L’histoire selon Dimitri Casali : entre le vide et le trop-plein

Rédacteur : Eric Fournier

 Lire le dernier livre de Dimitri Casali, L’Histoire de France interdite. Pourquoi ne sommes-nous pas plus fiers de notre histoire ?, revient à suivre un chemin tortueux où les vides succèdent brutalement aux trop-pleins.  Cet ouvrage est saturé de lieux communs des plus droitiers, accumule les clichés néo-conservateurs, assemble hâtivement, et avec lourdeur, des éléments épars, saute avec assurance du coq à l’âne, se répète et répète les précédentes publications de l’auteur, est truffé enfin de phrases-alibis censées le légitimer comme un historien respectable.

Parallèlement, son argumentation ne s’appuie que sur quelques éléments indigents.  M. Casali ne maîtrise par les outils de l’historien, méconnait les avancées et les débats historiographiques des vingt dernières années. La vacuité atteint son paroxysme, lorsqu’il entreprend, fort de son expérience « d’ancien professeur en ZEP » et de chantre de « l’histo-rock »  (mâtin, quel homme !), d’intervenir dans le domaine de l’histoire scolaire.

Confrontés à tant de clichés éculés, de contre-vérités grossières et de considérations politiques inacceptables, il est impossible de recenser exhaustivement tous les problèmes de L’Histoire de France interdite mais nous pouvons en pointer les faits les plus saillants.

Ceci est donc une critique de combat, qui espère donner des armes pour lutter contre ceux qui instrumentalisent et dénaturent l’histoire à des fins ultra-nationalistes.

Casali ne fait pas de l’histoire mais il ne le sait pas

L’auteur se définit lui-même comme historien – et est d’ailleurs reconnu comme tel par la revue L’Histoire[1] – cite régulièrement des universitaires prestigieux et  rappelle constamment, sans jamais le mettre en œuvre,  que l’histoire est une discipline complexe nécessitant de la nuance. Nul besoin en effet d’être un universitaire pour être un historien, encore faut-il maîtriser quelques règles propres à cette discipline. Premièrement, il est frappant de constater l’absence totale de distance critique.  Le lien de M. Casali au passé relève d’un « émerveillement » constant, assumé et mis en scène face au passé, au passé national s’entend[2]. Il ne veut pas faire connaître ou aider à comprendre, il veut faire aimer. Dans son rapport à l’histoire, l’émotion l’emporte sur la raison. Lorsqu’il commente L’Histoire de France par la peinture[3], tout porte à croire que les tableaux – souvent ceux de peintres pompiers du XIXe siècle – donnent un accès direct et haut en couleur aux grandioses événements représentés. L’étude critique de la source ne pouvant que limiter l’émerveillement, il s’offusque qu’un manuel scolaire proposant Le Sacre de l’empereur de David comme document de « l’histoire des arts » propose d’étudier l’œuvre et le peintre au lieu d’apprécier « le personnage central de ce chef d’œuvre »[4]. Emerveillement également lorsqu’il invente le concept « d’histo-rock » (chanter à des collégiens des chansons originales se rapportant aux grandes figures du passé) qu’il considère comme une pédagogie innovante.

Deuxièmement, conséquence de cette posture affective, M. Casali ne  se soucie apparemment pas de la différence fondamentale entre histoire et mémoire, les deux concepts étant manifestement interchangeables : « aujourd’hui pour la majorité des français, il n’y a plus de mémoire partagée, assumée, l’histoire de France n’existe plus »[5].  L’historien n’est pas propriétaire du passé et M. Casali peut entreprendre de promouvoir une mémoire nationalo-républicaine. C’est son droit, ou plutôt c’est son problème.

Mais cela, Monsieur Casali, depuis au moins l’école des Annales, ce n’est pas être historien. C’est être un mémorialiste.

Troisièmement, les connaissances historiographiques semblent quelque peu brumeuses. Relever toutes les erreurs et les approximations serait fastidieux, contentons-nous  de trois. Premièrement, Un historien ne parle pas de « royaumes africains moyenâgeux » mais de royaumes « médiévaux »[6]. Deuxièmement, L’auteur ignore manifestement que le drapeau tricolore ne vient pas de l’alliance du blanc royal et des couleurs de la ville de Paris mais d’une circulation des symboles inspiré par la révolution américaine[7]. Enfin, béat d’admiration devant les grands chefs militaires et l’histoire bataille, et considérant que le 6 juin 1944 est plus important que Stalingrad, il loue les qualités militaires du général Montgomery, n’ayant manifestement pas lu le livre majeur d’Anthony Beevor sur le débarquement qui déconstruit cette thèse.

Enfin, Dimitri Casali a une façon toute personnelle d’argumenter et d’utiliser ses sources.

La lourdeur du hussard en maraude

Le musicien-chanteur Casali, lors de ses concerts d’histo-rock à la gloire de Napoléon – improbable mélange de Paul Déroulède et de Freddy Mercury – aime à se produire en tenue de hussard[8]. Ce costume lui sied bien, tant il agit dans son livre tel un hussard en maraude, s’appropriant sans vergogne quelques sources, essentiellement sous la forme de citations prestigieuses extraites de leur contexte ; se constituant ainsi un butin  hétéroclite au hasard de ses raids-éclairs dans les champs historiographiques, sociologiques et politiques. Après avoir pris ce qui l’intéresse, il assemble hâtivement ces différents éléments. La citation décontextualisée, pourvu qu’elle brille, lui sert d’argument d’autorité. Ainsi en est-il de la dorénavant célèbre phrase de Marc Bloch ressortie par Nicolas Sarkozy en 2007 et que M. Casali utilise exactement dans le même sens : « il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération »[9]. Or, dès 2007, des historiens avaient rappelé que Marc Bloch condamnait surtout les élites françaises des années Trente, incapables de comprendre la ferveur du Front populaire[10]. Dimitri Casali l’ignore – ou feint de l’ignorer.

Peu d’historiens sont épargnés par cette cavalcade : l’expression « histoire en miettes » est empruntée à François Dosse (qui n’est pas cité), le développement qui suit ne correspond en rien au livre de ce dernier. Il détourne aussi sans vergogne le concept de « roman vrai » élaborée par Paul Veyne pour en faire une apologie du « roman national »[11].

Monsieur Casali, ce n’est pas parce que deux expressions sont phonétiquement proches qu’elles peuvent s’associer.

Ainsi en est-il de l’ensemble du livre associant citations mal comprises, faits-divers censés être révélateurs, et même références au rock anglais. Dans sa hâte, on peut en outre se demander si M. Casali s’est relu. Les répétitions abondent et certains passages révèlent une précipitation, peut-être acceptable chez les fringants hussards, mais pas pour un écrivain. Par exemple, exécrant régulièrement l’esprit de repentance en général et la loi Taubira de 2001 relative à la mémoire de la Traite négrière en particulier, il prend la défense de l’historien Pétré-Grenouilleau qui a rappelé l’importance des traites africaines. Casali déplore que l’histoire scolaire ne parle que des traites européennes et demande fermement  que toutes les traites soient étudiées au collège[12]. Mais, quelques pages auparavant, il dénonce l’enseignement des royaumes africains médiévaux en classes de cinquième et cite une partie du programme : «  l’étude et la naissance des traites négrières est conduite à partir de l’exemple au choix d’une route ou d’un trafic des esclaves vers l’Afrique du Nord ou l’Orient »   qu’il commente ainsi : «  une étude de plus des traites négrières […] le lobby mémoriel a encore frappé ». M. Casali ne sait-il pas lire un programme officiel ? Ne comprend-il pas qu’il s’agit précisément d’étudier ici les traites extra-européennes ?

L’histoire à la hussarde pourrait être empreinte d’une certaine légèreté, prix à payer pour l’approximation et la contradiction. Mais M. Casali assène ses propos avec une telle lourdeur qu’il finit par évoquer non le fringant hussard napoléonien, mais le hussard polonais de la fin du Moyen Âge, c’est-à-dire la cavalerie lourde. Cavaliers lourds ou légers, les hussards se considéraient volontiers comme une élite au-dessus du lot[13]. Le style de L’Histoire de France interdite s’en ressent.

A qui parle-t-il ?

M. Casali reprend régulièrement des passages de son Alter-manuel d’histoire de France qui s’adressait à des collégiens. Au-delà du fait que ses fidèles lecteurs risquent de se sentir quelque peu floués par ces redondances éditoriales[14], on se demande parfois à qui s’adresse l’auteur à travers des injonctions péremptoires, des phrases autoritaires, ou des résumés historiques sommaires. Ce livre, manifestement écrit pour des adultes, les prend plutôt pour des enfants sommés d’aimer leur pays.

Morceau choisi du professeur Casali : « Pour continuer à être attentif au destin du monde […] il faut former et entretenir nos forces mentales et être fiers de notre armée. Certes une défense européenne est à terme indispensable, mais la France ne doit pas céder aux sirènes d’un pacifisme naïf, qui réjouit les ennemis de la démocratie partout à travers le monde. Glorifier l’armée, qui seule est capable de verser le prix du sang, symbole de l’âme d’un grand pays au regard de l’histoire, n’est pas du nationalisme : c’est du simple bon sens patriotique quand on connaît peu l’histoire de notre planète »[15]. Nous reviendrons plus tard sur le fond nauséabond pour nous concentrer sur la forme.

Monsieur Casali, est-ainsi que l’on s’adresse à des adultes ? Ou même à des adolescents ? Un tel registre de langue et une telle pauvreté argumentative confinent au mépris du lecteur.

L’écume de la vague brune

Avec Laurence De Cock et Guillaume Mazeau, nous avions rédigé une tribune titrée « Vague brune sur l’histoire de France ». Plusieurs commentateurs sur des forums internet  d’extrême-droite tels que « F. Desouche » ou « Riposte laïque » s’étaient gaussés du terme « vague brune » estimant que nous pratiquions le raccourci, l’anachronisme, l’amalgame. Nous sommes historiens. Nous connaissons le poids des mots – et leur force d’interpellation. Nous sommes aussi attentifs à l’historicité du sens des mots. Depuis le succès phénoménal de la nouvelle Matin brun suite au 21 avril 2002, le terme « brun » évoque en France, le danger d’une extrême droite multiforme dont les thèmes se diffusent dangereusement dans le discours public. Il y a bien une vague qui s’étend, et elle n’est assurément pas rouge. Les thématiques charriées ad nauseam par Casali entrent indubitablement en résonnance avec les discours d’extrême droite. L’Histoire de France interdite est un symptôme édifiant de la banalisation de cette idéologie. Je ne sélectionnerai ici que quelques éléments parmi les plus saillants, en forme de florilège, parce que, somme toute, M. Casali ne s’étant pas donné la peine de solidement charpenter son livre, je ne vais pas le faire à sa place.

La France de Casali doit être obéissante, hiérarchisée, et rejeter le droit-de-l’hommisme,  si elle veut conjurer son  déclin : « l’individualisme démocratique actuel, tout à sa passion de l’égalité et du nivellement, répugne à la grandeur » assène-t-il.

Pour retrouver sa grandeur, il faut que, dans un enseignement de l’histoire valorisant les grandes batailles, chaque défaite de l’armée française soit associée à la victoire qui la compense : Austerlitz et Waterloo, Sedan et Bir Hakeim mais aussi Dien Bien Phu et  l’intervention militaire en Libye de 2012. Ainsi, dans l’imaginaire casaliste, l’intervention en Libye est associée à une  guerre coloniale. Sans commentaires.

La France de Casali doit donc aussi être viriliste. Lorsqu’il écrit que « l’ENA émascule le style » pour inviter ensuite à méditer un aphorisme du général de Gaulle : « la véritable école du commandement est la culture générale », il oppose l’énarque castrateur de la nation au chef de guerre qui la redresse[16].

Ces hauts fonctionnaires du ministère de l’éducation nationale, que Casali propose de rebaptiser « ministère de l’éducation altermondialiste » opèrent un « négationnisme déguisé » de la grandeur nationale, renforcé par « le révisionnisme historique, maladie infantile de l’histoire de France » propagé par les médias (de Gauche)[17]. Ces hauts fonctionnaires agissent de façon « insidieuse, hypocrite et sournoise ». Mais gare au professeur qui s’opposerait à eux, car l’éducation nationale est encore une « administration stalinienne »[18].

Casali parle beaucoup de la France, de ceux qui l’ont faite, essentiellement des rois et des chefs militaires, mais étonnamment, presque jamais des Français. Tout part d’en haut, des élites politiques, religieuses et guerrières, jamais d’en bas, ni même des élites culturelles. Sans François 1er, pas de renaissance en France ! Dans la France de Casali, la souveraineté populaire, les droits naturels ne sont pas mis en avant. Et lorsqu’il cite les philosophes des Lumières, c’est surtout pour louer leurs virulentes critiques de l’Islam et rappeler le danger des islamistes, dont l’influence est telle, dit-il, qu’ils ont failli faire interdire une pièce de Voltaire en 2005, dans l’Ain au Pays de Gex[19] ! Tremblez français.

Globalement, Casali tient un discours anxiogène, craignant même pour la « survie de la nation »[20]. En montant en épingle quelques paroles de groupes de Rap, quelques drapeaux étrangers déployés le soir de l’élection de Hollande, en reprenant aussi les contre-vérités sur les contestations de l’enseignement de l’histoire dans les banlieues,  il accuse  clairement les immigrés, où les jeunes français des quartiers durs d’ascendance immigrée, d’être une des causes majeures du déclin français, presque autant que les Inspecteurs Généraux d’histoire. Mais il se défend constamment de toute xénophobie, affirmant œuvrer pour favoriser l’intégration, nous dirions même l’assimilation, intégrale de ces populations à grands renforts de mâles figures héroïques de l’histoire de France.

En effet,  Casali multiplie les phrases alibis en  affirmant sans cesse sa volonté d’aider les immigrés, son attachement aux valeurs de la République, aux droits de l’homme. Et, concernant l’histoire et son enseignement, il répète qu’il faut bien sûr s’ouvrir au monde, exposer la complexité des faits, etc. Mais il ne développe jamais ces arguments-là. Ici réside le vide. Quant au trop-plein nous venons d’en avoir un aperçu ci-dessus.

De la responsabilité

Il n’y a rien à sauver dans le livre de Dimitri Casali, rien qui  puisse être défendu. Ses propos historiques, pédagogiques et politiques, ainsi que ce qui lui sert de méthode, sont affligeants. Mais M. Casali est loin d’être le seul responsable.

Responsabilité de son éditeur, qui vend tout de même 19 euros un livre formellement désordonné et répétitif.  Le travail de relecture aurait-il été sacrifié afin de sortir le livre pour la rentrée et faire un coup éditorial ?

Responsabilité de certains médias, des médias amis comme Le Figaro Magazine ou Le Figaro histoire ; mais aussi de L’Histoire qui lui accorde la légitimité d’un portrait, ou de « France 5 » qui l’interviewe à une heure de grande écoute.

Responsabilité enfin des professionnels de l’histoire car nous ne sommes pas assez nombreux à monter au créneau pour déconstruire de tels propos et réaffirmer les finalités critiques de l’histoire.

C’est ainsi qu’un hussard pataud chantant à tue-tête des clichés droitiers éculés peut surfer sur la vague brune et profiter d’un juteux marché éditorial.



[1] Catinchi Philippe-Jean, « Dimitri Casali, Rock an History », L’Histoire, N° 371, janvier 2012, p.18-19. Casali bénéficie d’une double page dans une rubrique qui accueille usuellement des portraits d’universitaires. Ainsi la sa biographie s’intercale-t-elle entre celles  de Daniel Roche (N° 370) et de Gerd Krumeich (spécialiste allemand de Jeanne d’Arc, N° 372)

[2] Casali Dimitri, L’Histoire de France interdite. Pourquoi ne sommes-nous pas plus fiers de notre histoire ?, JC Lattès, 2012, introduction, p. 17

[3] Idem et Beyeler Christophe, L’Histoire de France par la peinture, Fleurus, 2008.

[4] Casali Dimitri, L’Histoire de France interdite…op. cit., p. 216.

[5] Ibid, p. 33. On se demande d’ailleurs sur quelle enquête sociologique se base cette affirmation.

[6] Ibid., p. 21.

[7] Ibid., p. 102.

[8] https://www.youtube.com/watch?v=CjN9–slNIQ

[9] Ibid., p. 95.

[10] De Cock Laurence, Madeline Fanny, Offenstadt Nicolas, Wahnich Sophie, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Marseille, Agone, 2008, p. 38.

[11] Casali Dimitri, L’Histoire de France interdite…op. cit., p. 123.

[12] Ibid. p. 66-67.

[13] M. Casali, qui aime tant la musique et l’armée connaît sans doute cette chanson de hussards napoléoniens illustrant cet état d’esprit : « les hussards en campagne […]mangent les poules et les chapons et laissent les os pour les dragons »

[14] Le dernier chapitre de L’Histoire de France interdite reprend aussi Ces immigrés qui ont fait la France paru en 2007.

[15] Casali Dimitri, L’Histoire de France interdite…op. cit., p. 112.

[16] Ibid. p. 36.

[17] Médiapart et Marianne sont régulièrement visés par Casali.

[18] Ibid. p.50

[19] Ibid, p .211

[20] Ibid., p.65


7 réflexions au sujet de « L’histoire selon Dimitri Casali : entre le vide et le trop-plein »

  1. Willemetz Jean

    La conclusion de cet article sous l’appellation de « responsabilité » me paraît pour le moins choquante, si ce n’est dangereuse. Ecrite par un universitaire, elle inspire au lecteur le souhait d’une véritable censure dont je pensais que la France, Etat de droit, était débarrassée par la loi. S’il plaît à Monsieur Casali d’écrire, que sa liberté soit respectée. Ce qui vous donnera l’occasion d’à nouveau écrire  » une critique de combat, qui espère donner des armes pour lutter contre ceux qui instrumentalisent et dénaturent l’histoire à des fins ultra-nationalistes ».
    Monsieur le professeur, vous n’êtes pas sans ignorer que, par exemple, l’histoire de la Révolution française a engendré de vifs débats avec de vives oppositions. Celles-ci me semblent respectables comme moyens d’expression et nécessaires pour la connaissance. Connaître ce que dit Burke de la Révolution française n’est pas une approbation, mais une connaissance. Mais il est vrai que cette période 1789-1799, pour les tenants de l’école des Annales dont vous arguez appartenir, est tout à fait insignifiante. En définitive, je n’approuve pas systématiquement ce que dit Monsieur Casali. Mais j’approuve qu’il puisse l’écrire. Pour se donner  » une critique de combat » contre » une manière de voir l’Histoire.

    Répondre
  2. Ping : L’archéologie, l’histoire et les programmes scolaires | JEAN-PAUL DEMOULE

  3. Christine Guimonnet

    Casali écrit des sottises, les répète sur les plateaux télé, car, le pauvre, il n’enseigne pas. Il ne sait donc pas comment nous travaillons avec nos élèves. Le problème est que les médias le sollicitent régulièrement…

    Répondre
  4. Stéphane Mantoux

    Bonjour,

    Plutôt d’accord avec vous sur le fond.
    Je reviens sur certains passages de votre billet.

    1) « Nul besoin en effet d’être un universitaire pour être un historien, encore faut-il maîtriser quelques règles propres à cette discipline. »

    Point important du problème. Qu’est-ce-qu’être historien aujourd’hui ? L’entend-on au sens universitaire (les personnes titulaires d’un poste en université), pour la méthode (maîtriser quelques règles scientifiques… qui s’acquièrent cependant à l’université), ou dans un sens social (la personne qui s’intéresse à l’histoire, qui fait oeuvre d’histoire, en réunissant la première ou la deuxième définition) ? Il me semble qu’Aggiornamento devrait revenir sur la question. Pour ma part, écrivant des articles dans la presse de vulgarisation en histoire militaire, et récemment un article pour la Revue Historique des Armées, je n’ai jamais eu la prétention de m’intituler historien. Alors quid ?

    2) « Enfin, béat d’admiration devant les grands chefs militaires et l’histoire bataille, et considérant que le 6 juin 1944 est plus important que Stalingrad, il loue les qualités militaires du général Montgomery, n’ayant manifestement pas lu le livre majeur d’Anthony Beevor sur le débarquement qui déconstruit cette thèse. » .

    Je ne suis pour ma part pas convaincu qu’Anthony Beevor, qui a une formation d’historien suivie auprès de John Keegan, soit forcément une référence. Mais son travail fait débat.

    3) http://www.youtube.com/watch?v=CjN9–slNIQ

    Je n’ai pas réussi à ouvrir ce lien (pourtant j’aurais bien aimé le voir !).

    4) « Responsabilité enfin des professionnels de l’histoire car nous ne sommes pas assez nombreux à monter au créneau pour déconstruire de tels propos et réaffirmer les finalités critiques de l’histoire. »

    Qu’entendez-vous par professionnels de l’histoire ? Si vous pensez universitaires, je suis d’accord avec vous. Si vous pensez au sens large, professeurs du secondaire, du supérieur, etc, vous exagérerez un peu. Le travail de Casali suscite, à juste titre, beaucoup de remous sur le net de la part de collègues du secondaire ou d’autres personnes non-professionnelles de l’histoire, d’ailleurs.

    Cordialement.

    Répondre
    1. Eric Fournier

      Cher Stéphane Mantoux,
      Je réponds brièvement aux deux derniers points. Le premier, sur qu’est-ce qu’un historien, est une vaste question, peu adaptée à une prompte réponse dans des commentaires.

      1) Travaillant moi-même non sur l’histoire-bataille, mais l’histoire de la bataille, je suis assez convaincu par l’approche (un peu datée aujourd’hui certes)de Keegan et par les travaux de Beevor, travaux reconnus pour leur fiabilité. Son livre sur le D-Day met en évidence les médiocres compétences de Montgomery en assemblant judicieusement des éléments remis dans leur contexte, vérifiés et vérifiables. On peut critiquer le classicisme de Beevor ( qui fait une histoire très événementiel finalement) mais les faits exposés sont assez solides et participent d’un regard critique. La déconstruction du « mythe » de Montgomery, par un ancien de l’académie royale militaire de sandhurst, est un point essentiel de son livre sur le D-Day, pas un aparté. Tiens, Casali affirme dans son livre que les anglais sont fiers de leurs grands hommes. Et l’historien anglais peut-être le plus lu au monde en a déboulonné un ! Pauvre Casali, il vient encore de se planter.

      2) Oui, je pensais essentiellement aux universitaires

      Cordialement
      EF

      Répondre
      1. Stéphane Mantoux

        Bonjour Eric,

        Merci pour vos réponses.

        Pour Beevor, je pensais surtout aux ouvrages traitant du front de l’est, en fait, que j’ai lus. Pas lu par contre celui que vous mentionnez, et que je vais m’empresser d’aller voir, pour ne pas parler dans le vide (!). Sur Keegan, j’ai beaucoup aimé The Face of the Battle, mais j’ai été plus déçu par les autres livres de l’historien que j’ai pu lire (celui sur la guerre en Irak, sur la guerre de Sécession).

        OK pour les universitaires, c’est bien ce qu’il me semblait aussi…

        Un autre point important du « problème » (sic) Casali n’est-il pas aussi que les historiens (au sens universitaire encore) peinent à vulgariser sur certains sujets précisément attaqués par ce genre de personnes ?

        Cordialement.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *