Des programmes ambitieux ou invraisemblables ?

Rédacteurs : Mathieu Ferradou, Vincent Capdepuy, article paru dans les Cahiers pédagogiques, mai 2012, N°497, p. 5

Bilan d’étape. Les nouveaux programmes d’histoire-géographie de 1re s’inscrivent dans une approche novatrice pour ces deux disciplines, mais ont été conçus de façon déconnectée de la réalité des établissements : les acquis des élèves, les contraintes horaires, la pression des épreuves du baccalauréat en fin d’année.

La réforme de l’enseignement de l’histoire-géographie a été beaucoup décriée en raison de sa suppression en classe de terminale en série scientifique, mais les choix retenus dans les programmes ne sont pas moins problématiques.

En histoire, le nouveau programme pourrait être qualifié de « révolutionnaire », tant il rompt avec la tradition. Le choix a été fait d’un enseignement thématique (la croissance économique de 1850 à nos jours, la guerre au XXe siècle, etc.), ce qui a profondément heurté des enseignants attachés à la continuité chronologique. On peut pourtant trouver une dynamique intéressante à cette approche renouvelée. Il reste qu’elle est fondée sur une mystification. L’approche thématique pourrait être envisageable et pertinente, si les élèves avaient au moins un semblant de repères. Or, ces repères chronologiques, généralement, les élèves ne les maitrisent pas ; et ce programme qui impose, par exemple, de traiter en huit heures, tout au plus, la Première Guerre mondiale (l’expérience combattante dans une guerre totale), la Seconde Guerre mondiale (guerre d’anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes) et les espoirs d’un ordre mondial au lendemain des conflits (la SDN et l’Onu) devient inopérant. D’une part, les connaissances s’emmêlent, le temps est écrasé, la réflexion historique s’évanouit. D’autre part, l’impératif de tenir le temps, avec, pour les classes de 1re S, une épreuve de bac à la fin de l’année, inflige aux élèves un rythme effréné et conduit les enseignants à ne plus pouvoir répondre aux questions. Car des questions, il y en a. Car ce programme intéresse. Ainsi, on pourrait presque oser le paradoxe que ce nouveau programme d’histoire, au-delà de certaines lacunes comme l’absence de l’histoire de la Ve République depuis 1962, est trop ambitieux, trop intéressant pour être correctement enseigné, ce qui ramène à la question de la suppression de l’année de terminale en série S.

En géographie, on retrouve cette ambition avec un programme qui clôturerait le cycle secondaire des élèves de S, en offrant une progression annuelle du niveau régional au niveau mondial et en multipliant les études multiscalaires choisies dans l’espace national et dans l’espace européen. La première difficulté résulte sans doute du « brouillage » que constitue ce programme qui n’est ni thématique, comme en 2de, ni franchement dédié à un ou des espaces clairement délimités. Les enseignants peinent à s’y retrouver et à y donner du sens, d’autant que l’abus de la notion de territoire au détriment de celle, plus générale, d’espace, nuit à la clarté du propos. La seconde difficulté tient à la multiplicité des types d’épreuves. Pour bien des leçons, on doit préparer simultanément les élèves à la composition, à l’analyse de documents et au croquis ou schéma. Le manque de temps est donc encore plus cruel. Ce à quoi l’inspection générale a répondu par un revers de main : le bac d’histoire-géographie était destiné à donner des points et pour être « rentable », l’enseignement pouvait se limiter à du bachotage.

Paradoxe : le programme est ambitieux dans l’esprit, mais, dans sa mise en œuvre, l’enseignant doit être « efficace », dénué d’ambition et oublieux du sens.

Vincent Capdepuy, Mathieu Ferradou, avec le collectif Aggiornamento

Cahiers pédagogiques, mai 2012, N°497, p. 5

http://www.cahiers-pedagogiques.com


2 réflexions au sujet de « Des programmes ambitieux ou invraisemblables ? »

  1. Servane

    Je rejoins ce constat global de frustration permanente, chacun des thèmes donnant lieu à des batteries de question toutes plus pertinentes les unes que les autres, en histoire comme en géographie. Je trouve d’ailleurs que la confrontation entre cohésion et compétitivité des politiques d’aménagement du territoire est un puissant levier politique, dont les élèves ont fini, pour certains du moins, par comprendre les résonances citoyennes. Mais il faut se rendre à l’évidence : avec toutes ces discussions, je suis loin d’avoir fini le programme… du coup je parie sur des « gros » sujets mais j’ai un noeud à l’estomac à chaque fois que je découvre un sujet des centres étrangers, et j’attends le 19 juin avec une réelle inquiétude. Quant à garantir que l’histoire-géo va rapporter à mes élèves cette année, je m’en garderais bien vu les risques que je leur fais prendre. Bref, si le contenu est renouvelé et parfois intéressant (quoi que la litanie des morts m’ait un peu pesé), sa mise en oeuvre relève réellement de la mission impossible.

    Répondre
  2. Charlélie

    effectivement, cela ressemble à une programme de khâgne (j’en parle en connaissance de cause) et même en khâgne ce n’est pas gagné (j’en parle d’autant plus en connaissance de cause)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *