Aquivo do autor: aggiornamento

 A-t-on vraiment besoin de programmes d’Histoire ? 

Compte-Rendu de la table ronde à Blois organisée autour des nouveaux programmes de collège et dans laquelle ne figuraient aucun enseignant du secondaire .

Table-ronde animée par Emmanuel Laurentin avec Michel Lussault, Raphaëlle Branche, Romain Bertrand, Patrick Boucheron. Hémicycle de la Halle aux Grains, Rendez-vous de l’Histoire de Blois, vendredi 9 octobre 2015 – 16h15

Raphaëlle Branche et Patrick Boucheron l’avouent d’entrée de jeu et avec beaucoup d’honnêteté : ils ne sentent pas légitimes pour intervenir précisément sur programmes, n’ayant jamais enseigné dans le secondaire. Il faut dire que la table-ronde à laquelle ils participent tous deux avec Romain Bertrand, autour de Michel Lussault, ne présente aucun enseignant d’Histoire Géographie du secondaire. Moment de tension sans attendre le milieu du film, vont-ils quitter l’hémicycle de la Halle aux Grains ? Non, ils s’exprimeront depuis leur position d’universitaires, enseignants – chercheurs, non sans intérêt pour le débat d’ailleurs. Mais, l’absence sur scène d’enseignants du second degré, venus si nombreux à Blois comme chaque année, interroge pour le moins. Comment parler des programmes sans les premiers concernés ? La distribution de la parole à Blois mérite aussi d’être débattue.

Sans faire durer inutilement le suspense, Michel Lussault répond d’emblée à la question de la table-ronde : non. Comme sur le ton de la confidence, il avoue que les programmes d’Histoire ne sont pas absolument nécessaires, en tout cas pas tels qu’ils sont envisagés. Il regrette que ceux-ci agissent tel « un fétiche » et préférerait que les enseignants puissent se référer aux compétences et se contenter de quelques repères à partir desquels bâtir leur enseignement. Le socle commun sera rappelé à plusieurs reprises et représente « la culture scolaire partagée ». Le socle commun : nouveau fétiche ? Il sera invoqué à plusieurs reprises – en particulier les « parties en bleu du document, accessibles au plus large public, avec les compétences travaillées qui sont les vrais objectifs disciplinaires et renvoient au socle ». Le socle : seul refuge du président CSP, qui en fait le garant de l’égalité républicaine.

À Emmanuel Laurentin qui rappelle les réactions suscitées par la publication des deux versions des programmes d’Histoire, et la crispation autour de sa personne, Michel Lussault répond qu’il est « passé de l’image du gauchiste à aujourd’hui une figure identitariste ». Il défend le CSP avançant : « on a échappé à une commission d’historiens nommée par le président de la République » et son travail, mettant en avant des « programmes véritablement neutres et suffisamment plastiques pour que les enseignants se les approprient » grâce à « une matrice à double entrée sur les compétences et sur les thèmes, ces derniers laissant beaucoup de place à l’esprit critique ». Plus tard, il soutiendra que les contenus des programmes ont été élaborés en tenant compte « des inspections et des expertises et remontées des profs de terrain, avec une vision informée de ce qu’il se passe dans les établissements ».

Selon lui, il n’y pas eu abandon de la liberté pédagogique des enseignants. Un peu plus tard, il revient sur la disparition des thèmes au choix, approche novatrice de la première mouture du printemps dernier : « il y a eu beaucoup de discussions au CSP là-dessus. Nous avons pris la décision de ne plus les maintenir, nous avons entendu les polémiques. Le CSP est pluraliste et une majorité de ses membres a considéré que cette question des choix n’était pas comprise, mais il n’y a pas eu de pression à ce sujet. La question des choix brouillait le message. (…) L’acceptabilité sociale et professionnelle de ce type de programmes n’était pas possible ».

Cette assertion ne fera l’objet d’aucune discussion.

C’est Patrick Boucheron qui sera véritablement le seul à porter la contradiction en soulignant : « l’amertume vient du sentiment d’occasion manquée, même si on sait qu’on se débrouillera toujours avec les programmes. Mais qui est le “on” ? Les collègues engagés dans leurs pratiques et habitués à enseigner dans le dos de l’institution qui les évalue et fait les programmes. Mais nous savons bien que tous les enseignants du secondaire ne sont pas ainsi ». Il regrette que « les autres voix que celles des ronchons et des réactionnaires n’aient pas été entendues. (…) Par exemple, on met les Grandes Découvertes dans la seconde mouture, alors qu’elles n’étaient pas dans la première, et qu’on sait que cela n’existe pas ».

Romain Bertrand et Raphaëlle Branche s’exprimeront de leur position d’universitaires. Le premier en défendant l’histoire – monde : « formidable opérateur heuristique pour les histoires nationales. Pas d’histoire nationale sans histoire – monde » et appelant à faire jouer les différentes formes de savoirs critiques contre un récit identitaire, la seconde en insistant sur  la rapidité avec laquelle la recherche est transmise dans l’histoire scolaire, précisant même que, parfois, la discipline scolaire devance la recherche comme avec le sujet d’étude « les historiens et les mémoires de la guerre d’Algérie » en Terminale, thématique qui n’a jamais fait l’objet de travaux de recherche.  Elle plaide pour un rapprochement entre le Supérieur et le Secondaire, en insistant bien sur la réciprocité des apports.

On aurait pu s’attendre à un débat houleux avec la salle. Ce ne fut pas le cas. Les réactions les plus vives ayant consisté à regretter le grand silence des universitaires sur les polémiques et réactions hystériques du printemps dernier ; ou « l’autonomie mise à mal par les politiques, avec le discours de François Hollande et celui de Najat Vallaud-Belkacem sur l’histoire de France ».

Patrick Garcia fait tout de même remarquer que l’absence de définition des volumes horaires par le programme rédigé par le CSP ne peut être tenue, comme l’indique Michel Lussault, comme un appui à la liberté des enseignants car ces programmes seront immédiatement traduits en progression et donc en volumes horaires par les formateurs et les IPR.

Il regrette que n’ait pas été évoqué le climat d’hystérie qui a accueilli à droite la première mouture des programmes – on a été jusqu’à parler de « coup de poignard dans le dos » – or c’est face à cette mobilisation conjuguée à d’autres prises de position dont celle de Pierre Nora que s’est effectuée une rupture avec les avancées du projet et un retour en arrière.

De ce point de vue il faut déplorer que la distance entre le pouvoir politique et la fabrication de programmes ait été aussi courte. Dès le discours où François Hollande rappelle l’importance de l’histoire de France puis le discours inaugural à la journée de juin 2015 à la Sorbonne de Najat Vallaud  Belkacem : la messe est dite et cette journée n’aura été qu’une mascarade. Cette dernière évolution est particulièrement préoccupante. Michel Lussault  ne répond pas à cette intervention…

À un collègue dénonçant l’aberration de la mise en place des nouveaux programmes à tous les niveaux dès la rentrée prochaine, il ne sera fait aucune réponse.

D’autres prises de parole ont consisté à féliciter et à remercier Michel Lussault, un collègue plaidant pour « des programmes carrés », un autre « pour les jalons posés » par ces programmes.

Effet d’intimidation et de distanciation ? Quoi qu’il en soit on ne peut pas dire que les programmes publiés le mois dernier aient fait l’objet d’un réel débat et de réactions représentatives de la part des enseignants du secondaire. On ne peut pas dire que le dispositif blésois permette une discussion de fond sur les contenus et les pratiques de classes.

Prendre la parole sans lever la main

 12096116_912273692195045_2685989959034485956_n

Rédactrice : Laurence De Cock

Tribune parue dans L’Humanité le jeudi 8 octobre dans le cadre d’une semaine consacrée aux intellectuels et l’émancipation : http://www.humanite.fr/comment-les-penseurs-de-lemancipation-peuvent-ils-reinvestir-lespace-public-3-586101

La confiscation des débats publics par des polémistes grincheux n’est pas que le symptôme d’un monde médiatique inféodé à la valeur marchande d’une société crispée sur ses aigreurs et ses peurs. Elle est aussi celui d’un mépris caractérisé à l’égard de celles et ceux dont le savoir ne repose pas sur la circulation d’idées dans les cercles mondains, mais sur le fruit d’expériences inscrites dans la routine de l’ordinaire, celle du travail notamment.

Cette disqualification publique de l’expertise des praticiens est particulièrement criante lorsqu’il s’agit de l’école. Les récents débats sur la réforme du collège nous ont en effet valu une grandiose danse de la pluie par des intellectuels (qu’il faudra bien un jour se résoudre à appeler autrement) qui, au-delà de leurs connivences sociales naturelles, ont en commun de n’avoir jamais passé plus de quelques minutes dans une classe ces quelques dernières décennies. On pourrait d’ailleurs saluer la prouesse de ces médecins malgré eux qui diagnostiquent sans croiser leurs patients si cela n’avait pas des effets si délétères sur les conditions de travail déjà fortement mises à mal. Car le ventriloque semble être aujourd’hui l’un des métiers le plus porteurs quand les enseignants, eux, subissent une extinction de voix qui s’éternise un peu trop. Que disent donc celles et ceux qui « nous parlent » dans les médias ? D’abord ils congratulent avec une visqueuse condescendance, les profs sont des héros, rien que ça ; les profs ensuite, ils les aiment d’amour, parce que c’est le plus beau métier du monde. Mais tout de suite ils grondent et préviennent du désastre qui vient : l’école ne fait plus son travail, le niveau baisse, les élèves sont rois et l’autorité s’écroule. Frisson d’effroi. Mais ces deliriums en boucle de quelques notables n’ont rien de très original. Ce qui l’est davantage, c’est le crédit qui leur est accordé du côté médiatique et ministériel. Il n’a pas fallu longtemps en effet pour que ces lamentations atteignent le sommet de l’Etat et provoquent des infléchissements immédiats de discours et de politique. Récemment sur les programmes scolaires, de Matignon à Grenelle, on s’est senti obligé de répondre ces critiques et de réécrire avant même que les enseignants ne se soient exprimés. Nous en sommes donc là, à ce moment où l’Ordre du Jour (qui n’a jamais aussi bien porté son nom) est posé par les angoissés de la République tandis que, sur le terrain, des enseignants encore parfois trop disciplinés attendent en vain en levant la main qu’on daigne réveiller leurs cordes vocales.

Il faut prendre acte donc, et se saisir du bâton de parole sans attendre que quiconque nous le tende. Tel sera l’un des chemins de l’émancipation. Par l’indiscipline, contre les codes et les normes bien huilées du circuit de la décision, occuper la critique, faire valoir une intelligence des choses qui surgisse des pratiques sociales, et réveiller ainsi l’impertinence et la saveur de la subversion.

Il nous faudra temps, courage, pugnacité et abnégation pour refuser les Ordres du Jour teintés des seuls horizons de la surveillance et de la mise au pas, et pour refuser les pièges de l’âge d’or tendus par les marchands de nostalgie. Mais l’horizon de l’émancipation ne se monnaye pas. Il s’invente.

Enseigner l’histoire à l’école. Donner goût et interroger le passé pour faire sens aujourd’hui

index

Rédactrice : Patricia Legris

Benoît FALAIZE, Enseigner l’histoire à l’école. Donner goût et interroger le passé pour faire sens aujourd’hui, Paris, Retz, 2015, 79 p.

 Le petit ouvrage de Benoît Falaize a tout d’abord pour mérite de traiter de l’histoire à l’école primaire. En effet, les chercheurs, qu’ils soient historiens ou didacticiens, à s’intéresser à ce niveau sont peu nombreux. L’objectif visé par l’auteur est de décomplexer les professeurs des écoles par rapport à l’enseignement de l’histoire. Le livre se veut donc une invitation à enseigner l’histoire en s’amusant et en intéressant les élèves. Constatant un paradoxe actuel (alors que les professeurs des écoles sont plus diplômés que leurs prédécesseurs, ils craignent maintenant d’enseigner l’histoire), cet ouvrage dégage plusieurs problèmes posés à cette discipline en France : sa place hautement symbolique dans notre société, liée certainement aux finalités multiples qui lui sont assignées (civique, morale et culturelle principalement), le manque de formation des enseignants et la méconnaissance de la didactique.

Le début du livre présente les débats au cœur des desquels l’histoire en primaire a été questionnée. L’intérêt de remonter jusqu’au XIXe siècle est de montrer à quel point les arguments mobilisés en faveur du statisme de la discipline ne changent guère. Par exemple, au moment de la première guerre des manuels déclenchée aux débuts de la Troisième République, des arguments qui rappellent ceux employés encore aujourd’hui sont avancés : les élèves n’apprendraient plus les dates et ne connaîtraient plus les grands personnages de l’histoire de France. L’auteur montre que la stabilité de l’histoire scolaire à l’école primaire, signalée par les rares changements de programmes entre 1882 et les années 1970, est ébranlée depuis l’éveil. L’absence de consensus sur ce qui doit être en histoire est particulièrement visible depuis les années 1980 : les débats autour du « roman national », du rôle joué par l’histoire et sa place à l’Ecole ainsi que la valse des changements de programmes illustrent le malaise que traverse depuis plusieurs décennies cette discipline scolaire. Benoît Falaize constate ici la difficulté de passer d’une histoire nationale téléologique à une histoire moins nationale et plus critique.

L’auteur fait ensuite un plaidoyer en faveur de l’enseignement de l’histoire à l’école primaire. Selon lui, elle remplit plusieurs fonctions auprès des élèves : elle aiguise leur curiosité ; elle forge leur esprit critique et leur apprend la tolérance car elle les initie à la contingence des faits qui sont relatifs ; enfin, l’histoire permet de comprendre en quoi le passé éclaire le présent, en livre des clés de compréhension. L’écho du passé dans le présent de la classe se manifeste par exemple par les questions socialement vives qui témoignent des tensions contemporaines de la société. Benoît Falaize rappelle cependant à juste titre que ces clivages ne sont pas récents. Déjà au XIXe siècle, la Révolution française faisait débat. De même pour l’enseignement des guerres de religion qui ont laissé des traces dans certaines régions de France. Ce qui est nouveau en revanche, c’est la transformation des problèmes sociaux en problèmes ethniques. Les questions socialement vives deviennent maintenant dans certaines classes des enjeux identitaires (p.33). Les débats mémoriels croissants mettent en tension certains cours d’histoire, ce qui effraie bon nombre de professeurs des écoles.

Craignant de devoir affronter ce genre de situation, et n’ayant pas toujours les clés pour gérer cela, les professeurs des écoles se réfugient dans l’enseignement des périodes ancienne et médiévale. Ainsi, la préhistoire, le château fort sont des sujets très bien traités, même parfois trop longtemps traités, au détriment de la période contemporaine, notamment de l’après 1945. Là, Benoît Falaize propose une posture à adopter par les professeurs des écoles (mais qui serait également valable pour les enseignants du secondaire), à savoir s’appuyer uniquement sur des savoirs historiques afin d’être suffisamment confiant et armé pour répondre aux remarques des élèves, pour oser traiter toutes les questions (comme les faits religieux) sans tabou. Il rappelle que l’enseignant doit rester neutre dans sa pratique. Cependant, l’auteur explique également que le professeur doit promouvoir l’idéal républicain (en cela ne sortirait-il pas de sa neutralité ?) par l’enseignement de « héros d’humanité » auxquels les élèves s’identifient, ou non. Pour cela, le lecteur aurait aimé davantage d’exemples.

Concernant les pratiques pédagogiques, l’auteur part du constat que les élèves savent des choses en histoire lorsqu’ils entrent en 6e. L’enseignement dans le primaire a donc été à certains égards efficace. Pour répondre à son objectif initial (décomplexer les PE), Benoît Falaize expose comment les enseignants peuvent construire, facilement selon lui, une séquence d’histoire. On aurait aimé ici plus de détails, d’exemples et surtout de témoignages en ce qui concerne l’usage pédagogique des documents en classe (notamment des textes et des documents iconographiques), la construction de la frise chronologique et l’élaboration collective de la trace écrite. Selon lui, le récit donné par l’enseignant lorsqu’il raconte l’histoire serait efficace auprès des élèves. On voudrait le croire mais est-ce toujours le cas ? S’il suffisait de raconter l’histoire pour attirer l’attention des élèves, pourquoi tant de professeurs des écoles auraient-ils peur de le faire ? N’est-ce pas une vision trop idyllique de l’histoire enseignée ? Des développements « concrets » auraient certainement permis de répondre à ces questions et de fournir des astuces aux professeurs des écoles.

Si l’on suit l’auteur, on peut dire que plutôt que plus de formations centrées uniquement sur les contenus, les professeurs des écoles attendraient des formations qui apprennent à vulgariser les savoirs historiques pour les transmettre aux élèves. Bref, plus de didactique de l’histoire accessible et compréhensible par des non-spécialistes. Malgré les développements et les exemples que le lecteur peut attendre à l’issue de cette lecture, on peut conclure que l’auteur est parvenu avec ce livre à cette tâche de vulgarisation.

La citoyenneté sous l’antiquité : enseigner avec l’historiographie

pee319

Rédactrice : Servane Marzin

Cet ensemble de textes et le tableau qui les accompagnent reposent sur l’articulation entre textes d’historiens et textes antiques. Prolongeant une réflexion déjà engagée sur le carnet de recherche, ils proposent une situation didactique concrète, visant à encourager un usage plus régulier et plus visible des questionnements historiens, mais aussi à surmonter l’abattement intellectuel qui grandit dans nos rang, à mesure que les programmes d’histoire se recroquevillent et nous paralysent.

Le cadrage du chapitre[1] consacré à l’invention de la citoyenneté dans le monde antique, qui se décline en deux temps –citoyenneté et démocratie à Athènes (Ve-IVe siècle av. JC ) , puis citoyenneté et empire à Rome (Ie-IIIe siècle)‑ invite les enseignants à construire leur séquence autour de la notion d’appartenance citoyenne, sous une forme à la fois politique, économique et culturelle, dans une perspective comparatiste. Après avoir contextualisé la construction du système démocratique athénien, nous devrions ainsi conduire le travail des élèves sur les évolutions de ce système, ses paradoxes et ses difficultés. Périclès est proposé en « fil rouge » du chapitre, selon le principe désormais bien rodé de l’étude de cas dans les programmes d’histoire du secondaire. Quant à l’étude sur Rome, elle vise explicitement à élargir la réflexion des élèves aux autres formes d’appartenance citoyenne, comme les rites religieux, le mode de vie, l’insertion à un espace économique prospère. La connexion avec le présent ne laisse aucun doute ; il s’agit, au fond, de montrer que la république française ‑ démocratique et intégratrice‑ conjugue les qualités des deux systèmes .

Or cette ambition civique à peine dissimulée pose des problèmes évidents aux enseignants. Concentrés sur leur ligne d’arrivée idéologique, les rédacteurs des programmes ‑puis des fiches eduscol‑ imposent des contenus réducteurs, qui gênent considérablement la construction d’une approche « synthétique, conceptuelle et problématisée[2] » du sujet. La question de l’articulation entre empire romain et citoyenneté repose ainsi sur deux sources – les tables claudiennes et l’édit de Caracalla‑ qui ne conviennent tout simplement pas à la mission civique qui leur est assignée ! Le seul discours de Claude en réponse à la demande des Gaulois d’accéder au Cursus Honorum  ne permet pas de comprendre les enjeux et les formes d’une assimilation large, « par le bas », puisqu’il ne fait que justifier l’intégration d’une élite économique et sociale gauloise à des sphères de pouvoir relativement étroites, et non à la citoyenneté dans son ensemble[3]. Quant à l’étude de l’édit de Caracalla, quoique plus facile, elle sert de point final au chapitre alors que sa genèse mais aussi ses conséquences sont très discutées ‑ dans le cadre d’un débat plus large sur la notion de romanisation. Enfin, l’étude des liens entre citoyenneté et démocratie à Athènes ne fait pas une place spécifique aux cadres et aux évolutions des conditions d’appartenance à la citoyenneté, sauf lorsque des exclus eux-mêmes font naître le débat – les femmes, en l’occurrence. Or la délimitation entre inclus et exclus évolue. Surtout, à focaliser sur la question des débats[4] et à affirmer que « le démos athénien a su gouverner avec beaucoup de lucidité et de compétence[5] » , les rédacteurs passent sous silence la question des pratiques de pouvoir, et notamment le poids exercé par les citoyens les plus riches sur l’ensemble du système.

C’est pour dépasser cette rhétorique de programme, et notamment sa propension à ignorer la dimension sociale de la question politique, que j’ai choisi d’inclure des textes d’historiens dans le recueil de documents soumis aux élèves. Leur usage permet de procéder à des généralisations qui enrichissent en retour la lecture de certaines sources, je pense notamment à l’articulation entre l’Edit de Caracalla et l’extrait d’article de J. Burbank et F. Copper, ou aux propos de P. Schmitt Pantel, qui questionnent le fonctionnement théorique de l’Ecclésia. C’est aussi un formidable outil de simplification, car la lecture d’inscriptions ou de textes antiques repose sur la compréhension implicite de contenus peu préhensibles par des élèves de seconde –comme la notion de magistrature chez Aristote. Enfin, cela amorce la discussion avec les élèves sur les modalités de construction des savoirs historiques, et sur l’articulation entre passé et présent – y compris pour discuter du sens de ce chapitre. Il est possible que mes choix de texte paraissent peu pertinents aux spécialistes de chaque sujet, ou que des discussions historiographiques récentes les aient rendu obsolètes ; c’est un écueil de cette démarche. En m’appuyant largement sur des revues et des auteurs scientifiquement reconnus, j’espère avoir en partie limité ce risque. Si tel n’était pas le cas, cet ensemble ne demande qu’à être amélioré !

Documents à télécharger :

http://pdf.lu/W1S0 (recueil de textes)

http://pdf.lu/xh8a (tableau)

[1]http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/76/5/LyceeGT_Ressources_HGEC_2_Hist_03_T2CitoyDemoAthenes_148765.pdf

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/76/7/LyceeGT_Ressources_HGEC_2_Hist_04_T2CitoyDemoRome_148767.pdf

[2] http://media.education.gouv.fr/file/special_4/72/5/histoire_geographie_143725.pdf, p. 1

[3] Une première expérience didactique au plus près du programme l’année de sa mise en œuvre m’en a convaincue.

[4] Les débats sont également au cœur des préconisations officielles d’EMC

[5]http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/76/5/LyceeGT_Ressources_HGEC_2_Hist_03_T2CitoyDemoAthenes_148765.pdf, p. 2

Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire

Rédactrice : Hayat el Kaaouachi

 41-wULg9GZL._SX339_BO1,204,203,200_

Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire est un livre publié chez Libertalia en 2015. Les deux auteurs William Blanc, doctorant en histoire médiévale Christophe Naudin, professeur d’histoire-géographie avaient déjà travaillé en commun en 2013 à l’occasion de leur précédent ouvrage, Les Historiens de garde. Dès l’avant-propos rédigé par Philippe Joutard, le ton est donné. Ce livre est la déconstruction d’un usage partisan du passé. Les mots de Paul Valéry sont cités pour préciser cette ambition : « L’histoire est le produit le plus dangereux que la chimie de l’intellect ait élaboré. Ses propriétés sont bien connues. Il fait rêver, enivre les peuples, leur engendre de faux souvenirs, exagère leurs reflexes, entretient leurs vieilles plaies, les tourmente dans leur repos, les conduit au délire des grandeurs ou a celui de la persécution et rend les nations amères, superbes, insupportables et vaines. L’histoire justifie ce que l’on veut ». Extraites de Regards sur le monde actuel publié en 1931, ces quelques lignes nous renseignent autant sur un contexte que sur l’objet même de la réflexion, rappelant que malgré toute force d’objectivité, l’historien le plus rigoureux est un témoin et un acteur de son temps. Ainsi, le sujet choisi par Blanc et Naudin fait écho aux réappropriations identitaires d’une histoire nationale reléguée au rang de prétexte politique ou culturaliste :

« C’est en effet un lieu commun de penser que Charles Martel a été une figure de proue du courant nationaliste en France. Cela s’avère surtout vrai depuis une quinzaine d’années, et sa figure semble en passe de devenir une référence commune, et transnationale, de nombre de courants réactionnaires unis dans le rejet de l’islam et des populations musulmanes ».

Cherchant à retrouver les fluctuations de l’appropriation de cet épisode depuis le VIIIème siècle, l’objet des deux auteurs est de revenir sur les représentations d’un évènement au fil du temps et de rendre une réalité historique à un sujet érigé en mythe. Mais, au delà d’une attendue entreprise scientifique de démythification, ce livre interroge aussi un rapport aiguisé au passé qui, s’il n’est évidemment pas le propre de notre décennie, renvoie de manière impérative à la portée démocratique de l’écriture et de la transmission de l’histoire. Alliant l’efficacité de l’inventaire à l’analyse croisée de sources parcellaires mais d’horizons variés, Charles Martel et la bataille de Poitiers est un livre riche d’indices, de traces et d’arguments pour mettre en perspective l’évènement lui-même et prendre la mesure d’une postérité récemment surestimée.

La bataille, tout d’abord, est contextualisée et ramenée à sa dimension politique et militaire. Opposant les Arabes aux Francs, les auteurs redisent combien elle est le résultat d’une lutte d’influences sur l’Aquitaine et, si tous les tenants n’en sont pas encore mis à jour, son caractère proprement classique dans un période d’invasions ne fait pour les historiens pas de doute. Loin des interprétations essentiellement religieuse voire « civilisationnelle», l’ouvrage a donc cette première exigence scientifique de revenir à une compréhension méthodique de l’événement. Avec précision, insistant au passage sur l’organisation politique du royaume des Francs et sur les tensions propres aux rivalités régionales du VIIIème siècle, les deux auteurs ont replacé la bataille dans un temps et un espace où les Arabes, considérés indifféremment comme païens ou musulmans, représentaient aux yeux des Francs des envahisseurs moins préoccupants que les Saxons. Ainsi neutralisée, la bataille ne peut définitivement pas se lire comme la matrice de toutes celles qui ont depuis opposé l’Occident à l’Orient. De même, l’étude appliquée des sources étoffe la figure de Charles Martel pour en souligner la complexité. Maire du palais souvent attaqué par des membres éminents de l’Eglise pour sa confiscation des biens du clergé, pratique alors récurrente mais toujours dénoncée dans les écrits monastiques, il est dès son vivant l’objet de vives critiques au sein du royaume et présenté comme un ennemi de l’Eglise.

Après ce retour nécessaire à l’historicité de la bataille de Poitiers et de Charles Martel, William Blanc et Christophe Naudin se sont attelés à suivre la portée de l’évènement et de l’homme jusqu’à nos jours. Pour appréhender au mieux leur postérité, leurs mémoires, leurs réappropriations plurielles, les deux auteurs ont convoqué la littérature, la peinture, les arts populaires (images d’Epinal notamment), les historiens du XIXème siècle. Cette exhaustivité des points d’accroche permet de mettre en relief la multiplicité des expressions individuelles et collectives d’une ré-écriture du passé et des rivalités mémorielles. On peut d’ailleurs y retrouver des modes intellectuelles comme le rapport longtemps positif au monde arabe et à l’islam, malgré des crispations économiques ou politiques associées à des moments bien précis comme la conquête et la colonisation de l’Algérie ou les conflits de décolonisation.

Attentifs à rendre compte de l’histoire et de son appropriation/déformation, les deux auteurs sont aussi soucieux, dans la mesure des sources disponibles, d’en souligner les dynamiques tant « par le haut que par le bas ». Et, que ce soit par la prise en compte de la « statuomanie » au XIXème siècle, des timbres postaux, du recensement des images de la bataille et de Charles Martel dans les manuels élémentaires de la IIIème et IVème républiques ou encore dans la chanson, l’opéra, le cinéma ou la bande dessinée au XXème siècle, les nombreuses analyses de ces formes de représentations et de conscience du passé font de la bataille de Poitiers un événement périphérique de l’histoire nationale et de Charles Martel un personnage secondaire. Ce dernier, moins souvent adopté et représenté que Charlemagne ou Saint Louis par les différentes dynasties françaises fut aussi moins référencé que Jeanne d’Arc dans les témoignages populaires. Le retour détaillé sur l’histoire scolaire et périscolaire conforte cette tendance. Que ce soit dans l’édition 1913 de l’Histoire d France. Cours moyen de Ernest Lavisse ou dans le Tour de France par deux enfants d’Augustine Fouillé publié en 1877 tous deux vendus à des millions d’exemplaires sous la IIIème République, la bataille ou Charles ne sont que très furtivement évoqués et jamais représentés. Si William Blanc et Charles Naudin précisent bien que les occurrences sont plus nombreuses dans les manuels scolaires publiés sous Vichy ou sous la plume de Jacques de Bainville, membre actif de l’Action Française, ils rappellent aussi que ni l’évènement, ni le personnage ne participent alors vraiment à une construction fantasmée du roman national.

Plus précisément, suivre la figure de Charles Martel dans le temps renvoie aussi aux facilités d’emprunts et aux limites de la biographie. Le maire du palais présenta pour le coup des affinités très variables selon les périodes et les partis. Critiqué par les jésuites, les Lumières, les révolutionnaires pour lesquels il pouvait incarner les prémices d’une monarchie trop centralisée et trop autoritaire, il eut droit à des lignes d’admiration sous la plume de Chateaubriand. A rebours de la fascination pour la civilisation arabo-musulmane parfois exposée par Voltaire et certains philosophes des Lumières, l’auteur du Génie du christianisme fit de Charles Martel un défenseur naturel contre le despotisme et la barbarie résumant de la sorte les croisades à une réplique légitime de l’Occident.

Avec Drumont dans la France juive publié en 1886, la référence à Charles Martel sert la dichotomie entre le « eux » et le « nous » pour attaquer le juif comme ennemi de l’intérieur. Dans ces nombreuses interprétations du passé, l’histoire ainsi détournée, revisitée raconte les tourments d’une époque et de ses contemporains. Un des apports du livre est de souligner comment une figure historique aux usages partisans, les échos choisis d’une bataille parmi d’autres annoncent les pièges de l’identité culturelle quand, figée dans le temps et l’espace, elle en devient exclusive. Les auteurs reviennent également sur l’interprétation idéologique de l’évènement aux Etats-Unis. De fait, entre 1990 et 2001, l’effet conjugué des guerres de l’ex-Yougoslavie et les premières réactions après le 11 septembre 2001 fut propice à la diffusion d’interprétations politiques et intellectuelles comme celle de Samuel Huntington. Validant l’opposition d’un Occident strictement chrétien à un Orient forcément musulman, c’est ce détour transatlantique qui encouragea Bruno Megret et Jean-Marie Le Pen à se réapproprier une lecture réductrice de l’évènement, allant jusqu’à faire de l’année 732 le point de départ d’un combat ancestral, permanent et nécessaire contre les Arabes et l’islam. De cette manière, les partis d’extrême droite et dans leur sillage, de nombreux ouvrages de vulgarisation historique, participèrent à la construction assumée d’un mythe identitaire, comme histoire fantasmée et racontée telle une interprétation du monde. Les derniers chapitres du livre reviennent sur cette fabrique du mythe non comme processus anthropologique mais comme discours politique aussi bien opportuniste qu’idéologique. S’appuyant dans ce cas sur les idées de choc des civilisations ou d’insécurité culturelle, il offre à l‘extrême droite française l’occasion de renouveler son argumentaire xénophobe et s’accompagne très souvent du reproche fait aux élites de falsifier l’histoire de France pour tromper le peuple, le « grand remplacement » allant alors de pair avec un « grand effacement ».

Si l’on peut regretter dans l’ouvrage une logique démonstrative parfois répétitive, on doit toutefois en souligner l’ambition épistémologique. Dans un contexte de passions politiques qui prennent appui et nourrissent à la fois le règne de l’opinion et la déconsidération des savoirs construits, Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire expose une fabrique du populisme et renvoie l’enquête de l’historien à sa qualité scientifique et à sa fonction sociale. Démontrant la confiscation récente et détournée d’un personnage et d’un évènement du passé appartenant à tous, les deux auteurs prouvent que l’histoire, par ses supports, ses outils, ses méthodes, peut participer à la neutralisation d’un objet collectif loin de toute injonction d’adhésion ou de condamnation. Soit une invitation supplémentaire à la mobilisation permanente des sciences sociales dans l’affirmation du réel.

 

 

 

 

Réfléchir à la question des migrants et des réfugiés à l’école

Rédacteur : Matthieu Clément 

Le métier d’enseignant n’est ni de coller à l’actualité, ni de répondre à toutes les questions. Il n’en a pas le temps, ni toujours les moyens, ni toujours l’envie. Il est aussi citoyen, engagé ou pas qui subit également l’actualité. Il n’a pas que des réponses.

Néanmoins, il se doit de mettre en questions et en réflexions ses élèves en proposant une mise à distance de l’effroi qui franchit parfois leurs murs en partage (Facebook ou autres).

Car c’est bien ce qui s’est passé avec les photos d’Aylan, cette première semaine de septembre 2015 pour une grande majorité de nos élèves.

Aussi, les documents qui constituent ce dossier en partage, ont été recherchés, sélectionnés et sourcés afin de proposer une aide à la lecture de la crise des réfugiés en Europe. Le travail a été effectué lors de deux séances d’une heure en Education Morale et Civique avec des classes de seconde, première STMG et Terminale.

Pour remettre en perspective ce qu’il convient d’appeler un événement médiatique, il fallait rappeler l’importance des contextes : temporels (long et court) et spatiaux (dans une approche multiscalaire). Pour ensuite comprendre via des supports variés : le rôle des mots (article de presse), des statistiques (infographie) ou encore des dessins de presse. Enfin permettre l’élaboration de commentaires à propos de deux situations problèmes, ayant fait l’objet de polémiques (plus ou moins relayées par les médias.)

EMI

L’Education aux Médias et à l’Information (EMI) est inscrite dans les enseignements disciplinaires à tous les niveaux. Sa mise en place n’a pas fait l’objet de réel débat. Une des raisons résidant, a n’en pas douter, dans sa distillation au gré des programmes scolaires, sans profilage horaire clairement défini. Elle n’est pas une question d’emploi du temps. Elle ne fabrique pas ou peu de formation. Elle est pourtant, souvent, une des raisons de notre engagement quotidien dans notre métier d’enseignant.

Note : Les documents constituant ce petit dossier « Prendre le temps de comprendre une actualité » sont tous disponibles sur le Net (ce qui ne signifie pas qu’ils soient libres de droits). Mais c’est bien là une liberté fondamentale de l’enseignant que de pouvoir choisir les supports de la réflexion proposée à ses élèves grâce au web dans une approche critique et responsable. L’exception pédagogique dans l’utilisation de tout document en classe n’est toujours pas à l’ordre du jour.

Télécharger le dossier documentaire ici

LISTE DES SITES CONSULTES POUR REALISER CE DOSSIER

Dossier des décodeurs du journal Le Monde : Comprendre la crise des migrants en Europe.

http://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/04/comprendre-la-crise-des-migrants-en-europe-en-cartes-graphiques-et-videos_4745981_4355770.html?xtref=acc_dir

  • Sélection d’une partie de l’infographie

http://cdn1.img.fr.sputniknews.com/images/101781/82/1017818200.png

  • Migrants et réfugiés : des mots aux frontières bien définies

http://www.liberation.fr/monde/2015/08/28/migrants-et-refugies-des-mots-aux-frontieres-bien-definies_1371340

http://fr.calameo.com/books/001968470301d92228afb

  • Manipulation d’une photo de migrants, l’AFP porte plainte contre Robert Ménard pour contrefaçon

http://www.metronews.fr/info/beziers-manipulation-d-une-photo-de-migrants-l-afp-porte-plainte-contre-robert-menard-pour-contrefacon/moio!v5YCBGHXov06I/

  • Europe et réfugiés : l’élargissement par Etienne Balibar

http://blogs.mediapart.fr/blog/ebalibar/150915/europe-et-refugies-l-elargissement-par-etienne-balibar

Les nouveaux programmes d’histoire tombeaux de la liberté pédagogique


Rédactrice : Véronique Servat

L’écriture des programmes d’histoire est toujours sujette à polémiques répandues dans l’espace public à coups de d’éditos cinglants et de Unes racoleuses. Du « on n’enseigne plus l’histoire à nos enfants » d’Alain Decaux en 1979, jusqu’au très récent « massacre des innocents » de Marianne, en passant par les récurrents numéros spéciaux du Figaro Histoire sensés nous dire toute « la vérité sur l’histoire à l’école »[1] que l’on assassine, nous sommes régulièrement « fournis » par les habiles dealers de la réacosphère qui délivrent leurs doses avec une régularité de métronome. C’est comme cela que l’on tient un marché juteux.

Un autre groupe dont les intérêts croisent parfois le premier s’est spécialisé dans la préservation de l’existant. Ces gardiens du temple vouent un culte à la chronologie des programmes scolaires. Dès qu’un projet s’élabore, on vérifie que rien n’est oublié. L’absence d’une thématique (au hasard, les causes de la 1ère guerre mondiale) déclenche automatiquement la préparation en grandes pompes du cortège funèbre. Entre l’église et le cimetière,  on agite alors les fantasmes les plus fantaisistes sur la disparition de la chronologie, réduite à la succession des dates, et on réclame l’ajout au programme de ce qui est oublié car sinon « ils » ne pourront pas comprendre. Le « ils » ce sont des collégiens de 11 à 15 ans, qui se retrouvent ensuite à devoir ingurgiter des programmes pléthoriques rédigés avec une terminologie de questions de concours pour agrégatifs qu’ “ils” ne comprennent certainement pas davantage.

Ces deux clans injectent régulièrement dans les veines médiatiques avides de trips plus « buzzant » leurs avis, préconisations, indignations, cris de révoltes et amalgames sensationnalistes. Le pouvoir politique à l’affut de la polémique qui pourrait faire chuter le sondage tremble, affute quelques éléments de langages, et resserre la vis dans la pénombre des cabinets ministériels pour répondre aux détracteurs. L’adage étant de ne pas nourrir le buzz, on temporise, œuvrant avec patience à satisfaire celui qui crie le plus fort. Ce faisant on distille un arsenal d’éléments de langages pour faire croire qu’il y a eu écriture collégiale, que tout le monde a été écouté et, comme s’est plu à le rappeler Michel Lussault à la veille de la sortie des projets de programmes que « toutes les critiques ont été prises en compte ».

 L’écriture d’un programme d’histoire doit-elle être guidée par le seul souci de museler les critiques d’animaux médiatiques en mal d’audience et d’éditorialistes addicts de la métaphore de champ de bataille ? D’ailleurs où sont-ils maintenant que leurs vociférations ont été entendues et satisfaites, et que les enseignant.e.s se retrouvent acculé.e.s à mettre en œuvre des programmes devenus infaisables. Car s’il y a bien une chose dont ont besoin les programmes d’histoire, c’est de faisabilité, n’en déplaise à Pierre Nora. Par faisabilité, on entend : octroyer de la souplesse dans les contenus à traiter afin de pouvoir les aborder sans devoir les survoler ; faire des choix et accepter qu’on ne peut pas tout voir si l’on veut mieux comprendre. Par faisabilité on entend de laisser le temps aux élèves de rentrer dans les apprentissages, les notions, les concepts, leur offrir des possibilités d’approfondissement, de digressions. Par faisabilité, on entend aussi de laisser le choix à l’enseignant de traiter son sujet selon la problématique qui lui sied, lui autorisant des digressions (car le plaisir d’enseigner n’emprunte pas que l’autoroute à grande vitesse du programme), en ayant le choix de moduler le temps passé sur chaque thème en fonction des impératifs qui s’imposent librement choisis (caractéristiques du public, nécessité de varier ses pratiques pédagogiques, volonté de mener des projets, etc).

Ce vendredi 18 septembre 2015, en rendant public les projets de programmes d’histoire c’est au bagne pour plusieurs années que le CSP vient de condamner les enseignants d’histoire-géographie. Avec des horaires qui n’ont pas changé, les choix possibles qui existaient dans la version précédente ont tous, sans exception, été sacrifiés. Mécaniquement, on assiste à une inflation du nombre de thèmes à traiter. Les énoncés sont larges mais leur descriptif est tel que, dans le temps qui sera imparti pour les traiter, les professeurs qui devront les mettre en œuvre n’auront plus qu’à suivre les fiches cuisine Eduscol que la DGESCO ne manquera pas de nous servir, assorties de cet immonde chronométrage, pour espérer mettre deux minutes la tête hors de l’eau. Il est vrai que dans l’Education Nationale, droite et gauche aiment délivrer un discours schizophrène à celles et ceux qui font la classe : nous faisons confiance à vos compétences, mais surtout faites comme on vous dit, restez dans les clous et marchez droit.

Des exemples ? Prenons la classe de 3ème. Nous disposons de 32 semaines de cours desquelles on défalquera 1 semaine consacrée au stage en entreprise. L’horaire pour l’histoire-géographie est de 3h par semaine. Si tout va bien (pas de journées de formation, pas de voyages et de sorties scolaires, pas de brevet blanc, pas de journée pour faire passer d’oral d’HDA, pas d’ASSR et de séance sur l’orientation sur vos heures de cours, bref si votre année est une mer d’huile) vous disposez de 93 heures pour faire ingérer à vos charmantes têtes blondes le programme. Notons au passage les inflexions qui font toute la savoureuse légèreté de ces textes officiels :

Nous sommes passés en histoire de 6 thèmes « majeurs » et 2 thèmes « mineurs » à 11 thèmes obligatoires ; pour ne pas vexer les géographes, précisons que dans cette partie du programme nous sommes passés de 5 thèmes « majeurs » et 2 « mineurs » à 7 thèmes obligatoires. Au total, 3 thèmes supplémentaires sont donc à traiter.

En histoire nous sommes passés de 4 à 5 thèmes d’étude à dominante politique à 10 thèmes d’histoire politique. Les thèmes d’histoire culturelle et sociale sont passés de 3 (4 si l’on compte les modes de vie durant la guerre froide) à 1.

Une fois ce constat établi, je me lance dans l’exercice favori des services de la DGESCO : combien de temps pour faire chaque chapitre (sans histoire des arts, sans les EPI, sans les contraintes habituelles du calendrier scolaire, soyons optimistes car jusqu’ici tout va bien) ? Prenez votre calculette et suivez le guide.

J’ai 93 heures disponibles de cours. 18 thèmes à traiter (11 d’histoire, 7 de géographie). J’ai donc environ 5 heures de cours (93 ÷ 18) pour faire chaque thème.

Si je me réfère à la colonne de droite (car en matière de liberté pédagogique rien ne vaut la colonne de droite comme nous allons le voir), mon parcours d’enseignement en 3ème donnera à peu près cela (nous devrions d’ailleurs changer la terminologie courante et remplacer le terme « progression » qui désigne généralement ce type de d’exercice de découpage du programme par quelque chose plus proche du champ lexical du « débit » ou du « hachoir »)

Capture d’écran 2015-09-19 à 14.45.47
Pour tenir le rythme, voilà le « débit » qui s’impose. Dans la brassée des concepts et des définitions relative à cette première partie du programme de 3ème, les élèves devront comprendre ce qu’est : une guerre « totale », une guerre d’anéantissement, un génocide, un régime totalitaire, la collaboration, le communisme, le nazisme, l’antisémitisme, j’en oublie sans doute. Si une bonne âme trouve un micromillimètre pour insuffler un supplément d’âme et de liberté pédagogique à ce concours de gavage d’oies, merci de le signaler en commentaire.

C’est aride, indigeste, précipité et saupoudré mais au moins le continuum chronologique est là, il n’y a ni choix, ni liberté, ni variété car le chronomètre placé au dessus de l’atelier du professeur d’histoire lui impose la cadence de la chaine de chez Ford. C’est contre cela que nous nous étions levés, c’est contre cela que la profession se fédère, ce procédé mortifère pour la discipline qui consiste à la faire marcher au pas cadencé et c’est cela que nous récoltons en guise de refondation.

Le CSP va devoir endosser une autre responsabilité avec ces projets de programmes car chacun de ses membres sait que les professeurs vont recevoir l’injonction de les mettre simultanément en place. Sachant cela, les rédacteurs de ces textes auraient du choisir de ne renouveler que partiellement les intitulés des thèmes mis à l’étude de façon à ce que les professeurs n’aient pas à tout refaire de l’existant. Les membres du CSP soumettent un projet qui va exactement à l’inverse, avec cette perspective encore plus inquiétante de devoir mettre en œuvre tous les programmes simultanément au cas où nous ne serions pas encore assez accablé.e.s par les espoirs déçus, les promesses non tenues (j’avais cru comprendre que le cahier des charges du CSP prévoyait de rendre les intitulés programmatiques accessibles et devait partir du réel de l’élève…), les consultations en forme de mascarades flouées par les reprises en mains politiques. Il n’y a plus qu’à attendre les fiches recettes de la DGESCO et la grande boucherie. Mesdames et messieurs membres du CSP et du Ministère de l’Education Nationale, vous pouvez être satisfait.e.s du travail accompli. Au delà, et pour repositionner ces programmes dans une réforme du collège dont la pierre angulaire est, paraît-il, le projet d’une école plus égalitaire, donc moins élitiste, il est tout de même fort curieux de proposer à l’enseignement des programmes que seuls des enfants issus des classes sociales supérieures seront capables d’assimiler tant ils sont encyclopédiques et présupposent un outillage méthodique et conceptuel hors de portée de la majorité des collégiens. Pour une refondation, c’est une vraie réussite.

[1] http://aggiornamento.hypotheses.org/1039

Programmes d’histoire, le CSP a reculé ? What a surprise !

Rédacteur/rice : Laurence De Cock et Vincent Capdepuy

 Perfectibles, les projets de programmes rendus publics au mois d’avril l’étaient sans aucun doute. Nous avions exprimé notre satisfecit de voir qu’une certaine souplesse avait été introduite, par le choix laissé aux enseignants, par une relative limitation des thèmes rompant avec un encyclopédisme (sur)plombant, et par des approches ouvertes – même de manière limitée – au monde. Forts de cette première encourageante étape, nous avons joué le jeu du débat politique et médiatique, enchaînant auditions, interviews et participation aux mises en scène de la négociation. A Michel Hagnerelle, Doyen de l’Inspection générale, nous avions fait part, dès le mois de mai, de notre satisfaction et de la nécessité de ne pas fermer cette opportunité par la publication de ressources trop contraignantes. Ces projets de programmes permettaient d’encourager une véritable capacité d’agir pour les collègues ; ils étaient l’occasion de repenser aussi la fonction d’Inspection par un travail coopératif entre l’enseignant-prescripteur et l’Inspecteur.

Nous avons également participé le 3 juin dernier au forum organisé en Sorbonne sur ces programmes, au cours duquel nous avons rappelé l’importance de cette confiance à accorder aux enseignants et la saveur de programmes encourageant la créativité, l’invention et la possibilité d’adaptation à des besoins et enjeux plus localisés.

Ce n’est rien de dire que nos arguments majoritairement professionnels ne furent pas du goût des défenseurs de l’ordre et de la normativité. Que n’a-t-on entendu – y compris dans les très hautes sphères du pouvoir- sur le besoin de « cadrage » des enseignants, sur leur volonté d’être « guidés », voire « rassurés ». Pauvres petits enseignants indignes d’être responsabilisés ailleurs que dans le choix des manuels et de la couleur des cahiers d’élèves… Oui, il fallait prendre un risque, quitte à bousculer les routines et allants-de-soi. C’était vraisemblablement trop de témérité réclamée à un gouvernement prétendument progressiste.

Il était apparemment tout autant insensé d’imaginer un programme qui ne ferait pas de la France, puis de l’Europe, son point focal, prenant acte simplement non seulement des acquis de l’historiographie récente, mais aussi des changements du monde. Là encore, quelle magnifique levée de boucliers que cette alliance entre Le Figaro et Marianne pour dénoncer de concert la repentance, la chute prochaine de la civilisation, voire la victoire de la barbarie. Comme tout cela a volé haut…Comme tout cela a réveillé les plus nauséabondes des angoisses des porte-paroles de la soi-disant crise identitaire. Un gouvernement progressiste en aurait normalement souri. Il s’en serait même félicité car quelle plus belle récompense en effet que d’être fustigé par les courant réactionnaires ? Mais le nôtre a préféré en frémir d’angoisse et mettre au pas un CSP dont les récentes tribulations n’augurent rien de bon quant à son indépendance par rapport au politique[2]. Le nôtre de gouvernement a donc préféré s’entendre avec des intellectuels qui n’ont jamais croisé d’élèves ailleurs que dans les pages de journaux sur les « violences urbaines » et les minutes de silence non respectées. Il leur a déroulé le tapis rouge qui permet d’affirmer ainsi, toute honte bue, d’« avoir écouté toutes les critiques ». Toutes les critiques vraiment ? La critique ne serait-elle donc que négative ? Voilà qui augure assez mal de la centralité de la place accordée à l’apprentissage de l’esprit critique dans les nouveaux programmes.

La nouvelle mouture des programmes a donc été refondue en effet, mais dans un sens qui n’est pas le nôtre mais celui des revendications conservatrices et réactionnaires dont l’APHG s’est faite le héraut et Pierre Nora le crieur public. De reculade en reculade, du brouillon de janvier à la version définitive de septembre, ces programmes ont perdu toute leur fraîcheur. Le schéma d’ensemble reste la reproduction du roman national, du CM1 au CM2, et du roman civilisationnel, de la sixième à la troisième. De la liberté de choisir des thèmes, il ne reste rien.

Le programme de CM1, un des plus remaniés, a été outrageusement surchargé, pour réduire à peau de chagrin les temps anciens, au profit de Clovis, de Henri IV et de Napoléon Bonaparte, qui renforcent la logique d’héroïsation. En CM2, la colonisation est reléguée dans la rubrique des commentaires, les migrations économiques au XXe siècle ont en revanche totalement disparu. Le message idéologique est on ne peut plus clair, rien ne doit troubler une conscience nationale enracinée et fermée sur l’extérieur.

On se félicite en revanche de la réintroduction de la longue histoire des migrations antiques en sixième, unique niveau où est abordée l’histoire de l’humanité. En cinquième, le thème 1, relativement novateur, a été profondément remanié au détriment du décentrement. L’espace méditerranéen cède la place à une logique de clivage et d’interface, Chrétienté / Islam, Occident / Orient. L’expression « grandes découvertes » critiquée depuis longtemps par les historiens accentue encore l’européo-centrisme.

En quatrième, les lumières ré-illuminent ce monde qui n’est plus « dominé par l’Europe » (quel sacrilège) que dans les commentaires. En troisième, les programmes sont restaurés dans leur plus grand classicisme[3].

Vous souhaitiez de l’allègement ? Nous vous proposons tout l’inverse !

Et pire encore, tel un magnifique gage donné aux propriétaires de l’identité nationale, le préambule de ce beau gâchis ose affirmer que la « richesse » (sic) et la complexité de l’histoire de France[4] sera désormais le « fil directeur » (resic) pour étudier l’histoire de l’Europe et du monde. Pour simple rappel, les programmes actuels avaient au moins le mérite de préciser que « L’histoire nationale ne constitue plus un passage obligé pour l’ouverture sur l’histoire de l’Europe et du monde ».

Tout ça pour ça donc…

Mais soyons honnêtes, nous n’y avons jamais vraiment cru. Au moins aurons nous installé dans les débats publics d’autres pistes pour enseigner l’histoire. A défaut d’être relayés et soutenus par les décideurs, gageons que certains collègues y auront prêté l’oreille.

[1] http://aggiornamento.hypotheses.org/2743

[2] Voir le courrier d’Annick Genevard qui, lors de sa démission (dont nous ne minimisons pas les motivations électoralistes), s’interroge légitimement sur le poids du ministère dans le CSP statutairement indépendant.

[3] On appréciera au passage – et les félicitations sont sincères – le travail d’orfèvrerie des commentaires dont on mesure la pesée de chacun de mots en terrain miné. Si le résultat est parfois remarquable, il laisse place toutefois à certaines formulations qui, à force de compromis, rendent la transcription pédagogique excessivement compliquée, à l’instar de cette phrase : « L’étude des échanges liés au développement de l’économie de plantation dans les colonies amène à interroger des rivalités entre puissances européennes, l’enrichissement de la façade atlantique, le développement de la traite atlantique en lien avec les traites négrières en Afrique et l’esclavage dans les colonies » pour traiter d’un thème intitulé désormais : « Bourgeoisies marchandes, négoces internationaux et traites négrières au XVIIIème siècle ».

[4] Nous prenant sans doute un peu pour des imbéciles, le CSP a préféré la terminologie « histoire de France » à « histoire nationale ». Naturellement, ça change tout.

Bienvenue à l’école de Clio

Entre carnet de recherche et Revue en ligne, l’école de Clio est un nouveau support de réflexion sur l’histoire et les enjeux de sa transmission. Créé par Charles Heimberg, Cécile Vast et Laurence De Cock, il accueillera des dossiers thématiques et des rubriques destinés à circonscrire le champ d’une didactique critique de l’histoire.

Vous trouverez ci-dessous le premier dossier thématique sur les mises en récit du passé. De l’école aux musées, en France et ailleurs, quelles torsions subit l’histoire lors de ces diverses mises en formes ?

Quelques pistes ci-dessous d’abord et pour longtemps, on l’espère

http://ecoleclio.hypotheses.org/

Le paradigme cinématographique chinois

Rédacteur : Gabriel Kleszewski

Partant de presque rien, le marché cinématographique chinois paraît aujourd’hui en pleine expansion, tant en terme de production qu’en terme de diffusion. Un Chinois voit 0,5 film en salle en moyenne dans une année alors qu’un Français en découvre plus de trois, un Japonais ou un Sud-Coréen plus de quatre. En 2001, la Chine comptait 1 400 salles ; au début des années 2010, elle comptait 20 000 salles pour 1,3 milliards d’habitants. Par comparaison, 65 millions de Français profitent de 5 000 salles environ. Un Français a donc sept fois plus de chance de fréquenter une salle de cinéma près de chez lui. Face à une telle pénurie, l’État chinois s’est fixé des objectifs de rattrapage impressionnants. En 2014, treize salles de cinéma par jour étaient construites en moyenne. Avant la fin 2015, les pouvoirs publics prévoient l’édification de 500 salles supplémentaires. Le parc de diffusion doit atteindre 100 000 salles en 2020, soit le plus grand taux de couverture au monde. En comparaison, les États-Unis ne comptent actuellement que 40 000 salles.

Ces chiffres doivent cependant être nuancés. L’accès à l’offre cinématographique reste très inégale sur l’ensemble du territoire national. Seules les métropoles les plus importantes, surtout situées à l’Est, sont pourvues de multiplexes. L’ambition de l’État est d’essaimer ces structures de masse vers les villes moins importantes et l’intérieur du territoire. Malgré tout, dans sa grande majorité, la population rurale n’a toujours pas accès à une expérience de la salle satisfaisante. Au sein des métropoles, regarder un film en salle demeure une expérience réservée à une élite. Le prix moyen d’un billet est de vingt-quatre dollars (contre huit dollars en moyenne aux États-Unis ou en France). Le public est surtout jeune et aisé. La sortie au cinéma, souvent programmée en bande, représente un luxe culturel aussi onéreux qu’une sortie au théâtre ou au concert en Europe. De fait, dans chaque projet de rénovation ou de reconstruction urbaine, le complexe cinématographique est un des services culturels systématiquement proposés à la population de la classe moyenne émergente. Il remplace la petite salle unique vouée à la destruction au gré de spectaculaires opérations d’urbanisme (Shanghai, Pékin) et qu’on ne trouve plus que dans certaines villes moyennes de l’intérieur. Black Coal de Diao Yi’nan (2014), récent Ours d’or à Berlin, pose un regard désenchanté sur l’un de ces cinémas antédiluviens. En conséquence, afin d’assurer un confortable retour sur investissement, les multiplexes proposent d’abord des films commerciaux chinois ou étrangers. Leurs promoteurs visent une rentabilité maximale à la plus grande échelle possible. Ainsi, le conglomérat privé Wanda enregistre un chiffre d’affaires annuel de plus de 16 milliards de dollars. Wang Jianlin son fondateur, sixième plus grande fortune du pays, possède quatre-vingt-six complexes et sept cent trente écrans sur le territoire chinois. Il est difficile de trouver des salles d’art et d’essai qui diffusent des films d’auteur, souvent célébrés en Occident mais censurés en Chine, ou des films étrangers qui ne soient pas forcément rentables. A Pékin, dans le district de Dongcheng, le discret Moma se cache au milieu d’une luxueuse résidence de huit tours dessinée par l’architecte new-yorkais Steven Holl. S’il tente de diffuser des films d’auteur chinois invisibles ailleurs ainsi que des œuvres occidentales peu rentables (deux cents depuis 2009), il est aussi obligé de metrre à l’affiche de grosses productions pour survivre. Malgré ces écueils, aux yeux des producteurs locaux, américains ou européens, le marché chinois est prometteur. La fréquentation en salle a bondi de 27 % en 2013. Des analystes du Wall Street Journal ont prévu cette année que la Chine représenterait le premier marché de consommation cinématographique mondial avant 2020, voire même dès 2017. Un film français comme La Belle au Bois dormant de Christophe Gans (2014) a été un relatif échec dans l’hexagone. Mais il a pu tirer de substantiels bénéfices grâce à son exploitation en Chine et à une subtile utilisation de certains clichés sur la France romantique que les Chinois, notamment les touristes, adorent (les princesses, les châteaux). Cette production, au final très rentable, a été en partie pensée pour le marché chinois.

Pour les autorités, cette politique de diffusion massive se heurte à un obstacle de taille. Hypnotisé par la culture anglo-saxonne, le public urbain aisé chinois se détourne souvent des productions locales. Sa préférence va aux films à grand spectacle étrangers, notamment hollywoodiens. De fait, Pékin impose des quotas de diffusion drastiques. En 2013, trente-quatre films étrangers étaient diffusés en Chine, dont quatorze en 3 D IMAX. Au départ ces quotas devaient être encore plus draconiens (vingt films annuels) mais les États-Unis et l’OMC ont fait pression pour que les frontières culturelles chinoises s’ouvrent davantage. Par ailleurs, l’État veut également contrôler le contenu politique de chaque film tourné ou diffusé en Chine. La censure de l’Administration d’État de la Radio, du Film et de la Télévision a édicté des règles strictes en la matière. On peut citer pèle-mèle : l’interdiction de la moindre allusion aux trois « T » (Tibet, Tien’anmen, Taïwan) ; aucune allusion aux superstitions ou à la religion, sauf dans une optique patrimoniale ; pas de sexe gratuit (dans Titanic 3 D, les scènes de nu de Kate Winslet ont été coupées par James Cameron) ; pas d’allusion à la drogue ou à la criminalité locale (sauf à Hong-Kong où le cinéma policier fabriqué par Ringo Lam ou Johnny To bénéficie d’une sorte d’exception liée à son statut territorial) ; pas de promotion de l’homosexualité (d’où le bannissement du cinéma gayfriendly de Lou Ye) ; pas de promotion de la violence sauf dans le cadre d’une action défensive, légitimée par la loi ou la morale publiques (les héros de Tsui Hark ne versent plus le premier sang sans raison depuis le début de la présente décennie) ; pas d’exhibition d’armes sauf si ces dernières rappellent une tradition liée aux arts martiaux (ce qui explique la présence aussi curieuse que ridicule d’un sabre robotique dans Transformers 4).

En 2004, le président Hu Jintao déclarait : ” L’influence internationale de la culture chinoise ne correspond pas au statut international de la Chine”. De fait, afin de renforcer leur “soft power” culturel, les autorités de Pékin se sont lancées dans une ambitieuse politique de productions nationales et de coproductions internationales de films à grand spectacle, capables de capter l’intérêt -et l’argent- des spectateurs chinois. Une cité du cinéma est sortie de terre à Qingdao, au Nord de Pékin. On y trouve des dizaines de studios de tournage, des hôtels de luxe pour vedettes, des salles de congrès calibrées pour accueillir un futur festival international de renom. Plus de 20 000 figurants appointés sont à disposition permanente des réalisateurs locaux. Avec la fin du monopôle de l’État et de l’Armée sur la production des films au début des années 2000, des sociétés de production privées ont fleuri. En recyclant des cadres militaires, certaines d’entre elles sont restées proches du pouvoir. China Movies et sa chaîne de télévision CCTV, Shanghai Media Group ou Wanda sont devenus des acteurs puissants du secteur. Ils portent des projets nationaux ou des partenariats avec d’importants studios étrangers, notamment hollywoodiens. Ces derniers mois, Looper (2012), Iron Man 3 (Disney / Marvel, 2013) ou Transformers 4 (Paramount, 2014) ont été en partie pensés pour plaire au marché chinois (montage alternatif pour le public local, placement de célébrités et de produits chinois). Ces projets ont vu le jour après d’âpres négociations. Les scénaristes hollywoodiens ont dû se plier à certaines exigences préalables (valoriser la culture, la science et le pouvoir chinois, par exemple). Et quelques partenaires chinois ne vont pas manquer d’engager dans les mois à venir de coûteux procès pour non-respect de certaines clauses contractuelles. Enfin, un pas supplémentaire va être franchi en 2016 avec le prochain opus de la série Kung Fu Panda (Dreamworks), franchise américaine complètement reprise en main par Pékin. Américaines jusque là, les aventures du plantigrade ventru deviendront entièrement chinoises (scénario, mise en scène, fabrication numérique). Nombre de cadres hollywoodiens ont compris que, pour conquérir un marché intérieur si dynamique, il fallait accepter un grand nombre de compromis créatifs et financiers, et ne pas donner au public et aux autorités chinoises le sentiment d’une dépossession, voire d’un pillage sans scrupules de leur patrimoine culturel.

Cette mainmise de l’État se traduit surtout par une production ambitieuse de grands films nationaux célébrant la grandeur passé de la Chine (entre autres, les Trois Royaumes de John Woo, le diptyque des Detective Dee ou la Bataille de la Montagne du Tigre de Tsui Hark, the Flower of War de Zhang Yimou). Cette production est assurée par des cinéastes de la Cinquième génération, jadis critiques à l’égard du régime, mais depuis bien entrés en cour (Chen Kaige, Zhang Yimou) ou par des auteurs hongkongais revenus d’Hollywood (John Wooo) et souhaitant profiter d’excellentes conditions de tournage (Tsui Hark). Pour les cinéastes de la Sixième Génération, beaucoup plus critiques à l’égard des effets de l’émergence économique, les contraintes matérielles et politiques sont nombreuses. Du scénario au montage final, leurs projets sont systématiquement contrôlés. Et les financements sont rendus plus difficiles lorsque le propos du film ne convient pas aux autorités. Cependant, les travaux d’un Jia Zhang-ke (The World, Still Life, 24 City), d’un Whang Chao (Memorie of Love, Luxury Car) ou d’un Wang Bing (A l’Ouest des Rails, les Trois Sœurs du Yunan) existent. Des montages financiers extérieurs finissent par se combiner (A Touch of Sin de Jian Zhang-ke a été en partie financé par des investisseurs japonais) et un circuit de distribution parallèle et clandestin est toléré par le régime afin de ne pas choquer l’élite intellectuelle et cinéphile locale. A Touch of Sin a remporté un succès considérable à l’étranger (19 millions de dollars de recettes aux États-Unis, plus de 300 000 entrées en France). Il reste invisible en salle en Chine. Cependant, parce que certains de ses traits recoupent les nouvelles orientations du pouvoir (la prise en compte des problèmes environnementaux, la lutte contre la corruption locale ou la marchandisation du corps féminin), le film peut circuler sous le manteau (DVD et téléchargement illégal). Sur Weibo, Jia Zhang-ke est une vedette numérique avec onze millions de followers.

De fait, l’image de l’émergence que renvoie cet entrecroisement de productions indépendantes, officielles ou de coproductions transnationales est très contrastée. On trouve d’abord une volonté d’utiliser des blockbusters américains cofinancés par des sociétés de production chinoises pour diffuser la meilleure image possible de la Chine actuelle. Une manière de prospective urbaine flirte avec la science-fiction. Elle montre les mégapoles orientales et littorales, au premier rang desquelles Shanghai, comme des sortes d’avant-garde des villes mondiales du futur. Déjà présente dans Mission Impossible 3 (J.J. Abrams, 2006) ou the Dark Knight (Christopher Nolan, 2008) en tant que simple terrain de jeu pour super-héros occidentaux, Shanghai a été adoubée et introduite dans le club fermée de a grande métropole mondiale depuis Transformers 4 de Michael Bay. A l’instar de New-York, Los Angeles, Londres, Paris, Moscou ou Rome, la cité chinoise a subi à l’écran des destructions numériques massives, à la plus grande satisfaction de ses édiles et de ses habitants. Pour une mégapole mondiale ambitieuse qui désire rayonner coûte que coûte, se faire ainsi raser de la carte par un cataclysme extraterrestre dans un blockbuster américain relève d’une forme d’onction séculière, d’un droit d’entrer par le cinéma de masse dans l’archipel des villes-monde. Dans Looper de Ryan Reynolds, Shanghai est présentée comme un idéal d’urbanité, d’avant-garde artistique et de modernité architecturale pour un héros fuyant une Amérique décadente, en pleine crise économique, en proie au chaos social. Dans le scénario original, Paris devait servir de cadre à ce refuge dorée. Mais pour des raisons économiques (moindre coût du tournage, séduction d’un marché montant, coproduction avantageuse avec Shanghai Media Group), la Chine a été préférée à la France. Cette mise en scène de la ville idéale chinoise est poussée à l’extrême dans Her (2014). Spike Jonze y décrit un Los Angeles futuriste très différent de la mégapole californienne actuelle. A l’écran, la ville immense, étale, orthogonale, polycentrique, violente, organisée selon un usage quasi exclusif de la voiture, s’est resserrée, verticalisée, densifié, policée, s’est ouverte aux mobilités douces, à la nature (la plage et les parcs périphériques ont l’air d’être situés à un jet de pierre de l’hyper-centre) et à de nouvelles formes d’urbanité (humaines, numériques). Or, Jonze s’est fortement inspiré de Shanghai, de ses ambiances, des habitus de ses habitants privilégiés. Les plans généraux de son film, emprunts d’un urbanisme à la fois performatif et doux que n’aurait pas renié un Steve Jobs, ont été filmés à Pudong.

A côté à cette utilisation habile de la fascination occidentale pour la modernité chinoise, l’État oriente les productions intérieures vers une glorification patriotique du passé. Que ces blockbusters onéreux ne sortent pas souvent de leurs frontières n’est pas vraiment un problème. A l’instar de la Russie, ces films très rentables sont exclusivement réservés au marché interne. Ainsi, les deux Detective Dee de Tsui Hark ont totalisé plus de 550 millions de dollars, sans compter leur honorable carrière internationale. Malgré une critique discrète de certains aspects du régime actuel (inégalités sociales, excès autocratiques), ces films spectaculaires glorifient la Chine éternelle en célèbrent son unité nationale et son indivisibilité. Ils justifient la fermeté de son état face aux agissements de minorités ethniques considérées comme des forces de déstabilisation territoriale, préparent l’opinion à une possible nouvelle politique volontariste en Mer de Chine. Le personnage principal, policier et fonctionnaire impérial fidèle, lutte contre des terroristes séparatistes. Face aux forces centrifuges venues de l’Ouest ou du littoral, son combat contribue à la préservation de l’Empire. Il offre aussi l’occasion d’exprimer un désir de rayonnement mondial (la scène de présentation du Bouddha géant à un émissaire omeyyade dans le premier opus) qui peut aller jusqu’à suggérer certaines formes d’agressivité (le tropisme littoral du pouvoir central et le contrôle de mers côtières jugées dangereuses dans le second opus). Dee combat la corruption de l’administration publique dans les provinces puis au cœur de la capitale. En portant une violence légitime, toujours proportionnée au problème rencontré, le justicier officiel se place en position défensive et ne porte jamais le premier coup. La censure ne peut qu’applaudir. On pourrait appliquer cette grille de lecture aux Trois Royaumes de John Woo (2008). L’histoire contemporaine de la Chine est également passée au crible d’une lecture très sélective des événements. Flowers of War de Zhang Yimou (2011) est un film patriotique violemment anti-japonais qui revient sur l’invasion nippone de 1937. Il a été budgété à 94 millions de dollars et s’est offert les services de la star internationale Christian Bale. De même, l’emploi de genres cinématographiques codés comme le mélodrame ou le film d’aventures permet de gommer nombre d’aspérités de l’histoire de la Chine maoïste. Coming Home de Zhang Yimou (2014) déroule une intrigue larmoyante fondée sur une amnésie (!) sans jamais interroger frontalement les drames de la Révolution culturelle. La Bataille de la Montagne du Tigre de Tsui Hark (2015) transforme de façon brillante la période de la Guerre civile en épopée pop.

Le thème principal du cinéma chinois, fondé depuis ses origines sur la tension entre une campagne perçue comme un conservatoire de toutes les traditions séculaires et une ville qui n’inspire que méfiance est encore présent dans la production des années 1980. Les réalisateurs de la Cinquième Génération issus des campagnes profitent de l’ « Ère des Réformes » (1984) pour développer un discours doloriste, nostalgique et personnel, tout en magnifiant les traditions esthétiques de l’art chinois (Terre Jaune de Chen Kaige, Le Sorgo Rouge de Zhang Yimou). Plus urbains, très marqués par les effets d’un développement économique inédit, les artistes de la génération suivante, éclos après le drame de la place Tienan’men, ont déplacé leur regard vers la ville. La métropole chinoise dépeinte dans leurs films est très éloignée de la devanture high tech et arrogante des coproductions sino-hollywoodiennes. Dans Black Coal, Diao Yi’nan peint l’ambiance poisseuse et déprimante d’une ville minière et ouvrière du Nord-Ouest. Le crime rode dans ses bas-fonds, prenant pour cible des femmes aux corps réifiés (prostitution), prospérant sur la corruption d’élites locales trop rapidement enrichies. Entre les espaces de travail ternes, où les membres des corps des travailleurs sont écartelés (au sens propre et figuré) et les espaces où germe la violence (les lieux publics mal sécurisés, les commerces propices aux conflits entre habitants) s’intercalent quelques pauvres espaces ludiques, des lieux de plaisirs froids, sans passion ni saveur. A Touch of Sin (2013) de Jia Zhang-ke va plus loin en inscrivant les métropoles chinoises émergentes dans leur environnement, à de multiples échelles. Le réalisateur saisit une urbanisation galopante qui grignote des périphéries rurales mitées et en perte de repères, une industrialisation qui saccage l’environnement de régions entières, une architecture inhumaine qui duplique les mêmes formes urbaines. Ce chef d’œuvre ramasse une critique déjà présente dans certains des films précédents de l’artiste : destruction d’un patrimoine urbain lointain (I Wish I Knew, 2010) ou proche (24 City, 2010) dans une ivresse de réhabilitation perpétuelle, immixtion brutale du capitalisme occidental et de la société des loisirs au cœur du tissu urbain traditionnel (The World, 2005).

Cette émergence économique par et à travers la ville provoque une violence sociale endémique à l’échelle nationale, fondée sur une fragilisation des relations humaines, une soif d’argent (des édiles aux citoyens ordinaires), une instrumentalisation des individus (travailleurs précaires, immigrés intérieurs, femmes / objets). Elle bouleverse les rapports humains, creuse des inégalités sociales importantes à l’échelle régionale (A l’Ouest des Rails de Wang Bing, 2002), engendre des bouleversements territoriaux inédits jusqu’au cœur des campagnes (le barrage des Trois Gorges décrit dans Still Life de Jia Zhang-ke en 2006), engendre des phénomènes migratoires continentaux immenses et des flux financiers incontrôlés (les Trois Soeurs du Yunan de Wang Bing, 2012 ; A Touch of Sin). Enfin, certains films très récents prennent en compte la naissance d’une diaspora émergente, constituée par une jeunesse « dorée » et cultivée, en quête de réussite professionnelle. Dans Mountain May Depart (2015), Jia Zhang-ke interroge de manière prospective (le cinéma chinois abandonne ici le folklore idéalisé pour l’incertitude de l’anticipation) une population émigrée qui, en s’ouvrant au monde, en y circulant à loisir (Australie), risque de perdre à terme sa langue, ses racines et son identité. Cette préoccupation nourrit le récent la Bataille de la Montagne du Tigre qui travaille la fabrication d’un nouvel imaginaire cinématographique, historique et nostalgique, à l’intention d’un public chinois juvénile, mondialisé et de plus en plus déterritorialisé.

Malgré son discours lucide, critique, souvent radical, très déplaisant pour le pouvoir en place, ce cinéma peu connu de tous les Chinois mais célébré en Occident par l’élite cinéphile, participe d’un rayonnement cinématographique croissant. Cette forme de « soft power » par le cinéma nourrit l’émergence médiatique et économique de la Chine sur la scène internationale. Pour capter l’attention de tous les spectateurs (chinois et occidentaux), l’industrie cinématographique qui se construit renvoie l’image très contrastée de cette émergence. Fantasmée et glorieuse, arrogante et prospective, oublieuse du passé, mais aussi critique et lucide.

Bibliographie et sitographie.

Sur le cinéma chinois contemporain :

Régis Bergeron, Le Cinéma chinois, tomes 1 à 4 : 1949-1983, Paris, l’Harmattan, 1984.
Régis Bergeron, Le Cinéma chinois, tome 5 : 1984-1997, Paris, Institut de l’Image, 1997.
Jean-Michel Frodon, Le Cinéma chinois, Cahiers du Cinéma / Scéren-CNDP, 2006.
Luisa Prudentino, Le regard des ombres, Paris, Bleu de Chine, 2003.
Regards sur les cinémas chinois, Monde Chinois n°17mai 2009.

Le cinéma chinois, par le Ciné-club de Caen.
http://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemachinois.htm

Dossier d’Arte sur le cinéma chinois.
http://www.arte.tv/fr/chine/259700.html

Les caractéristiques du cinéma chinois émergent : entretien avec Luisa Prudentino.
http://www.reseau-canope.fr/planete-chinois/videos/titre-de-la-video-169/article/rencontre-avec-luisa-prudentino-partie-3-caracteristiques-dun-cinema-emergent.html

La sixième génération de cinéastes chinois.
http://odysseeducinema.fr/6e-Generation.php

Jia-Zhangke : Réinventer le cinéma chinois, Courrier international, janvier 2009. http://www.courrierinternational.com/article/2009/01/29/jia-zhangke-reinventer-le-cinema-chinois

Le boom du cinéma en Chine : que mille écrans fleurissent ! Par Juliette Bénabent, Télérama, 25 janvier 2012.
http://www.telerama.fr/cinema/le-boom-du-cinema-en-chine-que-mille-ecrans-fleurissent,77113.php

Le cinéma chinois organise la résistance à l’envahisseur venu de Hollywood par Jean-Michel Frodon, Slate, 23 juillet 2012.
http://www.slate.fr/story/59671/cinema-chine

Les films chinois à l’époque de la concurrence, le Quotidien du Peuple, 31 janvier 2013.

Le cinéma, témoin contradictoire d’une Chine bouleversée depuis Tian’anmen par Jean-Michel Frondon, Slate, 3 juin 2014.
http://www.slate.fr/story/87877/cinema-temoin-chine

Wang Bing, cinéaste intime et hors norme de la condition chinoise par Axel Scoffier, Slate, 17 mars 2015.
http://www.slate.fr/story/98935/wang-bing-cineaste-intime-hors-norme-condition-chinoise

Le marché du cinéma chinois en brèves, Courrier International, 12 novembre 2014.
http://www.courrierinternational.com/article/2014/11/12/le-marche-du-cinema-chinois-en-breves

Les Nouvelles vagues, France Culture : la Chine (2/5) : Des cinémas, des Chines, émission du 10 octobre 2014.

CapturMag, podcast n°4, février 2015.

Sur le cinéma brésilien contemporain :
Laurent Desbois, la Renaissance du cinéma brésilien, de l’Atlantide à la Cité de Dieu (second volume), la complainte du phœnix, Paris, éditions l’Harmattan, 2010.

Le cinéma brésilien par le ciné-club de Caen.
http://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemabresilien.htm

Cinéma Brésil 2006 : convergences, mutation, pluralité, et une nouvelle génération par Orlando Senna, Trafic, n°58, 2006.
Trajectoires contemporaines du cinéma brésilien, sous la direction de Hudson Moura, Cinémas, volume 22, n°1, automne 2011.
http://www.erudit.org/revue/cine/2011/v22/n1/index.html

Emergence et cinéma : le sujet et l’outil

Rédacteur : Gabriel Kleszewski

Mission-Impossible-4.02En 2011, Tom Cruise exécute une de ses plus extraordinaires cabrioles de cinéma en gravissant les étages supérieurs du Burg Khalifa de Dubaï sous la caméra de Brad Bird (Mission Impossible : Protocole Fantôme) avant de poursuivre un méchant scientifique dans le parking souterrain ultramoderne du quartier d’affaires central de Mumbai, transformé pour l’occasion en plateforme vidéo-ludique. La lucrative saga d’espionnage initiée par la star hollywoodienne et son avisée productrice Paula Wagner se déplace depuis quelques années de l’Europe (Prague, Rome, l’Andalousie) et des États-Unis, très présents dans les premiers épisodes, vers l’aire Asie-Pacifique et certains pays émergents. Dans ce quatrième opus, la Russie, Dubaï et l’Inde sont mis à l’honneur. A l’époque, certains pouvoirs publics locaux manifestèrent beaucoup d’intérêt pour la délocalisation massive d’une telle production américaine. Ainsi, dès 2010, le gouvernement de Dubaï déclarait : «Nous espérons que cet événement contribuera à conforter la position de Dubaï comme une destination de la production cinématographique. » A l’évidence, Hollywood et ces puissances émergentes ont trouvé, là, une fructueuse occasion de faire affaire.

Pour les producteurs américains, il s’est agi de capter de nouveaux marchés de consommation culturelle en pleine croissance, portés par l’émergence d’une classe moyenne aisée. Pour les acteurs de ces pays émergents, ce type d’entreprise a permis d’assurer une belle publicité mondiale à un développement urbain local, et a contribué à briser certains clichés usuels en matière de pauvreté et de mal développement, encore véhiculés en Occident. Ethan Hunt poursuit ses adversaires dans des villes à l’urbanisme et à l’architecture spectaculaires, modernistes, voire performatifs. Dans le climax, le héros évolue le long du luxueux Netaj Subash Chandra Bose Boulevard, loin du slum de Dharavi popularisé et caricaturé par Danny Boyle dans Slumdog Millionaire (2008). L’émergence de ces nouvelles puissances régionales peut être ainsi perçue par le public mondial à travers une exposition et une publicité aussi massives qu’inédites, dont le cinéma populaire est devenu un vecteur essentiel. Depuis, d’autres blockbusters américains ont poursuivi cette démarche : embellir l’image de pays en pleine émergence afin de séduire et capter des marchés nouveaux. Dans Fast and Furious 7 (2015), Vin Diesel et Paul Walker propulsent un bolide hors de prix à travers trois des cinq tours des Etihad Towers (200 à 300 mètres de haut) situées à Abu Dhabi. Une partie de l’action d’Avengers 2 : age of Ultron (2015) se déroule dans l’état africain fictif du Wakanga, enrichi par l’extraction et l’exploitation d’un minerai révolutionnaire. A la faveur d’un combat entraînant la destruction massive de divers lieux et espaces urbains, le réalisateur Joss Whedon peint à grand renfort d’effets numériques une capitale prospère, aux paysages dépourvus de bidonvilles, ponctués de gratte-ciel achevés ou en pleine construction, de centres commerciaux florissants, de quartiers d’affaires prospères. La séquence entière a été tournée à Johannesburg, en Afrique du Sud.

A l’autre bout du spectre de l’offre cinématographique mondiale, on constate au sein des sélections officielles des grands festivals internationaux la présence de plus en plus marquée de productions régionales issues de certains pays émergents. A Cannes, par exemple, depuis 2010, des films russes (Elena ou Léviathan d’Andrei Zvyagintsev), mexicains (Post Tenebras Lux de Carlos Regadas, Heli d’Amat Escalante), chinois (A Touch of Sin et Mountains May Departe de Jian Zhang-ke) ou turcs (Il état une fois en Anatolie et Winter Sleep de Nure Bilge Ceylan) sont souvent remarqués par la critique et primés par les différents jurys. Chacun à leur manière, ces films décrivent les conséquences sociales, économiques et spirituelles d’une brutale émergence économique à une échelle locale ou régionale. Très critiques, souvent peu vues par les publics pour lesquels elles ont été tournées, ces œuvres exigeantes offrent pourtant aux pays émergents qu’elles mettent en scène un prestige nouveau, un surcroît de rayonnement international. Cette tendance vaut autant pour les démocraties que pour les états autoritaires qui contrôlent plus étroitement leur production culturelle depuis quelques années (Chine, Russie) mais tolèrent de temps à autre une part de critique interne, afin de donner au public et à l’élite occidentales l’illusion qu’il existe chez eux une certaine liberté artistique. Lors de la conférence de presse cannoise de Léviathan en 2014, Andrei Zvyagintsev a refusé de répondre aux questions des journalistes concernant l’évidente charge anti-poutinienne de son film. Il a simplement rappelé à l’assemblée que ses images parlaient d’elles-mêmes. Puis il a demandé où était situé le buffet.

Ainsi, l’émergence économique de certaines puissances régionales devient un sujet de représentation artistique en soi. Par ce biais, en s’adressant aux spectateurs cinéphiles occidentaux, de nouveaux créateurs et producteurs s’insèrent dans le circuit économique du « cinéma de prestige international ». Abordé de façon critique, le thème de l’émergence et de ses conséquences multiples est porteur d’enjeux sociaux et politiques importants pour ces cinématographies locales, apte à susciter un débat salutaire. Pour leurs producteurs souvent liés aux acteurs institutionnels, ces œuvres permettent aussi de faire connaître de nouveaux noms, peut-être à terme de susciter l’éclosion de nouvelles écoles de cinéma nationales (l’espérance d’une « Nouvelle vague » brésilienne, indienne, chinoise ou turque, désirée par la critique occidentale, mais souvent déçue), de bousculer une cartographie du cinéma mondial toujours dominée par les États-Unis, l’Europe et certaines pays asiatiques (Japon, Corée du Sud). Par ailleurs, au sein de l’économie du cinéma mondial, l’émergence de nouveaux publics et de nouveaux marchés constitue un fait économique majeur que les grands acteurs mondiaux et régionaux de l’industrie doivent prendre en compte. Pour certains pays émergents, la fabrication soutenue de films nationaux, mais aussi la mise en place de stratégies de coproductions lucratives avec de puissants partenaires étrangers, permettent de garantir une offre cinématographique variée, qui alimente des circuits de diffusion en pleine croissance. Car, derrière ce business florissant, les enjeux de développement sont considérables. A l’échelle mondiale, les pays émergents peuvent acquérir un rayonnement culturel croissant, voire un embryon de « soft power », qui compléterait une influence économique et géopolitique naissantes. A l’échelle locale, la diffusion d’une production cinématographique abondante, mariant films locaux et films d’importation, alimente l’activité des salles de cinéma qui, à leur tour, étoffent une offre de services culturels nouveaux au cœur de tissus urbains en pleine transformation, dont les habitants appartiennent à la classe moyenne émergente.

L’émergence – sa critique ou sa célébration – est, donc, un objet de représentation cinématographique inédit qui contribue à l’éclosion de nouvelles générations de créateurs. Elle offre au cinéma d’auteur l’occasion de tendre un miroir lucide ou fantasmé à des sociétés en plein bouleversement. L’émergence a aussi de profondes conséquences sur l’industrie cinématographique, aux échelles régionale et mondiale. La dynamique d’une industrie du cinéma locale est un outil d’émergence culturelle et économique, un moyen de prendre part à la mondialisation, d’accroître une forme de rayonnement. Loin d’être dissociés, ces deux aspects se croisent quelquefois de manière raisonnée. Mais pas partout. Certains pays émergents, au demeurant très prolifiques, restent à l’écart d’une inclusion mondiale. Ainsi, l’Inde est à la fois très productive (de Bollywood sortent environ mille films par an), peu ouverte aux importations (15 % de films étrangers étaient diffusés en Inde en 2013) et peu exportatrice à l’exception de quelques festivals pour happy fews et de quelques succès d’estime récents (Gang of Wasseypur d’Anurag Kashyap, 2012). Son cinéma fonctionne de manière autosuffisante. Après quelques années d’ouverture, d’autres pays paraissent se replier sur eux-mêmes. Moscou commence à filtrer toutes les productions américaines récentes susceptibles de  critiquer la Russie ou d’en donner une image négative. Le gouvernement épuise une production indépendante à coup de mesures tatillonnes (contrôle du langage, de la représentation de la mémoire et de l’histoire nationales) et de soutiens officiels (voir l’académisme nationaliste d’un Nikita Mikhalkov rentré dans le rang). Pour contrecarrer les succès hollywoodiens au box office local (Cloud Atlas, Avengers 2), le Ministère de la Culture soutient une industrie du blockbuster encore timide, qui célèbre la gloire de la Rodina grâce à la technologie numérique et à la 3 D (Stalingrad de Fedor Bondarchouk) pour un marché intérieur visiblement enthousiaste. A quelques exceptions notables (les films Zvyagintsev, de Soukourov ou du vétéran Konchalovsky), le cinéma d’auteur semble entré en hibernation.

La situation du cinéma brésilien est plus complexe. Depuis la fin des années 1990, le Brésil tente de combiner stratégie de promotion, stratégie de production et stratégie de diffusion. Avant même la période de la dictature, l’État a soutenu l’industrie cinématographique locale, y voyant un puissant outil de promotion nationale et de contrôle social et moral. Des liens entre producteurs privés et agences d’État ont permis depuis longtemps la construction d’un secteur de création des images en partie nationalisé (Embra Filme à la fin des années 1960). Mais le monde cinématographique brésilien revient de loin. Ce dernier a connu un creux de production au début des années 1990 (un seul film sorti en 1990) dû à un désintérêt et un manque d’investissement de la part des pouvoirs publics, alors en pleine crise économique ; à l’importation massive de produits audiovisuels étrangers ; au succès de la télévision, surtout de ses telenovelas peu coûteuses et facilement exportables ; enfin, à une crise majeure de la création artistique (disparition lente de l’héritage du Cinema Novo, succès trop confidentiel des courts-métrages d’auteurs dans les festivals internationaux, production d’un cinéma pornographique à très bas coût). Depuis, le cinéma local semble reprendre des couleurs. 83 films ont été produits en 2012, soit plus qu’en Argentine ou au Mexique. Depuis 2001, l’agence  publique ANCINE soutient l’industrie grâce à des crédits d’impôts et des subventions massives. Face au marché international, des producteurs ambitieux ont mis en œuvre une stratégie d’inclusion conquérante. Entre 1997 et 2009, Globo Filmes a maintenu un rythme de fabrication soutenu (24 films en 2003) et souvent exigeant. Centro do Brasil de Waler Salles (1998), la Cité de Dieu de Fernando Mereilles (2002) ou Carandiru d’Hector Babenco (2003) ont été de grands succès publics ou critiques, et ont obtenu une certaine reconnaissance de la part du du milieu professionnel (quatre nominations aux Oscars pour la Cité de Dieu).

Cette situation avantageuse est pourtant un trompe-l’œil. A l’échelle de son territoire, la population brésilienne a un accès inégal au cinéma en salle. On ne trouve au Brésil qu’environ 2 500 écrans pour 192 millions d’habitants. Un Brésilien voit en moyenne moins de 0,5 film par an. L’expérience de la salle n’est réservée qu’à une population urbaine et littorale (Rio de Janeiro et São Paulo concentrent 45 % des salles du pays). Le circuit de distribution est composé de multiplexes. Le circuit des salles d’art et d’essai est quasi inexistant. Nombre de films sont découverts grâce au marché du DVD pirate et, ainsi, diffusés jusqu’au cœur de l’Amazonie. Mais la part du cinéma national est difficile à évaluer dans ce système de diffusion hétérogène et fragile.

Le cinéma brésilien n’occupe que 10 % à 15 % des écrans et attire peu de spectateurs, sauf en cas de sortie de quelques comédies populaires (en 2012, six comédies ont polarisé 82 % du marché des films brésiliens). Or, le système de financement public du cinéma national est en crise. Portées, pour l’essentiel, par de l’argent public, les sociétés de production ont peu d’obligations contractuelles (diffusion à la télévision, avance sur recettes). Les projets de films sont souvent déconnectés des attentes du public. Leur financement n’est conditionné par aucune promesse de distribution en salle (la vente des tickets) ou via un autre média (la vidéo à la demande). Par ailleurs, les producteurs et distributeurs font peu d’effort pour promouvoir leurs films à l’étranger, et établir ainsi de fructueux contacts avec des acteurs extérieurs durant les festivals internationaux. Ces derniers constituent, pourtant, des caisses de résonance majeures en matière de rayonnement culturel. Ils constituent des lieux où peuvent se tissent des réseaux pérennes entre professionnels. En 2013, seul Educação sentimental  de Julio Bressane a représenté le Brésil au sein d’un festival secondaire (Locarno). Ce faible rayonnement international s’explique, en outre, par l’inexistence d’un star system à la fois local et international (il n’y a pas de Gael Garcia Bernal ou de Ricardo Darín brésilien) et par le tropisme hollywoodien auquel certains espoirs de la réalisation des années 1990-2000 ont cédé (Mereilles, Sales, Padilha) sans qu’une notable plus-value artistique sur leur travail ait été notable, contrairement à leurs confrères mexicains Del Toro, Cuarón  ou Iñárritu. De fait, si l’émergence est un thème important du cinéma brésilien (commercial ou d’auteur), il semble qu’il touche davantage le public international que le public brésilien.

On peut également questionner l’image de l’émergence brésilienne que véhiculent certains grands  succès publics ou critiques de ces quinze dernières années. Omettant d’aborder les contrastes socio-spatiaux entre territoires émergents et territoires enkystés dans la pauvreté, les productions Globo Filmes ont privilégié une « glamourisation » vendeuse de la pauvreté. Le bidonville est devenu  un lieu de cinéma fantasmé. La naissance d’une classe moyenne, les liens et mobilités croissants entre les favelas et des hyper-centres pourvoyeurs d’emplois ont été occultées au profit de clichés commodes (la pauvreté assimilée à la criminalité, à l’économie parallèle, à la corruption de la police). Ces clichés ont facilité l’importation de topoi issus des films de gangster états-uniens au sein de films d’action efficaces (la Cité de Dieu, Troupe d’élite) conçus comme d’habiles ersatz hollywoodiens. De fait, des blockbusters américains récents reprennent de manière paresseuse ces décors de bidonvilles en tôles, accrochés à flanc de montagnes, cinégéniques au possible, dans lesquels des héros musclés cavalent en tout sens (l’Incroyable Hulk de Louis Leterrier, 2008 ; Fast and Furious 5 de Justin Lin, 2011) sans prendre en compte une misère ambiante hachée par un montage effréné. Il est d’ailleurs fascinant de constater que le renouveau urbain brésilien n’est célébré dans le cinéma occidental que sur un mode loundge et nostalgique. Dans OSS 117, Rio ne Répond plus (2009), Michel Hazanavicius réduit le Brasilia d’Oscar Niemeyer à une série de cartes postales kitsch pour les pitreries irrésistibles d’Hubert Bonisseur de la Bath. L’exode rural a donné lieu à des drames sensibles quoique académiques (Central do Brasil) ou des documentaires plus (Saudade do Futuro de Marie-Clémence et Cesar Paes) ou moins (certains éléments de la partie biographique du Sel de la Terre de Wim Wenderss et Juliano Ribeiro Salgado) réussis. La figure de l’individu fuyant une campagne exsangue ou végétant dans un espace urbain déliquescent alimente une folklorisation de la pauvreté.

Mais depuis quelques années, de nouveaux auteurs mettent l’accent sur les effets de l’émergence économique du Brésil à différentes échelles. Dans la Terre des Hommes Rouges (2008), Marco Bechis montre le choc éprouvé par une tribu amazonienne face à l’exploitation agricole des fronts pionniers et au surgissement de la mondialisation sur sa vie quotidienne (acculturation ou disparition). Plus récemment, les disparités socio-économiques au sein des espaces urbains ont été mises en valeur dans quelques films souvent excellents. Dans une Famille brésilienne (2008), Walter Salles et Daniela Thomas racontent la vie quotidienne de quatre jeunes habitants de São Paulo qui tentent d’extraire des difficultés de la classe moyenne inférieure (les difficultés liées aux mobilités urbaines, le travail précaire de la mère et de ses fils, les illusions professionnelles liées au football, le refuge dans la religion) en mêlant fiction et documentaire. Les Bruits de Recife (2012) de Kleber Mendonça Filho décrit la vie (et l’enfer) d’un quartier résidentiel moderne de Salvador de Bahia, habité par une population aisée issue de la classe moyenne émergente. L’auteur scrute les luttes entre classes sociales (les employés issus des favelas voisines face aux « maîtres »), les tensions entre ville et campagne (l’exode rural abordé du point de vue des capitaux et des  investissements des fazendeiros dans l’immobilier, le mépris des néo-urbains à l’égard de tout ce qui vient du monde rural), la déterritorialisation des habitants aisés (le refus de toute urbanité locale, la privatisation / sécurisation de certains espaces urbains, le désintérêt pour les enjeux régionaux et les problèmes sociaux du Brésil, l’attirance pour l’Occident ou les autres BRICS). Une Seconde Mère (2015) d’Anna Muylaert travaille une partie de ces mêmes thèmes sous un angle plus théâtral et comique. Il est cependant trop tôt pour parler de l’éclosion d’une école cinématographique spécifique liée à la description des effets de l’émergence. Le cinéma brésilien a trop souvent vu avorter certaines de ses promesses artistiques récentes…

To be continued ….

Au coeur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo

Rédactrice : Hayat El Kaaouachi

Au coeur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo, Jean-Clément Martin et Laurent Turcot, Paris, Vendémiaire, coll. « chroniques », 2015.

Cette année, nombre d’interventions politiques et médiatiques auront rappelé combien l’histoire en France est une affaire sérieuse. Que ce soit pour en affirmer les exigences scientifiques, les apports émancipateurs ou la prétendue dimension unificatrice, la discipline est régulièrement et jalousement veillée. Le 13 novembre 2014, la sortie du dernier opus de jeu vidéo Assassin’s Creed fut une occasion allègrement saisie pour remettre l’histoire nationale au centre des débats.

Cinquième épisode d’une des séries phare de la maison Ubisoft, Assassin’s Creed Unity avait la prétention de prendre pour décor Paris entre 1789 et 1794. Dans les épisodes précédents, les personnages vivaient leurs aventures en Terre Sainte sous la troisième Croisade, à Florence durant la Renaissance, pendant la Guerre d’indépendance en Amérique ou dans les Caraïbes au XVIè siècle. Cette fois, la partie se joue au début de la Révolution Française, offrant l’incroyable opportunité de plonger dans le Paris révolutionnaire, de côtoyer une population nombreuse, variée, plus ou moins impliquée dans le cours politique de l’histoire, de croiser les trajectoires d’acteurs historiques majeurs et de saisir au vol toute une atmosphère. Continuar a ler

“La vérité, toute la vérité, rien que la vérité” : j’ai prêté serment devant le Sénat

Rédactrice : Laurence De Cock

Mr Grosperrin, en qualité de rapporteur a rendu public hier le rapport de la commission sénatoriale “sur le fonctionnement du service public de l’éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l’exercice de leur profession”.

Il me vient à l’évocation de ce titre de “rapporteur”, quelques images bucoliques de cour de récréation où nous montrions du doigt les enfants courant se réfugier derrière l’autorité des maîtres/ses en pleurnichant et dénonçant  les quelques camarades retors qui ne filaient pas droit.  Chacun ses nostalgies d’école. Nous n’aimions pas les rapporteurs ; mais au moins faut-il reconnaître qu’ils disaient souvent vrai.

Ce n’est pas le cas de cet inepte rapport dont l’abstract constitue vraisemblablement la base de lancement de la droite forte, dure et lâche ; celle qui fournira à Mr Grosperrin  sans doute quelques menus remerciements pour l’impeccable zèle dont il vient de faire preuve.

Quelques rappels donc sur cette commission, avant de redire “toute la vérité, rien que la vérité” comme ce fut le cas ce matin du 7 mai lors de mon audition.

Formée précipitamment dans la panique post-attentats des 7 et 9 janvier, cette mission d’enquête visait à pointer du doigt ce qui relevait d’une prétendue “perte des repères républicains” des élèves à la suite des quelques incidents remontés au moment de la minute de silence. Incidents chiffrés à près de 200 ; incidents pointés à chaud dans l’émotion du moment et dont il faudra encore quelques années avant de pouvoir en déterminer réellement les modalités et motivations autrement que sous l’angle du scoop journalistique ou des lamentations gouvernementales. Mais il est vrai que ce sera le travail d’un historien ou sociologue, grands ennemis de cette commission – pensez-vous, ils tentent un peu de réfléchir – nous y reviendrons. Continuar a ler

Le Sénat “sur écoute”


Rédacteurs-trices et signataires : Axel Berra-Vescio, Mickael Bertrand, Alexandre Boza, Vincent Casanova, Hayat Elkaaouachi, Eric Fournier, Bernard Girard, Servane Marzin

 

À propos des auditions de la « Commission d’enquête sur le fonctionnement du service public de l’éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l’exercice de leur profession. »

Après les assassinats du mois de janvier, les questionnements et velléités politiques de combattre le terrorisme furent nombreux et unanimes. La police, la gendarmerie, l’armée et les services de renseignement furent félicités pour leur courage, leur anticipation, leur efficacité et leur sacrifice. Pour le gouvernement et de nombreux élus, la réflexion, la démarche ne devaient pas s’arrêter à une évaluation des services de sécurité du pays car, au-delà des morts des 7 et 9 janvier 2015, ce furent les incidents liés à la minute de silence dans les établissements le 8 janvier qui provoquèrent mécontentement et indignation. De fait, pour nos représentants politiques, les terroristes de l’intérieur et les contestations enfantines ou adolescentes dans un cadre d’injonction de deuil national, sans distanciation critique à l’égard de ce rapprochement hâtif et illégitime, ne pouvaient qu’être le signe d’une faillite de l’école. Au Sénat, la commission d’enquête sur la perte des repères républicains est née de ce prisme.

Le 15 janvier, le sénateur UMP Bruno Retailleau, élu de Vendée, président du Conseil général de Vendée, dépose en effet une demande de création de commission «  sur le fonctionnement du service public de l’éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l’exercice de leur profession » (n° 231, 2014-2015) pour faire le point sur « les menaces qui pèsent sur l’école républicaine ». L’examen de cette demande est effectué par la commission des lois du Sénat le 21 janvier 2015, suscitant des réactions mitigées, certains sénateurs s’interrogeant même sur la pertinence d’un tel intitulé, d’autres sur l’objet précis de la commission d’enquête. La commission des lois estime que « les investigations de la commission d’enquête devraient donc porter sur la gestion du service public de l’éducation. Il ne s’agirait pas d’enquêter sur des faits déterminés. » In fine néanmoins, la commission d’enquête est autorisée le 27 janvier. Continuar a ler

Sujet d’éducation civique du DNB 2015 : une séance de rattrapage vous est offerte

Rédacteur : Vincent Casanova 

Monsieur Régis Debray, mesdames et messieurs les responsables éditoriaux de La République expliquée à ma fille, mesdames et messieurs les concepteurs de l’exercice d’éducation civique du dnb 2015

On savait que les temps étaient à la confusion et l’on ne s’en réjouit pas. On entend bien que les approximations de vocabulaire sont légion. Une partie de notre métier consiste au demeurant à définir et expliquer des termes dont les usages sont devenus si peu rigoureux que certaines de nos séances d’histoire-géographie et d’éducation civique peuvent être consacrées à démêler l’écheveau d’amalgames savamment entretenus par les discours publics. Il n’empêche que c’est avec une certaine stupéfaction que nous avons pris connaissance du texte proposé aux élèves pour la partie d’éducation civique du Diplôme national du Brevet 2015. Extrait de La République expliquée à ma fille, déclinaison d’une série éditoriale à succès, celui-ci est de la plume de Régis Debray. On sait sa parole écoutée et relayée – notamment sur les questions scolaires depuis son rapport de 2002 consacré à l’enseignement laïque du fait religieux. Il a été au demeurant auditionné en mai par la commission sénatoriale sur le service public de l’éducation. Par ailleurs, invité lors de la matinale de France Inter en avril dernier, il déclarait « ne pas vouloir d’une école qui reproduirait les vices du monde extérieur ». Soit. Mais c’est tout le contraire qui a été donné à lire : le texte est en effet emblématique des flottements sémantiques à l’œuvre de manière insistante depuis des années. Nos élèves n’y échappent pas tant ils boivent ce qui partout circule. Nous nous permettrons donc une petite leçon à l’attention des destinataires de ce billet, en pointant seulement les dernières lignes afin de nous contenter de l’essentiel comme l’institution nous y invite si souvent : Continuar a ler