sournoise ». Mais gare au professeur qui s’opposerait à eux, car l’éducation nationale est encore une « administration stalinienne »[18].

Casali parle beaucoup de la France, de ceux qui l’ont faite, essentiellement des rois et des chefs militaires, mais étonnamment, presque jamais des Français. Tout part d’en haut, des élites politiques, religieuses et guerrières, jamais d’en bas, ni même des élites culturelles. Sans François 1er, pas de renaissance en France ! Dans la France de Casali, la souveraineté populaire, les droits naturels ne sont pas mis en avant. Et lorsqu’il cite les philosophes des Lumières, c’est surtout pour louer leurs virulentes critiques de l’Islam et rappeler le danger des islamistes, dont l’influence est telle, dit-il, qu’ils ont failli faire interdire une pièce de Voltaire en 2005, dans l’Ain au Pays de Gex[19] ! Tremblez français.

Globalement, Casali tient un discours anxiogène, craignant même pour la « survie de la nation »[20]. En montant en épingle quelques paroles de groupes de Rap, quelques drapeaux étrangers déployés le soir de l’élection de Hollande, en reprenant aussi les contre-vérités sur les contestations de l’enseignement de l’histoire dans les banlieues,  il accuse  clairement les immigrés, où les jeunes français des quartiers durs d’ascendance immigrée, d’être une des causes majeures du déclin français, presque autant que les Inspecteurs Généraux d’histoire. Mais il se défend constamment de toute xénophobie, affirmant œuvrer pour favoriser l’intégration, nous dirions même l’assimilation, intégrale de ces populations à grands renforts de mâles figures héroïques de l’histoire de France.

En effet,  Casali multiplie les phrases alibis en  affirmant sans cesse sa volonté d’aider les immigrés, son attachement aux valeurs de la République, aux droits de l’homme. Et, concernant l’histoire et son enseignement, il répète qu’il faut bien sûr s’ouvrir au monde, exposer la complexité des faits, etc. Mais il ne développe jamais ces arguments-là. Ici réside le vide. Quant au trop-plein nous venons d’en avoir un aperçu ci-dessus.

De la responsabilité

Il n’y a rien à sauver dans le livre de Dimitri Casali, rien qui  puisse être défendu. Ses propos historiques, pédagogiques et politiques, ainsi que ce qui lui sert de méthode, sont affligeants. Mais M. Casali est loin d’être le seul responsable.

Responsabilité de son éditeur, qui vend tout de même 19 euros un livre formellement désordonné et répétitif.  Le travail de relecture aurait-il été sacrifié afin de sortir le livre pour la rentrée et faire un coup éditorial ?

Responsabilité de certains médias, des médias amis comme Le Figaro Magazine ou Le Figaro histoire ; mais aussi de L’Histoire qui lui accorde la légitimité d’un portrait, ou de « France 5 » qui l’interviewe à une heure de grande écoute.

Responsabilité enfin des professionnels de l’histoire car nous ne sommes pas assez nombreux à monter au créneau pour déconstruire de tels propos et réaffirmer les finalités critiques de l’histoire.

C’est ainsi qu’un hussard pataud chantant à tue-tête des clichés droitiers éculés peut surfer sur la vague brune et profiter d’un juteux marché éditorial.



[1] Catinchi Philippe-Jean, « Dimitri Casali, Rock an History », L’Histoire, N° 371, janvier 2012, p.18-19. Casali bénéficie d’une double page dans une rubrique qui accueille usuellement des portraits d’universitaires. Ainsi la sa biographie s’intercale-t-elle entre celles  de Daniel Roche (N° 370) et de Gerd Krumeich (spécialiste allemand de Jeanne d’Arc, N° 372)

[2] Casali Dimitri, L’Histoire de France interdite. Pourquoi ne sommes-nous pas plus fiers de notre histoire ?, JC Lattès, 2012, introduction, p. 17

[3] Idem et Beyeler Christophe, L’Histoire de France par la peinture, Fleurus, 2008.

[4] Casali Dimitri, L’Histoire de France interdite…op. cit., p. 216.

[5] Ibid, p. 33. On se demande d’ailleurs sur quelle enquête sociologique se base cette affirmation.

[6] Ibid., p. 21.

[7] Ibid., p. 102.

[8] https://www.youtube.com/watch?v=CjN9–slNIQ

[9] Ibid., p. 95.

[10] De Cock Laurence, Madeline Fanny, Offenstadt Nicolas, Wahnich Sophie, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Marseille, Agone, 2008, p. 38.

[11] Casali Dimitri, L’Histoire de France interdite…op. cit., p. 123.

[12] Ibid. p. 66-67.

[13] M. Casali, qui aime tant la musique et l’armée connaît sans doute cette chanson de hussards napoléoniens illustrant cet état d’esprit : « les hussards en campagne […]mangent les poules et les chapons et laissent les os pour les dragons »

[14] Le dernier chapitre de L’Histoire de France interdite reprend aussi Ces immigrés qui ont fait la France paru en 2007.

[15] Casali Dimitri, L’Histoire de France interdite…op. cit., p. 112.

[16] Ibid. p. 36.

[17] Médiapart et Marianne sont régulièrement visés par Casali.

[18] Ibid. p.50

[19] Ibid, p .211

[20] Ibid., p.65